Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On enlève son chapeau devant une dame !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: On enlève son chapeau devant une dame !   Dim 1 Juin - 23:34

« Allez Maman, viens, on va aux manèges »
Encore une fois, il manquait quelqu'un dans la famille Kane. Monsieur était en déplacement, mais personne ne s'en plaignait vraiment. Après tout, c'était normal. On leur avait clairement expliqué que ça faisait partie de ses obligations. Et qu'il les aimait quand même de tout son cœur. Que c'était un peu pour elles qu'il partait . Sans mentir, sans rien enjoliver. La vérité pure et simple au cœur d'une vie on ne peut plus banale. Les montres étaient parfois un peu plus belles, et les pièces définitivement plus spacieuses, mais c'étaient les seules différences notables. Elisabeth avait une jolie robe couleur de ciel d'été . Rien de brodé, quelque chose de très simple. Et elle mourrait d'envie d'aller s'amuser. Elle en avait assez de la lecture, du haut de ses quelques années. Moins de dix ! Elle savait compter jusqu'à son âge depuis une éternité. Et elle en était particulièrement fière.
« Bon, d'accord. Va chercher ta sœur. »
La phrase n'était pas achevée que la jeune Beth était déjà partie en courant. Ses chaussures ne faisaient presque pas de bruit, elle s'arrêta à la porte entrouverte et se glissa discrètement derrière sa sœur qui rêvassait à la fenêtre. Elle la chatouilla soudainement en rugissant, comme un petit lion qui jouerait avec son frère ou sa sœur. Kate sursauta et se tortilla comme on l'attend de la part d'une fille de son âge.
« Héééé, arrête ! »
« Viens, on va aux manèges. »


C'était avant Bruxelles. C'était avant..la fin.

-End of the flashback.


La lune boudait la scène. Le crépuscule était le seul témoin de ce qui se passait après la fermeture. Alice avait toujours aimé cet endroit, il lui rappelait la maison, mais elle n'arrivait pas à se souvenir exactement pourquoi. Des odeurs peut être ? Non, c'est des conneries. Les odeurs ne changent rien à rien. C'était un grand soir. Il ne se passerait rien d'extraordinaire, mais ça serait plaisant. Quelque chose dans l'air ambiant était de bon augure pour la demoiselle toute de blanc vêtue. Ses hommes de main principaux ne semblaient pas de cet avis, mais soyons francs, on ne leur demandait pas non plus, ce qui arrangeait tout le monde.

« Pitié. »
Alice, qui contemplait la lune avec une certaine mélancolie laissa son regard glisser de l'astre qui annonçait glorieusement sa venue à cet homme à genoux qui peinait grandement à conserver sa dignité entière.
« Le temps lui même n'a pas de pitié. Réjouis toi, tu ne subiras pas son outrage. »
Les lèvres d'Alice s'étirèrent. A droite seulement. La peau sous son œil se plissa légèrement. Ce sourire là n'avait rien de bon. Pour lui du moins. Les autres étaient hors de danger.
« Le dernier qui a essayé de battre le temps a failli se faire couper la tête. Il doit encore être en train de prendre le thé à l'heure qu'il est. »
Ce brave chapelier. Charmant au demeurant.  Mais l'heure n'était pas aux souvenirs. Elle était aux réjouissances. Elle était la prêtresse d'un âge nouveau, et il était hors de question que la lune n'ait pas son mot à dire dans l'affaire.
« Attachez le plus solidement »

Ses bras furent liés plus solidement. Elle avait arrangé son petit manège. C'était un parc en hommage aux contes, elle en avait profité pour améliorer légèrement une des attractions. Il y avait en son sein une statue sculptée à l'effigie de son alter égo. La douce et belle Alice, avec son air à la fois mutin et adorable. Elle s'attendrit un instant sur cet idéal. Après tout, elle n'en était pas si loin. Peut être même un peu au dessus.

« Hmmbmmbmb »
« Chut. »
Il se tut. Aidé entre autres par un coup solide derrière la nuque. Elle jeta un dernier regard à la lune, et un dernier sourire marqua la fin du supplicié. Elle avait une idée

« Je te relâche si tu vas faire un petit câlin à notre amie. »
Le supplicié fit les yeux ronds sous le coup de la surprise. Ca semblait aberrant. Si aberrant qu'il accepta.
« Et mets y de l'enthousiasme ! Jette toi dans ses bras. Donne lui toute l'affection dont elle manque. »
Il regarda l'Alice en chair et en os. Le doute s'installa.
« Mais... »
Vive comme l'éclair, il se retrouva rapidement avec une petite lame sous la gorge.
« Je sais ou appuyer, alors va donner de l'amour à ma sœur jumelle. Beaucoup. »
Impressionné, il se jeta dans les bras tendus de la statue. Cependant, cette Alice là était aussi cruelle que l'autre puisqu'elle avait été remaniée en Apega moderne. Les mécanismes bien dissimulés n'avaient pas plus de pitié que le temps. Le pauvre homme se vida de son sang par les bras, la douleur prit le pas sur la surprise. Et ses cris comblèrent le vide du clair de lune.

« Absit omen »

Un rire sinistre succéda au vide laissé par la mort du pauvre homme.

« Actio personalis moritur cum persona » 

Elle leva les bras au ciel. Folle de joie.

« Avec lui c'est un peu de la médiocrité du monde qui s'éteint. Réjouissez vous mes frères, ce soir le monde est un peu plus pur ! »

Les seconds se forcèrent à applaudir. Dès qu'elle s'en rendrait compte, ils auraient droit à un supplice bien pire encore. Mais l'heure était aux réjouissances.

« Vous deux, nettoyez ça, John, sors le champagne et les flûtes. Nous fêtons un nouvel avènement. »  

Une fois servie, elle s'installa sur une des marches, sans égards pour la blancheur de sa tenue.

« Accipe quam primum, brevis est occasio lucri »

En effet, il faut agir vite, les chances et les occasions font rarement demi-tour. A nous ![/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On enlève son chapeau devant une dame !   Lun 2 Juin - 12:17

Le Wonderland Gang.

Une idée folle conçue par un cinglé du Chapeau, enfin, aidé de deux abrutis aussi. Deever et Dumson Tweed étaient les deux patients de l'asile d'Arkham qui avaient requis l'aide du Chapelier Fou pour monter un vaste groupe réunissant des cinglés déguisés en membres du conte de Lewis Carroll. Le recrutement avait bien marché ces derniers jours. Une pickpocket blonde du nom de Harriett Pratt endossa le rôle de la hase de Mars, une autre jeune fille, en provenance de Star City, Jenna Duffy, avait rejoint le groupe en tant que Charpentière et enfin, Moe Czysleks, un polonais robuste, avait pris le rôle du morse pour aller de paire avec la Charpentière. Le recrutement se concluait par le Chapelier Fou et les deux jumeaux Deever et Dumson Tweed.

Le Thé de fous pouvait être un bon refuge, mais les dernières scènes de crime découvertes ne prêtaient vraiment pas au calme et à l'oubli. Un autre lieu possible pouvait être le Storybook Land, un lieu des plus jovials et des plus agréables que l'on pouvait trouver dans Gotham City. Et même si d'autres criminels affectionnaient des lieux en rapport avec leurs activités, Jervis Tetch avait une véritable passion pour ce lieu débordant d'innocence et de beauté. Notamment tout ce qui avait trait à Alice au Pays des Merveilles encourageait le Chapelier Fou à vagabonder dans les allées fleuries et magiques de cet endroit, sous l'emprise de ses différentes drogues bien entendu.



Mais cette nuit-là, on avait profané son lieu de plaisir. Suivit de ses acolytes, Jervis Tetch se concentrait sur les différentes personnes qui avaient put désacralisés SON lieu personnel, sa joie de vivre, son endroit à lui. Mad Hatter grimaçât quand il vit que le cadenas de l'endroit fut coupé et que les portes étaient grandes ouvertes. Qui osait souillé son lieu de merveilles ? Jervis Tetch replaçât son chapeau correctement sur le crane avant de sortir un long révolver à six-coups. On ne savait jamais qui pouvait se permettre une telle horreur.

C'est alors qu'un hurlement retentit dans le parc, et le son provenait d'un manège que Jervis Tetch aimait par dessus tout, non, cela ne se pouvait pas, cela ne pouvait pas être possible. On ne pouvait pas corrompre un tel lieu dédié à Lewis Carroll. Se dissimulant derrière les éléments du décor, les compères et le Chapelier virent la scène. La statue de Alice fut pervertie aux yeux de Tetch et du sang macculait le sol divin de cet endroit. Quelques larmes parurent sur les yeux de Tetch qu'il effaçât très vite. Comment pouvait-on souiller cette si pure image d'une jolie petite blonde issue d'un livre ? Même si Alice était en partie brune dans la réalité, et que Tetch assassinait souvent des enfants, Mad Hatter ne pouvait se résoudre à voir son lieu de joie réduit à de la simple barbarie.

Claquant des doigts, les deux Tweed firent résonner en l'air le bruit de leurs fusils à pompe. Un bruit qui mettait fin aux réjouissances sataniques selon Tetch. Les hommes du Wonderland Gang parurent, habillés dans leurs costumes, la Charpentière et son marteau, Harriett Pratt dans son costume de Lièvre, Moe en Morse et les Tweeds dans leurs costumes qui leurs allaient si bien. Tetch parut, son arme à la main, souriant.


- "Pas de place, pas de place, pas de place !"

Disait-il en regardant la demoiselle sur son territoire. Jervis Tetch aimait parler en verbes et en rimes, se gardant de garder une quelconque rationnalité dans ses propos. La normalité n'existait pas, la folie si. Tetch, malgré sa petite taille, gardait un aspect légèrement effrayant, son sourire en disait long sur le degrès de schizophrénie qu'il possédait, se prenant vraiment pour le Chapelier Fou du conte de Lewis Carroll.


- "Savez-vous que c'est très impoli de s'assoir quand on est pas invité ?"

Lançât-il comme une provocation envers la jeune femme et à ses servants, toujours son arme braquée. Les fous, même entre eux, devaient se montrer particulièrement méfiants. Dans Arkham c'était ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On enlève son chapeau devant une dame !   Sam 14 Juin - 2:21



   
« Occupez-vous du sens et les mots s’occuperont d’eux-mêmes. »


   

   
L
a soirée allait de bon train. Les réjouissances étaient peut être à moitié feintes par l'assistance, mais les bouteilles se vidaient goulûment et les esprits s'embrumaient lentement. 'Bonum vinum lætificat cor hominis ' Le bon vin réjouit le cœur des hommes, elle le savait tout autant qu'eux, sinon plus. Cependant, le plus chapauté des troubles fêtes viendrait bientôt amener son grain de sable au sablier. La lune les observait, silencieuse et impassible. Elle n'interviendrait pas, elle ne sauvait jamais aucun de ses enfants. Trop occupée à briller froidement. Elle ne méritait pas de culte. Elle ne méritait pas grand chose d'ailleurs. On ne rassemble pas des fidèles en se contentant de briller en silence. S'il y avait des leçons à donner, elle les donnerait. Elle ne souffrirait aucune rivale. Et ce pour aucune raison que ce soit. Elle ne se doutait pas encore un seul instant de ce qui allait lui tomber sur la figure. Heureusement pour elle, Alice n'était pas seule.

Est il vraiment considéré comme impoli de prendre possession d'un domaine qui n'a été que mal exploité jusque là ? Est-ce vraiment souiller un espace public lorsque justement il est public ? Le sang se lave, et s'il part mal des vêtements on l'enlève plutôt facilement des sols. Que les gérants payent plus et le monde ne s'en portera que mieux. Elle ne s'en voulait pas une seule seconde de souiller ainsi un parc à thèmes pour enfant, puisque c'était pour la bonne cause. Cette ville manquait d'exemples. Et elle allait leur fournir une bonne raison de se ranger du côté de la religion. Elle fonde son commerce sur la peur et son étalage. Elle rependrait la peur avant de proposer au chaland une solution qui fournit éclairement psychologique et sécurité. Son plan était infaillible, la seule condition était de rester en vie. Et cette vie si précieuse à la ville qui n'en savait encore rien pourrait être mise à mal par un individu hanté par les mêmes histoires. Tout les rapprochait, et ils étaient à deux doigts de se faire la guerre.

Qui vit elle arriver lorsqu'elle leva les yeux pour les poser sur celui qui venait réclamer un dû dont la possession n'était affichée nulle part ? Un petit bout d'homme qui était bien loin du mètre soixante dix qu'on attend généralement de cette partie du genre humain. Avec un nez plutôt bien fait, ma foi, mais un menton plutôt étrange. On lui voyait les dents, si on y regardait de plus près. Et un chapeau. Démesuré. Un chapeau qui lui était étrangement familier. Ce chapeau, elle l'avait déjà vu quelque part..MAIS OUI ! Bien sûr que oui ! Elle garda son calme, tout entier. Il n'y avait pas de quoi s'inquiéter, on ne tue pas un dieu.

Elle ne sortait jamais sans une arme, elle ne sortait jamais sans des fidèles, armés et entraînés. Elle n'était pas si folle qu'on veut bien le dire, ou le croire. Mais...Elle n'avait pas fait attention tout de suite aux costumes des autres protagonistes. C'était..Mais bien sûr, des personnages de ce livre qui l'avait tant inspirée. « Mon lapin, ne t'inquiète pas, c'est pour son bien » Quelques images lui revinrent en mémoire, des images de ce soir funeste ou sa vie avait basculé pour toujours. Elle secoua la tête plusieurs fois avant de porter son attention de nouveau sur l'intrus plutôt agressif.

« Il faut croire que je le suis, répondit le Chat ; sinon, je ne seriais pas venue ici. »

Répondit-elle simplement en guise d'introduction. « S'il avait grandi, se dit-elle, ça aurait fait un enfant horriblement laid ; mais je trouve que cela fait un assez joli cochon. » Heureusement qu'il ne lisait pas dans les pensées, il y aurait eu là bien matière à faire fusiller une intruse. Elle garda son calme, bien plus que ses accompagnateurs qui avaient porté la main à leur arme à leur tour. Prêts à défendre leur Prêtresse.

« Je restai ainsi les yeux fermés, croyant presque être au Pays des Merveilles, tout en sachant fort bien qu'il me suffirait des les rouvrir pour retrouver la terne réalité. »

Terne, et armée.

« A qui dois-je demander la permission dans ce cas là ! »

   
♦♥♠♣

   
code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On enlève son chapeau devant une dame !   

Revenir en haut Aller en bas
 
On enlève son chapeau devant une dame !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: