Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Blake Thorne | A light in the corrupted darkness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Blake Thorne | A light in the corrupted darkness   Mar 3 Juin - 0:44



DOSSIER N° : 84217556 BLAKE THORNE 94517224


Nom : Thorne.
Prénom : Blake Arthur.
Alias : Will o’ Wisp (ou Feu Follet).
Sexe : Masculin.
Nationalité : Américaine.
Base d'opération: Gotham City.

Date de naissance: 7 janvier 1970, il a 25 ans.
Lieu de naissance: Gotham City.
Rhésus: A négatif.

Orientation sexuelle : Bisexuel.
Situation familiale: Marié, un enfant.
Autre information: Membre de la Mafia, acteur/cascadeur.


Génétique du patient

Taille : 178cm.
Poids : 81kg.
Description physique du sujet : Blake Thorne est un homme relativement grand et d'apparence assez longiligne qui environne le mètre quatre-vingt. Il n'est pourtant pas dénué de musculature même s’il ne peut rivaliser avec d'autres membres de la mafia au physique bien plus fort que lui. Son affection pour le sport et son travail de cascadeur lui a cependant permis d’être en excellente forme physique. Son visage est long et ses formes sont géométriques; il possède un menton carré et assez large, des pommettes hautes et prononcées, des sourcils épais mais bien dessinés, un nez long et droit et des yeux fins un peu mélancoliques de couleurs verts. Malgré son assez jeune âge, des cernes prononcés soulignent ses yeux et quelques rides d’expressions sont visibles au coin des paupières et sur son front. Sa peau semble très pâle en comparaison de ses cheveux d’un noir profond qui laissent pourtant apercevoir des reflets bruns au soleil, raides, assez rebelles et souvent en pagaille, malgré le soin qu'apporte le jeune homme à sa tenue. Ils sont assez courts, quelques mèches retombant sur son front. Il porte des lunettes rondes car il souffre d’hypermétropie.
En général, Blake Thorne porte souvent des tenues sobres mais élégantes, arborant une apparence soignée mais privilégiant tout de même des vêtements confortables. Il affectionne particulièrement les vêtements de marque et possède une collection astronomique de chemises de différentes formes et couleurs. Il ne sort jamais sans une écharpe et ne se sépare presque jamais de son grand imperméable noir orné d'une ceinture et au col remonté, typique de la ville de Gotham. Il arbore un manteau similaire mais fait de cuir quand il décide de jouer aux justiciers masqués, une fois la nuit tombée. En plus de ce manteau, il porte alors un « borsalino », le chapeau également typique de la mode de Gotham.
En dessous, la tenue de justicier de Will o’ the Wisp se compose d’un bonnet d’aviateur en cuir cousu assez grossièrement qui s’attache sous le menton, dont l’emplacement libre de la bouche et du nez a été recouvert d’un tissu noir permettant une respiration aisée malgré l’épaisseur. Il porte évidemment des goggles, des lunettes d’aviation qui ont été customisée : elles possèdent un interrupteur sur le côté qui permet d’allumer des diodes à l’intérieur qui font briller les verres, ainsi qu’un système de repérage infrarouge pour voir dans l’obscurité, et une vision thermique afin de détecter des sources de chaleurs plus aisément. Pour le reste de sa tenue, il porte un pull à col roulé côtelé, une veste de motard en cuir sans manches, des gants et des rangers également en cuir ainsi qu’un pantalon en toile orné de bandes grises maintenu par une grosse ceinture, le tout dans des tons noirs. Dans le cuir du dos de son manteau et de sa veste, est gravé un symbole de flammes s’enroulant sur elles mêmes pour former une sphère. A sa grosse ceinture sombre, il arbore un porte-flingue et plusieurs pochettes pour ranger quelques gadgets, notamment des grenades de diversions qui créées des lumières violentes, ainsi que différents matériels de piratage informatique et d’infiltration.
Aperçu de Will o' Wisp:
 
Évolution notable du sujet : Le sujet semble posséder un procédé avancé de technologie qui lui permet de changer la matière de ses vêtements pour qu’elle réfléchisse la lumière, le rendant invisible à l’œil nu. On ignore encore où et comment il a eu accès à une telle technologie.
Le sujet souffre de trypanophobie avancée qui se traduit par une terreur morbide des aiguilles et des injections, suite à un traumatisme dans son enfance. Il supporte mal de demeurer à long terme à l’asile d’Arkham, cela résultant souvent d’une forme de dépression très avancée. Allergie notable aux acariens.



Profil psychologique

Blake Thorne est un individu qu’on pourrait croire particulièrement quelconque au premier abord. Agréable, poli, courtois, travailleur et intelligent, peu de défauts semblent entacher ce portrait presque parfait. Mais toutes ces qualités ne sont qu’une façade pour le jeune homme, car enfant déjà il était très réservé et solitaire. Souvent perdu dans ses pensées, il était assez fragile et tombait régulièrement malade. De plus, il avait un trouble du comportement et faisait souvent de grandes crises de colère sans raison apparente, ce qui poussa son père, Rupert Thorne, à l’éduquer à domicile avec l’aide d’un précepteur puis à l’envoyer à l’école militaire.
Blake a gardé ce trait de sa personnalité qui est toujours bien présent. Les longues années de thérapie qu’il a suivit n’ont servi qu’à l’aider à construire une façade agréable et sociable, et à développer chez lui une peur morbide de décevoir quelqu’un en se conduisant « mal ». Fondamentalement, le jeune homme n’est pas vraiment une mauvaise personne. Naïf et facilement influençable, il se retrouve souvent dans des situations assez dangereuses à cause de la confiance qu’il accorde facilement à n’importe qui.  Mais le jeune homme a tout de même horreur des mensonges et de l’hypocrisie, et a un grand sens de la justice, ayant tendance à être très colérique et à se vexer pour peu de choses. Il lui arrive même parfois de devenir violent, mais il a trouvé un exutoire dans le sport qu’il pratique régulièrement depuis sa prime jeunesse. Il affectionne d’ailleurs particulièrement les sports extrêmes pour l’adrénaline qu’ils lui procurent. Jared reste malgré tout un grand idéaliste et un rêveur, et a beaucoup de mal à garder les pieds sur terre, ce qui a tendance à en faire un assez mauvais élément pour les affaires de la famille Thorne. Il a du mal à comprendre les ambitions de la mafia et leurs affaires en général, mais ayant été élevé dans cet univers, il s’est toujours imaginé qu’il faisait tout cela pour le bien général. Le fait de lui avoir appris très tôt à dresser cette facette de personnalité qui n’est pas la sienne a vite déboussolé l’esprit de Blake qui a maintenant souvent tendance à la confusion dés qu’il perd le contrôle d’une situation.
Cependant, un évènement dans le quotidien de Blake a totalement changé sa vision des choses, et l’a motivé ensuite à prendre le rôle d’un justicier masqué. Le jeune homme craintif de nature, a alors pris les devants et a trouvé la force, derrière ce masque, de surpasser ses peurs afin de devenir le héros qu’il aurait rêvé d’être. Malheureusement, il semblerait selon Mr. Thorne, que son fils aîné ait perdu le contrôle, et qu’il ait été interné à Arkham Asylum suite à de nombreux meurtres qu’il aurait commis au nom de cette justice qu’il croit servir, le rangeant au même niveau que les psychopathes masqués comme le Batman.



Antécédents et suivi du patient

L’écran grésilla un instant avant d’enfin faire apparaître une image nette. Un médecin en blouse blanche tapotait le haut de l’écran, son visage en dehors du cadre. Devant la caméra, une grande table de fer avec un enfant assis de l’autre côté, recroquevillé sur lui-même, visiblement apeuré, reniflant tristement. Le visage du psychiatre apparait finalement à l’écran alors qu’il poussait un soupire de soulagement avant de s’installer à côté de la caméra, de façon à ce qu’on voit juste ses mains.

- Bien, commençons…

Il prit un dossier et commença à le feuilleter, l’enfant le fixant avec un air peu assuré. Ses cheveux noirs en bataille dissimulaient une partie de son visage humide de larmes. Il portait un pull en laine épais par-dessus une chemise blanche, et de grosses lunettes rondes visiblement en mauvais état.

- Docteur Devesh Singh, le 16 décembre 1981 à 18h. Patient n°8421. Blake Arthur Thorne. 11 ans. Né le 7 janvier 1970, de Rupert Thorne, conseiller municipal, et de Emely Ventrix, adjointe du maire. Le jeune Blake Thorne a été suivi depuis mai 1974 par le docteur Lucas Sapolsky suite à un comportement jugé violent et dangereux pour ses proches. Crises de colère récurrentes, caprices et hystérie notable. Docteur Sapolsky a utilisé une nouvelle méthode pour discipliner l'enfant, basée sur la culpabilité et l’apprentissage du bien et du mal. Interné à Arkham sous la recommandation du docteur Sapolsky à partir du 30 novembre 1980, suite à un kidnapping qui a mené l’enfant à recevoir une dose importante de substance addictive et illicite. La dose n’était pas fatale, mais a eu de profonds effets secondaires sur l’intellect de Blake.

Le garçon eut un nouveau hoquet et se remit à pleurer doucement, silencieusement, essuyant ses larmes de sa manche, beaucoup trop longue visiblement pour lui.

- Suite à cela, le garçon a développé un tempérament paranoïaque et phobique. Il refuse toute injection ou prise de médicament, et nous sommes obligés de le forcer. De plus, il semble refuser la réalité de la mort de sa mère et sa jeune sœur.

Le médecin pris une pose, remonta ses lunettes machinalement sur son nez puis essaya de prendre un ton plus décontracté, croisant les doigts devant lui.

- Dis-moi, comment vas-tu, Blake ?
- Bien, monsieur…
- Comment te sens-tu ?
- Je veux rentrer chez moi, monsieur…
- Je le sais. Tu rentreras bientôt, ne t’en fais pas.
- Je veux rentrer maintenant.. !
- Tu sais bien que cela est impossible, Blake.
- Pardon, monsieur.
- Bien. Blake, tu es un bon garçon. Maintenant, j’aimerais que tu m’expliques pourquoi tu refuses que les infirmières te soignent…


Blake sembla se tétaniser sur place et se mit à trembler, baissant les yeux.

- Elles veulent me faire du mal.
- Les infirmières sont là pour t’aider, Blake.
- Non. Elles m’ont arraché à ma famille.
- Blake, nous en avons déjà parlé. Nous faisons cela pour ton bien.


Le garçon secoua la tête négativement, ses sourcils se fronçant.

- Vous essayez de me… changer. Mais je ne suis pas stupide.
- Blake. Nous ne voulons pas te changer. Nous voulons t’aider à être soigné.
- C’est faux !
- Blake. Un bon garçon ne…
- JE NE VEUX PAS ETRE UN BON GARCON ! Je veux rentrer chez moi et voir ma mère et ma petite sœur ! Vous êtes des hommes cruels et je vous déteste !


Le garçon se leva d’un coup et renversa les papiers qui étaient sur la table. Le médecin ne bougea pas, à peine surpris.

- Ce n’est pas bien, Blake. Tu sais bien que tu ne dois pas être en colère. Tu sais ce qui arrive quand tu te mets en colère.

Le garçon se pétrifia et alla ramasser les feuilles par terre pour les remettre sur la table gentiment avant de s’asseoir.

- Bien. Continuons. Au sujet de ta sœur et de ta mère, Blake. Pourquoi refuses-tu d’accepter qu’elles ne soient plus là ?
- Je ne comprends pas ce que vous dites…
- Ta sœur est décédée, Blake. Depuis deux ans, lors d’un accident dont tu étais responsable. T’en souviens-tu ?
- Non. Ma sœur n’est pas morte. Et je ne vois pas de quoi vous parlez.
- Ton père te l’a dit, Blake. Plusieurs fois. C’est la vérité. Et ta mère est décédée lorsque ces méchants hommes sont venus t’enlever.


Le garçon se remit à pleurer à grosses larmes.

- Non ! C’est faux !
- Blake.


La voix du médecin était autoritaire et ferme. Blake trembla.

- Dis-moi ce qui s’est passé avec ta sœur.
- On… On était dans le parc. Je jouais avec elle. Et elle m’a volé mon ballon. Elle ne voulait pas me le rendre.  Je me suis énervé…et…
- Continue. Que s’est il passé.. ?
- Je l’ai poursuivi… jusqu’à la falaise… et elle a trébuché… Je vous en prie, monsieur, ne m’obligez pas à dire la suite !


Il s’effondra en larme mais le médecin ne sembla pas en démordre.

- Dis-moi ce qui est arrivé à Mary, Blake.
- Elle… Elle… Elle est tombée… de la falaise… J’ai essayé de la rattraper, je vous le jure ! Mais elle avait peur, elle ne voulait pas s’arrêter !
- Pourquoi avait-elle peur, Blake, dis-moi ?
- Je ne sais pas !
- Bien sûr que si, tu le sais. Parce que tes crises de colère lui faisaient peur. Parce que tu la frappais.


Le garçon dissimula son visage entre ses mains, ses épaules secouées par des sanglots incontrôlables.

- Tu étais un très vilain garçon, Blake. Très vilain. Mais grâce à moi tu as réussi à devenir un bon garçon. Il faut que tu continues ainsi et plus personne ne sera blessé par ta faute. Mais pour rester un bon garçon, tu dois accepter les médicaments.
- Ou-Oui… monsieur. Pardon…
- Alors. Où sont ta sœur et ta mère à présent ?
- Elles sont mortes, monsieur…
- Bien. Nous allons pouvoir continuer tout cela demain. Emmenez le jusqu’à sa chambre.


Des silhouettes de gardien en tenue blanche entrèrent dans la pièce sombre et attrapèrent Blake pour le pousser en dehors du cadre. Et la caméra s’éteignit.

~~~

Blake Thorne était accoudé au bar, le regard pensif, faisant tourner lentement le liquide ambré à l’intérieur de son verre, et prenant une gorgée de temps à autre. Malgré qu’il n’ait que 18 ans, il avait été facile de berner le barman avec une fausse carte d’identité, pour avoir un verre de scotch. De plus, qui irait chercher des ennuis au fils Thorne ? La musique jazzy qui résonnait en fond ne gênait guère la méditation de Blake, quant aux mugissements des habitués déjà abruti par l’alcool en ce début de soirée, il n’y prêtait guère attention. Car de toute façon, le jeune homme savait que personne ne s’attaquerait à lui. Il portait encore les vêtements de son école militaire, et son imposant sac kaki trônait sur le siège à sa droite. Alors qu’il prenait une nouvelle gorgée de son verre, il repensait à toutes ses années passées à l’école militaire et à la réaction qu’aurait son père en le voyant rentrer à Gotham. Toutes ses années à porter des uniformes, à apprendre l’obéissance, la soumission devant un supérieur hiérarchique, l’ordre et la discipline, il avait l’impression que ce n’était plus qu’un rêve à présent. Pendant ces 7 années, depuis sa sortie d’Arkham, il n’avait plus été le même, il avait été ce qu’on voulait qu’il soit. Au final, était-ce une meilleure chose ? Blake ne pouvait s’empêcher de penser aux paroles de son psychologue qui lui avait répété constamment qu’il fallait qu’il soit un bon garçon pour que les siens ne soient pas blessés de nouveau. Il avait créé tellement de chaos dans sa famille. Son père voudrait il encore seulement de lui ? Trop de questions se bousculaient dans l’esprit du jeune homme. Un des badauds complètement saoul s’approcha de lui et le pris à partie. C’était un individu d’une quarantaine d’année tout au plus, en voulant visiblement au monde entier pour avoir été renvoyé de son travail. Blake écouta à peine ce qu’il déblatéra, ignorant son regard inquisiteur. Il termina son verre, se leva de son tabouret, attrapa le poing que lui avait lancé son assaillant, retourna le bras du saoulard dans son dos et effectua une pression pour qu’il aille se fracasser la tête sur le bar. L’homme s’effondra ensuite, inerte, sur le sol et Blake récupéra son sac, sortant du bar et appelant un taxi pour qu’il le mène à la demeure de la famille Thorne.

La route défilait par la fenêtre humide du taxi alors que Blake avait posé pensivement sa tête contre la vitre, regardant avec mélancolie les lumières électriques de la grande Gotham effectuer un véritable feu d’artifice sous ses yeux. Qu’est ce que cette ville lui avait manqué. Et pourtant, elle avait de nombreux défauts, cette ville. Mais Blake se reconnaissait en elle, cette violence, cette pauvreté qui pourtant pouvait laisser place à la noblesse et à la bonté. Il eut un sourire. Oui, il aimait cette cité.
Bientôt, le véhicule s’engagea dans l’allée du manoir des Thorne et s’arrêta devant l’imposante porte de bois sculptée dissimulée dans l’ombre du porche de pierre. Blake pris son sac et paya le taxi avant que celui-ci ne quitte les lieux, le laissant seul devant l’immense demeure, incertain et inquiet. Il monta les marches du perron et mis quelques secondes avant de saisir le loquet et frapper plusieurs fois. Il était 21h23 et Blake Thorne était transi par l’angoisse. Bientôt, l’imposante barrière de bois s’ouvrit pour laisser place à un visage familier. Le vieux majordome de la famille Thorne eut un grand sourire et empressa une des servantes, visiblement derrière lui à en juger par son attitude, d’aller chercher Mr. Thorne. Il invita Blake à entrer mais le jeune homme aux cheveux ébène refusa. Bientôt, il entendit des bruits de pas dans les escaliers et son père apparut dans l’encadrement. Cet homme imposant, hautain, à l’embonpoint prononcé et aux cheveux blanchis par l’âge, la moue mécontente. Un long silence pesa entre le fils et le père avant que ce dernier, son visage ne changeant pas d’expression pour autant, ouvrit les bras pour inviter Blake à entrer. Ce dernier s’exécuta timidement, balbutiant un « bonsoir, père » très faible. Une fois qu’il eut passé le pas de la porte, Rupert Thorne étreignit son fils avec force, surprenant fortement ce dernier qui resta incompréhensif face à cet acte.

- Bienvenue chez toi, mon fils.

La porte se referma derrière eux.

~~~

- Blake Thorne ? Rentre ! Ne reste pas sous la pluie !

Le docteur Karos ouvrit la porte pour laisser entrer son invité. Ce dernier était blanc comme un linge et trempé, n'ayant visiblement pas du tout pensé à s'abriter de la pluie, bien au contraire. Le docteur était inquiet. Il connaissait le jeune Blake depuis deux ans et jamais il ne l'avait vu dans cet état. Pourtant, il connaissait les antécédents du jeune homme et savait qu'il avait un sacré bagage à traîner derrière lui. Mais là, c'était différent. Il lui retira son manteau trempé et l'aida à s'asseoir dans son canapé, venant ensuite s'asseoir devant lui. Le docteur était un homme d'une soixantaine d'année aux cheveux gris, au bouc soigneusement taillé et aux lunettes rectangulaires relativement banales. Les deux hommes semblaient très différent : un jeune acteur qui commençait à se faire connaître et un scientifique indépendant qui travaillait pour différents laboratoires. En vérité, c'était Blake qui avait cherché le docteur, découvrant son numéro dans les dossiers de son père, membre éminent de la pègre de Gotham. Le jeune homme voulait trouver quelqu'un qui serait capable de lui créer une tenue de justicier après qu'il ait commencé à entendre les premières rumeurs sur le Batman, et il savait grâce aux informations de Rupert Thorne que Karos travaillait sur des matériaux et des équipements pour l'armée. Il l'avait supplié de l'aider, souffrant énormément de devoir travailler pour son père au sein de la pègre, et ayant une prise de conscience en entendant parler de ce justicier de la nuit.
Rapidement, le docteur devint un confident pour Blake qui s'épanchait souvent chez lui. En effet, Karos était seul, sa femme décédée et n'ayant pas d'enfant, la présence du jeune homme lui faisait beaucoup de bien et il remarqua bien vite que Blake était loin d'être un homme aux mauvaises intentions. Alors il avait pensé à sa dernière création qu'il avait gardé pour lui jusqu'à présent, un tissu noir capable de réfléchir la lumière une fois traversé par un courant électrique. Il avait travaillé dessus avec toute sa passion, mais finalement, le jeune homme avait semblé hésitant à prendre son rôle de justicier, lui demandant encore un peu de temps pour réfléchir. Hors, quelque chose s'était passé pour qu'il vienne voir le docteur en pleine nuit.
Blake tremblait, et serrait nerveusement ses mains en regardant fixement un point sur le sol.

- Docteur, j'ai fait... quelque chose d'horrible.
- Que s'est il passé, raconte moi.
- Je... J'ai du tuer... Bon sang. Je n'avais pas le choix !
- Du calme, prends ton temps, mon garçon.


Blake pris une profonde respiration et repris.

- Il y avait... cette femme et cet enfant... On devait... Le mari refusait de payer ! Je leur ai dit que je ne voulais pas faire ça ! Mais, je n'avais pas le choix ! Sinon, mon père...

Le jeune homme eut un hoquet et des larmes roulèrent sur ses joues alors qu'il mettait sa tête dans ses mains.

- Je ne veux plus faire ça ! Je ne peux plus ! Cela aurait pu être ma femme et mon fils ! Cela aurait pu être Svetlana et Terenti !
- Bon dieu, Blake... Pas étonnant que tu sois dans cet état. Ne t'en fais pas, je... tu peux rester ici pour la nuit et...


Blake releva la tête, les yeux rougis et la mine à moitié déterminée et désespérée, se levant en serrant les poings.

- Docteur Karos, je... je veux les vêtements... qui rendent invisible. Je... Je ne veux plus avoir toutes ces morts sur la conscience. Il faut que je fasse quelque chose ! Il faut que je fasse quelque chose de bien dans ma vie ! Et si je peux sauver des vies, alors peut être...
- Tu es sûr de ce que tu fais, Blake..? Je t'ai prévenu que le tissu était dangereux, nous ne savons pas encore les répercutions qu'il peut avoir sur ta santé mentale et physique.
- Je n'ai plus le choix, docteur. Il faut que j'agisse. Je ne veux plus être soumis à la volonté de mon père, à la pègre, à personne ! Qu'ils aillent au diable ! Je veux être moi même et faire mes choix ! Et je choisis d’œuvrer pour la justice !


~~~

Gotham Globe.
Edition du 2 février 1995.

Un feu follet à Gotham !

Hier soir, lors d'un trafic d'arme entre deux factions de la mafia de Gotham dans un entrepôt abandonné de Row Park, la police a découvert les deux groupes alliés inconscients et désarmés au sol. Une caméra habilement placée par l'un de nos enquêteurs a révélé une scène des plus étranges : les hommes, interrompus dans leur marchandage, ce sont retrouvé agressé par une force invisible et malgré leur résistance, ont tous été mis hors d'état de nuire. Le commissaire Gordon nous a assuré qu'il s'agissait sûrement là d'un échange qui aurait mal tourné, mais l'absence de blessure par balle montre que l'origine est bien différente. Un seul détail pourrait expliquer ce qui s'est passé dans cet entrepôt, la présence de deux lumières en lévitation, semblable à des feux follets. Et ce n'est pas la première fois que ce phénomène étrange est visible. Beaucoup de témoignages de citoyens ont été entendu sur ces mêmes lumières, mettant à mal un braquage de banque ou encore sauvant une jeune femme d'une agression. Phénomène paranormal ou nouvelle arme ? La question demeure.

Alexander Knox.

~~~

- Voyons voir qui se cache derrière ce masque... ... Blake ?!

Rupert Thorne lâcha la cagoule d'aviateur qu'il avait en main sur le coup, reculant d'un pas, le visage déformé par la surprise et la colère. Devant lui était son fils, maintenu par ses propres hommes, le visage couvert d'hématomes et de sang, portant la tenue que Thorne avait haï pendant de longs mois. Traîné jusqu'au bureau de son père, frappé violemment par ses hommes plusieurs fois, le Will o' Wisp était dans un sale état. Il avait été piégé alors qu'il voulait interrompre un trafic de drogues, évidemment faux qui avait été uniquement transmis sur le réseau privé de Rupert Thorne et ses alliés. Pris dans un filet, il n'avait pu s'en défaire, et les hommes de son père avait tôt fait de le récupérer. Ils lui avaient donné une décharge électrique qui avaient fait brûler l'appareil à son poignet qui lui permettait d'être invisible... mais avait attendu de l'amener devant Rupert Thorne pour le démasquer. Et ce dernier tombait des nus. Il s'était imaginé tous les traîtres possible... mais jamais son propre fils, la chair de sa chair.
Blake esquissa un sourire qui se voulait à la fois narquois mais désolé, comprenant bien dans quelle situation il se retrouvait à présent.

- Surprise..!

A cette provocation ouverte, Rupert donna un violent coup de poing à son fils qui laissa s'échapper un filet de sang de ses lèvres. Il toussa, et son père attrapa durement son menton pour le forcer à le regarder, fou de rage, alors que Blake continuait de sourire.

- Comment as tu pu faire ça, Blake ? A ton propre père ?! Ne t'ai-je donc rien appris ?! N'as tu donc rien dans ta cervelle !!!
- Je dois tenir de toi, c'est sûr...


Blake se prit un coup dans l'estomac cette fois et, la respiration coupée, poussa un gémissement sourd, la tête basse. Son père avait toujours frappé très fort mais là, c'était plus que jamais auparavant. Toute la haine et le ressentiment du père contre son fils se faisait ressentir.

- Tu as fait en sorte de détruire chacun de mes plans, de mettre plus de la moitié de mes hommes à l'hopital... et tout ça pour quoi dis moi ?! Pour une de tes énièmes crises d'adolescent ?!

Blake ne put se retenir de rire, relevant la tête.

- Mon cher papa, tu as ruiné ma vie, m'a traumatisé, a fait en sorte que je ne sois plus moi même car je n'étais pas le fils parfait que tu attendais... et surtout tu m'as appris à toujours être un bon garçon. Mais ce qui est bon pour toi, n'est pas bon pour cette foutue ville ! Tu as détruit d'innombrables vies, pervertie des âmes, encouragé la violence de Gotham et tout ça pour ton plaisir personnel !
- Parlons en de plaisir personnel, petit ! Je t'ai toujours dit que ce que nous faisions était un mal pour un bien, que c'était nécessaire à l'équilibre de cette cité ! Mais tu es borné, et tu t'es imaginé pouvoir jouer les héros de nuit sans aucun problème ! Tu es naïf et extraverti, et porter un costume ne te rendra pas plus vertueux !
- Non, ne dis pas...
- Oh si, je vais le dire, Blake ! Tu es un meurtrier ! Tu as le sang de ta mère et de ta sœur sur les mains ! C'est parce que tu es né qu'elles sont mortes ! Et jouer les samaritains n'allègera pas ta conscience !!!
- LA FERME !!! C’ÉTAIT DES ACCIDENTS !!!
- Personne ne sait ce qui s'est passé ce jour là à part toi, Blake. Réfléchis y.


Quelqu'un frappa à la porte et Rupert Thorne invita la personne à entrer. Le visage de Blake pâlit quand il vit la chevelure rousse et le pas boitant de sa femme Svetlana, accompagnée par deux sbires. Elle regardait la scène, choquée mais ne prononça pas un mot. Blake tira pour se défaire des deux hommes qui le maintenaient. Rupert Thorne s'approcha de Svetlana et posa une main faussement compatissante sur son épaule.

- Ma très chère Svetlana, justement vous tombez bien. Votre mari semble être le traître qui nous a mis des bâtons dans les roues. Vous devez être fier de lui, j'imagine.
- Lana, je te jure que je voulais t'en parler mais... j'avais peur qu'ils te fassent du mal à toi et Terenti !
- Chuuuut, mon fils. Tu as beaucoup déçu ta famille aujourd'hui.


Rupert Thorne retourna devant son fils qui le regardait avec haine, se débattant toujours. Il prit un air faussement peiné et soupira.

- Je devrais te tuer... mais on me dit très magnanime et je ne peux me résoudre à ôter la vie de ma propre chair, aussi corrompue soit elle. Aussi, je vais plutôt tenter de te soigner mon fils.

Blake sembla chercher la signification de cette dernière phrase avant de pâlir d'un coup, son visage se muant en une expression de désespoir.

- N-Non... Non, tu ne peux pas...
- Oh si, je le peux, Blake. Tu iras à l'asile d'Arkham. Eux seuls sont capable de soigner ton affliction.
- Non ! Nooon !!! NOOOONNN !!!


Le jeune homme se débattit comme un fauve, essayant de frapper tout ce qui était à sa portée, pris d'une crise de panique. Il réussit à frapper l'un de ses tortionnaires et se libéra bien vite grâce à sa grande souplesse. Rupert Thorne attrapa un pistolet sur son bureau et tira dans la cuisse de son fils qui cherchait à fuir. Blake s'effondra au sol en poussant un hurlement de douleur, et son père claqua des doigts et d'autres sbires se ruèrent sur lui pour l'immobiliser. Le jeune homme était en proie à une angoisse surhumaine, de la sueur froide perlant sur son front.

- Père, je t'en prie ! Ne me renvois pas là bas ! Tu ne peux pas être aussi cruel !!! Tue moi !!!

Il tourna son regard vers sa femme, immobile et sous le choc.

- Lana ! Aide moi, je t'en prie !!! Ne les laisse pas m'emmener !!!
- Personne ne peut t'aider, Blake. Je fais cela pour ton bien, et elle le sait.
- Non !!! Non, pitié !!! Pas Arkham !!! Pas cet enfer !!!


Rupert Thorne soupira et récupéra le mouchoir en tissu qu'il gardait dans la poche de son veston, l'imbibant de chloroforme et allant ensuite l'appliquer sur la bouche et le nez de son fils. Ce dernier se débattit comme un démon mais bientôt ses muscles se relâchèrent et il sombra dans l'inconscience.



Behind the screen
Information(s) importante(s) : Ceci est un double-compte. o/
Un surnom ? Domnorian.
Nom de l’avatar : Peter Parker de Spiderman Noir.
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : Je suis Phantasm !
Disponibilité pour poster ? Plutôt active.
Comment as-tu connu le forum ? Ravager.
Code du Règlement :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Blake Thorne | A light in the corrupted darkness   Mar 3 Juin - 0:57

Magnifique Présentation.
+1 :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Blake Thorne | A light in the corrupted darkness   Mar 3 Juin - 9:30

Mais il est génial ce personnage  *_* 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Blake Thorne | A light in the corrupted darkness   Mar 3 Juin - 10:16

Merci pour la validation si rapide, Joker ! =D

Raaah, Music arrête, tu me flattes trop ! >w<
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Blake Thorne | A light in the corrupted darkness   Mar 3 Juin - 16:32

Présentation Nickel ! Jonathan Crane approuve it.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Blake Thorne | A light in the corrupted darkness   Mar 3 Juin - 20:11

Mon dieux Phantasm :O Accorde moi ton premier RP, j'adore ton perso ! Il est juste...Génial *-*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Blake Thorne | A light in the corrupted darkness   Mar 3 Juin - 21:42

Merci, Crane ! =D J'espère que ton perso sera satisfait de la victime que je lui offre ! XD

Ha malheureusement Grundy ça ne sera pas possible... pour le premier rp en tout cas ! XD Je dois d'abord faire son entrée à Arkham, mais pour un second rp y a pas de soucis ! ;D Contente que mon personnage te plaise en tout cas ! 8D

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Blake Thorne | A light in the corrupted darkness   

Revenir en haut Aller en bas
 
Blake Thorne | A light in the corrupted darkness
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: