Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le bucheron et l'électricienne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le bucheron et l'électricienne.   Mer 9 Juil - 19:19

HJ:
 

Le bûcheron et l'électricienne
Harper & Jeffrey
Les Dock. Il était venu là en espérant de tout son petit cœur, petit cœur qui est en faite le miens aussi, qu'il ne somnolerait pas. Qu'il ne faiblirait pas. Qu'il me contrôlerait. C'était mal me connaitre. Mais je laisse à mon protégé le plaisir de croire qu'il avait réussi. Je peux voir dans ses pensée qu'il n'a jamais vu les dock comme ça. Que rien que le fait de m'avoir vaincue pourrait rendre magnifique la plus horrible des horreurs. Il m'énerve, mon dieu qu'il m'énerve. Utilisant toute ma volonté, je pris le contrôle du corps. Je le sentie perdre pied, prendre peur, hurler. D'ailleurs, notre corps hurla. Le hurlement déchira le silence qu'était la nuit, alertant surement tout les habitants à 500 mètres à la ronde. Le con.

J'étais maintenant aux commandes. Je l'entendais sangloter et s’apitoyer sur son sort dans un coins de notre tête. Bordel mais que ferait-il sans moi ? Il était bien trop faible. Bien trop... Gentil. Heureusement que j'étais là pour faire pencher le balance. J'étais là pour le protéger avant tout, après tout c'est lui qui m'avais créé suite au meurtre de tonton gros porc. Surement pour ce trouver une excuse. Je n'avais jamais compris.


Moi, je suis un atout à double tranchant. J'étais là pour le protéger,oui, mais j'avais aussi la soif à étancher. Une soif que toute l'eau du monde ne saurait combler. La soif de sang. Quand je prenais le contrôle, souvent la nuit, ça se soldais souvent par une hécatombe. Des litres et des litres de sang déversé, s'étalant en de magnifiques arabesques sur le sol. Un chef d'oeuvre. Toute les nuits je créais un chef d'oeuvre. Je suis un artiste.


Mais maintenant, actuellement, j'étais dans sa chemise rouge à carreau noir, dans son pantalon d'un brun sale et horrible, le visage à l'air libre, tout le monde pouvait me voir, me reconnaître, c'était l'attirail de Jeffrey Manson. Pas le miens. Le miens était dans le gros sac que j'avais réussis à faire emmener à l'autre. Au hoquet de surprise qui retentit dans mon esprit, je sue que j'avais finement joué mon coups. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il l'avait porté jusqu'ici.


Souriant de toute nos dents, j'allais me cacher dans une ruelle, et enfilait mes biens les plus précieux, mon pantalon d'un noir de jet, ma chemise noir aux magnifiques carreaux rouges sang, mes gants en tissus et enfin la seconde choses la plus précieuse de tout mes biens cumulé. Mon masque. Un splendide masque à gaz noir, des deux vitres de protections rouge hémoglobine, pour les yeux, il n'en restait qu'une mais ce petit défaut était vitre compensé par le clou du spectacle qu'étais ce masque, le trous juste en dessous des yeux, un trou, un simple trou. Un trou qui faisait du masque une tête de mort plus noir que la nuit. Avec ça j'étais la personnification de la mort.



Puis sachant ce que j'allais faire, il se rebiffa, tenta de reprendre le contrôle, mais je calmais d'une baffe mental. Et je saisie l'objet le plus précieux que je possédais. Ma hache, ma grande hache de bûcheron, à la tête de métal scintillante sous les rayons de lunes, son manche d'un bois brun foncé tirant presque sur le noir, était lisse, brillant, et surtout permettait une superbe accroche.

Souriant plus largement encore, je sorties de la ruelle et fit quelques moulinet avec la hache imaginant des têtes tomber sous mes coups. Lumberjack était là. Et il avait soif.

Malgré ses rebuffades et ses protestations, je me baladais sur les docks, scrutant chaque entrepôt, chaque ruelles, chaque zones d'ombre, à la recherche d'une victime. N'importe quoi ferait l'affaire. Une gamin, une gamine, un homme mûre, une matriarche, un super-héros. N'importe quoi. Je voulais juste tuer. Dépecer, entendre la douce mélodie du sang giclant contre un mur ou le sol.


C'est alors que j'aperçus ma première victime. Une gamine d'un peu moins de 20 ans je dirais. Elle était penchée sur un poteau électrique. Bidouillant je ne sais quoi. Mais quoi qu'elle fasse elle ne le ferait plus pour longtemps. M'approchant par derrière à pas de loups, j'attendis d'être à environ dix mètres derrière elle. Puis je continuais à avancer en faisant glisser ma hache sur le sol, produisant ainsi un bruit strident. Puis je dis, avec ma voie étouffée par le masque.


-Salut petite, tu sais que ce n'est pas prudent de te balader ici ? Seul ? De nuit ? De mauvaise personnes pourraient t'attraper tu sais ? 

Puis je partie dans un grand éclats de rire. Ma première nuit à Gotham, allait vraiment être magnifique.
          


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bucheron et l'électricienne.   Jeu 10 Juil - 13:42

-Oula !

Harper sursauta au long hurlement qu’elle venait d’entendre. Il n’y avait pas à dire, les docks la nuit, c’était plutôt flippant. Elle reprit calmement sa respiration et se remit à son travail.
C’était probablement un junkie qui avait hurlé. Oui voilà. Un type très loin, qui avait juste beaucoup de voix.
Surtout, ne pas paniquer. Elle avait encore plusieurs postes électriques à réparer. Plusieurs lampadaires avaient sauté, probablement dû au mauvais matériel. Ainsi, on l’avait affecté de nuit pour s’occuper de ce cas. Ah la la…
Elle revoyait encore le mec de la mairie l’apostropher alors qu’elle était sur le point de rentrer. Ses arguments étaient simple : c’était un quartier dangereux (quoi c’était censé lui donner envie d’y aller ?), il fallait s’en occuper au plus vite, elle serait bien payé.

Bon certes, c’était surtout le dernier point qui l’avait fait accepté. Elle travaillait de temps à autre de nuit mais n’aimait pas vraiment cela. Cependant, avec le budget un peu serré de ce mois (merci Batman), elle ne pouvait pas faire la fine bouche.

Néanmoins, elle donnerait n’importe quoi pour retourner fissa chez elle.
Elle songea distraitement à Cullen. Il devait être couché à cette heure ci (ou alors en train de jouer mais elle espérait pour lui que non).

Remettant un peu mieux ses gants en caoutchouc, elle se recula légèrement pour admirer son travail. Ouais, ce n’était pas tout à fait ça encore. Il faudrait qu’elle utiliser un soudeur. L’ennui, c’est qu’il était resté dans la voiture de service. Elle n’avait pas prévu que les points fondent.
Elle se sentit vraiment bête sur le coup. Il n’y avait plus rien à faire à part aller le rechercher. Commençant à ranger ses outils, elle entendit soudain un bruit strident derrière elle.
Non, elle voulait dire JUSTE DERRIÈRE ELLE.
Oups.
Une voix se fit entendre :


-Salut petite, tu sais que ce n'est pas prudent de te balader ici ? Seule ? De nuit ? De mauvaise personnes pourraient t'attraper tu sais ?

Elle se retourna rapidement et vit un homme. Il portait un masque et semblait assez musclé. Trop comparé à elle, elle ne ferait pas le poids.
Vu son rire de dément, il ne lui voulait pas du bien. Elle réfléchit à tout allure.
Où était le tazer ? Poche arrière gauche. Elle respira un grand coup, le sortit et lui mis un coup de jus.
Oups (bis). Vu sa stature, cela ne lui fit pas grand-chose à part le projeter légèrement en arrière. Et il ne semblait pas content. Elle attrapa la clef à molette, seul objet qu’elle n’avait pas encore rangé. Cela pourrait toujours servir.
Puis elle se mit à courir rapidement, en direction de la droite. Elle avait gagné quelques précieuses secondes (voir quelques minutes), le temps qu’il se relève et qu’il comprenne ce qui lui était arrivé et qu’ensuite il se mette à sa poursuite.

Elle examina toutes ses possibilités.
Tazer ? Inefficace. Il n’était pas réglé assez fort. Il faudrait s’en occuper plus tard de ce détail.
Clé à mollette ?  Dangereux. Cela signifiait le combat en face, sauf si elle arrivait à faire une embuscade mais… toujours dangereux.
Téléphone ? Hors de question ! Cela la ralentirait.
Batman ? Probablement pas là. Mais pas à exclure qu’il ne vienne. La meilleure option était de gagner du temps, chercher de l’aide et éventuellement, essayer de le semer ou de l’assommer.

Elle tourna dans la première ruelle dès qu’elle pu. Evidemment il n’y avait personne.
Quelles autres armes avait elle à sa disposition ?
Elle eut soudain une illumination. La soudeuse ! Si ce n’était pas menaçant cela ! Sauf qu’elle était restée dans la voiture.
Comment allé à la voiture désormais ?
Son visage blêmit et elle tourna dans une autre ruelle. La voiture était à droite. Elle aurait du partir dans l’autre direction mais il y avait moins d’endroit où se cacher.
Bon, rester calme, ne pas paniquer et tenter de trouver un moyen de s’échapper.
Si elle arrivait à la voiture, elle avait gagné.
A droite, cela semblait être un cul-de-sac. A gauche donc.
Elle entendit soudainement un gros bruit un peu plus loin derrière. Elle se figea et se retourna rapidement.
C’était quoi encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bucheron et l'électricienne.   Jeu 10 Juil - 20:02

Le bucheron et l'électricienne
Jeffrey & Harper Row
La salope ! Le petite conne. Elle m'avait mis un coup de tazer. A MOI ? Moi, l'incarnation de la mort. Moi la cruauté incarnée. Moi la folie ! Elle allait mourir. Je la tuerais, lentement, je lui arracherais chacun de ses ongles un par un, puis je lui couperais les bras morceau par morceau. Elle sentira le sang s'échapper de son corps en même temps que la vie. Elle sentira la douleur se propager dans son petit corps d'enfant. Et ensuite je la violerais. Juste assez consciente pour ce rendre compte que je la détruisais. Elle souffrira. Personne ne me met un coup de tazer. Personne ne me met un coup tout cour.
Jeffrey s'indigna, protesta, essaye de reprendre le contrôle. "Ce n'était qu'une gamine" qu'il disait. Rien à foutre. Une gamine oui, mais une gamine qui avait osé me toucher.

Le coup de tazer n'avait, certes, pas fait beaucoup de dégâts, je n'étais en rien assommé, mais il m'avait fait faire deux ou trois pas en arrière et m'avait un peu déboussolé. Il essaya de me retenir, il essaye de reprendre le contrôle. Dans un grand cri de rage, qui, je crois, fut retransmit par notre corps, je le repoussais au plus loin de notre conscience. Je ne pouvais pas le laisser interférer.

Elle s'était enfuie. Elle avait profité de ma reflexions pour se casser en courant. Je fis deux trois moulinets avec ma hache et la lançait, visant le dos de la gamine qui s'enfuyait au loin. La hache décrit une courbe mortel mais la manqua de quelque centimètre à peine. Fait chier.

Je me mit à courir, la rage me donnant des ailes. Je ne voyais plus le monde qu'à travers un voile rouge sang.Les sanglots paniqués de Jeffrey retentissaient au fin fond de notre tête. Je le préférais énervé lui.
Je saisis ma hache, tombée au sol, sans m'arrêtais, et bifurquais vers la ruelle qu'avait emprunté la fille. Je courrais, courrais, je la voyais courir devant moi, puis elle disparue. Je l'avais perdu. Elle m'avait échappé j'avais surement tourné au mauvaise endroit au croisement. Mais, cette petite disparition ne faisait qu'ajouter au délire. A la rage. A l'excitation. Personne n'échappe à Lumberjack.

Me calmant un peu, j'inspirais un grand coups et cherchais dans l'air le moindre bruits inhabituelle. Là, des bruits de pas, une ou deux baraques sur ma gauche je dirais. Oui, là.  
Et là j'aperçus l'échelle, elle était là, accroché à un bâtiment, à moins de deux mètres de moi, c'en était presque providentiel. Le ciel voulait que je me fasse cette gamine. Et bien le ciel allait voir son vœu exaucé.
Montant l'échelle quatre à quatre, j'étais maintenant sur les toits. Bon. Les bâtiments n'étaient pas bien haut, en tombant, je ne penses pas que je me casserais quelque chose. Je me mis à courir, sautant maladroitement de toit en toit, ne s'improvise pas Batman qui veut.

Mais me voilà juste au dessus d'elle. Elle courait dans la ruelle juste au dessous de mon toit, elle se dirigeait droit vers... Une voiture. Et merde.

Il ne fallait pas qu'elle s'enfuit. Je me devais de la tuer. Ce n'était plus qu'une question de soif, c'était devenu personnel. Je pris alors la décision la plus dangereuse de nos vies. Mais pour tout dire je n'étais pas en état d'y penser. La rage m'aveuglait. Je sautais du toit et me réceptionnais dans une roulade et un bruit sourd juste derrière elle. A peine relevé je lui sautais dessus et la saisie à la gorge. La lame de ma hache contre son ventre.

-Je vais pas te mentir gamine. Mais je penses que tu vas mourir. Et pas de la plus jolie façon qui soit.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bucheron et l'électricienne.   Dim 13 Juil - 19:54

Elle eut à peine comprendre ce qu’il lui arrivait que l’autre lui avait déjà sauté à la gorge (sans mauvais jeu de mot). La saisissant d’une main par ce biais et sa hache sur son ventre.
Elle était dans la meeeeerde.
Surtout que, au cas où elle se serait fait des films, il lui dit d’une voix effrayante :

-Je vais pas te mentir gamine. Mais je pense que tu vas mourir. Et pas de la plus jolie façon qui soit.  

Chouette. Si elle avait un jour songé à s’en sortir, elle pouvait faire une croix dessus.
Bon sang, ce type était bien plus grand qu’elle. Que pouvait elle faire au juste ?
Elle tenta de lui parler :

-Hé… Z’êtes pas obligé d’aller aussi loin. Je me suis juste défendue.

Euh, non, en fait, mauvaise idée. Mieux valait se taire. Tout ce qu’elle dirait ne ferait qu’empirer la situation.
Personne ne viendrait l’aider (évidemment). Ils n’étaient pas suicidaires. Meeerde.

Elle essaya de reprendre son souffle et analysa la situation.
Déjà, vu qu’elle s’était retournée, elle lui faisait face. C’était un avantage au moins. Elle pouvait voir ses mouvements. Si elle n’avait pas eu ce réflexe, la situation aurait été plus épineuse.
Dans sa main, elle tenait toujours la clé à molette. Mais à sa première utilisation, il lui lacérerait le ventre et bye bye Harper. Non, mieux valait l’utiliser plus tard.
Le tazer était encore pire. D’abord, cela semblait l’énerver au plus haut point. Ensuite, il avait prouvé son inefficacité tout à l’heure.
Se débattre sans but ne servait à rien pour cette même raison : le risque de se blesser était trop grand. De plus, il était bien plus grand qu’elle. Elle ne pourrait jamais atteindre la tête ou tout organe vital.
En le maintenant ainsi, elle était une dizaine de centimètre au dessus du sol.
Oh ! Ce serait peut être cela sa chance. Balançant son ventre en arrière, elle envoya son genou dans son entre-jambe. Attaque déloyale mais cela devrait marcher.
Ou pas…

Elle ne put déterminer si cela lui fit mal ou pas. Il desserra légèrement sa main mais elle ne sut à quoi c’était. Cependant, cela lui donna l’occasion d’éloigner la hache avec sa main et…
Elle réprima un hurlement de douleur. Il n’y avait que dans les films où on pouvait saisir une lame sans que cela ne fasse rien. La sienne était profondément entaillée. Du sang en jaillissait et elle ne sentait plus beaucoup ses doigts.
Cependant, la hache était assez éloigné de son ventre pour que ce ne soit plus une menace immédiate.
Elle lui donna ensuite un coup dans la jambe avec sa clé. Cela lui donna l’ouverture qu’elle attendait pour se dégager.

Elle recula de plusieurs pas. Elle avait une main kaput et de l’autre, elle serrait son arme provisoire.
Et évidemment, elle n’avait aucune idée d’où était la voiture pour aller chercher la soudeuse.
Les choses auraient difficilement pu être pire.
Elle tenta de ne pas trembler ou bégayer et lui cria :


-Je sais pas qui t’es ou ce que tu me veux mais t’as intérêt à me foutre la paix. Va chercher quelqu’un d’autre à charcuter.

Cela ne marcherait sans doute pas mais au moins, elle aurait de quoi l’attaquer s’il revenait à l’assaut.
Enfin peut être.


{HRP : J’espère que ca t’ira. Hésite pas à me dire si je dois modifier des trucs. Mais laisse moi te dire que tes rps foutent les chetons ;; }
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bucheron et l'électricienne.   Mar 29 Juil - 14:39

Le bucheron et l'électricienne
Harper & Jeffrey
Cette gamine avait beau être du sexe faible, Jeffrey s'indigna rien qu'à l'énonciation de cette qualification, grognant je rectifiais. Cette gamine avait beau être de sexe féminins, elle avait des couilles. Son courage, ou son inconscience m'impressionnait elle avait osait me frapper dans les bijoux de famille, pour au final attrapait la lame de ma hache de sa petite mains pour l'écarter de son ventre, et tout de suite après elle avait enchaîné sur un coup d'une force inattendu avec sa clé à molette dans mon genou droit. Courageuse. Et impressionnant. Mais malgré tout ça, cette enchaînement réussit à mettre, si c'était encore possible, encore plus en colère. Jeffrey me hurla de me calmer, ce n'était qu'une gosse cherchant à ne pas mourir me hurla-t-il, je lui hurlais mentalement, ou peut-être physiquement, qui sait ? Je n'avais plus conscience de notre corps, de fermer sa gueule. Ce n'étais plus une question de soif. C'était personnel. Frappant un grand coup dans le mur maintenant couvert du sang de la petite, je me déchirais les phalanges. Mais le mur était maintenant marqué d'un énorme trou dû à mon coups.
Pour être honnête, je n'avais plus conscience de rien, je crois même que je m'étais mis à baver, Jeffrey me le confirma d'ailleurs, je n'étais plus qu'un chien fou poursuivant sa proie. Je n'avais plus que conscience d'elle, d'elle s'enfuyant, d'elle tenant sa mains pleine de sang, d'elle et de sa putain de clé à molette. Je n'étais plus que rage et folie. Jeffrey me hurla de me calmer, tentait de me baffer mentalement, mais rien n'y fit. Je voulais le voir morte et souffrante.  

Hurlant de toute mes forces, je me tournais vers la gamine, la bave au mentons et les yeux roulant dans leur orbites.


-Rien à foutre, rien à foutre, rien à foutre, la ferme j'ai dis. Personne ne me frappe, personne, tu vas mourir. Mourir t'entends ?! Je vais t'arracher tes deux petits yeux de putes et te les faire bouffer. Ensuite je t'arracherais la langue et te laisserais te vider de ton sang. Je vais te tuer, te te tuer, TE TUER BORDEL.

La souffrance, la souffrance. Voilà ce qu'elle méritait la souffrance absolue, immense, insoutenable. Et tout t'as coup je me jetais sur elle, je jetais ma hache au loin. C'était inutile j'allais la finir avec mes poings. Jeffrey hurlait, sanglotait, mais rien n'y fit. Je sautais sur la gamine lui attrapais la tête et lui explosais le nez contre le sol. Le sang gicla, mais elle ne s'évanouit pas. Dans un éclair de lucidité je me dis qu'elle était vraiment solide. Mais la lucidité ne dura pas, seul la folie compta. Et je relevais sa tête, m’apprêtant à lui exploser non pas le nez cette fois, mais le crane par terre. Elle ne crèverait pas, mais souffrirait. Beaucoup. Et je souris dévoilant mes dents rouges du sang qui avait giclé de la gamine. Jeffrey, lui, hurla de toute ses forces.

Ta gueule Jeffrey. C'est personnel.


HJ:
 
   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bucheron et l'électricienne.   Sam 2 Aoû - 0:16

Cela aurait du marcher mais cela ne fit qu’aggraver les choses. Maintenant, il était réellement furax.
Elle pâlit en voyant le grand trou dans le mur. Pourtant, tout ce qu’il avait fait, c’était de mettre un coup de poing. Certes, il était imposant, mais elle n’aurait jamais cru qu’il serait si fort que ca.
Dans quel pétrin était elle allé se fourrer ?

L’homme se mit à baver, ses yeux roulaient et il hurlait des choses plus ou moins incompréhensible. Mais ses menaces de mort, elle ne les rata pas.


-Rien à foutre, rien à foutre, rien à foutre, la ferme j'ai dis. Personne ne me frappe, personne, tu vas mourir. Mourir t'entends ?! Je vais t'arracher tes deux petits yeux de putes et te les faire bouffer. Ensuite je t'arracherais la langue et te laisserais te vider de ton sang. Je vais te tuer, te te tuer, TE TUER BORDEL.

Et elle, elle avait une main inutilisable et une clé à molette. Elle doutait de ses chances de survie. Et comme pour confirmer ses pensées, il se jeta sur elle. Le point positif, c’est qu’il n’avait plus sa hache. Celui négatif, c’était que ses points étaient amplement suffisant.
Harper ne comprit pas tout de suite ce qui se passa. Elle sentit sa tête descendre à une vitesse vertigineuse et se retrouva avec le nez explosé contre le sol. Elle fut assez sonné.
Il y avait du sang partout. Elle le sentait couler de son orifice pyriforme, en grande quantité.

Jusqu’ici, elle avait survécu grâce à des coups de chances et en analysant la situation. Mais là, elle avait épuisé son capital chance et elle était trop dans les vapes pour comprendre quoi que ce soit.
Elle n’avait même plus la force de lever le bras.


*Pitié* songea-t-elle. *Faites que quelqu’un intervienne. Ou qu’il arrête. *

Mais personne ne viendrait l’aider, bien sûr. Il fallait qu’elle se débrouille seule.
Elle songea vaguement au fait qu’elle voulait aider Batman autrefois et elle ricana mentalement. Elle était incapable de se défendre. Elle savait deux trois trucs en électricité, assez pour pister et améliorer des objets mais que valait elle sur le terrain ? Rien.
C’était comme lorsqu’elle avait voulu sauver Cullen. Au final, c’était elle qu’on avait du aider. Son inexpérience l’empêchait d’avancer et de se défendre.
Elle détestait se sentir aussi impuissante.

Elle sentit qu’il la relevait du sol. Sans doute allait-il refaire son manège jusqu’à ce qu’elle ait le crâne complètement fracassé.
Cela faisait si mal.
Ses seules pensées cohérentes étaient « Je ne veux pas mourir. Je ne veux pas mourir. Je ne veux pas mourir. ». Mais ce n’était pas cela qui allait l’aider.
Alors, d’instinct, elle releva le bras et frappa de toutes ses forces avec le peu qui lui restait.
Et soudain, il n’y eut rien. L’homme était à terre. Finalement. Il ne bougeait plus.
Harper n’avait aucune idée de ce qui s’était passé. Pourquoi cela marchait ce coup ci et pas les autres ? Un médecin aurait surement su expliquer cela, tout comme ils étaient capable de tuer avec un stylo car ils connaissaient l’anatomie par cœur.
Mais Harper n’était pas médecin. En plus, elle était encore dans les vapes et ne semblait pas comprendre tout de suite. Puis elle réalisa qu’il était assommé (et pas mort) ce qui voulait dire qu’elle devrait se dépêcher de quitter les lieux. Elle tenta de se relever mais paniqua.
Elle n’avait plus assez d’énergie pour courir ou marcher normalement. Tout ce qu’elle arrivait à faire était se trainer. Et elle devait se dépêcher. Elle avait déjà perdu trop de temps.

Elle était complètement déboussolé et ne savait pas où aller. Alors, elle prit une direction au hasard. Elle remarqua alors la hache. Une idée germa dans sa tête.


*Et si je la prenais ? J’aurais de quoi me défendre.
Non, elle est lourde. Et puis tu es blessée, elle te ralentirait.
Oui mais…
En plus, il serait encore plus furax.*


Elle réfléchit quelques secondes ainsi avant de reprendre son chemin. Malheureusement, elle était revenu sur ses pas. Là où elle réparait le.. truc. Elle ne savait même plus ce que c’était.
Elle entendit un hurlement au loin. Il était réveillé. Et il allait la traquer de nouveau.
Elle regarda autour d’elle. Le sang avait arrêté de saigner sur sa main, à force qu’elle la compresse avec l’autre. Et il ne laissait aucune trace de ce qu’elle pouvait voir. Oui mais peut être y en avait il encore quelques unes là bas.
Elle arracha un morceau d’habit et banda rapidement sa main (ce qui ne fut pas très difficile). Puis elle se laissa tomber dans l’eau. Il ne penserait surement pas à regarder ici. Enfin elle l’espérait.
Il y avait plusieurs bateaux de cargaison. C’était les docks après tout. Elle n’avait pratiquement plus de force alors elle se cacha derrière un. Ca devrait faire l’affaire.
Le seul truc c’était : est ce qu’elle tiendrait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bucheron et l'électricienne.   Dim 31 Aoû - 21:18

Le bucheron & l'électricienne
Harper & Jeffrey
Horrible petite pute, elle allait véritablement crever. Le sang giclait de son nez par geyser, inondant les sol et mes mains. C'est dingue la quantité de sang qui peut s'échapper d'un nez cassé. Je lui soulevait le crane, m’apprêtant à le lui exploser une bonne fois pour toute par terre, qu'elle en finisse avec la vie. Mais Jeffrey hurla, comme j'avais il n'avait hurlé, pas un hurlement de peur, ni même un hurlement de soumission, ou le genre d'hurlement qu'on a devant une situation qu'on sait ne pas pouvoir arrêter, non plus un hurlement de domination. Un ordre. Il me hurla de toute la force de notre esprit "NON !" l'attaque me prit par surprise, jamais Jeffrey n'avait osé se dresser contre moi, jamais il n'avait osé tenter de me commander, et là ça semblait marcher, je ne pouvais plus faire un geste. J'étais tellement surpris, et Jeffrey aussi pour le coup, que l'on ne vit pas la clé à molette arriver. Mais je la sentie frapper notre joue d'une force incroyable pour une gamine au nez pété. Toujours sous le choc de la rébellion de Jeffrey, je m'écroulais au sol. Complètement dans les vapes. Et Jeffrey se mit à rire, d'un rire nerveux et presque énervant. Quel gamin plein de surprises.

Quelques minutes plus tard, j'ouvris les yeux, mon réveil commenté par un soupir mental exaspéré de Jeffrey, notre joue endolori par son contact prolongé avec le sol dur et rêche. Ma tête baigné littéralement dans le sang, m'inondant la bouche et les yeux. Je me relevais d'un coup, ahurie et perdu. Qu'est ce qu'il venait de se passer ? Jeffrey me répondit avec une confiance en lui qui lui était peu coutumière "Tu viens de te faire mettre à terre par une gamine." Salopard. J'essuyais laborieusement d'essuyer le sang sur mon visage, moque toi jeffrey, moque toi, mais essaye d'éponger du sang avec une chemises déjà gorgée de sang, et on verra qui rira. Je crachais le peu de sang qui me restait dans ma bouche, et je levais mon visage couvert de sang séché vers le ciel hurlant toute ma fureur.


-Je te trouverais. Et tu vas crever !

Je me mis à courir, la cherchant partout, et attrapant ma hache posée contre un mur en même temps. Je me retrouvais sur les Docs même, cherchant partout. Le moindre recoins, le moindre sons, la moindre odeur ! Tout y passé et Jeffrey me compara, malheureusement à juste titre, à un chien de chasse. Mais bordel où était-elle passé ? Ou était-elle allé ? Impossible de la retrouver. Pas une trace de sang rien, elle était futée c'est claire. Mais tellement fragile, tellement appétissante. J'avais une telle envie de la tuer que ça me brûlait les entrailles. Je hurlais de rage encore une fois. Mais j'hurlais à l'océan cette fois. J'étais au bord des docks, un pas de plus et je tombais dans l'eau.

-OU QUE TU SOIS JE TE RETROUVERAIS TOT OU TARD ! ET CROIS MOI ! TU MOURRAS.    
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bucheron et l'électricienne.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bucheron et l'électricienne.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: