Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La pêche était-elle fructueuse ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La pêche était-elle fructueuse ?   Ven 23 Mai - 22:32

La pêche était-elle fructueuse ?  



Difficile de savoir si le Joker souhaitait se lancer dans l'empoisonnement massif. À dire vrai, ses poissons étaient bien trop marqués pour que les gens tentent le diable et avalent quoi que ce soit qui venait de la mer. Quelques personnes avaient été empoisonnées, bien entendu, mais étrangement, la population lambda n'était pas ou très peu touchée par cette attaque bactérienne lancée par ce funeste Clown. Et si, songeait Bruce, il avait juste cherché à faire un coup d'éclat. Un nouveau moyen d'attirer l'attention sur lui. Gotham était en proie à une nouvelle guerre de territoire. Les criminels étaient légion, et cherchaient tous à tirer leur épingle du jeu. Et s'ils faisaient régulièrement les gros titres, leurs crimes étaient oubliés dès le lendemain matin par les pompes odieuses d'un autre détraqué. Seulement en installant une psychose sur la ville, le Joker s'assurait de rester en tête parmi les princes du crime. Loin au-dessus des autres, il accumulerait probablement assez « points sympathie » dans le cœur des bandits à la recherche d'un patron. Et quitte à être dans un camp, autant que ce soit dans celui du plus taré de tous les participants à cette guerre.

Néanmoins, qu'il s'agisse d'un simple moyen d'installer une folie effrayante sur la ville, ou une réelle tentative d'empoisonnement massif, le Batman ne pouvait le laisser faire. Dès la tombée de la nuit, au grand dam d'Alfred et de son velouté au foie gras, Wayne avait enfilé sa cuirasse, et cape au vent il était allé fusionner avec l'obscurité de la cité Gothamite. Il fallait qu'il enquête. Et pour commencer, autant aller trouver les gens empoisonnés. Un sénateur grassouillet et portée sur la gamelle aurait probablement la langue bien pendue. D'autant que même s'il était craint, Batman pouvait ressembler à la seule personne capable de sauver des vies. C'est donc avec son habituel silence qu'il avait guetté à la fenêtre de l’hôpital, attendant que les infirmières quittent le chevet du mourant empoisonné. Il avait alors ouvert la vitre, et s'était glissé dans la pièce pour interroger l'homme. Était-il sûr d'avoir réellement avalé du poisson ces derniers temps ? Si oui, dans quel restaurant. La panique s'étant vite installée en ville, les marchandises venues de la mer avaient d'emblée été bloquées dans les docks. Si quelqu'un avait été empoisonné, c'est soit par mégarde, soit parce que quelqu'un refourguait volontairement la marchandise.

L'interrogateur fut peu probant, et ne dura que quelques instants. La chauve-souris fut contrainte d'abréger quand les internes de l'hôpital revinrent pour achever leur tournée. Il fallait donc qu'il fasse avec ce qu'il avait. À ne savoir; pas grand-chose. Alfred fut mis à contribution. Et le Britannique démontra là encore toute son utilité en annonçant à Bruce que d'autres politiciens avaient été empoisonnés. La police avait pris des dépositions. Batman se devait donc d'aller retrouver les dossiers. Il fallait donc infiltrer le GCPD. Il avait l'habitude. Bullock fumait régulièrement à la même fenêtre qu'il ne refermait jamais totalement. Se glisser à l'intérieur du commissariat ne fut pas bien difficile. Et les coupes budgétaires obligeant à garder les lampes inutiles éteintes, le chevalier noir n'eut pas grand chose à faire pour rejoindre le bureau de Gordon. Ce dernier devait être occupé à courser des malfrats à l'autre bout de la ville. Bruce ne l'enviait pas. Certes, Gordon était un héros. Mais il était surtout clairement surmené.

Après avoir forcé les casiers, le justicier pu mettre la main sur les dossiers traitants de l'empoisonnement. Sa mâchoire se serre un peu lorsqu'il constate que jusqu'ici, rien n'indiquait la méthode employée. Le poisson, probablement. Mais comment une marchandise coincée dans les docks s'était-elle retrouvée exclusivement dans les assiettes de politiciens qui ne dînaient théoriquement pas tous ensemble. D'après les témoignages que Batman lisait dans les dépositions, ils avaient fait attention à ce qu'ils mangeaient. Et leurs familles qui étaient présentes à la quasi-totalité de leurs repas n'étaient pas malades. Étrange.

« Il ne me reste qu'à aller fouiller les docks. Je vais prendre un échantillon là-bas pour l'étudier. Et qui sait, peut-être que je trouverais une autre piste. »

Alfred en prenait bonne note. Batman quittait déjà rapidement le bureau de Gordon, et le commissariat pour se diriger vers sa prochaine zone d'enquête. Les docks étaient aussi peu accueillants que d'habitude. Mais il régnait une tension plus désagréable encore qu'en général. Probablement parce que des cordons de police avaient été installés, et que des contenaires étaient scellés par de grandes bâches médicales. Dedans, on pouvait y trouver des tonnes de poissons fraichement pêchés, mais déformé par un rictus effrayant, et blanchi par le poison.
A l'aide d'une petite lame, Bruce découpa le sceau de police qui scellait l'une des caisses. Il préleva un poisson complet qu'il glissa dans une boite étanche en forme de tube, et qu'il referma avec minutie. Alors il pensa qu'il était temps de partir. Seulement, une conversation animée et lointaine attira son attention. Et surtout... des rires. Le Chevalier Noir s'empressa de grimper sur les plus hautes caisses, dans un coin ou un lampadaire renégat refusait de fonctionner. Il attendrait ici et espionnerait la conversation.


 
Fiche par (c) Miss Amazing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Ven 23 Mai - 23:30




The Joke's on YOU !


La toxine avait été une réelle réussite. Alors que la ville sombrait dans la terreur et dans la paranoïa à cause des poissons du Joker, ce-dernier avait préparé en secret, un autre acte des plus sordides qu'il comptait répandre désormais dans la nourriture des Gothamites. Il avait déjà échoué à empoisonner l'eau de Gotham City, mais cette fois, les poissons avaient trinqué, et même si certains des politiciens choisis par le Joker avaient été contaminés, certains d'entre eux ne montrait aucun signe du terrible rictus du clown, non, tout cela n'était que le premier produit d'un autre qui s'ajoutait.
Le but était simple : Contaminer certaines denrées alimentaires, sournoisement, sans que cela ne s'ébruite, après, on révèle l'affaire et les premiers cas se font entendre, et enfin, dernière trouvaille, on déclenche un gaz dans tout cas, via dirigeable, qui achèvera ceux qui auront ingérer le poisson du Joker. Les premiers essais du Joker sur les poissons ne s'étaient pas vus au premier coup, à vrai dire, de nombreux poissons avaient put être distribués dans la population, sournoisement, et le jour final, lorsque le gaz se répandra, le deuxième composé entrera en action. Les victimes éclateront de rire jusqu'à ce que l'air ne passe plus, jusqu'à l'étouffement et enfin, la mort avec un rictus démoniaque. Une mort sadique et ironique. Gotham City sera libérée de ses politiciens véreux et l'anarchie et le chaos pourront enfin descendre dans les rues.

Alors que le Joker supervisait ses dernières opérations dans un des nombreux hangars des Dixon Docks, une petite troupe de huits gars du Joker pénétra dans un des entrepôts où étaient stockés les cargaisons de poissons Joker. Une belle petite bande de mecs trouvés dans les bas-fonds de la ville, le My Aliby, ou encore dans les Narrows. Le Joker avait demandé à une certaine "Black", une espèce de catcheuse dans les arènes régies par les mafieux de Gotham, de lui fournir les meilleurs lutteurs au corps-à-corps qu'on pouvait trouver dans les clans de la Pègre. Un certain "Tom le rouge", un irlandais, semblait mener la petite troupe de joyeux lurons costumés en clowns.

Tom le Rouge - "Ok, les flics reviendront demain pour confisquer tout ça. On a ordre de prendre ces cargaisons et de les convoyer jusqu'aux usines de ravitaillement de Gotham. Là-bas, on les mêlent à la bouffe ordinaire et tout ça se répand."

Bill - "Mais ... Ma maman mange des poissons de Gotham, elle adore ça."


Tom le Rouge - "T'inquiète, le Joker aura pensé à tout. Ta mère survivra, il est pas si horrible que ça."


Antoine - "Il parait qu'il a fait avalé un poisson entier à Spider, et il est devenu raide."


Tom le Rouge - "Spider était un con, il faut toujours mâcher avant d'avaler tout entier."


Tous rirent à cette dernière remarque. C'est dans cette allégresse des plus funèbres que s'employèrent la petite troupe à charger les caisses de poissons dans le camion qui venait de faire une marche arrière pour stocker les caisses à l'arrière. Soudain, un bruit d'ascenseur se fit entendre, un peu plus loin, un monte-charges plus précisément. Le battant de la porte s'ouvrit et un être apparut. Sa peau était blanche, ses cheveux verts et son grand sourire déformé était d'un rouge sanguinolent. Vêtu de ses vêtements violets habituels, le Joker parut alors sur la scène de cet entrepôt. Touchant des doigts ses poissons, le Joker examinait la fraicheur de ses produits.

- "Tout se passe bien j'espère. J'ai hâte que nos petits Gothamites goutent mes délicieux poissons Joker. Naturellement faibles en cholestérol, on peut se faire un sacré coup de fric hein ? Oooh regardez-moi ces merveilles, on dirait moi ! Mais c'est moi ?! HAHAHAHAHA."


Son rire retentit dans le grand hangar, les hommes de mains firent mine de rire avec leur patron tandis qu'ils terminaient leur travail. Tout se passait bien, vraiment trop bien, pour être honnête. L'orage commençait à retentir dans le ciel. Le vacarme tonnait et tout cela rendait cette soirée irréelle, dans l'esprit du Joker, il s'imaginait bon nombre de choses. Un éclair touchant un de ses poissons et voila poisson-einstein qui nage sur ses nageoires ! Cette pensée le fit rire tandis qu'il tenait un poisson dans son gant, souriant, et patientant que l'opération réussisse.

- "Allez les enfants, on se presse ! On a une Gotham à nourrir héhéhéhahahaha."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Dim 25 Mai - 16:38

La pèche était-elle fructueuse ?  



Un petit groupe s'approche, et même si l'habit ne fait pas le moine, Bruce sait très bien qu'avec des tronches pareilles, ces types là ne sont pas des enfants de cœur. L'ombre reste son arme principale. Ces hommes savent se battre. Ce ne sont pas des porteurs de flingues comme il en croise souvent. Ils sont solides trapus et costauds. Des cicatrices montrent qu'ils ont l'expérience dans le domaine du pugilat. Ce sont des brutes comme on en croise peu, probablement recruté par ce qu'on s'attend à croiser le Justicier. À juste titre. Ainsi donc le petit groupe prend la direction des poissons sous scellés judiciaires. Le Batman s'attarde à une observation minutieuse des visages. Et Alfred, derrière le Bat-Ordinateur se faisait une joie de sauvegarder les captures d'écran de ces faces. Il lancera plus tard une recherche pour comparer avec les dossiers de la police afin d'avoir leurs identités. Au moins, si certains s'échappent ce soir, il pourra toujours les traquer et les débusquer pour les traîner devant la justice – et leur casser quelques dents.
Et puis, il y a un autre mouvement. Et l'apparition soudaine d'un adversaire beaucoup plus dangereux encore. Costume violet, liquette fantaisie, peau pâle et sourire jusqu'aux oreilles. Le Némésis du Batman venait de faire son apparition, et gérait à présent les grands gaillards comme un chef d'orchestre. Les hommes s'attaquent alors à la marchandise. Probablement avec l'idée de l'écouler dans Gotham pour contaminer le plus de monde possible. Il ne pouvait pas le laisser faire. Il fallait intervenir.

Et le ciel qui gronde, bientôt zébré de quelques éclairs blancs, indique qu'il est temps de faire son apparition. Avec l'orage vient une pluie drue. C'est le moment idéal. Tirant de sa ceinture trois batarangs, le Chevalier Noir s'applique, et d'un jet, il envoie les projectiles briser les quelques lampes qui pourraient trahir sa position et désigner sa position. Le simple bris des ampoules suffirait à indiquer qu'il était là. Mais l'exactitude de sa position restait à déterminer. En outre, le fait de savoir que Batman rôdait suffisait déjà à entamer le courage des grands gaillards. On est moins tranquille quand la chauve-souris est dans les parages. Même si on est taillé comme une armoire à glace et qu'on sait très bien se défendre. La peur, même si elle est minimale, amène forcément le doute, et c'est précisément ce que Bruce cherchait à faire. Semer le doute. Assez pour qu'ils ralentissent la cadence de leur besogne, et qu'ils passent plus de temps à observer et craindre l'obscurité, qu'à charger le camion.

En bondissant sur les poutres du haut de l'entrepôt, le Chevalier Noir se trouva un angle d'attaque suffisant pour sa première intervention. Tendant sa jambe au dessus du vide, le Batman se laisse soumettre par la gravité, et tombe droit comme un I. Ainsi, entre le poids de son armure, et l'accélération due à la chute, il vient s'écraser avec force sur l'un des hommes. Ses deux talons venant percuter les épaules du dénommé Bill, qui tombe vers l'avant écrasé par le choc. Il tendra simplement une main vers l'un de ses confrères, avant de sombre dans l'inconscience, probablement avec quelques côtes brisés, et les clavicules dans le même état.
La Chauve-souris ne se risque pas de suite à un combat contre les autres, préférant de loin s'éloigner du lieux de son crime. En chemin, il croise un autre gros bras. D'une roulade, il évite la tentative de saisie de l'adversaire, et glisse autour de sa jambe un collet de câble à grappin. Lequel est tiré vers les hauteurs de l'entrepôt, entraînant la brute vers les hauteurs. L'individu s'agitait alors, et implorait qu'on vienne le tirer de là. De quoi attirer ses potes. Il serait bientôt détaché, le temps qu'un des hommes montent sur les passerelles en hauteur pour couper le lien. Néanmoins le justicier en avait profité pour se cacher de nouveau, la noirceur de sa tenue lui permettant de se tapir dans l'obscurité. Alors, d'une voix dont la provenance resterait indéfinissable du fait qu'il restait en mouvement, il s'adressa au Joker.

« Ce soir, tu retournes à Arkham, Joker. »

Il en avait marre, des numéros du clown. Son cirque s'achevait ici. Toujours en mouvement, le Batman avait retrouvé les hauteurs, ses yeux restant plantés sur le clown, l'air véhément, il serra les poings.

« Qu'est-ce que tu cherches à prouver en empoisonnant la ville entière ? »

Le Chevalier Noir se laisse de nouveau choir après quelques bonds. Cette fois-ci, juste devant le clown. Les brutes s'étant éloignées aux quatre coins de la pièce, il pouvait se permettre un court face à face. L'attérissage se fait en douceur. Il amortit le choc en pliant les jambes et en marquant un temps d'arrête à genou, le poing au sol. Lentement, il se redresse alors, faisant face à son pire ennemi qu'il fixe avec un air assassin.

« Ton petit jeu est terminé. »

 
Fiche par (c) Miss Amazing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Lun 26 Mai - 16:36




The Joke's on YOU !


Alors que l'orage tonnait, des ampoules éclatèrent. Quelques uns des hommes de main tressaillirent comme des pucelles dans un bordel. Souriant et totalement en confiance, le Joker garda un sourire des plus naturels, bien évidemment, cela aurait put être un phénomène en rapport avec le temps. L'orage aurait très bien put toucher l'entrepôt et faire péter les ampoules suite au choc. Cela aurait put. Mais en son for intérieur, le Joker ressentait une quelconque excitation, et ses hommes de main la ressentaient désormais. Ils posèrent les cargaisons sur le sol et commencèrent à s'inquiéter, doucement, mais surement.

Tom le Rouge - "C'était quoi ?"


S'exclamait le géant irlandais à la barbe rousse. Le Joker imaginait quelque chose du style comme une invasion de chriroptères dans ce vieux bâtiment, mais en bon sadique et en bon plaisantin, le Joker haussa les épaules avant de déclarer.

- "Surement l'orage, allumez vos lampes torches les gars, on reprend le travail."


Mais c'est alors qu'un bruit se fit entendre, les lampes torches s'allumèrent pour voir le corps évanoui de Bill à terre, tandis qu'un autre membre dont le Joker ignorait le nom pendouillait et hurlait de l'aide. Le Joker se risqua néanmoins à un commentaire des plus basiques vis-à-vis de la situation désespérée dans laquelle ce pauvre ère venait de rencontrer.

- "Pas d'affolements, c'est l'orage. Oui, c'est possible mais ne me demandez pas comment. Vous allez bien ? Pas de pression au fur et à mesure qu'il vous é-li-mine ? TROUVEZ-LE !"


Et soudain, sa voix ! LUI ! Il était là ... Enfin, depuis tout ce temps que le Joker l'avait attendu, il était là, parfaitement là, et dans nul autre endroit. Sa voix, grave, rocailleuse, paternaliste limite, son sens du devoir, sa soit-disante "mission" qu'il défendait avec une ferveur digne d'un croisé du temps des Croisades. Oh que oui, ça faisait marrer le Joker ce petit jeu de chat et de la souris, en pensant cela, le Joker se disait qu'il devrait un jour, se déguiser en Catwoman histoire de séduire le grand cornichon habillé en chauve-souris. Peut-être un premier avril prochain ? Pour le Joker, le premier Avril c'était tous les jours. C'est ainsi qu'il vint au Joker, en face du Clown, tous étaient stupéfaits de le voir, de voir LA légende se matérialiser sous leurs yeux ébahis. Certains croyaient que c'était un mythe, que c'était une blague de mauvais gout, mais après tout, le Joker était pourtant LA création du Chevalier Noir lui-même. Lui qui avait crée le Joker, qui l'avait poussé dans la cuve d'acide.
En face du Joker, ce-dernier sourit, à son habitude, et de sa voix trainante, il répondit au chevalier noir d'un de ses jeux de mots à couper le souffle.

- "Voyons, je veux empoisonner la ville, qu'est ce que cela peut-il bien dire ? Ah ouiiiii ... Attirer ton attention et tuer un max de gens ça te dit quelque chose ? hahaha."


D'un claquement de doigts, les hommes de main du Joker se mirent en position, prêts à frapper le Batman. Bon, c'était couru d'avance ! Le Héros allait sauver la vie de tous ces gens qui lui crachent dessus ou qui espèrent l'arrêter pour le remettre à la justice. Tout ça était une blague ! Pourquoi faisait-il ça pour eux ? Qu'avait-il à leur donner ? Que devait-il pardonner à ces gens ? Des questions dont le Joker n'en avait strictement rien à faire. Remettant une mèche de cheveux sur son crane, le Joker ricana.

- "Le jeu est terminé ? Tu le crois vraiment Batouuuuu ? Moi, j'ai toujours un as dans ma manche hahihihihihihihi."


Le Match commençait ! Et le Joker avait son poulet en plastique pour se défendre. Tout allait parfaitement bien à Gotham City. La chaleur de la soirée était palpable, le palpitant du Joker commençait à s'emballer et une espèce de fièvre frénétique s'emparait de son cerveau. Quel tour réservait vraiment le Joker au Batman ? Tout n'était pas qu'une question de poissons Joker et d'empoisonnement et seul l'esprit dément d'Arkham avait le secret de toute cette blague qui allait se dévoiler, morceau par morceau. D'abord le parc d'attractions à l'aquarium, et maintenant ça ? Il y'avait quelque chose, ou quelqu'un qui tirait des ficelles. Qui sait ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Jeu 29 Mai - 12:00

La pèche était-elle fructueuse ?  



Un nouveau face à face entre les deux que tout oppose... et que tout rassemble aussi, malheureusement. L'impassibilité de l'un, face au sourire terrible de l'autre. L'obscurité salvatrice, face à une joie funeste. Le Batman et le Joker vont de nouveau jouer. Les dents serrées, Bruce reste immobile. La réponse que lui donne le Clown ne lui convient visiblement pas. Sa main droite s'écrase sur la gauche, ajustant son gant, tandis qu'il inclinait sa tête à gauche, et à droite. Autour de lui, les gros bras du Joker étaient déjà revenus sur leurs pas, et encerclaient le Justicier, prêts à bondir sur lui au moindre mouvement brusque. Ils n'oseraient toutefois pas interrompre le Boss en attaquant sans ordre. Le Joker semblait d'ailleurs jubiler de cette nouvelle rencontre. Attirer son attention avait-il dit. Les dents de Wayne grince un peu. C'est dans ses moments là qu'il regrettait de s'être fixé des limites. Le Joker n'en avait aucune lui. Arkham ne suffisait plus pour contenir cette folie et ce génie criminel.

« Félicitation, Joker. Tu as réussi à l'attirer, mon attention. » lance-t-il de sa voix rauque et sévère, sans pour autant y laisser transparaître la moindre colère.

Il tourne un peu la tête, pour observer les sbires et les postures. Il ne pourra pas tous les combattre d'un seul coup. Il faudra qu'il se montre habile et rapide qui plus est. Le Clown ou un tout autre individu risquait de s'enfuir et de ramener cette marchandise à destination. D'ailleurs, il fallait encore savoir où était cette fameuse destination. Bruce avait son idée, mais il ne préférait pas la formuler à haute voix. Seulement si ce cinglé au sourire terrible avait l'esprit aussi affûté que le craignait le chevalier noir, il est probable qu'ils aient tous les deux la même idée : l'usine alimentaire. Déverser des mets contaminés dans les cuves suffiraient à empoisonner une bonne partie de la population Gothamite... et du pays, plus largement. Les denrées alimentaires ne sont pas uniquement distribuées en ville. Elles sont aussi exportées.

« Ne me prend pas pour un idiot. L'empoisonnement n'est pas ta seule motivation. Tu cherches à en tirer quelque chose. Qu'est-ce que c'est ? »

La peur, assurément. C'est déjà ce qu'il avait commencé à semer dans le cœur des habitants. La peur amène les gens à réagir de manière individualiste et mauvaise. Elle engendre le mal, et le chaos ne tarde pas à s'installer. Sur ça aussi, le Batman et le Joker s'opposent. L'un souhaite ardemment l'ordre. L'autre vit pour instaurer le chaos.  Et dire que sans l'un, l'autre n'existeraient pas...
Tournant légèrement la tête, le Batman avisa les déplacements des hommes, et leurs armements. On n'affronte pas de la même manière un homme désarmé qu'un homme équipé d'un couteau, ou d'une barre à mine.

Son regard revient se planter sur le Clown lorsqu'il parla de nouveau. Un as dans sa manche. Si la phrase aurait été anodine dans la bouche d'un autre criminel, lorsqu'elle résonnait dans la gorge du Joker, Batman ne pouvait s'empêcher de trouver ça inquiétant. Une inquiétude parfaitement retenue et dissimulée sous son masque d'impassibilité. Il avance néanmoins d'un pas, faisant réagir les hommes de main qui resserrent d'avantage le cercle qu'ils forment autour de lui. Bruce sait qu'il ne peut pas lever la main sur le Joker sans se prendre ses chiens de garde sur le dos. Mais l'idée de lui briser quelques dents est tentante. Édenter ce sourire, juste pour calmer la colère qui bouillonnait en lui.

« Sors tous les as que tu veux, Joker. Ce soir tu retournes à Arkham. »

Au moins, ça le tiendrait éloigné des rues un temps. Même si l'asile n'avait pas les moyens de maintenir captif très longtemps, ce foutu psychopathe.
Et puisqu'il faut en découdre, le Justicier mesure et prépare mentalement son attaque. Il ne peut pas se jeter dans les griffes des hommes de main. Il faut qu'il leur donne un début d'initiative pour contrer et s'éloigner. Se retrouver dans une zone plus large, obscure si possible où il n'aura pas des adversaires de tous les côtés. Alors il se décide à lancer l'attaque. Il ne fonce pas vers l'un des gros bras, préférant d'emblée attaquer l'homme en costume violet, qu'il se contente en réalité de repousser violemment en arrière d'une pression de ses deux paumes au thorax. Le Joker est sa pléthore de surins divers et variés ne peut absolument pas être ignoré. Il est une menace aussi grande, sinon plus que les autres bagarreurs. Son imprévisibilité n'a d'égale que sa folie, et un dingue pareil est toujours un adversaire difficile à affronter.
Se retournant alors vivement, le justicier évite de justesse un coup de poing en se baissant par réflexe. Il riposte d'un coup au foie violent, et repousse le grand baraqué dans ses potes pour les ralentir et ainsi trouver un moyen de se tirer de l'encerclement dont il était victime, par une roulade rapide qui le conduit un peu plus loin.

 
Fiche par (c) Miss Amazing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Ven 30 Mai - 14:24




The Joke's on YOU !


Comme c'était agaçant ! A vrai dire, une des choses les plus pénibles pour le Joker, c'était cette résignation qui poussait le Chevalier Noir à ne jamais savourer les petites choses de la vie, comme le meurtre, ou l'empoisonnement, ou même en rire tout simplement ? Nan, c'était triste, ce visage si sérieux, jamais heureux, pourquoi ne riait-il pas ? Pourquoi prenait-il tout cela comme s'il portait le poids du monde sur ses épaules ? Tout cela était bien triste, et dans son être, le Joker voulait être celui qui lui remonterait le moral, celui qui serait là pour lui redonner cette envie de se lâcher, de rire un bon coup et d'oublier tous ses malheurs par la même occasion.
Le pire, c'est qu'ils étaient tous deux complémentaires, les deux faces d'une pièce unique, liés à jamais dans un combat perpétuel entre le bien et le mal, deux symboles qui n'existaient pas aux yeux du Joker pour tout dire, mais en voyant la chauve-souris cogner ses hommes de main, le Joker eut une révélation, quelque chose en lui s'émerveilla, quelque chose lui poussait à se demander si tout ça n'était pas dût à une simple erreur de parcours. Courant alors vers l'entrepôt même, le Joker continua sa route en se perdant parmi les colis.
Se dissimulant dans le labyrinthe de caisses et de cargaisons, le Joker se perdit alors, ne retrouvant pas son chemin. Qu'importe de se perdre du moment que l'on se retrouve non ? L'écho de la voix du Joker faisait son chemin, tandis que le Justicier contenait les derniers hommes de main du clown.

- "Pourquoi fait-tu tout ça Batman ? Pourquoi cette triste tête ? Pourquoi ne ris-tu jamais à mes blagues ?"


Dans son état psychotique, le Joker brassait des mains pour comprendre lui-même ce qu'il allait dire, ce qu'il allait inventer, ce qu'il tenterait de faire avaler au rongeur nocturne. Tout cela n'était qu'une parodie, un jeu. Et en réfléchissant de manière "normale", le Joker en venait à ses propres conclusions personnelles. Déambulant en marchant d'un pas rapide dans les allées de l'entrepôt, le Joker mis la main sur un pied-de-biche, une arme redoutable qui pouvait perforer les cranes même les plus durs. Ricanant, le Joker continua son manège tandis que sa voix continuait d'émettre.

- "Et toi ? Qu'est-ce qui m'empêcherait de t'attraper, de te ficeler et de te trainer jusqu'à Arkham ? Toi aussi tu as une case qui manque non ? J'ai beau être un clown, toi tu te déguises en rat volant. Pourquoi fait-tu tout ça Batou ? Par besoin ? Adrénaline ? Vengeance ? Besoin de justice ? Allez tu peux me le dire, je suis ton seul copain pas vrai ? J'ai toujours été là pour toi, mon ange. HéhéHahahahaha."


Le Joker éclata d'un rire. Au loin, les derniers hommes du Joker avaient dut mangé le béton sans leurs dents. En espérant qu'ils avaient eu tous leur dose de douleur bien méritée. C'étaient leurs fautes, s'ils n'étaient pas aussi forts, ils en payaient le prix et il serait cher payé ! Quelques mois à l’hôpital à compter leurs os cassés et à bouffer du pot pour bébé avec une paille. Si le Joker retournait une nouvelle fois à l'asile, il ne le supporterait vraiment pas, la dernière évasion fut pénible et le Music Meister ne serait pas toujours là pour sauver les meubles, bien sur que non.

- "Soyons sérieux, Batman haha, j'en ris encore. Qu'est-ce qui t'as fait ? Laideur sous ton masque ? Ton chat est mort quand tu avais huit ans ? Moi, je me souviens de deux trois trucs avant que tu ne me fasses tomber dans la cuve d'acide. Je ... Je n'en suis plus si sur, mais sache que tu m'as changé, et que c'est bien grâce à toi que j'existe. Je ne te remercierais jamais assez, tu n'es pas un vengeur masqué, tu es notre roi, notre créateur, et nous, les vassaux d'Arkham sont ton peuple. Je suis ton bouffon après tout, allez ... viens à moi, Batman. Serrons-nous l'un contre l'autre et épousons la folie. Deviens dingue, Batman, tu verras, c'est si doux héhéhéhahahaha."


Le Joker éclata d'un nouveau rire, plus sinistre. Armé de son pied de biche, le Joker attendait de pied ferme son némésis, histoire de retailler un peu ses oreilles en pointes. Ricanant dans l'ombre, le Joker guettait le moindre bruit, la moindre ombre afin de frapper au moment le plus incongru. Ce serait drôle de lui enfoncer ça dans la tronche, un coup bien placé et une belle blague pour finir le tout. Son sourire s'élargit, le Joker était prêt pour combattre le Batman une nouvelle fois.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Mer 18 Juin - 15:19

La pèche était-elle fructueuse ?  



La bataille qui débute s'annonce difficile pour le Chevalier Noir. Il est en sous nombre, et il affronte des adversaires forgés aux pugilats et autres bagarres de rue. Il faudra qu'il donne beaucoup pour les repousser. Les vaincre semble difficilement envisageable, d'autant que la véritable est le Joker. Le Clown ne devait surtout pas s'enfuir. Il était l'instigateur des problèmes actuels. Les gros bras ne sont que des pantins. Des idiots dirigés par l'argent qui n'avaient visiblement aucune idée du plan réel. Ils agissaient en fonction des billets qui tombaient. Un ordre, un acte, rien de plus. Ils ne prendraient probablement pas d'initiative d'eux même. Le Joker reste donc la priorité absolue de Bruce.

Le Batman engage donc l'affrontement en lançant la première attaque. Attaque qui n'a rien de terriblement violent. Elle met le feu aux poudres, entraînant les gros bras dans la mêlée. Le Joker est forcé de reculer de quelques pas, pendant que les gorilles chargent. Une chance que le Croisé Sombre soit habile. De justesse, il évite un coup de poing qui chercher à venir lui décrocher la mâchoire, et profitant de l'élan de l'homme, il se décale et lui assène un coup de poing au foie, aussi violent que possible. L'homme reste au sol, courbé en deux, cherchant à retenir une irrépressible envie de vomir, le tout en cherchant à reprendre son souffle. Le Chavalier noir est néanmoins cueilli par un coup dans le dos qui le précipite au sol. Mais une roulade atténue la projection et le remet sur ses jambes. Lorsqu'il se redresse, il a d'ailleurs le temps d'envoyer un batarang en pleine face de son adversaire, faisant éclater le masque de clown qu'il portait, et brisant son nez.

La suite s'avère plus délicate. Battes de baseball, cran d'arrêt. Le chevalier noir est vite mis en déroute, et après quelques coups mal placés, il est contraint d'utiliser quelques bombes fumigènes pour disparaître aux yeux des balourds, certains en venant à frapper dans le vide. Le résultat est assez pathétique, puisque certains des gorilles commencèrent à se battre entre eux, totalement aveuglés par l'effet de la fumée. Lorsqu'elle se dissipe, le Batman a pu faire un peu de ménage. Certains sont assommés – par une attaque sournoise de Bruce, ou par les coups involontaires et aveugles d'un autre. D'autres sont ligotés et il ne reste à présent que Tom le Rouge, et l'un de ses acolytes qui ne semble pas bien vaillant. Au loin, la voix du Joker s'élève, provoquant la Chauve Souris qui grogne. Autant de douleur que de colère.

L'affrontement ne l'a pas laissé intact, et il n'est d'ailleurs pas encore venu à bout de l'adversaire le plus fort ici ; Tom le rouge.
Craquant ses poings, l'Ombre fait face aux deux criminels restants et prêts à en découdre. Ils n'ont pas vraiment peur de lui. Ou si, mais entre se faire briser des os par un justicier, et subir la vengeance du Joker, le choix est vite fait. Le Clown n'est physiquement pas aussi impressionnant que Batman, mais sa folie dépasse et de loin la peur que le Chevalier Noir pouvait faire naître dans le cœur de ses adversaires.

« Tes blagues ? Il n'y a rien de drôle dans ce que tu fais. Tu es un dingue, et ta place est dans une cellule capitonnée et non ailleurs. »

Même s'ils savaient tous les deux qu'une cellule ne retiendrait jamais le Joker. On ne contient pas une folie infinie. On l'annihile si l'on veut s'en débarrasser. Et c'est bien que là que la toute-puissance de Batman s'effaçait lorsqu'il avait à faire au Joker. Il n'y a qu'une seule façon d'arrêter le Clown, et elle ne s'accorde pas avec le credo que Bruce s'efforce de suivre. La situation est grippée, mais en bon rêveur idéaliste qu'il est, jamais Wayne ne baissera les bras.
La tirade suivante est plus violente encore. Le Joker vise juste. Régulièrement, il en venait à douter de sa propre santé mentale. Arkham est un lieu qui lui fait peur autant qu'aux autres, sinon plus. Ses rares visites, lorsqu'il traîne un criminel par exemple, lui rappellent que lui aussi mérite probablement sa place dans l'une des cages qu'il remplit régulièrement avec la fange de la cité Gothamite. Depuis la mort de ses parents, Arkham pend au nez de Bruce. C'est un miracle si les psys qu'il a pu croiser se sont laissés berner par le faux espoir qu'il leur a vendu. Cette idée le désarme assez pour laisser à Tom une opportunité d'attaquer, sans que Batman n'ait le temps de réagir. La suite est un enchaînement de coups violents qu'il reçoit et repousse difficilement. Il lui faut beaucoup de force et d'endurance pour mettre son adversaire à terre, et le double pour s'en débarrasser. Le dernier homme de main n'est qu'une formalité, et il subira tout le courroux du Chevalier Noir.

Il reste à présent le Joker. Posant un genou à terre, Bruce s'assure qu'il n'a rien de cassé. Encore une fois, ses côtes ont grincé, mais elles tiennent bon. Ses articulations semblent bonnes, et bien qu'il soit victime d'une migraine colossale suite aux coups reçus, il se sait assez vaillant pour affronter le clown. Seule ombre au tableau, son masque a subi quelques dommages. Assez pour que son système d'optique ne fonctionne plus. Il devra se déplacer dans la nuit, et ne verra rien de plus qu'un humain lambda dans ce labyrinthe de caisses. En grognant un peu, il se redresse, et pense à aller glisser une petite charge explosive dans le moteur du camion, s'assurant ainsi le non-transport de la marchandise empoisonnée, et il s'enfonce alors dans le dédale de cargaisons de l'entrepôt, cherchant à se guider grâce à la voix du Joker.

« La seule chose qui sera douce, pour toi, c'est les coussins muraux de ta cellule capitonnée... » grogne-t-il en s'arrêtant au milieu des caisses, en cherchant à se repérer.

 
Fiche par (c) Miss Amazing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Mer 18 Juin - 19:30




The Joke's on YOU !


L'entrepôt de poissons était vaste, certes, beaucoup de caisses, de victuailles congelées, prêtes à être stockées dans les supermarchés et autres boutiques de bouffe dans tout Gotham et son agglomération, comme Blüdhaven. Si vous avez cru que le plan initial du Joker était simplement de contaminer les poissons pour son propre profit, vous avez mal compris la règle du jeu. Personne ne sort indemne d'une confrontation avec le Joker, pas tant sur le plan physique que mental. Fallait dire que le Joker rivalisait de perversions en ce domaine, il y'avait bien quelque chose derrière tout ça, plus gros qu'un simple fait de contaminer des gens innocents. Toujours dans l'obscurité, le Joker patientait ... Ses yeux tentaient de se repérer dans un recoin dans lequel il s'était dissimulé. Attendait-il le Batman ? Qui cherchait qui ? Comment allait-il l'atteindre ? Qu'importe, tout ça, c'était de la broutille, de la pisse de chat. Souriant, le Joker reprit alors de sa voix sifflante, tel un serpent à sornettes qui attendait de mordre sa victime. Pour ce qui était des autres hommes de main, le Joker espérait qu'ils avaient quand même donné du fil à retordre au Chevalier Noir, mais rien n'était sur. Les hommes de main étaient hélas des abrutis incapables de rivaliser d'intelligence pour mettre à terre une stupide chauve-souris ! Maugréant entre ses dents, le sourire du Joker revint très rapidement sur ses lèvres sanglantes.

- "Tu as eu raison sur un point, Batman. Je ne cherche pas à contaminer simplement cette ville. Il y'a autre chose que je dois t'avouer."


Tâtant de son doigt le doux acier qu'il tenait dans sa main, le Joker s'avançait alors dans les allées en faisant crisser le pied de biche sur le sol. Un bruit légèrement strident et pénible. Le faisait-il exprès ? Surement. Le Joker ne se laisserait pas par envie, capturer bêtement par le Chevalier Noir. S'il se manifestait, c'est qu'il avait quelque chose en tête, quelque chose de mauvais et de vraiment pas rassurant. Marchant rapidement de telle façon à ce que le crissement soit continu, le Joker passa sa main dans sa mèche de cheveux avant de reprendre la discussion.

- "Tu sais pourquoi on appelle cette ville Gotham ? Tout ça, ça vient de Goat Home, la maison des chèvres. Hors, le prédateur des chèvres dans cette région ce sont les chauves-souris. Tu ne seras jamais l'un d'eux, Batman. Voila là où je veux en venir. Toi et moi, on est fait pour être éternellement liés l'un à l'autre. Jusqu'à ce que l'un de nous soit tué. Hahahaha !"


Cette fois, le Joker commençait à cogner les caisses en bois avant de faire un raffut de tous les diables, pour provoquer son adversaire, pour l'inciter à se montrer. Pour donner la rage à son ennemi. La rage. Le Joker se voyait-il comme un mouton ? Il était de notoriété publique que les chauves-souris véhiculaient la rage, surtout sur la Côte Est de ce foutu pays américain. Seulement, c'était bien la chauve-souris qui avait mordu le Joker. C'était lui le principal responsable de la maladie du Joker et à jamais, il endosserait la responsabilité des morts que le Joker fera sur son chemin. Voila le point initial et linéaire qui attendrait ce Chevalier Noir durant toute son existence. C'était un peu comme on le disait, un numéro de charme, comme si le Prince Charmant était victime d'un sort horrible qu'il devait payer jusqu'à ce qu'il terrasse l'affreux dragon et qu'il puisse se taper la princesse. C'était un vrai scénario de Disney et c'était foutrement drôle quand on y pensait. La vie : Une blague avec une chute toujours mortelle.

- "Rappelle-toi quand tu m'as poussé dans la cuve d'acide. Rappelle-toi cette morsure Batounet car moi je vais te le faire payer au centuple hahahahouhouhouuuuu. Je vais te montrer ce que c'est de sombrer dans la folie, je vais te faire très mal à toi et à tous ceux auxquels tu tiens. Bon, faudra que je les trouve, mais en massacrant la ville entière, je suis sur que je tomberais sur eux hahahahaha."


Il était maintenant temps de révéler la phase finale du plan du Joker. C'était un plan tout ce qu'il y'a de plus bateau, dans l'esprit farfelu du Joker. Marchant tout en se dandinant dans les allées, il s'attendait à ce que le Chevalier Noir lui tombe sur la gueule au moment où il aurait raconté son plan démoniaque pour la ville. Cela pouvait être prévisible, comme dans les mauvaises bandes dessinées qu'on regardait quand on était gosse. Une étincelle jaillit dans les yeux du clown, comme s'il avait repéré quelque chose d'intéressant, quelque chose dans l'obscurité, quelque chose qui bougeait comme une chauve-souris. Ou bien était-ce un simple rat ?

- "Il doit y'avoir une belle petite sauterie sur la grande place de Gotham City ce soir, à propos des mesures sur mon poisson Joker, à 21 heures tapantes. Tu sais, le genre avec toutes les sommités de la ville et la foule qui va avec. Dehors, près du bâtiment, m'attend un avion avec mitrailleuse. Je te promet de sauter à temps dans l'avion et de foncer direct vers l'endroit. Il y'aura la presse et tout le gratin, ça va être sensationnel héhéhahahaha. Un vrai massacre, et au final, je sauterais en parachute et je laisserais un joli poisson dans la bouche de notre brave maire. Une belle blague hein ? HAHAHA."


Le Joker éclata d'un dernier rire. Bien sur, il ferait tout et n'importe quoi pour arriver à temps pour cette fameuse conférence du maire sur le Gotham Plaza. Peut-être même que Batman mourra ce soir ? Ce serait l'apothéose et la grande foire pour tous les criminels de la ville. Mais aussi un véritable coup de publicité pour le Joker : L'homme qui tua Batman. Tout le monde se l'arracherait ! Le Joker voyait ça dans sa tête, tout ça grâce à un petit poisson Joker.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Dim 22 Juin - 12:15

La pèche était-elle fructueuse ?  



Le Batman était mal en point, mais n'étant pas du genre à baisser les bras si facilement, il n'hésita pas une seule seconde à se lancer à la poursuite de son Némésis. Il mettrait la main sur le Joker, et d'une manière ou d'une autre, l'empêcherait de mettre à exécution son plan d'empoisonnement globale de la ville. Il n'était toutefois pas au courant de la contamination d'autres aliments et produits utilisés. Ni même que c'est le mélange de plusieurs ingrédients qui était finalement responsable du réel empoisonnement. Batman savait toutefois, qu'il n'avait plus l'initiative à présent, et que le Joker menait sa barque. Gotham était en échec, Batman le seul fou restant dans la partie, et le Joker, à la recherche du Mat, dominait.

Son rire résonnait entre les caissons métalliques, l'écho rendant son hilarité plus effrayante encore qu'elle ne l'était en temps normal, faisant douter un Bruce Mal en point qui grogne et continue de s'enfoncer dans ce dédale ferreux, slalomant entre les caisses, cherchant à repérer le Clown qui s'avère bien difficile à trouver, du fait de l'écho et du fait de l'état du Chevalier Noir, aussi. Mais il restait solide et dangereux malgré les coups infligés par les hommes de main que son adversaire. Il sa volonté allait bien au-delà de quelques ecchymoses et autres fêlure. Batman est au-delà des blessures – et c'est Bruce Wayne qui en écope.

« Qu'est-ce que tu dois avouer, Joker ? » grogne-t-il quand le Joker parle d'un aveu à faire. Là, le Chevalier Noir doit l'avouer, il doute un peu.

Il s'empresse alors, essayant de repérer le clown le plus rapidement possible. Il va, vient, cherche, se traîne où il peut, dans la direction d'où peut venir la voix. Et le criminel continue, enchaînant sur une tirade plus historique. Bien entendu qu'il connait l'origine du nom de Gotham, c'est une histoire que ses parents lui racontaient souvent. Cette simple idée, et le souvenir de ses géniteurs suffisent à annihiler ses doutes. Sa promesse lui revient, lui redonnant sa confiance habituelle. Les mots du Joker ricochent de nouveau sur lui. Il ne veut plus qu'une chose ; lui mettre la main dessus. Lui faire payer ses affronts envers la ville, le corriger une fois de plus, et le livrer à la police comme il le fait régulièrement.

« Tu sais aussi bien que moi que cette cuve d'acide n'était qu'un accident. Que j'ai essayé de t'épargner cette chute. » répond-t-il finalement, plus assuré que jamais. Et il en était convaincu... pour l'instant.

La suite le fait serrer un peu plus les dents, ainsi que les poings. Il sait néanmoins qu'il a gagné du terrain. L’écho est moins audible, alors qu'à l'inverse les premières ondes sonores crachées de la gorge du Clown sont plus proches que jamais. Et il fait du bruit, le bougre. Il veut attirer l'attention. Il veut être trouvé. A-t-il, justement, un Joker dans sa manche ? Il n'est pas idiot après tout. Loin de là. Mais se risquer à un pugilat avec Batman n'est pas à son avantage. Au contraire. Mais il y a la suite du plan. Il ne croit pas un seul instant que le Joker a réellement un avion. Ou si, mais ce n'est pas le danger principal. Réussir à faire un réel attentat en mitraillant une foule qui verra l'aéronef arriver à des kilomètres, ce n'est pas digne de lui. Ce n'est pas assez fou et pétaradant. Du moins c'est ce que se dit Wayne à l'instant précis.

« Contactez la le Green Arrow... il y a peut-être une bombe sur la grande place. » Souffle-t-il à l'attention du majordome, avant de reprendre, d'une voix plus forte pour le Joker : « Joli plan Joker. Mais tu oublies que pour rejoindre cet avion, il faut d'abord que tu parviennes, au mieux, à me vaincre. Au plus simple à me fuir. »

Un peu plus loin, au détour d'un caisson d'acier, il le trouve. Il ne lui faut qu'une seconde pour refermant les pans de sa cape autour de lui, pour se glisser dans l'ombre d'un empilement de contenaires qui lui permet, aussi silencieux qu'une ombre, d'approcher le Clown. Il ne le frappe pas, s'arrêtant à un mètre de son dos, dressé solidement sur ses jambes, prêt à éviter, ou parer un hypothétique coup de pied de biche, mais il le surprend en parlant de nouveau. Une petite blague.

« Je suis une Chauve-Souris, Joker... le prédateur de Gotham. Et toi, tu bêles comme une chèvre. »

Il était sa proie à présent. Le Joker voulait l'attention du chevalier noir ? Il l'avait entièrement et rien que pour lui.
 
Fiche par (c) Miss Amazing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Mer 25 Juin - 14:25




The Joke's on YOU !


- "Un accident hein ? Et toi alors ? Pourquoi es-tu ce que tu es ? C'est un accident qui te fait te déguiser en rongeur buveur de sang la nuit ? C'est un reniflement d'émotion que j'entends ? Hohohooo pauvre Batounet. Je suis sur que tu es salement défiguré sous ce masque et que seules les chauves-souris te consolent la nuit, quand tu es dans ta caverne sous la ville."


Le Joker sortait des énormités, au fur et à mesure, sans se soucier de tout ce qui pourrait découler prochainement. Il avait néanmoins envie de cogner Batman et d'atteindre le plus vite possible l'avion pour faire son carnage.
Oh et puis au fond, il n'avait pas tort le Batman, hein ! Tout ça découlait intuitivement d'une journée pourrie en plus. Un mauvais karma que le Joker avait hélas subit. Il s'était risqué à sortir une blague mais se réfréna, la voix du ténébreux chevalier noir était plus sombre, moins distancée au fur et à mesure. Ce n'était pas une simple tentative de manipuler l'esprit du chevalier noir, nan nan, il était trop fin pour se laisser avoir par les mensonges du Joker, il fallait s'en prendre à quelque chose de plus tenace, de plus attrayant, choisir une cible plus facile pour Batman.

- "Une chèvre hein ? Je ris, je pouffe, dans ma camisole, je ricane, tu connais la chanson hein ? Cependant, contrairement à ce que tu sembles croire, une chèvre ça a des cornes, et ça frappe quand tu t'y attends pas !"


Moulinant dans le vide en faisant volte-face, le Joker croyait fermement que Batman était derrière lui ou au-dessus de lui. Il moulinait quelques coups pour se défendre avec le pied de biche. C'était un jeu, celui du cache-cache dans le noir. Il n'y avait pas d'issue prédestinée à cette rencontre. Soit le Joker réussissait à trouver la sortie avant Batman et il partait mitrailler le Gotham Plaza, soit c'était un retour à Arkham et un traitement avec paille et gargarisme vu que Batman lui aura éclaté les dents. Ce serait dommage pour un aussi beau sourire de devoir rester enfermé chez les cinglés. Le Joker n'était pas un excellent combattant en corps à corps, ça non, il laissait la force à ses sous-fifres et autres imbéciles gonflés aux hormones, non, lui, il était du genre à montrer son imprévisibilité et à renverser la situation s'il y'arrivait.

- "Si tu savais comme je t'aime toi ... Nos danses, nos combats, nous sommes complémentaires et je me languis de tes bras mon ange hahahahahaha. Va-y ! Frappe-moi ! Fais-moi mal ! J'ai envie de sentir tes poings qui s’abattent sur mon foutu visage. Tue-moi, une bonne fois pour toutes ! Tu sais très bien que je ferais pire la prochaine fois hahahaha."


C'était vrai. Dès que le Joker sortait de prison, les nouvelles vagues de crimes étaient généralement plus violentes et plus monstrueuses. Le Joker redoublait à chaque fois de nouvelles idées démentes dès sa sortie de l'asile d'Arkham. Et malgré le fait que le Clown ait échappé à la chaise électrique grâce à sa folie évidente, il n'en restait pas moins démoniaque. Les autorités essayaient tant bien que mal d'essayer de l'arrêter, de l'empêcher de sortir de l'asile, mais ça ne suffisait jamais à endiguer ses plans géniaux et maléfiques. Continuant à mouliner dans l'obscurité son arme, le Joker tentait de voir, de discerner une ombre, n'importe laquelle. Il fallait bavarder, le Joker était un bavard, un vantard qui aimait se démarquer et déstabiliser l'adversaire.

- "Encore et encore je sortirais de l'asile. Encore et encore je m'en prendrais à ta ville. Encore et encore, je tuerais, tuerais, TUERAIS TA VILLE ET TES CITOYENS ! Je suis le divertissement numéro Un de ta petite ville et tu ne m'empêcheras JAMAIS d'être la star héhéhahahahaha."


Le Joker partit dans un ricanement des plus sombres. Pour tout dire, il avait prévu de continuer quelques plans encore plus diaboliques. Histoire de forcer Batman à le tuer, par tous les moyens nécessaires. Prendre le symbole de Batman, c'était condamner la ville. Si Batman tuait le Joker, la ville ne pourrait jamais avoir d'espoir. Et c'était cela que le Joker voulait.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   Dim 29 Juin - 20:41

La pèche était-elle fructueuse ?  



Au loin, il l'écoute parler, se vanter, se moquer, provoquer. Mais Wayne ne réagit pas. Il serre les poings et les dents, et s'approche lentement, comme il le fait habituellement. Il sait que le Clown parle pour qu'il réponde et ainsi savoir où il se trouve. Seulement le Detective ne tient pas à être remarqué. Il reste dans l'obscurité, suivant sa proie en se mouvant rapidement. Un bruissement à droite. Un souffle de vent à gauche. Un claquement de cape devant, un écho derrière. Le psychopathe ne le repérera jamais. Bruce est la nuit.  

Dans l'ombre, le Batman observait sa proie, attendant simplement l'opportunité de lui tomber dessus. Les possibilités ne manquaient pas, le Joker n'y voyait rien, et pouvait aisément être surpris par une attaque en douce, mais Bruce attendait que le Clown ne se livre. Dans ses longues tirades, le Joker sème parfois des vérités effrayantes et offre des pistes sur d'autres affaires. Et pour l'instant, il n'était dangereux pour personne, à causer en faisant des grands gestes avec son pied de biche. Et la Chauve-souris devait se l'avouer : rien d'important ne semblait vouloir sortir d'entre les lèvres de son adversaire. Il décida qu'il était temps d'intervenir, s'avançant à pas feutrés dans l'obscurité. Il se redresse alors lentement, prêt à saisir le Joker par les épaules, avec l'idée de le pousser aussi fort que possible face contre l'une des caisses de l'entrepôt. Seulement un mouvement trop vif du clown vient le surprendre... les surprendre tous les deux, d'ailleurs semble-t-il.

Le bruit du pied de biche qui heurte le crane du Batman résonne dans l'entrepôt. Le chevalier noir, désorienté et sonné par le choc se retrouve à tituber en biais, jusqu'à finir sur les genoux à lutter contre la douleur lancinante qui lui vrillait le crâne. Arrivent alors les acouphènes qui lui signalent qu'il est sur le point de perdre conscience.  Les bourdonnements se font de plus en plus intenses, et s'arrêtent finalement. Du moins le croit-il. Il lui semble tout voir au ralenti à présent. Son corps flanche, ses genoux ne sont plus un appui suffisant pour lui. À moins qu'on ne vienne ne lui asséner un nouveau coup ? Il ne sait pas. Il ne sait plus. Il ne sent plus rien, rien de plus que le coton de l'inconscience qui l'enveloppe. Il aura fallut un seul et unique coup, involontaire, imprévu, imparablement non voulu.

Le Batman, parce qu'il est d'une force physique remarquable, et doté un esprit combatif, lutter encore un instant, cherche encore à s'éloigner du clown, bataillant contre les ténèbres qui l'enserrent peu à peu. Il sent, un temps, un infime regain de force, qui lui permet de comprendre ce qui l'entoure. Face à lui, le béton crasseux des docks se recouvrent de fines gouttelettes de sang qui dégouline de son visage, gouttant au travers des orifices naseaux et orbitaux de son masque. De loin, ledit masque semble d'ailleurs en bon état, mais les lueurs que quelques nuages daignent laisser filtrer illuminent le visage du chevalier et montre à quel point le coup reçu a été violent comme l'indiquait l'impact visible au niveau de sa tête, qui fissurait la couverture facile du Croisé. L'objet était pourtant fait d'un mélange de plexiglas consolidé et d'un alliage de carbone, le tout monté à chaud et scellé pour une solidité accrue.

Le Justicier brûle ses dernière force, en se redressant lentement. Il retrouve un semblant d'équilibre, ses jambes tremblent et il est presque debout quand le coup suivant fuse et le percute de nouveau en plein visage. Le temps s'arrête, il reste immobile, titube, fixe son adversaire, toute sa haine présente dans un seul regard, et alors qu'il semble pouvoir faire un pas de plus, le Batman cède, et il tombe lentement en arrière. Il s'écrase sur le dos de tout son poids, soulevant un panache de fumée poussiéreuse. Et l'obscurité l'étreint un temps.
Il n'ouvre qu'une dernière fois les yeux. Face à lui, il peut entrevoir le visage du clown, mais il n'entend pas son rire. Il entend... il n'entends plus rien, de nouveau. À sa gauche, une lueur attire son attention. Une lumière chaleureuse qui l'attire, et l'appelle. De la porte crasseuse de l'entrepôt émane cette force qui lui commande de venir. Il tend la main, mais les forces lui manque. Il est difficile pour lui de savoir ce qu'il voit. La porte lourde n'est pas ce qu'elle laisse penser. Il y voit les barreaux ciselés du haut portail du manoir Wayne. Les arbres derrière sont à peine agités par une brise d'été et le sourire resplendissant de sa mère est là, une main s'agite, et son père est présent aussi. Quand ils ouvrent la bouche, ses parents n'ont pas la voix que Bruce connaissait.
Ils ont le timbre hystérique de ce clown de malheur, ils rient et répètent ses dernières phrases.

Il tuera encore, et encore et encore.
Et il était bien parti pour pouvoir le faire comme bon lui semblait. Qui l'aurait cru ?
Le Joker vient de vaincre Batman. Le Chevalier Noir est défait.
 
Fiche par (c) Miss Amazing
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La pêche était-elle fructueuse ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La pêche était-elle fructueuse ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: