Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Talk about Vengeance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Talk about Vengeance   Ven 17 Juil - 21:43






Talk about Vengeance


Feat Jason Todd



Une autre nuit noire sur Gotham. Les gens qui n'ont pas su s'en aller et quitter la ville se terrent et serrent les dents en espérant ne pas avoir d'ennuis ce soir. Les autres croient naïvement qu'embrasser leurs vieux rituels d'avant l'An Zero leur permettra d'aller de l'avant. Ils se trompent, et cette petite idiote qui pensait pouvoir sortir jusque tard le soir ne tarderait pas à apprendre à ses dépens qu'il est idiot de tenter le diable. Jolie brin de fille. Trop jeune pour sortir aussi tard. Au travers de son masque effrayant, la Chasseresse l'observait. Il fut un temps où elle aurait eut des scrupules à laisser une innocente errer dans les rues et servir d'appât. Mais les choses changent, et aujourd'hui, pour débusquer un petit groupe à malmener, rien ne vaut une adolescente qui essaye de rentrer chez elle.

La pauvrette s'est visiblement persuadée que l'obscurité des ruelles allaient lui permettre de se faufiler loin des regards salaces des hommes qui rôdent ici une fois que la nuit tombe. Foutue crétine. Et tandis qu'elle s'enfonce dans l'obscurité, elle ne remarque pas les loups qui se rapprochent et qui ne tarderont pas à lui tomber dessus. Deux ruelles plus loin, le piège se referme. Ils sont trois à lui barrer la route, tandis que quatre surgissent dans son dos. Ils n'ont pas l'air spécialement vaillants. Mais pour s'en prendre à une fille seule, le courage n'est pas quelque chose de forcément obligatoire.

Hey mignonne lance l'un d'eux, en venant la plaquer dos au mur, en essayant de faire valser ses pattes vers la marchandise. Il est temps de mettre un terme à tout ça. D'autant qu'elle se défend, et qu'elle ne tarde pas à prendre une belle gifle dans les dents. De quoi lui fendre la lèvre, et fait dégouliner de son nez un maigre filet carmin. Ça, il allait le payer. Sur les hauteurs, Huntress veillait. Elle n'attendait que ça, à dire vrai. Une opportunité de venir salement amocher quelques salauds. À défaut d'avoir à trancher dans les sbires de la Mafia, la chasseresse s'en prendrait aux petites frappes qui traînent par ici.

Quand l'homme lève la main pour asséner une nouvelle gifle, un claquement se fait entendre. L'instant d'après, il hurle, la main collée au mur par un carreau qui la traversait de par en par et qui s'était figé dans les briques. Dans un bruit de cape, l'Italienne fait son apparition au milieu du groupe, bâton de combat dans la main droite, panoplie de dagues de lancer dans l'autre. La bataille s'engage vite, mais la violence de l'intruse surpasse très vite les truands. Contrairement à Batman, elle ne retient pas ses coups. Elle brise plus d'os qu'elle ne le devrait. Elle tranche les chairs, elle blesse suffisamment gravement pour que les dégâts soient difficilement réparables. Quand elle achève son œuvre, la rouquine est à terre, totalement terrifiée par la scène qui vient de se dérouler sous ses yeux. Devant se tient Huntress, l'obscurité lui donnant l'allure d'un monstre ailée. La victime de l'agression voit ici et là les corps salement amoché de ses agresseurs. Il n'y en a qu'un qui est toujours debout, occupé à pleurnicher en essayant de décrocher la flèche qui lui embroche la main.

- Ne reste pas ici. Retourne chez toi.

L'ordre d’Héléna est sans appel. Son ton trop impétueux et enragé pour que la jeunette tente de faire quoi que ce soit d'autre que d'obéïr. Elle ne dit pas merci, elle ne se fait pas prier, elle part à toute allure. À dire vrai, la violence de sa sauveuse semble pire que le sort qu'on lui avait réservait originellement. Du moins le croit-elle. Seulement Huntress se fiche éperduement des frayeurs de la jeune gazelle qui gambade à toute allure pour rentrer chez elle. Elle est là pour chasser. D'une démarche chaloupée et sensuelle, elle s'approche du gueulard. Une esquive pour éviter le coup qu'il tente de lui asséner, et un furieux coup de bâton dans le service trois pièces plus tard, l'homme est vaguement contrôlé. Elle à tout le loisir de le saisir par la crinière, afin de le toiser avec tout le mépris qu'elle peut ressentir à l'égard de ce genre d'individu.

- Pitoyable... D'où il est, Dieu te juge, tu sais ?.

Elle attrape la flèche qui perfore la plante de sa main, et l'arrache sans douceur, laissant le pleurnichard retomber au sol en tenant sa main sanguinolente.

- Mais le jugement viendra de moi.

C'est du plat du pied qu'elle règle la question. Plusieurs coups de talons en plein visage. De quoi lui démolir méticuleusement les os de la face. Ici, c'est son territoire. Qu'il se sente chanceux, elle le juge indigne de finir en trophée. Quand elle se redresse, après s'être assurée qu'elle n'avait pas été jusqu'à tuer cette ordure, Héléna capte un infime mouvement. C'est une chasseresse. On ne la surprend pas si facilement. Tranquille, elle se contente de reprendre son bâton, et de le déposer sur son épaule, en se dirigeant vers l'Ombre.

- Je t'en prie, joins toi à la fête.

Pas d'agressivité dans sa voix. Elle n'en a pas après ceux qui furètent. Elle en a après les hommes bouffis d'envie de contrôle. Envers les truands qui usent de la peur pour nuire aux faibles aussi. Assassin, Justicier, fouineur. Ces gens là ne l'intéressent pas.




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Talk about Vengeance   Sam 18 Juil - 0:30

Feat : Huntress is mighty, but I'm worse !




VROOM, vrooom, vrooooooom...


Quelque part sur l'autoroute qui lie les différents quartiers de Gotham-City. La circulation routière à grondement diminué depuis que la ville est plongée dans les ténèbres par l'homme mystère. Parmi les véhicules roulants, une voiture de couleur noire fait un virage à droite et se dirige dans les quartiers chauds de Park Row. Le conducteur est un homme sombre en quête d'informations et doit rencontrer un dénommé Warden Jones. C'est un Afro-américain, une sorte de petit caïd de quartier, mais surtout, un indic du G.C.P.D qui se situe dans la prison de Blackgate. En gage de bonne volonté, il avait réussi à sortir avant l'évènement tragique de Year Zero et le chauffeur avait eu vent de sa planque, car il voulait lui aussi trouver un moyen pour entrer dans Blackgate. Une prison dangereuse de haute sécurité. Le problème évidemment, n'est pas d'y entrer, mais d'en sortir !!!

La voiture qui ce faufil à travers les ruelles, traverse des kilomètres de boyaux de goudron. Le jeune chauffeur regarde par la fenêtre et ne voit qu'un cimetière. Seuls les gens les plus défavorisés viennent se réfugier dans les tréfonds de la ville de Gotham. La voiture ne s'arrête pas devant ce sinistre spectacle. D'ailleurs il roule à environ 80 kmh; seul le bruit du moteur à attirer les vautours. Des voyous en quête de voyageur pour le déposséder de tous ses moyens et peut-être même de leurs âmes. Leur plan ? Jeter des pierres et divers objets lourds sur le pare-brise. Hélas, pour eux, le conducteur a bien pris la peine de renforcer le blindage avec des planches d'acier. Une véritable Bat-Mobile improvisé.

Après tout, le chauffard n'est d'autre que le Red Hood. Un étrange hors la loi, qui traque les criminels et s'empare peu à peu du marché noir. Il commence doucement à se faire un nom dans le milieu. Après tout qui ne connaît pas Red Hood ? À la différence que cette version, comparée aux anciens, il porte une capuche rouge. Un uniforme de motard et possède des capacités physiques au-delà d'un individu normal. Les malfrats craignent peu à peu cette ombre sanglante qui les tues sans prévenir. Alors son arrivée n'annonce pas quelque chose de bon augure. La bagnole finit par accoster une étrange ruelle, plein phare, il voit une bande de lascars se ruer sur une étrange silhouette féminine. Comment le sait-il ?

Red Hood possède une vision digitale intégrée dans son casque qui lui permet de voir au-delà de ses simples sens, comme la vue. Il aperçoit d'étrange courbe sublime terrasser les ombres une par une. Elle semble de s'aider d'un bâton. Est-ce un moine de Shaolin ? Se dit le driver qui fonce sur le tas.

Oui, la voiture arrive au loin fonce sur le groupe en constante vitesse. Un klaxon retentit et se fait entendre de plus en plus fort. Les malfrats qu'Huntress à épargner se retournent. Un cri d'effroi, puis la seconde d'après, deux corps son percuter comme des sacs et roule comme un tonneau sur le pare-chocs de la voiture. Leur corps, leurs jambes, leur bras et leurs nuques sont désaxées sous le choc et meurent sur le coup.

Néanmoins, les autres criminels n'allaient pas avoir peur pour autant.

Voir la mort de deux de leurs camarades provoquent chez eux de l'indignation, puis de la colère et enfin la haine qui engendre la folie meurtrière ! Ils se ruent sur le véhicule avec leurs lames, leur bat-d'acier et divers artisanats en arme blanche. L'homme au casque rouge, ouvre rapidement la portière et sort de sa banquette arrière un fusil à pompe. Il vise et tire une rafale. Un homme vole en éclat, sa chair est percée par le plomb et ses intestins lui échappe. Un autre s'approche plus près sur le côté et laisse à peine le temps à Red Hood de recharger. Pas le temps, l'antihéros bloque de justesse la machette qui allait se pourfendre sur son crâne en utilisant son arme comme bouclier. Puis il lui donne un coup de crosse qui lui déboite la mâchoire et le fusille à même le sol. Sa tête explose comme une pastèque et son sang gicle de partout, même sur les bottes de Jason Todd.

Puis il se tourne et regarde en direction d'Huntress. Il n'avait jamais vu cette femme qui semble déguisée, d'une cape et d'un mauve sombre. Sa longue chevelure brune et ses lèvres pulpeuses, son corps athlétique et ses mensurations plus que raisonnables, fait d'elle presque une amazone propulsée dans les temps modernes, mais il ne se laisse pas distraire par son tour de poitrine et ses hanches. Il pose son fusil à pompe sur son épaule et parle d'une voix méconnaissable, du type électronique.

- Ne laisse jamais tes ennemis partir vivant. Vaincu par une femme, tu les as humiliés et se vengeront de cet affront. Ils utiliseront même des innocents à cause de ta pitié. La seule issue possible pour mettre fin à se cycle de violence et défendre les innocents. C'est de finir le travail. Sinon tu ferais mieux de ranger ton costume et tu dégages de cette ville. Ma ville, celui de Red hood !


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Talk about Vengeance   Sam 18 Juil - 2:10






Talk about Vengeance


Feat Jason Todd



L'arrivée tout en moteur qui vrombit et en mécanique chantante laisse Huntress perplexe. Chacun sa méthode d'apprivoiser la nuit, mais à ses yeux, le silence et l'art de se fondre dans la nuit prévalent sur une arrivée aussi remarquer. Encore une fois, tout le monde est libre de faire ce qu'il veut. Gardant sa posture décontracter, la furibonde donzelle incline doucement la tête d'un côté, laissant une cascade de cheveux glisser jusqu'à ses épaules. Elle ourle ses lèvres d'un sourire discret, et lance d'elle même les paris. Un bolide pareil, arrivée typiquement masculine d'après elle. Le contre jours des phares de lui permet pas d'entrevoir si elle a visé bon ou non. Ce qu'elle entend par contre, c'est les détonations de l'armes, et le bruit significatif des morceaux de cervelles qui maculent le sol. Gros calibre, beaucoup de bruit pour de vulgaire crapules qui agressent des filles. Si les tabasser reste plaisant, Héléna a du mal à comprendre à quel moment le meurtre devient une obligation dans un cas pareil. Mais libre à lui de tuer et de gâcher des belles. Elle ne se formalisera pas du sort laissée à ces petits frappes. Vivantes ou mortes, elle s'en fiche éperduement. L'important c'est d'avoir cogné un peu. Et accessoirement d'avoir mis du plomb dans la tête à une gamine persuadée de pouvoir se balader seule la nuit sans formation martiale préalable.

En parlant de plomb dans la tête, les derniers morts font un peu grimacer la jeune femme. Pas qu'elle soit heurtée par la vue du sang, mais parce que le vacarme assourdissant de l'arme aura tendance à rameuter des gens qu'elle ne tient pas à croiser. Le Grand Batman et ses disciples gentils ? Trop peu pour elle. Ces histoires de Justice saine, de rédemption des truands, de fonctionnement du système judiciaire, elle n'y croit pas. En fait, elle s'est forgée sa propre idée, s'est donnée ses propres buts et ne compte pas suivre la croisade d'un autre. Et c'est visiblement ce que le nouveau venu tente de lui faire faire. Sa prise de parole, à défaut de la faire réagir d'une manière agressive, ou rédemptrice, la fait juste soupirer, et de sa main libre, se taper le front dans une gestuelle profondément blasée.

- Oh ta ville... va savoir pourquoi j'ai l'impression que beaucoup d'hommes ces derniers temps considèrent que cette ville est à eux. Si c'est déjà particulièrement ennuyant de l'entendre de jour, qu'on commence à me le répéter aussi la nuit... ça devient particulièrement lassant.

Helena et sa verve vive. Devant un mâle testostéroné et brandissant une arme à feu, la jeune femme n'est pas du genre à se laisser aller au calme et au respect. Et quoi, une balle dans la tête ? La mort est une délivrance, dans un sens. Et elle n'aura qu'à s'expliquer avec dieu. Qu'importe la suite, sa Vendetta à elle est achevée. Le reste n'est que Bonus. Quelques miettes dans la balance de la justice pour faire pencher les choses en faveur du bien. Et puisqu'il est parti sur une note basée sur le contrôle et la domination qu'il s'est persuadé d'avoir, la jeune femme comptait bien étaler l'étendue de son éloquence et lui expliquer sa manière de penser à elle.  

- Bref, si tu crois que je vais me jeter à tes pieds et te remercier ô rougeoyant encapuchonné et t'annoncer qu'en jouant du symbole phallique balistique que tu as entre les doigts tu as réussi à me faire comprendre que la pauvre petite femme que je suis devrais suivre la voie de ta croisade... et bien j'ai le regret de t'annoncer qu'il faille te mettre ton doigt qui a tendance à vite presser la gâchette jusqu'au fond de ton œil. Avec un peu de chance, la tête de ton index connectera l'espace d'un instant tes deux neurones de la compréhension et te fera deviner que je n'ai clairement pas envie d'écouter les sermons d'un sinistre inconnu qui souhaite me faire faire ce que je n'ai pas envie de faire.

Il faut qu'elle reprenne son souffle. Et c'est en tournant les talons qu'elle le fait, s'éloignant de son pas chaloupée, volontairement ralentie pour avoir la possibilité de rajouter une autre tirade. Quitte à jouer autant le faire jusqu'au bout. L'avantage, c'est que les justiciers ne s'entretuent pas pour de simples mots. Et puisqu'il se considère lui même comme tel, visiblement, elle supposait qu'il n'allait probablement pas la flinguer pour de simples paroles. Si aiguisée soit la langue qui les crache.

- Oh et... si ta notion de justice se résume à rouler en voiture et à descendre des gens déjà blessés, je suppose que ça fait aussi de toi un criminel et qu'il faudrait, je sais pas... songer à te toaster les tempes. Rajoute-t-elle en mimant une arme à feu qu'elle presse sur sa propre tempe
– Sinon, blague à part, le rouge ça en jete. C'est moins... austère que Batman. À ce sujet, je crois que vous devriez vous croiser. Lui aussi m'a expliqué que c'était sa ville et ses règles.




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Talk about Vengeance   Sam 18 Juil - 3:21

Feat : Huntress is mighty, but I'm worse !




Red Hood ouvre partiellement son masque, ne laissant que son menton, sa bouche et son nez apparaître. Pendant qu'Huntress semble toujours s'exprimer avec virulence depuis quelques minutes.

- Bref, si tu crois que je vais me jeter à tes pieds et te remercier ô rougeoyant encapuchonné et t'annoncer qu'en jouant du symbole phallique balistique que tu as entre les doigts tu as réussi à me faire comprendre que la pauvre petite femme que je suis devrais suivre la voie de ta croisade... et bien j'ai le regret de t'annoncer qu'il faille te mettre ton doigt ...

*Mon doigt... hum*

Ca tombe super bien...

Red Hood se cure justement le nez et jette une petite crotte, de la taille d'une petite boule marron bien sale. Vous voyez, la crotte de nez sur le paroi de la narine qui reste coincer plusieurs jours dans la morve visqueuse avant de s'assécher et sortir gluant. Jason la jette sur la botte d'Huntress. On peut dire, qu'il a bien visé, malgré la distance ! Pendant-ce-temps, la pseudo-justicière continue son discours, mais en réalité, l'esprit de Jason s'évade vers d'autre sphère... La femme est Trop philosophique pour lui. Dans son fond intérieur, il se parle à lui même en chansonnette. *Bon sang.. Qu'est ce qu'elle est bavarde cette grognasse ! Nanananan j'suis pas content, nanananana je fais se que je veux, nananana, je garde mon string et mes talons à aiguilles, nanananana. ♫ Enfin le discours d'une gonzesse qui est mal dans sa peau. Oh Seigneur... si vous existé faite la taire 10 sec.* Se dit-il avec satisfaction !

Mais histoire de ne pas éveiller les soupçons de la donzelle pour qu'elle lui fasse une autre scène de ménage, Jason doit paraître attentifs afin de lui donner de l'importance que toute femme recherche. Être écoutée !  Red Hood hoche d'un oui de la tête pour lui monter son approbation.  Ce n'est qu'un jeu d'acteur pour jouer le rôle dans une scène. Jason est un homme qui aime être direct et possède très peu de patience pour écouter les gens. Déjà à l'époque qu'il était le side-kick de Batman. Son mentor avait déjà du mal à le tenir en place. -Tu es une tête de mule. Lui disait-il.

Jason Todd sort un paquet rouge avec une photo de cow-boy regardant l'horizon. Il sort une cigarette, puis engouffre sa main dans son manteau en cuir et sort un zippo. D'un geste du pouce, il déclenche une étincelle et aspire le tabac de pleins poumon, comme pour évacuer le stress...Jason Todd tend à nouveau l'oreille. Huntress parle encore :

-Oh et... si ta notion de justice se résume à rouler en voiture et à descendre des gens déjà blessés, je suppose... Huntress continue à parler.

*Nom de Dieu ! Elle ne s'arrête jamais...* S'écrie t'-il désespéré. Puis soudain, elle aborde enfin un sujet qui l'intéresse.

Sinon, blague à part, le rouge ça en jete. C'est moins... austère que Batman...

Red Hood lui coupe la parole.

- Tu ne sais rien ! Dans une ville bruyante, sois silencieux pour surprendre l'ennemi, dans une ville silencieuse, soit bruyant pour encore le surprendre ! C'est une stratégie de l'art de la Guerre ! Je ne suis pas le chef de cette ville, elle ne m'appartient pas, mais c'est moi qui appartient à Gotham City .

Jason prend une pause et fume encore sa clope, puis il reprend.

- Quant à Batman !!! Il se fait vieux et il devrait passer le flambeau... Il est vrai que le rouge ça en jette... Ca évite d'aller à la blanchisserie taché de sang quand je sors mes poubelles. ! Mais tu sembles bien sûr de toi pour me faire la morale... Qui es tu ?


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Talk about Vengeance   Sam 18 Juil - 21:00






Talk about Vengeance


Feat Jason Todd



Huntress s'arrête à la nouvelle pseudo-leçon qui lui est donnée et qui la fait soupirer de nouveau. Lui citer un balbutiement inabouti de ce que dit l'art de la guerre ne va pas spécialement l'impressionner. Au contraire. Sun Tzu, à son plus grand regret elle y a perdu des heures à en lire chaque doctrine. Elle lance un nouveau regard par dessus son épaule, offrant au dénommé Red Hood un discret soupire un brin moqueur. Autant jouer le jeu. Pour une fois qu'elle pouvait essayer de jouer à la plus maline avec quelqu'un qui avait visiblement autant d'acquis qu'elle, les choses pourraient devenir intéressantes.

- Je doute fort que l'Art de la Guerre parle de voiture, tu sais ? Et la pique est volontairement mutine.

Ce ton badin, elle le conserve pour la suite, en se tournant et en calant ses reins au coin du croisement qu'elle avait atteint. Ses bras se croisent sous sa poitrine, gardant son bâton de combat dans le plongement de son corps afin d'être en mesure de le brandir en cas d'attaque soudaine. Elle ne craignait pas que l'inconnu à la voix robotisée par un modulateur de voix en viennent à s'en prendre à elle. Mais on lui avait toujours dit d'être continuellement sur ses gardes. Et en bonne chasseresse, elle le faisait. Sal serait fier s'il pouvait la voir aujourd'hui.

- Tu t'es pourtant présenté en me disant que c'était ta ville, l'ami, Dieu m'en est témoin.

Son sourire ne s'étend pas plus, mais reste là. Léger, discret. De quoi trancher avec la véhémence de sa précédente tirade. Chacun a son tour avait marqué son territoire, placé ses limites. Visiblement, le jeune homme – elle le supposait jeune à son style vestimentaire – tenait à faire part de sa philosophie du massacre. Huntress ne s'était pas gênée pour lui expliquer le fond de sa pensé. Un partout, match nul, l'échange pouvait dévier vers quelque chose de plus utile. Ou intéressant, à défaut d'autre chose.

- Je ne connais pas assez Batman pour dire quoi que ce soit le concernant. Vieux ou pas, il est indéniable qu'il est toujours la course.

Les quelques nouvelles qu'elle parvenait à avoir en cognant des petites frappes faisaient état de la Chauve-souris dans différents faits d'armes à en faire pâlir de jalousie les plus ardents héros patriotes du pays, après tout. Et d'autres justiciers c'étaient même visiblement rangé de son côté à en juger par les nombreuses anecdotes qu'elle arrivait à grappiller. Alors oui, peut-être que l'inconnu vise juste et que Batman vieilli. Mais ce qui est sûr, c'est que son symbole lui, nourrit toujours l'espoir les habitants de la ville. Assez pour que d'autres prennent part à son combat.

- Le noir aussi, cache assez bien la couleur du sang. Rajoute-t-elle finalement, toujours aussi oisive et pacifique dans son attitude. Un fait presque étrange, quand on la connaît un peu.
Quoi qu'il en soit, sans avoir à utiliser des fusils capable de faire sauter totalement le caisson de ces cibles, Huntress n'est clairement pas le genre de combattante à se soucier des saignements. Son arsenal composé d'armes clairement létales le laisse aisément deviner. Et à en juger par les blessures graves qu'elle avait infligé à ces truands de bas étages, il est indéniable qu'elle connaissait le goût du sang.

- Par contre, je suis à peu prés certaine de ne pas t'avoir fait la moindre morale. À l'inverse de toi, en fait.

Elle daigne se détacher du mur sur lequel elle avait trouvé appui, et se contente de faire quelques pas vers Red Hood, bien décidée à éviter un nouvel échange de sympathies – et c'est du sarcasme. Elle hausse donc les épaules, pourvu d'une fausse désinvolture, et se contente de se présenter.

- Appelle moi Huntress, si le cœur t'en dis. Ce sera toujours plus glorieux que les surnoms qu'on peut me donner dans le coin.

Forcément. Une boule de haine aussi hargneuse et agressive ne s'attire pas vraiment les grâces des criminels des quartiers dans lesquels elle sème le trouble parmi les petits gangs – et chez les Mafieux. Eux sont terrifiés à l'évocation de son nom. Elle n'est guère clémente avec cette vermine là, après tout.

- On devrait décamper d'ici. La chauve-souris aura vite vent de ta tuerie. Et soit dit entre nous, j'aimerais éviter d'être dans le coin quand il débarquera et qu'il cherchera à accuser quelqu'un.




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Talk about Vengeance   Dim 19 Juil - 1:05

-
Feat : Huntress is mighty, but I'm worse !





- Je doute fort que l'Art de la Guerre parle de voiture, tu sais ?

Red Hood ne réplique pas et reste silencieux. Il pourrait très bien lui répondre que sa source à lui est différent de l'ouvrage de l'Art de la Guerre qui le rapproche automatiquement à Sun Tzu fort connu qui ne parle pas de voiture ! Il pensait notamment à une source plus moderne, le Truppenführung, le dictionnaire Prussien sur l'art de la Guerre. Cela n'a en effet rien à voir avec un sage antique qui se battait avec des lances et des charrettes. L'ouvrage Allemand prend en compte l'époque moderne, le combat des tanks, des avions, une machinerie militaire efficace, le blietzkrieg développer plus tard par les odieux nazis. Red Hood utilise une caisse fortifier improvisé au lieu d'un tank et alors ?!.... Jason Todd savait bien des choses, mais il préfère éviter d'étaler ses sources littéraires à une femme qui pense le blessé avec ses sarcasmes.

- Tu t'es pourtant présenté en me disant que c'était ta ville, l'ami, Dieu m'en est témoin. Dit-elle.

Red Hood pensait avoir été bien clair. Gotham City est sa ville. La ville qui l'a vu naître, la ville qui l'a vu grandir, la ville qui lui a fait connaitre la joie et la souffrance. La ville qui lui a enlevé tous ses espoirs. C'est en effet ça ville ! Il est possédé par Gotham City. Elle hante ses fantasmes et ses cauchemars. Il ne pourra jamais la quitter.Voilà pourquoi il doit la défendre, peut importe le moyen...  De plus, la pseudo-justicière étale ça croyance en Dieu devant Jason. Ca ne fait qu'accentuer son opinion sur ses idées chevaleresques qui ne semblent qu'illusion. Jason Todd a été mort, mais il n'a rien vu de tel, qui est cet être qui se fait appeler Dieu. Pour lui, la mort est comme un sommeille, considéré comme son petit frère. Une fois qu'on se réveille dans ce monde, on ne se souvient plus de ce qu'il y avait avant, le néant total. On peut avoir des flashs, des brides d'image, mais ça reste incompréhensible pour le cerveau... Mais il sait d'instincts qu'il n'a vu aucun être omniscient et omnipotent qui dirige la destinée. Jason réplique.

-Tant de crime au nom d'un seul Dieu. Tu ne devrais pas te fier à tes superstitions.

Puis elle enchaine sur Batman et sur le fait qu'elle ne lui a pas fait la morale. Red hood fait l'insouciant et fume sa clope. Cette femme lui semble de très mauvaise foi. Ou bien pratique-t-elle une rhétorique pour créer la confusion dans l'esprit des gens ? Jason ricane, dans son fond intérieur, il se dit que s'il lui avait fait la morale, il n'aurait pas perdu son temps à lui sauver le cul et que bien au contraire, il lui ferait exploser sa tronche comme une pastèque et laisser étaler son sang. Mais Jason n'est pas aussi cruel, c'est pour cette simple raison d'humanité, qu'il ne l'a pas abattu comme un chien, comme ses agresseurs. Jason est un homme froid et distant et qui a horreur de parler pour ne rien dire ! Après tout, il a eu Shiva comme professeur. Une femme froide et autoritaire, qui détestait les paroles frivoles. Jason a au moins hérité se point de caractère de son mentor.

-  Tu as une langue de vipère et d'ailleurs comme tu dis, il n'y a pas vraiment de temps à moisir ici. Je sais que tu ne me fais pas confiance et tu as tout intérêt à te méfier de moi... Mais, je ne te cherche pas des cross. Mon but est tout autre... Je recherche un caïd dans le coin...

Jason Todd se retourne prend un bidon d'essence dans son coffre et asperge les cadavres. Puis il jette sa clope pour bruler les preuves physiques afin de brouiller les pistes. En s'approchant vers les flammes jaillissantes d'un corps en décomposition. Jason montre l'insigne de dos sur son blouson noir.

Spoiler:
 

- Yeaaaah !


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Talk about Vengeance   Dim 19 Juil - 11:58






Talk about Vengeance


Feat Jason Todd



Huntress penche simplement la tête vers l'autre côté, et de nouveau, sa main libre vient se poser au niveau de son front démontrant un nouvel élan de lassitude. Ça valait la peine de faire des efforts, tiens. Voilà qu'en plus de jouer les supermâles qui sait et connait tout, Red Hood en vient à essayer de faire sombrer sa croyance. S'en prendre à Dieu. Les religions sont pour beaucoup un moyen de réconfort et d'espoir. La base même des symboliques. Les prémisses de de la justice sont d'ailleurs né des croyances d'antan. Le blasphème, en plus d'être irrespectueux dénote une certaine méconnaissance de bien des choses. L'intérêt qu'elle avait pu avoir pour lui l'espace d'un instant, en supposant que cette courte bavette ait suffit à remettre le compteur à zéro, faire table rase et repartir vers quelque chose de plus constructif, s'envole aussitôt que la phrase de l'assassin s'achève. Elle roule ses billes bleues vers le ciel, et fait de nouveau volte face.

- Je suppose que tu sais ce qu'elles te disent, mes superstitions ? J'ajouterais que les seuls crimes commis ce soir... sont les tiens, triple buse. Je n'ai tué personne au nom de quoique ce soit.

D'autant qu'il avait massacré des types qu'elle avait déjà copieusement tabassés, et qui n'étaient allé vers lui que par dépit. À choisir entre la peste qu'il venait de connaître, ils ont décidé de se laisser tenter par le Choléra, ça leur aura été fatal, visiblement. Mais de là à tenter de faire vaciller la foi de quelqu'un en exhibant ses propres crimes. Héléna ne tenait pas à en entendre davantage et préférait donc repartir à ses ombres. Loin du vrombissement des moteurs et d'élan de mauvaise foi – chacun voit midi à sa porte.

- Des caïds, il y en a à tous les coins de rues, tu sais. Le plus simple est de trouver un petit groupe de truand, de les taper assez fort pour qu'ils se décident à parler et... ah mais mince. Tu avais justement tout un groupe de type déjà sévèrement blessés qui auraient pu te donner des informations...

Forcément, il aurait fallut les laisser en vie, pour ça. Faisant sommairement tournoyer son bâton de combat entre ses mains, elle le stop, le tenant parallèlement à ses épaules, glissant ses deux mains sur ce dernier afin de s'éloigner à nouveau tandis que dans la ruelle, l'odeur des corps qui brûlent commençaient déjà à sentir le cochon grillé. Elle ne tenait aucunement à porter sur elle cette odeur de graillon, et pour être franche, elle ne tenait pas non plus à rester en compagnie de ce justicier là, au bout du compte.

- Enfin, je suis de tout cœur avec toi pour ta... recherche.

Difficile de deviner si le ton est sarcastique ou si elle est sérieuse. Osera-t-on dire que Dieu seul le sait. Ses lèvres ourlées de son sempiternel sourire en coin, elle reprend donc sa route vers l'obscurité de la ruelle. Loin des lueurs des flammes et de l'odeur des corps que le feu ronge petit à petit. L'entrevue s'arrêtait théoriquement ici. Elle n'avait rien de plus à dire à l'encapuchonné. Elle agite brièvement la tête, en guise de salutation, et au croisement, s'engouffre vers la gauche, où à défaut de trouver de l'herbe plus verte, elle y trouve un climat bien plus viable d'après elle. Le feu et le sang passent encore. Mais le reste beaucoup moins.

À ce constat, la native de Gotham se perd dans une pensée introspective. Trop asociale ? Probablement oui. Mais elle ne pouvait visiblement pas supporter les manières des hommes. Ce qui lui disent quoi faire, qui la jugent, et qui se permettent de croire qu'ils ont quelconques possibilités de contrôle sur elle. Et quoi, devait-elle, parce qu'elle est une simple femme, se plier aux élans moraux du premier venu armé jusqu'aux dents ? Batman, Red Hood. Toute la clique... personne n'égale Sal, décidément. Chassant cette pensée d'une secousse de la tête, elle use de ses talents d'acrobate pour prendre de la hauteur. Quelques bonds depuis les escaliers de service, l'aide d'une chanlatte et la voilà bondissante et galopante, en route vers de nouvelles aventures.


[ HRP : Je te laisse conclure, du coup. J'avoue avoir vraiment beaucoup de mal à imaginer une collaboration sur quoi que ce soit entre eux, ni même une réelle raison pour qu'ils s'affronte au final du coup... impasse impasse, on risque de tourner en rond et... bah autant cloturer là et qui sait, voir pour une suite, plus tard pompom ]





MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Talk about Vengeance   Dim 19 Juil - 12:52

Hrp>
Spoiler:
 


Feat : Huntress is mighty, but I'm worse !





- Toi, toi, toi, toi, toi, toi, tu n'as pas de coeur !

Après les mots dur d'Huntress, elle finie par des mots de compassion. Jason sait qu'elle ne le pense pas le moins du monde. Après l'avoir entendu, il sait qu'elle n'a pas de coeur et que ses mots, ne sont que des affirmations fumeuse. Après tout, on attire pas les mouches avec du vinaigre.

- Red Hood n'a pas besoin de ta compassion venant d'un individu aussi faible, déguisé en strip-teaseuse. J'assume mon propre destin et mes choix. Mes crimes, ne sont pas fait au non d'une quelconque figure transmit par des superstitieux qui ne comprenne pas plus que toi la nature des choses. Je n'ai besoin d'aucune justification métaphysique, j'agis, celons ma propre volonté et j'assume les conséquences !

Puis Huntress soulève un point important. Récolter des informations parmi les petites frappe qui n'ont pas autre chose à faire que de violer les femmes et vendre de la drogue à des gosses. Cela à tendance à rendre Red Hood furax, car cela veut parfaitement dire, de manière subtil, qu'il ne maîtrise pas sa volonté.  

- Red Hood n'a pas le temps de faire un interrogatoire à des crétins, ni à débattre sur t'es opinions religieuse ou morale. Chercher, comprendre, traquer, patienter, frapper et tuer. J'ai eu de bons professeurs.   Mais si cela te dérange tant que ça que je bute des gangsters, puisque tu n'arrêtes pas de me marteler l'esprit avec ça. Vient me montrer par la force de t'es poing les convictions de t'es Injustices Huntress.

Red Hood pose son arme à feu dans la voiture et remet son masque rouge qui couvre entièrement son visage. Il retire sa capuche écarlate. Il craque ses doigts et sa nuque et lui tends les bras grand ouvert, comme pour la prendre dans ses puissant bras. En utilisant le signe des mains, il lui fait mine de s'approcher vers lui.





- Tu crois qu'on règle tous les problèmes avec de la salive, sale chienne. Je te lance un duel. Ou tu viens me botter le cul maintenant, ou bien, c'est moi qui réglerais la configuration ton cul, la prochaine fois !?

Red Hood fait un mouvement acrobatique, proche d'une dance de capoeira et brusquement, un poignard fend l'air comme une flèche et va lui couper une mèche de cheveux brun en plein vol jusqu'à aller s'encastrer profondément dans le mur derrière elle. Cette fois, peut importe à se qu'elle pense, ou lui dise. La situation étouffante n'avait fait que de s'empirer. C'est qu'Huntress n'avait pas compris depuis le début.

C'est qu'elle parle à un homme fou, voir totalement imprévisible, paradoxale. Même son raisonnement, difficile à saisir et remplit de paradoxe. Son humeur lunatique peu changer en un rien de temps, c'est ce qui fait de lui, un hors la loi dangereux. Le rejeton illégitime entre Batman et le Joker.

Mais, pendant ce temps, un groupe d'homme armé de fusil, de machette, de chaine d'acier commence à se faire apercevoir. Le feu à attirer les créatures de la nuit, qui vont transformer leur victime en pièce de puzzle.

Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Talk about Vengeance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Talk about Vengeance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: