Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tabassons-nous autour d'un café!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Tabassons-nous autour d'un café!   Dim 1 Juin - 22:10

Exténuée. Pas d'autre mot. Sauf peut être morte. De fatigue. J'avais décidé de faire la mariolle sur les toits de Gotham, le tout en mini-jupe et en pleine nuit. Ce qui m'avait valu, en toute logique, un rhume carabiné et des poches bleuâtres sous les yeux. Bien fait pour moi. Je gérais plutôt bien mes activités nocturnes, grâce à des horaires décalées : je travaillais plus tard le matin et finissais aussi plus tard, de façon à enchaîner boulot et vie secrète. Plus de metro-boulot-dodo pour moi !
Je ne qualifierais pas ma situation de « belle vie », non, mais ce n'est pas si mal. Et puis, j'ai un toit et un lit confortable, que demander de plus ? J'avais d'ailleurs eu le temps de me réconcilier avec mon adorable chef et de me faire encore plus haïr par mes camarade de la crim', car oui, cela était possible.

  Quant à ma vie privée, je n'en avais pas, ni ami ni famille, ça aide. Je mettais donc se temps à profit pour fouiner dans les dossiers de mon agréable colocataire, recoudre mon uniforme nocturne et me reposer.

  Un matin, donc, en sortant de chez moi vers 8 heure 30, je me suis adonnée à ma routine journalière, qui consistait en un café et un journal. Pour une flic telle que moi, lire les enquêtes de façon romancée voire quasiment inventée était un délice. De plus, mon café avait ce bon goût qui procure réconfort et... énergie. Car il m'en fallait bien pour toute une journée. Sauf que voilà, ce matin là, quatre balourds de ma section semblaient foutre une trouille pas possible à mon petit commerçant de café, qui n'osait même pas leur de mander de payer. Mon hobby nocturne me procurant le réflexe de me cacher, je pus les espionner à loisir. Ils attendaient. Qui ? Facile ! Moi!

  Vu leurs tronches revanchardes. Ils étaient déjà pas bien beaux, mais là, ça frisait le ridicule. Et mon pauvre marchand semblait à un doigt de se faire dessus. Il me fallait donc intervenir. Quel héroïsme !

« Un café messieurs ? »

  J'agrémentais ma remarque d'un sourire le moins moqueur possible, histoire de ne pas me faire tabasser. Parce que oui, je ne suis pas non plus un ninja, jamais je ne pourrais tous les envoyer au tapis.

  Ils ne semblaient pas trop comprendre mon message implicite (soit : « dégagez »), et ricanèrent un coup. Crédibilité : zéro. Cette bande de macaques commençait à rire franchement en se donnant des coups d'épaules et en se craquant les phalanges. Et moi, je déglutissais comme une abrutie.

Devinant sans mal ce qui allait arriver, je cherchais une issue de manière fébrile. Malheureusement j'allais devoir me battre. Contre quatre molosses. Ce qui me fit rire et ce qui fit partir le premier coup, droit dans mon estomac. Je me pliais en deux en suffocant, la vue voilée de noir. Mes bras essaieraient mon ventre si bien que le deuxième coup au menton me mit K.O., pantelante, le cul au sol et trente six chandelles autour de ma tête. Mon instinct aiguisé de combattante me remit sur pied d'une roulade qui me mit aussi à l'abri d'un coup de pieds au fémur et je lançais le bas de ma jambe contre le genoux d'un de mes assaillant. Celui-ci hurla alors que sa rotule explosait. L’effort ainsi que la douleur pour donner le coup s'ajoutaient aux deux blessures déjà subies. L'un des hommes profita de me voir chancelante pour m’asséner un coup à la gorge. Un infime mouvement m'avait éviter de me voir morte, asphyxiée. Je me contentais donc de m'écrouler presque sans connaissance, devant la foule de spéculateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tabassons-nous autour d'un café!   Mar 3 Juin - 17:14




Tabassons-nous autour d'un cafe !



   Le long du trajet du retour de l'attaque terroriste sur l'aéroport de Gotham, je réfléchissais au sujet de cet homme, qui était-il ? D'où venait-il ? Je devais savoir, mais trop de question sans réponse. Vega poussa un souffle de nervosité puis elle me tapa la cuisse.

« - Aller Jim, pense à autre-chose. »

Je la fixais et lui rétorquais par un sourire, mais d'autre question me venaient. Pourquoi mes hommes mon trahis ? Pourquoi suivre la voie de ce stupide Branden ? Que des pourquoi... Bref, je stoppais de me questionner pour avoir aucune réponse. Je redressais ma tête en direction de Sara Vega.

« - Tu pouvais rester dans l'ambulance avec Sheva ? »

Elle me répondait de suite, comme à son habitude, elle ne prenait pas le temps de réfléchir longtemps.

« - C'est elle-même qui m'avait dit de partir »

Je pouvais voir une expression de déception se dessinait sur son visage. Je me doutais bien que ces deux filles avaient des sentiments entre elles, mais cela me déranger pas, dis moins que cela soit inexistant en service. Connor's restait dans son coin, toujours aussi silencieux et discret. Le camion privé du SWAT s'arrêtait dans le garage du poste du GCPD puis nous descendions une fois le moteur coupait. Tout trois, nous nous dirigions dans le bureau de ce connard de Branden afin de lui déposer mon rapport, je lui faisais un regard si noir et que, si je le pouvais, je le fracasserais sur place. Je plaquais violemment mon rapport sur son bureau puis, je quittais la pièce avec mon poing serrait. Sara m'attendait appuyé contre un mur.

« - Toi aussi tu as envie de lui refaire le portrait. »

En passant devant-elle, elle ce décollait du mur et me suivait.

« - Tu n'as pas idée, si je suivais les même règle que lui, il ne serait plus policier à vie. »

Connor's nous suivait jusqu'au vestiaire, deux fonctionnaires de police étaient déjà présent pour retirer les affaire de O'Brian et Diggle. Cela faisait quand même chier d perdre deux bons éléments de mon équipe, mais leur trahison était inacceptable ! Je me dirigeais vers mon casier et y en sortais une serviette propre, je me déshabillais, ainsi que mes deux autres partenaires et nous partions dans la douche collective. Après dix minutes passaient sous l'eau chaude, j'en sortais après Sara puis, Connor's me suivait deux minutes plus tard. Tout en me rhabillant, je demandais ma partenaire.

« -Tu fais quoi après ? »

Elle terminait de ce sécher la tête et me répondait.

« - Je vais aller voir Sheva à l'hôpital et toi ?

Je terminais d'enfilé le bas de mon uniforme de police.

« - Je vais passer à la cafétéria avant de m'occuper de certain dossier, tu sais, l'homme de l'aéroport. Et toi Connor's ? »

Il terminait de se séchais et commençait tout juste de s'habiller.

« - Je vais rentrer chez moi voir ma gosse. »
« -C'est vrai que tu as une petite fille. Qu'elle a-t-elle déjà ? »

Il terminait de mettre son jean en lui répondant en même temps.

« -Elle fête ses 3 ans aujourd'hui. »
« - Trop chou, tu lui souhaiteras de notre part. »

Après deux minutes, nous sortions des vestiaires et prenions chacun notre sorti. Je marchais dans les couloirs du poste avec les mains dans les poches, en passant une jeune stagiaire demandait son chemin, ce que je lui indique gentiment et continuais ma route. Quelques mètres plus tard, j’atteignais la cafétéria, il n'était pas si pleine que ça. Je m'accoude au comptoir et prend un café avec trois spéculoos puis, je me dirige vers une table libre proche de l'unique téléviseur. Mon attention était prise par un reportage de cette magnifique Vicky Vale sur l'attaque de l'aéroport, comme par hasard, seul Branden eu droit à une interview, sale rat ! Je réduisais en poudre l'un de mes gâteau sec, le visage de Branden me mettait toujours en rage. Un brou-ah plus intense se déroulait à bar de la cafétéria, une jeune et charmante policière commençait à avoir des soucis avec quatre énergumènes qui avaient l'air hostile à son égard, je mangeais l'un de mes gâteaux et pris une grande gorger de café tout en regardant la scène. Puis le pire des scénarios arrivait, la pauvre femme se retrouvait infériorité fasse à eux, que voulaient-ils d'elle bon sang ! Je me levais de ma chaise puis, je me dirige vers la scène. Un sale coup mettait la charmante flic au sol, presque inconsciente, je me devais d'intervenir, par pour le côtés gentleman, enfin un peu, mais surtout parce que j'ai horreur de ces situations. Je m'interposais entre le coup d'un des loubards de bas étage en stoppant net son coup.

« - Alors les gars, c'est pas bien de frapper une femme. »

Puis, je lui cassais le poignet.

Avec Rose A. Fox/ Mockingbird



Dernière édition par Jim Street le Lun 9 Juin - 18:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tabassons-nous autour d'un café!   Jeu 5 Juin - 17:33

Avant que je ne sois rouée de coups et laissée pour morte, voire morte ici même, une forme noire s'est interposée entre moi et le petit groupe, lançant une réplique inaudible pour ma choucroute de cerveau, mais sans doute très classe. En tout cas, il m'évitait une pluie de coups, et par la même occasion me permettait de récupérer un peu de force et de souffle. Je profitais de l'attention qui s'était portée sur lui pour le relever, cachée dans son ombre gigantesque, un tantinet chancelante. Il était beaucoup plus grand et massif que moi. Un géant, sans doute un type des unités de front, certainement du SWAT. Son dos m'offrait une cachette de choix, un havre de paix... Bon, ok, j'abuse un petit peu...

Je déniche dans mes poches des gants noirs, que je m'empresse d'enfiler, ça fait toujours plus classe, et ça évite les écorchures aux phalanges. Surgissant de l'ombre du colosse, j'envoie mon pied dans la jugulaire d'un premier homme qui s'écroule au sol, faut dire que je frappe fort et bien, moi. Je me charge du second, alors que l'effet de surprise n'est plus. Il m'envoie un poing directement dans la figure, pas très malin, mais au vue de sa force, le parer serait inefficace. Je choisis donc de croiser mes bras pour dévier le coup, il me frôle les côtes. J'hurle de douleur tout en lui écrasant le nez du plat de la main. De l'autre, je lui éclate une organe quelconque du ventre. Sans vraiment réussir, à ma grande honte. Mais il tombe quand même. Non sans omettre de me balayer les jambes. On se retrouve au sol, l'un en face de l'autre. Plus rapide et moins amoché, il ne prend pas le temps d'admirer ma légendaire beauté et s'empresse de se mettre au dessus de moi pour me stranguler. Rien de grave, donc, si ce n'est que je ne suffoque emprisonnée sous son poids. Affolée, je me dégage d'un bon coup de rein, ainsi qu'une légère pression sur son appareil génital. Une fois sur mes deux pieds, je zyeute mon ex-adversaire d'un regard hautain, qui se roule par terre, c'est sensible un homme, roooh !

D'un air supérieur, je lui décroche un coup de pied, en plein dans la tempe. Assommé net le mec. Le premier homme à terre à déjà reculé dans la foule, signifiant sa défaite et sa lâcheté, je ricane en le regardant dans le blanc des yeux.

Les deux autres balourds gémissent par terre, visiblement, l'air désabusé du géant en dit long sur la durée du combat. Je m'approche à pas feutrés de lui, le nez retroussé.

« Du bon boulot, je me frotte les mains, merci de votre aide ! »


Ceci fait, je me dirige d'une démarche classe vers l'infirmerie du commissariat, en gémissant entre mes dents. La foule commençait à se disperser, attirée par le combat, mais elle ne semblait pas vouloir aider ces trois incapables et cacher le dernier, qui se fait huer alors qu'il fuit à grandes enjambées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tabassons-nous autour d'un café!   Dim 8 Juin - 18:09




Tabassons-nous autour d'un cafe !



   Je pouvais sentir les craquements de son poignet, mon soumis n'allait pas se laisser faire, il t'entait de riposter en me frappant direct au visage, mais il n'avait pas prévus que je lui re stoppais son coup. L'homme hurlait sous un second craquement de poignet, jusqu'à se mettre à genoux.

« - Aaaaah, aider-moi les gars ! »

Je pouvais sentir que la jeune victime de ces guignoles c'était relevée, la jeunette surgissait de mon ombre et plaçait sa botte dans la gorge d'un des adversaires. De mon côté, je projetais l'homme aux poignets cassaient en lui foutant un violent coup de pied dans l'abdomen. Mon second adversaire se jetait sur moi, me saisissant la gorge, par réflexe , je plaçais mes bras entre les siens qui me saisissaient et les remonte violemment afin de lui briser sa prise. Le gugusse ripostait par un coup de pied en revers au niveau de mon flanc droit, ce qui me mettais en déséquilibre et allais me projetais sur le bar de la cafétéria. En passant, l'un des tabourets avait volée sur le côté à mon passage, je m’appuyais sur le bar et contre un violent coup de poing porté sur mon visage. Je parais son coup de la main gauche en le bloquant et lui porte un violent direct du gauche, je pouvais sentir le cartilage de son nez se brisait, vu la puissance de mon coup, c'était logique, il reculait en se tenant le pif en sang, bien fait pour sa gueule, l'homme aux poignets cassaient été déjà debout et entamait un violent coup de pied au niveau de mon abdomen, mais je faisais une esquive sur le côté. Je le prenais sous la jambe et le dos et le balançais sur une table, le pauvre mobilier se brisait sous le choc et le poids du gars. La foule était ébahie, mais aussi choqué de voir cela au sein même du post de police. J'en avais terminé avec ses boulets, je me retourne et vois la jeune fliquette toujours en combat contre un dernier des gugusses. Puis, je la voyais entamé un magnifique saut et frappait celui-ci sur la tempe, à ce niveau-là, ça assomme direct. Peu de temps avant cela, l'un des adversaires de la jeune femme était parti la queue entre les jambes. La jeune se frottait les mains et s'avançait vers moi.

« Du bon boulot, je me frotte les mains, merci de votre aide ! »

Je lui répondais par un signe de la tête.

« -Au plaisir d'aider. »

Elle continuait son bonhomme de chemin, sans doute vers l'infirmerie. Quant à moi, je prenais deux hommes par le collier suivis d'un autre qui venait d'arrivée pour le dernier. J'emmenais ces deux merdeux à l'infirmerie avant de les foutre en cellule moi-même et sans doute me faire interroger. Bref, j'accompagnais les gugusses puis, attendais avec eux dans l'infirmerie.

Avec Rose A. Fox/ Mockingbird

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tabassons-nous autour d'un café!   Lun 9 Juin - 22:07

Je sens dans mon dos qu'il me suit, il laisse les deux gus avec le personnel soignant, tout en veillant du coin de l’œil. Il s'installe vers moi. Je prend mes aises, je connais chaque recoins de cette pièce, non seulement grâce à ma mémoire mais aussi à l'habitude : j'y suis presque tous les jours. Je m'assois sur un tabouret molletonné pour enlever mes gants puis vadrouille à droite et à gauche, il me faut de quoi calmer la douleur et panser mes quelques blessures. Le deuxième coup, celui au menton m'a fait saigner de la lèvre, le reste est constitué essentiellement ecchymoses. Le plus préoccupant reste la côte, si la blessure ne se résorbe pas d'elle même, elle pourrait me gêner... Je désinfecte mon visage et applique un baume sur ma gorge et mon menton. La côte attendra que je sois seule, étant trop haute pour que je ne relève mon T-shirt. Une dizaine de minutes doit s'être écoulée, mon sauveur est toujours là, à attendre les trois types qui couinent dans l'autre salle.

« Je suis Rose. Rose Fox. La détective de la crim'... Je crois que ma vilaine réputation à fait le tour du QG, non ? Et puis, si ce n'est pas le cas, maintenant ça l'est ! »

Je reste pensive un moment, puis me met à rire, mi soulagée, mi libérée de l'adrénaline du combat et de la peur des coups.

« Je vous dois une fière chandelle, et feu mon père disait que les dettes doivent être remboursées immédiatement. »

Je le regardais, il ne semblait pas être homme à avoir de soucis tels que l'intimidation, ni d'argent.

« Voulez vous des infos sur quelque chose ? Une filature ? Ou un café ? J'avoue que la filature me coûterait moins cher, mais enfin... »

Pour regarder mon état dans la glace, je devais me relever. Je titubais sans grâce jusqu'à la vitre teintée et lorgnais sur les bleus qui apparaissaient de façon sournoise. Oh... je soupirais. Ceux-là signifiaient « pas de sortie ce soir ! ». Encore une soirée de perdue... A moins que...

« Ce soir, je n'ai rien de prévu, je peux même vous payer un resto' ! »


Décidément, ma générosité me choquera toujours, moi et mon porte-monnaie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tabassons-nous autour d'un café!   Dim 6 Juil - 17:33




Tabassons-nous autour d'un cafe !



   L'infirmerie, je ne comptais plus le nombre de fois auquel j'y étais allé. Elle n'était pas particulièrement grande, mais les soins étaient corrects. J'étais assis sur un banc, proche de la jeune demoiselle, qui avait d'ailleurs un style assez original pour une fliquette, une chevelure longue et rose, mais cela lui donnait un certain cachet. Je détendais mon cou en retirant un des boutons de ma chemise du SWAT. Je gardais dans le coin de mon œil sur les trois énergumènes blesser, l'un d'eux était pris en charge par le médecin en chef de l'infirmerie. C'était le blondinet au nez cassé, il était assez grand, vers les 1m90 pour environ 90-95 kg. De là où j'étais, je pouvais entendre le médecin lui replaçais son nez dans son axe. Crac, crac. Le second était pris en charge par la seconde du médecin-chef, une rousse très charmante, la trentaine d'année. Quant à elle, elle soignait la seconde victime, il avait des contusions, les deux poignets cassés. Il était brun, vers les 1m75 pour un poids de 86 kg. Je pouvais l'entendre gémir de ses douleurs lorsque l'infirmière l'examinait. Il fallait dire que je n'avais pas retenu mes coups avec ses gars là et je n'allais pas laisser la demoiselle se faire passer à tabac sans lever le petit doigt. Quant au troisième, le plus instable des trois, était pris en charge par un vieux médecin, vétéran de l'armée et pas très commode vu son regard. Le pauvre petit agent que l’emmenait ne pouvais pas le contrôler. Je le voyais voler contre un mur, faisant s'écroulait une étagère et son contenu. Le vétéran prit le fouteur de trouble par le collier et l'emmena sur un lit. Le doc n'avait aucun mal à lui retenir le bras afin de le piquer pour le calmer. Puis il l'allongeait sur le lit et fermait le rideau pour l'examiner.
La jeune fliquette terminait de soigner ses blessures, elle s'avançait vers moi d'une démarche décontractée.

« Je suis Rose. Rose Fox. La détective de la crim'... Je crois que ma vilaine réputation à fait le tour du QG, non ? Et puis, si ce n'est pas le cas, maintenant ça l'est ! »

Je me levais par pur respect.

« Je suis Jim. Jim Street. En effet, certaines rumeurs circule sur vous, mais je m'en contre fiche. Les rumeurs de bureau et tout cela, je préfère me rendre compte de se que JE vois. »

Je terminais ma phrase par un clin d’œil amical, je pouvais la voir ricaner et de bonne humeur. Depuis notre rencontre, je ne lavais pas vu sourire.

« Je vous dois une fière chandelle, et feu mon père disait que les dettes doivent être remboursées immédiatement. »

Je fis les gros yeux en entendant cela. Me rembourser une dette ? Je ne mis attendais pas. Surtout que je ne l'avais pas aidé pour avoir une dette. Elle ne mettait pas de temps à me proposer des dettes.

« Voulez-vous des infos sur quelque chose ? Une filature ? Ou un café ? J'avoue que la filature me coûterait moins cher, mais enfin... »

Il est vrai que depuis mon arrivée à Gotham, ma première intervention à l'aéroport m'avait fait déjà ouvrir une enquête sur cet étrange justicier masquer. Mais vu que l’enquête vient d'être ouverte il y a peu, les infos sur lui seront très mince. Puis une enquête me vint à l'esprit !

« J'ai découvert 'emplacement d'une planque de douleur de drogue, des jeun mes armés. Ce sera risqué, mais de l'aide ne serait pas de refus. »

Je pouvais voir que la jeune détective commençait à ressentir les effets secondaires des coups qu'elle avait reçus. Je pouvais la voir se levais avec difficulté, par réflexe, je me levais et l'aider à aller ou elle voulait. En y regardant de près, je pouvais aussi voir qu'elle avait vraiment reçus des coups sévères, des bleus étaient apparents, ce qui gâchés sa beauté. Puis la jeune femme se retourna et me fit une proposition auquel je ne mettais pas entendu.

« Ce soir, je n'ai rien de prévu, je peux même vous payer un resto' ! »

Je continuais à la soutenir, mon esprit était un peu embrouillé. Puis je reprenais mes esprits.

« Cela peut ce faire, je suis aussi libre ce soir. Si vous n'avez pas de moyen de locomotion, je peux venir vous prendre ? »

Cela me faisais bizarre d'accepter ça, mais c'est une collègue. Cela ne tue pas de dîner avec une collègue. Les soins des autres gugusses étaient terminé, je retournais après de la jeune demoiselle.

«  Si vous voulez, je peux vous prendre à moto. Cela ne me dérange pas. Confirmez-moi cela par téléphone, je dois vous laissez. »

En passant, je lui donnais ma carte de visite et raccompagner les trois gusses et les laisser entre les mains de mes collègues. Du bon côtés de la justice ceux-là. Je pris la direction du garage et enfourchais ma moto et partais pour mon chez-moi. Une fois la porte de mon appartement fermer derrière moi, je commençais à faire mon ménage avant de prendre un bain.

Avec Rose A. Fox/ Mockingbird

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tabassons-nous autour d'un café!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tabassons-nous autour d'un café!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: