Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi   Sam 10 Mai - 16:03

Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi
Andrea Beaumont/Phantasm & Solomon Grundy & Killer Croc
Gotham city était connue pour ses nuits aussi noire que l’ébène, dépourvue de la lumière des étoiles, mais à la lune aussi énorme dans le ciel qu’un phare au milieu de la nuit. Andrea avait oublié à quel point les nuits étaient longues dans la cité du crime mais cela ne la dérangeait pas, bien au contraire. Accroupie sur la gargouille d’un vieil immeuble désaffecté comme Gotham en comptait une centaine, portant son costume de Phantasm, elle attendait, sa longue cape déchirée gris sombre flottant dans la brise du soir qui venait de tomber sur l’imposante métropole. Qu’attendait-elle ? Le moindre mouvement du côté de l’un des dépôts d’armes de la famille Maroni. Bientôt, elle mettrait en place son objectif : sa vengeance contre tous les mafieux qui pullulaient dans la ville. Oui, ce n’était pas un travail facile et elle avait du pain sur la planche. Mais sa détermination était sans faille, muée en grande partie par la douleur de la perte de son père. Elle ne pensait plus qu’à ça, et le jour elle n’avait qu’une hâte c’était de revêtir le masque du Phantasm pour faire s’abattre sa colère sur tous les mécréants qui avaient cru briser la famille Beaumont sans en assumer les conséquences. Et elle était prête à prendre son temps, à les briser un à un, à les acculer au mur jusqu'à ce qu’ils utilisent leurs dernières ressources pour se défendre. Et alors, elle les achèverait. De sa faux ferme et implacable, elle mettra un terme à la pègre à Gotham. Elle mettra un terme à leurs agissements et leur attitude supérieure, comme si tout leur était acquis de droit.

Il y eut du mouvement dans l’entrepôt et Andrea plissa les yeux derrière son masque de mort. Ses lunettes infrarouge zoomèrent sur une des entrées du bâtiment et elle vit quelques hommes en sortirent, portant des mallettes. Visiblement une transaction avait été faite, mais Andrea se moquait bien de leur nature. Non, ce qu’elle attendait, c’était l’homme qui semblait être le leader du groupe, portant un grand imperméable noir avec un chapeau assortit, une cigarette aux lèvres et l’air renfrogné, une grande balafre barrant son visage d’une oreille à l’autre. Joe Granziero. Un petit au sein de la pègre, un des hommes de Maroni, mais une bonne pêche tout de même. La soirée allait être intéressante, plus intéressantes que les nuits où elle ne moissonnait que des sous fifres de bas étage. Le Phantasm suivit le groupe d’homme de loin assez aisément, puis vit Granziero entrer dans une berline noire alors que les autres sbires se séparaient chacun de leurs côtés. La silhouette inquiétante disparue dans un nuage de fumée, descendant grâce à un grapin pour réapparaître dans une ruelle un peu plus loin, dans la direction vers laquelle la berline se dirigeait. Andrea s’avança, ses nuages de fumigènes la faisant comme jaillir du sol à l’instar d’un spectre terrifiant. Le chauffeur pila et dérapa sur la chaussée mouillée, s’encastrant dans une devanture de magasin de prêt à porter. Granziero réussit à s’extirper du cadavre de la voiture en grognant et pestant comme un charretier.

- Bordel, c’est qui ce clown ?!

Andrea eut un rictus sous son masque et s’avança vers le mafieux, semblant flotter au milieu de son nuage de vapeur. Sa voix s’éleva alors, modifiée via son masque, résonnant dans la nuit, grave et sinistre.

- Joe Granziero. L’ange de la mort t’attend…
- Tu vas voir qui va rejoindre l’ange de la mort, taré !

L’homme sortit son revolver et chercha à tirer sur son assaillant qui s’approchait de plus en plus. Grâce à un habile stratagème, les balles s’emblèrent traverser le spectre alors qu’elles avaient simplement rebondis sur la combinaison renforcée de Andrea. Joe Granziero devint blanc comme un linge et commença à trembler. Andrea s’en délecta et un sourire germa sur ses lèvres, dissimulées derrière son masque.

- Mais… Ce n’est pas possible ! Qui es-tu ?! S’égosilla le mafioso.

Le Phantasm ne répondit pas et se contenta de lui montrer sa main droite ornée d’une lame étincelante tout en s’approchant toujours de lui. Granziero paniqua et chercha à tirer de nouveau sur le spectre tout en reculant et voyant que cela ne marchait pas, il chercha à fuir. Andrea se jeta sur lui et lui lacéra l’épaule alors que l’homme se retournait et essayait de lui mettre une balle entre les deux yeux. Mais évidemment, cette dernière ricocha sur le masque et le Phantasm émit un ricanement narquois en faisant craquer ses vertèbres. Le mafioso poussa un gémissement de détresse en attrapant son épaule et s’enfuit en courant. Andrea le suivit calmement. Il ne pouvait lui échapper à présent. Plusieurs fois, elle s’amusa à réapparaître en face de lui où là où il ne l’attendait pas, usant de sa brume pour le déstabiliser. Bientôt manquant de ressources et de balles, Granziero pesta et ouvrit une trappe d’égout pour s’y réfugier, descendant la longue échelle jusqu’aux imposants tunnels inondés et odorants. Alors qu’il était presque arrivé en bas et commençait à souffler, il vit la fumée s’engouffrer à sa suite et eut juste le temps de sauter, se foulant la jambe en atterrissant. Il poussa un cri de douleur et rampa en arrière, Phantasm atterrissant violemment à sa suite, accroupie et entourée de fumée. Le spectre releva la tête vers sa cible et cette dernière poussa un nouveau cri en utilisant les quelques balles qui lui restaient. Andrea se releva doucement, imposante dans son costume masculin.

- Inutile d’essayer d’échapper à la mort, monsieur Granziero…
- Va te faire foutre, monstre !!!


L’homme se redressa maladroitement et chercha à s’enfuir dans les tunnels, Phantasm le suivant de prêt. Il était perdu, lui comme Andrea le savait mais la nature humaine était ainsi faite que l’homme lutte jusqu’au bout pour sa survie. Alors que Granziero pensait avoir perdu son poursuivant, claudiquant et son épaule ensanglantée laissant une traînée dans l’eau, il arriva dans une intersection et entendit un grand bruit arriver dans sa direction. Il plissa les yeux pour essayer de voir à travers l’obscurité et chercha un briquet dans sa poche qu’il alluma. Son visage devint livide et son regard s’écarquilla d’horreur.

- Qu’est-ce que… ?! Qu’est-ce que c’est que ce monstre ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi   Dim 11 Mai - 15:31

Gotham. Une Dame magnifique, dangereuse, imprévisible. Qu'es-ce que je l'aimais, à la fois sombre et lumineuse par bien des égards, une dame de plus haut rang, une dame digne d'être aimée. Et malgré cela, cela faisait bien longtemps que je n'étais pas revenu la voir, elle me manquait. Ah. Que j'aimais Gotham.

Mais pour y aller, j'étais obligé de passer par ses dessous, ses égouts puant et dépourvue de toute subtilité, mon marais aussi était puant, mais, lui, il était subtil, mystérieux, adorable. Les égouts, eux, n'était qu'une suite de tunnels identique, sans aucun mystère, sans aucune surprise. Au contraire de la créature qui les habitait, seul créature au monde à pouvoir m'inspirer un soupçons de peur, une créature horrible, mais n'en parlons pas. Parlons seulement du faite qu'à cause d'elle j'étais tendu à l'extrême en traversant les égouts, à tel point que je marchais à l'instinct, je regardais partout sauf devant moi.  Dans chaque ombre, à chaque tournant, je voyais sa silhouette se dessiner. Pour me rassurer, je grommelais dans ma barbe

-J'dois devenir parano. C'est des ombres rien de plus.

Je me raidissait alors, j'était aussi raide et tendu qu'il était possible.
J'avais entendu un bruit, un bruit infime, comme quelqu'un qui rentrait dans l'eau, c'était proche peut-être à un ou deux tournant de ma positions, j'avançais plus discrètement, c'était net maintenant, des bruits de pas précipité venait vers moi, quelqu'un courait, un humain de morphologie normal. Ce n'était donc pas lui. Je me détendis. Un peu. Puis je me préparais au massacre, j'étais là, autant m'amuser non ? Je réfléchis très vite, comment pourrais-je le tuer ? En l'écrasant contre le mur ? En l'attrapant et le frappant par terre... Non... Non.. Bien trop rapide, quelque chose qui me ferait profiter, quelque chose qui pourrait me détendre, j'en avais bien besoins. Alors je décidais de lui faire peur. 
Je me cachais alors dans l'ombre, enfin, cacher, autant qu'il était possible pour ma taille. Je m'arrangeais pour qu'il n'y ait plus que mon corps d'un blanc de mort qui n'apparaissent, je fis en sorte que ma tête soit cachée dans l'ombre. Puis je couru dans la direction du bruit.

Alors le petit homme arriva. En me voyant, il s'arrêta d'un coup, et parut encore plus affolé qu'il ne l'était déjà. C'était un homme normal, pour moi, ils se ressemblaient tous, mais lui était particulièrement commun, si l'on exceptait la grande cicatrice lui barrant le visage. Je souris de toute mes dents, d'un blanc impeccable. 

-Salut toi, tu veux jouer avec moi ? 

Il hurla alors de sa meilleur voie, de sa voie la plus terrifiée : 

-Qu'est-ce que... ?! Qu'est-ce que c'est que ce monstre ?!

 
-Moi ? Moi je suis ton pire cauchemars. Mais tu peux m'appeler Grundy. 

Je fûts alors pris d'une convulsion incontrôlable. Je ris. De tout mon coeur, de toute mon âme. Enfin ! J'étais de retour à Gotham ! Et qu'est-ce qu'elle m'avait manqué !

Je pris alors l'homme par les épaules et le secouait, il hurle beaucoup, de peur surement, je vois ses yeux rouler dans leur orbitre il devient fou. Il se pisse dessus, c'est vraiment pas jolie à voir, mais qu'est-ce que ça m'amuse ! Je le reposais alors à terre. 

-Si tu me dis ton nom et qu'il me plait je te laisse la vie sauve. 


-J...J...JOE MON NOM EST JOE ! Je vous en supplie laissez moi vivre ! 


-Mouais... Non, ça me plait pas, désolé.

J'élançais alors mon poing en arrière, dans le but de lui faire exploser la tête, mais je m’arrêtais au dernier moment. J'avais entendu deux autres bruits. C'est le second qui me poussait à m’arrêter. Le premier était un simple bruit de bombe fumigènes, oui c'était le même bruit, je penses. Mais le second lui, me fit revenir en arrière, dans mon passé. C'était un rugissement, un rugissement bestial, il était encore loin, mais il était là. Il arrivait. Une fois de plus je souriais. 

-T'es vraiment mal barré, Joe. T'as pas idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi   Mer 2 Juil - 2:37

Il semblait que beaucoup trop d'intrus avaient pénétrés les égouts de Killer Croc, dans un laps de temps beaucoup trop court pour que l'immense lézard ne s'en préoccupe pas. Se dirigeant vers les personnes visiblement inconscientes, au seul biais de sa main plaquée au mur pour détecter les vibrations que les personnes produisaient en se mouvant et peut-être, s'ils étaient assez stupides pour le faire, en parlant, il se rendit bientôt compte qu'il était assez loin. Mais ils semblaient encore plus stupides que prévu, ces gens, puisque l'un d'eux utilisait des gadgets somme toute assez bruyants, un autre hurlait carrément, et un troisième parlait a haute et intelligible voix. Mais cette voix... Killer Croc marqua un temps d'arrêt, pour plusieurs raison. Primo, son long exil sous terre avait fait naître en lui un appétit qu'il ne pouvait plus contenir, et le sang sentait. Le sang et la peur. Secundo, cette voix rappelait des souvenirs désagréables au crocodile. Les intonations étaient beaucoup trop familières. Se redressant de toute sa hauteur, le Killer Croc poussa un long rugissement : il arrivait. Et il plongea dans le canal courant en plein milieu des égouts, pour nager plus vite à l'encontre de ces visiteurs incongrus.
 
Il nageait à toute vitesse dans l’eau croupie, habitée de créatures aussi répugnantes que nombreuses. Oh non il n’y avait pas que des rats dans les profondeurs des égouts, et ça personne ou presque ne le savait. Les puissants muscles de Croc le propulsaient à toute vitesse, alors qu’il était totalement immergé, et pendant le voyage qui se fit de manière quasi machinale, il eut tout son temps pour réfléchir. Etait-il vraiment prêt pour une éventuelle confrontation ? Sûrement. Il avait fallu occuper les journées là-dessous, et porter des carcasses de voitures et des cadavres par dizaines n’avaient que renforcés l’imposante musculature du reptile géant. Et, au grand dam de ceux qui osaient choir dans son domaine, ses longues rondes lui avaient permis de parfaire sa connaissance déjà importante des lieux. Il arrivait enfin, et il sentait vibrer au fond de son crâne l’étincelle de la rage, qui jamais ne le quittait, toujours plus puissante, presque dominante. A deux mètres du groupement, il se releva de toute sa hauteur, dominant deux des personnages présents, et dépassant moins que d’habitude le troisième.

Alors, qu’est-ce qu’on avait là ? Apparemment, son arrivée avait provoqué un silence, le silence qu’il aimait tant. D’un côté un mafieux que Killer Croc connaissait de vue, il observait souvent les choses… Un certain grand-zéro. Ou Granziero, peu importe. A ses côtés, une silhouette semblable à une apparition, au physique masculin et à l'odeur de femme. Allons bon, si même les travestis de Gotham venaient se perdre ici...  Et en face de lui, juste en face, avec une expression de crainte, de défi, et de tout plein d’autres sentiments sur lesquels le crocodile ne saurait mettre de noms. Il s’approcha encore un peu, soufflant lentement, ses muscles saillant de l’effort brusque qu’il avait dû exécuter pour rejoindre au plus vite l’endroit, des gouttelettes perlant le long de ses écailles verdâtres.



« Et bien, j’espère que je ne vous dérange pas, ça a l’air d’être une réunion importante ici. Granziero, c’est toujours un plaisir de voir que les larbins de Maroni aiment venir se perdre en ces lieux. Ils sont tout le temps bien grassouillets et plein de petites coupures. Et vous deux…-il dévoila des rangées de dents aiguisées a en faire pâlir un forain lanceur de couteaux- vous avez intérêt à très vite sortir. Sauf toi, Grundy. Tu savais que dans quelques heures il sera minuit, et qu’on sera donc un Samedi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi   Ven 4 Juil - 9:50

Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi
Andrea Beaumont/Phantasm & Solomon Grundy & Killer Croc
G La fumée épaisse s’insinuait dans les égouts de Gotham avec un chuintement sourd, immaculée et fatale. A l’intérieur de ce nuage irréel semblant sortir d’un cauchemar, le Phantasm avançait, calme, son pas assuré mais silencieux presque imperceptible alors qu’elle suivait sa cible. Impossible de lui échapper, la trainée de sang dans l’eau était suffisamment voyante pour que n’importe quel imbécile soit capable de pister ce très cher Joe Granziero. Sans parler de sa respiration précipitée et gémissante qui résonnait dans les couloirs. Mais bientôt, elle perçut distinctement une voix grave, imposante puis sa cible qui paniquait face à quelque chose. Un monstre. Serait ce l’un des rejetons de la sombre Gotham qui était venu lui rendre visite au sein même de ses détritus ? Le Phantasm pressa le pas, mais resta le plus discret possible, se dissimulant dans l’ombre de l’obscurité ambiante, uniquement illuminée par moment par un néon sale et crépitant. Bientôt, sa cible rentra dans son champ de vision, et quelque chose de bien plus grand aussi. Un immense individu d’un blanc de craie, à la taille surhumaine et au physique semblable à une créature de Frankenstein. Jamais Andrea n’avait vu pareil colosse. Et que faisait donc un individu pareil dans les égouts ? Elle n’eut pas le temps de se poser plus de question, car le nouveau venu s’attaquait à présent à sa proie. Le Phantasm ne pouvait le laisser faire, et détacha une bombe lacrymogène de sa ceinture pour la lancer. Elle fut interrompue par le bruit d’un rugissement qui venait du fin fond des égouts. Décidément, les égouts de Gotham était une véritable attraction touristique. Mais le Phantasm lança tout de même sa bombe lacrymogène. Cette dernière tomba dans l’eau croupie avec un claquement sonore avant d’éclater et libérer son contenu dans un chuintement brutal. Bientôt, le couloir fut envahi de fumigène, et la faucheuse en profita pour se précipiter au milieu de la scène afin de récupérer sa cible. Joe Granziero était toujours dans la main du colosse cependant, et il n’avait visiblement pas l’intention de lâcher prise.
Alors qu’Andrea, sous son costume masculin, s’apprêtait à lacérer le poignet de son nouvel attaquant pour le faire lâcher, levant son crochet pour frapper, elle fut surprise par un jaillissement d’eau. Quelque chose de massif était sortit de l’eau et les toisait tous. Un souffle fort, un grognement sourd. Le Phantasm observait son nouvel ennemi avec attention, sa vision thermique lui laissant deviner de la musculature du monstre. Elle s’était immobilisé, tenant le bras de Joe Granziero qui bizarrement, par réflexe, s’était agrippé à la main de son ancien bourreau, comme persuadé qu’une gorge tranchée valait bien mieux qu’une tête écrasée, le souffle éreinté, les larmes aux yeux. Etonnant de voir un homme qui se voulait si redoutable aussi vulnérable. Mais Phantasm était plus occupée à observer les deux colosses. Une tension semblait règner entre eux et quand le dernier arrivé commença à parler, elle n’eut aucun mécontentement. Au contraire, elle voulait Granziero. Mais est-ce que le mort-vivant allait le lâcher, c’était autre chose.
La voix de Phantasm résonna dans les égouts, grave et rauque, très masculine, imposante et catégorique.

- Tout ce que je veux, c’est Granziero. Aucun mal ne vous sera fait si vous me le remettez sans faire d’histoire.

La fumée commença à se dissiper, laissant apparaître l’apparence fantomatique d’Andrea, toujours la poigne serrée sur le bras de sa cible. Oh non, elle ne laisserait pas Granziero mourir par les mains de quelqu’un d’autre. Jamais. Ce dernier d’ailleurs réalisa qu’il avait le moyen de se défendre et ouvrit la bouche pour parler.

- Killer Croc ! Je vous paierai si vous me sauvez de ce foutu squelette et de ce taré de zombie ! Je vous paierai grassement !!! Vous ne le regretterez pas !!!

Le Phantasm tourna son regard vers Joe qui retira son bras et commença à se débattre pour s’échapper de la poigne du colosse. Ainsi donc ces deux là se connaissaient. Le visage de tête de mort se tourna cette fois vers Killer Croc. Cela voulait il donc dire qu’il travaillait pour la mafia en partie ? Si c’était le cas, les prochaines secondes pourraient être intéressantes.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi   Ven 4 Juil - 21:16

U

 
 

 


 Avait-il grandi ou ma forme était-elle plus petite que la précédente ? Il me dépassais d'au moins une demi-tête. Mon âme fut envahie d'une excitation sans borne. Enfin, il était là, enfin j'allais pouvoir me battre. L'envie de sang se fit tellement forte, que je donnais un coup de poing d'une violence inouïe dans la tête de Joe. Mais au dernier moment, une pensée fulgurante me traversa l'esprit, je ne devais pas le tuer. Pas tout de suite, je n'avais pas envie d'avoir des démêlés avec la mafia. Mafia qui, si on l'emmerdait, pouvait très bien appelait la ligue des ombres en dernier recours. Hors de questions. Je fis donc dévier mon poing qui pulvérisa le mur juste au dessus de la tête du mafieu. La terreur apparut dans ses yeux, je crois même qu'il s'était pissé dessus. Encore.  Pour qu'il arrête de se débattre et surtout de déblatérer des conneries, comme si il allait se laisser acheter par un pauvre type comme lui, je déplacer légèrement la mains qui le tenait, elle englobait maintenant toute sa tête. Dont sa bouche. Il devait souffrir, mais j'avais une bonne prise, je ne le tuerais pas.
En y réfléchissant lorsque je traversais les égouts j'avais presque peur de me retrouver en face de lui, pourtant maintenant que c'était arrivé, maintenant qu'il étais là, je n'avais qu'une envie, le battre. Lui, lui et ses écailles aussi dur que la pierre, lui et sa bouche garnis de long couteau blanc et aiguisé, lui et ses griffes 
meurtrière
. Killer Croc. 

Un pauvre lézard pas foutu d'arriver 
discrètement.

Puis je remarquais l'autre. Une pauvre petit créature au milieu de titans. Je crois que toute cette fumé venait de lui ou elle. Une odeur à n'en pas douter féminine mais un costume d'homme. Un Travelo ? Bizarre.. Que faisait-il là ? Peut-être était-il là pour...  Joe. Dommage pour lui alors, parce que de Joe il était dans ma mains. Et je déteste lacher mes proies.
 Je me mis à rire. Je venais de comprendre la connerie absolue qui était sortie de sa bouche juste avant que je pulvérises le mur. 

-Aucun mal ne nous sera fait ? Bon alors écoute le travelo. Tu dois faire à peu près la taille de nos cuisses. Alors bon, tu ferais mieux de t'en aller gentiment, en nous laissant entre grand d'accord ? 

Puis je me tournais vers Croc, en souriant.

-Salut le lézard. Aurais-tu grandi ? Je n'étais pas plus grand que toi avant ? Enfin, tu me diras, ça ne fait pas de grande différence, je suis toujours capable de te tuer. Un samedi hein ? Je t'attends Croc.

Puis comme si une idée me venait, je m'adressais au travelo. 

-Si tu t'enfuies, c'est maintenant, parce que si tu te prends un coup. Tu meurs. Et je suis assez enclin à donner des coups qui partent involontairement vers d'innocente victime.

Je regardais alors Croc dans les yeux, alors comme ça, il se souvenait de moi ? Bien. J'allais pouvoir le tuer sans avoir à lui rappeler qui je suis.
  

 
HRP:
 

 

 
 
 
 



Dernière édition par Solomon Grundy le Mer 9 Juil - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi   Mar 8 Juil - 16:34

Faire exploser d'une main le crâne d'un des larbins d'un haut placé de la mafia locale n'était pas la plus fine idée que Solomon Grundy aurait pu avoir. En premier lieu, ça n'était nullement impressionnant : le gabarit de Granziero était quelconque, donc lui faire sauter la caboche n'avait rien d'une prouesse. Et deuxièmement...Si Maroni était de mauvaise humeur quand il prendrait connaissance du triste sort de son homme de main, il risquerait de lâcher les chiens, comme on dit, voire d'embaucher d'autres criminels de plus haute envergure encore. Et à ce moment là, Grundy n'aurait plus aucun endroit ou se cacher : ni en surface, ni dans les profondeurs de Gotham, car il n'était pas le bienvenu en ces lieux. Quoi qu'il en soit, les conséquences de cet hypothétique meurtre n'avaient aucune importance pour le lézard, à part le surprendre de la bonne idée de Grundy, et il s'avança lentement vers les deux personnes qui avaient osé pénétrer son domaine.


En passant devant l'étrange personnage masqué, il scruta son masque. Qui était-ce ? Les arcades sourcilières froncées, il se plaça à mi-distance des deux intrus, mieux valait prévenir que guérir. En effet, ils s'allieraient peut-être contre Killer Croc, donc celui-ci resta sur ses gardes.


« Bon bon bon... Ecoutez moi bien. Je ne sais pas ce qu'un travesti et une lavette viennent faire dans mes égouts, mais vous avez intérêt à déguerpir. Vite. Surtout si c'est pour tuer des gens ici, Grundy. J'aime pas qu'on me dérange, encore moins pour régler vos petits griefs personnels »



Et c'est les crocs sortis et les muscles bandés que le gigantesque hybride passa sans se soucier devant le spectre travesti, et se planta à quelques centimètres de Grundy. Il était brave de s'aventurer en ces lieux tout en ayant conscience de l'être qui les habitait, et de lui faire face ensuite. Cependant il avait eu peur au moins une fois en ces lieux, les phéromones ne trahissaient jamais. Killer Croc savait qu'il ne devrait pas se retenir : Solomon Grundy n'était pas à prendre à la légère. Mais dans sa solitude, celui que l'on appelait Waylon Jones n'avait que peu d'occupations, et se maintenir en forme afin d'être le parfait prédateur en était une. Il dominait donc de sa taille son opposant, et était également plus musclé. Ce qui le motiva, après un regard empli de haine plongé dans celui, qu'il le balaya le plus fort possible, provoquant une chute dans l'eau croupie qui courait juste à côté d'eux. Fléchissant les jambes pour assurer ses appuis et abaisser son centre de gravité, il se retourna vers le Phantasm. Qu'allait-il faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui va à la chasse peut tomber sur plus gros que soi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: