Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Land of Fear

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Land of Fear   Sam 29 Aoû - 10:45


« Et pour finir cet entretien monsieur Crane, nommez l'une de vos passions. »
« La lecture monsieur, mais pas n'importe laquelle. Avez-vous déjà entendu parler d'Howard Phillips Lovecraft? C'est un auteur américain du début du XXe siècle dont la vision sur le monde était cynique, noire et brutale. L’être humain arrogant s’y trouvait confronté à l’horreur absolue, qu’elle provienne de l’espace, des mythes et légendes ou du monde des cauchemars, poussant la rationalité de ses héros jusqu’à la limite de la folie. Son oeuvre a guidée ma jeunesse et inspirera mon avenir. »

Pousser l'être humain au-delà de ses limites, voilà le but de l'Épouvantail. Cependant, l'objectif ici n'est pas de faire en sorte que l'homme se surpasse, mais qu'il régresse. Les limites à repousser ne sont pas celles de ce qu'il peut accomplir, mais bien de voir jusqu'où il peut sombrer. L'esprit est une chose fragile malgré ce qu'on en dit. Tous les mortels en possèdent un avec ses propres secrets, forces et faiblesses, son propre tempérament, sa propre volonté. Il suffit de les analyser un par un pour adapter la sentence. Car il s'agit bien d'une punition dont il était question. Tout comme Lovecraft le faisait, l'Épouvantail allait ramener l'humanité à sa véritable place : celle de petits êtres arrogants destinés à servir quelque chose de plus grand qu'eux et d'inconcevable pour leurs esprits mortels. Il allait la plonger dans la folie et briser ses rêves et ses espoirs, les laissant moisir et patauger dans leur propre désespoir jusqu'à la fin des temps.

« Je suis le Roi de la Douleur, l'Avatar du Désespoir, le Dieu de la Peur »

***

Lorsque vous arrivez dans la Land of Fear, il n'y a que ténèbres. Vous vous sentez immobilisés sur une plaque de pierre verticale, quelque chose vous retient. Vous voulez vous débattre, mais un poids immense vous empêche de combattre. Votre voix résonne autour de vous, quelque chose rampe à vos pieds. Vous sentez la respiration d'une créature sur votre cou. Elle murmure quelque chose d'inaudible et qui agresse vos oreilles. Vous entendez une seconde voix lui répondre. Les échanges entre les deux êtres continuent au fur et à mesure que votre vision s'habitue à l'obscurité. Puis vous les voyez enfin : rien ne peut les décrire, ils ne sont pas d'ici. Les Ythiens comme vous vous mettrez à les appeler. Leur forme matérielle défie toute logique, vous n'avez jamais rien vu de semblable. Vous sentez la panique vous emparer, car même si vous ne comprenez pas qui sont vos geôliers et l'endroit où vous êtes, vous êtes encore assez saint d'esprit pour savoir que le but de votre présence est de vous disséquer. Le but n'est pas de tuer vous rassurent-ils, mais bien de collecter toute l'information de votre cerveau. Se faisant, la Land of Fear pourrait se matérialiser en quelque chose de plus personnalisé, quelque chose qui viendrait vous toucher.


Un halo de lumière s'allume au-dessus de votre corps. La plaque de pierre se met à l'horizontale et les Ythiens se rapprochent de vous. Vous les sentez découper votre crâne, mais vous ne ressentez rien hormis un chatouillement. La douleur est inexistante et n'a pas lieu d'être. Au fur et à mesure de l'investigation, vous sentez votre esprit touché par quelque chose de supérieur et d'ancien. Des passages de votre vie se déroulent sous vos yeux. Ils commencent par être heureux. Au fur et à mesure que les geôliers continuent d'utiliser leurs injections, vous sentez vos souvenirs devenir sombres, pour ne pas dire cauchemardesques. Vous vous mettez à crier et vous sentez la douleur pour la première fois : vos terreurs les plus noires sont copiées et arrachées de votre être, entreposées dans une jarre portant votre nom. Le calme revient ensuite, votre esprit retrouvant à nouveau la paix. Les Ythiens referment votre crâne comme s'il ne s'était rien passé et la pierre retourne à la verticale.

Les Ythiens disparaissent et la pièce replonge dans les ténèbres. On vous met quelque chose sur la tête, comme un casque relié à des câbles. Ces derniers, vous vous en apercevez, se rejoignent en face de vous face à une machine complexe dépassant vos capacités de compréhension. À votre plus grande crainte, elle se met en route. Les lumières s'affolent et le bruit des engrenages se fait de plus en plus fort. Des lumières parcourent les câbles sans arrêt depuis votre tête jusqu'à la machine. Vous sentez votre énergie vitale être aspirée, transférée ailleurs. Vous finissez par fermer les yeux, accablé de fatigue. Vous sentez votre esprit quitter votre corps et s'en aller ailleurs, guidé par une force inconnue vers une destination loin dans les ténèbres. Vous perdez de vue votre corps et vous commencez à avoir des visions. Celles de d'autres mondes.






Elles viennent peu à peu, finissant par envahir votre esprit, devenant de plus en plus réalistes. À un moment, une forme s'approche de vous en sens inverse. Elle passe rapidement, mais vous avez le temps de voir une silhouette hideuse et sombre. Elle vous observe et, sans pouvoir exactement établir la véracité de votre impression, vous êtes certains qu'elle vous sourit. Cependant, cela ne se voulait pas rassurant. C'était le sourire d'un monstre qui connaissait votre futur supplice. Puis vous comprenez que tout ce procédé ne sert qu'à une chose : transférer votre esprit dans le corps d'un autre et vice versa. Vous comprenez maintenant que vos visions sont celles de la jarre dans laquelle les Ythiens ont placées vos terreurs. Un monde fait à votre image est entrain de se modeler sous vos yeux, un monde où vous serez impuissant, nu dans les ténèbres, incapable de faire quoique ce soit.


Vous arrivez dans votre nouveau corps. Étonnamment, il est humain et semble normal. Mais vous ne connaissez pas ses capacités et il n'y a rien, hormis votre raison déjà bien entamée, pour vous aider. Vous êtes ici, au bord du gouffre, à la recherche de la sortie de ce monde créé par vous, pour vous. La porte est là devant vous, prête à être franchie. Qu'est-ce que ce sera? Un monde zombifié? La nuit éternelle? Une terre arachnéenne? Des villes détruites et abandonnées? Le vide infini de l'espace? Les profondeurs aquatiques? Un labyrinthe habité par d'horribles créatures? Un désert sans fin où règne chaleur et centipèdes géants? Serez-vous plonger dans un monde sans couleur où vos sens seront altérés? Seront-ils décuplés pour vous permettre d'entendre les lamentations des âmes perdues ou bien seront-ils diminués afin de vous empêcher de réaliser que le danger vous guette au pas? Ou bien serait-ce l'éternel et insatiable envie de satisfaire des besoins aussi primaires que de manger et de boire? Ou encore, ce sentiment d'insécurité grandissant ajouté à votre tristesse intense devant la vue de vos proches être dévorés par horreurs surgit des profondeurs de votre esprit? Ou bien serait-ce de retourner là-bas dans les ténèbres avec les Ythiens pour souffrir le martyr et être disséqué tel un rat de laboratoire dans la douleur la plus abominable? Votre peur prendra-t-elle le dessus ou si vous arriverez, ce dont doute le Dieu de la Peur, à relever les défis qui vous attendent? Bienvenu dans l'univers de l'Épouvantail, bienvenu dans la Land of Fear.

Revenir en haut Aller en bas
 
Land of Fear
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: