Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 NEMO Δ nous sommes de vieux enfants traînant nos écorchures. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: NEMO Δ nous sommes de vieux enfants traînant nos écorchures. »   Mar 4 Aoû - 17:35

Nemo de Ste Ann

« Nous étions les danseurs d'un monde à l'agonie,
En même temps que fantômes conscients d'être morts-nés. »
– Hubert-Félix Thiéfaine.
identité
nemo de ste ann » âge exact inconnu » environ huit ou neuf ans » américain » supposément né à gotham city (?) » 135cm » 28kg » cheveux châtains » yeux noisettes » abandonné à la naissance sur le parvis de l'église ste ann à devil's square »  d'où son nom » parents inconnus, hypothétiquement morts (?) » interne à l'orphelinat robinson » robuste, athlétique et souple » rapide et chétif » couvert de cicatrices » gravement allergique aux crustacés.
caractère
borné « cynique « insolent « persévérant « colérique « mature « responsable « impulsif « loyal « nerveux « honnête « sarcastique « inconscient « logique « vif « contestataire « remuant « manipulateur « influençable « moqueur « audacieux « indépendant « râleur « ironique « débrouillard « courageux « coriace « méticuleux « franc « observateur « réservé « fugueur « maniaque « réfractaire « rusé « méfiant « calculateur « pince-sans-rire.
je recherche

– une ou plusieurs personnes qui avai(en)t environ quinze ans il y a huit ou neuf ans et qui aurai(en)t pu faire partie du groupe d'adolescents qui ont trouvé Nemo sur le parvis de l'église Ste Ann alors qu'il n'était qu'un nouveau-né.
– le/la propriétaire du chien de garde qui a croqué le mollet gauche de Nemo, il en a gardé la cicatrice, les circonstances sont à déterminer avec le joueur.
– des flics avec qui il s'entend plus ou moins bien. Il passe pas mal de temps au commissariat à chaque fois qu'il fugue et qu'il fait des bêtises dans les rues de Gotham, mais il est pas bien méchant, juste assez cynique et insolent, parfois.
– des civils de confiance -ou non- comme des commerçants/commerçantes chez qui il irait parfois se réfugier pour squatter un peu quand il fugue, et avec qui il aimerait bien discuter.
– des gens un peu moins honnêtes à qui il aurait rendu un service louche quelconque contre un peu d'argent et quelques bonbons.
– une ou plusieurs personnes qui voudraient sa peau car il sait quelque chose qu'il ne devrait pas savoir.
– une personne malhonnête qui lui ferait du chantage et l'utiliserait en lui faisant croire qu'il l'aidera à retrouver l'identité de ses parents en échange.
– des gens honnêtes qui l'aident réellement à retrouver ses origines.
& plus globalement, des personnes pas très fréquentables qui l'entraîneraient vers le bas et de braves gens qui le tireraient vers le haut. Sinon, je suis ouverte à toutes propositions, n'hésitez pas. ♥
codage © nemo


Dernière édition par Nemo de Ste Ann le Sam 5 Sep - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NEMO Δ nous sommes de vieux enfants traînant nos écorchures. »   Mar 4 Aoû - 17:35

Robinson Orphan Care


zack stansfield, le leader
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

vance roosevelt, la stratège
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

mortimer avery, la brute
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

nelson mclaughlin, le sage
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

helena carpenter, la malice
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.


Dernière édition par Nemo de Ste Ann le Sam 5 Sep - 20:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NEMO Δ nous sommes de vieux enfants traînant nos écorchures. »   Mar 4 Aoû - 17:37

Gentlemen


prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.


Dernière édition par Nemo de Ste Ann le Sam 5 Sep - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NEMO Δ nous sommes de vieux enfants traînant nos écorchures. »   Sam 5 Sep - 20:46

Ladies


prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.

prénom nom, lien
en ce temps-là le rien s'appelait quotidien et nous allions pointer dans des jobs interdits, dans les musiques blêmes, dans les sombres parfums, dans les dédales obscures où plane la folie. où plane la folie. et nous avions des gueules à briser les miroirs, à ne montrer nos yeux que dans le contre-jour, mais entre deux délires, entre deux idées noires, nous étions les plus beaux, nous vivions à rebours. nous vivions à rebours. en ce temps-là les gens s'appelaient citoyens, nous, nous étions mutants, nous étions androgynes. Aujourd'hui la tempête a lynché mes copains et je suis le dernier à rater mon suicide. à rater mon suicide. mais je veux vivre encore plus ivre de cramer, je veux ronger le mal jusque dans ses recoins. J'ai traîné mes vingt siècles d'inutilité, je n'ai plus rien à perdre mais j'en veux pour ma fin. j'en veux pour ma faim.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NEMO Δ nous sommes de vieux enfants traînant nos écorchures. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
NEMO Δ nous sommes de vieux enfants traînant nos écorchures. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: