Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Harvey Bullock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Harvey Bullock   Jeu 29 Mai - 22:42

center>


DOSSIER N° : 3033Bullock Harvey5589


Nom : Bullock
Prénom : Harvey
Alias : Bully
Sexe : Masculin
Nationalité : Américaine
Base d'opération: Gotham City

Date de naissance: 9 Juin 1974 (40ans )
Lieu de naissance: Gotham City
Rhésus: O-

Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Situation familiale: Divorcée, 2 enfants
Autre information:  Inspecteur de la section criminelle du GCPD


Génétique du patient
Taille : 1,92m
Poids : 130 Kg
Description physique du sujet : 
Le sujet est un  homme d’âge mûre, la quarantaine évoluant au sein des forces de maintien de l’ordre gothamites depuis près de 15 ans, négligés d’aspect, barbe de trois jours au moins, surcharge pondéral marquer et antécédents alcoolique à l’origine d’un divorce survenue il y a 7 ans, jamais remarié. Calvitie avancé, musculature relativement importante mais non entretenue depuis longtemps en apparence.
Se présente dans un costume trois pièces entretenues avec minutie. Long manteau de velours noir  et arme de service, chaussure cirer, chemise cintrer, si l’aspect physique du sujet laisse à désirer il n’en est visiblement rien de ses vêtements auxquels il porte grand soin.
Grand gabarit d’ancien sportif semi professionnel, le sujet prétend avoir fait beaucoup de football dans sa jeunesse. Blessure au genou résultant de ses années de pratique, partiellement invalidante dans l’exercice de ses fonctions.

Évolution notable du sujet : Prévoir une surveillance accrue des tendance alcoolique à sous-jacente pseudo dépressive en visite mensuel. Identifier les raisons du mutisme concernant son ex-épouse, ses enfants probable et sa famille, peut être à l’origine de l’alcoolo dépendance.
Conclusion : risque d’évolution du sujet vers une dépression de type maniaco dépressive à évolution lente si non-traiter.



Profil psychologique

Le sujet témoigne de sot d’humeurs fréquents et d’une forte personnalité, peu introvertie en apparence.
Manifeste une aversion certaine pour l’autorité, tempérament revêche et autodidacte démontrant une très grande volonté d’autonomie. (N.B : Quant était-il de sa relation avec son ex compagne dont il ne parle presque jamais ?)
Compense la dissolution de son mariage par un comportement patriarcale vis-à-vis de sa collègue de service, sa cadette d’une dizaine d’années. Bonne entente générale avec ses collègues excepter peut être ses supérieurs hiérarchiques. Fait preuve d’une très grande intelligence de terrains, bon élément des services de police. Peu loquace sur ses états de services, passé trouble et sulfureux ? Très éloquent sur sa collègue, sa vie, sa personne, transfuge émotionnel probable (N.B : A-t-il des enfants ? Les voit-il ? De la famille ? ).




Antécédents et suivi du patient

Arrivé dans les services gothamites en 1998, affecté aux brigades des mœurs. Marier à l’époque avec une certaine Susan Bullock, (Susan Lee nom de jeune fille), deux enfants James et Maria. Décrit comme une personne dynamique et motiver selon ses supérieurs, prometteur selon certains. Promus inspecteur en 2005, section criminelle au coter de l’agent Slam Bradley, agent de notoriété publique. Multiplication des conflits conjugaux au sein du couple, le sujet n’en comprend pas la raison et rejette la faute sur sa compagne (N.B : fuite en avant ? Aventures extra conjugales ?). Divorcé en 2007 (N.B : le nouveau poste en serait sans doute la cause mais le patient évite consciencieusement le sujet. Gêne manifeste à l’évocation de possibles vulnérabilités lier à son emplois.). Voit peu ses enfants depuis, peu de contact avec son ex-épouse, nombreuses tensions familiales sous-jacente et rancunes diverses. Début probable de son addiction à l’alcool, là encore le sujet reste évasif mais les indices ne laissent aucun doute sur ce fait. Témoigne d’un fort repli sur lui-même à cet période et d’ennuis socio-professionnel. Départ en retraite anticipé de Slam Bradley à l’horizon de l’année 2008. Transfert de l’agent Montoya au service de la division criminelle en binôme avec le sujet.

Nette amélioration de l’état mentale du patient à partir de cette date. L’agent Montoya y serait pour beaucoup d’où le développement émotionnel paternaliste du sujet à son égard. Relation amicale débordant souvent du cadre professionnel, hautement salutaire selon les propres dires du patient d’où le comportement protecteur de ce dernier vis-à-vis des attaques homophobes dont sa partenaire fut parfois victime.



Behind the screen
Information(s) importante(s) : écrire ici
Un surnom ? JAYM
Nom de l’avatar : James Gandolfini
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : Aucun
Disponibilité pour poster ? Fin de semaine pour l’essentiel
Comment as-tu connu le forum ? Ont m’en a parler.
Code du Règlement :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Jeu 29 Mai - 22:53

Bienvenue à toi, Harvey Bullock !
Premier Bullock du forum, ça fait plaisir !
J'espère que tu arriveras à mater les petits flics actuels qui sont dispersés.

Alors je lis ta fiche et je vois un truc qui me saute aux yeux.
Les fautes d'orthographes.
Les accords sont ton plus gros problème "Divorcée" le "e" qui est pour le pluriel, des "er" qui ne devraient pas être là, bref, y'a ça si tu as besoin :
http://batmanlegacy.forumactif.org/t178-petites-aides-pour-vos-rp

Y'a eu un léger manque au contexte, nous sommes en 1995 ;)
Le Chevalier Noir commence à peine à se faire connaitre et le GCPD lance une grande croisade contre les héros masqués et les criminels. Bref, si tu peux développer un peu plus ton histoire sur tes affaires de corruption avec la Pègre et comment tu vois l'arrivée des justiciers et des cinglés costumés, ça serait impec.
Le physique est bon, excepté les petites fautes à revoir.
La personnalité, on en veut un peu plus.

Quand au code, il est dans le Règlement ;)

Cordialement
Joker !

Courage tu vas y'arriver ! Sinon, Lamasticot te mangera !


:drevil:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Jeu 29 Mai - 23:55

center>


DOSSIER N° : 3033Bullock Harvey5589


Nom : Bullock
Prénom : Harvey
Alias : Bully
Sexe : Masculin
Nationalité : Américaine
Base d'opération: Gotham City

Date de naissance: 9 Juin 1954 (40ans )
Lieu de naissance: Gotham City
Rhésus: O-

Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Situation familiale: Divorcé, 2 enfants
Autre information:  Inspecteur de la section criminelle du GCPD


Génétique du patient
Taille : 1,92m
Poids : 130 Kg
Description physique du sujet :
Le sujet est un  homme d’âge mûre, la quarantaine évoluant au sein des forces de maintien de l’ordre gothamites depuis près de 15 ans, négligés d’aspect, barbe de trois jours au moins, surcharge pondéral marquer et antécédents alcoolique à l’origine d’un divorce survenue il y a 7 ans, jamais remarié. Calvitie avancé, musculature relativement importante mais non entretenue depuis longtemps en apparence.
Se présente dans un costume trois pièces entretenues avec minutie. Long manteau de velours noir  et arme de service, chaussure cirer, chemise cintrer, si l’aspect physique du sujet laisse à désirer il n’en est visiblement rien de ses vêtements auxquels il porte grand soin.
Grand gabarit d’ancien sportif semi professionnel, le sujet prétend avoir fait beaucoup de football dans sa jeunesse. Blessure au genou résultant de ses années de pratique, partiellement invalidante dans l’exercice de ses fonctions.

Évolution notable du sujet : Prévoir une surveillance accrue des tendance alcoolique à sous-jacente pseudo dépressive en visite mensuel. Identifier les raisons du mutisme concernant son ex-épouse, ses enfants probable et sa famille, peut être à l’origine de l’alcoolo dépendance.
Conclusion : risque d’évolution du sujet vers une dépression de type maniaco dépressive à évolution lente si non-traiter.



Profil psychologique

Le sujet témoigne de sot d’humeurs fréquents et d’une forte personnalité, peu introvertie en apparence.
Manifeste une aversion certaine pour l’autorité, tempérament revêche et autodidacte démontrant une très grande volonté d’autonomie. (N.B : Quant était-il de sa relation avec son ex compagne dont il ne parle presque jamais ?)
Compense la dissolution de son mariage par un comportement patriarcale vis-à-vis de sa collègue de service, sa cadette d’une dizaine d’années. Bonne entente générale avec ses collègues excepter peut être ses supérieurs hiérarchiques. Fait preuve d’une très grande intelligence de terrains, bon élément des services de police. Peu loquace sur ses états de services, passé trouble et sulfureux ? Très éloquent sur sa collègue, sa vie, sa personne, transfuge émotionnel probable (N.B : A-t-il des enfants ? Les voit-il ? De la famille ? ).




Antécédents et suivi du patient

Arrivé dans les services gothamites en 1980, affecté aux brigades des mœurs. Marier à l’époque avec une certaine Susan Bullock, (Susan Lee nom de jeune fille), deux enfants James et Maria. Décrit comme une personne dynamique et motiver selon ses supérieurs, prometteur selon certains. Promus inspecteur en 1985, section criminelle au coter de l’agent Slam Bradley, agent de notoriété publique. Multiplication des conflits conjugaux au sein du couple, le sujet n’en comprend pas la raison et rejette la faute sur sa compagne (N.B : fuite en avant ? Aventures extra conjugales ?). Divorcé en 1987 (N.B : le nouveau poste en serait sans doute la cause mais le patient évite consciencieusement le sujet. Gêne manifeste à l’évocation de possibles vulnérabilités lier à son emplois.). Voit peu ses enfants depuis, peu de contact avec son ex-épouse, nombreuses tensions familiales sous-jacente et rancunes diverses. Début probable de son addiction à l’alcool, là encore le sujet reste évasif mais les indices ne laissent aucun doute sur ce fait. Témoigne d’un fort repli sur lui-même à cet période et d’ennuis socio-professionnel. Départ en retraite anticipé de Slam Bradley à l’horizon de l’année 1990. Transfert de l’agent Montoya au service de la division criminelle en binôme avec le sujet.

Nette amélioration de l’état mentale du patient à partir de cette date. L’agent Montoya y serait pour beaucoup d’où le développement émotionnel paternaliste du sujet à son égard. Relation amicale débordant souvent du cadre professionnel, hautement salutaire selon les propres dires du patient d’où le comportement protecteur de ce dernier vis-à-vis des attaques homophobes dont sa partenaire fut parfois victime.



Behind the screen
Information(s) importante(s) : Aucunes
Un surnom ? JAYM
Nom de l’avatar : James Gandolfini
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : Aucun
Disponibilité pour poster ? Fin de semaine pour l’essentiel
Comment as-tu connu le forum ? Ont m’en a parler.
Code du Règlement :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Ven 30 Mai - 15:41

Bon bon bon, les fautes il va falloir régler ça, car bon, on est sur un forum d'écriture, il y a beaucoup de site ou meme des membres gentils pour expliquer quelques bases.
De 1, il va falloir me corriger toute la fiche.
De 2, pourrais-tu etoffer un peu plus l'histoire d'Harvey ?


Voili voilou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Ven 30 Mai - 17:23

AH Ah sa fait plaisir enfin quelqu'un de sympa à la direction !! Ok je vais voir à étoffer ma fiche mais pour les fautes j'en ferait toujours et je ne m'y attarde pas parce que mieux vaut que vous soyez prévenus j'en fais tout le temps !! Cela dit ça reste des fautes mineurs dans la majorités des cas et qui n'entrave en rien la lecture de mes textes. 

Votre Humble serviteur 


Bully
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Ven 30 Mai - 17:30

Euh ouais je suis gentil mais les fautes je passe pas à coté ... :')


Faut corriger, les fautes que tu fais ne sont pas mineur du tout sinon je l'aurais pas fait remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Dim 1 Juin - 23:57

Je donne mon +1 à la Présentation. C'est un +1 d'encouragement en espérant que ce personnage t'inspire et qu'il nous fasse vivre des aventures épiques en RP.
Les conditions sont remplies, même s'il y'a encore quelques fautes et un peu de manquement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Lun 2 Juin - 14:23

Bonne amélioration, je te donne mon +1 !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Mar 3 Juin - 23:37

Merci à vous deux pour vos soutiens !! J'ai terminer une petite ébauche de ma vision concernant le personnage de Bullock et son monde que je compte publier d'içi peu. Le ton libre et moderne en rebutera plus d'un mais les idées en adéquation avec la nature du personnage pourront plaire à d'autres je l’espère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Harvey Bullock   Mer 4 Juin - 2:51

Chapitre 1 :
« Guerres secrètes »
7h du mat, crincrin qui gueule dans mes oreilles comme un chiard qui veut sa tété. Mal de crâne, gueule de bois, tête dans le coton, putain de soirée, putain de journée ! Je tends mollement ma main vers le réveil déjà bien amoché des cuites précédentes, un vétéran, vieux de la vieille, guerrier de l’aurore. Mur, sol, toit, fenêtre, chaise, s’est tout manger, jamais broncher, toujours debout prêt pour le service et une nouvelle branlée matinale. Ma lourde paluche retombe comme du plomb sur  la touche centrale du crincrin et… active la radio, t’es mort ! Cette fois c’est le point qui décolle et envois valdinguer l’engin au diable qui finit par la boucler pour de bon, je t’avais prévenus... pas faire chier le vieux Bully qui cuve. 
Des brides de souvenirs de la veille émerge dans mon satané crane. La fête d’anniversaire surprise que j’aie organisé pour les 28 ans de la môme avait sobrement commencé par quelques patrouilles de bière et champagne à 19H30 au My Alibi Bar de coventry, avant de ce finir à grand renfort de vodka martini vers 1h du mat passé au Verdant. La môme m’avait présenté une de ces innombrables « copines de fac » en mal de saucisse avec lesquelles elle s’acharnait à vouloir me caser pour disait-elle « me rendre un peu moins balourd ». Cherlay ? Non… Sharlie ? Non…  Et puis merde elle avait fini tellement bourrer que je te l’avais baisé dieux sait comment dans les chiottes du  Verdant avant de me faire trainer ivre mort par Branden et son équipe de gros bras jusqu’au cloaque qui me sert d’appart.
Putain de dieux !! Mon beeper voilà t’y pas qui s’y met lui aussi à brailler de toute ses forces comme un putain de poissonnier sur ses étales. T’as gueule ! Mais cette merde est resté par terre accrocher à la ceinture de mon pantalon et donc pas à portée de la juridiction de mon point. T’as de la veine tocard ! Et le crincrin de continuer encore et encore à gueuler 5 bonnes minutes avant de ce la fermer. 5 bonnes minutes à maudire Renée, Gordon, Flass, Loeb, Sawyer et tout le Bercail. Aujourd’hui le vieux Bully à la chiasse, la gastro, le choléra, l’Ebola et le sida réunit. Je vous emmerde tas de cons !! Je veux pas venir je viendrai pas !! Puis le beeper s’éteint, passe le relais au portable dans la poche intérieur de mon costume étendu par terre, lui aussi, et qui sonne à 3 reprises avant de ce taire et laisser place au sommeil et la grâce mat enfin… presque parce qu’une putain de sonnette, plus forte et abrutissante que toutes les autres réunit retentie maintenant dans tout l’appart avec une frénésie du diable ! La vacherie !! C’est elle !! Encore et toujours elle !! Que je me dis avant de me lever comme une loque humaine et de me diriger, traînant des chausses, vers l’interphone. Je décroche.




_Quoi !! Putain ! Quoi !!




_Arriva Pendejo !! Une demi-heure que je t’attends, cabron !! Magne ou ont vas encore être en retard au Bercail !




_Des Jours comme celui-là ou je préférerai que tu crève.




_Je sais, maintenant grouille t’as 5 minutes ensuite je monte et ce sera douche écossaise pour nous deux comme la fois dernière… te souvient ?




Je raccroche là c’est marre. De dieux oui, que je m’en souviens pour sûr jamais de ma vie je n’avais maudit quelqu’un à ce point que ce jours de la Saint Patrick ou la garce était venu me réveiller comme une folle furieuse hystérique jurant tous ses bon dieux d’espingoin. C’est qu’on était de service le lendemain et que comme de coutume j’y étais pas aller sur le dos de la cuillère pour picoler avec les copains à la gloire irlandaise. La môme était passé me prendre  comme presque tous les mat en m’harcelant au téléphone puis m’avait soulevé, vas savoir comment avec son mètre 55, pour finir par me hisser en slibard sous l’eau gelé de la douche. Petite ingrate de lesbienne dominicaine, ah tu peux te la jouer super flic n’empêche que quand t’es sortie de l’usine à bleusailles des clous t’y connaissait ! C’est moi qui t’ais former, t’ais nourri de toute ma putain de science du terrain comme un foutu papa gâteau et maintenant voilà t’y pas que tu viens là, me faire chier de bon matin chez moi en me serinant comme  un mioche devant sa maman ? Vas chier putain ! Je commence à m’habiller, la mégère et cap de débarquer en fracassant à nouveau la porte tout juste réparer. Enfile mon pantalon de la veille, cherche ma chemise, mon arme de service… je l’ai sur moi ok, pas oublier un slip ? Non. Me faut un café. Quelqu’un frappe à la porte alors que j’partais m’en faire un.




_Quoi encore !!?




_Ouvre connard !!




J’ouvre, elle débarque en trombe et me sérine comme d’hab.




_Tu connais toujours pas le ménage et la vaisselle ?




_Tu connais toujours pas les bites ?




_Y tu madre cabron ?




Je me marre. Sacré sens de la repartie la môme, c’est ce tempérament qui m’avait botté chez cette bleusaille tout juste sortie de la maternelle, des livres de l’école de  police plein la tête.  « Des torchons tout juste bon pour s’essuyer le cul » Je lui avait dit.




_Surement mieux que toi ! Café ?




_Vas donc ! Faut que j’appelle Gordon lui dire qu’on sera encore coincé dans les bouchons parce que monsieur tiens plus les bringues.




_hey t’es gonflé c’est pour toi que je l’ai faite celle-là !!




Elle passe le coup de fil et à la tête qu’elle tire quand je lui tends son café je sais que ça sent pas bon pour nous. Elle sirote, pousse des grognements puis raccroche et boit d’un trait son café. Je l’imite en finissant de m’habiller. Ont démarres en trombe, toutes sirènes hurlantes à l’assaut du Bercail comme si la pédale de frein n’existait plus. Manquons d’écraser une vieille chinoise qui déboule sur la route, la môme l’esquive, les pneus crissent de toutes leurs forces sur le bitume.




_Bon dieux ! Retourne dans ta cave nous fabriquer des Nokia !!!




La môme éclate de rire ça détend l’atmosphère et elle se met à conduire plus serein. Ont arrivent quand même à la bourre devant le Bercail. Sur le parking personne, pas même un chat, salle de conférence vite ! Je déboule dans la pièce, la môme sur mes talons, les collègues nous regardent tous avec des têtes d’ahuri comme si j’étai venus d’un vaisseau spatiale. Bien sûr Flass est le premier à l’ouvrir…




_Bien remis de ta cuite Bully ?




_Ta gueule !




_Bah qu’est-ce que t’as bébé t’as tes règles ?




_Suffit vous deux !! Merci de nous faire l’honneur de votre présence messieurs et dame…Intervient Gordon.




Le capitaine nous fait signe de nous asseoir, tout le monde nous regarde en se marrant et chuchotant, ça a encore jasé dans tous les sens, un vrai putain de bordel à commérages ! La salle est bondé, toutes les équipes sont là même les équipes d’intervention du SWAT mener par Branden et l’antigang de Maggie Sawyer. Les trois équipes de la criminelle rangés côte à côte et par binômes, Allen / Ramirez, Flass / Ekhart, enfin la môme et moi. Derrière Gordon ce trouve un tableau blanc sur lequel ont à l’habitude de visionner des projections. Il ce racle la gorge et reprend son discours, lunette en avant, moustache frétillante.




_Si je vous ai tous réuni présentement dans cette salle, c’est pour vous annoncer la mise en collaboration étroite des divisions de la criminelle et de l’antigang concernant la recrudescence des gangs de rue opérant dans cette ville.




Gordon ce racle encore la gorge, t’as l’air vanné pauvre vieux tu tiens plus le whisky café de bon matin et tes clopes te sortes des naseaux. Sitôt débarquer du bled ou il croupissait et comptait moisir pour le restant de ses jours que ce vieux cloporte débarquait ici me ravir la place de capitaine sous le nez en taillant des pipes à tout vas sous le bureau de Loeb. Le voilà flétri et tout croulant de paperasse à manger des seaux plein de merde tous les matins pour des clopinettes… Content ducon ?




_Je cède maintenant la parole à la capitaine de l’antigang qui saura mieux que moi vous faire un point sur la situation. Mag à toi l’honneur.




_Merci Jim, Comme vous le savez peut-être dernièrement nous avons fort à faire avec une nouvelle bande de motards vagabonds qui sévit entre les quartiers de Miles Amusement et East End.




Les Harlequins… Des connards débarqués du sud de la ville et peut être du pays. Assez déroutant j’avoue, de voir débarquer des motards arborant des têtes de clowns et des masques de pitres en lieux et place des traditionnel tête de mort, crâne et autres joyeusetés satanique du genre. Les leaders sont pas connus des forces de police mais les conneries de ces types doivent faire passer de sacrer nuit blanche à Gordon et Loeb. Miles Amusement et East End en tant que quartier des prostitués, sont les secteurs historique des Olympiens,  groupuscule d’immigrés albano-greco-turc spécialisé dans le proxénétisme et dirigés par cette folle plein aux as de Maximilian Zaros dit Maxi Zeus. Derrière chaque pute d’Europe de l’est se cache un mac olympien attendant qu’elle fasse sa recette du jour dont une partie est réinjecter dans les finances de l’Olympus, la plus grosse putain de boite de la ville. Pédé comme un phoque Maxi l’est de notoriété publique, avec ses frusques de dieux de l’olympe qu’il aime à porter lors des soirées thématique qu’il organise pour la jet set gothamite, mais personne, pas même l’antigang de Sawyer n’a encore pus le relier à ces sales affaires de proxénétisme en bande organisés auxquels il est pourtant mêlés jusqu’à la bite ! Si les Quins empiètent sur les territoires olympiens la poudrière devrait pas tarder à parler… Pas étonnant que le vieux Jim s’affole.




_Nous avons commencé à recueillir quelques informations sur les têtes pensantes de l’organisation mais celles-ci restent très flou et obscure. Nous savons qu’un certain Harley semble mener des Quins de ci de là mais ses antécédents ne sont connus d’aucun de nous et les informateurs infiltrés aux seins des bandes de motards ne l’ayant jamais vu en personne, n’en savent pas plus que nous sur ce fameux Harley.




J’ose.




_Excuse-moi Mag mais en quoi ces bouffonnades de l’antigang concerne la criminelle ?




Les collègues ce marre, même Gordon à la moustache réjouit. Le calme revient doucement alors que Mag s’apprête à répondre et je remarque que la môme n’a pas desserré les dents et bouffe littéralement la Mag des yeux. Qu’est-ce que t’as gamine ? Tu mouille pour la vieille Maggie maintenant ? T’as raison petite et t’as l’œil c’est dans les vieilles pot qu’on fait les meilleurs soupes… dix ans de moins et moi aussi je me l’a serait bien faite avec ces petit seins bien ferme et ses airs d’ancienne blondasse à film porno reconvertie.




_Bully, ta perspicacité nous étonnera toujours ! En effet ceci ne vous concerne pas directement mais ce qui va suivre oui.




Ont éteint la lumière et lance le projecteur situer au sommet des gradins, l’image d’une jeune femme blonde typique d’Europe de l’est, ou plutôt d’une partie d’elle parce qu’on voit seulement ça tête sur le front de laquelle est marquer en gros caractères de feutre noir  « Place aux Harlequins ! ».




_Ceci est un message adressé directement aux Olympiens tôt dans la matinée. L’autopsie révèle que  la décapitation à été faite par un long objet contondant de type couteau de cuisine, sabre ou machette.




La pauvre gamine n’avait pas plus de la vingtaine et à en juger par les bleus sur son visage, elle avait dû ce débattre et exciter ces prédateurs assoiffer de sang qui l’avaient ciblé. Putain de psychopathes, sont partout et maintenant s’organisent en bandes pour traquer des filles dans la rue et leurs infliger des horreurs pareil, bordel, mais jusqu’où ira la folie de cette putain de ville ? La môme fronce les sourcils et sert les poings, courage petite t’en verra d’autre, c’est le métier qui rentre.




_Nous avons interpellé les témoins possibles de ce meurtre commis sur l’East end. Des prostitués pour l’essentiel  attendant de ce faire cuisiner en salle d’interrogatoire.




Sitôt fini le briefing faudra que je me ru sur la plus jolie pute avant ces crevards de Flass et Ekhart. Aussitôt que je le pense et voilà t’y pas que ces deux trous du cul me regardent en rigolant. Allez y faites les marioles j’aurai la plus bandante et me la farcirait gratisse alors que vous serez sur la béquille tas de con ! Le « Rack ta Pipe » comme on s’était plu à le nommer était le sport le plus prisé par la flicaille local, loin devant le superbowl. L’idée était simple, chaque minutes perdues au poste faisait chuter la recette journalière des filles de joie et cette perspective rendant ces messieurs de l’olympe un tantinet nerveux, annonçait un déluge de poings sur leurs gueules. Plus ont les faisaient marinés dans leurs cellules et plus ces demoiselles feraient n’importe quoi pour tenter d’en ressortir au plus vite et sauver le peu qui leur restait de recette, n’importe quoi je dis…




_Il est impératif que la section criminelle puisse glaner un maximum d’information aux sujets des commanditaires de cet homicide. Plus vite nous les retrouveront et plus vite l’antigang aura de chance de mettre un terme au conflit qui se prépare sous vos yeux.




La Mag continue de discourir encore une plombe. Elle relate des comptes rendu sur les Quins, leurs mode opératoire, leurs activités, trafique de meth pour l’essentiel, mais tu rêves en couleur Mag si tu crois qu’on pourra vraiment y faire quelque chose. Si les gangs veulent se découper y a rien qui puisse les en empêcher, les Olympiens traqueront les motards dans toute la ville, fort à parier qu’ils n’hésiteront pas à s’allier aux gangs rivaux historique comme les jamaïcains du Killer Croc ou encore les deux maffias sicilienne de Falcone et Maroni. On verra bientôt des macchabés Quins pousser comme des champignons partout dans les ruelles, fleuves et lacs gothamites, à moins que les clowns soient assez malins pour signer une trêve.
Le Briefing se termine, quelques brigadiers dont Foley et son nouvel équipier …Blacke… Jim ? John ? Un bleu tout juste sortie de l’école, s’acharnent à poser le genre de questions bateau qui leurs valent des sifflets et des menaces de mort, puis Gordon lève la séance et ont se cassent tous, la crim en tête bien sûr. Je fonce tête baisser dans les couloirs, la môme devant moi cette fois, pas traces des deux connards, tiennent plus la cadences les ploucs ?




_Hé Bully ?




Parlé trop vite…




_Quoi ?
Flass et Ekhart se pointe au détour d’un virage vers l’escalier supérieur du premier étage. Flass m’entraine à part alors que Ekhart distrait la môme. Je connais la technique, bien rôdés les ploucs, qu’est ce qu’ils veulent encore… ?




_Faudra qu’on te parle à la fin du service, nouveau coup … C’est pour ce soir avec tu sais qui…




Il désigne le gros Ekhart du menton. Ok bien sûr qu’il est de la partie ton collègue… dès qu’il faut faire du Black Timon et Poumba sont dans le jeu pas vrais ? Les opérations non déclarés servaient aux flics disons peu scrupuleux dans mon genre  à arrondir les fins de mois avec quelques beaux pourboires et accessoirement, alimenté la « boite à sucre », sorte de fond de pension commun des flics gothamites, mis en place clandestinement par Loeb pour ces derniers. T’es tombés malade ? T’as plus de quoi nourrir tes gosses ? La boite à sucre couvrira tes frais et te permettra même de te trouver une baraque avec piscine et jacuzzi si le souhaite…Tout ce qui faudra que tu fasses en contrepartie c’est fermer ta gueule et mettre la main à la patte comme tout le monde lorsqu’il faudra éliminer des témoins ou dépouillés les truands de leur magot. Seuls quelques initiés connaissaient « la boite à sucre »  pour avoir été l’instrument de l’élection de Gillian Loeb à la tête des forces de polices de la ville.
La môme s’agite avec Ekhart, sa va pas tarder à jaser espingouin, Timon et Poumba doivent prendre le large au plus vite et aller voir ailleurs si j’y suis.




_Qui d’autre ?




_Branden, Wuertz et il m’a dit que le nouveau partenaire de Foley paraissait intéresser mais je ne fais pas confiance aux bleu.




Parce que tu crois que j’ai plus confiance en toi du genou ?




_Ok j’y serai, on verra pour le bleu, on se voit au Q.G.




Le Q.G c’était le « My Alibi Bar » le coin favori de la flicaille. Les deux connards se cassent et la môme vient vers moi toute émoustiller comme si elle allait pour m’en mettre une, putain qu’est ce qu’il a encore  été bavé ce tocard ?!




_Je peux savoir ce que tu fabrique encore avec este hijo de puta ?




Me gonfle.




_Rien on discute c’est tout fais pas chier.




_Me dis pas que tu replonge dans tes magouilles…




_Je t’ai dis qu’on discutait bon dieux tu peux me lâcher trente seconde ?




_...Parce que cette fois ci mon salaud je te laisserais dans la merde d’où je t’ai sortie la dernière fois !!




_Je t’ai rien demandé je te rappel !




_Parfais t’as pas intérêt !




_Super !




T’es bien mignonne et gentille  Renée mais bon dieux ce que tu peux être conne parfois… T’as des gosses à nourrir toi ? Une pension qui coute un rein à verser tous les mois en plus de ton loyer et ta bouffe ? Non, non et non ! Toi t’es chiquement entretenue par ta mystérieuse Kathy plein aux as qui te paie ton appart à prix d’or en échange de ta langue sur son minou, nivaux financier, pour sûr que t’as pas besoin de boite à sucre ! Bah c’est pas mon cas gamine, je suis vieux j’en ai marre et j’ai vus trop de merde, trop de saloperie pour pas tenter d’en profiter un peu, pourquoi est-ce que seuls les grands pontes s’en tirerai toujours dans leurs combines et pas nous ? Les combines c’est pas pour les pecnots ?  Faut une entrée V.I.P avec réservation ? Marre là, de jouer le gentil flic, bon père de famille qui voit le monde en blanc ou noir gamine. Marre d’appliquer une justice qui n’est pas la même pour tout le monde tu pige ? Le monde est ni noir ni blanc la môme, il est gris comme nous tous, et j’assume ce que je suis. Je fais mon job le plus honnêtement possible mais compte pas sur moi pour encore jouer les naïfs aux pays des bisounours ! Désormais je prends juste ma part du gâteau et n’aurai de compte à rendre qu’a mes gosses un point c’est tout tu pige ? Grand bien te fasse si tu préfères rester hors-jeux et continuer de croire que les méchant sont tout noir et les gentils tout blanc mais viens pas me saouler avec la sainte parole de Gandhi ou je te l’a mettrai ou je pense !!
On monte les escaliers en silence et aux pas de course, la môme est vénère mais au pire… Je l’emmerde ! Arrivons devant les trois salles d’interrogatoire, sommes les premiers mais Crispus Allen et Anna Ramirez nous rejoignent très vite. De l’avis de beaucoup ces deux-là s’entendaient trop bien pour pas coucher ensemble et faut dire que j’étais du même avis. Allen c’était le prototype du grand beau gosse black, chauve et musclé qui faisait mouillé toute les nénettes lors des match de la NBA quant à Ramirez c’était « la guitara » comme la surnommais les collègue espingouins à cause de ses courbes à faire pâlir Beyonce de jalousie. Peu importe le fait de savoir qu’aucun des deux n’étaient célibataires, à les voir toujours bien s’entendre et passés sans cesse pour les bon flics premiers de la classe, n’importe qui jurerai qu’il s’agirait plutôt d’un couple officieux que de collègue de boulot. Je me dépêche de choisir une des putes assises patiemment sur sa chaise d’interrogatoire, les passent toutes trois en revus, m’arrête pile sur la brune au regard de braise de la salle 3. Je prends.




_Salut vous deux !




_Salut Anna ! … Cris.




_Sa vas Bully ?




_Je roule ma bosse comme toujours et toi ?




Toujours la côte avec ta collègue ? Quand est-ce que tu vas te décider à la prendre en mariage plutôt que dans les chiottes du Bercail ?




_Comme toi ! Laquelle vous prenez ?




_La trois.




_La deux.




Tu fais chier la môme j’aurais cru qu’une gouinnasse dans ton genre aurait plus de goût que ça !! Ont ce regarde, elle me lance son regard noir genre « aujourd’hui, tu la boucle ou t’es mort… choisi » puis se tourne vers Cris et Anna.




_On reste sur la deux.




Je la boucle. La deux c’est une blondasse peroxydé passablement fatiguer qui semble avoir pleuré une bonne partie de la nuit tellement son maquillage lui dégouline des joues. Marche à l’affectif la môme, j’oubliais. Derrière le double vitrage sans teint de la salle d’interrogatoire, elle se prépare comme un acteur avant le lever de rideaux et d’une certaine façon c’est typiquement ça l’interrogatoire. Endosser un rôle qui poussera le suspect à se mettre à table. D’ordinaire je suis le méchant, mais aujourd’hui vu les nerfs que je lui ai mis sûr qu’elle aura pas envie de se la jouer patiente et mimi câlin.




_La Haine ! La pauvre va dérouiller par ta faute…




_Je sais.




_A mon signale tu entre jouer les nounours.




Sur ce la voilà qui entre en piste avec le dossier du suspect bien en mains comme à la Gestapo. Lui sort le grand jeu d’intimidation à l’ancienne histoire de bien faire comprendre qu’elle est pas d’humeur et qu’elle se fout de ces états d’âme à la con. L’autre en face chiale à chaudes larmes, vas-y en douceur gamine soit plus patiente sinon je vais devoir entrée trop tôt calmer le jeu. Elle s’exécute comme si elle m’avait entendu et temporise pour que la pute reprenne ses esprits, tranquille. On frappe dans le sas et j’ouvre, c’est Gordon, Sawyer et… Loeb !? Rare de voir sa majesté tout classe et cintré dans ses costards trois pièces à mille dollars débarquer chez les gueux buveur de jack, amateurs de beignets. Les deux capitaines entres en silence, le regard froid, la mine sévère des grands jours de constipation passagère, ça sent le torchon qui brûle…Le commissaire est le seul à avoir la banane et le « sourire Colgate » à tel point qu’il m’aurait pris dans ses bras pour danser un tango que ça m’aurait pas surpris !




_Inspecteur Bullock ! Comment allez-vous ?




_Très bien monsieur le commissaire.




Des clous. Qu’est-ce que tu fous ici ? Dans quel pétrin tu viens me fourrer ? C’est quoi ce sourire de façade d’hypermarché ? Putain qu’est ce tu fous ici ? Les trois pontes prennent position à mes côtés, les deux capitaines sur ma gauche, le commissaire sur ma droite et regardent tous la môme d’un œil distrait. Ça sent l’interro surprise pour moi aussi.




_Le département de la police des polices ouvre une enquête sur certains éléments suspects de nos locaux.




_Ah bon ? Pour quels raison ?




_A vous de me le dire Harvey.




T’entend quoi par la connard ? T’as finit de me prendre pour un con ?




_Je vous demande pardon ?




_Vous êtes un des … vétérans de ce service Harvey, n’avez-vous vous jamais entendu quelque soupçons de corruption à l’encontre des fonctionnaires de ce département ?




Tu veux dire à part ceux qui pèsent sur toi ? A quoi ça rime tout ça putain ?




_On est tous clean ici monsieur.




_A la bonheur parce qu’a la veille des prochaines élections municipale, monsieur Hill et moi-même entendons assainir l’image de notre police, et mettre au pas les éléments perturbateur.




Je vois… monsieur le maire Hamington Hill et toi avez prévu des nouveaux slogans  « tolérance zéro contre la délinquance » et autre bouffonnerie du même acabit pour la rentrée prochaine ?  En échange de quoi t’as du tailler ta pipe Loeb… une place au poste de maire adjoint ? Un jour prochain verra tes ambitions sans limites te mettre dans le pétrin et je serai là pour voir le spectacle de ta chute mon beau salaud. T’es venus ici nous prévenir que la brigade des mouchards était sur notre dos et que les opérations clandestines devraient se calmer un moment, gentil à toi, c’est tout à ton honneur et surtout dans ton intérêt comme toujours…




_En tant que vieux de la vieille connaissant les rouages du système, je tiens particulièrement  à ce que vous m’assuriez qu’il n’y ait pas de mouche dans le sucrier....




La taupe serait déjà parmi nous ? Pas bon pour ce soir…




_Vous pouvez compter sur moi pour ouvrir l’œil commissaire. Je ne suis pas née de la dernière pluie.




Le commissaire fait mine de s’intéresser encore un peu à l’interrogatoire de la môme, puis décide que c’est marre et les capitaines, en braves toutou, suivent leurs maître au son du sifflet. Dans la salle d’interrogatoire c’est la débandade, Renée s’énerve après le suspect et la fait fondre en larme comme un fleuve en pleine cru. L’autre bredouille des mots hébreux à la con entre deux hoquets de pleurnicherie… Je ne devrais pas tarder à faire mon entrée. Si la taupe est déjà dans le coin elle pourrait tout aussi bien être ce petit bleu qui cherche à entrer dans le coup… A moins qu’il s’agisse d’un vieux routard qui aurait retourné sa veste ? Non, pas possible, Loeb nous l’aurait déjà fait buter...Mais qui serait plus à même de jouer les taupes parmi nous ? Hormis le bleu je vois pas.


Renée me regarde, perdu dans mes pensée je l’avais même pas remarqué, c’est le signale. Je me dirige vers la porte, tête de légume à la mine déconfit. Bon dieux qui pourrait bien être cette taupe ? Tout d’un coup j’ai comme une révélation. Je revois le Jim ce pointer ici il y a deux ans de ça et me demande quand c’était la dernière fois que la police des mouchards s’est pointer chez nous… ? Une paye mes avis que ça devait bien remonter à l’époque du bon vieux Slammy Bradley. Alors pourquoi se pointeraient-ils tout d’un coup comme des fleurs, tout juste un an après l’arrivé de Gordon ?  Sale traître de collabo, j’espère pour toi que t’es pas ce que je crois parce que ça m’ennuierai de faire de Barbara la prochaine veuve du commissariat…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harvey Bullock   

Revenir en haut Aller en bas
 
Harvey Bullock
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: