Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fringale nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Fringale nocturne   Jeu 23 Juil - 13:43








Fringale nocturne







Dans une ruelle des environs de Sheldon Park, un bruit de métal glissant contre le bitume. Une plaque d'égout remuait et laissait place à l'ouverture béante. S'extirpant du tunnel nauséabond, Fletcher McManus regarda en tous sens. C'était calme. Parfait. Il termina de sortir de là, et remit la plaque en place. Il avait pris la peine de s'apprêter pour cette sortie. Il avait masqué son teint de jaunisse avec une bonne couche d'un fond de teint de qualité. Pas par souci de coquetterie, non. Juste parce que ce soir, il sortait pour chasser du pécheur, et qu'il était plus facile de passer inaperçu et d'approcher une proie en ayant l'air "normal".

Ce soir, il allait manger. À l'idée du festin à venir, il ne tenait déjà plus en place. Il avait hâte de goûter la saveur du péché, et de purger un peu plus Gotham de cette gangrène. À sa façon, il la menait vers un avenir plus tolérable.

La nuit était fraîche, mais c'était agréable. Il y avait fort à parier que le quartier serait le lieu de ballade de quelques imprudents, et Fletcher n'aurait qu'à tendre le bras pour se servir. Peut-être même qu'il jouerait un peu avant de passer à table. Il aviserait sur le moment.

La Wonder Tower découpait sa silhouette sur le léger halo blanc qui nimbait les hauteurs de l'horizon. On la devinait plus qu'on ne la voyait réellement, puisque depuis la Grande Panne, Gotham n'était plus aussi lumineuse qu'avant. Mais elle était bien là, dominant le parc à ses pieds de toute sa splendide stature.
Décidément, c'était bien ici qu'il trouverait de quoi se sustenter. Ils n'étaient pas rare, les paumés qui allaient se promener dans ce quartier. Les uns, ivrognes en recherche d'un énième bar à écluser. Les autres, jeunes couples en quête d'un endroit tranquille avec une vue imprenable sur Gotham. Et tous, sans exception, pécheurs jusqu'à la moelle.

Une devanture attira l’œil vert de Fletcher. Un bar, à priori miteux. La vitrine avait été tant bien que mal éclairée par des petites bougies, nombreuses, mais aucune enseigne lumineuse, aucun néon, et aucune lumière électrique à l'intérieur. À croire que les gangs qui avaient réussi à mettre en place un réseau électrique clandestin n'avaient pas encore atteint chaque recoin de la ville.

Il ne savait pourquoi, mais McManus sentait que ce bar pourrait bien être intéressant. C'est donc d'un pas lent et précautionneux qu'il y entra.






Codage : Darth Oxious
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fringale nocturne   Ven 24 Juil - 11:44

"Sam ! Resserre-moi un verre." On connaissait tous le Cluemaster, le maitre des Indices, c'est dans ce bar pourri à Sheldon Park, un endroit où personne de normal pouvait venir, à moins d'avoir des emmerdes à camoufler dans l'alcool. Ouais, le Maitre des Indices avait des emmerdes, des emmerdes de toute part. Déjà, il portait un toast à l'homme qui avait ouvert Blackgate, des années qu'il était en taule, et qu'il n'avait pas savouré un verre d'alcool. Mais les emmerdes rattrapent toujours le présent, et Arthur était dans une mouise noire. Sa fille Stéphanie, d'après les dernières informations, sa femme et sa fille sont parties de Gotham City. Ensuite, le Sphinx qui avait oublié Arthur dans sa cellule. Quelle enflure celui-là, et dire qu'Arthur avait fait beaucoup de trucs pour le Sphinx, et tout ça pour rester en retrait de ce magnifique bordel. Oh ça oui, c'était un bel essai, vraiment. Nigma avait montré qu'il était supérieur, et diablement intelligent. Et tout ça, pour ça. Au final, Arthur se sentait mal, il entendait derrière lui, des gens qui se battaient, à priori, ça devait être à mort, puisque l'un avait couché avec la femme de l'autre, tandis que l'autre, lui, avait volé des réserves d'essence nécessaires pour son quartier. Nigma avait vu les choses en grand, et les gens qui succombaient à ce genre de caractéristique de primate ne donnaient plus l'envie de les abreuver de savoir et de la culture d'aujourd'hui. "Un autre s'il te plait." Un verre de descendu, un autre, et encore un. Sam, s'accoudant, lui tiens à peu près ce langage. "Tu serais pas le maitre des indices ? Je t'ai déjà vu à la télé une fois." Arthur, légèrement alcoolisé, arborant toujours sa tenue orange du Maitre des Indices et son foulard sur le visage, le regardait avec un regard prit par la frustration et le désespoir. "Je porte une tenue orange, avec un gilet de cuir bleu, et un foulard sur le visage, mais oui, c'était une très bonne réponse, et notre candidat repart avec le titre de captain obvious de la journée, merci au revoir. Ah et en passant, un autre !" Le Barman la ferma et en resservit un verre. Le Cluemaster était dépité, dégouté, ulcéré, ouais, y'avait de quoi en avoir les foies au final. Nigma qui avait trahit la confiance d'Arthur et tout ça pour rien, cinq longues années en taule, sans possibilité d'en sortir, et Nigma n'a pas levé le petit doigt pour mettre un terme à tout ça. Ordure, quel salaud. Arthur se jurait de lui rendre le coup un de ces quatre. Peut-être en le balançant à Batman ? Mouais, ça pouvait être une idée jouissive. Le bar puait la sueur, une infection, encore heureux qu'Arthur portait son foulard sur le nez, ça l'empêchait de respirer l'odeur dégueulasse qui s'en échappait. Pour tout dire, Arthur pensait à faire un coup, un dernier coup, et peut-être que ça marcherait ? Peut-être qu'il pourrait ensuite, revoir Stéphanie, peut-être même lui offrir un avenir à Gotham ? Ou ailleurs ? Bonne question. Le réseau clandestin permettait au vieux Mc Coy qui dirigeait ce bar, de fournir un peu d'électricité pour tenir, et pour continuer son système de paris. Dans la cave, un combat de coqs était organisé, et pour de sacrés enjeux : Un diner chez Mc Coy gratuit, de l'essence, de la nourriture, tout était bon pour avoir un peu de confort. On pariait et bien souvent on perdait. La vie, dans sa splendeur. Stéphanie ... Mes pensées allaient à elle, j'étais triste, pas spécialement heureux de l'aboutissant de ces dernières années, mais je me jurais que je ferai quelque chose pour elle, que j'essaierai de refonder notre famille. Une nouvelle fois ... Encore ... Ma voix se perd, tandis que je suis au comptoir, à boire, à enchainer les verres, les uns après les autres. L'argent ? c'était pas un problème, je m'en irais sans payer, c'était pas un soucis. Mais j'avais besoin d'oublier, et l'alcool y aidait grandement. Sur mon tabouret, j'essaie de garder l'équilibre, et pourtant, c'est pas facile avec tous ces abrutis qui gravitent autour de moi, qui me dévisagent. "Encore un criminel au rabais". Ils ne le disaient pas, mais je le sentais dans leurs yeux moqueurs. Ouais, j'étais pathétique, mais c'était comme ça. On s'improvise pas criminel, on le devient, et parfois, ça rate.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fringale nocturne   Lun 3 Aoû - 21:15










Fringale nocturne







Le bar n'était pas plein à craquer, loin de là. Il n'était pas désert non plus. Quelques pauvres âmes se terraient là, en recherche de Dieu savait quoi. Ce serait parfait. Fletcher avançait doucement, à pas prudents, sur le sol poisseux qui lui collait aux semelles. Deux hommes se crachaient des insultes au visage, se poussant à tour de rôle. Ça ne tarderait pas à tourner à l'échauffourée. Tant mieux. La violence était un sacré bon vecteur du péché, aussi bien qu'une de ses conséquences. Et à ce qu'il pouvait en entendre, Fletcher devinait que c'était bien le cas ici encore.

Il alla jusqu'au fond de la salle, près d'une porte battante qui étouffait les bruits de ce qui se passait derrière. Le hublot qu'elle portait donnait vue sur une petite pièce sombre et sale, et un escalier qui descendait. On entendait des cris, des rires, des éclats de voix. Il se passait quelque chose en bas. Il irait peut-être voir plus tard.

Finalement, McManus s'assit une table, dos au mur et face à la salle. De là, il pouvait observer à son aise tout ce qui se déroulait sur cette scène de la soirée.
Un type sortait du lot, assis au comptoir. Il alpaguait le barman, buvait son verre d'une traite, renouvelait sa commande, etc. Mais ce n'était pas tant son comportement de buveur insatiable qui attirait l'attention que son allure.

Il avait l'accoutrement semblable à ceux que portent certains de ces idiots. Justiciers, ou tout le contraire, peu importait. Ils n'étaient tous que de la même engeance : des pécheurs qui pourrissaient cette ville de l'intérieur. Une véritable septicémie, omniprésente et incurable. Du moins, elle n'avait qu'un seul remède, et ce remède se nommait Fletcher McManus.

Il continua d'observer le spectacle un moment, puis se dit qu'il serait intéressant d'accoster cet homme au bar. Il se leva donc et s'installa sur le tabouret voisin, à environ deux mètres de là.


    « La même chose que ce monsieur, je vous prie. », lâcha-t-il à l'intention du barman. Puis il tourna la tête vers son voisin de bar, sans même un sourire ou un signe pour le saluer. La journée a été dure, à ce que je vois... »


La compassion apparente était un formidable moyen d'engager la conversation avec quelqu'un sans éveiller de soupçon. Comment s'imaginer que quelqu'un qui comprend votre état d'esprit pourrait vous vouloir du mal ? D'ailleurs, Fletcher n'en était même pas à ce stade. Il voulait juste tâter le terrain.

Ce mec était bizarre, mais McManus n'avait pas encore décidé de ce qu'il ferait. Une proie pouvait se révéler utile pour atteindre d'autres cibles, plus nombreuses, et parfois plus faciles. Mais Fletcher ne voulait pas non plus pécher par paresse. C'était davantage une question d'efficacité. Éliminer le plus de racaille possible, pour épurer Gotham un peu plus vite.


Le barman finit par poser le verre demandé devant Fletcher, qui le prit en main, sans pour autant commencer à boire.


    « Je sais ce que c'est. J'ai connu des mauvais jours. Et en ce moment, on ne peut pas dire que ça s'améliore… Mais l'espoir est permis, non ? »





Codage : Darth Oxious
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fringale nocturne   Mar 4 Aoû - 10:09

Hors Jeu : Désolé ^^

Je suis ivre, pompette, explosé, déchiré, l'alcool me déchire littéralement le corps et l'esprit. Et ça serait mauvais pour le foie, je vous l'accorde. Par contre, une chose était certaine, le type qui m'accostait hmmm, bah il était un peu spécial. Je me demandais si ce n'était pas quelqu'un qui cherchait à rencontrer un autre homme, ou bien s'il se sentait d'humeur caritative à Gotham City. T'façons, s'il vivait depuis longtemps à Gotham City, il devait connaitre ma tronche, vu qu'elle a fait scandale à l'époque. En tout cas, le type avait une sacrée conception de l'espoir, il avait prit la même chose de que moi, et je le regardais avec un air, presque imperturbable, mais toujours sous l'emprise de la gnôle du patron.

"De l'espoir ? Dans cette ville ? Nous sommes à Gotham, la ville de tous les péchés, de toutes les malédictions. *Hic* ... Chaque chose est irrémédiablement conçue ... *Hic* ... Pour vous tirer vers le bas, en n'importe quelle occasion. Vous pensez vouloir faire quelque chose de bien pour vous, la famille *Hic* ou pour la ville, et au final, on devient un monstre qui atterrit dans Blackgate."

Ouais, j'étais pété comme un coing, complètement bourré, complètement sonné. Claqué même. Blackgate flinguait votre moral et cette situation qui ne s'arrange pas, c'était vraiment du genre assez lourd pour tout dire. Ok, le Sphinx a fait les choses en grand, mais je me sentais oublié de son trip. Comme si je n'avais rien été pour lui dans le passé. Il aurait pu pensé à moi quoi ... Pourquoi cette aversion soudaine ? J'avais toujours écopé de certains crimes pour lui dans le passé, et au final, voila. Voila la douce ironie. On pensait vouloir tout faire pour s'assurer une vie paisible, quelque chose de durable mais non ... Il y'avait quelque chose dans cette ville, quelque chose d'horrible, quelque chose qui vous poussait à devenir quelqu'un de monstrueux. C'était vrai quand on y pensait, c'était vrai.

"J'avais tout, j'avais la notoriété, j'avais le charisme, j'avais l'envie, et maintenant *Hic* ... Je suis un déchet. Ma femme m'a quitté, je ne verrai jamais ma fille grandir. Et au final, je retournerai en prison quand même, et tout ça pour avoir tenté d'être quelqu'un de normal et de fonder une famille. Hahaha *Hic* c'est drôle pas vrai ?"


L'espoir, c'était pour ceux qui avaient encore une raison d'espérer, qui avaient déjà quelque chose, qui pouvaient être heureux et qui avaient encore foi en l'Humanité. Non, j'avais perdu cette espérance. Je pensais que le crime me rendrait plus heureux, il me rend plus libre oui, il me rend cette sensation de pouvoir être un peu plus vivant. Mais à quel prix ? Une famille déchirée, une gamine qui ne veut plus voir son papa, une femme qui coupe tous les ponts avec vous. Crystale ... Stéphy ... Voila le boulevard des rêves brisés. Un petit pavillon en banlieue, un travail superbe, et au final, ça, ce tas de merde infect. Un autre verre, après ? Je me couche par terre ? Nan, le maitre des Indices valait mieux que ça, après tout, il pouvait faire trembler Gotham comme un château de cartes, il pouvait faire quelque chose de cette ville, la transformer en vrai puits de science s'il le pouvait. Mais pour le moment, Arthur Brown, lui, enfin, moi, il boit, et il se cherche dans la boisson. La chute morale impliquée par le déménagement de ma famille me brisait le cœur, mais que voulez-vous ?

"J'étais une terreur avant ... J'étais un vrai criminel, et maintenant, je suis là *Hic* ... Picoler, picoler, picoler. Encore, encore et encore, jusqu'à ce que je trouve une idée fixe à ma longue et interminable douleur."


Pas que j'avais l'envie de mourir non, mais il me manquait un défi, une raison de vivre, une motivation. Pourquoi faire le crime si on a pas l'envie ? Pourquoi continuer à vouloir être ce que l'on est si on avait pas cette étincelle dans les yeux ? Le crime n'était plus si passionnant qu'avant. Sans véritable envie de faire le mal, ni même de faire le mal pour en faire le bien. Je me comprend. Je lève mon verre pour trinquer.

"Aux beaux jours, s'ils reviennent, ce qui n'est pas prêt d'arriver."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fringale nocturne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fringale nocturne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: