Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Deux verres autour de grands projets.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeJeu 16 Juil - 23:52

Deux verres autour de grands projets
Jaina Hudson & Maximilien Shreck




Maximilien Shreck est une personne très intéressante, il est à la tête d'une marque qu'il a lancé lui-même et qu'il a répandu dans les plus grandes villes des Etats-Unis. Bien sûr cette marque vise une clientèle de mon type, et cela a marché car je possède moi même des vêtements de sa marque ainsi que quelques cosmétiques. Il est un homme que je respecte car il a un empire commercial et il est venu s'installer pour de bon à Gotham City. 

Je lui ai envoyé il y a 1 semaine un courrier pour l'inviter à un rendez-vous professionnel chez moi. La mairie toujours en ruine, je ne peux accueillir les gens que chez moi, malheureusement. J'aimerai pouvoir préserver ma vie privée et mes effets personnels mais je ne peux recevoir mes invités ailleurs. En attendant son arrivé je prends soin d'ouvrir une bouteille de vin, c'est Don Cesare qui m'avait donné cette idée.

Il était mignon et il avait du bon vin.

Tu trouves tout le monde mignon.

Ha non ça c'est faux ! Simon hurt c'est pas mon genre du tout.

Je pars dans ma salle à manger et y sors une petite nappe blanche en dentelle que je viens poser sur ma table basse du salon. Quand je reçois mes invités, j'aime qu'ils soient installer sur mon canapé car il est vraiment confortable, et c'est tout de suite conviviale. Je viens ensuite poser sur la table basse deux beaux verres à vin ainsi que la bouteille à côté de ceux-ci. 

Je me dirige dans ma salle de bain où je prends soin de me remaquiller un peu : mascara et rouge à lèvre sont mes petits atouts qui me donnent ce chic et ce côté féminin. Je pends ma brosse et je me recoiffe, je me fais un chignon pour être plus élégante. Les cheveux bien attachés sont toujours élégants. Je réajuste ma chemise, mes boucles d'oreilles, mon collier et ma longue jupe droite. Je ne mise pas tout sur mon physique bien sûr, j'ai un grand projet à lui confier et je suis sûr qu'il acceptera ou sinon cela allait être compliqué pour lui d'assurer son grand commerce. 

Je retourne dans le salon et j'essaye de remettre certains détails au propre, je replace mes coussins, je regarde s'il n'y a pas de trace de poussière et je réajuste les fleurs dans le vase se trouvant sur ma table de salle à manger. A peine ais-je le temps de contempler mon appartement que j'entends la sonnette de ma porte d'entrée. Je m'y dirige et regarde par le juda qui est présent, c'est Maximilien. Je me redresse, souffle un bon coup et me souhaite bonne chance pour ce rendez-vous très important, qui j'espère va aboutir. J'ouvre la porte d'entrée et je m'adresse à lui de mon plus beau sourire.

« Bonjour monsieur Shreck, je vous en pris entrez. » 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeVen 17 Juil - 8:41

Chapeau noir à carreaux gris, grande écharpe de flanelle et un tailleur qui lui va parfaitement, Shreck s'était préparé au galant rendez-vous de la jeune et nouvelle maire de Gotham City. L'appartement et le lieu choisi représentaient parfaitement l'idée que je me faisais de la nouvelle maire. Le Grand Hôtel Royal, celui de Gotham, un des appartements les plus spacieux de la suite, elle aimait le gout du luxe. Elle aimait tout ce qui avait attrait à la beauté, à la puissance, à la force. Elle devait avoir des gouts pour l'argent, au final, ce n'était qu'une petite fille pourrie gâtée qui attendait que le moindre de ses caprices soit assouvi par l'argent du père de la famille. Mais laissons ces abnégations de côté. L'invitation n'était pas sexuelle, les femmes ne sont pas ma passion, ni même ma raison de vivre dans cette vie où tout pouvait être achetable. Non. Pour tout dire, mes succursales à Métropolis, Keystone, et Washington avaient eu de bons rapports cette année, et même si Gotham City avait eu un échec de fréquentation en baisse avec toutes ces imbécilités orchestrées par Edward Nigma, je pouvais quand même obtenir une marge de profit qui me permettrait de rebondir aisément vers de nouvelles idées. C'est alors que l'idée première me vint en tête. Investir et créer une nouvelle centrale électrique. Gotham City en avait besoin, et mes affiliations avec les autorités me permettraient de faire venir un peu de travailleurs et les matériaux nécessaires. Mais voyons plutôt ce que la jeune et fraichement élue Jaina Hudson avait à dire sur la question. Trois coups de canne sur la porte pour annoncer mon entrée et un léger coup de sonnette. Le service d'ordre dans l'hôtel était devenu désastreux, et les gens se battaient pour avoir la moindre dose d'électricité nécessaire à leurs besoins. Dieu merci, tout cela serait bientôt terminé. J'espérais.


Bonsoir, mademoiselle Hudson.

On me fait entrer dans l'appartement. La jeune femme était plutôt jolie, elle passait mieux que sur les images du Gotham Globe. J'avais eu vent de ce projet, mais rien n'était encore vraiment fait, et pour tout dire, je ne m'attendais pas spécialement à un véritable accord. Les politiques ... Pour donner l'argent, ils sont là, oui. Donner surtout l'argent qui ne leur appartient pas, c'était plutôt véridique, mais ce n'était pas l'idée de départ et ni le moment de philosopher. On me fait signe de m'assoir dans un divan plutôt somptueux. L'appartement était un peu en bordel, vu que la nouvelle maire avait dû mettre ses nouvelles affaires de Maire dans ce lieu. Pour tout dire, cela ne me dérangeait guère. Au moins, elle semblait prendre les choses à bras le corps. Bien. On discuterait ardemment, mais bien. Retirant mon chapeau, j'avais fait un léger signe de salut en m'inclinant "légèrement" et en regardant avec une certaine attention ce qui m'entourait. Le baise-main n'était pas de mise après tout, et je pense que l'on pourrait avoir une relation juste professionnelle. Elle était belle, mais beaucoup trop jeune pour un vieux loup de ma trempe. Et puis ... Je n'avais pas envie de la balancer comme mon ex-femme. Quand une femme parle trop, ou quand elle est trop intelligente, elle peut devenir un poison qui coule lentement dans votre vie.


Vous êtes en beauté, mademoiselle Hudson. Ce léger parfum que vous portez ... Mimosa ... De Shreck's n'est-ce pas ?

Un léger sourire sur mon visage. Nul doute, elle tentait de me faire croire que j'étais en position de force. Et c'est ce que j'aimais pour tout dire. Quand Muhammed Shreck entrait sur le ring, il espérait bien plus qu'un simple contrat signé. J'espérais de la reconnaissance en tant que leader. Je tirais les fils, souvent, mais cette petite attention me faisait plaisir. Alors que je me pose dans un fauteuil, faisant attention aux coussins autour de moi. Je prépare quelques papiers que je sors d'un dossier dans ma valise. J'avais prévu cet entretien y'a une semaine. J'avais préparé mes papiers en bonne et due forme et normalement, il me restait plus qu'à en parler vraiment avec la nouvelle maitresse de la ville. Et si ça ne marchait pas ? Hmm laissons juste dire que les maires, ça va, ça vient. Et qu'un clampin de Gotham peut faire un petit boulot pour vingt dollars.


Bien. Je vous écoute. Quels sont vos besoins ? Vos désirs et je parlerais ensuite.

Toujours laisser une chance aux gens de parler. Les laisser vous inonder avec leurs désirs, leurs idées pour le bien commun, toujours laisser une chance avant que le loup ne dévore l'agneau. Au pire, ce ne serait pas une grosse perte. Je pourrais très bien ouvrir ma propre centrale et m'accaparer du marché actuel, tout en dégageant Gothcorps et LexCorps hors de la ville. Il n'y avait qu'un marché, et j'étais pour le moment, le seul sur la brèche. Il fallait le prendre, et ce serait le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeVen 17 Juil - 16:21

Deux verres autour de grands projets
Jaina Hudson & Maximilien Shreck




Il est très élégant et je suis ravie de pouvoir le rencontrer pour la première fois. Il dégage vraiment quelque chose de spécial, on sent qu'il se sent supérieur à tout, qu'il possède un empire à lui seul. Il se tient droit, bien habillé et se promène avec une belle canne, lustré avant de venir ici à mon avis. Je l'invite donc à rentrer et à me suivre. Je l'emmène à mon salon, en espérant qu'il ne fera pas attention à ce que je n'ai pas pu ranger, et je l'invite à s'asseoir sur mon divan. Je m'assois dans celui-ci et j'entreprend de servir le vin dans son verre puis dans le mien. 

« Vous êtes en beauté, mademoiselle Hudson. Ce léger parfum que vous portez ... Mimosa ... De Shreck's n'est-ce pas ? » 

Je dois dire qu'il connaît bien ses produits, ce n'est pas le genre de personne qui s'en fou de tout juste pour le fric. Je lui souris, pose la bouteille et je lui dis :« Merci beaucoup monsieur Shreck, et oui c'est cela, c'est bien Mimosa. »  Il sourit et s'assoies dans le fauteuil et ça a beaucoup de sens pour moi, il est le maître de la cérémonie ici. Je pousse un peu le verre de son côté tandis que je le regarde faire. Je le regarde prendre sa mallette et y sortir un dossier dont il en sort quelques papiers. Les affaires commence assez rapidement je dois dire. Je me redresse et colle mon dos au dossier du divan, j'ai bien besoin de prendre appuie.

« Bien. Je vous écoute. Quels sont vos besoins ? Vos désirs et je parlerais ensuite. » 

Il est aimable, il me laisse parler en première. Je prend mon verre de main, serre un peu mes doigts autour du verre et je commence.

« Et bien monsieur Shreck, vous n'êtes pas sans savoir que Edward Nigma, ce célèbre malfaiteur, a fait désordre et à cause de cela la ville ne possède que très peu d'électricité. Certaines personnes arrivent à en recevoir et faire face à ce problème mais je pense que nous devons résoudre ce problème au plus vite. Mon projet est de mettre en place une nouvelle centrale électrique et j'ai entendu dire que vous pensez la même chose que moi, je pense que nous pourrions manœuvrer ensemble ce projet qui nous tiens à cœur. »  




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeVen 17 Juil - 18:23

Je saisis mon verre et je l'écoute. Oui, elle était jeune, mais elle semblait avoir un certain intérêt pour la ville, un certain besoin de travailler pour Gotham City. J'aimais bien sa façon de parler, à bien m'y laisser prendre, je pourrais même entendre les éléphants, les couleurs vives de la soie et entendre les chutes du Gange. Elle était indienne, cela me faisait penser à la fabrique de Soder Cola dans laquelle j'avais investi. Avec de vrais morceaux de verre dedans, du verre pilé pour faire croire qu'il y'a un peu plus de liquide. Bien entendu, les différents scandales sont retombés sur Soder Cola et pas sur moi. C'était la seule chose qui importait. Mais l'argent investi m'avait permis de faire en sorte que Shreck puisse avoir des succursales sur quelques secteurs asiatiques. Une bonne chose oui. J'écoute, patiemment, distinctement, appréciant même l'alcool qu'elle m'offre bien volontiers. Tout est agréable, malgré le chaos à l'extérieur. J'apprécie et je savoure. Elle avait besoin de moi, et je me sentais comme un Roi qui vient saillir la jeune princesse endormie, avant de réclamer mon trône de souverain.


J'ai ce projet en tête en effet. Et bien entendu, il me faudrait quelques papiers pour rendre la procédure ... Disons ... Légale.

Je n'étais jamais un grand fan des procédures légales, mais elles étaient nécessaires, et surtout dans une ville comme Gotham City. Je ne m'attends pas spécialement à avoir un contrat direct avec la mairie, mais j'avais mes chances. Elle était belle, mais elle avait besoin d'une âme damnée, d'une ordure dans mon style capable de permettre une certaine avancée à la ville. Elle voulait sa centrale ? Je pouvais lui fournir les architectures et la centrale. Elle n'aurait qu'à sécuriser le terrain et je pourrais faire mes affaires.


J'ai le terrain en tête. Les ruines de l'ancienne centrale. Certaines infrastructures peuvent être renforcées et améliorées. Néanmoins, il me faudra la sécurisation du chantier. Si tout marche bien, votre centrale pourra déjà fournir à quelques pâtés de quartiers de l'électricité dans trois semaines. Petit à petit, cela augmentera et nous pourrons vraiment tabler sur quelque chose.

Mes ingénieurs avaient préparé ces plans il y'a de nombreux mois, à l'époque, je souhaitais faire une rénovation. Mais Sébastian Hady me refusait d'investir et d'avoir des parts dans l'électricité de la ville. Une belle ordure politique, mais comme je le disais, les hommes politiques, ça va ça vient, moi j'ai mon temps, et de l'énergie à revendre. J'aurais beaucoup d'énergie, et bientôt, je contrôlerais la centrale électrique de la ville entière. Nous ferions de grandes choses, c'était certain. De grandes choses, et je suis sur que nous aurions tout le temps de faire cela. Mais il me fallait être sur d'avoir les bons papiers et le soutien de la Mairie. Entre autre, il me fallait aussi le fait que Wayne n'interviendrait pas dans mes affaires.


Vous avez des remarques à faire ?

J'attendais de voir si elle pouvait suivre mon raisonnement. Gotham City avait besoin d'un meneur, d'une femme qui saurait prendre les bonnes décisions. Les bonnes décisions ? C'était moi qui les donnerait bien sur. Une femme ne peut réfléchir sans avoir une véritable aide. Et ce n'était pas Bruce Wayne qui conseillerait le mieux. Non, Wayne était un imbécile imbus de lui-même, sans classe, sans gout. Et je me ferais une joie de lui mettre cette affaire qui lui passera sous le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeSam 18 Juil - 13:51

Deux verres autour de grands projets
Jaina Hudson & Maximilien Shreck




Lui aussi il pense comme moi, il m'affirme que ce projet avait bien traversé son esprit. Nous sommes sur la même longueur d'onde et c'est plutôt un bon point, c'est comme cela que nous pouvons améliorer la condition de vie des Gothamites. Beaucoup de criminels seront bientôt enfermés et la sécurité sera de nouveau opérationnel avec la central qui pourra renaître. 

« Pour ce qui est de la procédure je m'en occupe, j'autorise le chantier et je peux vous fournir des papiers d'ici un court délais. Ainsi nous rendrons tout cela légal. »

« J'ai le terrain en tête. Les ruines de l'ancienne centrale. Certaines infrastructures peuvent être renforcées et améliorées. Néanmoins, il me faudra la sécurisation du chantier. Si tout marche bien, votre centrale pourra déjà fournir à quelques pâtés de quartiers de l'électricité dans trois semaines. Petit à petit, cela augmentera et nous pourrons vraiment tabler sur quelque chose. »

L'ancienne centrale faisait aussi partie de mon idée, pourquoi se casser la tête à reconstruire une nouvelle centrale ailleurs alors que celle-ci pourrait-être de nouveau opérationnelle ? Les écolos nous aurais fait la misère du monde avec une nouvelle construction ailleurs. Quoi que j'aurais aussi râlé sur ce sujet, je l'avoue.

« Je suis d'accord avec vous ce point. Pour ce qui est de la sécurisation du chantier, je ferais appel au GCPD ainsi qu'au peuple, je pense que certaines personnes voudront bien revivre une vie normal en ayant un boulot, sans doute à risque, mais un boulot tout de même, ça relancerait Gotham City dans sa nouvelle aire après tout : un emploi pour tous comme avant. »

Je suis sûre de moi et j'ai confiance en cet homme, il a envie que Gotham revive, sinon comment son commerce marcherai ? La ville est sur la bonne voie pour une nouvelle vie, un nouvel espoir s'offre à elle.

« Hum non, je n'en ai pas. Mais j'ai une question, monsieur Shkreck, avez-vous d'autres projets en tête ? »




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeDim 19 Juil - 12:17

J'étais satisfait. Là où Hady se refusait à mes entrées dans la vie de Gotham City, Hudson, elle, semblait intriguée, fascinée et même intéressée par mes projets. C'est à cela qu'on remarque les vrais visionnaires, ceux qui agissent dans le but commun pour le peuple. Cette femme était intelligente, et elle était à fond sur son temps, elle était un souffle d'air dans une ville encore habitée par les superstitions et les phénomènes urbains. Je n'avais rien contre Batman, du moment qu'il ne venait pas me faire perdre mon temps. Mais de là, à faire confiance en ce justicier, il neigerait en Enfer le jour où je confierais ma vie à un homme tel que lui. Avec un grand sourire, je laisse les papiers de la centrale bien en vue, bien à la vue de miss Hudson. Elle avait un grand intérêt, et elle pourrait même mobilisé des miliciens pour protéger les travaux de ma centrale. Le seul soucis, c'est que cette centrale pourrait être nucléaire, et qu'il pourrait y'avoir des rejets toxiques. Pour tout dire, je m'en fichais un peu. Les gens voulaient leur électricité ? Soit. Moi, je leur donnerais. Et avec une générosité non égalée. Elle réglait mes papiers, bien. Je n'aurais aucun problème avec ces ordures d'écologistes. La notion d'écologie, aujourd'hui, elle s'illustre aujourd'hui à hurler contre le progrès, contre l'avancée humaine, et à parasiter des places dans les conseils politiques d'une ville. Ce sont des gens dépendants du système, orduriers, et idiots. L'écologiste politique est une ordure non recyclable pour tout dire, comme le déchet radioactif, il faut l'enterrer sous terre pour que jamais plus, il ne reparaisse. Aujourd'hui, être écologiste, c'est se croire "jeune" et contre l'ancien ordre pour se faire élire, obtenir ses subventions, et une confortable retraite tout en se moquant ouvertement des vrais travailleurs. Oui, le vrai écologiste est un feignant, un parasite hors système qu'il convient d'exterminé dès la naissance. Dieu merci, aux USA, l'écologie n'est pas forte, et comme le communisme, elle n'avait aucune perspective d'avenir. God Bless the United States of America. Souriant comme toujours, je regarde la maire avant de finir mon verre.


Du travail comme on l'aime, mademoiselle Hudson. Clair, précis, et rapide.

Ah ! Elle avait des questions. Ce n'était clairement pas une nunuche là pour faire de la communication. Ni même une espèce de pantin dirigée par un quelconque clan conservateur ou démocrate. Non, elle semblait penser par elle-même, elle voulait savoir si j'avais d'autres projets. Bien sur, dans une ville comme Gotham City, on a énormément de projets. Tout est à refaire. Je ne sais pas si elle avait lu ses manuels d'histoires, mais à la fin de la deuxième guerre mondiale, il a fallu tout reconstruire, brique par brique. Je voyais Gotham City comme la France. Détruite, ravagée, pillée, humiliée, et ce serait moi, en guise de plan Marshall, pour redorer cette ville qui a tant souffert, et bien sur, j'espérais en tirer les énormes marchés qui allaient enfin sortir quand Nigma serait enfermé dans un trou profond, noir et sordide.


Bien entendu, nous avons tous des projets. Et pour ma part, je pense vouloir une place de choix dans la reconstruction de notre ville.

Soyons cash d'entrée de jeu. Jouons franc-jeu, et peut-être même que ça séduirait la nouvelle élue au poste de maire. Être sincère pouvait avoir des inconvénients, mais Jaina Hudson semblait être encore une novice de ce genre de jeu qu'était l'échiquier politique. Donnons lui la confiance dont elle avait besoin, elle n'oublierait surement pas ses proches alliés, et puis qui sait ? Peut-être que je pourrais la marier avec Chip. Elle avait le temps, l'argent et la position de maire. Un mariage arrangé, cela ne la dépayserait pas de son pays. Patience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeDim 19 Juil - 13:47

Deux verres autour de grands projets
Jaina Hudson & Maximilien Shreck




Je ne connais rien de Maximilien Shreck, mis à part sa fortune. Il veut aider Gotham et il l'aidera pour sûr, je lui fais confiance pour cela. Mais je suis plus réservée compte tenu de son pouvoir. Il possède la notoriété, le respect, l'argent, beaucoup d'argent et peut-être qu'il est une personne corrompue après tout ? Peut-être qu'il a des idées en tête qui ne sont pas très jolies à voir. Tout homme possédant beaucoup d'argent comme lui peuvent être de véritable ordure, des malfaiteurs et nous voyons ça avec Black Mask. Si cet homme, face à moi, et bon en ce moment, que pourrait-il bien se passer s'il basculait comme Black Mask ? Il serait difficile de l'arrêter je pense. Je garde mon verre en main, je bois un peu de vin en l'écoutant parler.

« Du travail comme on l'aime, mademoiselle Hudson. Clair, précis, et rapide. »

Il avait bien raison sur ce point, si tout ce passe comme prévu, la construction sera rapide. Je lancerai un appel pour des emploies différents : dans la sécurité et dans la construction. On aura besoin de beaucoup d'hommes pour que ce projet soit mener à bien et je pourrai aider Shreck financièrement. En ce qui concerne les papiers il faudrait que je fasse appel à mon assistante. Je me débrouillerais avec elle pour obtenir ces papiers autrement qu'à la mairie puisqu'elle est toujours en ruine.

« Bien entendu, nous avons tous des projets. Et pour ma part, je pense vouloir une place de choix dans la reconstruction de notre ville. »

Evidemment, je m'en doutais, il ne compte pas me parler de certains projets dont il a en tête, je ne le pousserai pas à avouer pour si peu.  Je bois encore un peu de vin, réfléchissant à ce que je pouvais bien lui demander ou lui dire. Quand j'aurai les papiers en main je remplirai ma partie et il n'aura qu'à remplir le reste, je lui enverrai, il me r'enverra et il n'aura qu'à commencer le travail. J'espère que cette entente fonctionnera.

« Ce n'est pas faux. Je pense tout comme vous, dis-je en souriant, je veux le bien de Gotham à tout prix. Je ne dis pas que je serais prête à faire quoi que ce soit mais presque, les gens méritent que l'on s'occupe d'eux et qu'on les réintègre dans une vie paisible plutôt que de continuer à vivre comme ils le font. »

Je le regarde, lui et ses paperasses dans une main et son verre vide dans l'autre. Les affaires ont été plus facile que je ne le croyais.

« Encore un peu de vin monsieur Shreck ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeDim 19 Juil - 17:21


L'avenir de Gotham City ... Prions pour un avenir valable.

Gotham City souffrait oui, c'était une évidence, mais je me moquais des gens. Les gens ne sont que des consommateurs, des porte-feuilles sur pattes sur lesquels on prélève. Ce ne sont que des moutons bêlants, à la recherche d'un hypothétique confort qu'ils n'auront jamais. Le but était de vendre du rêve oui, du rêve aux idiots. Les gens étaient suffisamment bêtes pour consommer, sans cesse. Le moindre objet, le moindre désir, ils étaient là pour le vouloir. Il suffisait d'un peu de publicité et nous pouvions vider de toute émotion, de toute inhibition les désirs d'un être humain. Balayés les consciences et les autres éthiques, la société de consommation se doit d'avancer. Tout, maintenant, et plus. Voila les maitres mots de la société de consommation d'aujourd'hui, et il fallait, à des hommes comme moi, de remettre les gens brisés par l'An Zéro sur les rails de la consommation et de l'argent-roi. Nous étions au sommet d'une Babylone, au sommet d'un monde où tous ne juraient que par l'argent, un monde comme cela, en permanence au service du besoin, des services, tous dépenseraient, tous étaient dépendants, et l'ère Zéro ne confirmait que ma théorie. Sans l'argent, et sans électricité, les gens étaient comme des drogués.


Je fusse tenté par la politique, mais Gotham est encore une ville trop ... Inconnue pour un homme comme moi. Je pense que cela vaut mieux que je reste en retrait de la vie politique. Je ne serais pas à mon aise. Néanmoins, si je peux conseiller, je peux offrir mes meilleurs talents d'économiste.

J'étais revenu à Gotham City en pleine ère Zéro et en pleine guerre de gangs. La campagne électorale avait déjà commencé et je n'aurais pas pu prétendre au poste de maire. Les gens de Gotham City ont encore en mémoire le terrible bilan d'Hady et de Hill. D'ailleurs, qu'était devenu le maire Fisher ? Il avait disparu, et laissé à Hady le fauteuil. Je me méfiais d'Hady aussi, trop proche de Carmine Falcone par le passé. Un dangereux concurrent qui pourrait ruiner mes affaires personnelles. Mon verre est vide et je demande poliment un second verre.


Une larme, je vous prie. N'abusons pas des bonnes choses.

Le vin était un des péchés de l'Homme. L'alcool, l'argent facile, les femmes. Il fallait apprécier les demi-mesures, et ne pas se goinfrer comme un diable d’épicurien. Même si je ne prêtais aucune valeur particulière pour les femmes, miss Hudson avait gagné une partie de mon respect, même si je la considérais comme un pion dans mes intérêts personnels. Elle pouvait se révéler utile oui, utile dans tous les moyens nécessaires, et pour tout dire, je comptais sur elle pour faire valoir les investissements Shreck's dans la future centrale. Surtout si cela pouvait nuire à Wayne Entreprises. Wayne était une gêne, de plus, un autre rival pouvait aussi s'incruster. Je parle de monsieur Oliver Queen, qui avec son entreprise, pouvait être une concurrence sérieuse dans ce domaine de compétence. Non, les avoirs de la centrale me reviendraient, ainsi que le juteux commerce de l'électricité. Les gens s'arracheraient leur confort à un prix d'or. C'était sur, c'était certain.


Je regrette une seule chose. Que cet électricité ne soit pas utilisé pour griller les monstres qui sévissent dans nos rues.

Le genre vieille école, j'étais un peu dedans pour tout dire. Et même si je devais l'avouer, la peine de mort était une façon valable de s'assurer le silence des gens, de ne plus les entendre, et surtout, de ne plus voir d'ennemis de la démocratie s'en prendre à celle-ci. Cela me faisait sourire, et dire que des gens croyaient encore en ce système éculé et archaïque. Comme si leurs votes comptaient réellement, à croire que les gens sont encore plus bêtes que je ne le pensais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeMar 21 Juil - 0:43

Deux verres autour de grands projets
Jaina Hudson & Maximilien Shreck




Il demande un prière pour l'avenir de Gotham, c'est ce que je pense aussi. Elle en a bien besoin, une prière pour elle et tout ses concitoyens. Un peu d'espoir ne peut pas faire de mal après tout, même si ce n'est que de l'espoir, une lueur de bienveillance pour sûrement rien de retour, des promesses en l'air.

« Je fusse tenté par la politique, mais Gotham est encore une ville trop ... Inconnue pour un homme comme moi. Je pense que cela vaut mieux que je reste en retrait de la vie politique. Je ne serais pas à mon aise. Néanmoins, si je peux conseiller, je peux offrir mes meilleurs talents d'économiste. »

Trop inconnue ? Ben ça va, il a pas des chevilles trop enflées ... Je ne pense pas que Gotham City soit une ville trop inconnue mais il est vrai que ce serait plus le genre de personne à vouloir devenir maire de New York, Chicago ou Atlanta. Offrir son aide en économie ? Ce serai intéressant oui, mais je préfère penser qu'il m'aidera assez pour ce qui est de la centrale pour l'instant. Je n'ai pas envie que nous nous égarons trop loin. Je regarde mon verre encore plein, je bois quelques goûtes tandis qu'il me dit :« Une larme, je vous prie. N'abusons pas des bonnes choses. »

Bien entendu Shreck. Je pose mon verre et prends la bouteille en main afin de servir mon invité. Comme il me le demande, je le sers raisonnablement puis je repose la bouteille pour reprendre mon verre en main. Pour ce qui est des papiers je vais devoir contacter Alice, j'espère qu'elle ne viendra pas maintenant en plein rendez-vous.

« Je regrette une seule chose. Que cet électricité ne soit pas utilisé pour griller les monstres qui sévissent dans nos rues. »

Je ne m'attendais pas à de tel pareil, je suis d'ailleurs un peu perplexe, moi qui suis contre la peine de mort je crois que je vais avoir du mal à lui répondre en voulant être en accord avec cet homme afin de ne pas tourner le vin en vinaigre. Je le regarde et lui sourit légèrement. 

« Je préfère voir les monstres qui sévissent dans nos rues en de bonnes mains et contrôlés comme il se doit. Si l'a vie leur a été donné, je pense qu'ils doivent en connaître les désagréments et les châtiments jusqu'à ce que leur vie leur soit reprit de la manière la plus " naturelle " possible. C'est une réflexion qui ne plaît pas à tout le monde, je l'accorde, mais je suis de cet avis. C'est certes un peu cruel de voir enfermer des hommes dans une cage et contrôler par des psychiatres et des médecins mais je refuse qu'ils soient abattus comme de vulgaires animaux. »

Je fini mon verre et que je serre légèrement dans ma main, je me sens un peu faible face à Maximilien Shreck, face à son pouvoir surtout. Et face à lui je pense beaucoup à Anarky, à ce qu'il représente et ce qu'il est pour moi. Lui qui déteste les riches en général, être en face de Shreck devrait être un supplice pour lui, je pense qu'il voudrait bien lui mettre une bonne mandale. En pensant à lui, je retrouve un peu le sourire, ça me remonte légèrement le moral. 

« Avez-vous quelque chose de prévu en ce qui concerne la sécurité autour de Blackgate et de Arkham ? »




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeMar 21 Juil - 9:43

Aaah voila le talon d'Achille de la jeune femme. Voila son innocence dans sa plus grande splendeur, voila la maitresse de maison qui montre son véritable aspect. Une humanitaire, comme c'est charmant. C'est grâce aux humanitaires que le monde tournait rond, avec ces gentils gens qui hurlaient des cris larmoyants, qui chantaient des pamphlets engagés pour la paix dans le monde, c'était d'un navrant pour tout dire. Mais c'était ça qui faisait la vague des temps actuels. Après la guerre du Vietnam, les humanitaires étaient là pour cracher sur nos hommes, bien sur, Shreck's avait investi dans les armes à cette époque, mais je ne m'en souciais guère. L'Amérique voulait faire la guerre, et nous avions tout fait pour servir notre pays du mieux que nous le pouvions. Avec un léger sourire, je porte mon verre de vin à mes lèvres, tout en l'écoutant parler de l'asile d'Arkham. Ses pensionnaires sont monstrueux, tous, dangereux, et ils n'attendaient que d'être libres pour nous tuer, tous. Les uns après les autres. Je n'étais pas d'accord avec elle, oui, et je préférais lui dire ce que je pensais à ce propos. Les criminels d'Arkham ne méritent aucune considération. Et les chiens fous doivent être abattus. Que faisons-nous quand un chien à la rage ? Un coup de fusil. C'était propre, net, et sans bavure, et au moins, le troupeau ne risquait plus la rage.


Pour ce qui est de la sécurité, Shreck's n'est pas vraiment au point. Mais peut-être que Wayne Enterprises pourrait répondre à votre demande.

Je détestais faire de la pub à Wayne, ce richard insipide et flambeur. Rien que de l'imaginer me remerciant de l'avoir aidé à avoir ce marché de la défense des instituts pénitentiaires me débectait. Wayne était un parvenu, un arriviste, qui avait tout obtenu de sa famille. Il n'avait jamais travaillé, jamais rien fait de sa vie, et il se permettait de nombreuses choses. Tandis que les vrais travailleurs, eux, prenaient des risques. Mais nous n'étions pas tous comme Wayne. Un jour, il faudra que quelqu'un le descende. Peut-être que je demanderai à Deadshot, ou à Deathstroke, cela dépendrait de leurs disponibilités.


Je pense que le personnel d'Arkham devrait être renouvelé. Pouvons-nous faire confiance en des médecins qui ont vu des évasions successives ? Et la plupart aurait aidé les pensionnaires à s'en échapper ... Qu'en pensez-vous ?

Les malades de Gotham City. La folie avait bon dos, et comme ils étaient généralement arrêtés par Batman, certains des procès étaient avortés, ne laissant aucune chance aux victimes de faire un deuil décent des familles. Mais cela ne durerait pas. Un jour, tout le monde est de nouveau confronté à son passé. Et cette fois, les aliénés ne passeraient pas à côté de ça. L'air ambiant était agréable, et malgré le fait que la pénombre s'était emparée de la ville, je rêvais de voir tout ça enfin terminé. J'avais hâte de travailler pour cette ville, et d'en récolter les fruits de mon investissement. Observant une nouvelle fois la jeune femme, je repose mon verre avant de reposer une dernière question.


Pensez-vous que vous irez jusqu'au bout de votre mandat sans tomber dans la corruption ?

Lançai-je sur une question évasive, normale, presque neutre. J'étais curieux de connaitre le degrés de vertu de notre maire toute-puissante après tout. Elle était celle qui devait nous guider vers des lendemains plus radieux. Radiance dont je serai seul à me charger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeMar 21 Juil - 21:18

Deux verres autour de grands projets
Jaina Hudson & Maximilien Shreck




Il porte son verre à vin vers lui et se délecte du liquide avec un léger sourire. Il a l'air de plutôt bien réagir à ce que je lui ai dit, ou bien il se moque de moi. De toute façon, quoi qu'il pense, je n'en ai rien à faire. Je le vois réfléchir à ma question, en finissant de boire et de goûter le vin. Je ne m'attends à rien, ce n'était ni une proposition de projet pour lui. J'espère qu'il n'aura pas pris cette question comme telle. Certes, il aide pour la central, mais s'il laisse une trace de lui partout, j'ai bien peur qu'il veuille encore bien plus.

« Pour ce qui est de la sécurité, Shreck's n'est pas vraiment au point. Mais peut-être que Wayne Enterprises pourrait répondre à votre demande. »

CHIC CHIC CHIC ! On va revoir Bruce Wayne et ses bonnes mains ?

Je préfère donner cette tâche à Brunce en effet, il est plus dans ce domaine là : la sécurité. Je devrai songer à la revoir, il m'aiderait à ce sujet et me conseillerai sûrement à propos de Park Row, comment pourrais-je l'a faire revivre ... Quoi que, je doute. C'est bien le lieu où ses parents ont été assassinés si je me souviens bien.

« Je pense que le personnel d'Arkham devrait être renouvelé. Pouvons-nous faire confiance en des médecins qui ont vu des évasions successives ? Et la plupart aurait aidé les pensionnaires à s'en échapper ... Qu'en pensez-vous ? »

« Ceux qui ont aidé des pensionnaires à s'échapper de Arkham devrait être remplacé oui, mais ceux qui ont vu des évasions en sont sans doute pour pas grand chose, ce sont des médecins et non des gardiens.  C'est une chance de les avoir sur cette île d'ailleurs, je ne pense pas que beaucoup de médecins sont assez intéressés pour assister des fous et des criminels pareils ... »

Arkham est le dernier endroit où je voudrai me rendre, mais je pense qu'un jour je vais finir par faire une ronde à cet endroit. Je serai ravie de rencontrer le Joker face à face, lui, attaché de tous les côtés, ne pouvant rien faire, juste il m'écoutera et je parlerai. Beaucoup trop de personnes sont à Arkham pour moi, comment ces gens ont pu devenir des monstres aussi cruels ? 

« Pensez-vous que vous irez jusqu'au bout de votre mandat sans tomber dans la corruption ? »

Alors ça c'est une question ! Je ne m'y attendais pas vraiment. 

Pour ma part, je suis une femme corrompue monsieur Shreck, elle c'est une sainte ni touche.

Je bois un peu de vin et je pose mon verre sur la table basse.

« Je ne suis pas ce genre de personne, dis-je en levant mon regard vers lui. Je veux être juste, je veux que ma ville soit bonne pour mes concitoyens, je ne veux pas que des gens viennent me mettre des pots de vins sur mon bureau en échange de service douteux ou de magouilles en tout genre qui aurai des répercutions négatives sur la ville ou même sur moi. Je marque un temps puis je reprends : Je vous enverrais les papiers pour la reconstruction de la central hydraulique dans moins d'une semaine. »




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeMer 22 Juil - 11:41


Vous seriez étonnée de ce que peuvent faire les fous, mademoiselle. Ils sont capables de tout, même du pire. Notre société démontre que nous avons un ensemble de règles, d'éthique, mais eux, eux sont capables du pire. Il faut un dispositif capable d'empêcher le chantage et des représailles sur les familles des travailleurs de l'asile d'Arkham.

Un léger sourire perle sur mon visage. Elle était amusante, naïve, mais amusante. La plupart des gardiens de l'asile avaient tous eu au moins un problème lié avec l'asile. Alcoolémie, violences conjugales, dépression, et parfois, même, certains médecins trouvaient eux-mêmes leur place parmi les autres pensionnaires. Oui, c'était amusant, si ce n'était pas si pitoyable. Limite, il faudrait des robots, des gens impossibles à atteindre dans tous les domaines, mais encore, c'est la limite de l'improbable. Les gens ne peuvent pas devenir des machines sur demande. Elle m'expose alors sa vue sur les possibles tentatives de corruption. Bien, nous avions une Sainte Nitouche en guise de maire, à elle l'innocence de la brebis, à moi les magouilles de Satan. Je me chargerais d'être son âme damnée, après tout, j'étais un peu là pour ça non ? Il fallait jouer finaud, et rester dans ses petits papiers, mais au moins, elle avait répondu à ma question. J'aimais savoir à qui j'avais affaire lorsque je traitais avec de nouveaux alliés.


Vous me pardonnerez si je vous ai offensé, mais j'aime savoir avec qui je traite. Les gens de nos jours, ne sont plus aussi bienveillants qu'à mon époque.

Les excuses, les salamalecs, les formules de courtoisie, tout ça sentait le bonbon bien enveloppé, le truc qu'on enrobe de miel pour mieux faire passer la pilule. Ce n'était pas que cela ne me dérangeait pas, mais je me devais de respecter un tant soit peu, si j'y arrivais, mon interlocutrice. Elle me faisait diablement penser à un petit mouton qui vient de naitre, qui découvre le vaste monde, et à qui il faut accorder sa protection, sinon elle finirait dans l'assiette du grand méchant loup. Théoriquement, c'est moi le grand méchant loup, mais parfois, les loups peuvent revêtir certaines formes pour arriver à leur fin. Qui croquera la petite Jaina Hudson ? Bonne question. Pour ma part, je prendrais ce qui me revenait de droit, à savoir le marché total de la nouvelle centrale. Une fois en mon pouvoir, je dicterai la loi à Gotham City. Et après, je m'approprierai le reste de la ville, morceau par morceau. Shreck's ouvrirait de nouvelles succursales, elle s'étendrait, comme une pieuvre dans toute la ville. Qu'importe si cela devait ruiner les gens. Les gens ne sont que de la ressource au final. Ils consomment, construisent, travaillent toute leur vie, et ensuite, ils sont remplacés par la génération suivante. Le cycle normal des choses. C'était la plus grande merveille du capitalisme occidental. Travailler, pour payer la santé que l'on perd pendant toutes ses années de labeur, alors qu'il y'avait bien sur, d'autres moyens de vivre, mais quand on a besoin d'argent, et que le seul moyen de vivre était d'en avoir, et bien il fallait se ruiner la santé pour gagner de l'argent, qu'on dépensait à nouveau pour soigner une santé bien fragile. Et combien d'employés ne profiteraient jamais de cet argent accumulé ? Combien d'entres eux mourraient du cancer, des maladies, des opérations et du reste ? L'argent perdu ? Mais il revenait au gouvernement par le biais des impôts et par les frais de succession, la boucle est bouclée. Votre argent ne vous appartiendra jamais dans votre vie, nous serons toujours là pour ponctionner l'argent de vos gouvernements, nous vous paierons des salaires de misère, et on vous reponctionnera, encore, encore, et encore. Les merveilles du capitalisme résident dans le fait de donner de l'espoir à la plèbe, de faire croire que l'égalité des chances puisse marcher, de faire croire que chaque citoyen est unique et qu'il peut apporter une contribution. Les rêves sont magiques n'est-ce pas ? Le système ne changerait pas, et l'an Zéro avait beau être une réalité en terme d'anarchie, cela ne durerait pas. Le système revient toujours, toujours et encore. Sitôt tout cela terminé, la boucle reprendrait de plus belle.


Oui, les papiers de la centrale hydraulique. Oui, je chargerai mon fils, Chip, de se charger de contacter les ouvriers et les dérogations pour les travaux.

Pour le moment, j'avais plutôt raison. Que dire des gens qui croyaient ce que l'on voulait leur faire croire ? Sous couvert d'une centrale hydrolique, pour le moment, j'attendrais le feu vert pour construire une centrale nucléaire par la suite. Cela ne viendrait pas forcément maintenant, mais disons que j'avais des actionnaires qui paieraient une fortune pour investir dedans. Le nucléaire était plutôt juteux en terme de marché, et puis, à quoi bon la vie d'une bande de ratés et de marginaux alors que cette centrale pourrait permettre de fournir de l'électricité sur les cent kilomètres autour de Gotham City ? Oui, risquer des vies ne me dérangerait pour ainsi dire, pas du tout.


Besoin d'autre chose pour votre ville, mademoiselle Hudson ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeMer 22 Juil - 18:21

Deux verres autour de grands projets
Jaina Hudson & Maximilien Shreck





Il me parlait de ces travailleurs à Arkham et y établissait son jugement. Je ne savais pas trop quoi en penser, j'ai toujours honoré ces gens travaillant auprès de ces criminels et de ces fous. Jamais je n'aurai pu aller travailler là-bas. Cette discussion me fait penser à Simon Hurt, ce psychiatre que j'avais rencontré au galas de charité pour les orphelins de Gotham City. Il est d'un naturel très calme et a travaillé un petit temps à Arkham mais avec l'attitude qu'il avait, j'aurai pu juré qu'il avait ressentit des choses là-bas qui ne l"ont pas laissé indifférent. Je me demande s'il n'a pas un peu déteint sur les fous de l'endroit. Après avoir répondu à sa question sur la corruption je me demandais s'il ne l'était pas notre cher Shreck. 

« Vous me pardonnerez si je vous ai offensé, mais j'aime savoir avec qui je traite. Les gens de nos jours, ne sont plus aussi bienveillants qu'à mon époque. Oui, les papiers de la centrale hydraulique. Oui, je chargerai mon fils, Chip, de se charger de contacter les ouvriers et les dérogations pour les travaux.

Vous ne m'avez pas offensée, soyez en sûr. Vous avez le droit de demander et je vous ai répondu avec toute franchise. »

CHIP ? Hahahahaha ! Mais c'est ridicule!

Ça doit être un pseudonyme, White.

« Oui pourquoi pas, dites lui qu'il y a beaucoup de citoyens qui aimeraient travailler pour cette reconstruction, qu'il lance un appel. »

Il est vraiment bizarre ce gars.

Tu trouves ?

Je le sens pas du tout. Il a quand même une grande entreprise, donc beaucoup beaucoup de fric, il peut faire ce qu'il veut. Il va falloir la jouer serrer je pense.

Tu as sûrement raison.

Il va te prendre pour une faible, enfin tu l'es déjà.

Je ne te permet pas !

« Besoin d'autre chose pour votre ville, mademoiselle Hudson ?

- Pour le moment c'est tout monsieur Shreck. »

Je lui souris aimablement, il ne s'occupera seulement que de cette affaire. La central est déjà un très gros chantier, il fera l'affaire jusque là.

« Je pense que notre entretient est terminé, n'est-ce pas ? A moins que vous ayez quelque chose à me demander. »




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitimeJeu 23 Juil - 10:19


Notre entretien est terminé oui, nous avons fait le tour, et je pense que d'ici une semaine, une fois les papiers signés, nous commencerons la reconstruction de Gotham City.

Des nouvelles avaient effleuré Shreck à propos d'un investissement de LexCorps à Gotham City. Une bien mauvaise idée s'ils venaient à s'installer dans Gotham, Shreck ferait tout pour assurer la fin de l'égèmonie de Luthor dans sa ville. Métropolis avait déjà succombé à Luthor, pas question que Gotham soit aussi une prise de guerre de ce vieux chauve idiot. Luthor n'était pas idiot, non, le mot était mal choisi. Dangereux était un mot qui allait comme un gant à Luthor, un homme dangereux, imperturbable, et il fallait le cerner avant qu'il ne pose la moindre griffe dans Gotham City. Mais pour le moment, cessons de nous soucier de lui. Luthor n'avait pas encore posé le pied dans la ville, et il restait en dehors de la juridiction de Gotham. Pour le moment, tout se passait comme prévu. Je me relève et j'adresse un franc sourire à la jeune femme fraichement élue maire de la ville. Je repose mon chapeau sur la tête avant de saluer une dernière fois.


Madame, je vous souhaite la bonne nuit.

On est gentleman ou on ne l'est pas. J'avais cette légère impression que tout allait bien dans le meilleur des mondes capitalistes. Gotham City était morte financièrement, mais elle renaitrait, puissante, et soutenue par le groupe Shreck's. Le monde ne peut se former que grâce à l'argent, valeur universelle et mondiale. L'argent assurait le contrôle sur la populace, l'argent permettait de piller les ressources naturelles d'une planète en évolution. Car oui, au final, l'évolution est bien humaine. Quand on y pense, si les animaux meurent, c'est qu'ils sont trop faibles pour survivre. Seuls les plus forts restaient en vie, et c'était bien là notre point commun avec les animaux. Les faibles meurent dans l'indifférence, tandis que le puissant domine. Mais nous avions tout fait pour que ce soit d'une meilleure manière possible. Nous donnions l'impression aux gens qu'ils pouvaient eux-mêmes réussir, une belle invention pas vrai ? Ils sont condamnés à des existences minables, tandis que nous les exploitions. Nous leur donnions du rêve grâce aux médias et aux télévisions, et ils achètent, achètent, achètent. Tout ce fric qui tourbillonne en permanence. Et quand on ne sait pas quoi faire, et bien on trouve une nouvelle arnaque pour aspirer le dur labeur gagné par l'ouvrier d'une quelconque façon que ce soit. L'argent revenait toujours dans nos caisses. Que ce soit par la stupidité des états et des gouvernements, ou par l'achat frénétique dans une société où tout se marchande. La vie n'existe pas, ce n'est qu'une erreur pour bobos.
Un léger sourire sur mes lèvres et je me dirigeais d'un pas assuré vers la porte de l'appartement. Je l'ouvre et j'en sors, comme j'en étais rentré. Pas de salamalecs, pas de protocoles, rien. Ce genre d'hypocrisie me faisait en somme bien rire, car nous ne pouvions décemment pas accepter qu'une telle chose puisse encore exister. Jaina Hudson n'était pas une souveraine, au final, elle a eu beaucoup de chance dans une élection tendue. Oui, Jaina Hudson a eu de la chance. Wayne, Sionis, et les autres auraient pû gagner. Enfin, je préférais elle que de faire mes courbettes à Wayne. Il n'avait rien d'un meneur, encore moins d'un maire. Sortant du couloir, je prend la direction du rez-de-chaussée. Un pas assuré, tandis que le directeur de l'hôtel me confie qu'il y'avait d'autres clients potentiels qui pourraient être d'une grande utilité dans l'avenir de la ville. Parfois, un billet bien placé à la bonne personne pouvait vous ouvrir des portes ...

Gotham City était à moi. Et à moi seul.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Deux verres autour de grands projets. Empty
MessageSujet: Re: Deux verres autour de grands projets.   Deux verres autour de grands projets. I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux verres autour de grands projets.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: