Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Erreur de débutant [PV Sélina Kyle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Erreur de débutant [PV Sélina Kyle]   Dim 23 Mar - 16:00

C'est avec le crissement doux et feutré de freins frottant doucement contre la gomme de pneus que la voiture transportant Stan et son invité du moment s'arrêta, face à l'entrée de la salle de sport perdue en plein East End. Installé sur la banquette arrière, l'une de ses filles lui massant amoureusement le cuir chevelu, et un porte-flingue s'assurant que Devan ne quitterait pas l'habitacle prématurément, le proxénète prit tout son temps pour tirer une longue bouffée sur sa cigarette, avant de procéder aux dernières recommandations d'usage.

« On y est, mon petit Devan. Tout ce qu'il te reste à faire, c'est entrer là-dedans, trouver ton frangin, et lui raconter la belle histoire qu'on t'a apprise. Fais ça pour moi, et on oublie tout. Et t'avises pas de me balader à nouveau... Tu te souviens de ce qui s'est produit, quand tu nous a fait rouler pour que dalle jusqu'au quartier industriel, en nous affirmant que ton frère y serait ? »

Verdâtre, l'homme assis sur le siège passager à l'avant de la voiture opina du chef, mouvement que le trafiquant de femmes put voir dans le rétroviseur intérieur. Devan avait été immobilisé par deux armoires à glace de Stan, avant qu'un troisième ne vienne lui écraser l'entrejambe avec une batte. Deux coups, expédiés à très grande vitesse. Il avait hurlé. Il avait pleuré. Il avait juré qu'il ne recommencerait plus. Alors Stan l'avait laissé remonter dans sa voiture, en lui demandant de dire à son chauffeur où se trouvait réellement Lester. Certain d'être stérile à présent, le frère de l'électrocuteur avait indiqué l'adresse de la salle de sport où son frère partait s'entraîner, les traits humides de larmes, avec une voix de fausset qui avait suscité l'hilarité générale. À présent, il allait falloir qu'il aille mentir à son frère, pour mener ce dernier dans un traquenard odieux. Tout ça pour une dette contractée auprès d'un mac du quartier des prostituées. Devan se sentit plus minable que jamais. Accablé par le dégoût de lui-même, il resta sur place un peu trop longtemps. Une gifle claquée à l'arrière de son crâne, et un « bouge ! » intimé depuis la banquette arrière le forcèrent à actionner la poignée, et à entrer dans le gymnase miteux niché dans le quartier historique. Mal éclairée, embaumant la sueur, l'odeur du métal en passe de rouiller, et le vieux bois fatigué de servir de parquet aux usagers de la salle de musculation, la pièce offrait juste assez d'espace pour entreposer les divers ateliers d’exercices qu'elle proposait, le tout saupoudré d'une musique supposément motivante, mais surtout décérébrante, car crachée à volume maximum dans les enceintes de la salle.



Immergé de plain-pied dans cet atmosphère viril chargé en testostérone où aucune femme n'osait mettre les pieds, de peur d'y subir les assiduités de tous les autres pratiquants, Devan repéra rapidement son frère, occupé à bourrer de coups puissants un sac de frappe noir usé, les poignets protégés par plusieurs épaisseur de bandes de tissus. Au teint luisant de l'ex-détenu et à la rougeur qui marquait ses joues, le cadet Buchinsky pouvait deviner que Lester malmenait le sac depuis un bon quart d'heure. En tee-shirt bleu sans manches, qui laissait voir les ses biceps rouler sous sa peau tannée, l'électrocuteur alternait les directs, les uppercuts et les enchaînements droite-gauche-droite à un rythme soutenu, soufflant comme une locomotive pour conserver l'oxygénation de ses muscles. Notant d'une œillade l'approche de Devan, Lester mit davantage d'intensité dans ses coups, sentant que la séance allait se terminer prématurément. Se balançant sous les impacts répétés, le sac se mit à s'écarter de plus en plus de son imposant agresseur, avant que celui-ci n'immobilise sa cible à l'exact instant où son futur interlocuteur s'arrêta. Sans un mot, il jeta une serviette au visage de son frère, puis laissa Lester ouvrir la discussion.

« Qu'est-ce qui t'amène, frèrot ? Tu t'es encore fourré dans une emmerde trop grosse pour toi ? »
Supposa à juste titre l'aspirant justicier en se tamponnant le torse, inhalant profondément par le nez pour retrouver son souffle.

Grimaçant intérieurement, l'intéressé s'obligea à conserver une expression neutre, et parvint même à imiter un regard peiné.

« Je t'ai dit que les plans foireux, c'était terminé, Lest' ! J'étais venu pour te filer un tuyau, mais vu l'accueil que tu me réserves, j'ai limite envie de repartir sans rien dire de plus... »

Dressant l'oreille, Lester sentit que des excuses étaient de rigueur. Affichant une expression nettement moins patibulaire, il concéda à Devan, d'un timbre apaisant :

« D'accord, d'accord... Je suis désolé, excuse-moi d'avoir dit ça, Dev'. Je t'écoute, c'est quoi ton info ? »


La langue du complice de Stan lui lécha les lèvres d'une furtive glissage nerveuse. Pas très observateur, Lester ne remarqua rien, se contentant d'attendre poliment le bon vouloir de son susceptible de frère, qui rassemblait de son côté son courage pour débiter avec conviction la fausse histoire imaginée par le proxénète pour piéger l'électrocuteur. S'essuyant brièvement les mains sur l'arrière de son pantalon, il entama donc finalement :

« T'as déjà entendu parler de la femme-chat ? »

« Ouaip. Tu sais, je lis le journal, moi aussi... Si c'est ça ton info, Dev', oublie. Je veux me faire connaître comme celui qui arrête les vrais criminels ; je vais pas aller taper sur une fétichiste SM qui chauffe la police en se déhanchant dans du vinyle noir. »
Démarra Lester au quart de tour, pour couper court à d'éventuels plans exubérants nés dans l'esprit très (trop) imaginatif de son cadet.

N'ayant cette fois pas à feindre sa peine, Devan répliqua sèchement, d'un air pincé :

« Boucles-la, au lieu d'essayer de deviner c'que j'veux te dire. Je suis pas venu te dire d'essayer de mettre une voleuse hors-jeu. J'te connais, je m'doute bien que c'est pas le genre d'exploit que tu r'cherches... Mais sauver une femme-chat d'un piège qui risque de lui coûter la vie, ça te brancherait, avoue ? »

Devan n'attendit pas de réponse. Il en connaissait déjà la nature. Vérifiant qu'aucune oreille indiscrète ne traînait, il s'approcha un peu plus de l'électrocuteur.

« Y'a un mac, dans l'East End... Stan... Il a prévu de buter la femme-chat. J'sais pas pourquoi. Tout ce que je sais, c'est que cette semaine, au musée de New Gotham, une émeraude unique au monde est en exposition. Le genre de joli caillou qui attire forcément les voleuses amatrices d'objets rares... Hé bien, d'après mes infos, chaque nuit au musée, un comité d'accueil sponsorisé par Stan le proxo va aller "filer un coup de main" à l'équipe des vigiles de nuit. Avec ordre de coller une balle dans le buffet de toute intruse habillée en noir, et ressemblant de près ou de loin à un félin. Tu vois où je veux en venir, maintenant, frérot ? »

Lester ne voyait que trop bien. Et dans ses yeux bleus renfoncés se lisait une joie immense, qui le disputait à l'impatience. Incapable de contenir sa bonne humeur, le trentenaire solidement charpenté enfonça ses phalanges dans le sac de frappe, à pleine puissance. Le son de l'impact claqua dans l'atmosphère, heureusement masqué par le vacarme environnant. Posant une main lourde sur l'épaule de Devan, il s'émerveilla, en évoquant des perspectives que son interlocuteur avait déjà en tête :

« Putain Dev', tu peux pas savoir comme ça me fais plaisir ! C'est génial ! J'ai l'occasion rêvée de faire parler en bien de l'électrocuteur dans les journaux. J'vais au musée dès ce soir, je mets K-O les hommes de main de ce Stan, et la femme-chat échappera à la mort grâce à moi. En plus, la police trouvera un groupe de malfrats assommés et prêts à être embarqués le lendemain matin... Enfin ! Enfin, je vais pouvoir montrer ce que j'ai à offrir à cette ville ! Et peut-être même que j'aurais l'occasion de dire à cette voleuse que j'lui ai sauvé la mise ! Bordel, Dev', tu me rends vraiment un putain de service, en me filant cette info ! »
Tout du long, Lester ne cessa de secouer et d'étreindre son cadet, contenant difficilement le son de sa voix pour que tout le gymnase ne soit pas au courant.

Saisi d'un doute cependant, l'armoire à glace au visage à demi défiguré écarta soudain Devan de son torse, fronçant les sourcils tout en demandant d'un ton menaçant :

« Dis voir, un peu... Elle est fiable, cette info ? Ou c'est encore l'une des rumeurs dont tu as eu vent ? »


Voilà. C'était maintenant qu'il allait falloir se saisir de son courage. Devan pouvait encore dire à Lester qu'il n'était pas sûr de l'information. Son frère oublierait alors l'histoire, n'irait pas au musée, et ne finirait pas à remplir les basses œuvres d'un proxénète sans scrupules. Bien entendu, cela signifiait aussi pour Devan de finir au fond de la Gotham River, les testicules éclatées, avec sans doute plusieurs doigts manquants, et les yeux brûlés à l'acide chlorhydrique. Mais que représentaient toutes ces souffrances, comparées à la satisfaction de ne pas avoir trahi son frère ?

« La source est fiable à cent pour cent, Lester. Tu as ma parole : l'info est sûre. »

Le peu d'amour-propre qui restait à Devan Buchinsky déserta le fond de ses chaussures à ce moment précis, lorsque son frère lui décocha un sourire de gosse innocent réjoui, et que sa bouche se remplit du goût aigre du soulagement mal acquis. Sa dette venait de s'envoler, au prix d'une trahison fratricide qui risquait de lui valoir une éternité de rancunes. Incapable de soutenir une seconde supplémentaire les yeux d'un bleu naïf de son frère, Devan prit congé de ce dernier, et s'échappa de la salle de musculation. Blême, il tremblait de tous ses membres lorsque, en se penchant pour s'adresser à Stan, il déclara d'une voix blanche :

« C'est fait. »

Souriant largement, le mac fit tomber sa cendre dans le cendrier que lui tendait sa compagne du moment.

« Hé ben voilà ! C'était pas si compliqué, si ? Maintenant, fout-moi l'camps. Et si je découvre que tu t'es foutu de moi, tires-toi une balle dans la tête au plus vite, parce que si c'est moi qui te mets la main dessus, tu connaîtras l'enfer avant de pousser ton dernier soupir. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Erreur de débutant [PV Sélina Kyle]   Mer 30 Avr - 21:59

Erreur de débutant
Selina Kyle, Lester Buchinsky
Très peu dormi cette nuit encore. Peut-être qu’il me faut de l’exercice, mon esprit doit tourner en rond depuis que j’ai diminué la fréquence de mes vols. Alors, peut-être que courir jusqu’à l’épuisement me fera du bien. Juste pour éteindre mon cerveau pendant quelques heures, et si pousser mes muscles jusqu’au-delà de leurs limites ne suffit pas, peut être qu’un coucher de soleil sur le plus beau toit de Gotham fera l’affaire. Rien de tel que l’univers pour faire rétrécir mes problèmes, même si ce n’est que l’espace d’un instant.

Bien sûr, avec la nuit, vient toujours quelque chose qui vous fait perdre le recul… Un cri déchirant la nuit, le souvenir d’une vie qu’on a laissé derrière soi, le manque d’un être cher. Et lui, comme toujours. L’ange gardien de Gotham, dans son monde en noir et blanc, et ses adversaires tout en couleurs. D’un côté, je faisais partie de ses adversaires, cruels et sans pitié. C’était également mon monde. La violence me rappelle mon monde, oui, et sans lui, je ne serais pas devenue qui je suis, je lui dois tant.

Alors la question c’est, comment se débarrasser de tout ça, les souvenirs, la douleur, les erreurs… Slam avait certainement la réponse. Heureusement que j’ai des amis qui me ramènent les pieds sur terre…



L’appartement de Slam se situait au dernier étage d’un immeuble sans prétention. Le quartier était calme et froid,  m’offrant toute la discrétion dont j’avais besoin. Il n’était pas question d’attirer l’attention sur Slam. Etre ami avec une criminelle, qui plus est Catwoman, pouvait nuir à ses affaires de détective privé et il avait bien besoin de cette rentrée d’argent. Que penseraient ses clients s’ils savaient que Slam avait les mains sales ? Même si Slam était mon ami, il n’avait cependant jamais cautionné mes activités en tant que Catwoman. Il se contentait simplement de fermer les yeux.


En quelques minutes, je traversais la moitié du quartier de l’East End pour me retrouver sur le rebord du toit de Slam. Harnais cinglé autour de ma taille, griffes tendues, je m’élançais droit dans le vide. Slam gardait constamment les fenêtres de son appartement fermées mais comme à mon habitude, aucunes fenêtres ne restaient closes devant moi. Avec le dispositif volé il y a plusieurs mois au Pingouin, j’ouvrais la fenêtre donnant sur le salon où le détective dormait à point fermé.

- Qu… ? Dit Slam se réveillant d’un sommeil profond. Encore endormi, il se leva d’un bond.

- Pas un geste !
Malgré les fréquents allers-retours de Selina dans son appartement, le détective ne s’était pas accoutumé à ces visites tardives. Ces instincts d’un policier de Gotham l’obligeaient à se tenir constamment sur ses gardes. Il attrapa son revolver aussitôt qu’il eut fini de prononcer ces mots, pour le diriger en direction de Selina qui ouvrait les portes d’un des placards de la cuisine.

- Quoi ?
- Je me disais qu’en vous levant au milieu de la nuit, vous auriez envie de café.
J’oubliais toutes notions du temps lorsque j’enfilais mon costume de Catwoman. L’heure n’avait plus d’importance, seule l’adrénaline portait mes pas.  

- Euh oui, bien vu…
Encore en boxer, Slam s’extirpa de son lit, dans lequel, il aurait aimé passer encore quelques heures.

- Vous savez Selina, vous devriez songer à débarquer quelques heures plus tôt la prochaine fois.
Le réveil à la droite de son lit affichait 3h47. Slam reposa le révolver sur la table de nuit où il trouvait sa place chaque nuit. Il se leva pour de bon du lit et traversa la pièce, encore bouleversé de cette intrusion. Alors que je servais deux tasses de café, Slam entra dans la salle de bain pour se rafraichir le visage.

- Sympa le boxer.
- Moi, je ne me moque pas de votre tenue, et croyez-moi, je pourrais. Mais non, je suis trop poli pour ça.
Lançait Slam à travers l’appartement plongé dans le noir. Seule la lumière de la salle de bain animait la pièce. Alors que je portais la tasse de café à mes lèvres, le journal sur le comptoir de Slam attira mon attention. Le Gotham Globe m’avait été fort utile dans mes braquages et ce soir, il n’allait pas déroger à cette règle. De ma main libre, j’attrapais le journal et m’attela à une lecture en détails de l’article.

A la une du journal, un énorme diamant illustrait un article sur le Musée de New Gotham. Voilà plusieurs jours qu’une nouvelle exposition avait fait son apparition dans le musée de Gotham, et en tête de cette exposition, l’un des plus gros saphir existant en Amérique Latine. Une pièce des plus rares dont même le plus grand collectionneur de diamant jalouserait et pour une femme comme Selina, ce diamant dépassait tous ces rêves les plus fous. Ce saphir, datant de plusieurs centaines d’années, appartiendrait à un riche multimilliardaire en vogue qui avait décidé d’exposer son trésor pendant plusieurs semaines à Gotham. Toutes les recettes récoltés pour l’exposition reviendrait à une association afin d’aider le pays d’origine de ce multimilliardaire.

Le vol de ce diamant serait une véritable aubaine pour la carrière de la jeune criminelle. Jamais encore il ne lui avait été permis d’approcher un objet si précieux.


Bien sûr, je n’étais pas dupe, voler ce saphir ne serait pas une chose facile. Peut-être le plus gros coup dans ma carrière, aussi courte soit-elle. Il fallait cependant que j’agisse au plus vite. Gotham n’était pas une ville sure et si je savais une chose à propos de cette ville et de ses habitants, c’est que tout pouvait arriver en l’espace d’un instant. Alors que Slam sortait de la salle de bain une serviette sur la tête, je reposais le journal à l’endroit où il l’avait déposé auparavant ainsi que la tasse de café Le temps filait sous mes doigts et la nuit était encore longue.

- Slam, je… j’ai une urgence. Je dois filer mais je repasse te voir à l’aube.
Slam s’arrêta en pleins milieu de la pièce, la serviette désormais sur ses épaules. Un sentiment d’incompréhension se lisait sur son visage. Il savait pertinemment que ma vie de criminelle m’appelait, du moins, il le devinait. Sans un mot, Slam s’avança près de moi et prit la tasse que je lui tendais.

- Prend soin de toi
- Comme toujours
Tandis que je prononçais ces mots, je m’approchais de la fenêtre où quelques minutes plus tôt je fis mon entrée. Slam n’eut pas le temps de répondre que je sautais par la fenêtre entre-ouverte. Une profonde inspiration et en route pour le musée de Gotham.



Ce n’était pas la première fois que je pénétrais dans le musée de Gotham mais j’avais cette appréhension au fond de moi. L’enjeu était de taille, tout devait être parfaitement réalisé. Je m’approchais d’une des fenêtres les plus fragiles. Griffes aiguisées, je plongeais mes doigts afin d’y découper un cercle assez grand pour m’y permettre de m’y faufiler. De cette manière, je prenais de l’avance sur le système de sécurité et sur les gardiens du musée. Même si le musée était doté d’un système plus ou moins puissant et effectif, les gardiens étaient une sécurité supplémentaire et lorsqu’on vivait entouré de criminels plus redoutable les uns que les autres, cela n’était jamais de trop.
A pas de félins, je m’approchais du boitier de sécurité et y plaçait un brouilleur puissant. Même si jusqu’à présent, il avait fait ses preuves, je redoutais le moment où celui-ci ne serait plus assez efficace pour déjouer les pièges.
Comme à leurs habitudes, les gardiens n’étaient pas en service, certainement en train de prendre leur pause. Sans sécurité à neutraliser, il ne fut pas difficile d’accéder à la salle des expositions temporaires.

Et qu’elle fut ma surprise lorsque je m’aperçus que non seulement le saphir ne se trouvait pas dans la pièce mais que pire : il n’y avait sans doute jamais eu d’expositions. Que se passait-il ?

Un craquement inhabituel au loin rompit le silence régnant dans le musée.
Revenir en haut Aller en bas
 
Erreur de débutant [PV Sélina Kyle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: