Batman Legacy


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeMar 18 Mar - 22:48





"Tu cesseras de craindre en cessant d'espérer"

Poison Ivy, Lilliana McCartney, Talia Al Ghul, Batman(?) & l’Épouvantail 






«Il était écrit que vous allez devoir être loyaux au cauchemar de votre choix...»

- L’Épouvantail a dit rendez-vous le 18 à treize heures treize à Central Gotham.

- Ouais, il a aussi dit qu’il fallait qu’on se magne le cul, sinon c’était nous ses futurs rats de laboratoire !

- Putain, ce mec me fait flipper sérieusement, en plus, il nous fait passer par les égouts !

- Et alors, t’as peur d’un peu de flotte ?


- Y a ce cinglé de Killer Croc qui y traîne espèce de con.


Les quatre hommes de main roulaient gentillement dans les rues de Central Gotham, les  magasins et autres restaurants montraient leurs plus atroces et ignobles enseignes brillantes. Ils avaient peurs, normal, ils étaient les rares criminels de bas étages à vouloir travailler pour le sinistre Scarecrow, cependant il payait bien et il était ce genre d’homme à menacer de les faire finir dans huit mètres carré à se baver dessus. Difficile d’accorder sa confiance à un homme pareil, mais il avait su se montrer convainquant. Le plan était tout ficelé, au détail près, le grand chef avait juste beuglé à travers le téléphone la date et le lieu.


----

- Cet après-midi pluvieuse et funeste va devenir un journée formidable pour un spécialiste des phobies que je suis !


Rares étaient les fois où je m’exclamais avec joie, j’étais plutôt du genre à cacher le moindre sentiment que je pouvais éprouver. Mais là, c’était pour moi un moment monumental qui allait se dérouler sous mes yeux malsains, de un car mon plan était non seulement de tester mon poison cauchemardesque sur une partie de Gotham mais également car ma Sublime Ivy allait se joindre à moi. Nous étions dans les égouts de Gotham, ce cher Killer Croc m’avait offert son antre pour la journée afin de rendre la vie misérable à tous les gothamites qui parcourraient les rues aujourd’hui, il n’y a pas à dire, j’étais une personne remarquable pour avoir les connaissances nécessaires afin de mettre à bien mes plans machiavéliques...
Vraiment, ma carrière de lugubre criminel au service de la science se faisait de plus en plus morbide, après ce coup démoniaque, l’Épouvantail allait rester dans les esprits à partir d’aujourd’hui, l’Enfer apporté sur terre grâce à moi. 

Je venais de passer précisément trois mois et douze jours sur la conception de cette toxine au doux nom de Isaniam qui avait comme capacité de plonger n’importe qui dans ses plus atroces cauchemars, le cerveau se met alors à halluciné, des visions d’horreurs se forment, comme si il était en plein rêve -ou plutôt en plein cauchemar- mais l’impression de réalité est impressionnante. Il n’y a bien sur aucun traitement bien que d’après mes constatations, les effets s’estompent au bout de quelques heures. Cependant, supporter un tel traumatisme n’est pas sans conséquences, la folie s’emparera de nombreuses âmes aujourd’hui, une folie dévastatrice, une schizophrénie, des troubles malsains digne des plus étranges cas psychiatriques, une destruction partielle ou totale de la conscience et tout ce qui va avec. Vous vous dites sûrement qu’il faut être complètement cinglé pour désirer faire ces ignominies, non, il faut être passionné et je le suis envers les phobies.  Je n’en pouvais plus d’attendre, malgré mon apparence calme, je trépignais à en mourir.
Mes derniers sbires arrivaient, je les dévisageaient derrière mon masque effrayant, de ma voix lugubre je m’exclamais :

- Vous allez avoir besoin de ces masques, à moins que vous vouliez vivre des cauchemars intenses ...


Ils se jetèrent sur les masques à gaz, je ricanais. Je m’adossais contre le conteneur tout en regardant les seringues qui étaient sur le bout de mes doigts, j’étais excité à l’idée d’enfin vivre quelque chose d’intense, d’éveiller la peur chez autrui, de réalisé l’une de mes plus sinistres rêverie.

Sourire funeste caché sous une toile de jute, une aiguille sur le cadran d'une montre à gousset.

- Camarades, il est l’heure.


Tous laissèrent planer un long silence alors que je poussais un rire sinistre, il n’y avait pas à dire mon rôle d’Épouvantail me collait à la peau comme le Vice collait à celle du pire Démon. J’ humais l’air humide  avec une certaine satisfaction, je n’avais qu’à ouvrir la valve du conteneur et le monde du cauchemar envahirait Central Gotham. Je posais ma main squelettique sur le mécanisme, sous le regard ahuri des hommes qui m’entouraient, je l’ouvris, un gaz blanchâtre s’en échappa rapidement envahissant les égouts puis passa par les bouches d’égouts, je me mis à rire.


----

Gotham City Network, le même jour 14h03


- Nous voilà en direct de Central Gotham, comme vous pouvez le voir, c’est la folie ici ! Les gens se sont soudainement mis à perdre pied, ils semblent complètement déboussolés, les cris et la terreur règne, nous ne savons encore rien sur ... Ah ! Mon Dieu ! Par pitié ! Ah ! Pas les serpents ! Non ! Maman ! A l’aide ! Ils sont tous morts ! Mon ....


Les spectateurs pouvaient voir un paysage de désolation, la journaliste venait de chuter avec le caméraman, les deux présentateurs restaient muet en faisant des bulles avec leur bave.

- Jessica ? Jessica ? Il semble que nous ayons perdu le contact.


Dernière édition par Jonathan Crane/Scarecrow le Sam 12 Avr - 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeMer 19 Mar - 18:27

“ You'll cease of Fear by ceasing to Hope „
La nut fut longue et douce, comme toutes les nuits depuis bientôt un mois. J'ouvre les yeux doucement, le lit est froid. Mhm ... Je grogne doucement et soupire avant de me redresser. Il a du partir vite, il a même pas pensé à me réveiller en m'embrassant comme il fait souvent. J'enroule mon corps dans le drap blanc et regarde le petit mot laissé sur la table. Il été oubliger de vite partir règlé un soucis avec Sabrina. Pff, je n'aime pas cette femme et si je pouvais, je la tuerais de mes propres mains. Je n'aime pas son air et sa façon d'être proche de MON Jonathan ... Mais qu'importe ! C'était pour ce soir ! J'en frémis et sourit, le grand soir est arrivé et ce maudit chevalier en collant va mourir de peur. Treize heures treize à Central Gotham et il est onze heures. J'ai donc le temps de passer à ma boutique et de me changer, fortifier mes bébés et enfin, rejoindre mon fou à temps. J'enfile mes affaires de civil, je ne vais pas venir en Ivy sinon il serait vite reconnu, et je sors de chez Jonathan pour rejoindre ma petite boutique et surtout ma serre avec tous mes bébés.

Une fois arrivé, l'air se remplit de joie. Mes amours n'aime pas quand je reste trop longtemps loin d'elles et je comprend, je suis pareil. Heureusement, Jonathan comprend ce lien qui m'uni à la flore et il comprend parfaitement ma folie pour les sauvés. Ma jolie Digitale pourpre est toute heureuse car elle va enfin sortir ce soir et elle n'attend que ça ! Je caresse doucement ma Digitale et je vais donc me changer car l'heure tourne et mon Épouvantail va m'attendre. Une fois ma combinaison mise, je vais dans une de mes magnifiques plantes et disparaît sous le sol avec elles. J'entend déjà les cris des Gothamites et je ris doucement. Avec mon aide, le gaz de Jonathan est 10 fois plus puissants, nous avons rajouté du poison de ma Digitale et je suis fière du résultat. "Ah ! Mon Dieu ! Par pitié ! Ah ! Pas les serpents ! Non ! Maman ! A l’aide ! Ils sont tous morts ! Mon ...." Je ferme les yeux et souris en coin alors que la plante sort du sol, ouvrant ses pétales et me dévoilant au grand jour.

"AH !! UNE SUCCUBE !!" - "Non c'est le Diable !!" Je ricane et ma liane me porte vers mon Épouvantail que j'embrasse par dessus son masque. « Bonjour chéri. » Je ris doucement alors que j'imagine la vue qu'ils auraient pu avoir, une diablesse qui embrasse un homme de paile dont la bouche est remplie de vers de terre. Je pose les deux pieds à terre « Bien, il n'y a plus qu'a attendre la chauve-souris alors, non ? » Je regarde Crane puis regarde les quatres hommes qui l'accompagne. Je n'aime pas le regard d'un de ses types ... Il me fixe bizarrement et je n'aime pas tellement ça.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeDim 23 Mar - 21:17


Mais... C'est la folie ici! haha...
→ Poison Ivy, Lilliana McCartney, Le ventriloque, Batman & L'épouvantail ←


Miss McCartney était en congé aujourd’hui, et elle comptait bien en profiter pour passer quelques temps avec son père, d’ailleurs à l’heure actuel, la jeune femme était chez lui et ils discutèrent de tout et de rien, le boulot, les amourettes inexistantes de la jeune demoiselle, et d’autres sujets de conversation tous aussi ennuyante les unes que les autres. Mais elle prenait sur elle, pour faire plaisir à son pauvre père qui ne pouvait plus marché. Il n’arrêtait pas de s’inquiété pour elle, en disant que son boulot était bien trop dangereux en ces jours à Gotham, prétextant que de son temps s’était plus facile. Lilli’ ne l’écoutera pas, bien sur, aussi tête de mule qu’elle, il y avait pas. Enfin, ce n’était qu’au bout de quelques heures que le portable de l’inspecteur McCartney sonna et bien sur quand elle remarqua que cela venait directement du boulot, elle poussera un soupire avant de décrocher. Elle était visiblement conviée en urgence au commissariat, sur le moment elle se demandait ce qu’il pouvait bien se passé, mais on lui expliquera rapidement que la situation était grave. Lilliana ne se fera pas prié pour dire qu’elle arrivait rapidement et elle saluera son père avant de quitter le petit appartement de celui-ci pour se diriger vers sa moto, seul moyen de locomotion qu’elle avait, et de l’enfourché pour se diriger à vive allure vers le commissariat en question.

Lilliana s’arrêtera juste en face, voyant l’agitation elle se dépêchera de descendre de sa bécane pour entrée dans le dit commissariat ou plusieurs personnes furent réuni, pour une sorte de débriefing qui avait déjà commencer. Sa parlait d’un gaz… D’hallucination… Elle ne comprenait pas ce qui se passait mais on tendra des masque à gaz, pas très joli comme attirail hein? La jeune femme a la chevelure brune l’observera un moment avant de partir aussi vite qu’elle était pour aller se préparer, se changeant rapidement, un simple pantalon de couleur vert un peu de type treillis, un haut noir, une petite veste verte sans manche, et bien sur ces bottes. La jeune femme attachera ces holsters et y mettra ces armes en plus d’un couteau dans sa chaussure, elle jettera un coup d’œil au masque à gaz, avant de soupirer, et partira l’objet à la main vers le centre des opérations, écoutant ce que les autres disaient, avant de suivre le mouvements, enfilant le masque a peine sortie du commissariat en voyant que la fumée blanchâtre s’échappait déjà des égouts… C’est part la que sa se propageait? Lilliana hausse légèrement un sourcil de derrière son masque, se disant aussi qu’elle devait avoir une bonne tête trop magnifique avec ce truc sur la figure… mais au moins sa lui éviterait de devenir complètement folle et de voir des choses inexistante, d’ailleurs pas mal de personnes autour d’elle voyait ces « choses », ils avaient l’air apeurée pour certains, d’autre comatait littéralement…

*Quel connerie…*

Pensa la jeune femme a la chevelure brune en voyant la scène qu’elle avait sous les yeux alors qu’elle continuait à avancer en suivant ces collègues, grognant et sentant la frustration l’envahir face à ce qu’il se passait dans cette foutu ville. Certains furent envoyé à plusieurs coin de la ville, d’autres partirent vers les égouts, si le gaz venait de par là, c’est que sa devait être le centre des opérations, non? En tout cas la policier suivra le mouvement sans trop se poser de question, dans tout les cas elle avait un masque sur le visage, sa lui éviterait de devenir timbré avec de la chance. Elle soupirera légèrement en s’engouffrant dans les conduits des égouts, qu’Est-ce qu’on allait bien pouvoir découvrir hein? En tout cas la fumée, enfin le gaz plutôt était beaucoup plus dense ou elle se trouvait qu’à l’extérieur… Donc d’une certaine façon c’est qu’ils avaient vu juste, le tout était de trouver sa source et faire cesser tout sa et se serait sûrement plus compliquer hein?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeSam 12 Avr - 21:40





"You'll cease of Fear by ceasing to Hope"

Gotham est le genre d'endroit lugubre et pourtant si fascinant, le vice qui ronge cette ville qui, je n'en doute pas un seul instant devait être une bourgade tranquille à un moment, s'est transformée en une métropole monstrueuse. Comme ces habitants de Salem qui, par la folie, accusèrent plus d'une centaine de personnes de faire de la sorcellerie pour des histoires banales. Au moins, l'air pollué, ça fait du bien aux poumons... Quand on est habitué à avoir son âme et son coeur noircis de jour en jour.

Je me trouvais sur un toit, dans une rue peu fréquentée, j'étais dans ma tenue de travail. Mon sabre dans son fourreau et accroché à mon dos, un pistolet, calibre neuf millimètres, au cas où un imprudent se sentirait trop sûr de lui, je sais qu'une cartouche dans le corps, ça fait crisser les dents, et convulser les yeux en même temps. J'observais alors, comme une gargouille, j'observais ce mal invisible qui rongeait Gotham, moi, son médicament le plus destructeur, mais celui qui, s'il se trouvait hors de contrôle, pouvait décider de ravager la plupart de mes amis, que je ne compte que sur le pouce de ma main gauche. Papa.

Je savais que j'étais un remède efficace, selon ma façon de penser. Mais il y en avait un autre, une chauve-souris, qui m'intriguait plus que tout au monde, qui attirait ma curiosité. Mes réflexions se croisaient souvent pour se focaliser sur cet être si étrange... Si mystérieux... Comme maintenant, où je ne vois que sa silhouette.

Mais, pas le temps d'y penser plus. J'entends des cris, un imbécile se plaint à sa pauvre mère, sûrement décédée, de se faire bouffer les orteils par des serpents. Un autre, que j'entends hurler à la lune plus loin, parle d'une catin des enfers. Mis à part les putains des quartiers sensibles, je ne connais pas d'autres succubes.

Je me décide alors à descendre, pour voir d'où provient ce bazar qui cause un brouhaha vraiment insupportable, et c'est à mon plus grand regret, qu'en posant les pieds à terre, que je comprenais pourquoi ils hurlaient ainsi, je le regrette, amèrement, comme je regrette d'être l'épée de mon père.

Le vide, tout simplement, si je dois mourir demain, que Dieu ait pitié de mon âme et m'envoie en Enfer, je sais que le Paradis, je ne le mérite pas, mais tout, sauf le vide. Quitte à expier mes péchés en m'arrachant le coeur et en me crevant les yeux.

Puis, tout revient à la réalité, c'est tellement... Surréaliste... Pourquoi ? Parce que je suis à genoux, que plus rien ne compte pour moi, que je suis en train de pleurer, que je ne contrôle pas mes larmes, que je sors mon sabre, que j'ai peur sans savoir pourquoi. Parce qu'en face de moi, il y a une femme qui me regarde avec un air hautain, une personne où son visage n'est qu'un tas d'ombre. Où cette personne, je me permets de l'appeler maman, sans trop comprendre pourquoi...

 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeDim 13 Avr - 0:35






"Tu cesseras de craindre en cessant d'espérer"

Poison Ivy, (Lilliana McCartney), Talia Al Ghul & l’Épouvantail 








        Sinistre mélancolie chaleureuse d'un couple aussi étrange que les membres de la famille Addams. C'est ce que se dirait les gens si ils nous voyaient Ivy et moi en civil, elle, plantureuse pulpeuse au teint verdi par son sang de rose, crinière rousse et élégance poussée à l’extrême aux cotés d'un homme grand et maigre comme un épouvantail au regard sombre caché sous des lunettes de professeur. Mais aujourd'hui mes chers amis, ma Belle et moi étions en tant que dangereux criminels. Partager mes expériences avec quelqu'un me semblait étrange, surtout avec une femme, surtout avec d'ailleurs ma -peut-être?- futur femme, une passion partagée dans l'amour et l'atrocité du cauchemar envoûtant. Nous étions elle et moi dans les rues, elle m'embrasse doucement et je note dans un coin de ma tete qu'il faudra penser à toujours relever cette horreur lorsque ma Belle se joint à moi pour me déposer un baiser, melons l'utile à l'agréable ! Les cris s'intensifient, j'aime ça, je regarde autour de moi lentement et répond de ma voix roque à Ivy :

- Ta chauve souris se pointera sûrement au moment où on l'y attend le moins, soyons patients et profitons de se spectacle assourdissant mais tellement effroyable !

C'est alors que je remarque le regard libidineux de l'un de mes sbires sur les courbes terriblement féminines d'Ivy, je le dévisage et l'attrape violemment par la gorge. Ceci n'est qu'un cinéma, je sais très bien qu'il pourrait me retourner le poignet comme à une fillette, mais j'ai l'avantage d'avoir des aiguilles au bout de chaque phalanges qui ont le choix sur son état psychique à venir.

- Dis-moi, quelles sont tes peurs à toi ?

Le jeune homme régurgite et bafouille des mots incompréhensibles, je n'ai pas le temps de le torturer plus que ça, je soulève d'un coup de doigt son masque à gaz et ses yeux se révulsent. Le gamin était cardiaque visiblement, il me meurt entre les doigts.

- Ça fera de la nourriture pour les chiens errants de Gotham !

Je donne un coup de pied dans le cadavre à la bave dégoulinant des lèvres et admire l'étendue des dégâts de mon poison cauchemardesque : des gens qui hurlent à la mort, d'autres qui se roulent par terre en se griffant le corps au sang, certains violentent les autres puis certains meurt de crise cardiaque ou tout simplement d'épuisement. Tout ce drame épouvantable me plaît. Je jubile.
C'est alors que j'entends un cri m'appelant, je cru au début que c'était un cinglé qui hurlait Épouvantail à cause de son cauchemar mais non, c'était l'un de mes hommes qui déboulait en galopant comme une antilope en ma direction.

- Monsieur Scarecrow ! Une nana s'est rendue dans l'égout ! On fait quoi ?

Je souris sous mon masque affreux, je n'aimais vraiment pas qu'on s'occupe de mes affaires et cette femme venait de le faire visiblement, elle ne pouvait s'imaginer le tourment aux mille et une seringues qui l'attendait... Je chuchote à Ivy de s'occuper de mettre un joyeux bordel dans Central Gotham qui le mérite si bien. Pendant ce temps là, je me dirige vers les égouts, une femme effrayée se jette dans mes bras, je lui tords violemment le cou, elle s'écroule à mes pieds. Je pénètre dans cet antre sinistre à l'origine à ce cher Killer Croc et me glisse comme un serpent contre les paroies de l'égout à la recherche de cette intruse. J’aperçois au loin des fines jambes gambader d'un air timide, un visage doux et misérable de petite fille nerveuse, une insigne de flic sur l'épaule, ce doit être la fameuse visiteuse. Je me fonds dans l'obscurité telle une ombre, m'approchant discrètement d'elle, elle se retourne, me montre son dos, son pas se fait angoissé, elle piétine en arrière, son souffle s'accélère je suis à quelques centimètres d'elle .
Je saisis son cou froid et lui enfonce avec ténacité l'une des seringues de mes phalanges squelettiques dans le cou, elle crie, je souris. Heureusement pour elle, ces seringues contiennent un poison moins puissant que les autres mais tout aussi ignoble dans les hallucinations, elle a juste plus de chance de survivre à celui là. Je lâche son corps crispée, elle s'étend par terre et je la fais rouler près de l'eau avant de rebrousser chemin. Après ce petit moment en tête à tête avec une flic trop curieuse, je grogne à mes hommes de mettre le conteneur en sécurité et d’être au moins cinq autour pour que personne n'aille y toucher, il ne manquerait plus que tout ce plan longuement réfléchi tombe à l'eau à cause d'un manque d'attention. Je pense que mon humeur se ferait glacial et meurtrière bien que je ne sois pas un assassin 'direct'. Ils m'obéissent, je reviens à la surface tout en admirant ce cauchemar réel, il n'y a pas à dire, le désespoir à quelque chose de fascinant...
Je me mets alors au milieu de cette foule prise de panique, ces cris me font frémir, je sens cette sensation de sadisme monter en moi, c'est froid, c'est comme quand une femme vous embrasse délicatement. Au loin, j'aperçois une jeune femme agenouillée, les larmes aux yeux, mon sourire de sinistre Maitre des peurs s'étire, j'aime voir ces pauvres êtres misérables face à ce qui détruit n'importe quel être humain. Je me mets à rire.
Je me rapproche alors d'Ivy, faisant glisser une par une les aiguilles qui prolongent mes phalanges squelettiques sur son cou pour finir par la blottir contre moi.


- Dis-moi, ma Princesse, que penses-tu de rendre cette œuvre d'art encore plus … pétillante dirais-je ? Tes plantes seraient tellement heureuses de reprendre leurs droits sur ce bitume ignoble... Qu'en dis-tu ?


Je lui déposais un baiser sur son front à travers mon masque puis fit signe à deux de mes sbires d'augmenter la dose de toxine.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeMer 16 Avr - 10:50

“ You'll cease of Fear by ceasing to Hope „
Je sens le regard de mon sinistre mais tellement sexy Docteur sur moi et je souris doucement alors qu'il me dit que le Batman viendra quand on s'y attendra le moins donc patience et profitons de ce spectacle. Puis, sans que je m'y attend, Crane se jette sur l'homme qui me fixer étrangement et, pourtant lui qui est tellement frèle face à l'homme, arrive à le maîtriser sans aucuns efforts. Sa voix roque demande au garçon quelles sont ses peurs avant de l'exposer au gaz. Je souris doucement alors que le gamin face une crise cardiaque. Je reprend ma route vers mon tendre épouvantail et le fixe alors qu'il viens me chuchotté de mettre un joyeux bordel dans Central Gotham qui le mérite si bien. Je rigole doucement avant de me baladé tranquillement dans les rues sous les cris de ses pathétiques humains. J'entends toutes sortes de choses et surtout, je vois une brune, a genoux avec un sabre dans les mains.

Je m'approche en souriant et parle d'une voix plutôt sombre « Tiens tiens, une pleurnicheuse. Que fait une gamine avec un sabre ici ? T'es avec cette chauve-souris !? » J'avais totalement oublier le Gaz ou même le fait qu'elle est armée d'un sabre. Je me redresse et regarde mon tendre fou s'approcher de moi avant de faire passer ses aiguilles sur mon cou doucement avant de m'enlacer et de me proposer de reprendre le droit de vie sur ce bîtume avec mes plantes. Je le regarde avec des étoiles dans les yeux et l'embrasse follement avant de m'éloigner un peu de lui et de faire venir des lianes pour pouvoir être en hauteur. « Allez mes bébés, il est l'heure de venir voir maman ! Venez mes amours, ce terrain est désormais à vous ! » Des plantes, des ronces commence à sortir de terre sous les yeux terrorisés des gens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeMer 16 Avr - 11:42




You'll cease of Fear by ceasing to Hope

C'était impossible, simplement impossible. Maman ? Non, je n'y croyais pas... Ce visage fait d'ombres, comment pouvais-je deviner qui c'était. Mon sabre était dégainé, j'avais peur, tout sauf ça. Ne pas voir son visage, ne pas toucher chaque trait dans mes rêves les plus sublimes, était une habitude, mais deviner qui c'était sans avoir une preuve... Non, c'était trop dur, à en mourir. Je m'en voulais, de ne pas avoir réussi à la connaitre, ne serait-ce qu'un instant, de mémoriser sa voix, de me souvenir de son sourire, non, c'était comme ce tas d'ombre, le vide, l'amnésie, une étendue infinie et effrayante. Je reculais craintivement, comme si je ressemblais à un animal blessé face à un prédateur assoiffé de sang. Et je ne voulais pas attaquer pour me défendre, c'était ma mère, et je ne voulais pas la voir partir de cette façon.


Alors, une voix retentit dans mon subconscient, cette personne, maman, avait disparue, et en face de moi, se tenait quelqu'un d'autre... Talia, moi même, la fidèle, celle qui irait tuer pour son père, qui dévorerait chaque âme pour lui, qui trouvera un héritier sans broncher. C'était elle, je reculais de nouveau. Ce côté, j'essayais de l'enfouir au plus profond de moi même, et voilà qu'il revenait matérialisé sous mes yeux. Je levais alors le regard, s'approchant, mon Père, venant prendre Talia au niveau de la nuque, lui susurrant aussi quelques mots. Cette dernière se retourne et l'embrasse, cette fidélité est si absurde... Si morbide que j'ai envie d'en vomir, et dire que j'aurais été prête à tout pour lui, il me répugne.


Oui, il me répugne, car maintenant, je sais. Il a toujours été un collier d'esclave pour moi, que je ne brise pas ses chaînes, c'est tout ce qu'il voulait, car je n'avais pas la force de lui tenir tête. Mais à présent, ce n'est pas ma force, mais celle de ma mère, et cette force n'est pas en moi, mais au dessus de moi, et elle appelle à la révolte, à la désinvolture, elle sonne la vengeance et annonce la mort. Car je ne suis pas la Talia en face de moi, je suis détachée de mes chaînes. Je suis vivante.


Je me relève alors, le regard haineux, tandis que l'autre Talia se voit entourée par des ronces, étrange, mais cela m'importait peu, je levais alors mon sabre, puis, je le pointais en direction de mon père, ma voix de serpent, sifflotante et crachant des paroles provocantes.


"Amène-toi, je vais te prouver que je suis loin d'être la gamine angélique que t'as embrassé à l'instant. Je vais te montrer qu'au dessus du démon que tu es, il y a le diable que je suis."



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeSam 19 Avr - 0:28

"You'll Cease of Fear by ceasing to Hope"
 Poison Ivy, (Batman, Lilliana), Talia Al Ghul, L’Épouvantail ~    




☾     Vous savez ce qui me passionne dans les peurs ? Non ? Vraiment aucune idée ? C'est la puissance de cette émotion qu'est l'angoisse. C'est la puissance de ce sentiment d'effroi qui peut rendre fou n'importe quel homme à l'origine censé, la peur détruit la raison. Comme dirait cet auteur de théâtre « La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.» tout n'est que folie dans un monde peuplé de fou, et moi, l’Épouvantail, je suis ici pour montrer au monde cette forme de folie que j'ai tant étudié. Celle qui à pour cause les traumatismes. Savez-vous qu'un choc psychologique peut rendre quelqu'un irrémédiablement psychotique ? Le cauchemar, pays des mille angoisses, un pays qui a oublié le merveilleux, que la petite Alice Liddell ne pourrait imaginer. Chaque peur ou cauchemar est différent pour chaque personne, l'un verra ses plus profondes craintes en rêvant de voir ses parents, d'autres auront une peur bleue de la mort pendant que certains frémiront devant des animaux inquiétants. Araignées, serpents, souris, des peurs si puérils qui ne m'intéressait pas. Dans chaque esprit se cache une phobie, nous sommes tous sujet à cette partie sombre qui peut nous ronger lorsqu'elle est dévoilée. Perdu dans mes pensées, j'en fut extirpé lorsque l'un de mes hommes déboula en grogna de sa voix extrêmement basse, ce type avait l'allure typique du type aux gros bras des films niais américains, moustachu, tatouages en masse et voix de catcheur, je l'avais bien choisi. Je les avais d'ailleurs tous bien sélectionnés, forts et serviables mais surtout pas assez intelligents pour me tenir tête, j'avais instauré auprès de mes sbires ou de mes collègues un certain effroi me concernant, tous me craignait. Car ils savaient que j'avais la possibilité de les détruire psychologiquement afin qu'ils finissent à Arkham Asylum, dans six mètres carrés à se baver dessus jusqu'au restant de leurs jours.
-Monsieur l’Épouvantail, nous avons augmenter la quantité de gaz, vous pensez qu'il y en aura assez ?

Mon sourire s'étira sous mon masque de jute, je laissais mon rire machiavélique s'échapper, puis, je posais ma main gantée de seringue sur l'épaule du type. J'étais plus grand que lui et surtout, plus mince, il devait etre proche des cent kilogrammes de muscles tandis que moi, je devais peser soixante cinq kilos avec mon costume et mes seringues. Nous ressemblions à l'un face à un miroir déformant tellement nous étions opposés physiquement. Sinistrement, je lui répondais d'un air amusé.
-Voyons, la dose est assez forte pour rentre fou les trois quarts de la population de Gotham, je pense que pour ce petit quartier de misère, nous en avons assez pour remplir les cellules de l'asile, les hôpitaux et autres cabinets de psychologue pour de longues années …

Il y avait cette sensation de profond sadisme qui m'emplissait, sûrement allais-je rencontrer, une fois mon rôle du distant et glacial Jonathan Crane repris, certaines victimes de l’Épouvantail. L'épouvante, une beauté sans pareil à qui sait la voir, certes, mieux veut être celui qui regarde, qui essaie de comprendre que celui qui subit.  Subir, quelque chose d'effroyable que moi-même j'avais du combattre, je me rappelle les tourments de mon père, la peur, j'avais appris à la combattre et maintenant, je la manipulais. Rien n'était plus jouissif pour celui qui a connu l'horreur que de pouvoir ensuite en devenir le maître, si mon paternel n'était pas décédé misérablement dans son lit, j'aurais aimé lui montrer ce que c'est, craindre. Toute personne ayant touché du bout des doigts la puissance de faire souffrir l'autre se sent toujours invincible, comme si rien ne pouvait atteindre ses ailes souillées par la passion de voir le malheur des autres. Puis un jour, ces gens se retrouve bouleversés par celui qu'il martyrisait avant... Voilà ce que j'ai loupé avec mon père, la vengeance. Je errais dans ce pays des Cauchemars que je venais de faire naître dans l'esprit des malheureux, j'admirais ma belle et ses plantes envahissantes, décidément tout était parfait pour un jour d'horreur. Alors que la folie était à son comble, je revoyais cette jeune femme aux cheveux noirs, parlant seule. Décidé à jouer avec son esprit faible, je m'approche d'elle et le regarde, comment me voyait-elle en pleine hallucination ? Ma voix roque retentit comme une guillotine de par sa froideur et son calme...

- Jeune fille, sachez qu'il n'y a qu'un seul moyen de sortir de cet océan de peur qui vous noie peu à peu, tu trouveras la paix ne t'en fait pas, car tu cesseras d'avoir peur seulement quand plus jamais tu n'auras d'espoir.



Dernière édition par Jonathan Crane/Scarecrow le Dim 20 Avr - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeSam 19 Avr - 16:22


You'll cease of Fear by ceasing to Hope
Une nuit froide s'est abattue sur Gotham ... Cette nuit, comme toutes mes nuits depuis mon retour, je les passe dans l'ombre de cette ville, dans la peur des psychopathes qui veulent dégrader ma ville ... Alors que la ville semble calme, des cris m'interpelle vers Central Gotham. Une épaise fumée s'en échappe, que ce passe-t-il ? Je prend la Bat-moto et fonce vers l'endroit alors que mes capteurs m'indiquent une importante zone à risque toxique. Il me faut mon masque ... une fois mit, j'entre dans les rues alors que des gens cours dans tous les sens en hurlant, certains essai même de me frapper mais j'esquive assez facilement et continu ma route. Je vois un homme suivre une jeune femme dans les égouts, ce dernier à un masque donc il doit être impliquer ... Un cri ce fait à nouveau entendre et je fonce vers ce cri. C'est alors que je trouve une jeune femme, une flic en plus, à terre, inconsciente. J'ai eu juste le temps de la rattraper avant qu'elle ne plonge dans l'eau. Son état n'est pas critique mais vu l'entaille dans sa nuque, je me dis que ça ne sent pas bon. Je la met contre la parois et m'assure qu'elle ne risque rien avant de ressortir et de voir, alors, une énorme quantité de plantes et fleurs. Je soupire, encore cette Poison Ivy. Mais cette fois, elle n'est pas seule. Un autre homme, vêtu en Épouvantail est près d'elle, ils sont face à une jeune femme armée d'un sabre. Je me met en hauteur et entends l'homme dire à la jeune femme "Jeune fille, sachez qu'il n'y a qu'un seul moyen de sortir de cet océan de peur qui vous noie peu à peu, tu trouveras la paix ne t'en fait pas, car tu cesseras d'avoir seulement quand plus jamais tu n'auras d'espoir." Elle est en mauvaise posture ... Je vais devoir intervenir. Je saut pour atterrir entre la jeune femme et l'homme de paille. « Tant que je serais ici, Gotham et ses habitants garderons l'espoir. » Ma voix, froide et dure, claque comme un fouet tandis que je fixe l'homme, je vois au loin Ivy faire du grabuge.
Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeSam 19 Avr - 16:31




You'll cease of Fear by ceasing to Hope

J'attrapais alors mon père au niveau de la nuque, il ne fit rien, si ce n'est qu'il posa sa main sur mon bras, je mis mon sabre dans une posture menaçante, se rendait-il compte à quel point j'étais haineuse ? Que mon mascara était foutu en l'air par sa faute, parce que je pleurais, impossible de dire comment c'était arrivé, mais je pleurais beaucoup. J'hurlais alors.

"BATS TOI BORDEL !"

Je ne pus pas terminer, j'aurais tant voulu lui trancher la gorge à cet instant, mais quelque chose s'était mis en travers de ma vengeance. Je fus envoyé à terre, sans trop de douleurs, mon père lui, faisait à présent face à lui. Le justicier, Batman.

Je n'en revenais, pas, il était là, c'est impossible, c'était ma vengeance, c'était mon bonbon, mon plaisir, et voilà qu'il me volait ça sans scrupules, j'aurais pu lui faire payer cet affront. Mais j'étais trop impressionnée pour faire quoi que ce soit, il était vraiment... Captivant.

Je me relève alors, il fait toujours face à Ras, et l'autre Talia est assez éloignée, mais elle ne tardera pas à arriver, je le sais, et surtout quand Batman menace père. Quant à moi, je reste derrière le chevalier noir, j'essuie mes quelques larmes, essaie d'effacer les traces de mon maquillage qui ont coulé.

"C'est mon combat, pas le votre, justicier."

Dis-je alors à Batman, mais je n'allais pas non plus lui dire de dégager, non, avec lui, je me sentais plus en sécurité... Je me sentais plus à l'aise et moins à l'affut, j'étais enfin protégée, et ce, sans le vouloir, alors que la loi de nature aurait voulu que j'en fasse un ennemi, alors que c'était tout le contraire.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeLun 21 Avr - 0:01

"You'll Cease of Fear by ceasing to Hope"
 Poison Ivy, (Batman, Lilliana), Talia Al Ghul, L’Épouvantail ~    





Il était là. Le fameux, le justicier majestueux, l'espoir de Gotham en personne devant l’être qui avait la capacité de détruire le mental de toute la ville. J'étais ce monstre qui se cache sous les lits des enfants, inquiets de ce monde étrange que construit peu à peu leur imagination. L'imagination, voilà une chose bien particulière. On pense toujours que cette capacité mentale sert à s'enfuir de la réalité morbide, que c'est une chose magnifique qui nous retient de n’être plus que des êtres en état de zombification sans âme et profondeur d'esprit. Mais au final, qu'est-ce qu'un cauchemar sans imagination ? Ne serait-ce pas l'imagination qui fournie à nos pires souvenirs ou angoisses les armes pour intensifier l'horreur ? J'en étais convaincu, j'étais donc un monstre de l'imaginaire et de la peur, des phobies et du chimérique, maître de l'onirique malsain.
Je me redresse face à cet hybride, mi-homme mi-chauve-souris, espèce de monstre de placard ambulant, nous sommes dans ce carnaval du Diable dont les manèges tournent sans cesse. Je l'observe avec attention à travers mon regard fictif de fantôme, il ne semble pas touché par mon gaz stupéfiant, je soupçonne un minimum d'intelligence et de prévention dans cet homme. Mais que croyait-il ? Moi aussi je de la perspicacité. Arrêtez donc, braves gens d’être persuadés que ce que l'on traite à tord et à travers de 'dangereux criminels' ne sont pas intelligent. J'étais moi-même insulté de hors-la-loi, alors qu'au final, je n'étais qu'un chercheur. Seulement, nous vivons dans une société qui n'accepte pas ce genre de recherche... On préfère se pencher sur sauver des vies, vaincre les cancers et tant d'autres choses, alors que moi, scientifique et psychiatre des phobies, je me questionne sur ce qui dérange. Qui donc s'intéresse aux profondeurs abyssales de l’âme ? De ce qui pourtant fait dépendre la vie de quelque chose ? Nos peurs nous guident, nos peurs définissent quel chemin nous prendront si nous sommes perdus, quelle femme nous oserons aborder dans la rue … Tant de banalités.
Je dévisage cette chimère dont le doux pseudonyme est Batman, c'est étrange et à la fois honorable de l'avoir devant soi, j'avais la possibilité de briser en quelques mouvements de danse l'esprit du justicier le plus redouté des criminels de Gotham City, il ne connaît sûrement pas mes capacités, ni mes cachotteries nauséabondes... Comme un chat de gouttière, je tourne lentement autour de lui dans un silence de funérailles, je suis une ombre qui se dessine sur le sol, je sens malgré mon attirail d'épouvantail les quelques gouttes qui commencent à dévaler le ciel. Un temps parfait pour faire sombrer encore un peu plus ce quartier dans l'horreur, tout en m'appuyant sur ma grande faux, je regarde Batman et lui fait écouter pour la première fois ma voix modifiée, grinçante comme une porte, sinistre comme un corbeau.

-Batman … Voilà un être que je ne m'attendais certainement pas à rencontrer en une si froide journée...


La pluie commençait a devenir un léger voile de gouttelettes, le vent soufflait légèrement augmentant le déplacement des toxines libérées. Si j'agissais maintenant, d'un coup de faux et d'un coup de poing, il me briserait comme un vulgaire jouet. Là est mon point faible, je ne suis pas un as en matière de combat rapproché. Je désigne la jeune victime au sabre d'un coup de tête futile.

-Cette jeune fille ne s'en sortira jamais Batman, ses peurs ont bien trop envahies sont pauvre petit esprit faiblard … Oh, c'est chagrinant … Et toi, justicier ?

Il ne devait pas s'y attendre tellement ma voix était posée et calme comme un nourrisson endormi. J'aurais pu bercer des gosses sur mes phrases, mais non, alors que tout était calme et apaisé, malgré le souffle très très légèrement inquiet de ce Batman, je lui sautais dessus comme une bete sauvage tout en plantant violemment mes phalanges de seringue à son cou. Deux d'entre elle transpercèrent son costume avec minutie comme de la haute couture, je tenais son cou entre mes mains squelettiques, son souffle s'accélère, je l'immobilise, je le laisse tomber à terre.

-Les apparences sont parfois trompeuses, justicier.
Murmurais-je près de lui, la preuve, tu as douter de moi. Tant mieux ai-je envie de dire, doux cauchemars, Batman.
J'écrase sa main avec le bout de ma faux et le dégage de ma route d'un grand coup de pied dans les cotes. Ses seringues contenaient un poison dont les effets -ignoblissimes- durent environ une dizaine de minutes, j'avais nettement le temps de décamper avec Ivy et admirer une dernière fois, cette toile de maître.



[/font][/size][/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeLun 21 Avr - 15:18


Mais... C'est la folie ici! haha...
→ L'épouvantail, Lilliana, Poison ivy, Talia al Ghul, Batman ←


Doucement… Á pas de loup… L’inspecteur McCartney avançait dans ces égouts, dégelasse soit dit en passant, pas étonnant pour un endroit pareil hein? La dernière fois qu’elle était venu ici, elle y avait rencontré un homme crocodile, le truc le plus fou qu’elle avait put voir dans sa vie de flic…  Enfin, ce n’était pas réellement le moment de pensée à ce genre de chose pour l’instant, elle avait un boulot à faire, même si l’endroit ne lui plaisait absolument pas, il fallait qu’elle trouve la source de cet étrange phénomène, ce gaz qui rendait fou presque tout le monde… Ce ne serait qu’une question de temps avant que cela ne touche la ville tout entière et il était hors de question que ça arrive. La jeune femme continua son petit bout de chemin, elle était entrée avec quelques flics, mais ceux-ci continuèrent leur route alors qu’elle préférait se séparer deux pour avoir plus de terrain afin de trouver cette source de gaz, seulement… c’était sûrement l’idée la plus mauvaise qu’elle avait eut dans sa vie, Lilliana aurait mieux fait de resté avec le petit groupe au lieux de partir seul dans les conduits des égouts, même si elle en avait parcouru déjà une bonne partie il y a un bon moment de cela, sa ne voulait pas forcément dire qu’elle ne se perdrait pas, ou qu’elle ne tomberait pas nez à nez avec un… alligator par exemple…

Mais comme si la vie en voulait à cette pauvre fille… C’était pas un foutu reptile qui allait finir par « l’attaqué », non sa allait être bien pire que cela, même avec une arme en main, et sa lampe torche dans l’autre pour éclairer ces foutu galeries nauséabondes, on dirait bien que  son petit équipement n’avait pas suffit, malgré son masque également, elle sentira quelque chose dans sa nuque et l’instant d’après, elle avait l’impression de finir dans une sorte de rêves, la jeune femme ne s’était absolument pas rendu compte que quelque un lui avait visiblement injecter quelque chose et encore moins qu’il était si proche d’elle… Son « rêve » ou plutôt son cauchemars n’était absolument pas ce qu’elle aurait voulu revoir dans sa vie, elle se revoyait enfant, une jeune adolescente qui sortait avec ces amis et de nouveau cet attaque par ces criminelles qui en voulait à l’argent dans le centre commercial… Et puis elle revoyait son ami pleine de sang, en train de mourir sous ces yeux et elle ne pouvait rien faire pour l’aidé. Elle était bien trop jeune à l’époque pour faire quoi que se soit… mais la elle savait qu’elle avait quelques années de plus, la flic pouvait l’aider à la sauvé et la ravoir à ces côtés… Des murmures sortirent de ces lèvres, alors qu’elle prononçait le prénom de son ami.

« Lucia… Lucia… »

Même si elle revoyait cette scène qu’elle aurait voulu ne plus jamais revoir, que Lilliana avait tout fait pour éviter de se souvenir de cet évènement, on dirait bien que la jeune femme avait inconsciemment craint cette évènement toute sa vie et elle refaisait surface si facilement… La jeune femme revoyait son amie se faire tirer dessus et se vidé de son sang en boucle dans son « rêve », et puis elle revoyait sa tante… Ho cette tant, armée de son bâton qui n’hésitait pas à frapper sur la petite Lilliana enfant qu’elle avait encore sous les yeux. L’inspecteur de police se tiendra la tête un long moment, avant de  finir par s’évanouir à peine quelques secondes après qu’elle avait reçu la piqûre, même si son cauchemars avait l’air de durer plus longtemps que ça. Était-ce normal? Est-ce qu’on pouvait réellement faire subir ce genre d’épreuve à une personne? Visiblement oui et c’était belle et bien ce qu’il se passait avec Lilliana, d’ailleurs combien de personne subissait ce genre de chose hein? On pouvait se le demander… mais ce n’était pas vraiment le moment, la petit inspectrice de police était inconsciente, elle aurait put tomber à l’eau, mais on dirait bien qu’on avait fait en sorte de la déplacer, et elle rouvrira les yeux doucement, son regard encore flou, il lui faudra un petit instant avant que sa vue ne revienne à la normal, enfin plus ou moins, elle  se demandait ce qu’il y avait bien put se passé pour qu’elle finisse à terre, elle attrapera sa lampe torche sur le sol et éclairera autour d’elle avant de soupirer… Elle savait ce qu’elle avait vu… Lilliana gardait en tête ce « rêve » cauchemardesque…

Miss McCartney se relèvera doucement, il ne fallait pas qu’elle reste la , pourtant son regard sera attiré par un bruit, comme si on frappait contre les tuyaux avec quelques chose, un bout de bois ou même une barre de fer, et puis elle entendra une respiration, la jeune femme éclairera dans la direction d’où ce bruit venait, elle ne savait pas si elle « rêvait » ou si s’était réelle,  Lilliana n’arrivait pas à faire la différence, sûrement à cause de cette piqûre qu’elle aurait reçu sans qu’elle puisse se rendre compte de quoi que se soit?  La jeune inspectrice de police observera la direction d’où venait donc ce bruit et elle verra une silhouette dans l’ombre,  et puis une  seconde apparut à quelques mètres d’elle et il ne lui faudra pas longtemps pour reconnaître son amie… De nouveau elle prononcera son prénom, et cette fille avait l’air différente de ce qu’elle connaissait de Lucia, elle était plein de sang, elle voyait des gouttelettes d’hémoglobine tomber sur le sol et puis le visage de sa tante apparu derrière Lucia, avec un bâton, non… une barre de fer cette fois… Bien qu’elle ne pouvait savoir ce qu’il se passerait la jeune femme n’avait pas envie de resté là et elle ne cessait de se dire que s’était impossible, elle marchera à reculons, cherchant un chemin pour fuir ces deux personnes, quel cauchemars que de devoir revivre certains moment de sa vie qu’on préfèrerait oublier, hein?

Lilliana les voyait approché petit à petit, Lucia ne cessait de lui dire que c’était de sa faute et que c’était elle qui l’avait tué et puis on avait sa tante, qui lui criait qu’elle la punirait de tout ces actes… Est-ce qu’elle était réellement la cause de ces moment? Sincèrement elle ne voulait pas y croire, mais Est-ce que la culpabilité de la mort de son amie enfouit depuis toujours ne remonterait pas pour finir par lui faire croire que c’était vraiment de sa faute? A ce moment là, Est-ce qu’elle méritait réellement sa plaque de flic? La jeune femme commençait sérieusement  à ne plus savoir quoi pensée de tous ça, une devait être morte, l’autre enfermé  et elles étaient toutes les deux devant elle, comme si elles avaient toujours été là… Habituellement, même si elle ne comprenait pas et qu’elle aurait été affolé, sa carapace qu’elle s’était construite aurait fait en sorte qu’elle se batte pour s’expliquer, mais la on dirait que tout ce qu’elle avait fait jusqu’à maintenant avait servit à rien, cette carapace avait comme été détruite en un seul coup avec une massue et ces sentiments se mélangeait entre la peur, le regret et la tristesse… Sa douleur grandissait… Et elle ne voulait qu’une seul chose, fuir ces deux femmes pour ne plus jamais les revoir… Mais Est-ce que c’était réellement Lilliana? Est-ce qu’elle était vraiment cette fille?

Il ne faudra pas longtemps à Miss McCartney pour prendre ces jambes à son cou, fermant les yeux un moment, elle secoua vivement la tête, alors que les cries et les paroles de son amie et de sa tante ne cessèrent de raisonner dans sa tête, elle trouvera une échelle, par ou elle était entrée et finira par sortir des égouts en grimpant rapidement l’échelle en question et sortira rapidement, essoufflé,  paniquer, elle regardera rapidement autour d’elle, la ville était en pleine panique… des gens courait, criait, certains attaquait même d’autres personnes et d’ailleurs c’était sans compter le fait qu’un des citoyens de Gotham tentait de la planter avec un couteau, elle aura juste le temps de  bouger, finissant les fesses sur le sol et elle marchera à reculons, rampant sur le sol pour s’éloigné. Est-ce que ce genre de chose pouvait réellement existé? Mais bon sang… Que se passait-il!? Et puis de nouveau elle verra sa tante et Lucia sortir des égouts, elles n’arrêtèrent pas de prononcer son nom… des murmures qui ne cessèrent jamais résonnèrent dans ces oreilles et dans sa tête, et elle se recroquevillera sur elle-même, jusqu’à ce qu’elle décide de se relever quand elles se rapprochèrent un peu trop et de fuir de nouveau, on pouvait d’ailleurs se demander si elle fuira encore longtemps?

« Merde!  Lucia… Ma Tante… Laissez moi tranquille! »

Lilliana courra le plus vite possible, le plus longtemps mais ces deux femmes avaient l’air de ne jamais la lâcher, malgré le fait qu’elle fuira ces deux personnes, la jeune femme verra une autre femme, qui s’amusait a faire poussé les plantes un peu partout, et deux hommes, un gars qui avait l’air tout droit sortie d’un film d’horreur avec son costume d’épouvantail et puis le Batman, elle avait entendu parler de ce super justicier de la nuit… Elle ralentira sa course, même si elle était à quelques mètres d’eux, la jeune femme se fera pousser par des citoyens en fuites, ou ils poursuivaient quelque un? Elle en savait rien et pour l’instant ce n’était pas le plus important, de nouveau les fesses sur le sol, Lucia et sa tante était de nouveau en face d’elle, bien trop près à son goût et elle se fera traîner sur le sol en reculant à l’aide de ces jambes et de ces bras, leur criant de déguerpir, de la laisser. Elle avait certes une arme, mais jamais elle leur tirerait dessus délibérément, au cela, jamais!



[HRP= Ivy m'a dit que je pouvais répondre avant elle! Alors je le fais, j'espère que sa ira pour tout le monde ♥]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeJeu 1 Mai - 14:11

Le tour de Ivy/Batman est sauté, à Talia Al Ghul de répondre !
L'Event va bientot se terminer les enfants, faites vos dernières petites affaires !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeJeu 1 Mai - 14:25




You'l cease of Fear by ceasing to Hope

Tu sais la peur, la terreur, c'est dans la tête que ça se passe, c'est l'imagination qui fait tout. Alors, vide ta tête, essaie de pas imaginer. Tu serais étonnée de voir à quel point tu peux être courageuse...

Exposez-vous à vos peurs les plus profondes; après cela, la peur ne pourra plus vous atteindre...

Voilà ce qu'il se passait dans ma tête, même si Batman était là, il s'était fait planter quelque chose dans la peau par mon père, bien que je sois derrière lui, je pouvais rester dangereuse, j'étais même dangereuse. Je n'allais pas le pousser pour qu'il me laisse la place afin que je saute à la gorge de mon père, j'attendais plutôt l'opportunité... Mais en même temps, ça me faisait peur, comment allait-il réagir en voyant que sa fille allait l'attaquer ? J'étais prise entre deux feux, celui de venger ma mère, sans savoir ce qu'elle pensait de cette situation, ou bien celle de m'agenouiller face à mon père, pour prouver ma soumission face à sa puissance et à exécuter n'importe lequel de ses désirs... J'étais partagée entre une haine viscérale et un amour ancré dans mes entrailles, et c'était ça le plus destructeur dans cette situation. L'autre Talia était partie un peu plus loin, hors de portée. Il n'y avait que lui... Que lui dans mon champ de vision, Batman devant moi... Bouclier humain... Non, il se ferait détruire...

Je le poussais alors sur le côté, me jetant sur mon père, mon genou gauche allant directement dans son plexus solaire, j'avais fait un léger saut, en espérant que ce coup allait le neutraliser et le faire tomber à la renverse, impossible de savoir si il allait tenir face à ce coup que j'avais essayé de placer de façon à ce qu'il ne souffre pas trop quand même. Je voulais régler mes comptes avec lui depuis un petit moment, mais je n'avais pas envie de le blesser voir de le tuer... Même si lui, n'avait fait que me blesser durant toutes ces années, que ce soit durant mon enfance ou mon adolescence. Moi qui étais sa progéniture, je me retrouvais comme un anti lui. L'anti-démon... Le diable...

Je ne savais pas ce qu'allait faire Batman, si il allait me considérer comme une alliée potentielle ou comme une adversaire après que je l'ai poussé. Impossible de savoir aussi ce que l'autre Talia allait faire si elle voyait père se faire attaquer, sans doute le défendra t-elle au péril de sa vie... Dans ce cas, je risque de mourir... Car même si quelqu'un blesse seulement mon père, je peux me transformer en véritable tueuse pour le défendre... Oui, c'était une situation particulière, ou n'importe quel facteur était établi par la mort en personne...




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeVen 2 Mai - 12:07


You'll cease of Fear by ceasing to Hope
Que ce passait-il ? Que m'avais fait ce fou ? Mon genoux ce pose à terre et je grogne un moment pendant que ma tête tourne. Ces effets ressemble trait pour trait à la toxine que Robin à eu dans le corps il y a quelques jours. Ce pourrait-il que ... Que l'Epouvantail soit ce Crane ? J'entend une voix, cette voix je pourrais la reconnaître entre mile ... Mère ! Non c'est impossible ! Ma mère est partie et je sais qu'elle ne reviendra pas ... Non ce n'est pas vrai, je ne vous ai pas laisser mourir ! Non ... Je tente de me calmer et reprend peu à peu mes esprits pour voir la jeune brune sauter à la gorge de cet Epouvantail. J'aurais voulu l'arrêter mais une liane d'Ivy s'en charge et l'envoi loin de l'Epouvantail. J'ai eu juste le temps de la rattraper avant qu'elle ne se fracasse contre le sol.

Alors résumons la situation. Nous sommes victimes d'hallucinations, Poison Ivy fait équipe avec lui et je penche même à plus qu'équipe et les plantes les protèges. Avant de pouvoir attaquer ce fou, je dois neutraliser Ivy. Sans elle, il sera vulnérable. Je fixe la jeune brune « Les attaqués de front de sert à rien comme tu as pu le voir. Le poison va bientôt se dissipé avec la pluie, je te conseil vivement de te préparer à une attaque de la femme car elle ne semble pas tellement ravie de ton attaque. » Et je pense que ça va bientôt finir ... Poison Ivy fixe avec hargne la jeune brune tandis que je fixe l'homme sous le masque alors que j'entend toujours les hurlements de ma mère et de mon père ...
Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeMar 6 Mai - 2:10


«You'll cease of Fear by ceasing to Hope»


Batman s'effondre à mes pieds et je laisse filer entre mes dents un ricanement horrible dont l'appareil modifiant ma voix donne à ce rire un son effroyable, un rire cauchemardesque digne du maître des peurs.
C'est alors que la jeune ninja, désormais en plein rêve funeste se jeta sur moi d'une violence sans pareil pour me donner un grand coup de genou dans le poitrail, je me retournais pour souffrir en grinçant des dents. Cette peste venait de commettre une erreur qui restera encrée dans l'esprit de l'épouvantable Épouvantail. Je me retourne vers elle, fou de rage et la dévisage alors qu'elle est à terre, je l'attrape par les cheveux et lui envoi une grande gifle en pleine figure, la laissant retomber lourdement.

-Pauvre gamine, je te souhaite une mort violente sous les convulsions de ton cœur. Ne t'en fait pas, je me chargerais moi-même de confectionner le poison qui te fera périr...  


Je me tiens douloureusement la poitrine, ma respiration est saccadée je ne sais pas ce que cette ninja cinglée m'a fait, mais elle le regrettera. N'étant pourtant pas un meurtrier, je désirais profondément assassiner cette jeune femme brune, mais non pas d'un coup de poignard, non pas d'un grand coup de faux pour voir sa tête rouler à mes pieds non, ni même d'une balle entre les deux yeux, mais plutôt d'un douloureux virus concocté par moi-même qui rongera chacun de ses organes vitaux pour finir la vie dans d'atroces souffrances. C'est alors que ma tendre moitié utilise ses précieuses lianes pour envoyer la ninja plus loin je souris et cherche Ivy à travers cette masse de plantes entrelacées et enroulées comme des couples mystérieux. Il ne nous restait plus trop longtemps avant que les effets des toxines s'estompent, il fallait donc pour ma Belle et moi de prendre la poudre d'escampette. J'admirais ce cauchemar grandiose mêlant nature et imagination glauque de la race humaine.
Je tourne la tête en entendant des pas se dirigeant en ma direction, peut-être un nouvel aventurier qui veut se piquer aux mortelles seringues de l'ignoble Épouvantail ? Non, rien de cela, c'était juste deux de mes hommes qui arrivaient en ricanant fièrement.

-Patron ! Vous manquez un truc franchement drôle ! La flicette que vous avez empoisonnée dans les égouts elle est en train de courir dans tous les sens comme un lapin ! Ha-ha !
-Elle croit même être poursuivie par sa tante et une autre nana !


Un sourire malsain s'esquissa sur mon visage caché, il était cependant visible à travers mon masque mes dents blanches qui donnait à cet accoutrement un ton sinistrement psychopathe. Mon corps longiligne se dessine dans l'épaisse fumée des nombreux véhicules qui s'étaient percutés les uns contre les autres formant un chaos sans limites.
Il n'y avait malheureusement plus le temps d'admirer ce somptueux paysage, je devais retrouver Ivy au plus vite, c'était impossible de la laisser ici, les forces armées n'allaient pas tarder à arriver et ils avaient l'interdiction de toucher un cheveu de ma future fiancée. Car oui mesdames et messieurs, l’Épouvantail est un homme certes, froid et distant, mais aussi extrêmement possessif. Je m'enfonçais à travers la foret sinueuse, mes vêtements s'accrochaient dans les ronces, j'imaginais une scène qui me fit légèrement rire. Moi arrivant à moitié nu à Ivy... Non, ce n'était pas le bon moment pour les petits  instants de folie. Je tente malgré tout de garder mes vêtements tout en ne faisant aucun mal aux plantes chéries de ma chérie, sinon, j'aurais le droit à une scène ne rentrant. Après dix longues minutes de recherches, je la retrouve, belle comme un Lys.

-Ma chérie ! Je pense qu'il est temps que nous rentrions nous et tes bébés avant que l'armée et les flics viennent s'en prendre à nous !

Je l'attrape par la main et nous galopons à travers les plantes et les ruelles, Park Sheldon n'est pas très loin … Il ne suffira qu'à l’Épouvantail de troquer son costume épouvantable pour son habituel trois pièces et à Ivy de se cacher dans la longue veste de son cher compagnon...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitimeDim 18 Mai - 17:14

>> Nothings helps! <<

L'épouvantail, Poison Ivy, Talia AL Ghul, Le Batman, Lilliana McCartney

Cette ville était en train de partir en cacahouète et visiblement il n’y avait pas grand monde qui pouvait arrêter tous ça, à moins d’avoir un super grand coup de chance? Enfin, Lilliana avait beau voir sa tante et son amie Lucia, elle avait l’impression que se soit tellement réel, mais comment cela pouvait réellement se produire? Une était morte et l’autre était en prison depuis bien longtemps et si elle s’était échappée, Miss McCartney aurait été la première au courant! Il est clair que la jeune femme ne comprenait pas vraiment ce qu’il lui arrivait, mais sa ne l’empêchait pas pour autant de savoir ce qu’elle devait faire d’un côté, elle voyait bien que l’ennemie était à quelques mètres d’elle, et ils étaient pas seul, il avait ce chevalier noir et cette femme brune. Qui d’ailleurs se fera violemment écarté et puis cet épouvantail partira avec cette fille verte aux cheveux rouge, elle avait l’air d’avoir le moyen de se servir des plantes ou quelque chose dans le genre. La policière McCartney ne savait pas comment cela était possible, mais d’un côté s’en fichait carrément, il fallait que ce carnage cesse et elle comptait bien faire quelque chose. Elle voyait toujours cette tante psychotique et sa défunte amie mais essayait au mieux de faire en sorte de ne plus s’en occuper, même si leur voix continuait de résonner dans sa tête.

La tante: « Qu’Est-ce que tu crois…? Que tu vas pouvoir faire quelque chose? Tu sers à rien! Vermine! Comme ta mère! »

Lucia: « Tellement inutile que des gens meurt à chaque fois autour de toi! Même ton père finit paralysé! Vermine! »

Miss McCartney serra les dents en entendant ces paroles de ces deux personnes… Ils étaient là, alors qu’il était impossible que leur présence soit réel. Est-ce que c’était une sorte d’illusion? Ou devenait-elle tout simplement folle? Il y avait tout de même de quoi se poser des questions! La jeune femme fera pourtant comme si elle n’entendait rien, essayant au mieux de se concentré sur ce foutu épouvantail et sa dame verte, elle se relèvera et se mettra à courir en leur direction, passant au mieux entre ce longues branches pleine d’épines, dont certains lui grifferont la peau du bras, sa jambe, elles déchireront un peu quelques parties de ces vêtements, mais rien de bien grave. Lilliana grimacera à chaque fois que ces foutus épines la griffera, elle dégainera son arme au mieux et prendra en joue cette épouvantail si terrifiant, elle avait sérieusement l’impression que sa vue n’était pas… normal, elle aurait absorbé un peu de ce gaz étrange? Lilli’ en savait rien, elle sait qu’elle avait ressentit quelque chose qui l’avait « piquer » dans les égouts mais ne voyait pas vraiment de quoi cela pouvait s’agir. En tout cas, ce qui était sur c’est qu’elle ne pouvait pas laisser filé ces criminels comme ça, il fallait qu’on les arrête, il fallait que la ville se remette de cette folie, que ce gaz disparaisse, que ces foutus criminels soient enfermés!

Même si les voix continuèrent à résonner dans sa tête, Lilliana fixait l’épouvantail qui se faufilait dans ces branches épineuse et elle tentait de le suivre au mieux, se concentrant un maximum, avant de finir par ouvrir le feu, elle n’hésitait pas à tirer par trois fois, la première elle se ratera bien sur, la balle se plantera dans une de ces branches épineuse et les deux autres… elle ne savait pas vraiment si elle avait réussit ou pas, mais avec un coup de chance il allait être blesser non? La jeune femme continuera tout de même son ascension dans cette « foret » de branche et d’épines… Il fallait pas les lâchés!

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" Empty
MessageSujet: Re: Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"   Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope" I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Event l'Epouvantail : "You'll cease of Fear by ceasing to Hope"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: