Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On est pas partenaires !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: On est pas partenaires !   Jeu 29 Mai - 23:11


On est pas partenaires !


J'ai fermer ma boutique très tôt aujourd'hui. Pourquoi? Parce qu'il se trouve que j'ai réussie à me faire refiler des places pour un concert qui se déroulera au grand opéra du nouveau Gotham. Un quartier de luxe que j'évite généralement étant donné mon statut assez...disons...médiocre.
Mais c'est pour moi une chance inespérée de rencontrer du monde. De montrer à la société qui je suis. Et de montrer au docteur Helenn que je n'ai plus besoin de thérapie pour me comporter comme une personne normale.

"Sortez vous faire des amis !" Qu'elle dit. "Cela vous poussera certainement à vous concentrez sur autre chose que votre lubie."

Voilà pourquoi j'ai acheter un billet pour ce concert de charité. Mais j'espérais de tout cœur ne pas me retrouver en face de débutants qui jouent plus sur leur physique que leur voix.
Il est vrai que je me suis souvent emportée lorsque l'on me fait une remarque mais je me suis calmée. J'ai maintenu la flamme qui ne demandais qu'à brûler.
Pour preuve, je n'ai pas remis mon déguisement de sorcière depuis maintenant des mois. Mais je le garde toujours soigneusement dans un coin bien profond de mon sac extensible. Après tout, c'est une partie de moi dont je ne peux me défaire, et c'est le prix à payer lorsqu'on es fan d'une fête qui rend hommage aux fantômes et aux sorcières.

En arrivant chez moi, je ne prend même pas la peine de refermer la porte à clé. Je fonce dans ma chambre pour enfiler une tenue qu'en général je jetterais aux ordures. Cette horrible robe de bourgeois que j'ai réussie à récupérer dans une petite boutique qui vend des robes pas chères pour les fauchés et les radins, une robe banale qui laisse voir la totalité de mon dos mais apparemment c'est à la mode, ça ne me gêne pas d'avoir le dos nu...ce qui me gêne...c'est qu'on voit les marques répandues sur mon dos. La fente sur le côté de la robe laisse entrevoir mon tatouage en forme de pentacle, étrangement une partie de moi espérait qu'on le remarquerais, mais une autre espérait que non... Je coiffe mes cheveux roux de deux petites tresses au niveau des oreilles que j'ai ensuite renvoyées en arrière et que j'ai attachées ensemble. J'ai laissé le reste de mes cheveux détachés retombant en cascade sur les épaules et le long de ma colonne vertébrale pour cacher les cicatrices que la robe ne cachait pas.
Un peu de maquillage pour cacher les cernes creusées qui se dessinent sous mes yeux et je suis prête. J'enfile ensuite une paire de talons pas trop hauts pour ne pas tomber toutes les deux minutes parce qu'il faut l'avouer: Moi + Talons = Gamelle.

"Bon...quand faut y aller..." Dis-je en arrangeant une dernière mèche de cheveux.

Je ressors de mon appartement. En refermant la porte à clé cette fois. Et me dirige à pied vers l'opéra.

Arrivée devant le grand bâtiment, je me faufile dans la queue. Après une quinzaine de minutes, je présente mon ticket après l'avoir cherchée pendant cinq bonnes minutes dans mon immense sac qui parait certainement petit aux yeux du garde. Puis je rentre dans l'opéra en évitant de me gameler dans l'interminable escalier qui mène à la salle principale. Il ne me faut pas longtemps pour trouver mon siège au milieu de tout ce tumulte. Les personnes autour de moi parlaient de tout et de rien. De sujets incroyablement pas intéressants...
Je commence à regretter d'être sortie de chez moi... Non! Je dois m'intégrer, je dois me comporter normalement! Et pourtant...ce n'est pas l'envie de gâcher ce concert qui me manque...

Le concert commence en beauté avec une jeune chanteuse à la voix fluette que j'entendais à peine. Je m'affale donc sur mon siège en comptant les secondes. Je sens que cette soirée va être longue et ennuyeuse...



Dernière édition par Miss Pumpkin le Sam 7 Juin - 13:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Ven 30 Mai - 21:15




Être partenaire avec une citrouille ambulante ?


Etait-il fou ? Peut-être un peu dans le fond. Il retournait sur les lieux d’un précédent crime sans l’ombre d’une hésitation. Il paraitrait que l’opéra de Gotham avait durci sa sécurité, ne laissant désormais plus aucune place pour les objets métalliques. Il était donc impossible pour notre maître de musique de se ramener avec sa célèbre canne micro sans quelque subterfuge. Cependant, cela ne l’arrêtait pas. Il était bien décidé à montrer que rien ne pouvait l’arrêter. Il méritait sa place sur scène plus qu’aucun autre ! Il avait la voix, il avait la musique, il avait le talent. Music Meister se sentait prêt pour relever le défi. D’ailleurs, il avait déjà réussi. Il avait pénétré dans les lieux et cherchait déjà sa place. Le musicien était sur place, ressemblant à un homme comme un autre. Il avait même pris soin de trouver une perruque brune pour l’occasion –même s’il n’appréciait pas. Il avait également dû se fabriquer une nouvelle canne. Le micro avait été caché dans une longue tige en bois dont le pommeau était dévissable, lui permettant sans peine de dévoiler son arme et outil de chant. Il ressemblait à un vrai gentleman anglais sous ce déguisement et il se surprit à s’admirer devant un des miroirs en réajustant son nœud vert.

- Tu es superbe, Wolfgang. Se félicita-t-il.

Il se fit un clin d’œil avant de s’installer sur son siège. Il était là, prêt pour mettre une nouvelle fois l’opéra à sang et à chant. Les ténèbres envahirent le lieu puis une petite chanteuse arriva. Le public semblait s’amuser malgré le manque évidant de puissance vocal. Le musicien se surprit à être nerveux. Il ne pensait pas que l’évènement avec le docteur Crane l’avait touché autant. Auparavant, les endroits comme l’opéra l’amusaient follement. Cependant, lorsque les lumières s’éteignirent pour ne se diriger que vers l’artiste, il repensait à ses propres cauchemars. Il se revoyait sur scène, entouré de danseurs à l’apparence cadavérique. Des zombies, des morts, un épouvantail. Il serra inconsciemment sa canne contre lui. Il marmonna cette fois-ci :

- Tu es ridicule, Patrick.

Il se leva alors brusquement, malgré les protestations de ses voisins et se dirigea d’un pas dur vers la scène. La petite chanteuse continua de chanter, le regardant avec détresse. Deux gars de la sécurité se dirigèrent vers lui aussitôt alors qu’il dévissait sa canne tranquillement pour activer le micro. Il chanta alors une fois qu’ils furent assez près :

- Danse ma cadence ! Avec moi, c’est un état de transe ~

Ils obéirent aussitôt dans un ballet rythmique. Le musicien fut satisfait. La pauvre blondinette s’enfuit sans demander son reste, protéger par les écouteurs à ses oreilles. Pfff, elle ne connaissait même pas les paroles de la chanson.

- Bonsoir, Gotham ! Je suis Music Meister, mais je crois que vous me connaissez déjà. J’ai écrit une nouvelle composition, spécialement pour vous. Il prit une voix faussement plaintive. Vous ne m’invitez jamais, il faut bien que je vous rappelle que j’existe. Il prit une voix plus forte. Je suis sûr que vous aimerez ma prochaine chanson, à en mourir !

Il riait fortement tandis que le public paniquait. Le reste de la sécurité se préparait à intervenir, enfilant un équipement pour se protéger des ondes musicales du mélomane.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Dim 1 Juin - 20:19


Ce soir je serais la plus laide pour aller danser . ~



Alors que je baillais pour la trentième fois depuis le commencement de cette hideuse chanson, je remarque quelques sièges devant moi, un homme brun se lever. Les gens autour de moi commencent à protester et à exiger qu'il se rassoie sur son siège. Au début, je pensais qu'il en avait simplement marre de cette voix de crécelle et qu'il voulait tout simplement s'en aller mais loin de là. Il prend la direction de la scène. La chanteuse panique mais continue de chanter, l'homme continue son chemin vers la scène en jetant un espèce de sortilège à la sécurité qui s'est mise à danser. Finalement, la chanteuse arrête sa chanson devenue une arme de destruction massive pour tympans avant de s'enfuir dans les coulisses. Là, la première chose que j'ai envie de dire à cet homme est : "Merci d'avoir arrêter le massacre".
Mais ce n'est pas aussi simple, rien n'est jamais simple depuis que je suis arrivée à Gotham et ça ne risque pas d'aller mieux. L'homme brun monte sur la scène. Je remarque que sa canne en bois abrite un micro. Ingénieux. Il commence à se présenter à la foule qui d'après ce que je peux constater, avait très envie de quitter la pièce prévenir la police. Mais le dénommé Music Meister les cloues à leurs sièges et ils n'osent plus bouger.




"Finalement, il va y avoir de l'animation ce soir !" Dis-je à haute voix en posant mes talons sur le siège de devant.

Je m'affale sur mon siège en écoutant le reste du petit discourt de l'invité surprise. Je me suis sentie tout à coup libérée d'un poids. Le poids qu'était cette soirée ennuyeuse où j'étais censée me comporter normalement. Je me sens différente, et je ne peux m'empêcher de penser que j'ai le droit solennel d'y mettre mon grain de sel. Ce maitre de la musique viens de libérer une partie de moi qui aurait dû rester endormie.
Bien entendu, je ne peux pas me lever et me jeter sur la scène aux côtés de ce cher Music Meister, ce serait un coup à me faire ensorceler par sa musique. Non...il faut y aller de manière réfléchie et posée. Pour commencer, je dois me changer. En effet, je ne peux pas mettre du fun dans la vie de ces gens sans mon costume. Cette partie de moi que j'ai laissée au trou pendant des mois.
Étant donné que les gens autour de moi ont le regard tourné vers la scène, je peux discrètement sortir de mon sac, une boule en verre qui une fois cassée, libèrera un écran de fumée assez épais dans l'intégralité de la grande pièce pour me glisser jusqu'aux coulisses et enfiler ma tenue de scène.

Je lance la boule de verre à quelques mètres de moi, le verre se brise sur le coup et libère l'écran de fumée. Il se répand petit à petit dans la pièce. Mais vu sa superficie et le nombre de conduits d'aération, il ne va pas durer longtemps.
Je me lève à toute vitesse et me dirige vers les coulisses. Je les atteins juste à temps avant que l’écran de fumée se dissipe entièrement.
Ensuite c'est...le changement de peau et d'esprit. Je commence par le maquillage et les lentilles, puis je coiffe mes cheveux en bataille et enfile ma tenue.

"Ce soir Pumpkin, tu va mettre le feu." Dis-je en tournant sur moi même. "Il ne reste plus qu'à attendre mon tour."


Dernière édition par Miss Pumpkin le Sam 7 Juin - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Mar 3 Juin - 12:39





Être partenaire avec une citrouille ambulante ?



Le musicien observa la fumée sans un mot, plissant simplement les yeux dans un agacement non formulé. Cependant, il y avait bien que de l’irritation dans son cœur. Music Meister ignora ses angoisses. Il ignora la tension qui ravageait son corps et qui causait des tremblements jusque dans ses jambes. Bien évidemment, le public ne pouvait voir ceci. Ils étaient trop loin et quand bien même ils le pouvaient, ils étaient trop nerveux pour regarder ses pieds. Désormais maître de la scène, seuls sa voix, ses mouvements et ses déplacements comptaient. Le musicien marchait lentement sur la scène, s’approchant de ses danseurs. Il voulait prouver une chose à ceux qui le regardaient et l’admiraient. Il prit sa canne d’une main et frappa de toutes ses forces dans le visage d’une de ses poupées qui dansent. L’homme tomba sur le sol, l’oreille en sang. Il roula alors sur le sol avant de se relever d’un bon pour se remettre à danser. Wolfgang sourit, satisfait. Son pouvoir était vraiment effrayant parfois, ils pouvaient jusqu’à couper toute conscience chez l’individu. Il n’y avait plus que la danse qui leur importait ou du moins, les ordres de leur profiteur hypnotique.


- Je change mon influence. Votre volonté m'appartient. Mes amis, saisissez cette chance. Montrez à mon public qui mène la danse !


Toujours dans des mouvements d’une grande fluidité, les deux agents de sécurité se sautèrent dessus. Sans doute étaient-ils collègue de travail, peut-être même s’appréciaient-ils ! Cela ne les empêchait pas de se frapper avec violence, cherchant à blesser l’autre pour mieux plaire au criminel mélomane. Ce dernier se tourna vers la population effrayée avec un sourire ravis alors que ses deux danseurs faisaient couler le sang.


- Je n’apprécie pas beaucoup que l’on se moque de moi. Si je vois la moindre tentative de rébellion, je vous fais vous entre-tuer, pour mon bon plaisir. Il rit méchamment avant de sourire. Je ne suis pas venu ici simplement pour pousser la chansonnette devant vous, en réalité, je vais tous vous faire participer.


Il eut des cris et des pleurs, des insultes aussi. Aucun de comprenait où il voulait en venir et surtout pourquoi. Que gagnait-il à vouloir les faire participer à son show ? Si quelqu’un avait hurlé à son adresse les raisons de tout ça, sans doute aurait-il eu un temps d’arrêt. Il était là car il était frustrée de n’être connu que pour ses crimes et non ses talents de chef d’orchestre ou même simplement de chanteur, il était pleins de mépris envers le service de sécurité qui pensait le retenir mais surtout, il voulait se prouver qu’il pouvait vaincre ses craintes au sujet de l’opéra. Il était le Music Meister, il n’avait pas le droit d’avoir peur de ce genre de lieu ! Il comptait forcer les gens à chanter et à applaudir en continu, sans la moindre hypnose, et ceux qui refuseraient... le payerait. Le public dut s’exécuter contre leur gré suite à ses directives pendant que le musicien s'amusait sur scène à chanter et danser avec le micro de la chanteuse en mousse. Quant aux deux agents de sécurité, il étaient sur le sol, inconscients.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Sam 7 Juin - 14:06


A mon tour d'entrer en scène maintenant !

Je me sens comme si j'étais montée sur un nuage. Légère, libre...libre de mes remords et de mes bonnes manières. Le moment est venu de faire une farce tellement énorme qu'elle fera faire une crise cardiaque aux vieux croutons de la salle, un énorme spectacle. L'occasion unique de mettre Mira de côté un très long moment. Adieu les robes rouges en satins synthétique, et les cheveux à l'aspect soyeux. Mon univers prend forme. Des tas de nouvelles choses à faire pour plonger ce monde dans un Halloween permanent. Pour un peu, je dirais merci au chanteur hypnotiseur de m'avoir secouée.
Pour commencer, je dois me mettre en avant dans une entrée qui va tous les laissés sceptiques. Une autre bombe de fumée fera l'affaire.
Je prend une des dites bombes dans mon sac avant de la lancer sur la scène aux pieds de Meister. La bombe éclate légèrement et laisse échapper une volute de fumée très épaisse. J'en profite pour me glisser discrètement au milieu de la scène et envoyer en l'air une flamme qui prend la forme d'une note de musique. Une fois la fumée dissipée, le public poussa des cris. J'ai envoyé mes mèches de cheveux derrière mes oreilles avant de me tourner vers le musicien.

"-Si tes discours sont toujours aussi longs pas étonnant que ton auditoire s'endorme mon cher. Envoie la sauce on est venus pour s'amuser après tout !"

Je m'amuse tellement, c'est si agréable de se sentir puissante par rapport à une foule...une foule qui pourrait me lancer des pierres parce que je suis "l'enfant du diable". J'ai l'impression de faire subir ce qu'on m'a fait subir à cette foule désespérée.
Je secoue vivement la tête. Les bonnes mœurs de Mira ne doivent pas gâcher ça. Rien ne gâchera ma joie. J'ai pris une grande inspiration avant de dire à voix haute:

"-Des bonbons, ou la vie !"

Je me suis approchée du bord mais manque de bol, je trébuche sur un fil et le débranche. Un bruit strident se répand dans toute la salle, je vois de loin certaines personnes faire une crise cardiaque. Je ne pensais pas qu'elle viendrait aussi vite. Je ne m'entend même plus penser, je prend la prise et la rebranche le plus vite possible à l'enceinte.

"-Zut...pourquoi il n'y a qu'à moi que ça arrive!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Mar 10 Juin - 21:55





Être partenaire avec une citrouille ambulante ?



Wolfgang toussa un peu, donnant de grands mouvements dans le vide avec sa canne de crainte que l’on s’attaque à lui. Il se trompait sur toute la ligne. Il n’était pas en danger à l’heure acutelle. Lorsqu’il ouvrit de nouveau les yeux, il vit une créature assez étrange. Une sorte de croquemitaine, non sorcière (!). Cela lui rappela vaguement le docteur Crane et cela le fit bouillir d’avantage. Il regarda la flamme en forme de note de musique se consumer avant de disparaitre. Le regard du musicien se fit alors plus dur. Il refusait qu’on lui vole la vedette une nouvelle fois, hors de question ! C'était lui la célébrité de ce soir ! Elle n’était pas aussi dangereuse et célèbre que le Joker, il n’avait aucune raison de se plier et d’accepter ça. Il serra d’avantage son sceptre et tape du pied pour exprimer sa colère.

- S’amuser ? Comment oses-tu ?! Je suis en plein show, tu n’as rien à faire là ! J’étais là avant, déguerpi avant que je ne me fâche. Dit-il dans un ton qui n’attendait aucun affront.

Et la voilà qui l’ignorait pour partir voir son public. Le rouquin la regarda avec incrédulité. Elle était vraiment sérieuse ? Elle venait comme ça s’imposer ? Il y avait un roux de trop sur cette scène et ce n’était très certainement pas lui. Il fit un pas vers elle, prêt à lui apprendre les bonnes manières. C’est alors que l’idiote débrancha un des câbles d’une enceinte, provoquant un son si horrible que le mélomane lui-même du placer ses mains sur ses oreilles. Le public profita du manque d’inattention pour commencer à fuir. Wolfgang rugit de colère et se tourna vers elle, lui prenant le bras sans aucune délicatesse pour venir la secouer. Elle semblait avoir pratiquement le même âge que lui et malgré son physique de femme accompli, il trouvait que son comportement avait été des plus gamins. Il observa ses yeux orange avec intention. Non, elle ne ressemblait à rien à l’épouvantail mais c’était très certainement une horrible petite peste.

- Mais regardes ce que tu as fait espèce de sorcière à deux dollars ! Pour qui tu te prends au juste pour…

Il fut coupé par l’arrivée de la sécurité. Il ne mit que quelques secondes pour comprendre qu’il n’avait aucune chance face à eux. Il avait un solide casque, les protégeant des sons hypnotiques du criminel. Ils pointèrent leur arme sur eux sans aucune hésitation.

- Music Meister ! Toi et ta complice, vous allez gentiment lever les mains en l’air et n’opposer aucune résistance, ordonna celui qui devait-être le chef.
- Ma.. complice ? Vous êtes cinglés ou ou quoi ? Lui répondit le musicien complètement ahuri. C'est bon, je me rend, ne tirez pas !

Il leva doucement les bras avant d’actionner sa canne qui envoya un faisceau électrique sur eux, il en profita pour sauter de la scène, ne regardant même pas s’il était suivi par sa « collègue ». Il fila immédiatement vers les escaliers qui menaient à l’étage. L’entrée allait être envahie par les policiers d’un instant à l’autre. Il fallait quitter les lieux par le toit.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Mar 10 Juin - 23:56


Complice!! MOI ?!!
Alors que le musicien s’apprêtait à lever la main sur mon corps de rêve, la police avait commencé à envahir les lieux. Une dizaine de flics qui débarquent en trombe pour gâcher mon plaisir. Music Meister lâche mon bras avant que ma peau à la température anormalement élevée ne commence à le brûler. C'est dommage j'aurais aimé qu'il paye pour le peu de délicatesse dont il a fait preuve en me soulevant comme un sauvage.

"-Music Meister ! Toi et ta complice, vous allez gentiment lever les mains en l’air et n’opposer aucune résistance!
-C....cc...COMPLICE?!"

L'intéressé répliqua comme quoi je n'étais pas sa complice, puis il se plia aux ordre du policier avant d'envoyer de l’électricité sur eux avant de s'enfuir. J'allais suivre ce mystérieux personnage lorsque l'un d'eux m'attrapa le bras. Mais il ne tint pas longtemps car la chaleur intense dégagée par ma peau lui brûla la main. A l'instant même ou il me lâcha, j'envoyais une citrouille enflammée dans leur direction.

"-Complice! Moi?! C'est un comble, je mérite le titre de chef rien que pour avoir animé le spectacle! Grrr!!"

Je ne supporte pas le fait d'être traité de simple complice. J'ai autant de mérite que le célèbre Joker, ou l'effrayant Epouvantail ou encore la grande Harley Quinn. Même si je ne suis pas encore aussi connue qu'eux JE NE SUIS PAS UNE COMPLICE!!
Alors que les policiers cherchent un moyen d'éteindre la barrière de feu qui s'était formé entre eux et moi, je cherche une sortie possible. Malheureusement, toutes les sorties sont aux mains des hommes en uniforme. Il ne reste à mon grand malheur qu'une seule solution...suivre le gâcheur d'ambiance en passant par le toit.
Je cours aussi vite que possible pour rattraper Meister, ma peau est en ébullition et produit de la vapeur, je suis tellement énervée que je pourrais foutre le feu à la totalité de cet opéra. Mais je suis au dessus de ça. Je dois me calmer et une fois dehors, je dirais à cet amateur que je ne SUIS PAS sa complice.
Je retrouve Meister devant une échelle qui mène sans doute au dessus de la scène et donc, à une trappe qui mène au toit. N'ayant pas envie de perdre de temps j'attrape une corde reliée à un contre poids. Je défait la dite corde qui me propulse au dessus de la scène grâce au sac de sable à l'autre extrémité.

"-Il n'y a pas a dire, l'opéra aura été ennuyeux du début à la fin!"


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Dim 15 Juin - 23:12




Être partenaire avec une citrouille ambulante ?


Music courait le plus vite qu’il pouvait, poussant sur son chemin les pauvres passants qui avaient l’audace de lui barrer la route. Le musicien jeta un coup d’œil derrière lui et eut la mauvaise surprise de voir que la débile de tout à l’heur le suivait. Il accéléra, les dents serrées par l’agacement. Il arrive finalement dans un lieu un peu isolé, mais surtout qui lui permettrait de partir loin de tous ses flics et de cette sorcière du dimanche. Le musicien connaissait l’opéra sur le bout des doigts et il savait très bien par où passer pour s’enfuir de là. Il avait bien appris ses leçons le bougre. Il commença à grimper à une échelle, ignorant royalement l’impudente malgré les pensées bien morbide qui flottaient dans son cerveau. Soudain, l’inconnue s’envola au-dessus de lui à l’aide d’une corde. Le regard du mélomane se fit sombre, surtout lorsqu’elle lui fit la remarque sur le manque d’intérêt qu’avait provoqué chez elle l’opéra. Il continua à monter jusqu’à se trouver en face d’elle, il ne voulait pas perdre de temps avec cette idiote alors il lui dit juste ceci :

- Ou alors vous êtes trop stupides pour en comprendre la subtilité et quand on se présente sur scène, la moindre des choses et de se présenter avant de foutre en l’air le travail d’un « collègue ».

Pourquoi de la vapeur s’échappait d’elle ? Il n’eut pas le temps de se poser d’avantage de question ou même de lui demander une réponse car soudain, des cris se firent entendre juste en dessous d’eux. Des cris de rage venant du service de sécurité et s’en aucun doute de quelques policiers venus leur prêter main forte. Il jeta un coup d’œil vers la porte et soupira avant de relever son regard –bien caché derrière ses épaisses lunettes- vers la sorcière.

- Aucun de nous n’a verrouillé la porte, n’est-ce pas ? Dit-il avec innocence.

La police fit éclater la porte, pointant leur flingue sur eux en leur ordonnant de descendre sinon ils tiraient. Deux secondes s’écoulèrent et l’un deux –plus impatient ou vif que les autres- fit déjà feu sur eux. Wolfgang n’attendit pas pour se précipiter vers la trappe qui mène au toit, protégeant sa tête avec ses bras. Cette fille ne lui donnait que des ennuis ! Sans elle, il était certain qu’il aurait déjà envoyé le public empêché le service de sécurité de leur faire le moindre mal. Quelle salle gamine ennuyante. Une balle transperça son chapeau qui tombe au sol. Il monta à toute vitesse tout en criant.

- Je serais bien resté papoter mais le monde attend ma prochaine composition !




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Lun 16 Juin - 22:17


J'ai lancé un regard noir au musicien, son ton sarcastique ne me plait pas. Mais alors pas du tout.

"-Ah, parce que maintenant je suis ta collègue ?! Pour quelqu'un qui raconte à tout le monde que je suis ta "copmlice" tu est bien poli avec moi! Mais si tu veux tout savoir je m’appelle Pump..."

Je n'ai pas eue le temps de finir ma phrase qu'il me coupa pour me demander si j'avais fermé la porte derrière moi. En effet, j'étais tellement pressée de quitter l'opéra que j'ai oublier de fermer les portes derrière moi et j'étais assez contente que le musicien n'ai pas eu l'idée avant que je puisse passer les portes.
Cependant mes craintes étaient fondées puisque la police venait d'entrer dans la salle en fracassant la porte.
Music Meister s'empresse de quitter les lieux et je dois également faire de même si je ne veux pas me retrouver à Arkham dans les heures qui viennent.

"-Et moi on m'attend pour un prochain feu de joie. Je ne compte pas laisser les chiens de garde me mordre."

Il est temps pour moi d'entrer en ébullition. La citrouille que je suis ne peux se contenter de prendre l'escalier. Et puisque j'ai raté mon entrée, autant faire bonne impression sur la sortie.
De là ou je suis, le plafond doit donner sur les combles qui donnent sur l'extérieur. Il me suffit de tracer jusqu'à la sortie. Sortie que bien entendu je m'empresse de crée. J'allume deux flammes moyennes, une dans chacune de mes mains. Je rassemble les deux flammes pour n'en former qu'une plus grande jusqu'à former une boule orangée, la pression crée par la chaleur propulse la boule de feu vers le plafond qui troue ce dernier jusqu'à l'extérieur.

"-Parfait, pile la bonne taille pour mon corps de rêve."

Et c'est là que l'enfer commence, l'escalade, je déteste ça, en général je m'arrange pour éviter ce genre de choses mais cette fois-ci j'allais devoir m'écorcher un peu les mains pour pouvoir sortir rapidement d'ici. Ne connaissant pas la topographie des lieux et n'attendant aucune aide de la part de mon "collègue" j'allais devoir tracer à travers l'ouverture.
L'ascension est difficile mais plutôt courte une fois arrivée aux combles. Les mur sont dotés d'énormément de prises ce qui m'a bien facilité la tâche jusqu'au toit.
Une fois en haut, je me suis mise face au trou crée par ma boule de feu et ait tiré la langue aux flics.

"-Au revoir messieurs et que ce jour reste à jamais gravé dans vos mémoires, comme celui où vous avez faillit capturer la reine des citrouilles !"


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Jeu 19 Juin - 22:00




Être partenaire avec une citrouille ambulante ?


Music Meister, qui se trouvait sur le toit, eut la surprise de voir une boule de feu immergé. Il recula sur le coup, apeuré par cette vision avant de regarder le trou qui s’était formé avec une impression figée puis agacée. L’opéra de Gotham était extrêmement vieux et le musicien admirait la bâtisse et chacune des dalles ou des tuiles qui la constituaient. Il se souvenait d’ailleurs que le Joker n’avait pas hésité à abimer le beau plancher. Le musicien se dit alors que si autant de criminel continuait à ce rendre là-bas, l’Opéra allait finir en morceau. Le musicien resta un instant interdit, observant sa « collègue » surgir du trou, ayant visiblement des difficultés à se sortir de là. Music Meister releva les yeux au ciel et observa les environs. Les policiers étaient présents et organisaient un périmètre de sécurité. Il pouvait même voir que l’un deux enfilait des boules Quies. Évidemment, ils avaient tout prévu. Il s’agissait désormais de descendre discrètement pour aller récupérer sa moto et se barrer.

- Au revoir messieurs et que ce jour reste à jamais gravé dans vos mémoires, comme celui où vous avez failli capturer la reine des citrouilles !"

Tous les yeux se tournèrent alors vers eux et Music Meister poussa un gémissement pitoyable, regardant le ciel en suppliant qu’elle se taise mais il était déjà trop tard. Un policier prit un haut-parleur pour leur adresser un message ou plutôt un ordre. Pendant ce laps de temps, le service de sécurité grimpait à son tour dans le passage de la sorcière.

- Music Meister, toi et ta complice, vous êtes cernés ! Veuillez descendre et tout se passera pour le mieux sans aucun blessé !

- Mais puisque je me tue à vous que ce n’est pas ma complice bon sang !

Il pointa sa canne droit vers eux.

- Je vais mettre une note finale à tout ceci. Un jet électrique s’échappa de l’objet et fit exploser l’une des voitures.

Des cris, des hurlements, des coups de feu aussi. Le mélomane était furieux. Il n’y avait plus aucun moyen d’aller chercher sa moto maintenant. Il esquissa un mouvement pour courir sur le toit puis il eut une idée. Une idée idiote certes mais ils n’avaient plus vraiment le choix désormais. A deux, on était toujours plus forts que seuls. Surtout qu’elle savait manier le feu, cela pouvait être utile un temps. Il se tourna alors vers la sorcière. Miss Pum, elle avait dis se nommer ainsi.

- Si vous avez une idée lumineuse, c’est le moment Pum’. On va devoir faire un duo. Temporairement bien sûr ! Insista-t-il visiblement agacé. On tira vers eux une nouvelle fois. A moins que vous ne souhaitiez que l’on se fasse descendre avec vos conneries !

Il était visiblement impatient et nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Jeu 19 Juin - 23:14


Le sac extensible.

Je me tourne vers le musicien, puis vers les flics, la rage au ventre je me met à hurler.

"-MAIS PUISQUE JE ME TUE A VOUS DIRE QUE JE NE SUIS PAS SA COMPLICE!!" Hurlais-je.

Instinctivement, je leur tirait la langue, je suis énervée contre le musicien mais d'un côté, il a raison. Il faut trouver une solution ou je vais être internée à Arkham pour de bon.

"-J'ai une idée, suis moi."

J'attrape le bras du musicien et l'entraine vers le bord du toit non visible par la police, cette partie du toit est impossible à descendre comme ça. Elle donne sur une ruelle qui ne va pas tarder à être sécurisée par la police. Je lâche Music Meister et prend mon sac pour le cacher entre deux vieilles caisses en bois. Une fois le sac dissimulé un minimum, je me retourne vers Meister.

"-Bon, pour me faire pardonner d'avoir débranchée les enceintes je peux au moins t'offrir une cachette le temps que la police se retire. Suis moi."

Je saute dans le sac et m'enfonce à l'intérieur. C'est comme le terrier du lapin d'Alice au pays des merveilles, sauf qu'on ne tombe pas pendant une demi-heure avant d'atteindre un sol déformé. Dans le cas de mon sac extensible, c'est comme si je venait de sauter du haut d'une table. L'intérieur ressemble à une grande tante ronde, rafistolée à plusieurs endroits, certains endroits laissent passer la lumière du jour.
L'intérieur est mal rangé, plusieurs capsules en ver contenant de l'essence sont répandues un peu partout sur le sol. le seul canapé de la pièce est recouvert de costumes de sorcières tous différents mais magnifiques que je n'ai pu me résoudre à jeter.

"-Tu viens? Il te suffit de sauter, t'en fais pas tu risques rien."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Mar 24 Juin - 1:07




Être partenaire avec une citrouille ambulante ?


Le musicien n’eut pas le temps de prononcer la moindre parole que la jeune femme attrapa son bras pour le conduire ailleurs. Il ne résista pas. De toute manière, on les suivait de près même si les flics étaient plus lents –craignaient-ils de chuter ?-. Ils s’approchent du bord du toit, protégé dans l’ombre des arbres. Il fallait être très attentif pour y distinguer quelque chose en pleine nuit. Music Meister observa la jeune femme sortir un sac de toile. Le sac semblait avoir un certain âge mais ce n’est pas ça qui était le plus surprenant. En effet, la jeune sorcière ne l’avait pas sorti pour récupérer un objet pour les aider à s’échapper de cette situation délicate. Oh non. Après lui avoir annoncé qu’elle acceptait de lui offrir une cachette –après tout, elle avait bousillé son show- elle… sauta dans le sac et disparue. Wolfgang se précipita sur le sac, totalement surpris par la situation qu’il venait de voir. La jeune femme venait de se cacher à l’intérieur ? Mais il était minuscule ! Certes, à Gotham, certaines choses pouvaient sembler un peu surréalistes mais il préférait croire qu’un gars pouvait être capable de voler comme une chauve-souris plutôt que de penser plus qu’une femme puisse… Disparaitre au fin fond de son sac à main. Il regarda la scène d’un œil perplexe, apercevant une sorte de salle à l’intérieur. Il pensait étrangement à un lampe dans lequel dormirait un génie, sans doute que la vision serrait la même. A force de transporter l’objet, la salle devait très certainement être un véritable capharnaüm tous les jours.

- Vous.. tu.. rho !
Il ne savait même plus comment il devait s’adresser à elle. Tu veux que je rentre là-dedans ? T’es encore plus dingue que le pensait !

Il entendit des bruits derrière lui et couina.

- Euh, j’aime ça finalement !

Et il sauta à la seconde suivante. Il fut surpris que la chute soit si brève. Il retomba sur la table, manquant d’être déséquilibré. Il se demandait comment une telle chose était possible et d’ailleurs, le trouble se lisait clairement sur son visage. Il avait les sourcils foncés et l’air préoccupé. Serait-ce un mauvais tour ou une mauvaise blague ? Il tourna sur lui-même avant de descendre lentement.

- Bah ça, si on m’avait dit que je me cacherai dans un sac un jour.
Chuchota-t-il pour lui-même. Il se tourna vers sa camarade. Mais tu es quoi au juste ? A part une sangsue qui pique les spectacles des autres, je veux dire.

Wolfgang était plutôt rancunié. De la vapeur sur sa peau, des flammes et maintenant ça. C’était un peu trop pour une seule jeune femme, aussi emmerdeuse soit-elle. Il avança dans la pièce, l’observant comme un acheteur de maison, observant chaque moisissure et chaque débris sur le sol. Il joua avec sa canne, observant le plafond qui donnait sur le ciel. Était-elle une vraie sorcière ? Non, cela n’existait que dans les contes. On berçait les enfants avec. Le rouquin tentait de s’en persuadé même s’il était bien incapable de trouver une réponse logique à tout ce foutoir. Bizarrement, c’était surtout le fait de se retrouver coincé avec une totale inconnue –qui avait gâché son spectacle en plus- qui le rebutait plutôt que ses pouvoirs. Il allait devoir la supporté alors qu'il avait plutôt envie de l’envoyer au diable. Il se posait beaucoup de question bien sûr sur ses dons, mais il n’était pas spécialement inquiet pour ça. Après tout, lui aussi en avait un.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Mar 24 Juin - 22:51


J'ai dit que j'étais désolée !
"-Bienvenue dans mon antre. Met toi à l'aise tu es là pour au moins dix bonnes minutes, le temps que la police se barre pour fouiller les rues alentours."

Dis-je en voyant le musicien atterrir sur la table. Il a l'air surpris. Comme n'importe quelle personne qui aurait sauté dans un sac pour finalement se retrouver dans une petite maison rafistolée de tous les côtés.
Je me suis assise sur une chaise et sortie une sucette d'une vieille boite à bonbons pour passer le temps. Sans lâcher le musicien des yeux. Il doit sans doute chercher un explication à tout ce qu'il venait de voir.

"-Hé, je t'ai déjà dit que j'étais désolée. J'avais pas prévue que ce fichu fil serait là au moment ou je me concentrais sur les notes de musique enflammées.
Quand à ce que je suis...on va dire que je suis un..."accident" qui aimerait faire parler d'elle et ton petit numéro c'était tenter le diable qui sommeille en moi.
"

Et c'était peu de le dire, je veux me faire connaitre, je veux faire voir au monde que je ne suis pas un objet mais une personne qui veux s'éclater, même si elle doit prendre quelques vies au passage, aussi insignifiantes soit-elles.
Mais je ne suis pas le seul phénomène de cette pièce, ce musicien a quand même réussi à hypnotiser des gardes avec la seule force de sa voix.

"-Tu poses beaucoup de questions mais tu n'es pas aussi normal que tu en as l'air, c'est quoi ton truc?"

J'ai posé mes coudes sur mes genoux et tout en croquant ma sucette, j’attends la réponse même si j'ai 50% de chances de l'avoir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Dim 29 Juin - 15:43




Être partenaire avec une citrouille ambulante ?


Dix minutes. Se serait largement suffisant. La jeune femme lui fit savoir qu’elle s’était déjà excuser. Est-ce que cela lui suffisait ? Pas vraiment. Cependant, elle lui avait offert de bonne grâce un abri, il allait devoir ranger sa mauvaise humeur dans un coin, même si cela lui en coutait. Ainsi, elle ne se décrivait que comme un accident. Le musicien grommela pour lui-même, visiblement entièrement d’accord avec le terme employé. Elle aimerait faire parler d’elle, hein ? C’était si facile de se faire remarquer ici mais en même temps les criminelles et autres petites frappes avaient pas de concurrence à Gotham. Entre la mafia et autres psychopathes qui trainaient dans les rues, il était bien difficile de faire son petit manège sans embrouille. Music Meister en avait la preuve ce jour-là avec miss Pum qui avait décidé de se passer de son autorisation pour faire sa grande entrée à Gotham City lorsqu’elle l’avait vu. Un duo improvisé en somme. Non non non, il ne ferait aucun duo avec une créature de ce genre-là ! Elle n’avait aucune classe et même si elle avait le sens du spectacle avec sa fumée et ses notes enflammées, elle était bien loin de l’univers musical de notre ami aux cheveux roux. Le diable avait été tenté ? Grand bien lui fasse ! Il préférait largement laissé la place à une carrure plus clownesque à ses côtés plutôt que cette sorcière. Elle le tutoyait ? Alors autant passer au tutoiement. Music Meister retira son chapeau, observant le trou qui avait été fait par l’une des balles. Un chapeau tout neuf. Pff.

- Quand on veut faire quelque chose, on le fait. On n’attend pas une occasion, on l’a créé. Cependant, évite de piquer la vedette d’un collègue. Ce dernier pourrait peu apprécié… Enfin, je te permets un demi-soupir, simple allusion à une figure de silence dans une gamme, après tout tu m’offres un abri.

Le musicien s’appuya négligemment sur sa canne observant tout ce qui se trouvait au-dessus de de sa tête comme s’il craignait de ne voir brusquement la main d’un policier apparaître. Et si le sac était déplacé avec eux à l’intérieur ? Il priait pour qu’il reste bien caché. Wolfgang finit par baiser les yeux vers la sorcière, retirant ses lunettes pour les ranger dans une des poches de son costume. Pourquoi tout le monde lui demandait s’il avait un « truc » ? Pourquoi ne pas simplement dire « pouvoir » ou même « don » ? Il y avait des tas de synonyme alors pourquoi « truc » ? Il n’aimait pas tellement ce mot alors il se permit de taquiner la jeune sorcière, tranquillement installé en grignotant une sucette. Une vraie gosse.

- Un truc ? Quel truc ?
Il sourit doucement, laissant la patiente de la femme s’affolé. Tu parles de ma séance de tout à l’heure ? Voyons, comment une petite chanson pourrait changer à ce point quelqu’un ? Il faudrait réellement être cinglé pour croire un truc pareil, non ? Son expression était plus malicieuse. Et ton truc à toi ? Du feu, de la vapeur qui s’échappe de ta peau. Tu es une lointaine cousine à Firefly ou une sorcière pyromane ?

Son chapeau et sa canne d’une main, il tendit sa main libre vers la jeune femme. Autant faire une meilleure présentation puisqu'il était coincé ici encore plusieurs longues minutes.

- Sinon, mon nom est Wolfgang. C’est moins formel que Music Meister. Je crois que tu n’as pas fini de te présenter tout à l’heure, à moins que Miss Pum ne soit réellement ton pseudonyme ? Sans vouloir te vexer, si c’est le cas, change le. Ce n’est pas crédible une seule seconde.




Dernière édition par Music Meister le Jeu 10 Juil - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Mar 1 Juil - 19:28


Je ne suis comparable à personne !
Mon nom ? Pourquoi devrais-je lui donner mon nom...en même temps..il m'a donné le sien... ! Non non et non je n'ai pas à lui donner un nom complet et puis pourquoi devrais-je me prendre la tête.

« -Mon « pseudonyme » est très bien et il me conviens parfaitement. Cependant puisque tu me permet de t'appeler par ton nom...tu peux m'appeler Mira, c'est moins long et c'est plus rapide à dire. Mais passons. Si j'ai décidé de me réveiller ce soir c'est en partie parce que TU as décidé de provoquer tout ce désordre.
Ça en deviens lassant. Où que j'aille c'est toujours pareil !
 »

Je me suis affalée sur ma chaise. Mordant la sucette à mort jusqu'à ce que celle-ci se brise en plusieurs morceaux. Je ne devrais pas me laisser aller sous peine de me brûler l'intérieur de mon sac.
Même si je n'en ai pas l'air j'ai toujours un peu de mal à comprendre ma « magie » c'est comme si elle était dotée d'une conscience qui fait qu'elle me pousse à bout.

« -Et puis pourquoi tout le monde me parle de ce « Firefly » je ne le connais même pas, du moins, je ne l'ai pas encore rencontré. Mais bon sang je n'ai rien à voir avec lui ! »

Je savais en venant ici qu'il y aurait forcément des pyromanes étant donné le nombre de tarés qui siègent dans cette ville mais être comparée à quelqu'un qui n'en possède pas le pouvoir c'est très énervant !

« -Surtout que personne ne peut connaître autant le feu que moi étant donné que j'en suis moi-même composée. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Jeu 17 Juil - 21:16


 

Être partenaire avec une citrouille ambulante ?
 
 
Mira, la pyromane. Ça sonnait bien mieux à l’oreille de notre ami musicien que Miss Pum. Il la détailla davantage. Elle avait une attitude que l’on pouvait décrire de plusieurs manières : enfantine, effrontée, provocante aussi mais surtout, elle semblait tenace. D’ailleurs, elle lui affirma une nouvelle fois que si le musicien n’avait pas agi, sans doute serrait-elle resté sage, rejetant ainsi la faute sur le mélomane. Il douta bien sûr de ses paroles –après tout, les esprits « originaux » attendaient rarement un feu vert pour agir- mais ne les releva pas. Surtout qu’elle faisait sa victime. Ils n’étaient vraiment pas du même niveau, mais elle était dangereuse toutefois. Il n’oubliait pas l’explosion précédente. Il fallait s’en méfier. Être allié avec elle était hors de question bien sûr. Il était le grand Music Meister, celui qui ferait du monde une grande salle d’opéra dont il serait le chef d’orchestre. Elle n’était qu’une petite allumette.
 
Elle affirma n’avoir aucun rapport avec Firefly. Elle ne le connaissait même pas d’ailleurs. Une inconnue sur le marché du crime en quelque sorte.

- Firefly est tout simplement un gars qui aime... les feux de joies ? Un peu comme toi en faites, et pour avoir travaillé avec lui, je peux t’assurer que vous avez quelques passions similaires.
 
Elle avoua être composée de feu. Le mélomane eut un long sourire, gloussant doucement. Cette fois-ci, il n’avait pas su contrôler les sentiments qui l’habitaient. C’était ri-di-cule.
 
- Mais oui bien sûr.
 
Tout comme lui, elle connaissait quelques tours de passe-passe et avait un talent certain dans un domaine bien défini. Lui le chant et la danse, elle le feu et les explosions. C’était un fait et il ne pouvait pas se moquer sur ce sujet. Cependant, affirmé qu’il s’agissait l’essence même de son être lui semblait tout aussi ridicule que si lui-même clamait être habité par la musique. Il avait un don et il l’utilisait. C’est tout. Une petite voix dans sa tête lui chuchota pourtant « mais tu t’es pourtant auto proclamé Music Meister ». Il chassa vite cette pensée. Il n’était pas fou et il ne s’agissait que d’un nom de scène. Il tendit soudainement l’oreille, la coupant brutalement.
 
- Chut, tu entends ?
 
En réalité, il n’y avait rien à entendre et c’était justement cela qu’il voulait souligner. Les policiers n’étaient plus sur les toits.
 
- Il est temps de déguerpir Mira…
 
…et de danser dans d’autres lieux.

 - Passe devant, je te suis.
 
Au cas où les flics les attendaient dehors, il préférait que se soit elle qui reçoit le comité d’accueil plutôt que lui. Chaque secondes comptaient lorsqu'il s'agissait de survie. Il rajusta une nouvelle fois son chapeau. Il était prêt pour la fin du show.
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Sam 19 Juil - 20:08




J'ai relever les yeux vers la minuscule ouverture de mon sac à main. Puis j'ai tendue l'oreille, en effet, il n'y avait plus le moindre son. Je me suis levée de ma chaise.

"-Mouais, apparemment ils ont fouillé tout le toit. Pas très futés les flics de Gotham. Je passe devant, fais comme si tu voulais agripper la bordure du sac et hisse toi dehors."

Comme je venais de l'indiquer à Wolfy, j'ai tendue les bras vers la bordure du sac et j'ai recommencée à grandir. On se croirait dans Alice au pays des merveilles. Puis je me suis glissée hors du sac jusqu'à retrouver ma taille normale.
Comme avec les flics on n'étais surs de rien , j'ai vérifier l'intégralité du toit avant de lancer au musicien.

"-La voie est libre Wolfy."

Je me suis avancée vers la ruelle sur laquelle donnait l’opéra tout en m'étirant. La descente sera difficile mais pas impossible, avec les bons appuis je serais sur le sol en quelques minutes pour filer loin de là. Je devrais en revanche remettre ma robe de soirée une fois en bas pour ne pas éveiller les soupçons.

"-Finalement je me suis bien éclatée. C'est pas si craignos que ça en a l'air l’opéra."

Il ne me restais plus qu'à attendre que le musicien sorte de mon repaire pour récupérer mon sac, et avec un peu de chance des sucreries si il en reste.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Sam 26 Juil - 20:29




Être partenaire avec une citrouille ambulante ?


- Si les responsables de Gotham était connu pour leur intelligence, les patients d’Arkham ne passeraient pas leur temps à s’enfuir et la mafia ne contrôlerait pas la moitié de la ville. Toi et moi, nous ne faisons pas partie de la priorité de cette ville. Alors pourquoi ils utiliseraient le peu de neurones qu’ils leur restent, hein ?

Music Meister était agacé. Il avait souvent l’impression que l’on ne le prenait pas au sérieux. Certes, son domaine de prédilection était la musique et cette dernière n’était pas connue pour sa férocité. La musique n’évoquait pas le danger - du moins, le mot ne l’évoquait pas puisque les mélodies pouvaient inspirer bien des sentiments. Cependant, Wolfgang savait que ses œuvres pouvaient être mortels. Il avait déjà détruit des vies grâce à son don et il savait qu’il devrait recommencer à l’avenir. C’était le prix à payer quand on souhaitait contrôler le monde pour en faire un gigantesque public. Il fallait bien conduire vers la sortie les personnes indésirables. Et très bientôt, le monde entier chantera ses louages et fera de lui un homme riche et adulé. Il en été persuadé. Les gens pouvaient bien ne pas le prendre au sérieux et se munir d’autant de protège tympans qu’ils le voulaient. Cela ne les protégeait pas indéfiniment de lui. Il était le maestro de crimes fabuleux et Gotham entendrait encore parler de lui de nombreuses années. Et si Miss Pump ne se faisait pas chopper, peut-être qu’elle aussi pourrait aussi en faire voir des vertes et des pas mures à la belle Gotham. Pour le moment en tout cas, il allait devoir lui faire confiance. Il suivit ses conseils et se mit à son tour à grandir non sans dire avec agacement.

- C’est Wolfgang, pas Wolfy.

Wolfy, on dirait le nom d’un chien ! Elle était tout de même comique dans son genre. Il avait du mal à croire qu’elle soit adulte. Il continuait à croire que la ville de Gotham la dévorerait tôt ou tard. Il finit par s’accrocher au bord du sac et commença à se hisser sur le toit. Il se demandait s’il aurait l’opportunité de récupérer sa moto ou si c’était trop risqué pour le moment. Elle était assez bien cachée donc il y avait des chances pour qu’ils ne la retrouvent pas mais s’enfuir sans moyen de transport... Il devait tenter le coup. Après, que serait la vie sans un peu de danger ? Il se retrouva bien vite auprès d’elle. Il regarda brusquement la jeune femme lorsqu’elle avoua ne pas trouver si « craignos » l’opéra finalement. Il lui offrit un grand sourire et d’un geste de la main, se retrouva dans un costume plus sobre. Ses cheveux étaient redevenu roux aussi, ils s’étaient débarrassé de sa perruque brune.

- Alors il se pourrait que tu ne sois pas totalement irrécupérable, chantonna-t-il. A la prochaine petit oiseau !

Il lui fit un signe de la main et entreprit de débloquer l’échelle de secours. Il n’allait pas perdre son temps à jouer les escaladeurs quand une bonne échelle pouvait faire l’affaire, même si elle faisait un peu de bruit. Il sourit doucement vers sa direction, comme pour lui promette qu’ils se reverraient. Elle n’était peut-être pas si stupide que ça. Il se laissa glisser vers le sol avant de se diriger d’un pas rapide vers les batiments voisins où se cachaient sa moto. Le bruit du moteur résonna, indiquant que le musicien était parvenu à s’enfuir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   Jeu 14 Aoû - 21:06


Adieu...ou...aurevoir.

"-A plus Mozart!" Dis-je avec un petit clin d’œil.


Je me suis précipitée vers l'échelle de l'autre côté du toit après avoir récupérer mon sac. Épuisée d'avoir utilisé autant d'énergie, je devais me reposer, trouver un coin tranquille pour me changer et rentrer chez moi.
Je descend rapidement l'échelle et commence a courir dans la ruelle.
Dans un petit coin où personne ne passe, j'enlève mon costume pour me remettre en robe de soirée. Un bruit de moteur se fait entendre, résonant jusqu'au fond de la ruelle, peut-être Meister.
Même si ce musicien me rendait folle, c'était plutôt sympa d'avoir mis le désordre avec lui.

De retour chez moi, j'ai jeté mon sac dans un coin de la pièce, et suis retournée dans ma chambre. L'énergie que j'ai consommée cette nuit m'a rendue H.S. et je n'ai qu'une envie: dormir.
J'ai retiré mes chaussures avant de les jetées près de mon sac et me suis jetée sur le canapé avant de m'endormir. En ayant une petite pensée pour cette merveilleuse soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On est pas partenaires !   

Revenir en haut Aller en bas
 
On est pas partenaires !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: