Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Lun 28 Sep - 22:26





N'espérez pas une victoire entre nous...

CUI CUI CUI



 

  Ca avait été la première grande action contre Oswald Cobblepot. Réduit à l'impuissance et envoyé en prison, Cobblepot ne pouvait plus rien faire qui pouvait encore lui garantir une réputation si ce n'est sortir dans un premier temps. C'était sans doute deux de ses anciens fidèles qui lui avait prête main forte ! Que rêver de mieux ? L'offense allait être payée par le sang. C'était dans un appartement loué par ses soins que le Pingouin mettait à jour ses plans. Depuis trop longtemps il était resté dans l'ombre, il était dorénavant temps de réémerger ! L'appartement en question était plutôt un studio. Une simple pièce où était disposé à la fois un lit une place, un simple matelas déposé sur un sommier de très mauvaise qualité dans les lattes en bois commençaient à grincer. Il y avait seulement un bureau qui se voyait accueillir une immense quantité de papiers à signer, des contrats sans doute ? Cobblepot avait bien retenu la leçon et ce passage en prison lui avait appris les bonnes manières. Jamais plus il ne se ferait avoir comme un bleu sous seul prétexte qu'un fantoche en costume l'avait humilié. Oswald était un Cobblepot et c'était en Cobblepot qu'il devait agir. D'abord, il s'agissait de reprendre son dû, alors offert tantôt à son bras droit, lorsqu'il fut envoyé en prison. Autant dire qu'il l'avait revendiqué et il était à parier que ce bras droit s'était assuré son pouvoir en magouillant avec Falcone. Jamais un peureux comme Ogilvy aurait pu mener le trafic du Pingouin face à un loubard comme Carmine. Le manchot examinait tous ces papiers, ils constituaient  un dossier dont la couverture avait été jetée préalablement au sol. Cobblepot frotta son crâne avec ses mains boudinées et continuait à trier ses papiers, en fumant un cigare. Le retour du Pingouin ne serait prévu par aucun membre normalement constitué de l'élite mafieuse de Gotham. D'ailleurs, ils le pensaient encore enfermé.

  « Hmpgf.. »

  Le Pingouin tomba alors sur un ancien papier qui avait été rédigé par le G.C.P.D , c'était un extrait de dépôt de plainte anonyme qui incriminait le docteur Jonathan Crane. Le bon médecin, du moins, ce qu'il en restait de saint, aurait encore frappé il y a peu...

  «  […] La victime déclare avoir été victime d'affreuses hallucinations dans les minutes qui suivirent l'ingestion du gaz de l'Epouvantail. […] Une profonde folie qui se développe […] et ne laisse aucune chance à celui qui l'ingère... »

  Cela faisait tilt dans l'esprit du Pingouin, il savait comment reprendre en main Gotham et faire marcher ce beau monde à la baguette. Il fallait que Crane agisse, et pour cela, le Pingouin devait le persuader de jeter son gaz dans le seul endroit de la ville qui ne devait pas appartenir à quelqu'un d'autre que Cobblepot. Hors de question de faire face à ce crétin, il fallait lui faire mal et montrer à ceux qui l'avait suivi que le seul maître était le manchot...

  Le Pingouin se levait difficilement de sa chaise et approcha d'une cage où évoluait un pic vert. Ce petit oiseau avait été acheté en animalerie il y a peu par un sous-fifre encore fidèle à Oswald. Une chose était sûre, toute la plèbe allait bientôt s'incliner devant la toute puissance du Pingouin, le seul palmipède qui a du style !

  « Viens là, mon p'tit ! »

  Docilement, il fit en sorte que le pic vert vienne se poser sur son index droit. C'était bel et bien le seul animal digne d'intérêt. Les oiseaux étaient des bêtes incomprises pour la plupart... comme le Pingouin... D'ailleurs, ce dernier enroula un morceau de papier dans un minuscule tube en métal autour de la patte de l'oiseau.

  « Allez file ! »

  Cobblepot ouvrit la fenêtre et laissa partir son bébé. Il se retourna et sourit d'un air satisfait. Il regarda la volière vide et s'enquit d'un rire sadique. Il y avait deux autres cages d'oiseaux que le Pingouin avait acheté. L'une abritait une chouette effraie, l'autre une colombe aussi belle que le jour.

  « Mes bébés, j'ai rendez-vous avec le Destin, destination des Lacey Towers. Si titi fait bien son boulot, le Docteur Crane va recevoir son invitation d'une minute à l'autre... »

  Une demie heure plus tard, Le Pingouin avait quitté son taudis et prenait place dans la chambre 77 de la première tour jumelle des Laceys, au cinquième étage. Il attendait patiemment un signe... quelconque... sirotant un drink de bonne qualité. Enfin !!! Cobblepot était de retour !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Dim 11 Oct - 20:53


Retour en bonne et due forme !

- Scarecrow, Oswald Cobblepot -


Debout devant l'une des rares fenêtres encore intactes de la vieille maison, Crane observait patiemment l'horizon en direction de Gotham dont il voyait les lumières se refléter dans le ciel. Tout était bientôt prêt. Il lui restait encore quelques soucis à régler, mais la grosse part du plan était en place. Il ne lui manquait en fait peut-être qu'un 6e et dernier membre pour compléter son idée de départ : celle d'un groupe dont le but commun était de détruire la chauve-souris. Sous son masque, Jonathan se permit un léger sourire, ce qu'il faisait en de rares occasions. Il avait le pressentiment que tout allait se dérouler à merveille et que la chance n'allait pas le laisser tomber de sitôt. Puis, sans crier gare, un oiseau vint se poser sur le rebord de la fenêtre. Non seulement Crane était surprit par le fait qu'un animal approche de cet endroit hormis son corbeau domestique, mais encore plus par le fait qu'il semblait attendre une réaction de la part du maître des lieux. Ouvrant la fenêtre, le pic vert entra dans la demeure et alla se poser sur une commode non loin. Ce n'est qu'à ce moment que l'ancien directeur de l'asile d'Arkham remarqua un tube de métal attaché à la patte de l'animal. Tube qui devait très certainement contenir un papier. Qui donc pouvait utiliser cette méthode de communication de nos jours? C'était certes très efficace contre les interceptions, mais les risques de perte étaient grandes.

« Approche. »

À son étonnement, l'animal ne recula pas devant son geste et ne semblait aucunement effrayé. Bien souvent les animaux le fuyaient parce qu'il semblait puer la peur, mais les oiseaux semblaient avoir une immunité à ce genre de choses. Ou bien ils étaient trop stupides ou aveugles pour le réaliser. Cela dit, l'Épouvantail s'empara du message et le déroula. Le pic vert s'en alla dès qu'il le pu à travers la fenêtre ouverte, laissant Crane seul avec son message. Une fois de plus, le maître des lieux fut étonné : il recevait une invitation d'Oswald Cobblepot, l'un des plus grands criminels de Gotham. Que voulait-il? Et comment l'avait-il trouvé? Crane savait que les mafieux étaient plein de ressources, mais pas à ce point. Se pouvait-il que même Batman puisse être dépassé dans le secteur des renseignements? C'était  une éventualité à considérée et elle faisait plaisir. Peu importe ce que Cobblepot désirait, Crane répondrait à l'appel. Il avait aussi envie de profiter de l'entrevue pour ses propres intérêts. Appelant ses deux gardes du corps, Crane leur fit signe de préparer le camion.

« Lacey Towers, première tour, 5e étage, chambre 77. »

Crane prépara quelques files au passage pour plus de sécurité. Là plus que jamais il ne devait pas tomber entre les griffes des justiciers masqués ou, comme il aimait les appeler, les plus grosses brutes de la planète. Le camion fila bon train et se rendit sans encombre aux tours jumelles. Optant pour le stationnement souterrain, le conducteur du camion s'empara de la place disponible la plus près des ascenseurs de service. Un obstacle lui barra la route cependant : les ascenseurs étaient activés par des clés probablement réservés aux résidents. Cela le gênait, car plus il restait immobile, plus grandes étaient les chances de se faire attraper. L'un des assassins de la ligue des ombres se pencha sur le cas, mais bien vite un ascenseur sonna. Quelle chance! Quelqu'un descendait alors que Crane désirait monter. Décidément la chance était encore avec lui. Il alla se positionner devant la porte avec ses sbires, attendant qu'elle s'ouvre. Les portes s'ouvrirent sur une jeune famille composée d'un père, d'une mère et d'un jeune enfant.

« Nom de Dieu. »

« Non, je suis l'Autre. »

Crane envoya une dose concentrée dans l'ascenseur, touchant toute la famille. Le gaz se dissipa bien vite, mais les effets furent spectaculaires. L'homme se prit la tête entre les mains et se mit à hurler à plein poumons. La femme partit en fuyant aussi vite qu'elle pouvait, se relevant dès qu'elle tombait malgré la douleur et les blessures. La voir pleurer de panique avait quelque chose de satisfaisant. Quant à l'enfant, il se roula en boule sur le sol, les yeux fixant le vide, tremblant telle une feuille morte. Crane aurait aimé étudier ce cas plus en détails : se procurer des enfants n'était pas chose aisée et leur imagination rendait l'étude de la peur bien plus intéressante. Les adultes revenaient souvent aux mêmes peurs, mais l'imaginaire de la jeunesse était immensément plus riche, peuplé de créatures et de monstres de toute sorte. Il était toutefois attendu et il ne devait pas rester plus longtemps qu'il le devait à la vue de tous.

L'homme et l'enfant furent poussés hors de l'ascenseur et Crane monta avec ses hommes au 5e étage. Une fois arrivé, il ne mit pas de temps à trouver la chambre 77. Sans encombre et sans problème sur son chemin, Crane se positionna devant la porte, ses deux sbires juste derrière lui. Il frappa trois coups et se tint prêt à rencontrer celui que la ville surnommait le Pingouin. Lorsque la porte s'ouvrit, Crane baissa la tête : son hôte était plus petit que la moyenne alors que lui-même était plus grand que la moyenne, cela faisait un intéressant contraste. Il prit la parole le premier.

« Bonsoir monsieur Cobblepot. Vous m'avez appelé? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Dim 11 Oct - 21:46





Et si l'on jouait à un jeu?

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.


On frappa bien vite à la porte. Le Pingouin sirotait un drink seul, en attendant son invité. Il était très à l'aise et les pieds sur le bureau. Sous ses pieds, il y avait un journal, le Gotham Globe. Celui-ci datait d'il y a quelques mois. Il affichait en page 8 les déboires du Pingouin face à Batman. Ce fantoche à costume comblait toutes les pages du torche-cul mais il était nécessaire de rappeler que c'était bien lui qui rendait la justice dans cette ville meurtrie par la criminalité. Ainsi, quand Le Pingouin se leva, il sortit d'abord de son fauteuil richement orné puis regarda rapidement le journal. Comment cela était-il possible ?! Pourquoi Batman était venu le voir à ce moment précis, alors que le chef de gang avait été complètement désorganisé par Falcone. Ils allaient tous payer à un moment donné, quoi qu'il puisse arriver... Oswald saisit le journal et l'envoya contre le canapé du salon juxtaposé à la pièce ouverte du bureau. Ainsi donc il alla ouvrir en espérant que ce ne soit pas un des rats de Falcone, même s'il n'était pas sensé savoir que le Pingouin était sorti de Blackgate, même si la prison avait sans aucun doute signalé au G.C.P.D la cellule vide de Cobblepot. Oswald traversa la pièce en dodelinant de droite à gauche. Eh oui, outre sa morphologie rappelant le manchot, le Pingouin avait subi un coup qui lui avait laissé une marque au genou gauche et il semblait difficile pour Cobblepot de se mouvoir sans sentir une irrépressible douleur. Il y avait un pas de porte, avec des escaliers en bois avant d'accéder à la porte d'entrée. Il haleta et saisit la poignée et ouvrit. C'était bel et bien Crane, néanmoins il était accompagné d'une petite poignée d'hommes. Il avait cet air redoutablement effrayant, comme à son habitude. Les journaux narraient parfaitement les exploits de cet air aussi sombre qu'horrible. A première vue, il semblait être un ridicule Epouvantail minable et risible. L'habit ne fait pas le moine !

« Ah, tiens, Crane ! Je vois que vous avez amené votre suite ! »

Après un rire sarcastique, il laissa entrer Crane avec un baroud digne d'un roi, néanmoins, lorsque les accompagnateurs tentèrent d'entrer, le Pingouin changea radicalement d'attitude. De bon ami intentionné envers son invité, il adopta un regard noir, sombre, maudissant celui qu'il regardait. Il avait la lèvre dédaigneuse, comme un cabot prêt à mordre.

« Il me semble qu'il n'y avait qu'une invitation ! Restez ici, vous verrez sortir votre patron aussi vite qu'il est rentré, si toutefois, vous nous laissez discuter en bonne et due forme ! Dehors bande de crétins ! »

Il ranima sa figure d'un sourire tout à fait aimable vers la face décrépite de Crane qui le regardait avec un air amical, plus qu'hostile. Il invita ce dernier à noblement siéger dans le fauteuil accoudé au canapé. Quant à Cobblepot, il alla servir un scotch à l'Epouvantail, près du secrétaire, dans le renfoncement de la pièce.

« Vous devez vous d'mander pourquoi j'ai voulu que vous veniez ce soir ?! C'est simple, et l'objet de cette rencontre désigne une personne qui doit périr... »

Rien qu'à l'idée qu'il puisse souffrir encore une fois la face hideuse du vieux Romain mais surtout d'Ignatius, il vomirait toutes les tripes de son corps. D'ailleurs, il serra ses doigts crochus quand il pensa à ces deux rigolos...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Jeu 22 Oct - 6:59


Retour en bonne et due forme !

- Scarecrow, Oswald Cobblepot -


Crane examina son hôte : il n'avait jamais pu voir le Pingouin en chair et en os, rien que sur le journal ou encore à la télévision. Il faut dire que Cobblepot était plus du genre à diriger une famille de criminels plutôt que de souffrir d'un problème mental quelconque lui ayant valu une place de choix à l'asile. Malgré son physique désavantageux, le Pingouin respirait la classe et l'intelligence. Crane n'était pas du tout pour les mafieux et les criminels qu'il osait appeler « du passé », mais il était prêt à supporter Cobblepot et même à l'aider car après tout, il était le plus «Freak» des mafieux à ses yeux. Pénétrant dans la résidence d'Oswald, il ne pu que sourire devant la réprimande de son hôte face à la suite qui accompagnait l'Épouvantail. Ne désirant nullement mettre le nouvel évadé de prison plus en colère qu'il ne le fallait, Crane fit signe aux deux assassins d'attendre dehors.

Crane explorait les lieux du regard. Un studio en mauvais état mais pas trop mal pour quelqu'un qui venait de s'évader mystérieusement de Black Gate. Aux dernières nouvelles le Pingouin y était encore enfermé. Bien que curieux, Jonathan n'allait pas lui demander plus de précisions à ce sujet. Chacun avait ses propres secrets et puis il avait autre chose à faire, autre chose à discuter. Crane refusa poliment de s'asseoir et prendre le verre proposé par son hôte. Il alla plutôt se placer face à la baie vitrée qui donnait une vue sur la parcelle de Gotham que pouvait lui procurer un appartement situé au cinquième étage. La ville grouillait d'activité, animée par ces centaines de millier de fourmis là en bas. Et lui tel un dieu se dressait au-dessus de cette populace inconsciente et insouciante. Les paroles du Pingouin le ramenèrent à la réalité.

« Sans vouloir vous offenser monsieur Cobblepot, vous devriez savoir que même s'il est vrai que je tue, je ne le fait pas pour rendre service. Je le fais pour améliorer mes formules et, je dois l'avouer, pour mon plaisir personnel. »

Crane se retourna vers Oswald et le fixait. Avait-il vraiment fait parcourir tout ce chemin à l'ancien directeur de l'asile pour lui demander de commettre un simple assassinat? Cela dit, la cible désignée pouvait jouer un grand rôle dans sa décision, mais il n'était pas encore tout à fait certain de comment prendre cette offre. L'Épouvantail était plus qu'un simple tueur, il était l'incarnation de la Peur, le cauchemar des êtres vivants. Tuer oui, mais cela devait être spectaculaire.

« Vous allez devoir être plus précis je ne le craint. Il y a presqu'autant d'assassin dans cette ville que peut remplir le stade de Gotham, vous pourrez même en trouver un qui serait prêt à n'importe quoi pour un vulgaire paquet de cigarettes. Pourquoi moi? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Sam 24 Oct - 17:56






Un retour en bonne et due forme

La science nous impose des sacrifices



Cobblepot voyait bien que son invité avait l'oeil curieux, d'ailleurs il pensait qu'à un moment, il finirait par faire une analyse complète du lieu. Ainsi ce vieux Crane aurait-il peur des pièges ? Ou cela lui semblait-il normal d'inspecter de la sorte les différents lieux dans lesquels il se rendait habituellement ? Il refusa dans un premier temps de s'asseoir. Il est évident qu'Oswald avait légèrement oublié à qui il avait à faire. Non seulement les criminels de Gotham City ne faisait pas partie de la haute, mais en plus de cela ils imploraient la politesse autant que les gredins suppliaient les flics de les achever, c'est à dire jamais ! Cela n'étonna pourtant pas Cobblepot, qui, se sachant affaibli, préféra ignorer le refus. D'ailleurs, Crane se dirigea vers la baie vitrée de l'appartement. Celui-ci donnait sur une parcelle de la ville. La plus industrielle, certainement, mais aussi la plus pauvre. On recensait dans ces rues pas moins de quatre habitants sur cinq au chômage. C'était un bien piètre confort dans une ville aussi corrompue que pouvait l'être Gotham. Le fait de se faire tuer était si courant que même les flics ne résolvaient pas les affaires qui concernaient les meurtres, ils se contentaient de mettre un halte-là à l'enquête en envoyant une pièce justificative aux familles de la victime. A cela, il était commode de rajouter ledit chômage qui n'incitait personne à rester en ville, mais également le taux de criminalité faisant partie des plus élevés de la côte Est. Le lieu était peuplé de crapules sans noms, qui, ayant adopté un surnom, perpétraient plus que des crimes dans toute cette surface de terre souillée par le pêché que certains osent encore appeler Gotham City.




Revenons à cette rencontre. Elle était plus que nécessaire pour Le Pingouin, car non seulement elle lui assurait un retour en bonne et due forme mais également le privilège de retrouver ses affaires. Ayant été enfermé, il avait perdu la main mise sur le trafic de la ville. Tout cela allait radicalement changé... Il avait de beaux projets pour sa propre personne... Ainsi, Crane se mit à répondre à Cobblepot. Il lui lâcha une réponse à laquelle Cobblepot s'attendait. Eh oui ! Il était à parier que le bon docteur ( pour ce qui lui restait de bon) n'offrirait pas ses services se sachant tuer pour le plaisir. Non ! NON ! Le bon et vaillant docteur Jonathan Crane tuait pour la science, et pour le privilège de faire évoluer ses satanées toxines. Il est évident qu'elle en rendrait fou plus d'un mais ce n'était pas encore le moment de lâcher les chiens, comme on dit. Chaque chose en son temps. D'abord, il s'agissait de faire comprendre à Crane que l'intérêt était vif, pour lui comme pour le manchot...




« Voyons, docteur. Vous ne pensez tout de même pas qu'un gentleman dans mon genre oserait vous demander pareil service ?! Bien sûr que non. Non ! Le business, Crane, y'a que ça ! Je connais bien votre... votre prédisposition pour les expériences médicales à succès. Et justement, il s'agit ici d'en réaliser une. La personne que j'ai évoqué doit avant tout comprendre qu'il n'est pas dans les manières d'un homme distingué de barrer la route aux hommes de talent. Nous sommes des êtres de talent ! »


Cobblepot se tourna vers son bureau. Il s'appuya sur le bureau et regarda l'orme. Son regard fulminait encore et encore, il jetait des éclairs, mais tout ceci, Crane ne pouvait le voir, car Cobblepot était tourné. Lorsque le Pingouin calma ses ardeurs, il sortit, la lèvre dédaigneuse :


« Vous mieux que personne savez comment rendre l'ordre dans le désordre lorsque les cobayes se sont emparés du laboratoire... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Lun 2 Nov - 23:46


Retour en bonne et due forme !

- Scarecrow, Oswald Cobblepot -


Tandis que Cobblepot exprimait son point de vue, Jonathan Crane marchait lentement à travers la grande pièce, explorant les lieux, examinant les détails. Non pas qu'il craignait une quelconque menace de la part de son hôte, mais c'était dans sa nature de psychiatre d'analyser tout ce qu'il voyait. Connaissant Cobblepot, se retrouver dans un endroit aussi ordinaire ne lui ressemblait pas. Le Pingouin était un être qui adorait le luxe et qui adorait se pavaner publiquement dans celui-ci, fier de sa réussite et jugeant tout ce qui lui était inférieur avec le plus grand mépris. Crane avait la même mentalité à quelques points près : il méprisait tous ceux qui se croyaient au-dessus de la peur, c'est-à-dire bien des gens. En fait, il méprisait à peu près tout le monde, mais était capable d'avoir une once de respect pour tous ceux et celles qui avaient le don d'avoir l'esprit éclairé face à cette émotion plus que primaire. L'Épouvantail était là pour rappeler à tous cette cruelle vérité et il se ferait un plaisir de diriger cette bande de limaces avec la poigne de fer que la terreur pouvait exercée sur les populaces comme elle l'a si souvent fait par le passé.


Mais revenons au Pingouin. Son offre piquait sa curiosité malgré son manque de clarté. S'il comprenait bien l'enjeu, Cobblepot avait l'intention de débarrasser le monde d'un potentiel gêneur ou d'un traître, un problème à l'avancement de ses entreprises et à son retour triomphale. Crane trouvait cela intéressant que son hôte ait fait appel à lui plutôt qu'à un autre criminels de Gotham. Il faut dire que cette ressource se renouvelle sans cesse comme les champignons et qu'elle agit comme de la gangrène. C'était probablement pour un gros coup, quelque chose qui en vaudrait la peine, quelque chose qui marquerait Gotham un tant soit peu. C'était déjà plus dans les cordes de l'Épouvantail : son esprit tordu avait des tendances à faire des coups de théâtre et il ne manquerait jamais l'occasion d'en faire.

« Je vois que ma réputation me précède, tant mieux. Précisez votre pensée monsieur Cobblepot, vous avez mon entière attention. »


Crane se tenait debout face au Pingouin, les mains derrière le dos. Il fixait son hôte à travers les yeux de son masque, impatient de connaître la suite. Il faut dire qu'un autre facteur avait influencé le comportement de Crane : Cobblepot était un homme plein de ressources et il valait mieux l'avoir dans ses bonnes grâces lors des moments difficiles. S'il arrivait à s'en faire un allié, ou du moins un contact, cela lui réglerait bien des soucis pour l'éventuel avenir qui se dressait devant lui. Qui sait, peut-être qu'il pourrait même songer à l'inviter pour son plan d'assaut contre un bâtiment emblématique de Gotham, mais chaque chose en son temps. Pour l'heure, Crane désirait avant tout connaître ce que désirait Cobblepot. Ils pourraient ensuite commencer à discuter pleinement des vrais choses et voir si celui qu'il se plaisait à décrire comme étant l'audace incarnée pouvait faire équipe avec la terreur elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Mar 24 Nov - 18:36





Chasse à l'Homme

VENI VIDI VICI


Crane souhaitait que Cobblepot précise sa pensée. Il allait doucement l'emmener vers ce qu'il voulait lui faire faire. Bientôt, Gotham serait un champ de bataille... Elle avait déjà pas mal souffert avec l'an Zéro et la petite guéguerre qui avait eu lieu entre Falcone et Cobblepot, aux dépens de ce dernier bien sûr. Il eut fallu à Oswald moins de verve et de talent pour revenir sur le devant de la scène. Falcone paierait mais il fallait que le Pingouin récupère son bien le plus précieux, à cette heure aux mains d'Ogilvy. Ce traître paierait sans le moindre doute. En ajustant sur son visage gros et gras un sourire enjôleur, prévu pour les affaires, le Pingouin ajusta les pans de sa chemise avec une rapidité déconcertante. Crane se sentait flatté et il fallait le caresser dans le sens du poil pour pouvoir avoir ce que désirait le manchot.

« Voyez-vous, docteur, on m'a séparé de mon bien le plus précieux sans la moindre vergogne. Autant dire que j'exècre celui qui aujourd'hui possède ce bien. Mon salon m'a été enlevé. C'est le centre névralgique de mes affaires et il faut qu'il revienne sous ma paume, afin que je le contrôle. Et c'est là que vous intervenez, Crane. Je vous parlais des cobayes dans le laboratoire. Il est temps de tous les gazer. Vous aurez une très belle somme d'argent pour poursuivre vos recherches sur votre gaz, mais je veux la mort d'Ogilvy. Que sa tête soit mise sur un pique et qu'elle soit envoyée à ce pourri de Falcone qui, mieux que personne, du haut de son corps ramassé, a osé juré la perte du Pingouin. Nous sommes de bons hommes Crane, des conquérants. A vous la médecine, à moi le business. Nous nous intéresserons au cas des autres plus tard... »


Crane en savait davantage et il pouvait maintenant lui répondre. Son but, gazer le Lounge afin de faire périr les traîtres et faire une mise à Jour dans le trafic du Pingouin. Ce qu'il réservait à ce dernier serait plus secret mais il serait évident qu'il ne resterait pas dans l'ombre longtemps. Autant que faire ce peu, cela n'était pas réservé à un homme de la trempe de Cobblepot.

« Vous connaissez certainement mon goût poussé pour les oiseaux, Jonathan ! »


Le Pingouin s'approcha du petit oiseau évoqué précédemment. Il le caressa doucement et chercha son regard doux et insensé.

« Il sera bientôt le maître d'une horde. Cette horde, c'est moi qui la dirigerait pour mettre en place les laquais comme Ogilvy ou Falcone et faire en sorte que NOUS, nous soyons sur la première des cases. Je compte faire de Gotham un havre de paix... un cadre prospère... »

Si Crane n'avait pas compris, il ne pouvait plus rien faire. Il lui avait énoncé son plan, ses conditions et même la récompense. Il était évident que le Pingouin n'attendait qu'une seule chose : la réponse de son invité. Ceci fait, toute la clique du Lounge serait, dans la meilleure des conceptions, de l'histoire ancienne, tout comme l'ancien trafic du Pingouin qui ne méritait finalement qu'un nouveau coup de peinture....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Ven 27 Nov - 7:02


Retour en bonne et due forme !

- Scarecrow, Oswald Cobblepot -


Jonathan Crane écoutait attentivement chaque mots que son illustre hôte disait. Tandis qu'il assimilait chaque détails de la demande du Pingouin, l'Épouvantail réfléchissait tout en faisant les cents pas tranquillement. Aider Oswald Cobblepot, c'était s'assurer une alliance à long terme et un fournisseur dont le talent était facilement inégalable. Il entendait récupérer son bien et son trafic et purger tout ça à l'aide de la toxine de peur : cela plaisait énormément à l'Épouvantail. Voilà qui était un grandiose, un coup de théâtre comme il adorait en faire. Gazer tout un immeuble était une opportunité qui ne se présentait pas tous les jours. Il prendrait plaisir à laisser une nouvelle marque de terreur sur Gotham. S'arrêtant et se retournant vers Cobblepot, Crane répondit enfin de sa voix calme et froide d'où perçait un enthousiasme à peine perceptible mais bien présent.

« J'accepte cette offre avec... le plus grand intérêt. Mais j'ai également une condition. »

Crane allait être catégorique : lui seul et seulement lui avait le droit de manipuler la toxine. Il était hors de question que ses années de travail tombent entre de mauvaises mains qui ne sauraient pas en exploiter tout le potentiel. Nombreux sont les hommes se croyant en mesure de manipuler les jouets d'un dieu à leur profit. Crane ne laisserait pas faire ça et il s'était déjà juré de faire payer ceux qui osaient s'amuser avec sa toxine. Il savait que la souche qu'il avait utilisé lors de l'an Zéro était en circulation : les rumeurs à Gotham circulait vite et on avait accusé Crane, à tort cette fois, d'utiliser sa toxine sur de pauvres imbéciles de la rue. Il trouverait l'hérétique et le ferait payer. Pour l'heure, il devait sceller cet accord... et en débattre d'un autre.

« Si vous êtes en mesure de me prêter des hommes de main de confiance pour ce travail, cela augmentera vos chances. Cela dit, voici ma condition : je suis le seul manipulateur de la toxine. Je n'en vend pas et je n'en fait pas cadeau, sauf pour ceux destinés à la respirer. Si vous acceptez cela, nous avons un accord. »

Le ton de Crane ne laissait place à aucun doute : il ne plaisantait pas et tenait chèrement à ce que sa toxine reste entre ses mains. En dehors de cela tout lui allait : gazer un immeuble, terrifier de nombreux insouciants jusqu'à la mort et présenter ses salutations officielles à ce Don Carmine Falcone de la plus magnifique des manières en lui présentant un cadeau mémorable : celui de la peur planant au-dessus de lui telle une épée de Damoclès. L'Épouvantail enchaîna ensuite sur un autre sujet.

« Dites-moi : que pensez-vous du GCPD? Des ennuis avec la police peut-être? Des incorruptibles comme ce Jim Gordon que vous aimeriez vous débarrasser? Ou bien même collecter des données sensibles qui feraient très mal à Gotham? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   Dim 29 Nov - 11:32






On va s'amuser à leur faire peur

Et tout se finira dans un cri




Oswald Cobblepot esquissait un fier sourire. Enfin, il allait pouvoir savourer une vengeance et c'était après tout de bonne guerre. Il reprit un cigare dans une boîte dédiée à cet effet, le posa à ses lèvres mais ne l'alluma pas toute suite. Il ne s'était pas encombré de son haut-de-forme. Aujourd'hui, le Pingouin se sentait libre. Il allait voler comme un aigle au dessus d'une forêt que bientôt il posséderait. C'était tout simplement ravissant. Un seul détail lui échappait : Que voulait Crane en échange car il ne semblait vraisemblablement pas attiré par le capital ? Cobblepot saisissait cette occasion de se taire et laisser phraser son invité comme il se devait. A vrai dire, il ne l'écoutait plus tellement, puisqu'il avait eu la réponse qu'il voulait. L'objectif dorénavant, c'était de dire « oui à tout », pour seule assurance que Jonathan Crane gaze cet affreux nid de vermine qu'était devenu le Lounge. Oswald saisit un briquet et l'alluma. La flamme rougeoyante éclairait son visage buriné et son affreux nez fendait la fumée comme si ce fut un énorme bloc de béton. Il n'avait pas de monocle, ce dernier étant disposé sur le bureau des Lacey's. Ses deux yeux d'un noir quasi surnaturel se confondaient sur la longueur irrégulière du cigare que Cobblepot venait dorénavant d'allumer. La flamme consumait l'objet et c'est dans une respiration pantagruélique que le Pingouin reprit alors sa harangue, alors qu'il entendit ces derniers mots : « Si vous acceptez cela nous avons un accord » ou encore « Que pensez-vous du G.C.P.D »... Mais c'était donc ça ! Il était à parier que Crane allait demander un service au Pingouin... Après tout, c'était en bonne et due forme !




« Vous aurez une dizaine d'hommes, Crane, les meilleurs pour ainsi dire et, entre autre, les seuls loyaux qu'il me reste de ce nauséeux bordel qu'est devenu MON lounge ! Surtout n'hésitez pas, soyez sans pitié. Qu'ils ressentent la peur, et la comprennent ! »


Dans un rire sadique, il huma la fumée qui s'échappait du cigare, contempla son bel oiseau resté en cage et continua, l'air penaud. On sentait chez le Pingouin un air de bienséance qu'il avait acquis depuis la réponse de Jonathan, d'ailleurs ce dernier devait plus que jamais le sentir, vu la prédisposition professionnel du bon médecin...


« Le G.C.P.D ? ahahahaha ! Un ramassis de bons à rien tous employés par la pègre. Rien qu'à me montrer que Gordon tente d'écrouer des criminels dans ces conditions, ça me donnerait l'envie de compatir et de respecter la loi ! Mouahahaah ! Soyez en tout cas assurez que si, par le plus grand des hasards, je mettais la main sur la base des criminels du G.C.P.D, je serai l'Homme le plus influent de Gotham ! Et ça, je ne vais guère me gêner pour l'être.... Je crois que j'le mérite ! »


Sur ces bonnes paroles, Cobblepot raccompagna Crane au pas de la porte d'entrée de la chambre d'Hôtel. Il ne lui restait plus qu'à s’exécuter ! Il était temps pour le Pingouin de revenir en force, et de montrer quel majestueux emplumé dirige la ville. Falcone allait en voir de toutes les couleurs et l'arc-en-ciel serait pour lui un couvercle qui l'enfermerait dans ses plus grandes peurs...






LA DEMANDE POUR LE GCPD EST VOLONTAIREMENT PASSEE SOUS ELLIPSE NARRATIVE, TU PEUX PROCÉDER AU DÉMANTÈLEMENT DE L'ORGANISATION D'OGILVY


AMICALEMENT


OSWALD 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour en bonne et due forme ! [PV: J. Crane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: