Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux rebelles pour le prix d'un

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Deux rebelles pour le prix d'un    Dim 11 Oct - 15:27

C’est quand je marche dans la rue et que j’observe cet environnement dans lequel j’ai grandi que je comprends comment je suis devenu Anarky. Parmi tout ces gens qui sont obligés de se battre pour survivre, qui doivent lutter pour s’assurer un repas, qui se tue à la tache pour ramener un salaire misérable, qui ne rêve plus qu’à travers des programmes télé , il fallait bien qu’il y en est un qui décide de ne pas vivre cette vie et mette un coup de pied dans la fourmilière. Cet individu, c’est moi et ce coup de pied, c’est ma radio.

Je me suis longtemps demandé pourquoi personne n’avait choisi cette voie avant moi. Pourquoi je suis le premier à avoir décidé de faire bouger les choses ? J’ai souvent réfléchi à ça. Je me disais que personne n’avait jamais eu le courage ou juste l’idée de le faire ou alors que certains l’avaient fait mais que la société avait étouffé leur voix et effacer leur nom de l’histoire pour s’assurer qu’on les oublie et qu’on ne les imite pas. Mais peu importe tout ça, qu’il y en a eu avant moi ou pas, ça ne compte pas parce que dans tout les cas, ils n’auront marqué personne et ça rend ce qu’ils ont pu faire inutile. A quoi bon se battre si c’est pour finir aux oubliettes ? Non, pour moi, se rebeller contre le système doit servir d’exemple pour les autres et ils doivent s’en souvenir. Car c’est grâce à ce souvenir que certains verront que c’est possible et ils essaieront à leur tour. Pour marquer les habitants de Gotham et ancrer mes messages, mes convictions, mon combat en eux, j’ai choisi de lancer ma radio pirate. Après tout, personne ne l’a jamais fait alors ça ne pouvait pas passer inaperçu.

Et pourtant, à travers mes émissions de radio et les messages que je passe, je n’invite pas les gens à se rebeller mais juste à réfléchir. Alors pour moi, c’est clairement un acte de rébellion contre une société qui chercher à nous bâillonner et nous contrôler pour qu’on ne sorte pas du rang. J’aurais pu finir comme tout le monde ici, un monsieur tout le monde, qui vit la même vie que tout le monde, qui a les mêmes rêves que tout le monde, qui aura la même fin que tout le monde. Mais ma correspondance avec Xuasus m’a ouvert les yeux et j’ai vu un autre chemin. Cet adolescent que je n’ai connu qu’à travers des lettres m’a montré le monde comme il l’est vraiment. Tout était sous mes yeux mais je ne voyais rien, je pensais que tout ça, c’était normal, que les choses devaient être comme ça. Mais rien n’est normal, ni la pauvreté, ni la soumission, ni le silence. Et maintenant, c’est à mon tour de montrer aux autres que ce n’est pas normal. C’est à moi de leur ouvrir les yeux.

Ma radio, c’est le but de ma sortie d’aujourd’hui. Je dois régulièrement vérifier mon système greffé sur les antennes radio de tout Gotham, pour m’assurer qu’il est toujours et qu’il fonctionne toujours. Si Batman ou même qu’un technicien de la ville tombe dessus, mon système sera démasqué et surement démonté. Alors je vérifie chaque antenne radio de Gotham souvent et aujourd’hui, ça sera celle de Park Row.
Le soleil se lève à peine que je suis déjà sur le toit de l’immeuble, devant l’antenne accompagné de mon chien Max. Au moins, je ne risquerais pas de me faire surprendre, les techniciens de la ville ne travaillent pas encore et Batman est surement rentré dans sa tanière. Je fais signe à Max de m’attendre et j’escalade le grillage qui est sensé empêcher quiconque de s’approcher de l’antenne. Mais quand on se rebelle face à tout un système, ce n’est pas un grillage qui peut nous arrêter. Je passe de l’autre coté et pose mon sac à dos par terre. Je l’ouvre et en sors un tournevis et je commence à démonter un boitier. J’espère que tout est toujours en place, comme ça, ça ne prendra pas trop de temps et je n’aurais pas à m’attarder dans le coin. J’aimerais éviter autant que possible les mauvaises rencontres.





Dernière édition par Loonie Machin/Anarky le Mar 20 Oct - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Deux rebelles pour le prix d'un    Jeu 15 Oct - 22:44

Une fin de nuit comme une autre, parce que tout ne peut pas être que larmes et chagrin, parce que le soleil se couche peut-être, mais reviens demain. Klara sentait poindre un voile de fatigue dans le creux de ses yeux: Elle n'avait pas vue le temps passer cette nuit, ce qui lui avait empêcher de fermer l'œil, et son corps le lui reprochait violemment. Jamais content celui là, je vous jure... Le jour continuait de se lever paresseusement sur les toits, sans encore atteindre les trottoirs. Après avoir pris le temps de veiller à ce que Zack dorme encore à point fermé, la jeune femme entassa ses créations de la nuit dernière dans un bête sac à dos avant de prendre la porte. L'air mécontente, Redemption lui grogna après, agitant l'une de ses pattes de haut en bas. La technomancienne qui s'apprêtait à refermer la porte de son appartement la consigna à la garde du petit avant de disparaître. C'était une bonne bête, particulièrement maligne... Mais la question restait à se poser sur ses origines. Red avait un gabarit démesuré pour un berger allemand, son dos droit et sa stature faisait plus penser à cheval qu'à un vrai chien... Allez savoir avec qu'elle autre race de molosse la pauvre bête avait été croisée, pour ainsi devenir une curiosité de la nature ainsi faite. Cette idée arracha un sourire mélancolique à la jeune femme qui gagnait les rues presque déserte de Park Row. Elle aussi dans le fond elle était le résultat d'un mélange génétique étrange. Peut être que comme les chiens, ça se percevait aussi chez elle... Et que c'était pour cela qu'elle attirait autant les ennuis, que les gens étranges dans son entourage.

C'était la première fois qu'elle laissait son fils seul chez elle depuis le passage de ce vieil homme qui avait cherché à acheter ses services il  ya quelques mois... Comment avait-il dit s'appeler déjà ? Raaz ? Rahoz ? Peut importe... Elle détestait l'idée qu'un intrus ai pu passer outre ses systèmes de sécurité et se payer le luxe par dessus le marché d'approcher la chaire de sa chaire. Klara hésita à rebrousser chemin, un frémissement lui laissant entendre qu'il n'était pas bon de laisser le petit derrière elle. Fatiguée, pas vraiment de mauvaise humeur, la jeune femme se dépêcha d'avancer. Rabattant la capuche de son pull pour conserver un peut plus de sa chaleur. Pour un personne lambda, ce qu'elle s'apprêtait à faire n'aurait été que succession de pique d'adrénaline, poussé à braver les interdits. Pour elle... C'était juste normal. Parce qu'elle aimait faire chier son monde. Surtout quand ça en valait le coup. Et pour une fois, ça en valait vraiment le coup. Depuis quelques temps, Park row était inondé par les ondes d'une radio pirate, plus que pousser les gens à se rebeller contre la faune et la flore de Gotham, celui qui la tenait cherchait à faire réfléchir les gens. Il soulevait des questions importantes, et son point de vue approchait grandement celui de la technomancienne. C'est pour ça qu'elle était partie aux aurores ce matin, là. Pour mettre la main à la patte. Parce que les gens devaient entendre ce que ce gugus d'anarchiste avait à raconter. Parfois, avec l'aide d'élus voués à disparaître, Gotham se rappelait de son statut de ville du peuple et il émergeait de ci de là des idées que bien souvent les plus puissants étouffait. Politique et scandale font rarement bons ménages. Surtout quand le problème vient de la plèbe. Et c'était en fière Plébéienne que la jeune femme se dirigeait vers l'antenne relais de Park Row.

Finissant par atteindre le toit, elle fut surprise d'entendre qu'elle n'était pas seule. De si bon matin ? Vraiment ? Il ne serait peut être pas trop tard pour feindre l'envie de prendre l'air, ou le tourisme... Oui oui, au pied d'une jolie petite antenne. Les goût et les couleurs... Ca ne se discute pas. En parlant de couleurs, le rouge pimpant, c'était pas un peut genre... Pas discret du tout pour venir bidouiller une antenne ? Klara arqua un sourcil Til'kien en apercevant Anarky précautionneusement s'occuper de ses installations. Elle fit glisser l'une des lanières de son sac de son épaule, avant de plonger une main sûre à la recherche de son précieux. Puis en extirpa un boitier dont plusieurs câbles dépassaient. D'un petit sifflement bref et distinct, elle chercha à attirer l'attention de son "accolyte", lui lançant le dit boitier. " Essayes ça.. Tu devrais gagner un ou deux pâtés de maisons par antenne."

Pas méfiante pour deux sous, elle lui avait déjà tendu la main l'ors de Year zéro quand il avait pris l'initiative de s'occuper d'une partie de la population. C'était pas grand chose, des babioles qu'elle avait bricolé avec les moyens du bord sur le tas, pour dire de filer un coup de main et de leur simplifier la vie sans courant. " Au bout de la 5ieme avenue, on commence à avoir de la friture. J'me suis dis que ce serait con de laisser passer l'occasion de faire connaître tes jolis discours à la populace." Prenant soin de refermer son sac et de le jeter à nouveau sur son dos, elle fini par froncer les sourcils, l'air de se souvenir subitement de quelque chose. "Ha oui... Heu, j't'ai fais ça avec de vieux boitiers d'émetteurs-récepteurs utilisés par le réseau. Si c'est bien branché, faudra vraiment y foutre le nez dedans pour se rendre compte que c'est trafiqué."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Deux rebelles pour le prix d'un    Mar 20 Oct - 20:46

Le soleil se lève à peine et quelques rayons viennent éclairer le panneau de contrôle de l’antenne. Je démonte le couvercle, le pose par terre à coté de moi et commence à triturer les câbles et les fils qui s’entremêlent dans un joli bordel. On dirait que personne n’est pas passé vérifier ça depuis que j’ai installé mon propre système, tout est encore en place dans l’état où je l’ai laissé. A vrai dire, je comptais aussi sur le fait que les employés de la ville font aussi surement très mal leur travail et que Batman ait autre chose à faire que de vérifier toutes les antennes radio de la ville. Ca a l’air de plutôt bien fonctionner vu que tout est encore là et que depuis que j’ai commencé, personne n’a semblé partir à ma recherche. Je remets les fils en place de sorte qu’il recouvre un peu mon boitier illégal. Ca a été plus rapide que ce que je pensais, je vais pouvoir rentrer au tribunal pour faire autre chose ou alors trainer un peu plus dans le quartier pour profiter de l’air frais et du calme de l’aube.

Mais un sifflement provenant de pas très loin derrière moi se fait entendre. Je me retourne et aperçois une jeune femme me lancer un boitier tout en me précisant que ça augmenterait ma portée d’émission. J’attrape l’objet mais ne comprend pas vraiment la situation. J’observe le petit objet, le tenant dans une seule de mes mains. C’est à l’air plutôt rudimentaire mais assez sophistiqué en observant bien. Je relève la tête, la détaillant, alors que Max, toujours assis à quelques pas d’elle, l’observe d’un air méfiant. J’ai l’impression de l’avoir déjà croisé, elle m’est vaguement familière. Mais la capuche qui lui couvre la tête m’empêche de vraiment la resituer.

« Merci. »

Je me retourne pour aller greffer le boitier qu’elle m’a donné. A l’aide de mon tournevis, j’enlève une partie de mon système et la remplace par ce qu’elle m’a donné. Ca se fond bien mieux dans le décor, on dirait presque que ça fait partie de l’installation. Avec ça, personne ne devrait venir me le retirer, à moins de vraiment savoir ce qu’il cherche. Je reprends le couvercle, le revisse et voilà le tout fermé, comme si je n’avais jamais touché à ça. Je range mon tournevis ainsi que la pièce que j’ai retiré dans mon sac, le passe par-dessus mon épaule et repasse par-dessus le grillage sensé protéger l’antenne de tout vandalisme mais bon, ça n’arrête pas grand-chose à part les quelques chats du quartier. Je fais deux pas et m’arrête face à la bricoleuse anonyme. Je crois savoir où et comment je l’ai déjà rencontré. Ca devait être elle qui nous avait offert des trucs bricolés par elle-même histoire de filer un coup lors de l’An zéro. Ce n’était pas grand-chose mais ça nous avait été utile et j’avais même pu recycler certains de ces trucs pour moi quand j’ai aménagé le sous sol pour le rendre vivable. Visiblement, elle est toujours décidée à m’aider comme elle le peut et une alliée, ça ne se refuse pas, surtout une alliée au doigt de fée.

« Si des gens se mettent à m’aider aussi spontanément, Gotham n’est peut être pas aussi désespéré que ce que je pensais. On sait déjà rencontré, non ? Vous ne seriez pas celle qui nous avait amené quelques objets bricolés pour le refuge ? »

Max se relève et s’approche de moi, légèrement en retrait. J’ai toujours ma capuche sur la tête, qui me sert de précaution au cas où je me fais surprendre. Elle aussi l’a. Peut être que comme moi, elle fait des trucs qui d’un point de vue légal sont punissables, le genre de choses qu’un citoyen lambda prend pour un crime alors que c’est devenu mon quotidien. Et je ne suis apparemment pas le seul à avoir décidé de m’affranchir de certaines lois. Maintenant, il ne reste plus qu’à savoir comment elle a réussi à savoir que je serais là et pourquoi elle décide à nouveau de m’aider. J’aimerais éviter les mauvaises surprises même si je pense pouvoir lui faire confiance, même si faire confiance à un inconnu à Gotham se révèle souvent être une erreur.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux rebelles pour le prix d'un    

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux rebelles pour le prix d'un
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: