Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le petit prince et le serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le petit prince et le serpent   Jeu 22 Oct - 22:35

Le petit prince et le serpent
Ferme les yeux: je vais réalisé ton voeux...
C ela est arrivé il y a quelque mois: Edward Nigma a dispersé des bombes remplis de gaz joker dans le quartier de Burnley et de Central Gotham après avoir terminer son jeu mortel au Jézébel Plaza. Ces bombes ont fait des ravage bien après l'intervention du Sphinx et parmi les victimes, il y a un jeune garçon à l’hôpital qui est entre la vie et la mort. L'âme errant du gamin est piégé dans ce corps déjà mort, maintenu en vie par les machines qui lui sont lier. D'ailleurs, pourquoi est t'il maintenu en vie dans cet état alors qu'il a déjà passé le point de non-retour depuis des mois? Les médecins pensent pouvoir faire quelque chose... après tous, quand les parent sont absents, les infirmières doivent tous de même continuer leur travail. Le gamin est maintenu artificiellement en vie pour le moment, il est complément immobile et inconscient mais... Il se passe des chose... Dans ses rêves...


L'esprit épuisé de l'enfant traverse un interminable désert de sable. La noirceur de la nuit s'est imposée dans cet endroit froid et sec. Au loin, très loin dans le ciel, des étoiles brillent timidement, ce qui illumine légèrement les milliards de particule de poussière de roche qui composent le sol. Pas de vent qui souffle, rien de vision à l'horizon, même pas la moindre végétation dans les parages...


Pourtant, c'est bien là que le garçon se retrouve, en train de marcher vainement dans une direction qui le mènera tôt ou tard à tourner en rond... Il ne sait pas depuis combien de temps cela dure, la notion du temps est insaisissable dans ce monde où la nuit est sans fin. Rien ne change dans ce rêve vide, si ce n'est que le décor de sable qui varie selon la force du vent qui dessine le paysage désertique. Mais étrangement, une ombre animal encore plus sombre de forme silencieusement derrière la manifestation spirituel. L'ombre se forme et s'anime, s'approchant du garçon en glissant sur le sable qui est pourtant moins froid que la chose qui glisse sur le sable. Alors que "ça" comment à siffler, le garçon se retourne, surpris. C'est un serpent noir qui se dresse devant lui, et qui lui adresse la parole.


''Dit moi petit, est tu perdu par hasard?'' fait la voix calme et grave.


''Qui êtes vous?'' répond le propriétaire de la jeune voix.


''Je suis le serpent, je vais dans des endroits sombre et sans lumière pour me reposer. Vois tu, j'aime bien le calme... Par contre, je suis surpris que tu sois ici aussi. Sais tu d'où tu viens?''


''...''


''Sais tu comment tu es arrivé ici?''


''...''


''Sais tu ton nom au moins...?''


''Shawn...Shawn Landrier''


''Bien... j'ai un peu de temps libre devant moi, je peux t'aider à te sortir d'ici si tu veux''


''...''


''Vois tu, ce rêve dans le quel tu es coincé est le résultat de ton esprit brisé en millions de millions de morceau, tu a d’ailleurs les pieds dedans...Prend du sable dans tes mains et regarde bien, tu comprendra ce que je veux dire...''


Lentement, le garçon obéit, il observe patiemment et en effet, un souvenir se manifeste sous ses jeunes yeux: des gens courent, fuyant un gaz mortel qui se propage trop vite dans toutes les directions. Les moins rapide ont succombé aux incontrôlables rire mortel que la vapeur leur force à faire, laissant ce sourire forcé sur leur visage éteint. Ce ''souvenir'' lui donne plus de question que de réponse...


''Tu... peux m'aider?''


''Oui, et quand je t'aurai montrer ce que tu as besoin de savoir, j'aurai un marché à te proposer, en attendant, il est l'heure de te réveiller...''


''Réveiller?''


''Ici, c'est qu'un rêve, la réalité n'est guère mieux, mais n'a pas peur... je serai encore là.''


Le serpent s'approche du garçon puis, sans prévenir, le mord. La morsure réveille bel et bien le garçon et comme avais prévenu le serpent, la réalité n'est guère mieux...




Des fils dans les bras, des tubes dans le torse et un tuyaux dans la gorge. Les machines le nourris, lui pompe le sang dans les veine et le nettoie, le fait respirer. Son cœur est mort, mais son cerveau vie encore... en quelque sorte. Le gamin au cheveux blond est si épuisé qu'il ne peux exprimer le moindre émotion, seul une larme coule lentement de son œil. Le moniteur cardiaque est le seul bruit qu'on peut entendre dans cette parti silencieuse de l’hôpital...


(Ne t'inquiète pas, je vais t'aider à te sortir de là, nous allons le faire ensemble...Tu n'a pas besoin de ces choses maintenant que je suis là...)


Le blondinet se regarde le torse sans bouger la tête, se demandant par où commencer...


(Tu vois ces fils poser sur ton cœur? Retire-les.)


C'est avec une certaine hésitation qu'il tire lentement sur le lien entre lui et le cardiaque. Étrangement, l'appareil continu ses bruits réguliers.


(J'ai trafiqué les appareils de surveillance pour ne pas alerter les docteurs. Maintenant, retire les fils qui sont liés à tes bras. Tu pourra retiré le tube qu'ils t'ont installer dans la bouche après.)


Ce fut simple, même en prenant son temps, le jeune réussis à retirer les tuyaux capillaire de son bras. Seul la pompe à perfusion intraveineuse est plus complexe à retirer, vu la longueur de l'aiguille qui était enfoncé dans la chair. Il utilise alors ses bras maintenant dénudé de restriction pour retirer ce qu'il avait de prit dans la gorge en tirant délicatement le long tube creux qui lui était rentrer dans la bouche.


(Il reste que le plus difficile: le tuyaux qui est enfoncé dans ta gorge te fait respirer. Tu va devoir le retirer aussi. Mais n'ai pas peur, je vais te faire respirer moi-même...)


Cette fois, le gamin ne peux que poser ses mains sur l'objet qui lui est enfoncé dans la gorge. Il n'ose plus tirer. La peur de mourir est maintenant si forte.


(Tu dois avoir confiance en moi si tu veux sortir de cette pièce et crois moi, tu veux sortir d'ici, car j'ai quelque chose à te montrer... Je sais où sont tes parents. Sois fort et tu sera récompensé.)


Le serpent sais comment motiver le garçon qui ne se souviens même plus de l’existence de ces derniers, mais la volonté de les connaitre lui donne l'envie d'aller jusqu'au bout. Alors qu'il tire de plus en plus fort sur l'extrémité de l'appareil lier à sa gorge qui le fait respirer, la voix dans la tête continu son discours. Elle plus parle de sa mère qui est douce et sensible, de son père qui est fort et honnête. Que ce couple est très juste et courageux. C'est dans un faible grognement que le tube tout juste arracher laisse un trou béant dans la gorge.


Comme le serpent l'avais promis, le blondinet continu de respirer sans l'aide des machines. Il tente alors de sortir du lit, mais incapable de tenir debout comme il le faisait en rêve, il que fait que tomber au sol.


(Pas si vite petit, prend ton temps. Tu vois la béquille à ta droite? Utilise là pour te déplacer.)


Le garçon rampe alors à sa droite. Il réussi tant bien que mal à se relever grâce à l'objet qui s'y trouve. Il jette alors un cou d’œil derrière lui, là ou il reposais dans un sommeil promis éternelle. Il ressens une once de fierté alors qu'il franchi la porte. Étonnamment, le couloir qu'il viens de rejoindre est désert. Le seul bruit qu'il entent est derrière lui: le moniteur cardiaque trafiqué continu comme si rien n'était. Il se déplace ensuite dans le couloir, conduit par la voie du reptile sombre qui habite sa tête.


(Peu de gens passe ici car les patients qui sont ici sont en sommeil depuis longtemps. Les machines veillent sur eux comme dans ton cas. Mais là où on va, il risque d'avoir des homme en blanc, et il faut absolument les éviter, car ils voudront te rebrancher à ces appareils et ils ne te laisseront pas repartir.)


Tous en avançant, il regarde à gauche et à droite, espérant croiser personne de contiens. Partout dans cette endroit, c'est la même chose: des lits occupées par des corps qui ne le sont plus, mais que les machines tiennent encore en vie pour des raisons égoïstes de leur proche qui refuse de voir qu'ils sont déjà parti. Le gamin se pose des questions, beaucoup de question sur cet étrange place qui prêtent améliorer le sort des malades aux lieux de les maintenant dans un état transitoire, mais il est assez malin pour estimer les réponses ou que... peut-être que les choses sont beaucoup plus complexe qu'il en à l'air. C'est devant une grande porte fermé que le blondinet se retrouve arrête. Il tente de pousser, mais rien bouge.


(Attend un peu, je m'en occupe...)


Surpris, l'enfant recule de deux pas quand il voit la porte s'ouvrir tout seul, découvrant que cette porte donne accès à des escaliers.


(Nous allons en bas.)


Il n'a pu que descendre que de quelque marche avant de perdre équilibre et de débouler une dizaine de marche avant qu'un mur l'arrête. Ce qui surpris le plus la victime de la gravité est l'absence de douleur qu'il ressent en ce moment.


(Tu n'a pas besoin de ressentir cela...)


Sans se poser de question, le gamin se relève péniblement avec sa béquille, transpirant la fatigue et l'épuisement, il se dirige au milieu de la pièce dont les murs sont couvert de tiroir à perte de vue. Un peu plus loin dans cette salle blanche sans odeur, il y a quelque tiroir déjà ouvert. Des corps ont été mis récemment, sans doute...


Regardant à droite sur la demande de la voix grave résonnant dans son crâne, le petit s'approche pour mieux observé les deux tiroirs ouverts montrant un homme et une femme tout les deux dans la trentaine. Il ose tristement toucher à leur visage qui montre qu'un horrible sourire. Pourtant, il reconnais le visage de ceux qui ont été là pour le protéger en sacrifiant leur vie.


(La toxine du gaz hilarant de joker force ses victimes à rire jusqu'à la mort. Tes parent n'ont pas pu courir assez vite ce jour-là...)


Le garçon se retourne lentement sur sa gauche, là ou un miroir reflète son image: un trop jeune homme aux court cheveux blond en chemise blanche d’hôpital. Les yeux bleu cherchant la compréhension de tout ce qui se passe ici se ferment quand une aiguille enfoncé dans son cou fait coulé son contenu dans ses veines, le renvoyant de l'autre coté du monde éveiller.


Même en regardant le miroir, le petit n'a pas vu l'infirmier qui s'est approché de lui par derrière.


De retour dans le désert froid qui constitue son rêve, Shawn est debout, face au serpent, immobile. Il ne sait même plus si ce qui viens de vivre est la réalité ou un autre rêve. C'est dans ce monde-ci qu'il a froid, là-bas, il ne ressentait pas la température. C'est dans ce monde-ci qu'il a passé des mois, là-bas, il s'est retrouvé avec des câbles partout dans le corps. Et c'est dans ce monde qu'il souffre car là-bas, il ne ressentait aucune émotion... Le serpent noir l'observe sans rien dire avant de se prononcé.


''Alors... que dirais tu de rejoindre tes parents?''


''...Comment...?''


''Si je me mord une nouvelle fois, ton esprit ira les rejoindre là où ils reposent actuellement. J'aurai qu'une demande en échange de ce service...Ce corp que tu va quitté, je le veux. Alors, qu'en dis tu?''


''Mais...''


''Tu préfère l'endroit sinistre et sans repaire dans lequel tu t'es réveillé seul et abandonné par les autres ou de rejoindre tes parents qui t'attendent encore en ce moment de l'autre coté? Le choix est vite fait, pas vrai?''


Sans dire un mot, le petit hoche la tête. C'est alors que l'animal lui fait une ultime morsure, envoyant l'âme errante loin là où il ne pourra plus jamais revenir...


De l'autre coté, des infirmiers surveille de prêt le corps de l'enfant, se posant mille et une question, c'est alors qu'il se réveille, les pupilles maintenant coloré d'un jaune sinistre. Le docteur arrive et lui pose alors un question simple.


"Dit moi petit, comment te sens tu? Tu te souviens comment tu t'appelles?" Fait le barbu/joufflu.


C'est alors que le gamin lui offre un sourire aussi sinistre que le célèbre clown de Gotham avant de répondre avec un accent britannique.


''Very well. My name is Cerventes...''





Revenir en haut Aller en bas
 
Le petit prince et le serpent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: