Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Même pas peur ! [PV Jonathan Crane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Même pas peur ! [PV Jonathan Crane]   Lun 28 Sep - 8:57

29 Août 2000- 1h45


Mon long manteau de cuir noir et rouge claque au vent tandis que je saute de toits en toits aux côtés de ma mère adoptive, Klara. Connu sous les noms de Skylar et du Wanderer, nous semons la peur et la mort chez les gens encore assez idiots pour commettre des crimes dans le quartier malfamé de Park Row. Alors que nous prenons une pause sur le toit d'un immeuble qui semble vouloir s'écrouler, je jette un coup d'oeil à ma partenaire. Elle a opté pour une capuche aussi noire que son habit pour cacher ses cheveux. Elle est toujours aussi badass. Moi-même, je porterais bien une capuche sans ce masque ,mais il inspire la peur chez mes ennemis et j'aime voir la terreur dans leurs yeux avant qu'ils tombent dans les bras de Hel.




Un appel radio nous informent qu'un énième hold up à lieux pas très loin d'ici. D'un signe de tête, nous repartons ensemble à travers les toits jusqu'à Sam's grocery store. Une vieille chevelle 1975 bleu ciel est stationné devant. probablement celle des cambrioleurs. Pas très discret comme bagnole. Personne ne fait le guet devant la porte et personne n'attend dans la voiture pour partir rapidement après le coup. Je souris sous mon masque. Ce sont probablement des amateurs. Je descendis rapidement du toit et avança vers la voiture pendant que Skylar vérifie le nombre de malfrats. Je creva les pneus avec un de mes couteaux de lancer. Ils n'iront pas bien loin avec ça. deux hommes affublés de masque de diables pointes leurs carabines vers le pauvre adolescent dont le visage ressemble à un tableau de bord avec tous ces boutons. Ces idiots ne sont même pas foutu de regarder vers la porte pour s'assurer que personne n'entre.





Tout juste avant d'entrer dans l'épicerie à la suite de Klara qui avait déjà commencer les combats. je vis du coin de l'oeil, deux silhouettes, de noirs vêtus sauté de l'immeuble d'à côté. Eh merde, ces connards m'ont retrouvé ? Pourtant Klara avait prit toutes les précautions pour que les sbires d'Howard ne me retrouve pas ! D'après les fichiers du GCPD, Le jeune Alrik Erikson à été tué lors d'une fusillade dans une fête de lycéens. Sachant maintenant que le véritable nom d'Howard est Slade Wilson ou Deathstroke pour les policiers, la peur de voir ses hommes me retrouver était toujours présente.




À mesure qu'ils s'approchaient, je vis que ce n'était pas les hommes de Deathstroke. Putain, c'est qui ceux la ? Un d'eux sortie un katana, mais je je le pris de court en lançant un couteau qui se planta dans sa gorge. L'autre étant plus rapide, il s'approcha avant que j'aie le temps d'en lancer un deuxième. J'évita les deux premiers coups mais le troisième me toucha au bras. Je sentis le sang chaud couler de la blessure et tremper mon manteau. Je m'éloigna d'un bond et avant même de pouvoir faire le moindre geste, une fléchette se planta dans ma nuque. Ils étaient plus que deux. Ma vue se brouilla et je sombra dans l'inconscience 


9h25



Je me réveilla lentement, la bouche pâteuse avec un énorme mal de tête. Qu'est ce qui s'est passé ? J'ouvra tranquillement les yeux. Je suis dans une salle nue, aux murs de briques grises et au plafond beaucoup trop haut pour que je puisses l'atteindre malgré ma grandeur. La seule lumière provient d'une minuscule fenêtre près du plafond. Même en sautant, je ne pourrais l'atteindre. La seule porte de la pièce ne possède aucune poignée mais qu'une seule petite trappe qui s'ouvre de l'extérieur. Pour me donner de la bouffe, j'imagine. Je sens un regard derrière moi. je me retourne rapidement et voit un squelette, les mains attaché par des chaines au dessus de sa tête. Merde, ça n'augure rien de bon tout ça. Je m’assois près du cadavre et dit à voix haute " Nous sommes dans de beaux draps, n'est ce pas Bill ?". Bon, je donnes un nom à ce squelette, je deviens déjà fou. Je ris de ma stupidité.



21 Septembre 2000

Un mois que je suis enfermé ici. Bien sûr, je ne peux calculer avec exactitude le nombre de jours que je suis ici mais d'après le nombre de coucher de soleil que j'ai vu, ça devrait faire environ un mois.  Ou es tu Klara ? Pourquoi me laisse tu dans cet endroit ? J'hurla son nom à pleins poumons même si je sais parfaitement qu'elle ne peux m'entendre. Elle m'a abandonné ici, dans cet endroit sale et puant. je lança à Bill  "Toi, tu ne me laissera pas tombé hein Billy ? Tu es un vrais pote toi." Il n'est peut-être pas bavard ,mais au moins, il me tient compagnie. Celui qui me glisse un morceau de pain sec et une soupe, une fois par jour ne parle jamais. Que me veulent-t-ils ?  Pendant les premiers jours, je me suis pété les jointures sur cette porte d'acier. Ont m'avaient retiré mon costume de Justicier et m'avait laissé que mon pantalon noir. Le sol est froid sous mes pieds nues. Aucun meuble ne décore cette salle, pas même un putain de lit. une simple couverture me sert de lit depuis plus d'un mois maintenant. Je me serais bien pendu ,mais ce putain de plafond est trop haut. Je dois arrêter de ruminer ces pensées. je me mit à faire des pompes pour garder la forme dans cet endroit pourrit. Si je rencontre celui qui me fait ça, je vais le défoncer ! " Oh tais toi Bill... Un homme peut rêver non ?" ce connard me juge, je le sens jusque dans mes tripes. Il attend que je meurs pour voler ma couverture. Il ne l'aura pas, oh non. Pas tant que je suis vivant. Les dieux me teste, si je meurs maintenant, je n'atteindrai jamais le Valhalla. Je dois survivre. Un bruit me fit sursauter. Je bondis sur mes pieds et couru vers la porte. Je suis affamé. Mais ce n'est pas la trappe qui s'ouvre mais bien cette satané porte. Je vais enfin savoir qui est mon geôlier.


Dernière édition par Gabriel Rice/The Wanderer le Ven 16 Oct - 7:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Même pas peur ! [PV Jonathan Crane]   Mar 6 Oct - 7:38


Même pas peur !

- Scarecrow, The Wanderer -


L'esprit humain est une chose fascinante et tellement complexe. Riche en rebondissements et en réactions, à la fois implacable et malléable à souhait. Manipuler un esprit c'est une chose, mais le briser en était une autre. Infiniment plus complexe et bien plus plaisant de voir un homme se croyant imperturbable de constater qu'il n'est en fait qu'un frêle château de cartes qui ne fera que s'effondrer à la moindre perturbation. Les résultats avaient souvent été concluants, voir extrêmement plaisant à observer. Les effets de la peur sur l'esprit sont infinis et Jonathan Crane ne s'en lasserait jamais. Il aurait l'occasion de recommencer ce soir avec un homme que la ligue avait capturé pour lui, un énième cobaye. Pour tester l'une de ses théories glauques, Crane avait demandé à ce qu'il soit enfermé  durant tout un mois dans un cachot avec un seul repas par jour, livré à lui-même, seul dans les ténèbres. Crane désirait voir les effets de ses nouvelles inventions sur un esprit déjà perturbé par la solitude.

« Il est temps. »

C'était une nuit sans lune, sombre comme Crane l'aimait. Il sortit seul de la maison et se dirigea à pieds dans le boisé près de la demeure. Après plusieurs minutes de marche, un sentier le mena jusqu'à un minuscule fortin abandonné du temps de la guerre de Sept Ans qu'il avait réaménagé à sa façon. La structure avait été restaurée mais recouverte afin de la cacher le plus possible des yeux indiscrets. De plus, il avait réaménagé l'intérieur et creusé un profond trou dans le sol afin d'en faire une sorte de puits. La porte d'entrée d'origine avait été condamnée, mais une nouvelle avait été creusée au niveau du puits, accessible uniquement depuis l'extérieur par une échelle cachée sous une trappe ensevelie. L'endroit était bien caché et bien insonorisé : personne ne pouvait entendre les gémissements et les cris de cette pauvre âme torturée. Parfois, Crane venait même s'asseoir près de la seule et unique fenêtre pour entendre sa victime gémir et parler toute seule. Qui était cette Klara dont il évoquait si souvent le nom? Était-ce sa partenaire? Son chef? De toute évidence, le type qu'il avait sous la main se rapprochait beaucoup d'un justicier par son accoutrement. Bien, se dit Crane, ça en fera un de moins qui se baladera librement dans les ruelles de Gotham.

Accompagné une fois de plus par les hommes de Ra's Al Ghul, Crane descendit l'échelle, immédiatement suivit par ses deux ninjas. L'Épouvantail avait fait amener des chaînes pour l'occasion : un homme désespéré, aussi brisé soit-il, pouvait avoir encore des sursauts de volonté, menant ainsi à la violence et parfois même à de regrettables actions. C'était une sorte d'assurance qu'il prenait. Déverrouillant la porte, il fit passer ses deux acolytes en premier qui ne tardèrent pas à maîtriser le prisonnier qui semblait se tenir tout près de la porte. N'ayant ni la force ni l'énergie de se battre, il se laissa aller et fut attaché par les mains, ces dernières élevées dans les airs afin de laisser à découvert la totalité de l'abdomen. Lorsque l'homme sembla reprendre ses esprits, Crane parla.

« Les ténèbres ne t'ont pas épargnées... C'est idéal comme environnement pour préparer les sujets de tests. »

Crane laissait à sa victime le temps de réaliser ce qui se passait, qui était là avec lui et même de balbutier quelques paroles auxquelles l'Épouvantail ne prêta pas attention.

« Je suis porteur de nouvelles : une bonne et une mauvaise. J'imagine qu'il serait intéressant de te donner la bonne tout d'abord. Sache que ton agonie en ces bas-fonds putrescents touche à sa fin. »

L'Épouvantail observait le visage de l'inconnu, désirant y voir une forme d'espoir ou de soulagement. Il lui laissa une minute avant de reprendre.

« Cela dit, la mauvaise nouvelle n'est pas réjouissante. Pour toi du moins. Vois-tu, tu as été sélectionné pour participer à cette expérience sur la peur et ton temps passé ici n'était que préparatifs. Tu pensais vivre un enfer en étant enfermé ici? Détrompe-toi : tu viens de quitter le paradis. »

Exhibant quelques fioles et seringues aux contenus douteux, liquide ou bien gazeux, Crane les observait méticuleusement. Ses deux acolytes continuaient de surveiller l'homme enchaîné. Après quelques instants de réflexion, il rangea les toxines dans le sac qu'il avait emmené avec lui sauf une : un petit bocal au contenu dense et jaune vif à l'apparence de gaz. C'était là une première expérience à tenter : la toxine sous cette forme était moins dangereuse, mais les effets demeuraient les même. Crane pouvait en tirer un maximum de données tout en s'assurant d'éviter l'empoisonnement de la victime, chose qui arrivait parfois lors de l'utilisation des seringues.

« Commençons sans plus tarder donc. Je vais te rendre la tâche facile. Tu n'as qu'à répondre à une question : de quoi as-tu peur? »

Suite à ce ton menaçant et incisif, doublé d'un sadisme glacial, Crane jeta le bocal aux pieds de l'inconnu. Le verre se brisa et relâche son contenu. Tandis que les deux acolytes de Jonathan mettaient des masques à gaz, la brume jaunâtre se propagea rapidement jusqu'aux narines de l'inconnu. Ce qu'il allait subir n'était ni plus moins que les effets d'une toxine de peur hallucinogène, mais avec cependant un aspect amélioré. En effet, Crane avait toujours mis l'accent sur le sens de la vue pour faire peur aux gens. Aujourd'hui, il venait de se surpasser : il avait mit au point une toxine permettant de toucher les cinq sens, perfectionnant la sensation de réalisme et plongeant la victime dans une terreur des plus naturelles. Ainsi, non seulement un individu pouvait voir des araignées, mais il était aussi possible pour lui de les sentir marcher sur sa peau. Ainsi, un homme qui avait une peur des serpents étaient en mesure de les voir, mais aussi de les entendre. Une personne effrayée par la vue du sang pouvait désormais en avoir le goût infecte dans la bouche. Et pour finir, une homme ayant vécu un événement traumatisant était non seulement capable de revivre la scène par la vision, mais également par l'odorat. Rien de tel que l'air marin pour vous obliger à croire que vous revivez l'attaque de requin ayant fait perdre la vie à votre meilleur ami. Les possibilités étaient infinies et Crane était paré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Même pas peur ! [PV Jonathan Crane]   Mar 13 Oct - 7:04

L'homme qui était devant moi portait un vulgaire costume d'épouvantail. Un costume qui se voulait effrayant mais qui n'arriverait qu'à faire peur à un môme. Je le reconnais bien sûr. Ce criminel est connu de tous .Deux hommes habillés comme des ninja l'accompagne. Je reconnais bien l'uniforme de la caste d'hommes qui m'ont enlevé. Je leurs ferai payer de m'avoir eu en traître comme ça. Des gens sans couilles comme ça sont pire que des lâches. Ils ne m'auraient jamais eu s'ils s'étaient battu comme des hommes. Je ne suis pas le même garçon qu'au départ. Mes cheveux ont sont encore plus longs et une barbe épaisse me mange maintenant, le visage.Le seul vêtement que ce connard m'a laissé, soit mon pantalon de cuir, est sale et déchiré par endroits .Je décide de ne pas résister lorsque les lâches m’enchaînèrent par les bras. En parlant de lâche, Scarecrow n'est pas assez fort pour me maitriser seul même si je suis affaiblit ? Bien sûr, même dans mon état, je pourrais combattre jusqu'à la mort s'il le faut .Le froid des chaines sur ma peau nue me fait sursauter.  



De quels tests parle t'il celui la ? Il dit que mon agonie dans cet endroit est terminé ? Je ne suis pas idiot, il ne me laissera pas sortir juste comme ça mais sortir de cette pièce est un immense soulagement pour moi. Je ne montre pas mes émotions à cette merde humaine car c'est justement ce qu'il veut, je le sait. Bon, maintenant, je sais ce qu'il me veut. Des tests sur la peur hein ? Dommage pour lui, je n'ai peur de rien. Je le vis prendre des instruments dans son sac et lancer un bocal de verre. Une fumée âcre me chatouille les narines. Rien ne se passe pendant quelques minutes. Je savais que ces produits n'auraient aucun effet sur moi. Je xonnais la vrais identité de  qui Scarecrow. C'est nul autre que le dieu de la fourberie, Loki.

- Tu ne m'aura pas comme ça Loki. je n'ai peur de rien en Midgard.

Je vis une quatrième personne arrivé par la porte. Je reconnaîtrait cet emblème rouge n'importe quand. Il ne porte pas son casque et ses cheveux noirs lui tombe sur le visage et sa mèche blanche est encore plus éclatante que dans mes souvenirs. Jason Todd vint s'agenouillé devant moi. Ce connard m'a trahis. Je suis un obstacle entre lui et Klara, je le sais. Je cracha à ses pieds.

-T'es un véritable salaud Todd. En plus d'abandonner ton propre fils, tu oses trahir le fils adoptif de Klara ? Tu lui à fait tant de mal. Je vais te tuer lorsque je sortirai d'ici.




-Tu n'es pas en état de faire des menaces Gab. Tu crois que Klara t'aime ? Elle ne t'a jamais aimé mais elle te garde car elle à pitié de toi. Maintenant, j'ai une surprise pour toi. 


Il se leva pour laisser la place à la dernière personne que j'aurais pensé voir dans cet endroit merdique. Klara vint vers moi, un sourire mauvais à la figure. Elle ne m'a pas seulement abandonné mais bien trahis ma confiance. Cette révélation me fait l'effet d'un couteau chauffé à blanc qui me transperce le coeur. La personne que j'aimais le plus dans cette vie de merde que j'ai. La seule personne en qui j'ai eu confiance m'a laisser tomber comme une vieille chaussette sale. Elle se contente de me regarder sans dire un mot. aucun remord ne se lit sur son visage. seulement une satisfaction évidente.


Pour la première fois depuis des années, j'éclata en sanglots. Je n'ai plus aucune raison de vivre. Je leva les yeux remplis d'eau vers l'homme qui m'a amené içi. Le suppliant du regard pour qu'il mette fin à mes souffrances. 


- Je t'aimais Klara. Je t'aimais plus que tout. Plus que les dieux même. C'est ceux qu'ont aime le plus qui nous font le plus souffrir. Je le comprend maintenant. Loki, tue moi je t'en pris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Même pas peur ! [PV Jonathan Crane]   Ven 23 Oct - 1:01


Même pas peur !

- Scarecrow, The Wanderer -


En voilà un individu des plus passionnants. Pour qui se prenait-il? Il parlait de Midgard, le royaume des hommes dans la mythologie scandinave et il désignait Crane comme étant Loki, la fourberie incarnée, frère de Thor et fils adoptif d'Odin. Décidément Jonathan avait le don d'en attraper des spéciaux. L'influence de Gotham était-elle à ce point si intense qu'elle renvoyait l'esprit des gens dans des époques lointaines ou mythiques? Ou bien était-ce seulement le fait que Gotham attirait toute sorte d'individus spéciaux? Crane avait déjà vécu un événement qu'il aurait qualifié de surnaturel par le passé et il était désormais plus ouvert à ce genre de manifestations. Quoiqu'il en soit, il n'était pas au bout de ses surprises et il se mit à écouter sa victime.

L'individu parlait de trahison. Sa douleur était bien réelle, accentuée par les effets de sa nouvelle toxine. Les hallucinations n'étaient pas seulement réelles mais semblaient pouvoir interagir avec le sujet. C'était un nouveau pas pour ses projets de faire régner la Terreur sur la ville. Que pouvait faire un pauvre être humain devant la manifestation réelle et abusive de ses peurs les plus profondes. Absolument rien du tout. Crane continuait à écouter le prisonnier tout en marchant calmement autour de lui.

Il fait mention d'un certain Todd et d'une certaine Klara. De nouveaux noms pour les oreilles de l'Épouvantail. Il était intrigué par ce qu'un «Asgardien» ou peu importe son origine pouvait bien avoir à raconter. Qui sait, ces deux personnes étaient probablement les plus grandes faiblesses de cet homme qui à présent pleurait et demandait l'étreinte glaciale de la mort. L'état psychologique de l’enchaîné avait déjà été entamé bien avant sa capture. Le cœur détruit, la loyauté flétrie, l'amitié anéantie. Les larmes coulent sur les joues de cet être qui n'est plus que l'ombre de lui-même. Autrement dit, Crane allait prendre plaisir à aggraver son cas et à déchaîner la bête qu'il deviendrait dans la nature. Celui-ci ne mourra pas. Il entraînera la mort avec lui. Crane revint devant la victime et approcha son visage du sien, prenant bien soin de le fixer dans les yeux. Puis, il murmura.

« Dit-moi ce que tu vois. Quelles sont tes pensées. Ton nom. Qui sont ce Todd et cette Klara? Dit-moi tout et je me ferai un devoir de calmer tes souffrances abominables. »

Bien sûr Crane mentait, mais sa facilité avec les mots pouvaient bien percer les dernières défenses de ce reste d'homme qui s'échouait là devant lui. Il allait soutirer chaque informations possible de son pauvre esprit avant de l'envoyer errer dans les ténèbres pour toujours tel le magnifique fruit de son travail de terreur, tel le libérateur des émotions qu'il est.

« Parle et tu trouvera la paix. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Même pas peur ! [PV Jonathan Crane]   Ven 20 Nov - 6:38

Je dois reprendre mes esprits... Ce connard de Scarecrow m'embrouille l,esprit avec une genre de toxine qui me fait halluciné. Je ne dois pas le laisser gagner. Je pris silencieusement, les dieux pour qu'ils me donnent la force de résister aux fourberie du fils adoptif d'Odin. Rien de tout ça n'est vrais. Klara m'aime, elle ne me trahirais jamais comme ça. Todd par contre, n'hésiterais probablement pas à me trahir pour se débarrasser de moi. Crane veut que je lui parle de mes alliés ? Je peux lui donner une partie de ce qu'il veut. Quant a mourir, aussi bien venger Klara en même temps.

-Jason Todd.... Il s'apelle Jason Todd. Il porte maintenant le nom de Red Hood. C'est tout ce que tu aura de moi sale merde. Tue moi ou relâche moi mainte...

Je m'interrompis tout à coups lorsque je vis deux nouvelles personnes entré dans la cellule. Un homme à la carrure impressionnante aux cheveux d'un blanc éclatant et portant un cache oeil tirait un petit garçon qui ne devait pas être plus vieux que cinq ou six ans par les cheveux. Le gamin se débattait violemment et pleurait. Merde, ils ont Zack aussi.  .Non, c'est impossible. Pas lui, pas maintenant. Ce ne sont pas ses hommes qui m'ont kidnappé. Howard ou plutôt Slade Wilson aka Deathstroke m'a retrouvé et va me punir pour avoir refusé d'accomplir le premier contrat qu'il m'a confié. Cet homme qui m'a arraché mon enfance est maintenant la devant moi. La rage brillant dans son oeil unique.

- Wilson, sale lâche. Tu n'a pas les couilles de me combattre ? Tu dois me faire enchainer pour pouvoir me tuer ? Fait du mal à ce gosse et rien de m'empêchera de te faire subir les pires tortures que l'homme ait pu inventé.

Je cracha aux pieds de mon ancien mentor. Je ne sais plus si ce que je vois est vrais ou non. Je souhaite pour eux que ce ne soit pas vrais car rien ne pourra retenir ma rage lorsqu'elle éclatera. Deux hommes masqué attrapèrent Klara par derrière afin de l'immobilisé et Je vis Slade sortir un couteau avant de trancher la gorge de Zack. J'hurlai à m'en arracher les poumons en même temps que Klara. Je tirai sur mes chaines jusqu'à ce que mes bras écorché se mettent à saigner abondamment. Le petit corps bougea une dernière fois avant de s'immobilisé une dernière fois. 


- BANDE DE SALE MERDE, JE VAIS VOUS TUER !!


Slade essuya le couteau avant de le remettre dans son étuis pour le remplacer par un glock. Mon glock, celui que Klara m'a offert lorsque j'ai décidé de l'aider dans son combat contre le crime. Le coup partie dans un bruit infernal et le corp de ma mère adoptive s'effondra comme une marionnette dont les fils ont été coupé. Je me remis à pleuré. Je ne peux plus résister. Qu'ils me tuent afin que je rejoignent mes ancêtres. Que j'aille rejoindre Klara.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Même pas peur ! [PV Jonathan Crane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Même pas peur ! [PV Jonathan Crane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: