Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arnold Wesker (le Ventriloque) & Scarface

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Arnold Wesker (le Ventriloque) & Scarface   Mer 5 Mar - 0:40



DOSSIER N° :

2605WESKERARNOLD0403

Nom : Wesker
Prénom : Arnold
Alias : Le Ventriloque
Sexe : Masculin
Nationalité : Américaine
Base d'opération : Gotham City





Date de naissance : 18/02/1950
Lieu de naissance : Gotham City
Rhésus : O+
Orientation sexuelle : Inconnue
Situation familiale : Célibataire
Antécédent(s) : Homicide et vol





Génétique du patient
Bien, l'enregistreur audio semble fonctionner. Commençons. Ici le docteur Matthew, psychiatre de l'établissement pénitencier et psychiatrique d'Arkham, responsable du patient référencé 2605 : Arnold Wesker, dit le Ventriloque. Nous sommes le 5 mars 1995 et il est 9h50 à ma montre. Avant toute chose je rappelle qu'il est interdit aux membres des forces de l'ordre, aux employés de l'établissement de Blackgate et d'Arkham et à tout autre groupe ou personne autoritaire et spécialisée dans le domaine psychiatrique d'exploiter ces enregistrements à des fins autres que médicales. Il est également interdit aux cités ci-dessus de divulguer des éléments audios confidentiels présents pouvant contenir des informations médicales et judiciaires sur les patients du centre pénitencier et psychiatrique d'Arkham. Afin d'éviter tout litige, je porte à l'intention des employés de cet établissement l'article 2.10 du contrat de travail lu, approuvé signé :
"Vous reconnaissez que le centre pénitencier et psychiatrique d'Arkham a consacré du temps, des efforts et des dépenses au développement d'informations confidentielles et que lesdites informations confidentielles donnent au centre pénitencier et psychiatrique d'Arkham un avantage dans son secteur. Vous reconnaissez que toute violation du présent Accord par vous-même, par violation du droit de confidentialité, causera des torts irréparables au centre pénitencier et psychiatrique d'Arkham, dont la portée sera difficile à déterminer, et que des réparations financières ne suffiront pas à y remédier. En conséquence, vous reconnaissez qu'en cas de violation du présent Accord, le centre pénitencier et psychiatrique d'Arkham sera autorisé à demander une injonction légale ou tout autre recours équitable qu'un tribunal ou une cour autoritaire externe adéquate jugera approprié, en plus des réparations qui pourront être exigées."
Le premier contact avec Arnold Wesker commencera d'ici deux minutes. J'ai envoyé les gardes le chercher dans sa cellule afin que je puisse m'entretenir avec lui. J'ai installé une ambiance relaxante exprimant différents bruits naturels d'une forêt grâce à un enregistrement d'une heure, placé au fond de la pièce, afin d'éviter toute tension. Nous parlerons le plus calmement possible bien que je ne doute pas de sa bienveillance lorsqu'il n'est pas accompagné de sa marionnette. C'est d'ailleurs ce que je trouve le plus paradoxal et le plus étrange. Lorsque mon patient est arrivé à Arkham, je croyais qu'il s'agissait d'un nouveau psychiatre ou d'un nouvel employé. Arnold est ce que l'on appelle un "bon papy", il ne mesure pas plus d'un mètre septante-cinq, ne pèse pas plus de quatre-vingt kilos et a toujours un petit sourire aux lèvres. Ses cheveux blancs sont presque tous partis, il a le crâne en majorité dégarni. Ses petites lunettes fines et son petit costume noir et blanc muni d'un noeud papillon lui donnent un air inoffensif. En fait, physiquement, il n'a rien d'un criminel. Monsieur Wesker semble cependant souffrir d'une schizophrénie profonde qui remonte déjà à des années. Sa maladie mentale devait certainement s'être manifestée à la suite d'un choc mental très violent au cours de sa vie. C'est ce que je vais tenter de comprendre aujourd'hui avec lui. Sa schizophrénie, bien qu'il ne l'admette pas, l'a poussée à se créer matériellement une double personnalité grâce au pantin qu'il transportait avec lui jusqu'à maintenant. Il projette en lui toute sa haine, tout son dégoût et toute sa colère envers la société et les gens, ce qui le pousse à tuer, à voler et à intimider. C'est également pour cela que lui et sa marionnette, qu'il a surnommé Scarface et qu'il a habillé comme Al Capone, sont si différents et si éloignés l'un de l'autre. Tout leur est opposé, du caractère à la voix. Arnold parle très doucement et poliment tandis que son double s'exprime nettement plus violemment avec une voix grasse et grave. Scarface a pris le dessus sur lui récemment au point de devenir son maître. Il rabaisse constamment son esclave qui croit fermement qu'ils sont deux personnes différentes. Je n'ai jamais pu constater tout cela mais je me suis beaucoup renseigné sur d'autres cas similaires. La meilleure façon de régler ce problème est de contenir sa maladie et de le séparer de sa marionnette. Apparemment Batman l'aurait détruite au cours d'une violente bagarre à la suite de laquelle Arnold s'est retrouvé ici. C'est déjà cela de gagné. Arnold et Scarface, avant cette bagarre, restaient sur une série de onze braquages et de cinq meurtres. Le Ventriloque, c'est comme cela que Monsieur Wesker s'est surnommé, n'est pas dangereux. Scarface, lui, l'est beaucoup plus. Il est le fruit d'une longue période de colère et de frustration engendrée par son créateur qui lui a même fabriqué une arme à feu miniature mais toutefois réellement meurtrière. Arnold est extrêmement intelligent mais souffre sans le savoir, nous devons le guérir.
Bien, il arrive. L'entretien va commencer.  


Profil psychologique

Bonjour Arnold !

Bonjour, Monsieur Matthew.

Asseyez-vous en face de moi, je vous en prie.

Merci beaucoup, Monsieur Matthew. J'apprécie beaucoup le bruit de la nature que vous avez instauré dans cette pièce. C'est très apaisant, Monsieur Matthew.

Bien, Arnold, c'est la première fois que nous allons avoir l'occasion de nous parler plus de quelques secondes. Comment allez-vous ce matin ?

Oh, eh bien, je me porte bien aujourd'hui je dirais, Monsieur Matthew. Cependant, j'ai l'impression que les autres personnes se moquent de moi, je ne sais pas pourquoi. Ils rient en me pointant du doigt lorsque je marche dans le couloir. Ils rient lorsque je mange tout seul dans le réfectoire. Ils rient lorsque je travaille à l'atelier de maçonnerie. Ils rient tout le temps de moi. Cela me préoccupe beaucoup.

J'en parlerai avec les gardes de votre bloc de cellules, ne vous en faites pas pour cela. Si vous le voulez bien, nous allons un petit peu parler de vous aujourd'hui, Arnold. Votre vie, votre passé et d'autres choses.

Pourquoi ? Aurais-je fait quelque chose de mal ? Je me suis bien tenu ces derniers jours pourtant...

Non, pas du tout, vous n'avez rien fait de mal. Je dois même dire que vous adoptez un comportement irréprochable. Votre traitement vous a fait du bien, cela ne fait aucun doute. J'aurais juste aimé discuter avec vous des éléments qui ont marqué votre vie. Cela restera entre nous, je vous en fais la promesse.

D'accord, si vous y tenez, Monsieur Matthew. Mais cela devra vraiment rester entre nous.

Oui, bien sûr. J'ai appris que vous exerciez magnifiquement bien la profession de ventriloque. Pouvez-vous m'en dire plus ?

Eh bien, vous savez, cela ne s'apprend pas en un jour, vous devez parl.

Non non Arnold, je ne vous demandais pas la façon d'exercer ce métier (rire) mais plutôt la raison pour laquelle vous avez décidé de le faire.

Oh... hum... Pardon... Je suis confus... Eh bien, j'ai commencé à apprendre le ventriloquisme lorsque j'ai... j'ai...

Oui ?

... lorsque j'ai perdu mes parents...

Vous êtes donc orphelin ?

Oui, Monsieur Matthew... J'étais très jeune. Je n'ai jamais su ce que faisaient mes parents dans la vie mais je sais qu'ils avaient régulièrement des ennuis avec la police. Je me souviens que ma mère me prenait souvent à bras en me disant que nous devions partir dans une autre maison. Mon père hurlait sur elle en lui disant de se dépêcher. Je n'ai pas beaucoup de souvenirs d'eux. 

Savez-vous comment sont-ils morts ?

Je me rappelle qu'il y avait toujours un marchand de primeurs dans la rue en bas de notre dernier appartement. Je ne sais plus comment s'appelaient la rue et le monsieur. C'était pour le voir que nous sortions de chez nous. Il vendait ses fruits et ses légumes dans de petits sachets bruns. Mes parents et moi y allions très souvent pour acheter des pommes, des poires et des haricots verts. Un jour, lorsque nous avions acheté le nécessaire pour les trois jours à venir et que nous marchions vers l'appartement, un camion a traversé la route et a foncé sur nous. Mon père m'a poussé sur le trottoir. Il m'a sauvé la vie, Monsieur Matthew. Le camion les a renversé tous les deux et est parti sans s'arrêter. J'ai essayé de les relever mais ils n'ont plus jamais bougé. Ils restaient allongés sur la route, sans rien dire... J'ai pleuré, beaucoup. Les gens debout autour de nous restaient figés, ils ne savaient pas quoi faire. Une ambulance est arrivée et nous a emmené tous les trois à l'hôpital. Là-bas, il y avait une femme habillée en blanc qui me parlait. Elle voulait me réconforter mais je continuais toujours à pleurer. Quelques heures plus tard elle m'a annoncé que mes parents étaient morts à cause du camion, Monsieur Matthew. Je suis parti en courant. J'ai couru dans la rue en pleurant, et je ne me suis arrêté qu'après avoir atteint une ruelle sans issue. Je ne voulais plus parler à personne, je voulais que l'on me fiche la paix. Je voulais mes parents. 

Qu'avez-vous fait ensuite, Arnold ?

Je suis resté dans cette ruelle pendant quelques jours. J'avais très froid mais je ne voulais pas partir de là. J'avais l'impression que personne n'allait me déranger à cet endroit. La dame en blanc ne m'avait pas retrouvé. Je commençais à avoir faim, alors j'ai fouillé dans la grande poubelle verte pour trouver à manger. Je n'ai pas trouvé de nourriture mais j'ai trouvé bien mieux. J'ai sauvé une vie, Monsieur Matthew. Un petit garçon en bois fragile était bloqué dans la poubelle depuis très longtemps. Je l'ai aidé à retrouver la liberté. Il m'a remercié. C'est là que j'ai appris le ventriloquisme. Au début je l'entendais dans ma tête, mais petit à petit je lui ai donné la parole. Nous avons appris à survivre à deux dans cette jungle urbaine. Nous avons même fait des spectacles et nous avons gagné beaucoup d'argent. Il me fallait alors un nom d'artiste. "Le Ventriloque" convenait très bien pour moi. C'était une période très amusante.

Était-ce Scarface, le petit garçon en bois ?

Hum... non, Monsieur Matthew. Je n'avais pas encore rencontré le Maître à ce moment-là. 

Comment l'avez-vous... rencontré ?

Un soir, je me promenais avec le petit garçon. Il me suivait partout où j'allais depuis que je l'avais sorti de la poubelle et que nous faisions des spectacles. Nous étions très amis. Nous sommes rentrés dans un bar pour nous reposer et boire quelque chose. Mais un homme saoule est venu nous aborder violemment. J'ai tenté de l'éviter mais il insistait. Je ne lui parlais pas, je me contentais de lui tourner le dos. Il s'est énervé et a agrippé mon ami. Il l'a lancé par terre et il s'est cassé en plusieurs morceaux. Je revivais la mort de mes proches, j'avais l'impression de revoir la même scène. Je ne voulais plus m'enfuir cette fois-ci, alors je l'ai... étranglé... Monsieur Matthew. Je l'ai étranglé jusqu'à ce qu'il tombe par terre et qu'il ne bouge plus, comme mes parents. Je suis resté là alors que tous les autres étaient partis en courant. La police est arrivée et m'a emmenée à Blackgate.

Et c'est là que vous avez rencontré Scarface ?

Oui, Monsieur Matthew. Mon compagnon de cellule, je n'ai jamais su son nom, avait lui aussi un ami en bois. Je lui ai parlé de moi et de mon ancien compagnon. Nous nous sommes bien entendus. Quelques temps après, sa peine était purgée et il pouvait partir. Seulement, il avait oublié son ami. Il est resté dans la cellule avec moi. Au cours de la nuit, il m'a parlé. Il a dit qu'il s'appelait Scarface et qu'il avait besoin d'un nouveau compagnon. J'ai accepté. Il a dit que l'on ferait de grandes choses ensemble mais que je devrais l'aider. Je lui ai fabriqué des vêtements à l'atelier de couture de la prison et nous sommes partis tous les deux lorsque notre peine était purgée à notre tour.



Antécédents et suivi du patient

Qu'avez-vous fait ensuite ?

... Je ne peux pas vous le dire, Monsieur Matthew... J'ai promis au Maître de ne jamais rien révéler de tout cela...

Nous sommes seuls, Arnold. Scarface n'est pas là.

Oui mais s'il l'apprenait ? Il serait très fâché contre moi et il serait forcé de vous... tuer.

Je vous certifie que vos propos ne sortiront pas d'ici. Faites-moi confiance, Arnold. C'est pour votre bien que nous faisons tout cela. 

...

Qu'avez-vous fait ensuite, Arnold ? Je vous en prie.

... Le Maître a exigé que je l'accompagne lors de plusieurs braquages. Il m'a promis que l'on deviendrait riches, très riches. Je ne faisais plus aucun spectacle alors j'avais besoin d'argent. Je l'ai suivi dans ses braquages. Nous avons amassé bien plus d'argent qu'avec mon ancien compagnon. Scarface m'en demandait toujours plus. Parfois je refusais mais, vous savez, le Maître est très persuasif. Un soir, alors que nous sortions d'une banque avec plein de sacs remplis de billets verts, un policier nous a menacé dans une ruelle. Scarface l'a tué avec l'arme qu'il m'avait demandé de lui fabriquer. Le policier est mort. J'ai dit au Maître que c'était trop, que c'était assez, mais il m'a insulté et m'a ordonné de suivre ses ordres. Je ne pouvais pas refuser sinon il allait aussi me tuer. Nous avons continué comme cela de la même façon à de nombreuses reprises. Scarface est quelqu'un de bien mais il se bat jusqu'au bout pour ce qu'il veut, et je dois le suivre sans rien dire à personne. 

Et quand avez-vous rencontré Batman ?

Batman est venu silencieusement dans ma chambre au cours d'une nuit, à côté de celle du Maître. Il m'a réveillé et m'a demandé ce que je faisais avec lui. Je l'ai supplié de partir et d'arrêter de se mêler des affaires du Maître. Il est parti mais est revenu la nuit suivante. Seulement, le Maître le savait, il nous avait entendu parler la nuit précédente. Il a préparé un piège pour lui mais Batman a su s'en extirper. Il a assommé Rhino, l'un de mes amis qui me protège. Ensuite, il m'a séparé du Maître et l'a tué. Il m'a emmené ici après m'avoir privé de mon dernier ami...

Arnold, votre "ami" vous a forcé à faire de mauvaises choses !

Je n'ai pas le choix, Monsieur Matthew, pas le choix ! Vous ne savez pas de quoi il est capable.

Il n'est plus là à présent, Batman l'a détruit. Il ne vous fera plus rien. Continuez à suivre votre traitement,  cela vous fait du bien. Ce sera tout pour aujourd'hui Arnold, merci. Vous pouvez retourner à votre atelier de maçonnerie.

D'accord, Monsieur Matthew, je vais me remettre... au travail... 



Behind the screen


Information(s) importante(s) : Ancien "Dollmaker" sur le forum.

Un surnom ? Ventriloque ou Doll (ancien surnom).

Nom de l’avatar : Scarface et le Ventriloque (de gauche à droite).

Lien éventuel avec un joueur déjà présent : Presque tout le monde me connait.

Disponibilité pour poster ? Une à deux fois par semaine à cause de mes études.

Comment as-tu connu le forum ? J'ai été le premier membre hors-staff à m'inscrire grâce à Joker et Selina Kyle/Catwoman.

Code du Règlement :


Dernière édition par Le Ventriloque le Jeu 6 Mar - 1:56, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arnold Wesker (le Ventriloque) & Scarface   Mer 5 Mar - 18:30

Fiche terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arnold Wesker (le Ventriloque) & Scarface   Mer 5 Mar - 18:42

Juste un mot : Splendide
Le personnage est respecté, on est tenu en haleine durant tout l'entretien d'Arnold et du docteur Matthew.
Franchement, beau boulot, moi je n'ai rien à dire de plus, sinon +1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Arnold Wesker (le Ventriloque) & Scarface   Mer 5 Mar - 21:15

Nickel Chrome ! Tu es validé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arnold Wesker (le Ventriloque) & Scarface   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arnold Wesker (le Ventriloque) & Scarface
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: