Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Sam 21 Juin - 19:50



With BATWOMAN & SKYLAR.


a nuit était enfin tombée et avec elle, la pluie cessa. Klara venait de passer une grande partie de sa journée, adossée au rebords de sa fenêtre à observer l'écran de veille de sa machine. La pluie qui venait s'écraser sur la vitre derrière elle était comme la plus douce des berceuses, la plus naturelle qui soit de surcroit. Elle s'était laissée aller à ses songes et avait trouvé au bout du chemin un sommeil profond si captivant, qu'elle ne se rendit même pas compte que ce dernier venait de l'enlever. Les rêves, ces petites choses innocentes que nul ne peut nous prendre tant que l'on ne les partage pas, qu'ils restent là pour nous. Souvent, lorsqu'elle se réveillait en pleine nuit, trempée de peur après un cauchemar. Sa mère venait souvent se blottir contre elle. Elle glissait une main dans ses cheveux d'eben, et alors que ses doigts exerçaient sur son cuir chevelu un mouvement régulier, elle lui murmurait souvent de ne pas s'en faire, qu'elle était là et que rien ne pouvait lui arriver. La petite fille restait muette, mais elle avait depuis longtemps analysé ces propos. Sa mère était là, c'était bien vrai, mais elle n'était pas dans sa tête. Alors comment diable pouvait-elle la protéger des mauvais rêves ? Pour certains, les facilités d'éveils sont une bénédiction, pour d'autres, lorsqu'ils se retrouvent entourés de personnes incapable de comprendre, d'aider, c'est un véritable calvaire.

Après de tels mots, un enfant normal aurait essayé de trouver le sommeil de nouveau, mais il n'en était rien pour Klara. Elle restait silencieuse et calmait sa respiration jusqu'à sentir sa mère s'endormir mais... Elle. Son enfance était jalonnée d'incompréhensions, d'incompréhension face à la niaiseries de ce que l'on pouvait lui raconter comme le père noël ou la fée des dents. Mais aussi l'incompréhension des autres, des enfants qui la regardaient toujours étrangement quand elle voulait leur expliquer quelque chose. Klara fu brutalement tirée de ses souvenirs par une légère mélodie émanant de son ordinateur. Une alerte. Elle se décolla du verre pour venir à la rencontre de ce qu'elle avait aujourd'hui de plus cher. Ses piratages de la journées venaient de s'achever, tout du moins, pour ce qui était des manipulations automatiques. Comme à son habitude, elle veilla à effacer toutes traces possibles de son passage. Elle n'en laissait jamais... Elle faisait tout pour que ce soit le cas.

Poussa de ses talons la chaise sur laquelle elle était assise, elle se releva en prenant bien soin de tirer, le pan coulissant du placard mural. Celui-là même où la jeune fille avait rangé son matériel. Le quartier était peuplé de beaucoup trop de curieux et une regard indiscret pouvait la trahir. En se dirigeant vers la kitchenette, elle arpenta un petit couloir dans lequel elle eu le sentiment étrange d'être épiée. La règle numéro un, c'est de toujours paraître normal quand quelque chose cloche, ne pas donner l'alerte. Elle se dirigea vers le frigo et en extirpa une bouteille de lait presque vide et une assiette de cookies. Au sol, elle remarqua une trace de pas. De l'eau terreuse tout du moins, semblant prendre la forme d'une semelle de chaussure. La petite hackeuse en herbe n'était pas sortie de la journée, elle avait préféré de loin jouer les marmottes, ou les feignasses selon le point de vue de tout à chacun. Ces traces ne pouvaient être les siennes, et elles étaient récentes. Elle tourna la tête vers le système d'alarme de l'appartement, et la petite loupiote lui indiqua qu'elle était coupée.

Klara fronça le nez, l'air agacée avant de se diriger de nouveau vers sa chambre, en soupirant profondément. Son placard n'avait pas bougé, mais sûrement qu'il n'aurait été qu'une question de temps. Ou alors, l'intrus avait pris soin de remettre chaque chose à sa place. Le semi caucasienne déposa sa bouteille à ses pieds après s'être de nouveau assise, confiante. Puis elle déposa son assiette sur un coin du bureau. Klara soupira de nouveau en joignant ses mains devant elle sur son clavier, puis l'air de rien lança au reste de la pièce.

     
Vous voulez un cookie ?


      Elle comptait aussi bien sur la surprise de son interlocuteur que son sa prudence. La fillette voulait simplement par là piquer l'intrus, en lui faisant comprendre qu'il n'avait pas été assez prudent. Soit il s'agissait d'un cambrioleur, auquel cas elle tenterait d'agir en conséquences. Soit c'était autre chose et il était une très mauvaise idée de se montrer en position de faiblesse, qu'il s'agisse d'un client ou justement d'un donneur de leçon. Par mesure de sécurité, la demoiselle appuya manipula l'une de ses touches, actionnant un enregistrement audio et vidéo par la webcam.

Comment est-ce que vous êtes arrivé ici ? Traking ? Pic de chaleur ? Ou est ce que je dois juste compter sur la loi de Murphy, en d'autres termes vous passiez dans le coin et coup d'bol vous avez choppé la queue du Mickey... ?




Dernière édition par Klara Sovaris le Dim 22 Juin - 17:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Sam 21 Juin - 22:47

Il fallait bien que ça arrive
Aujourd’hui, j’ai pris une grande décision, je vais m’en prendre au petit délinquant et autre criminels de bas étages pour m’entrainer. Cela voudra mieux que les grosses pointures qui sont bien plus fortes que moi. Je ne suis peut être pas aussi prête que je le pensais. Les criminels de Gotham sont bien plus dangereux, vicieux et fourbe que quand je suis partie. J’avais donc besoin d’une petite remise à niveau. Et donc aujourd’hui, c’est à un génie de l’informatique que je m’attaque. Enfin, je dis ça, mais je n’en sais rien. Peut être qu’ils sont plusieurs, peut être que ça n’a rien à voir avec ce sur quoi j’enquête mais je dois vérifier par moi-même. A vrai dire, j’avais glané ces informations grâce à Harvey Dent, mon nouvel allié dans cette guerre contre le crime. Il m’avait informé que de l’argent disparaissait des comptes en banque de grandes entreprises pour finir on ne sait où. Le procureur pensait que c’était un coup de la mafia, qui utilisait des hackeurs pour voler de l’argent aux entreprises et s’enrichir discrètement vu  que l’informatique n’est qu’à c’est début, et les gens qui s’y connaisse la dedans sont peu nombreux. Et je n’aime pas vraiment tout ça, c’est trop compliqué pour moi. Mais ce qui était sur, c’est que je devais arrêter ça.

Comme d’habitude, j’enfile mon costume de justicière avant de partir. Puis je me lance, parcourant les toits de la ville. Je me rends une nouvelle fois dans Park Row. La localisation du hackeur est bien claire dans les informations que j’avais récupérée. Et finalement, j’y suis arrivé. Un pauvre immeuble décrépis, au moins, il s’accordait bien au quartier je trouve. Mais vu son état, il est habité je dirais. Ca me complique en peu la tache, quoique, au moins, il ne risque pas d’y avoir beaucoup de criminels. L’appartement n’est pas trop dur à repérer grâce aux précieuses informations du procureur. Le GCPD avait fait du bon boulot pour une fois. Je sors mon bat-grappin, et je me propulse tout droit vers la fenêtre en question. Avant d’y rentrer, je regarde rapidement à l’intérieur. Il y a des habitudes qu’on finit par prendre, et celle là en fait partie. Mais c’est très important bien sur, ça évite de tomber sur n’importe qui. En l’occurrence, il n’y avait personne dans cette chambre. J’ai donc ouvert la fenêtre le plus discrètement possible et je suis rentré dans l’appartement en veillant bien à refermer la fenêtre derrière elle. Elle sortit de la chambre au moment où elle vit une silhouette entrait dans une autre pièce de l’appartement. J’en profite pour me faufiler rapidement et sans bruit jusqu’à la première porte ouverte. J’entre dans la pièce qui est elle aussi vide. Sauf que des bruits de pas résonnent dans le couloir. Je me tapis au fond de la pièce, essayant de me faire le plus discrète possible. Je vois l’adolescente rentrée dans la pièce. Elle s’assoie devant son ordinateur, puis à mon grand étonnement, elle me propose un cookie. Je me redresse, n’étant visiblement pas menacé par cette jeune adolescente au l’humour plutôt sympathique. Je m’avance vers elle tandis qu’elle est sur son ordinateur. Je prends un cookie, vu que c’est si gentiment proposer. Elle me demande comment je l’ai trouvé. Je souris parce qu’en faite j’en sais rien comment ils l’ont trouvée. Et je n’en ai rien à faire. Tandis que je mâche une bouchée du cookie, je me décide à lui répondre.

"Merci pour le cookie. Et sinon, je t’ai trouvé grâce aux informations qu’on m’a refilé. Et je suppose que tu sais pourquoi je suis là. Alors je ne vais pas y aller par quatre chemins, pour qui tu bosses ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Dim 22 Juin - 0:15


With BATWOMAN & SKYLAR.

Il y avait donc bel et bien quelqu'un. Klara n'adressa aucun regard à la personne qui avait pénétré chez elle par effraction, et quand la main se tendit vers l'assiette de biscuits, elle n'aperçus dans sa vision périphérique qu'un unique gant rouge. A première vue, son interlocutrice -car oui, il s'agissait d'une femme- n'était pas venue ici dans le but de l'adresser. Légèrement moins sur ses gardes, la jeune fille fit de moins en moins pression sur son boken sous le bureau. Et sa jambe repris une position somme toute normale.  Klara écouta patiemment ce que la jeune femme avait à lui dire tout en pianotant sur son clavier, poursuivant ses actions. Que risquait-elle après tout ? La prison ? Quelle bonne blague...

Alors qu'elle s'adonnait à son sport favoris, la gamine jaugeait ce qui pouvait potentiellement devenir d'une seconde à l'autre, son adversaire. Aucune peur, aucune crainte, c'était une personne entraînée et malgré les quelques erreurs bateau qui la trahirent, elle était quelqu'un de douer. Il ne serait pas facile de l'affronter en face à face à moins de l'avoir par la ruse. Ca tombe bien, c'était son domaine de prédilection. Quand elle fini par lui poser la question fatidique, la jeune fille se stoppa net de jouer les Mozart de l'informatique. De la stupeur, de l'interrogation pouvait se lire sur son visage, à tel point que ça en devenait palpable. Puis ses zygomatiques se détendirent brusquement et un rire sonore et sincère s'échappa d'entre ses lèvres.

     
M... Mes quoi ?


Bégaya -t-elle entre deux hoquètements. Cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps, rire de bon cœur de cette manière là. Elle fini par faire pivoter sa chaise pour faire volte face à la justicière. C'était une femme plutôt grande aux cheveux roux. Son costume était cousu de noir et de rouge et sur sa poitrine, une chauve souris flamboyante s'était perchée. Allons bon, un membre de la famille des chauves souris, ici, rien que pour elle ? Qu'elle drôle d'idée... Mais aussi surtout qu'elle perte de temps. N'avait-elle mieux à faire que de jouer à la cyber police avec une enfant ? Certe, l'enfant en question était l'auteur de vols dont les montants devaient aujourd'hui s'élever à presque un bon million, mais sur la totalité, elle n'avait pris que de quoi vivre. Klara fini par reprendre son sérieux et inclina la tête sur le côté, un sourcils interrogateur arqué.

Aux informations qu'on vous a refilé ? Voyez-vous cela... Je ne suis pas infallible mais de là à ce qu'on vous ai donné mon nom et mon adresse, je me serais plutôt attendu à voir débarquer le GCPD, voir des milices privés qui sait, quand on a les moyens de s'offrir leurs services.


Son regard se durcis et son attitude changea, là où l'enfant semblait être omniprésente, elle venait d'être chassée violemment par un visage plus mature, plus fermé et plus réfléchis. Elle s'était toujours demandé si cela ne devait pas perturber ses interlocuteurs. Fut une époque on la targuais bien de schizophrène...
La jeune fille croisa les bras et les jambes avant de se laisser retomber dans le fond de son fauteuil.

Hmm... Je ne vous tiendrais pas rigueur de penser une seule seconde que je puisse travailler pour quelqu'un, et que rien de ceci n'ai pu être de mon propre chef. Mais... Si vous tenez tant que ça à avoir des noms, regardez donc par la fenêtre, dans les rues et dans les foyers désœuvrés. Chacun de ces visages est celui de la personne qui m’emploie. J'oeuvre dans le seul et unique but de venir en aide à ceux qui en ont besoin pendant que des gens comme vous osant se proclamer "Justiciers" viennent perdre leur temps à courir après des enfants...


Elle afficha un léger sourire moqueur, la toisant du regard avant de s'en désintéresser totalement au profit des écrans de ses ordinateurs. Klara soupira de nouveau profondément, comme pour indiquer à quel point elle pouvait être déçue, de voir à quel point elle pouvait être dans le vrai. Elle qui ne porte plus aucun amour pour ce monde qui la fait pourtant vibrer avec tant de passion et d'amertume.

Venez-en aux faits chauve-souris. Je n'ai pas de temps à perdre avec la pègre luminairement sponsorisée par la pseudo justice de cette ville... Comme je vous l'ai dit, je n'ai aucun employeur, si vous n'avez pus de questions où que vous n'êtes pas venus ici pour m'arrêter, vous pouvez vous en aller... Je crois qu'il est inutile que je vous raccompagne, vous trouverez une issue seule de la même manière que vous avez pénétré chez moi sans y être invité, je suppose ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Dim 22 Juin - 11:13

Il fallait bien que ça arrive un jour
 Je mange mon cookie tandis qu’elle se retournait. Je suis face à une adolescente qui doit avoir quoi … 14 ans, peut être 15, aller 16 grand maximum. En tout cas elle est bien jeune, surtout pour vivre seule dans un quartier pareil. Elle portait un sweat et un jean, rien d’anormale. Mais son discours est bien moins normal. Et plus elle parle, plus je me sens coupable. Cette ado n’est pas une criminelle, c’est juste une ado désœuvré qui essayait d’aider les autres. Elle avait du perdre sa famille elle aussi. Sauf qu’elle, elle n’avait pas la chance de s’appeler Wayne, ou même Kane. Elle n’avait pas l’argent pour s’assurer une vie confortable comme ce qu’elle avait pu avoir. Et pourtant, elle aide quand même les autres, elle se morfond pas sur son sort, comme moi qui avait mis tellement longtemps pour accepter la mort de ma sœur, et de ma mère. Cette jeune fille est très courageuse, et c’est une qualité que j’admire.  J’écoute qu’à moitié son discours, trop occupée par mes pensées. Tandis qu’elle me dit qu’elle ne s’attendait pas à voir quelqu’un comme moi, qu’elle aide vraiment les autres contrairement à moi, je pense à s’être pauvre enfant qui a du tout sacrifié pour aider les autres. Et moi, venu pour la faire s’arrêter, j’ai envie de l’aider maintenant, de lui montrer qu’elle aussi a besoin d’un peu d’aide, et je suis prête à lui fournir, je lui donnerais toute l’aide dont elle aura besoin, j’ai l’argent pour ça de toute façon, j’ai plus d’argent qu’il ne m’en faut. Elle me dit de partir si je n’ai plus de question, mais je ne vais pas partir, je ne vais pas la laisser comme ça, après tout, moi aussi je dois aider les autres. Alors qu’elle a fini de me parler, je m’assoie sur le lit qui est derrière, et baisse le légèrement la tête. Je n’ose même plus la regarder en face, j’ai du mal à prononcer ne serait ce qu’un son. Je ne sais pas ce qui me cause ça, peut être l’émotion.

"Euh … je … hum"

Je soupire un bon coup et me décide. J’enlève mon masque. C’est un risque à prendre, elle pourrait me reconnaitre et vendre ses informations aux journaux de Gotham, elle pourrait révéler ce secret à tout le monde. Mais tant pis, si il faut ça pour la mettre en confiance, alors je le fait. Je redresse la tête, mais je n’ai plus de masque pour me cacher le visage maintenant.

"Je suis désolée. Je ne m’attendais pas à tomber sur toi. Je ne pensais pas qu’une personne comme toi pouvait ne serait ce qu’exister, dans ce monde où tout le monde ne pense qu’à sa peau. Et pourtant, je suis en face de toi. Je ne sais pas trop quoi te dire, mais je ne vais pas t’arrêter. Je vais même t’aider, parce que tu le mérites. J’ai moi aussi perdu ma famille quand j’étais plus jeune, mais j’ai mis du temps à faire mon deuil, sans rien faire pour les autres. Quand je te vois, je me dis que j’ai été idiote. Alors je vais te donner toute l’aide dont tu auras besoin, toute l’aide que tu voudras. C’est le moins que je puisse faire, après tout, c’est mon boulot."

Je lui souris, gênée. Puis je me rends compte pourquoi je suis comme ça, pourquoi toute cette émotion m’envahit, cette fille me fait penser à Elisabeth, ma sœur. Et j’aimais ma sœur plus que tout. Mais elle m’a été arrachée il y a longtemps. Et aujourd’hui, j’ai l’impression de revoir son sourire à travers celui de cette adolescente. Mais bon, c’est surement mon esprit qui s’amuse avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Dim 22 Juin - 13:21


With BATWOMAN & SKYLAR.

Voilà quelque chose de peut commun. Alors qu'elle terminait de boucler sa ronde nocturne afin de s'assurer que nul ni personne n'avaient eu l'audace de s'en prendre à ses systèmes, elle se posa la question de part quel moyen avaient-ils diable pu remonter jusqu'à elle ? C'était impossible, le GCPD n'avait pas les moyens informatiques de pouvoir tracer quelqu'un comme elle, ils avaient obligatoirement reçu l'aide d'un extérieur, voir d'un groupement qui leur était supérieur... Puis Klara détourna le regard de ses écrans. Si une chauve-souris se trouvait dans sa chambre actuellement, c'était peut être que leur leader l'avait LUI trouvé ? Elle avait eu tout le luxe de pouvoir juger des capacités d’enquêteur du Batman et avait la fâcheuse tendance à s'en méfier. C'était un détective expert qu'il valait mieux avoir dans son camp qu'en face, et la jeune fille voyait en entrant dans les bonne grâce de celle-ci, pouvoir potentiellement se mettre à couvert de l'homme.

La petite hackeuse entendit les ressors de son lit grincer alors que Batwoman s'asseyait dessus. Elle ne trouvait plus ses mots ? L'avait-elle perturbé tant que cela ? Pourtant, elle était restée sobre et naturel dans ses mots et n'avait cherché qu'à l'éveillée, pas la perturber. Elle se serait même plutôt attendu à des remontrances. La batfamily n'était elle pas réputée pour avoir un minimum de réactivité à ce sujet ? Ou tout du moins des nerfs d'aciers ? Dans ce milieu, personne ne peut se permettre d'être fragile, c'est du suicide autrement. Puis elle écouta patiemment ce qu'elle avait à lui dire. Klara resta silencieuse un moment après que la chauve-souris se tue.

Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que je n'ai plus de famille ? Je n'ai jamais mentionné cela et encore moins l'inverse...


Ses informateurs étaient allé jusqu'à la renseigné là dessus ? Alors, elle devait savoir que sa mère était une dépressive qui ne vouait plus sa vie qu'à la drogue, et son père, un criminel depuis longtemps abattu par le système qu'elle disait défendre. Quand la jeune fille l'entendit parler de la perte de ses proches, Klara fu incapable de ressentir la moindre compassion. Sa situation était pourtant similaire à la sienne à première vue, mais aucune trace d'empathie ne voulait se laisser dompter.

...Il faut savoir raisonner avant d'agir. Surtout quand il s'agit d'offrir sa confiance à quelqu'un. L'humain n'est qu'un tas de protéines sur lequel viennent se greffer des instincts basiquement animal et de futiles sentiments nous permettant de savoir comment nous comporter en société. Lorsque l'on meurt, il n'y a ni paradis ni enfer... On redevient un simple paquet de protéines... "Tu est né poussière, tu retourneras à la poussières." Vous connaissez ça non ? Cette seule phrase vous nous laisse entendre que la tentation d'exister n'est qu'une protestation contre la lucidité...


Elle fit de nouveau pivoter sa chaise pour faire face à la rouquine qui semblait complètement désemparée. Klara avait vraisemblablement touché une corde sensible... Pour le peu que cela lui importait. Elle avait retiré son masque, sûrement pour la mettre plus en confiance. Quelle erreur... Se dévoiler face à une parfaite inconnue, lui offrir sur un plateau d'or et de verre l'arme pour mieux nous abattre. Connaître l'identité d'un des membres de la famille des roussettes urbaines pouvait potentiellement lui servir à remonter la piste des autres, découvrir qui ils étaient également. C'était stupide, et la gamine la trouvait bien naïve de croire une seule seconde qu'elle ne pourrait s'en servir que pour l'atteindre elle.

...Et à quoi vous attendiez-vous au juste ? Un génie du mal, corrupteur au possible, qui se servirait d'une pauvre âme innocente dans le but de renflouer ses caisses ? Un Joker, un Bane ou une Catwoman du web peut-être ? Ils ne sont que des nuisibles au même titre que peuvent l'être tout ces gens aveuglément stupide pensant pouvoir faire régner l'ordre et la justice en foutant des meurtriers et des pédophiles derrière les barreaux. Dans 6 mois, 20 ans tout au plus, ils seront dehors s'ils ne se sont pas évadé avant... On ne peut pas éradiquer la criminalité, l'homme est mauvais par nature, c'est un survivaliste égoïste et égocentrique, c'est ce qui a toujours été sa force. La seule alternative qui s'offre à nous c'est de la contrôler pour mieux la diriger, qu'elle fasse moins de dégâts.


Elle la testait sans vergogne, jusqu'où était-elle prête à aller ? En quoi croyait-elle ? Qu'elles étaient les inepties qu'elle avait pu gober depuis toujours, et qu'elle viendrait à lui resservir tôt où tard comme les équivalents des saints écrits de l’Évangile ? Qu'elle tente donc de lui prouver qu'elle avait tords, qu'elle faisait fausse route. Si simplement en lui démontrant qu'une enfant était capable d'aider son prochain, mieux que le monde, elle l'avait bouleversé, alors elle n'avait absolument rien à craindre de cet être presque brisé qui se tenait là face à elle.

...Je ne travaillerais qu'avec quelqu'un qui partage ma vision du monde... Dans le cas échéant c'est s'exposer à des différences d'opinions futiles. Je ne me mettrais pas à faire gamelle commune avec un sombre animal dont je ne connais ni le nom, ni les intentions et en qui je n'ai pas confiance. Après tout, vous étiez là pour m'arrêter à la base. Qu'est-ce qui me prouve qu'il ne s'agit pas là d'une vile manipulation de votre part ? Vous voulez que nous fassions "équipe". Alors prouvez le moi... Faites en sorte qu'on me fiche la paix, je me chargerais toute seule de faire disparaître ces preuves qui persistent contre moi.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Dim 22 Juin - 16:48

Il fallait bien que ça arrive un jour
Elle continue à pianoter sur son clavier pendant que je lui parle. Je ne sais pas trop comment tout ça fonctionne, et je m’en fous un peu. Cette gamine se remet à parler, sa façon de parler, ça m’a sorti de mes pensées. Elle parle d’une façon tellement particulière, son discours est tellement étrange, on dirait qu’elle n’a aucune considération pour la vie humaine. Elle me parle de tas de protéine, d’instinct animal, tout en charabia bizarre. Et après elle se demande commet je sais qu’elle n’a plus de famille. Je me demande depuis combien elle n’est pas sorti de son appartement. Je dois être la première personne qu’elle voit depuis des semaines. Je ne crois que cette pauvre fille à vraiment besoin d’aide. Mais je sais pas quoi faire, sois je rentre dans son jeu et je me montre froide mais ça risque de créer un froid entre nous. Ou alors je continue comme je suis actuellement, mais elle continue à se moquer de moi. Je crois que je vais faire ce que je sais le mieux faire, foncer tête baissée. Je continue d’écouter ce qu’elle a à me dire alors que je contemple mon masque, dans mes mains. Elle me parle des criminels, des justiciers qui mènent une guerre futile. Je n’avais jamais réfléchi à tout ça, je veux juste venger ma famille, et ça m’aide à me sentir mieux. Même si c’est inutile, j’en ai pas l’impression, et ça m’aide à mieux vivre, peut être que c’est pareil pour elle. Je le découvrirais surement. En tout cas, elle n’arrête pas de me parler, et cette fois, elle me parle de vision du monde, de ma vision du monde. Visiblement, on ne l’a partagé pas, même si elle se ressemblait. Mais je n’allais pas une inconnue dicter ma conduite. Je n’allais pas laisser cette gamine me faire des reproches sur mes motivations. Peut être détestait elle sa famille mais moi, c’était tout ce qui comptais, et je ne laisserais personne me dire le contraire.

Et là, le silence ! Enfin elle se tait. Son discours commençait vraiment à me taper sur les nerfs avec ses grands mots. Et ce silence me fait du bien. Je relève la tête et le regarde. Puis avant de lui répondre, je lui souris.

"Ca fait combien de temps que t’es pas sorti d’ici ? Ca remonte à quand la dernière fois que tu as vu quelqu’un ? Franchement, tu t’entends parler ? Et après, tu me demande comment je sais que tu n’as plus de famille. Et bien parce que ça s’entend. Ce monde t’a déçue, ça se voit. Peut être que tu n’avais pas la famille rêvée, peut être qu’il t’est arrivé quelque chose qui t’a bouleversée. Je n’en sais rien. Mais putain, regarde ce que tu es devenu. Certes tu aides des gens mais tu as déjà vu leur visage au moins ? Tu ne les jamais vu. Quand je sauve une femme qui est victime d’un vol, je vois son sourire quand j’arrête le voleur."

Je la regarde toujours dans les yeux. Je ne dois pas lâcher le morceau, parce que je veux sincèrement l’aider, je ne dois pas la laisser comme ça. Sa vie a visiblement mal démarré alors je vais la remettre sur le bon chemin, au moins, ça lui prouvera que je m’intéresse à la population de cette ville.

"Fais moi plaisir et sors un peu de cette piaule. Ne généralise pas, toute les personnes ne sont pas comme ça. Je veux juste t’aider moi. Regarde, j’ai enlevé mon masque, tu pourrais dire à qui tu veux que je suis Batwoman, je serais dans le pétrin si tu le fais, et pourtant je prends le risque, parce que je suis sur que tu vaux mieux que ça."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Dim 22 Juin - 18:38


With BATWOMAN & SKYLAR.
Klara avait l'impression de la voir perdre un peut de son calme. Pourquoi était-il impossible de trouver un adulte capable de comprendre ? Capable de LA comprendre. Elle observa désormais silencieuse le visage à nue de cette femme. La fillette avait l'impression de se trouver en face d'un chaton inquiet et donc sur la défensive. Elle n'aurait pas pu la blâmer pour cela, elle était elle même prête à agir en conséquence si un mauvais geste, un peut trop brusque, venait à être fait. Combien de temps n'était elle pas sorti de chez elle ? 24h peut être 48 tout au plus... Ca remontait à sa dernière journée de cours. Un enfant aura toujours tendance à détester l'école. Klara la haïssait, non pas parce qu'il était obligatoire de se lever pour écouter quelqu'un parler non. Elle ne supportait pas se faire enseigner et faire la leçon par des ignorants, lui rabâchant constamment des choses qu'elle savait déjà. Elle était si jeune et pourtant déjà si fatiguée. Fatiguée de cette mascarade, de toute cette incompréhension autour d'elle à son égard. Ils la voyait tous comme un monstre, et il est bien connu que l'homme craint ce qu'il ne comprend pas, ne connait pas, ne peut contrôler... C'est aussi une des raisons pour lesquels les gens détestent les criminels, ils n'ont aucune emprise sur eux, même les lois ne les affectent pas.

Même si ça ne vous regarde pas, je suis sortis pour la dernière fois il y a deux jours. Du monde j'en vois suffisamment comme ça dans mon établissement scolaire. Quant à la dernière fois que j'ai vue quelqu'un, hormis vous, c'était ce midi... Ma charmante voisine de pallier se fait toujours un plaisir de m'apporter un peut de sa cuisine. Et son poulet au curry est divinement bon.


Que voulait elle savoir d'autre ? S'il elle s'était douché récemment ? Si elle pensait bien à se laver les mains en sortant des toilettes ? Cette conversation avait autant de sens que si elle discutait avec une assistante sociale. C'était tellement usant... Pourquoi le monde était-il à cette image ? Sans éclat, sans valeur... Sans lumière. Klara plissa son petit nez et fronça les sourcils de manière sévère.


Alors... Vous les aidez pour vous prouvez à vous même que vous exister et recevoir la reconnaissance d'autruis, pas pour assouvir une soif de Justice et protéger les gens de cette ville. En tout cas, si votre seule motivation est de voir leurs sourires quand vous leur sauver la vie ou leurs économies, c'est ce que j'en déduis... Je n'ai pas besoin de savoir à quoi ressemblent les gens que j'aide, et eux n'ont pas besoin de savoir ce que je fais pour eux ni même qui je suis... Je ne fais pas ça pour voir leur sourire ou les entendre me dire "merci". Je le fais parce que je juge devoir le faire. Quant à ma famille, j'en ai eu une, elle n'était pas parfaite mais c'était la mienne. Mon père a fini en barbecue à Blackgates et ma mère m'a aimé autant qu'elle a pu. Du moins, jusqu'à ce que la drogue ne me vole son amour, je l'aimais tellement que je l'ai aidé à se détruire chaque jour un peut plus, en lui rapportant ce qu'elle me demandait de lui rapporter. Je ne suis pas bouleversée de quoi que ce soit... Je suis juste exténuée d'être incomprise, lassée par ce monde d'ignorants qui passe son temps à vouloir constamment nous faire la moral alors qu'il ne sait rien...  


La machine derrière elle se mit à émettre un son aigu, quand elle se retourna, elle pu apercevoir une petite fenêtre s'ouvrir lui indiquant que la recherche en cour avait abouti. Elle avait eu raison de laisser tourner ses appareils, au moins, elle allait pouvoir réellement savoir à qui elle avait affaire ce soir. Pianotant de nouveau sur son clavier, on pouvait voir apparaître le logo de la mairie de Gotham en fond de page de la fenêtre active. Celle de derrière, c'était celui du GCPD et enfin, le dernier portait le logo du magnifique aigle à tête blanche, symbole des Amériques. Sans même se préoccuper de Batwoman, elle entreprit en direct live d'effacer toutes traces de ses recherches et de ses récents cracks. En sommes, son petit logiciel, lié à sa webcam active avait permis d’analyser les traits du visage de la rouquine et cela avait vraisemblablement suffit à aboutir sur quelque chose. Parfait, elle pourrait consulter son petit dossier plus tard. Elle en fit des copies qu'elle isola de manière à ce qu'on ne puisse ni mettre la main dessus, ni même les lui retirer. Klara fini par agripper son boken sous le bureau, révélant ainsi son existence.

Dites... Votre terrifiant acolyte ailé est au courant que vous révélé votre visage à des enfants soupçonnés de hacking et d’extorsion de fonds ?
...Sachez que ce n'est pas parce que VOUS PENSEZ qu'une personne vaut mieux que "ça", qu'elle en a réellement la couleur...


Dit-elle en jaugeant de l'état de sa lame de bois. La petite hackeuse se leva de son fauteuil et se dirigea négligemment vers une penderie.  C'était une vieille armoire en bois qui avait pris la poussière et sûrement d'autres choses moins agréables, comme les dégâts du temps. Elle s'agenouilla et sorti de cette dernière une long veste noir à capuche, portant des oreilles de chat vertes, une paire de rangers et un masque que l'on utilise pour se protéger des gaz de bombe de peinture. Sans un mot, elle enfila tout son attirail, prenant bien soin de soulever son T-shirt et de s'assurer que son gilet de kevlar était toujours en place. Sur une étagère, elle agrippa une ceinture aussi verte que les oreilles de sa capuche, armée de bombes de peintures. Une fois tout ceci fait, Klara passa son boken dans sa ceinture et fit de nouveau face à la justicière.


Tu veux que je sorte d'ici ? Tu veux me montrer le monde tel que toi tu le vois car tu penses que ma vision est erronée ? Soit ! Je te suis et prouve moi donc que j'ai tords.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Dim 22 Juin - 19:57

Il fallait bien que ça arrive un jour
Franchement, j’en ai marre. J’en ai marre d’elle et des ses grands airs. Elle qui croit qu’elle va me dire pourquoi je me bats. Elle qui me parle de sa famille pour qui elle ne ressent plus rien au final. Elle qui n’est surement plus ce qu’elle était. Comment une fille de son âge peut elle finir comme ça ? Elle n’éprouve plus rien pour personne. Au moins, j’en apprends de plus en plus sur elle, et je déduis beaucoup de chose. Elle est certainement surdoué vu ce qu’elle fait pour son âge, et comment elle parle pour son âge.  A son âge, qu’est ce que je pouvais bien faire ? Je crois que je passais mes journées dans ma chambre à attendre que la journée se finisse, et puis j’allais en cours aussi, j’ai jamais aimé ça d’ailleurs, ni les profs ni les élèves. En même temps, personne ne m’aimait la bas dans cette école privé au tout devait être parfait, et malheureusement pour eux, Katherine Kane était la rebelle de l’établissement, avec ses vêtements tout noirs et son attitude décadente. Au final, je ressemblais un peu à cette fille à être seule, et se sentir incomprise par le reste du monde. Et l’histoire finit par se répéter, avec l’armée, avec Batman. C’est toujours la même chose. Alors je comprends pour cette fille que ça doit être dur. Je finis par voir la bulle où elle vit. On aurait dit la mienne à la même époque. Mais on reste tout de même différente. Est-ce que j’étais aussi énervante à cette époque ? J’en sais rien, je demanderais à papa, il me dira bien.

Puis là, elle se met à me parler de mon acolyte ailé. Pense t elle à Batman. Dommage pour elle, ce n’est pas mon acolyte. Et même si il apprenait que je lui ai montré mon visage, qu’est ce qu’il me dira ? Il n’a aucune autorité sur moi. Et même si il est plus expérimenté que moi, je me fiche de ce qu’il pourra me dire à ce propos.

"Sache que Batman, si c’est de lui que tu parles, n’est pas mon acolyte. J’ai travaillé avec lui il y a longtemps, mais je suis indépendante, et pour rien au monde je retournerais avec lui."

Et puis là, elle se lève pour se diriger vers une armoire où elle sort des vêtements qu’elle enfile par-dessus les siens. D’ailleurs, j’ai réussi à apercevoir un gilet pare balle sous son T-shirt. Pourquoi elle portait ça en permanence ? Elle devait se sentir menacée, mais par quoi ? Peut être je le découvrirais plus tard. En tout cas, elle enfila un masque entre temps, puis elle m’annonce qu’on sort. Après lui avoir lancé un sourire, j’enfile mon masque et la suis. Elle m’emmène dans la rue et marche, sans dire un mot.  J’observe l’arme qu’elle a passée à sa ceinture. C’est un sabre en bois, j’en ai déjà vu au Japon durant mon tour du monde. Je ne sais pas si elle la maitrise, mais j’espérais voir ça ce soir. Une arme dans les mains de quelqu’un qui ne sait pas s’en servir, ce n’est pas une bonne chose.
Ca faisait quelques minutes qu’on était en train de marcher déjà. Puis on arrive devant une ruelle d’où surgit des cris, des cris de femmes. On s’arrête devant, et j’aperçois au fond une femme et un homme. L’homme est habillé exactement comme un sans abris, la femme quand à elle est vêtu d’une tenue de sport. Ca devait une femme qui courrait et qui s’était faite attrapé par ce vieux pervers. Et il allait la violer. Je dois l’arrêter, mais ça me semble aussi le bon moment pour montrer à cette adolescente comment je rends la justice, et comment elle fera à ma place.

"Alors, toi qui veut tellement aider les gens, montre-moi comment tu vas aider cette pauvre femme. A moins que tu préfères qu’elle se fasse violer et certainement tuer par cet homme."

Je la regarde, attendant une réaction de sa part tout en gardant un œil sur l’agression en train de se produire. Si elle décide de ne rien faire, alors j’interviendrais. Mais je ne laisserais pas cette femme ce faire violer. En tout cas, j’espère qu’elle va aller l’aider, et qu’elle n’embrochera pas par erreur cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Dim 22 Juin - 23:08


With BATWOMAN & SKYLAR.
Batwoman fini par lui sourire et de manière assez inconsciente accepta la requête de la gamine. C'était pourtant une si mauvaise idée. Si elle venait à croiser la route d'un gros jambon, que ferait-elle ? Elle laisserait l'enfant rentrer tranquillement chez elle en croisant les doigts pour que tout se passe bien sur le chemin du retour ? Insensé, mais soit. Puisque la rouquine avait décidé de l'amener avec elle dans sa ronde nocturne, elle la suivrait et apprendrait sûrement beaucoup sans rien demander. En parlant d'apprendre, l'information quant à son lien potentiel avec le Batman n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde non plus. Bien, le terme "retourner" avec lui, lui indiquait sans commune mesure qu'ils avaient bel et bien collaboré. Et en vue de son intention de non retour, probablement que quelque chose avait cloché, ou qu'une relation conflictuelle avait vue le jour entre ces deux protagonistes. C'était toujours bon à prendre.

Skylar et Batwoman se déplaçaient désormais côte à côte dans le bourbier de Park Row, c'était amusant de voir à quel point une chose aussi banale que marcher dans la rue, pouvait être transformer en quelque chose d'atypique, rien que de part une tenue. La jeune fille ne pipa pas le moindre mot de toute leur balade nocturne. Le parc était occupé par des sans abris et les déchets laissés là par des gens ne sachant pas à quoi pouvait servir une poubelle. De l'autre côté on pouvait entendre la musique non modérément forte d'un poste de radio gerbant une de ces musiques poussant à la violence et des bruits de verre brisé se faisaient entendre. Des voix aussi, des rires, mais le genre de ceux qui vous laissent entendre que ce ne sont pas des enfants au tourniquet. A plusieurs reprises, la petite porta son regard à son PAD. Il n'était pas plus gros qu'un carnet, mais c'était son outil de travail quand elle se déplaçait. Le dossier Batwoman y trônait fièrement, avec toutes les informations concernant sa partenaire de bonne fortune. Klara avait envie de jeter un œil à tout ça et de voir réellement qui elle était. Avoir un visage c'est bien beau, mais ça ne donne pas un nom. Elle fini par céder à la tentation et regarder ce qui s'y trouvait. Vraisemblablement, elle avait ici affaire, du moins, d'après sa machine, à une certaine Katherine Kane, nationalité Américaine, née un 26 octobre à Gotham. Elle avait servis sous les drapeaux également à priori, ce qui devait faire d'elle une personne somme toute capable de se défendre. En même temps, il valait mieux quand on savait qu'elles étaient ses nouveaux hobbys. Elle aurait donc une sœur portée disparue... Voyez-vous cela. Renvoyez à la vie civile par l'armée, tiens ! La cause n'était pas justifiée. Insubordination peut être ?

Ceci dit, des cris finirent par leur parvenir d'une ruelle, un peut plus bas dans la rue. Elle suivit Batwoman sans un bruit et avec la plus grande des discrétions, comme sur la pointe des pieds. Dans la rue se trouvait un homme et une femme. Vraisemblablement la demoiselle n'était guère enchantée par les tentatives de drague lourdes de son nouvel ami. Enfin, si à ce niveau là on pouvait encore parler de drague. Son acolyte l'invita à faire ses preuves. Ce n'était pas le but de la manœuvre, Klara était sensée l'accompagner et jouer les spectatrices uniquement. Mais soit... Il se pourrait qu'elle regrette ses mots qui sait.

Skylar profita du couvert des ombres pour se faufiler dans la ruelle, sans un mot et sans un bruit. Sa tête était entrain de se transformer en une véritable calculatrice mobile, calculant en temps et en heure les angles morts de la vision de l'agresseur. Elle ne se brusquait pas, mathématiquement, elle savait quand il serait préférable d'agir plutôt que de lui sauter dessus bêtement. Avec agilité, elle se glissa dans son dos alors que ce dernier plaquait la jeune femme contre le mur et portait toute son attention sur elle. D'une poigne ferme, elle se saisit de l'épaule de l'individu et d'un coup de rangers biseauté, elle vint frapper l'articulation du genou juste sur le côté. L'étreinte sur l'épaule ? Pour mieux le faire pivoter. Ce genre de mouvement fragilisait les articulations et elle avait bien dans l'intention de la briser sommairement. L'homme n’eus pas le temps de hurler alors que son genou prenait à présent un angle plutôt vilain, que Skylar vint placer son coude sur la trajectoire faciale de l'individu. Un coup sec s’abattit sur la mâchoire, comme on le lui avait appris à le faire durant ses cours d'arts martiaux.  Le sans abris avait à présent un genou brisé, une mâchoire démise, mais ce n'était pas suffisant. Klara extirpa d'un geste ferme et sans faille le boker de sa ceinture avant de s'en saisir des deux mains. L'homme face contre terre couinait comme un porcelet. La gamine leva son arme bien haut, et comme si elle savait précisément où et comment frapper elle abattis sans nul merci son arme sur la loque humaine qui se traînait à ses pieds. Un craque sonore se mêla au bruit du coup, emplissant la ruelle d'un hurlement inhumain sous le regard horrifié de la victime tétanisée contre son mur. L'omoplate, elle était brisée elle aussi. MAINTENANT, elle estimait qu'il avait eu son compte.

Tout du long, elle n'avait affiché aucune émotion, pas un rictus, pas une grimace. Elle rengaina son arme et fit basculer sur le dos l'homme qui avait à moitié perdu connaissance. Elle s’accroupit à côté de lui, l'empoigna fermement par le col alors qu'avec sa seconde main elle lui tapota la joue.

Reste avec moi. Pour la suite j'ai besoin que tu sois bien concentré... C'que t'as fait là c'est mal, mais sache que pour cette fois tu vivras. Pas parce que ça me dérange, mais parce que je l'veux bien. Va leur dire à quel point tu souffres, que tout le monde sache, que cela remonte. Je veux que ces merdes sachent ce qui les attends s'ils tentent de bouger le petit doigt, que tu témoignes de ce qui arrive quand on ne reste pas dans les clous.


Elle se redressa et adressa un regard à la limite sans vie à la jeune femme.

Un footing en pleine nuit... Sérieusement ?


Skylar avança d'un pas assuré vers Batwoman, se servant de son PAD pour alerter les autorités, enfin, surtout que l'on fasse venir une ambulance. Elle se planta devant Batwoman et écarta les bras l'air d'attendre la sentence.

J'ai gagné quoi ? Un coupon de réduction chez Materiel à gogo ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Lun 23 Juin - 19:49

Il fallait bien que ça arrive un jour
C’était magnifique. Ce que je viens de voir est tout simplement magnifique. Elle a neutralisé ce criminel rapidement et proprement. Elle avait mis un peu de temps à ce décider ce qui aura pu être assez grave. Mais on va mettre ça sur le compte de l’inexpérience, après, elle ne doit pas se poser souvent la question de comment elle va terrasser un violeur. En tout cas, il ne recommencera pas tout de suite, à condition que quelqu’un continue à venir le faire peur régulièrement, et je vais essayer de la convaincre de faire ça. Avec une peut d’entrainement, elle devrait bien se débrouiller, à condition que ça se passe pas comme avec moi. Ma foi, elle a quand même réussi à la mettre dans un sale état, sa jambe est explosée, sa mâchoire est déboitée et son épaule est en morceau. Je n’aurais pas fait mieux, peut être quelques cotes cassés en plus, mais pas sur. Elle lui a glissé quelques mots après l’avoir mis à terre, surement une mise en garde pour plus qu’il recommence. Normalement, il va raconter tout seul comment il s’est cassé les dents, pour avertir ses amis violeurs. Mais bon, elle s’était montrée vraiment  surprenante. Elle revient vers moi, en me lançant une autre de ces répliques de blazée. J’étais pareille plus jeune, c’est fou. Ma sœur était un peu plus calme, enfin, à cette âge là, elle n’était déjà plus là. Faut que j’arrête de penser à ça moi, c’est pas bon pour le moral, et en pleine mission, c’est mauvais pour la concentration. Aller, je lui donne une réponse digne de sa question, même si ça va surement pas l’amuser.

"Je peux t’avoir des articles gratuits si tu veux, vu que tu as le talent pour les utiliser à ce que j’ai vu."

Je jette un dernier regard au fond de l’impasse. Le clochard est toujours allongé par terre et sa victime passe à coté de moi en courant à ce moment. J’espère qu’elle rentre chez elle avec la bonne résolution d’arrêter ses balades nocturnes. Je pense que venir plus souvent dans ce coin pourrait être pas mal, j’ai repéré plein de potentiel violeur, voleur, meurtrier. Tous des sans abris qui feraient n’importe quoi pour une bouchée de pain. Et personne pour les arrêter, Batman et sa bande son trop occupé à combattre les grands criminels de cette ville. Bon, moi aussi, mais je vais faire une pause donc patrouiller dans le coin pourrait être pas mal, et si je pouvais arriver à convaincre cette fille de m’aider, ça serait parfait. On se remet en marche, avec elle toujours légèrement devant moi. Au bout de quelques minutes de marche, je lui fais signe qu’il faudrait peut être rentré chez elle. Elle acquiesce de la tête et fait demi-tour. Je continue de la suivre et on finit par arriver chez elle.
On rentre dans son appartement, et elle enlève tout son accoutrement, sauf le gilet pare-balle. Elle retourne s’assoir sur son fauteuil à son bureau. Je m’avance et fais pivoter le fauteuil pour l’avoir en face de moi, comme ça, on va pouvoir parler face à face. Je pose mon masque avant, rien à foutre qu’elle voit mon visage ou pas, si elle révèle mon secret, je reviens bousiller son installation. Et puis je suis sur qu’elle le fera pas, elle en aurait rien à tirer. M’enfin, je prends le risque quand même. Bon, maintenant, reste plus qu’à la convaincre que je vaux mieux que les autres, même si c’est pas le cas, et de faire en sorte qu’on devienne alliée. Parce que je l’aime bien cette gamine, elle me rappelle moi, plus jeune.

"Bon, tu t’es plutôt bien débrouiller pour sauver cette jeune femme. Tu vois, c’est aussi une méthode pour aider les autres, pourquoi tu ne fais pas ça ? Ecoute, je ne vais pas y aller par quatre chemins, je veux qu’on travaille ensemble, parce que tu es un génie. Regarde ce que tu es capable avec ta machine, regarde ce que tu pourrais faire avec ton arme. Si tu viens avec moi, tu auras tout ce que tu veux, tu n’auras plus besoin d’aller en cours, toi qui détestent tant ça. Et puis, il y a une autre raison, quand je te regarde, je me vois à ton âge. J’étais pareille, enfermé dans ma bulle, personne ne m’appréciais, personne ne me comprenait. M’enfin, tu dois surement en avoir rien à faire. La décision t’appartient maintenant, à toi de faire ton choix."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Mar 24 Juin - 23:24


With BATWOMAN & SKYLAR.
La justicière lui répondit de la manière à laquelle elle s'attendait. Klara se contenta de hausser les épaules quand la proposition de lui offrir du matériel gratuitement lui tomba dans les oreilles. Ce n'était pas un non, ce n'était pas un oui non plus. Mais un refus catégorique aurait été stupide, surtout quand on vous offre gratuitement quelque chose. Au moins aussi stupide que d'accepter cette même chose pouvant être mouchée jusqu'à la moelle et qui aurait pu permettre à qui que ce soit de la pister, de la surveiller voir de la court-circuiter. Quand bien même, l'adolescente n'était pas du genre à apprécier accepter les offres des gens fortunés. Elle prenait souvent cela comme un acte de pitié, et cela l’écœurait. Elle resta silencieuse tout du long quand batwoman lui proposa de rentrer, acquiesçant simplement d'un mouvement de tête. La nuit était plutôt fraîche et sombre, suffisamment pour que la gamine se prenne à se frotter vigoureusement les épaules. Elles passèrent de nouveau devant le parc, cette fois-ci en plus de musique on pouvait entendre des éclats de voix. Sûrement que la petite soirée entre gang allait dégénérer, mais après tout ce n'était pas son travail de se préoccuper de  ça. Elle, elle fournissait des moyens aux gens pour s'en sortir et en prenant du niveau, en se faisant connaître, elle pourrait qui sait, peut être contrôler un petit quartier ? Un endroit où la criminalité serait réellement contrôlée ? On ne verrait plus de drogues à la sortie des écoles, plus de viols tard dans la nuit...

C'était presque une utopie à laquelle elle voulait croire, elle qui voyait bien malgré son intelligence, le monde à travers des yeux d'enfant. Enfin les deux justicières de bonne fortune finirent par regagner son domicile. Il était temps... Non pressée de retrouver sa bouteille de lait et le confort de son chez elle, Klara se débarrassa de sa seconde peau et repris place devant ses écrans, là où elle se sentait le mieux, là où elle se savait utile. La brunette engloutis la fin de sa bouteille de lait avant que Kate ne s'empare de son fauteuil pour l'obliger à lui faire face.

Instinctivement, Klara eu un instant de recul, prostrée contre le dossier de sa chaise, elle ne pu refréner un regard plein de dédain et de colère. Elle détestait ça, qu'on l'oblige à faire quelque chose, à faire face à une personne et ce d'aussi près. Elle haïssait par dessus tout qu'on viole sa bulle personnelle, son espace de vie, qu'on la mette potentiellement en état de dominée par rapport à son interlocuteur. Elle était suffisamment grande pour qu'on s'adresse à elle comme à une adulte. L'adolescente serra la mâchoire suffisamment pour que l'on entende ses dents grincer. Elle jeta un regard furtif à son boken hors de porté, même si elle l’eus envisagé avec puissance. D'une autre oreille plus attentive et méfiante, elle écouta le discours que lui servait Batwoman. Elle prit sur elle l’oppression pesante que lui procurait la situation jusqu'à ce que cela devienne insoutenable pour elle. Klara se redressa brusquement de sa chaise bousculant un peut la justicière, l'obligeant à reculer. Ce qui lui permet à elle aussi de prendre ses distances, toute tendue sur ses jambes à moitié dénudées.

Règle numéro un... Personne n’empiète sur mon espace vitale si je ne l'y ai pas autorisé !


Cracha-t-elle comme un petit animal enragé, le souffle court. Elle se calma rapidement. La pression retombait et cette sensation horrible la quitta peu à peu. Klara délaissa ses écrans pour rejoindre son perchoir favoris, le rebords de la fenêtre de sa chambre.


Je ne fais pas ça parce que ce n'est pas mon boulot à moi... Je n'ai pas choisis d’endosser un costume et de castagner tout ce qui bouge. En me préparant je m'attendais à voir TON monde, mais au final j'ai simplement vue celui dans lequel je vis chaque jour. Qui plus est TU m'as demandé de regler cette agression... Et s'il m'étais arrivé quelque chose ? Qu'il m'avait blessé ? Tu ne sais rien de moi après tout, peut être que je ne savais pas me battre et que tu me faisais prendre un grave danger. Tu serais intervenue ? La bonne blague... Jamais suffisamment vite pour m'éviter de prendre un sale coup c'est une certitude... La distance à couvrir, même pour une personne entraînée était statistiquement trop grande pour qu'elle puisse être gérée en instantanée...


Elle ramena les jambes contre elle, appuyant son menton sur ses genoux. La jeune fille souffla bruyamment et détourna le regard au profit de la fenêtre et de l’extérieur. Il n'y avait pas un chat dans la rue, pas même un chat errant ou un rat montrant le bout de son museau. Elle fini par reprendre d'une voix plus posément calme.

Je n'irais nul part et avec personne. Mon chez moi c'est ici et nul part ailleurs... L'école je fais avec, j'ai pas à être privilégiée de quoi que ce soit, je suis quelqu'un de normal putain... C'est tout ce que je veux, être comme tout l'monde. Si tu veux qu'on travail ensemble, c'est possible. Je ne renoncerais pas à mes autres contrats par contre, ça non. Mais si tu souhaites mon aide tu l'auras. Mais dans un premier temps, comme je te l'ai dis, si tu étais ici c'était pour m'arrêter, donc il y a une piste qui remonte jusqu'à moi. Je veux qu'elle soit détruite ou mystérieusement erronée. Qu'on m'foute la paix...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   Sam 28 Juin - 22:27

Il fallait bien que ça arrive un jour
Touché à sa chaise n’était pas une bonne idée visiblement, ça l’a bien mise en colère. Mais on va enfin pouvoir vraiment se parler. Je Vais pouvoir lui dire ce que je pense de tout ça. On va voir ce qu’elle a à me dire tout d’abord. Même si je sais à quoi m’attendre. Elle va encore me faire la morale comme quoi elle seule suit le bon chemin. M’enfin, moi aussi je vais pouvoir la confronter à ma réalité, à la réalité.

"Je ne fais pas ça parce que ce n'est pas mon boulot à moi... Je n'ai pas choisis d’endosser un costume et de castagner tout ce qui bouge. En me préparant je m'attendais à voir TON monde, mais au final j'ai simplement vue celui dans lequel je vis chaque jour. Qui plus est TU m'as demandé de régler cette agression... Et s'il m’était arrivé quelque chose ? Qu'il m'avait blessé ? Tu ne sais rien de moi après tout, peut être que je ne savais pas me battre et que tu me faisais prendre un grave danger. Tu serais intervenue ? La bonne blague... Jamais suffisamment vite pour m'éviter de prendre un sale coup c'est une certitude... La distance à couvrir, même pour une personne entraînée était statistiquement trop grande pour qu'elle puisse être gérée en instantanée..."

"Et tu crois que c’est l’argent que tu lui as donné qui va l’aider ? Elle fait quoi, elle te tabasse à coup de billet ? Tu sais, on vit dans le même monde. Ton monde est aussi pourri que le mien parce que c’est le même. On vit dans le même merdier, et ça faut que tu l’acceptes. Et j’avais largement les capacités d’intervenir sans que tu te fasses blesser. Certes, il y avait une grosse distance à parcourir mais j’avais de quoi le neutraliser le temps de venir. Et je pouvais le mettre à terre bien plus facilement que toi. Au pire tu prenais un coup, et alors ? C’est pas ça qui va te tuer et si tu as peur de prendre des coups, alors tu peux quitter la ville, parce que tu aurais fini par en prendre un jour, personne n’est à l’abri ici, même pas moi. Alors non, je ne t’ai pas fait courir de risques démesurés."


Comment ose t elle me dire ça ? Peut être que c’est une fille très intelligente mais je sais encore me battre, et jamais je n’aurais mis sa vie en danger comme ça. En tout cas, ça m’a fait du bien de lui dire tout ça, maintenant, on est quitte. Mais bon, elle n’a pas fini de parler apparemment. Mais la suite s’annonce mieux à vrai dire. Je jette un coup d’œil par la fenêtre, la nuit est toujours aussi claire, baigné par la douce lumière de la lune. Dire que je pourrais errer sur les toits de Gotham si cette gamine n’était pas aussi chiante. Ca doit être la seul chose que je trouve belle à Gotham, le clair de lune. Je regarde dehors tandis qu’elle continue de me parler. Elle me dit qu’elle veut être normal, travailler avec si on lui fiche la paix. Enfin ! C’est juste que je veux, qu’elle m’aide dans ma tache. Je me fiche de ce qu’elle pourra faire après. En tout cas, j’arrive enfin au point où je voulais en venir, même si ça m’a pris plusieurs heures finalement.

"C’est tout ce que je voulais. Juste que tu me dises ça. Pas que tu me fasses la morale pendant des heures. Juste me dire que tu étais d’accord t’en qu’on te fiche la paix. Je me fiche de ce que tu peux faire après. Tout ce que je veux moi, c’est ton aide. Tu as beaucoup de talents, et ça pourrait m’être utile. Ecoute, je vais faire disparaitre tout ce qu’il y a sur toi et je reviendrais te voir quand ça sera fait. En attendant, prend soin de toi et fais attention, je ne voudrais pas qu’il t’arrive quelque chose."

Je lui lance un dernier regard accompagné d’un sourire. Puis je m’avance ce vers la fenêtre tout en remettant mon masque sur mon visage, l’ouvre et passe de l’autre coté. Je me propulse sur le toit d’en face avec mon grappin. Je m’arrête quelques minutes et lance un coup d’œil vers la Lune, c’est vrai qu’on la voit bien ce soir. Je reprends ma course vers chez moi, la nuit a été assez mouvementée comme ça, un peu de repos me fera du bien. En tout cas, j’ai une nouvelle alliée dans le combat contre le crime, et malgré son caractère plutôt agaçant, je l’aime bien cette fille.
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il fallait bien que ça arrive un jour. - Ft. Batwoman
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: