Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.   Dim 18 Mai - 21:18

TITRE
Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.
Finalement Gotham city n’était peut-être pas une si bonne idée pour débuter ma carrière en solo. Certes j’avais déjà commencé à faire parler de moi, le commissariat de la ville devait commencer à avoir une belle collection de flèches rouges. Des flics avaient même tenté de m’arrêter, les héros n’ont pas la cote ici alors que Dieu seul sait à quel point cette ville a besoin de gens qui soient plus que de simple uniforme, que de simple badge. Mais peut être plus que d’un simple héros aussi. J’avais souffert d’avoir voulu joué les cowboys dès mon premier jour, et à vrai dire j’en souffrais encore. Mais j’en savais maintenant plus sur cette ville, sur la pourriture qui y régnait et comment j’allais procéder faire en sorte d’y faire fasse un jour. J’allais devoir revoir mes cibles, m’attaquer à moins gros pour monter progressivement. Personne n’est devenu un héros du jour au lendemain. Et selon les dires, la ville était devenue ce qu’elle est devenue uniquement en réponse à l’arrivée de Batman.
 
J’ai une pensée furtive pour Oliver, Starling City avait-elle vécu la même chose à son arrivée ? Une baisse du crime pour le réveil de tous les cauchemars enfouis dans les recoins les plus sombres de ses rues ? Nous n’en avions pas beaucoup parlé, de ces débuts, l’avant moi. Nous n’échangions pas beaucoup sur son passé, pourtant j’avais des questions mais son regard m’avait toujours dissuadé de les poser. Et puis avec le temps tout ceci n’avait plus eu d’importance. Et quand le passé, la vie de votre partenaire n’est plus si importante que ça c’est là que se produit la fracture. En accord avec le fait que cela serait plus facile pour lui de gérer sa compagnie, nous nous étions séparés. J’étais parti à Gotham et en plus des bourses, quand il se souvenait de moi j’avais le droit à un peu d’argent de poche. Je n’avais pas envie de continuer cela bien longtemps, mais pour l’instant je n’avais encore pas assez de poids pour trouver mes propres sources de revenus. Cribler d’un millier de flèches un millier de petits voyous ne serait jamais suffisant, à moins de le faire en une soirée.
 
Ce sont ces lugubres pensées qui m’accompagnent alors que je fais ma course de toits en toits ce soir. C’est ça aussi que j’aime dans cette ville tout y est étriqué, grands, mais étroits. Voyager dans ses hauteurs est un vrai plaisir. Starling City, hormis peut-être dans les Glades ne connait pas ce genre rues. C’est peut être aussi pour ce que moins de personnes s’y font agresser régulièrement la nuit. Je ne serais pas intervenu, je n’aurai peut-être même rien vu, si je ne l’avais pas entendu crier. J’arrête ma course pour me pencher et regarder la rue, six jeunes hommes je vois des couteaux mais cela ne me fait pas peur. J’ai plutôt l’appréhension des armes que je ne peux pas voir. La jeune femme est coincée dans une ruelle, un beau manteau blanc, un sac à main plutôt brillant et pimpant. Un style vestimentaire bien trop raffiné, cette femme ne devait rien connaitre de cette ville sinon jamais elle ne se serait éloignée à ce point du Gotham des gens comme elle. Aucun mal ne lui a encore été fait, ils ne font que la pousser dans vers un cul de sac. L’un d’eux se moque, tente de l’intimider, rien que le timbre de sa voix me répugne. Quant aux autres, ils se contentent de ricaner bêtement tout en tentant de garder leurs sales tronches de brigands du dimanche. Le chef arbore fièrement son couteau papillon qu’il fait tournoyer, je dois l’admettre, avec beaucoup de vitesse et de talent. L’imaginer s’entrainer devant sa glace tout en prenant un ton de gros dur me fait sourire. Tous les autres ont leurs mains dans les poches ou presque, il va donc falloir que je commence par eux. Pas question de me retrouver un flingue sur la tempe à nouveau. Je souris aussi au moment du choix de ma flèche. Elle ne ferait pas forcément de gros dégâts, mais elle avait un bon atout paralysant. Effectivement  c’est au moment où cette flèche qui apparemment ne possède pas de tête s’enfonce dans le mur après avoir transpercé et emporté la main du voyou, qu’à l’intérieur du mur même elle finit par se déplier. La rendant très dur à retirer.
 
-Laissez cette femme tranquille. Les prochaines flèches ne seront pas aussi gentilles.
 
Si certains d’entre eux avaient des armes à feu c’était le moment. J’étais là, debout sur mon rebord. Les regardant fièrement le visage dissimulé par mon masque et ma capuche. Mais rien, juste un flot d’insultes, de menaces, de propositions à venir les rejoindre, quelques couteaux. Mais pas d’arme à feu. Bien, très bien.  Alors je descends, une flèche a corde, une petite descente en tyrolienne l’angle est un poil trop abrupte mais qu’importe de toute façon j’atterris sur l’un deux. Vu la violence avec laquelle il percute le mur en face de lui, je doute qu’il se réveille avant demain. J’ai tout juste le temps d’en mettre deux autres hors circuit avec deux flèches tasers. Et pour ce qui est des deux derniers, la bonne vieille violence des familles. Là-dessus aussi j’ai du répondant, j’ai eu deux bons professeurs et comparativement à l’une d’elle les coups qui me sont portés me donnent l’impression de caresses. Je sais comment déboiter une épaule en frappant une aisselle, avec quel angle il faut frapper un genou pour briser une jambe. Je n’ai certes peut être pas la force de de leur faire vivre un véritable enfer, mais en attendant ils regrettent, tous. Je réserve un traitement spéciale pour leur chef qui prend peut être un peu plus de coups que nécessaire pour un type déjà cloué à un mur. Mais je veux être sûr qu’il ne recommence pas. Ou qu’au pire son état de santé ne le laisse pas recommencer de sitôt. Quand à ma dame en détresse de la soirée, elle avait déjà profité pour fuir en longeant le mur depuis plusieurs minutes déjà. Un merci n’aurait pas été de trop, mais à faire peur aux voyous on doit forcément récolter la peur des honnêtes gens. Je prends le même chemin pour monter à l’aide de ma tyrolienne équipée d’un moteur. Je n’ai guère le temps d’avancer deux trois ou quatre toits, quand l’impression d’être suivi devient tellement oppressante que j’en finis par faire volte-face l’arc et une flèche préparés pour un rab d’action.
 
-Je vous en prie…Le coup du ninja…A moi ?
 
J’espérais ne pas mettre trompé sur l’identité de mes poursuivants, et surtout sur leurs nombres. Car j’avais au moins une flèche de retard, et surtout l’arc pas véritablement dans la bonne position pour faire face à quelques personnes d’hostiles.


Dernière édition par Roy Harper/Arsenal le Mar 20 Mai - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.   Dim 18 Mai - 23:48


Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.

Arsenal → Green Arrow → Black Canary





Quelques temps pour s’adapter à cette ville, la criminalité était d’un taux énormément élevé. Je n’avais encore jamais vu une telle chose. Comment autant de mauvaises personnes pouvaient se retrouver au même endroit ? Le voilà le nouveau mystère de Gotham. Je comprends pourquoi Bruce m’avait demandé de lui filer un coup de main. Justement, ce service rendu me donnerait la possibilité de revoir une vieille amie… Et par là je veux bien dire, une très bonne amie. Pas n’importe qui bien sûr,  cette femme je la connaissais depuis un bail, si ce n’est qu’il est impossible que je me rappelle notre rencontre. Et puis ça n’allait pas être la seule que j’allais retrouver durant la soirée. Je n’allais évidemment pas oublier Roy, mon jeune protégé, qui ne l’ait plus depuis, certes de proches années déjà. Le temps était venu pour lui de me montrer qu’il avait changé, qu’il avait grandi, et surtout mûrit.

Une porte s’ouvrit sous mes yeux, la superbe blonde de Gotham que l’on appelait Black Canary sortit du bâtiment. Elle n’avait pas changé, toujours aussi gracieuse et avec un corps encore plus sublime que dans mes souvenirs. Je trouve que c’est important de le préciser… Peu importe après tout, le but de cette soirée était surtout que l’on veille sur la ville mais aussi que Dinah et moi puissions-nous entendre comme avant. Sans doute, je ne doutais pas de ses capacités, j’étais même sûr que tout comme Roy, elle avait progressé dans ses compétences. Et puis seul le temps nous le dira, je n’avais qu’à attendre que quelque chose se passe pour observer les progrès de chacun. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai évidemment toujours aimé apporter mon petit grain de sel sur les techniques de chacun. C’est un monde où il ne faut pas oublier que l’entraide et la solidarité existent toujours.

Bien, l’heure était arrivée pour moi de faire en sorte de trouver Roy. Disons que dans cette ville, il n’était pas toujours simple de trouver quelqu’un sur commande. Mais connaissant si bien le jeune Harper, je ne me doutais pas qu’il était en train de faire régner la justice quelque part. Avec Canary, nous partions en direction d’un quartier de Gotham où les petites bandes aiment bien s’en prendre à de pauvres innocents, ou plutôt de pauvres innocentEs en général. Bruce m’avait prévenu que la ville allait grouiller de toutes sortes d’agression, il était donc temps pour ma future équipe de se préparer à n’importe quelle éventualité. De toutes manières chacun de nous avait l’habitude de se retrouver dans des circonstances plutôt difficiles, voir extrêmement dangereuses.

C’est alors soudainement que j’entendis d’étranges bruits venant d’une ruelle à cul de sac, tout prêt de notre position.  Nous nous déplacions sur les toits de petits hangars, j’armais mon arc au cas où l’ennemi serait présent sur les lieux. C’est en arrivant au-dessus de la source de bruit que je reconnu Roy, même de dos et avec une capuche il ne pourrait jamais se cacher de moi…

«  Je l’ai retrouvé,  Dinah. »

Par la suite, quand nous avions remarqué qu’il avait totalement contrôlé la situation, avec évidemment une touche de violence en trop, que je décidais de ranger mon arme. Soupirant une première fois je me demandais comment allait-il m’accueillir. Sûrement pas avec des fleurs et des câlins, ni peut-être sans aucun sourire. Après tout, je ne pouvais pas lui en vouloir de me faire la tête…  Le passé n’est pas toujours à oublier. A force de le suivre de trop près, il finit par me réperer sans savoir qui le suivait vraiment…

« Je vous en prie… Le coup du ninja… A moi ? »

«  Roy. C’est moi… »

Il avait grandit en deux ans, et son costume lui donnait une certaine assurance. Je savais qu’au fond, il y avait toujours un Speedy qui n’avait pas oublier Green Arrow.


© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.   Lun 19 Mai - 14:26



Gotham laissait un goût amer dans la bouche. J’étais vraiment loin de mon ancienne vie. Ici, le vol était monnaie courante et le trafic de drogue aussi fréquenté qu’un super marché. De nombreux justiciers arpentaient les rues de cette ville et il fallait bien avouer qu’ils n’étaient pas de trop. Chacun agissait à sa manière, mais ajoutait une pierre à l’édifice afin d’assainir au maximum la ville. Cependant, la tâche semblait incommensurable et c’est pourquoi il fallait s’y atteler au plus vite. D’ailleurs, si je m’étais installée dans Park Row, ce n’était pas pour l’ambiance endiablée du quartier. Loin de là. Si je m’étais installée ici c’était parce que ce quartier était totalement rongé par la cupidité et que je jugeais cet endroit comme un bon début dans mon rôle de justicière, à Gotham. Mais je savais que je n’étais pas seule dans mon combat. Il y avait une personne qui comptait beaucoup pour moi : Green Arrow. Le justicier en cuir vert était également à Gotham et c’est ce soir où nous allions pouvoir agir côte à côte.

Depuis mon arrivée à Gotham, nous n’avions pas forcément eu l’occasion de travailler ensemble et pouvoir le faire à nouveau me faisait chaud au cœur. Une certaine alchimie était née entre Oliver et moi depuis un certain temps déjà même si… eh bien nous n’avions pas forcément le même caractère. Mais nous avions toujours réussi à bien nous entendre, et ce, quelle que soit la situation. Et ce soir, notre mission était de retrouver Roy, le protégé d’Oliver. Je tenais à ce jeune homme également, malgré les coups que j’avais pu lui donner au cours de ses entraînements. Je n’y avais jamais été de main morte, mais c’était le métier de justicier qui rentrait ! Mais j’utilisais les mêmes méthodes que mon propre mentor puisqu’elles avaient fonctionné sur moi. Je ne me mettais pas sur le même pied d’égalité que Ted mais j’essayais de faire honneur à son apprentissage en essayant de transmettre ce que je savais à quelqu’un.

Nous étions en train d’arpenter les rues de Gotham à la recherche de Speedy. Il pouvait être partout, mais Green Arrow le connaissait très bien et devait savoir où il se trouvait. Moi, je me contentais de suivre Oliver. Mais Park Row semblait être la destination de choix pour le jeune Harper. Notre petite course fût interrompue par des bruits provenant d’une ruelle qui se trouvait un peu plus loin. Bien entendu, nous devions absolument suivre cette piste puisque c’était la plus probable. Et comme je m’en doutais, Oliver l’avait bel et bien trouvé. Je me mis donc au coin d’un toit, m’accroupissant pour observer la scène. Il se défendait très bien ! Mais j’étais prête à intervenir si jamais ça tournait au vinaigre. Mais il maîtrisait largement la situation, je ne voulais pas m’imposer, car il n’allait peut-être pas apprécier. Après s’être occupé des malfrats, Roy remonta sur un toit à l’aide d’une Tyrolienne et s’en alla. On commença à suivre ses pas mais il ne fallut pas très longtemps au jeune Harper pour remarquer qu’il était suivi. Oliver se manifesta afin de faire baisser d’un cran la tension. J’en profitai pour me montrer, étant sur le toit d’à côté, qui surplombait celui où se trouvait Roy.

« Il va te manquer des flèches si tu veux nous impressionner, Speedy. »


Je fis un léger sourire avant de sauter et d’atterrir sur le même toit que l’Archer en rouge. Je me redressai avant de poser mes yeux sur lui. J’étais contente de revoir Roy, car ça faisait quelque temps que je n’avais pas eu l’occasion de discuter avec lui. En général, on s’échangeait plus de coups qu’autre chose puisque je l’avais entraîné. Mais aujourd’hui, ce n’était pas le but de notre petite visite. Roy venait de me prouver qu’il était tout à fait capable de se débrouiller seul et de se défaire d’adversaires supérieurs en nombre. J’étais fière de ce qu’il avait fait. Maintenant, j’étais curieuse de voir la suite. Curieuse de voir comment allait réagir Roy. Je n’étais pas certaine qu’il soit très heureux.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.   Mar 20 Mai - 22:39

TITRE
Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.
En un sens c’était peut être toujours mieux que ce soit lui qui me soit tombé dessus plutôt que je ne sais quel malade de cette ville. Il me prévient, de sa présence avait-il eut peur de récolter une flèche perdue ? Il avait peut-être raison, moins fatigué et avec plus de munition j’aurai surement tiré avant de parler, j’aurai surement tiré à côté mais tiré tout de même. Il avait l’air en forme lui aussi. Visiblement la perte de son sidekick n’avait l’air de trop le déstabiliser dans ses habitudes. Je ne fais pas un pas vers lui, je range juste mon arc et la flèche que j’avais armée. Je trouve la distance plus agréable pour m’en tenir à ce que j’ai décidé. J’espère aussi que de son côté il ne fera pas plus d’effort que moi.
 
-Salut Green…J’ai vraiment cru que tu mettrais plus de temps avant de te rendre compte que j’étais réellement parti…
 
J’avais certes parlé sur le ton de la conversation, mais j’ai les bras croisés, une oreille avertie aura surement perçue l’acidité de mes propos. Mais c’est à cet instant qu’arrive l’une des seules que j’aurai bien voulu voir, mais dans d’autres circonstances. Mais bien heureusement elle m’aide à conserver mon attitude. Speedy…J’étais parti en laissant ce surnom mourir à Starling City. Je ne voulais plus qu’on me rappelle ainsi, cette période de ma vie est finie. Oliver avait donné les premiers coups de couteaux, moi j’avais laissé le corps de côté. Je sens les poils de mes bras s’hérisser, alors que je tourne légèrement la tête vers elle. Je ne lui rends pas son sourire
 
-Bonsoir Black Canary. Oliver à surement du oublier de t’en parler, mais je ne réponds plus au surnom de Speedy. A partir de maintenant tous me connaitrons sous le nom d’Arsenal.
 
C’étaient-ils donné rendez-vous avant de venir me chercher ? Surement, j’en aurais surement fait de même. Après tout à une époque ils avaient représenté tout ce que j’avais de plus près d’une famille. J’avais rêvé de pouvoir me tenir à côté d’Oliver de lui ressembler de connaitre sa réussite, quand à Dinah, elle avait beau m’avoir peut être causé plus de blessures que les racailles dans les rues. Je lui avais toujours tout dit, enfin jusqu’à maintenant. Et à la voir se tenir ainsi fièrement à l’endroit où j’étais avant me faisait bien croire qu’elle avait choisi son côté.
 
-Ca n’a jamais était une question du nombre de flèches…Enfin…J’pense bien que ce n’est pas pour parler du contenu de mon carquois que vous vous tenez devant moi ce soir ?
 
Et quand bien même je n’allais pas le montrer, il n’y en avait qu’un tiers qu’ils auraient accepté. Le reste était soit bien trop violent, soit pour quelques-unes à ne sortir qu’en de terribles occasions, mortel. Je n’avais encore tué personne, et je n’y comptais pas. Mais j’en avais estropié un bon paquet, si les deux c’étaient installés à Gotham bientôt ils apprendraient ce que les autorités pensaient de moi. Je prends appuies contre le gros bloc de sorti d’aération derrière moi.
 
-En tout cas je constate avec plaisir que tu n’es pas resté seul bien longtemps Green Arrow. J’espère pour Black Canary que tes comptes vont rester stables longtemps cette fois.
 
J’en reviens encore une fois à ça. J’ai un peu l’impression de tourner en rond. Je suis parti pour tourner la page et pourtant mon cerveau ne cesse de revenir là-dessus. J’en ai les poings qui se serrent. Pourquoi ne pas simplement les regarder, l’un à côté de l’autre sans penser à cette époque ou je me serais surement tenu entre les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.   Mer 21 Mai - 17:21


Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.

Arsenal → Green Arrow → Black Canary





Le voilà, je le cherchais depuis pas mal de temps et il était là. Mais après réfléxion, ce n’était pas du tout la même personne. En tout cas, ce n’était plus Speedy, ce n’était plus l’ancien Roy non plus. Maintenant j’avais affaire à quelqu’un d’autre. Une personne qui avait changé ses convictions, envers ses mentors en tout cas. Il était s’était égaré selon moi, Roy n’avait pas emprunté la bonne route et évidemment, c’était ma faute. Je pouvais comprendre qu’il n’allait pas faire d’effort, je savais bien aussi qu’il ne ferait pas le premier pas.

« Je te cherche depuis que tu as quitté Star City. »

On avait beau me jeter la pierre, c’est aussi lui qui a continué à faire son égoïste. De là, m’occuper de tout n’était pas possible et ce n’était plus un petit garçon. Dinah était un petit peu en retrait comparé à moi, elle devait soigner ses mots pour ne frustrer de trop le garçon. Quant à moi, je savais que le provoqué n’était pas la meilleure idée, mais je savais aussi qu’il était temps de le résonner. Il pensait croire que je l’avais oublié… Et lui avait oublié qu’il n’était surement pas le centre du monde. Au final, je ne me doutais pas que j’allais parler à un sourd. Je connaissais Roy, mais j’avais encore du mal à ce qu’il ne soit plus là, à nos côtés pour combattre. Et puis dorénavant, ce n’était plus Speedy mais Arsenal. Je pouvais comprendre qu’il était en colère et qu’il voulait se forger une nouvelle identité, mais de là complètement renier ses origines, de ne plus se rappeler de là où il vient. Après tout, c’étaient ses choix et je devais m’y résigner, pour l’instant.

« Oui sauf que ton arsenal n’a pas vraiment changé. »

Roy n’aimait pas vraiment que l’on joue sur les mots et il prendra plutôt mal cette réflexion, en répondant j’en suis sûr par rapport à son indépendance. Ce qu’il ne comprenait pas c’est que j’ai toujours voulu le protéger, notre duo marchait aussi très bien. Une chose allait être dure ce soir : Convaincre Roy de revenir se battre à nos côtés. Il ne serait pas un acolyte comme il l’a toujours cru mais bel et bien un équiper de taille. Sa vie n’a pas été simple c’est certain, mais mon objectif était de le protégé, même si pour lui c’était le contraire. Comme si un père protégerais son fils, voilà ce que nous étions… Avant.

« Tu ne penses pas ce que tu dis. Tes mots dépassent ta pensée. Moi et Black Canary sommes ici ce soir pour te ramener à la maison et que tu puisses reprendre ta place dans l’équipe. Tu pourras rester Arsenal et tu ne seras jamais en retrait. »

Tout ce que je voulais, c’est retrouvé le Roy que j’ai connu. Je garçon qui était toujours heureux de partir en mission. Celui qui assurait mes arrières quand j’assurais les siennes… Je voulais simplement revoir ce héro toujours motivé à sauver notre ville. Il était temps de tourner une nouvelle page, de reprendre les choses à zéro et de reformer la Arrow Team… Car c’est ça que l’on était, une équipe, une famille.



© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.   Jeu 22 Mai - 18:25



Oliver et moi avions réussi à arrêter Roy. Enfin, il nous avait entendus, surtout. Oliver avait manifesté sa présente en premier avant que je le fasse, à mon tour. Je pouvais sentir une certaine tension entre les deux garçons. Le ton qu’avait pris Roy me surprenait un peu. Ce n’était pas le garçon que j’avais connu auparavant. Il semblait avoir changé du tout au tout. Je ne savais quelles péripéties le jeune garçon avait pu traverser, mais il me tardait de le découvrir. Je savais que lui et Oliver s’étaient séparés, mais je n’avais pas vraiment tous les détails qui me permettaient d’avoir un avis objectif. Mais après tout, je n’avais pas vraiment à me mêler de leurs histoires. Je ne voulais pas être un frein à leur éventuelle réconciliation. Quoi qu’il en soit, il ne se faisait plus appeler sous le nom de Speedy, mais plutôt par Arsenal. Un pseudonyme qui semblait beaucoup plus mature, mais certainement pas aussi charmant que Speedy. Moi, j’aimais bien l’appeler comme cela, mais visiblement, il n’y tenait plus trop. Je fis un léger sourire lorsqu’il me répondit sur son nombre de flèches. Il avait raison. Avec une seule flèche, il aurait pu nous arrêter. Roy était quelqu’un d’intelligent et de brillant et j’étais fière de ce qu’il était devenu. Quoiqu’il fallait peut-être revoir un peu son caractère. Mais il devait certainement avoir une bonne raison d’agir ainsi. Il venait de lancer une nouvelle pique à Oliver. Une pique qui pouvait le titiller à nouveau.

J’étais vraiment prise entre deux feux et je ne savais pas du tout dans quel camp je devais me mettre sans rendre jaloux l’autre. Je me voyais plutôt neutre dans cette histoire bien qu’Oliver semblait employer plus ou moins le même ton que son ancien protégé en parlant de son pseudonyme. Je posai mes yeux sur le Justicier en cuir vert. Un regard direct qui en disait long. Je n’avais pas besoin d’employer de mot pour qu’Oliver comprenne que ce n’est sûrement pas comme ça qu’il allait de nouveau serrer la main de Roy. Oliver essayait tout de même de raisonner l’ancien Speedy. Mais au final… Était-ce vraiment lui le fautif ? Ou Oliver ? J’avais aussi ma part de responsabilité dans tout ça. Alors oui, j’avais entraîné Roy, mais je ne l’avais plus vu depuis un certain temps et j’aurais certainement dû renouer le contact plus tôt. Enfin, avant de voir Oliver, je ne savais pas que Roy était également à Gotham City.

« Tu peux nous blâmer… Tant que tu veux d’ailleurs. Mais je serais tellement fière et honorée de pouvoir me battre à tes côtés. Tu as tellement grandi. Tu ne peux pas savoir à quel point je suis contente de voir ce que tu es devenu. Tu es fort. Très fort. »


Je doutais que de simples paroles allaient faire résonner Roy en un clin d'œil, mais il fallait que je tente également ma chance. Ce que je disais était vrai d’ailleurs. J’étais fière du chemin accompli par le jeune Harper. Il était devenu très fort et je n’avais qu’une envie, c’était de pouvoir le compter comme un allié de taille dans les différentes futures tâches que l’on allait accomplir. Mais Roy… Il semblait posséder cette colère en lui… Cette colère qui demandait qu’une seule chose : sortir et s’abattre sur Oliver. J’espérais vraiment que ces retrouvailles n’allaient pas tourner en règlement de compte.

« Et puis… Je suis curieuse de voir si tu es capable de me rendre tous les coups que je t’ai donnés. »

Je lui fis un petit sourire. Je ne me voulais pas provocatrice. Loin de là. Ce que je venais de dire avait pour but de détendre l’atmosphère fortement électrique, bien que je n’étais pas contre un petit combat contre Roy. Afin qu’il me montre tout ce qu’il avait appris depuis notre dernier entraînement. 





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.   Lun 26 Mai - 18:16

TITRE
Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.
Depuis mon départ de Starling city vraiment ? Difficile de dire comment je prends la chose, une part de moi attendait cette réponse mais une autre me dit qu’il était presque évident que sincère ou pas il m’aurait répondu ça. Et encore une fois grâce à lui je reste de glace. Retourner ses armes contre lui est aussi grisant que frustrant. Par là je lui montrais que j’avais retenu les leçons que j’étais prêt à faire face, et d’un autre coté cela ne faisait que confirmer que je n’étais que son imitation.  J’en étais même arrivé à m’en frustré moi-même. J’avais intercepté son regard, un regard que j’avais appris à connaitre et reconnaitre ses derniers temps. Un regard que j’avais dû affronter à chaque fois que j’étais venu lui chercher un peu de temps hors des missions. J’étais peut être le sale gamin en manque d’attention, plus qu’il n’était le mauvais frère trop accaparé par son travail. Les choses de ce point de vue n’étaient pas claires dans ma tête. Mais je n’avais jamais supporté de voir ceux qui m’étaient proche s’éloigner. Possessif surement. Un spécialiste du comportement aurait surement pu faire son pain la dessus.
 
Sa remarque sur mon armement me fait sourire légèrement ironiquement. Son ton était bien entendu ironique, vouloir marquer mon indépendance tout en gardant l’arc qui était pourtant sa marque de fabrique a lui. Cependant, j’en avais déjà fait la mienne avant de le rencontrer, cette arme était autant le lien qui m’unissait à lui que le lien que j’entretenais avec les indiens de ma tribu du nouveau Mexique. Alors oui mon équipement n’avait pas tellement changé, mais renoncer à l’arc n’aurait pas été juste renoncé à ma vie de Speedy, cela aurait aussi été renoncé à mon identité de Roy Harper.
 
-Tu m’as trouvé l’arc à la main Green…Cet arc dans ma main, c’est bien plus que ma seule identité de Speedy…Ou Arsenal. Chaque flèche qui sort de cette arme, en sort aussi pour ce petit garçon qui a tout perdu dans une forêt qu’il considérait comme sa maison.
 
Me ramener à la maison, qu’est-ce qu’une maison Ollie ? Si une maison peut simplement se définir d’un point de vue architectural alors même trois planche de bois au-dessus d’une tête peuvent servir de maison. Ce qui différencie une maison d’un abri, ce sont les gens à l’intérieur. Ce sont les gens et non les murs qui font une maison. Et en cas, et en tant qu’orphelin je n’étais plus bien sûr d’avoir encore quelque chose comme une maison. Retourner au manoir Queen, pour y étudier seul dans ma chambre et préparer mon matériel pour la nuit je pouvais faire ça n’ importe où. Il était ce qui faisait de cette grande bâtisse ma maison. Et sans lui, ce n’était qu’une immense demeure vide et inhospitalière.
 
-Les orphelins n’ont pas de maison. Juste des toits au dessus de leurs têtes.
 
Fort ? Aucun des deux n’y étaient, écraser cette bande de voyous n’importe qui avec un peu de muscle et un cerveau fonctionnant correctement y serait arrivé. Speedy y serait arrivé, mais quand était venu le moment d’être un véritable héros, j’avais échoué, des gens avaient perdu la vie. Et je me sentais encore sale de tout ceci. Je ne pouvais pas réclamer le droit de faire partie de leur équipe, de travailler avec eux en égal. Je ne suis pas encore fiable, je ne suis pas assez fort. Je n’avais pas la moindre idée de leur niveau de sincérité. Je ne savais s’ils n’étaient pas justes en train de me passer de la crème pour que les choses s’arrangent. Mais une chose était sûr, je n’étais pas encore prêt à réclamer ce que j’étais venu chercher ici. Accepter de revenir maintenant, équivaudrait à accepter de redevenir l’ombre d’Oliver, de rester cet enfant effrayé à l’idée de perdre à nouveau son foyer et les gens à l’intérieur.
 
-Je…
 
Je pris une grande inspiration. J’aurai préféré ne pas rencontrer aucun des deux aujourd’hui. J’aurai finalement peut être préféré qu’Ollie mette plus de temps à voir mon absence et à me retrouver. Prendre cette décision ne fut pas évidente, la tenir le serait surement bien plus. Ne plus être Speedy sans pour autant atteint le niveau que j’attendais de moi pour être pleinement Arsenal me rendait dingue. J’aurai préféré pouvoir le retrouver lui, et lui annoncer triomphalement être son égal.
 
-Non, je ne peux pas réclamer cette place dans l’équipe…Pas encore, pas plus que je peux rendre la longue liste de coups que j’ai pris durant l’entrainement.
 
Ma mâchoire est serrée, je siffle plus que je ne parle. Je sens chaque centimètre carré de muscle chez moi tendu près à rompre. Mon égo à l’agonie torture tous les organes se situant au niveau de mon ventre. L’équilibre de ma voix aussi est sur le point de se rompre, ce qui serait surement l’apogée de cette soirée merdique.
 
-J’ai changé de nom, de costume, il y a des flèches dans mon dos qui vous ferez pâlir à n’en point douter. Mais ce n’est pas suffisant. Je suis toujours le même gamin seul, faible et colère parti de sa grande et vide chambre de Starling city pour trouver quelque chose. Et je n’y retournerai pas avant de l’avoir trouvé.
 
Je quitte mon appuie et recul légèrement, je n’ai pas spécialement envie qu’ils ne puissent se rincer l’œil avec l’expression pathétique de mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une flèche perdue, bien bien loin de sa cible.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: