Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sombre, humide et étroit [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Sombre, humide et étroit [Solo]   Ven 31 Juil - 11:58

Le mitard.

C'est vraiment un lieu dégueulasse, un lieu abject où l'on se tartine la solitude, un endroit où l'on apprend à être soi-même, on apprend aussi à chier dans un coin pour éviter d'être entouré par une bande d'étrons en décomposition. Sur les murs, bah ... C'est noir hein, difficile de dire si les gars se sont torchés le cul contre les murs, où si j'avais pas assez de lumière pour discerner les ténèbres de la réalité. Bordel. Et puis ça sent la merde, ça sent la pisse, et ça sent l'humidité. T'as vraiment l'impression d'être dans un lieu bien dégueulasse, jamais lavé, et surtout, bien rempli de saloperies. Je reste debout, je dors debout même, pas question de m'assoir sur le sommier dégueulasse. Qui sait combien de connards ont juté dessus, même pas en rêve, je me vautre pas dedans. Putain, rien que de penser que des connards aient pu chié dans le lit, ou même balancé la sauce dedans, c'était dégueulasse quoi, je passe pour quoi ? Un mec qui est dans le côté tarlouze de la force ou quoi ? Dégueulasse. Mes yeux se ferment, dans le noir, j'attends qu'on m'en sorte, qu'on me tire de là. Les heures deviennent une éternité, tout ça devient une lourde et pénible attente, j'enrage, je deviens limite fou de colère de patienter là, dans ce trou du cul de mitard de Blackgate. Ok ! J'avais buté le gros obèse en l'étranglant avec une savonnette, mais c'était toujours mieux que de faire la sangria dans les toilettes. Faut pas non plus beurrer la raie plus profondément hein. Et c'est alors que la porte du mitard s'ouvre, bien grande, la lumière me jaillit en plein dans les yeux. Enfin. Je regarde les deux gardes, mines patibulaires, pas contents, rien à foutre. On m'explique que je me suis fait des ennemis, rien à foutre. On me dit que la prochaine fois aux douches, j'en prendrais plein le cul. Je me réserve pour ce moment, putain, si j'étais un super-héros avec un super-pouvoir, je prendrais celui de broyer les verges avec les muscles de mon cul, ça m'éviterait les tentatives de jouer au petit train sous les douches. Pédales va. La bande à baltringues, potes avec Big Francky, c'était du costaud, pas du petit joueur, ils se spécialisaient dans la clef à molette, le truc qui fait super mal aux dents. Il pue de la gueule le garde, il a une haleine de coyote, une haleine de gros chacal qui a du mal à trouver le chemin de la brosse à dents. Mais il va la fermer sa boite à caries ? C'est pas que c'est gênant, mais l'odeur quoi, la putain d'odeur de merde. Comme s'il avait bouffé un ail avant de me causer.

> "Ouais, ouais, ouais, on m'a dans le collimateur, par contre, moi, j'ai ma bite dans le cul de ta gonzesse, ça te va ?"

Et un coup de poing dans la gueule par le garde. Celui-là, il avait pas tellement le sens de l'humour. Dommage. Putain, que foutait Falcone ? Pourquoi j'étais encore à Blackgate ? Peut-être qu'il voulait me punir, me voir le supplier, me voir avec l'anus brisé en étoile de shérif ? Il voulait me voir avec un cratère à la place du trou ? Nan, Anthony Zucco a sa putain de fierté ouais. Et il se ferait pas déflorer le petit trou à caca. Falcone me sortirait de là, j'espérais, putain, autant que de garder ma virginité anale. Mais un jour où l'autre, le rêve finit par s'évaporer, et on finit par se laisser aller sur la pente glissante, on acquiesce une pipe dans les douches, et ensuite, c'est l'engrenage. Plutôt crever. Si je devais me faire baiser, ce serait par une bande de femmes hystériques et bonnasses, pas comme ce genre de connasses féministes hideuses. Vous savez, ce genre de gros tas, que dis-je, de baleines à lunettes, bouffie, et qui dénonce même dans les bandes dessinées, les scènes de tortures sur des femmes. C'était l'apothéose de la baleine, le mec qui chevauchait ce genre de cachalot de terre devait s'éclater à jouer à Moby Dick. Je me gêne pas et je me gênerais jamais pour dire tout haut ce que je pense personnellement. Le politiquement correct, je me torche le cul avec, et je me l'essuie dans la fente. Une vraie femme, c'était un peu celle qui me servait d'imagination sur le mur de ma cellule. Avec de vrais nibards, du monde au balcon quoi, quelque chose de joli et de rebondis, avec des courbes fines, gracieuses, et qui méritait un mec comme moi quoi, un Alpha, un mâle, un vrai. Ouais, j'étais macho, et alors ? Les femmes aiment ça. Après tout, on est de grands singes, poilus, ou sans poils. Et les femmes aimaient ça, le retour aux origines, après tout, coller sa bite dans un trou, c'était un retour au plus profond de soi-même. C'était le bonheur, c'était naturel. Et puis, faut apprendre à procréer aussi. Mais bon, je laisse cette question aux philosophes, ma seule pensée, c'était qu'au moment même où je sortirais de là, j'irais aux putes, et je les enchainerais, jusqu'à choper une bonne chaude-pisse ou une crise cardiaque. Le garde revient, il ouvre la porte, me sort un cigare. Il me dit que c'est un cadeau de Falcone. Au moins, le vieux ne m'oublie pas. Par contre, pas moyen d'échapper à la douche et à la java de la rondelle. J'allume mon cigare et je prend ma serviette. Je me dirige, d'un pas hâtif, vers le lieu de l'orgie carcérale. J'entre dans les douches, le silence ... Tout le monde se tait, et tout le monde me toise. Je pose ma serviette, je pose mon cigare, et j'ouvre l'eau. Quelqu'un s'approche de moi, il dit qu'il veut me faire payer, avec ses trois potes, la mort de leur chef. Ils disent qu'ils veulent m'enculer pour m'apprendre qui est le chef ici, dans les douches.

Manque de pot pour eux.
Je vais leur proposer un fist fucking ta gueule.
L'art de rentrer le poing dans la gueule des tordus et des dégénérés.
Et ça crie, et ça gueule, et ça glisse.
Les cris des gardes qui reprennent.
Blackgate, putain de jungle.

Et je retourne encore une fois au mitard. Mais ma rondelle était sauvée.
Maintenant, je serais tranquille, et on me ferait pas chier.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sombre, humide et étroit [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: