Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Discutons sur les Arts!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Discutons sur les Arts!    Lun 26 Oct - 20:56

J'ouvre ce sujet dans les discussions, sous conseil de notre fondateur et administrateurs, pour, non seulement dialoguer sur la littérature et les Arts, mais également d'ouvrir, je l'espère, de nouveaux horizons en lectures et passions ! Ma première étude ( si toutefois on peut nommer cela de la sorte) concerne un morceau d'anthologie de la littérature Française : Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire, qui fut rédigé au XIXème siècle (19).






Les Fleurs du Mal, Charles Baudelaire

  Charles Baudelaire propulse son œuvre poétique en l'année 1857, lorsqu'il publie les Fleurs du Mal. L’œuvre est composée de six grandes parties. Il y a d'abord Spleen & Idéal. ( 85 poèmes) Cette section est d'abord consacrée à faire une sorte de topo. D'ailleurs, cette partie s'ouvre sur le poème Bénédiction. Elle présente la souffrance du poète, qui est reprise dans beaucoup d'autres poèmes de cette partie. Cette tristesse, Baudelaire la nomme : « le Spleen ».  En parallèle, Baudelaire se persuade que le seul moyen d'atteindre l'Idéal reste les synesthésies. On appelle « Synesthésie » la fusion parfaite des sens. Aussi utilise-t-il des métaphores synesthésiques :

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent,
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.


Correspondances, Spleen & Idéal, Les Fleurs du Mal, 1857 (1, IV)

Ici, j'ai souligné, dans ce poème, quelques métaphores synesthésiques. Le vers 6 contient le mot « unité », qui, au delà du sens premier, nous renvoi directement à la définition-même du mot « synesthésie ».

  Un autre poème de cette partie qui nous rend bien compte de la cosmogonie ( = vision du monde) du poète est l'Albatros.

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux
.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poëte est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.


L'Albatros, Spleen & Idéal, Les Fleurs du Mal, 1857 ( 1, II)

Ici, Baudelaire nous présente une comparaison entre l'oiseau connu : l'albatros et le poète. C'est en effet pour Baudelaire, le poète qui doit s'envoler vers l'Idéal. (Tout comme l'oiseau s'envole de la Terre vers le ciel). Alors, c'est bien sûr très psychédélique en soi, mais j'ai souligné des expressions dans ce poème qui nous permettent d'appréhender ce point de l’œuvre du poète en question. Par ces expressions, on voit bien que l'accès à l'Idéal ( pour le poète) et au ciel (pour l'oiseau) demeure très compliqué.

Je vous laisse consulter le poème Idéal par exemple, ou Elévation qui rendent bien la cosmogonie de l'auteur.

La deuxième partie, Tableaux parisiens, (10 poèmes) constitue une volonté de la part de l'auteur de vouloir s'assimiler au grand Paris dont il explore « les plis sinueux des vieilles capitales. (...) Traversant (...) le fourmillant tableau » (Les Petites Vieilles) ( 3, XCI). Certains poèmes sont dédiés à des passantes ou encore au grand crocodile, comme le surnommait Flaubert, Victor Hugo dont ce dernier décrit Paris sous toutes ses coutures dans ses romans comme Les Misérables (1862) ou encore Notre Dame de Paris. (1831)

   La troisième partie, Le Vin, (5 poèmes) reste une partie mineure où le poète vante les vertus du vin.

  La quatrième partie, Les Fleurs du Mal, (12 poèmes) reprend certains termes de Spleen & Idéal, comme la volonté de s'évader, évoquée notamment par l'Albatros, ou Élévation.


Sans cesse à mes côtés s’agite le Démon ;
Il nage autour de moi comme un air impalpable ;
Je l’avale et le sens qui brûle mon poumon,
Et l’emplit d’un désir éternel et coupable.

Parfois il prend, sachant mon grand amour de l’Art,
La forme de la plus séduisante des femmes,
Et, sous de spécieux prétextes de cafard,
Accoutume ma lèvre à des philtres infâmes.

Il me conduit ainsi, loin du regard de Dieu,
Haletant et brisé de fatigue, au milieu
Des plaines de l’Ennui, profondes et désertes,

Et jette dans mes yeux pleins de confusion
Des vêtements souillés, des blessures ouvertes,
Et l’appareil sanglant de la Destruction !


La Destruction, Les Fleurs du Mal, Les Fleurs du Mal, 1857 ( 4, CIX)

  La cinquième partie, Révolte, (3 poèmes) constitue, comme son nom l'indique, une révolte contre le divin & la religion. Ici, le poète compare le divin à Satan, dont on connaît la réputation. C'est sans doute la partie la plus condamnée par l’église sous l'époque de Napoléon III et qui lui valu les plus gros procès.

  La dernière, La Mort, ( 6 poèmes) nous propose le thème inévitable de la mort. Quoi de plus logique que cette  CODA (= conclusion [ en musique]) pour clore un recueil ? Comme la vie d'un poète qui prend fin. Néanmoins, Baudelaire le dit lui-même, « La mort, qui console, Hélas ! Et qui fait vivre ». (La Mort des Pauvres) ( 6, CXXII)  Le poète, sous ce poème, peut évoquer la conscience de la mort...

C’est la Mort qui console et la Mort qui fait vivre ;
C’est le but de la vie, et c’est le seul espoir
Qui, divin élixir, nous monte et nous enivre,
Et nous donne le cœur de marcher jusqu’au soir ;

À travers la tempête, et la neige et le givre,
C’est la clarté vibrante à notre horizon noir ;
C’est l’auberge fameuse inscrite sur le livre,
Où l’on pourra manger, et dormir et s’asseoir

C’est un Ange qui tient dans ses doigts magnétiques
Le sommeil et le don des rêves extatiques,
Et qui refait le lit des gens pauvres et nus ;

C’est la gloire des Dieux, c’est le grenier mystique,
C’est la bourse du pauvre et sa patrie antique,
C’est le portique ouvert sur les Cieux inconnus !


La Mort des Pauvres, La Mort, Les Fleurs du Mal, 1857

  Voilà, je conclus ma première étude sur Baudelaire. Elle va bien sûr donner lieux à divers débats entre nous, les membres, je serais, et ce sera toujours un honneur, d'animer cette section comme je le peux. Il ne s'agira pas toujours de débattre littérature. J'ouvrirai, pour les premières semaines, les sujets, jusqu'à ce qu'on puisse dialoguer de tout concernant les Arts...

Très bonne lecture à vous!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Discutons sur les Arts!    Lun 26 Oct - 22:02

Très bonne idée une nouvelle fois, et je soutiens à 200% cette idée

Malheureusement, je ne peux pas trop débattre sur ce que tu viens de dire, car comme je l'ai dit sur la Box, je ne connais pas trop et ne suis pas un grand fan du romantisme baudelérien (comme du romantisme en général d'ailleurs, sauf pour quelques oeuvres de Victor Hugo comme les Contemplations que j'ai eu la possibilité d'étudier par exemple).

Mais je donnerai plus mon avis sur des oeuvres plus accessibles et que je connaitrais mieux, sans aucun problème :D
Revenir en haut Aller en bas
 
Discutons sur les Arts!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: