Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gun Metal Grey [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Gun Metal Grey [Libre]   Mar 30 Juin - 16:13

-RP Libre - Seulement aux justiciers, GCPD et les âmes errantes-
Tous les trois jours sans réponse, Black Mask empoche 100 millions $.




Gotham City - Le Bowery - 16h44;  50 jours après An Zéro.



Cinquante jours après la coupure de courant perpétué par l'Homme Mystère. Gotham City à sombré dans l'ombre et la décadence. Les habitants sont tous devenus fous, mais dans son chaos anarchique apparent. Il existe des établissement, toujours fonctionnelle et hautement sécurisé et c'est le cas de la grande Banque de Gotham. Une place forte ou il y a tout le fleurons de la pègre et des riches qui cachent leur butin. L'argent n'étant pas le plus nécessaire en ce moment, sachant que le ravitaillement des vivres est devenue l'objet de tous les attentions.

Mais, à l'extérieur des murs de la ville. C'est toujours l'argent qui fait la loi et Black Mask a besoin d'argent. Son commerce métallurgique étant fermé, il a perdu beaucoup de bénéfice, et il est donc temps de renflouer ses caisses. Ainsi par ses plans machiavélique, se jour sanglant va être écrite dans l'histoire de Gotham. Dorénavant, le crime se passe même en plein jour.

A l'extérieur du bâtiment de Gotham. Plusieurs voiture transformer en tank se gare en face du bâtiment. Comme à son habitude, les habitants dans se quartier de la ville essaient tant bien que mal à préserver une vie normal. Il y avait donc beaucoup de monde à cet heure si à la banque. Mais cela n'arrête pas une trentaine d'hommes masqués lourdement armé de pénétrer dans l'enceinte du bâtiment. Un coup de feu, un garde tombe sur le sol, un cri, c'est la panique.

Un homme portant un masque de clown, rappelant le Joker, sort un magnétophone. Une voix électrique en sort.


" C'est un braquage tout le monde à terre ! "



Les Braqueurs portent tous des masques de cirque. Comme les animaux, des monstres, des clowns, et même le président Nixon et Kennedy se trouvent parmi eux. L'un d'eux s'approche du caissier et lui fracasse le tête sur sa table. Son nez est en sang, le banquier n'a pas le temps de comprendre se qui se passe. Il lui braque son fusils d'assaut sur la tempe.  Pendant se temps, des hommes masqué forme des groupes d'otage et leur force à porter des masques. Surement une méthode classique de dissimulation afin de ne pas repérer les agresseurs des victimes. Un groupe d'homme se charge de nettoyer la résistance et d'abattre tout ceux qui osent s'interposer sur le chemin.




Les soldats masqués s'engouffrent dans les profondeur du bâtiment jusqu'au coffre fort. L'un des hommes portant un masque de singe sort une perceuse dans son sac et viole le mécanisme du coffre fort. Ce n'est qu'une affaire de quelques minutes. Pendant ce temps, l'alarme retentit, mais un dernier homme sort du lot avec sa démarche étrange et son masque clownesque. Etrangement il possède exactement la même voix que le Joker.  Il s'avancent dans la foule en prie à la terreur.

- Désolé de gâcher votre train train quotidien. Si tout le monde reste calme, je vous ne vous promet pas que vous sortirez tous vivant d'ici. Alors, n'hésitez pas à crier, pleurer ou pisser dans votre froc, plouf ! On vous utilisera à la fois, comme otage, chair à canon et pourquoi pas comme une colonie de vacance. Tout est possible, vous n'avez qu'à imaginer un peu Ha ha ha.....

On entends le bruit d'un talkie walkie attaché à sa ceinture.

- S'ayez boss, j'ai percé le coffre fort.

Le clown en chef fait un geste de la main et tous les hommes masqués se mettent en place. Un camion poubelle perce le mur de l'enceinte et pendant se temps; les hommes commence à vider le cash grace à leur sac de sport tour à tour. En attendant que tout se mettent en place, plusieurs hommes ont sécurisés la zone comme l'entrée principal et même le toit. Le clown en chef, s'installe à l'accueille, pose un petit sablier et dit à travers le micro.



Ladies and gentlemen, que le Spectacle commence... Ha ha hua ha


-----------

Effectifs 30 hommes lourdement armées avec des gilets par balle, et des talkie walkies.
Trois tanks composés d'une machine mitrailleuse et d'un bazooka.
Une cinquantaine d'otages, dont 25, portent des masques de carnaval.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Gun Metal Grey [Libre]   Mer 1 Juil - 13:50

Gun Metal Grey
Libre
Je n'ai jamais trouvé les articles de Alexander Knox intéressant. Pourquoi ? Parce que lui et ses journalistes faisaient beaucoup de commérages et rien de pertinent. Néanmoins, un articles m'attirai plus que les autre. Je feuillette l'édition du 29 juin et je tombe sur cet article central qui vise l'interview avec notre nouveau maire. Je ne lui donne pas 2 mois avant sa démission. Cette femme est une riche qui ne doit connaître que le luxe et rien d'autre, malheureusement. 

« Encore sur ce journal lieutenant ? Me dit une jeune recrue.

- Comme tu vois ... Je regarde l'interview du maire avec Alexander.

- Je l'ai lu aussi, je trouve qu'elle pourrait être bien. »

Être bien, c'est ce que tout le monde voulait, mais on ne se méfie assez jamais des gens. Tout en lisant l'article, je pointe du cigarette au bout de mes lèvres puis l'allume avec un briquet que je repose doucement ensuite. Je prends une bouffée de cette merde que je soupire ensuite. 

« Lieutenant, monsieur Gordon ne veut pas que l'on fume dans l'enceinte du GCPD.

- Au point où on en est ... »

Elle me casse les pieds celle-là. Je fume encore une bouffée puis j'éteins ma cigarette en l'écrasant sur le cendrier qui était devant moi. Mais oui quelle logique, j'ai un cendrier devant moi mais je ne peux pas fumer à mon bureau, quel comble. Je vois arriver en vitesse un officier se présentant devant moi, précipité mais quelque peu terrorisé.

« Qu'est-ce qu'il y a Danny ?

- On vient d'appeler, il y a un cambriolage à Bowery, c'est un assez gros coups. »

Qu'est-ce que c'est encore que ces conneries ? Je me lève, prends ma veste et resserre ma ceinture où s'y tient mon revolver. Je sors en vitesse, je vois tout le monde me regarder de manière étrange et je me dis que personne n'est au courant. Je les regarde et leurs dis de venir immédiatement avec moi pour une intervention d'urgence, certains ne sont certainement pas prêt mais c'est à moi de diriger cela. Je fonce dehors avec plusieurs officiers et nous grimpons dans plusieurs voitures. Dans celle que je monte habituellement je vois Danny au volant, je le regarde de travers pour lui faire comprendre que c'est moi qui conduit. Il se déplace gentiment en vitesse, je monte, démarre la voiture et on part pour Bowery. 

« Qu'est-ce que tu sais d'autre ?

- C'est une témoin de la scène qui a appelé, il y a trois ... Tank je dirais.

- Comment ça " je dirais " ? 

- A la description elle parlait de trois grosses machines de guerre aussi grosse que des bagnoles.

- Qui viendrait faire un cambriolage avec des tanks ?

- Je n'ai pas réponse à tous, lieutenant. »

Nous arrivons enfin à la banque, nous restons un peu à l'écart pour éviter de se faire attaquer directement. Je constate que Danny avait raison, des espèces de tanks étaient positionnés face à la banque et l'enceinte avait été percé par une sorte de camion. Dans quel monde on vit je vous jure. 

« Descendez. »

Nous descendons, laissant nos portes ouvertes afin de s'en servir comme bouclier.

« Vous trois, allez sécuriser le périmètre en vitesse. »

Je prend aussi vite que je peux le talkie dans la voiture pour transmettre un message au GCPD.

« A toutes les unités, il y a un cambriolage à la banque de Bowery, il y a trois espèces de tank et il doit y avoir un sacré monde à l'intérieur que ce soit en otage ou en criminel. Je demande que le SWAT rapplique en vitesse. »

Je le repose puis sors mon revolver pour surveiller autour de moi. Des bruits se font entendre depuis l'enceinte de la banque, j'espère qu'il n'y aura pas trop de bavure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Gun Metal Grey [Libre]   Mar 7 Juil - 21:12

Après l'appel de Bruce, l'archer compris bien rapidement que ce dernier avait besoin d'aide pour lutter contre le crime qui ne cessait d'augmenter dans sa ville. Ne posant pas plus de questions, acceptant d'aller aider son ami,Oliver réunit rapidement ses affaires : globalement quelques vêtements et surtout, son costume de Green Arrow, son carquois et son arc. 
Maintenant tout était prêt il n'avait plus qu'à quitter sa ville : Starling City et rejoindre celle de Bruce : Gotham City. Il jeta un dernier coup d'œil à son repère, Mia s'occuperait bien de la ville pendant son absence, il ne devait pas s'inquiéter. Il salua la jeune fille et alors, Oliver partit pour Gotham City... Au bout de plusieurs heures de routes, l'homme finit par arriver à destination
Il fut surpris de voir la situation actuelle de la ville, il avait déjà vu Gotham précédemment, enfin il avait déjà dû s'y rendre, et la différence entre aujourd'hui et sa dernière visite était évidente. Bruce avait été assez bref lors de leur conversation téléphonique, il avait dit à Oliver qu'il lui expliquerait tout ce que la ville venait de vivre lorsqu'il arriverait... Et en effet, Ollie aurait besoin d'explications. 
Mais, l'archer n'eut pas temps de souffler que des mouvements attiraient son attention, des policiers plus exactement, il se rapprocha un peu d'eux et put alors entendre ce qui se disait dans les talkies-walkies des officiers.
« On nous signale un cambriolage à Bowery. Il y avait beaucoup de monde présent dans la banque à cette heure-ci. Faut qu'on y aille et vite ! »
Oliver ne se posa pas plus de questions, certes il venait d'arriver, mais il ne pouvait pas laisser des vies se faire menacer. Le blond avait toujours son sac à la main, il se précipita dans une ruelle qui était déserte en enfila son costume de justicier : Green Arrow était officiellement à Gotham City.
Une fois qu'il avait mis son costume, son masque et qu'il avait bien son arc en main, le justicier suivit la voiture des officiers qui se rendaient à l'endroit. Il ne savait pas vraiment à quoi s'attendre, il avait réussi uniquement à entendre quel été la nature de l'incident et que des gens étaient pris en otage. Il fut donc surpris de découvrir les espèces de tanks.... Les personnes qui étaient à l'intérieur : les responsable de cette prise d'otage devaient être nombreux. Mais peu importe, il fallait agir.
Depuis l'endroit où Oliver était arrivé il put apercevoir des hommes armés sur le toit et également des hommes présents au niveau de l'entrée principale... Mais Green Arrow avait besoin d'entrer pour secourir les civils.
Queen possédait une flèche reliée à une corde, c'est ce qu'il utilisait à Starling lorsqu'il avait besoin de rejoindre le toit d'un bâtiment, et il semblerait qu'une fois de plus, il utiliserait cette flèche pour grimper... Il pouvait compter une dizaine d'hommes...
Le justicier lança alors sa flèche et rejoignit rapidement le toit, par chance les hommes ne l'avaient pas vu ni entendu, bien, maintenant plus qu'à se débarrasser d'eux. Depuis l'endroit où Oliver se trouvait il pouvait apercevoir un premier groupe assez proche, bon, il pourrait les attaquer par derrière et les assommer... Il ne prit pas la peine d'y réfléchir à deux fois et arriva derrière un homme, il l'assomma à l'aide de son arc, puis il recommença la même démarche plusieurs fois... Voilà, il venait de se débarrasser du premier groupe, mais maintenant, il fallait s'occuper des hommes restant et cela n'allait pas être si simple puisqu'ils avaient remarqué le justicier.
Parmi sa panoplie de flèches et surtout grâce à la richesse d'Oliver Queen qui lui permettait d'avoir des flèches plus technologiques que d'autres, Green Arrow pouvait compter une flèche explosive... Il dû agir rapidement, les hommes commençait déjà à saisir leurs armes pour lui tirer dessus...Après avoir évité les premières balles qui étaient destiné au justicier, il bandait alors son arc et jeta la flèche vers eux.
Les hommes étaient maintenant à terre, l'explosion les avaient eux aussi assommés. Maintenant, il ne manquait plus qu'à trouver une entrée et aller secourir les civils.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Gun Metal Grey [Libre]   Jeu 9 Juil - 19:48

Spoiler:
 

GOTHAM IS OURS !



L'arrivée des forces de l'ordre ne s'est pas faite attendre. Tout le bâtiment est encerclé et à la place du commissaire Gordon, c'est son adjoint Sarah Essen qui prend place de la situation. Mais dans les toits, deux hommes étaient postés et trois à l'intérieur qui surveillent l'entrée. À la vue d'une ombre, d'un intrus, un homme portant une capuche verte échange des coups de feu contre trois hommes masqués.

-Merde, c'est qui celui-là?




- Au rapport les empotés, qu'est-ce qui se passe ? C'est Batou ? Mais il n'apparait jamais en plein jours !!!!!! Dit le clown en chef par le talkie walkie.

- Ce n'est pas Batman, je n'ai jamais vu se type. Il se bat avec des flèches... C'est qui ce mec ? Robin des bois ?!

- Il vient voler sa part du gâteau pour restituer au pauvre Hi hi hi... S'écrie le clown masqué qui saute comme un idiot tellement qu'il est content d'avoir l'extase du pouvoir.  Vous connaissez le plan, exécution.

- Bien patron.

Des otages sont forcés à porter des masques et quelques hommes se cachent dans la foule afin de ne pas se faire repérer. En attendant le clown en chef sort de la salle de contrôle et prépare trois otages. Il y avait le directeur de la banque sa secrétaire, et un homme riche issu de Russie. Le clown en chef inspect leur visage tour à tour puis il les tapote sur la joue.

- Ne vous inquiétez pas mes chers amis... Vous nous servirez d'épouvantails !  On entend des cris de panique.

- Qu'allez-vous faire de nous. Tonna la femme courageuse.

- Oh mais pas grand-chose, on va vous tenir en laisse ! Apporter les chaines et pendez-les... Sauf la femme, je vais prendre un plaisir à lui refaire le portrait !

Les hommes masqués attachent de force des chaines autour des coups des deux hommes et les balances littéralement à la fenêtre mains et pieds liés. À l'extérieur, le public et la police peuvent voir deux corps propulser à travers les hauts étages brisés les baies vitrées et être suspendu par le coup. C'est une scène effroyable... Déjà deux morts. Cela servira d'avertissement à qui souhaitent entrer ou sortir. Le clown en chef continue sa mascarade à travers les hauts parleurs de l'enceinte. On peut entendre partout sa voix à l'intérieur.

- Nous tenons des otages, toutes personnes qui s'opposera à nous, sera exécuté, fumer, dépouiller et liquider. Le clown force la femme à se pencher vers le micro et à parler de son désespoir dans les hauts parleurs.



- A l'aide faite ce qu'il dit où ils nous tueront tous. N'entrez pas à l'intérieur je vous en prie.

Le clown lui tire les cheveux pour la forcer à se taire.

- HI HA HA HA HA HA AHABHAAHAIHIOHOIOIHOIHOIHOIHOIHIOHIO HUUUUU... *rire sarcastique et totalement débile* Même Batman sera résigné face à une telle situation.

Les hommes restants décident de se cacher parmi les otages, mais un camion poubelle a eu le temps de se remplir, puis s'en va et va disparaîre dans les troubles de la circulation parmi plusieurs autres camions poubelle qui passent dans le quartier et s'en vont tandis qu'un autre arrive pour le remplacer. Les hommes continuent à vider les coffres et se passes les sacs.


Le chef des clowns décide d'appeler son patron Black Mask. Black Mask par son téléphone satellite est  à plusieurs centaines de kilomètres de la banque dans un havre de paix, loin dans les profondeurs des zones industrielles, tristement le Black Mask se trouve dans son bureau et reçois un appel d'urgence puis entame une conversation avec le clown criminel masqué. Ils échangent des mots...





Black Mask donne ses ordres de la suite de son plan, puis le clown raccroche et commence à rire aux éclats.



- À qui parlez-vous ? Réplique l'otage féminin blessée.

- À l'un des hommes les plus dangereux de Gotham.

- Le Joker ? Réplique t'-elle.

-Non, il est Gotham en personne.

Pendant se temps, l'arrivé de Sarah Essen à provoquer 5% de trouble dans la mise en oeuvre du plan de Black Mask. Green Arrow comme il est entrer discrètement, il n'a pas affecté le cours des opérations.


---------------------------


Effectif : 3 hommes mit K.O par Green Arrow.
Effectif totale : 22 criminels actifs.
Otages 25 portes des masques et 23 sont emprisonnés.
2 réponses, retirent : 200 millions.
Black Mask à déjà volé un totale de 200 millions $.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Gun Metal Grey [Libre]   Ven 10 Juil - 19:28

Gun Metal Grey
Libre
Mes officiers étaient tous prêts, ils étaient en place pour une éventuelle attaque même si l'entraînement manquait cruellement à certaines recrues. J'aurai aimé que Gordon soit là, malheureusement il était retenu ailleurs pour une autre mission. Je regarde autour de moi et je constate que le SWAT n'a toujours pas répliqué. 

« PUTAIN ! »

En vérité je n'ai jamais aimé le SWAT, c'est une organisation qui prend sa place dans nos QG du GCPD et se croit supérieur à nous parce qu'ils pensent avoir plus de responsabilité alors que nous étions déjà là avant pour prendre soin de Gotham, ce que nous avons réussis auparavant et que nous réussissons toujours.

Je regarde soigneusement l'entrée et les alentours, je vois que sur le toit se trouve trois hommes armés. 

« Baissez-vous, tous, maintenant. »

Je baisse la vitre de ma portière et je m'accroupis afin de me protéger. En ce qui concerne la vitre ouverte ce n'est qu'un moyen de faire passer mon pistolet à l'intérieur même si c'est cette manière de faire est assez dangereuse. C'est alors que des coups de feus se font entendre. Je me redresse et j'aperçois un homme avec un arc sur le toit tuant un par un les hommes armés. Comment était-il allé sur le toit ?!

« Qui c'est ce mec ? »

Le toit est libre mais cet homme est étrange, il sort de nul part et le voilà entrain de tuer ces hommes. Je fais signe à 4 officiers de me suivre, et je demande à un autre d'appeler les urgences pour qu'ils soient là afin de pouvoir ramener chaque blessé et chaque morts de notre patrouille. Nous nous dirigeons vers les tanks, nous nous y cachons derrière en espérant trouver un homme dans chaque tank. Les autres officiers nous regardent, toujours cachés derrière leurs portières tandis que nous nous jetons dans la gueule du loup. Je préfère mon silencieux que je l'installe au bout de mon arme. Deux officiers et moi ouvrons le tank derrière lequel nous étions cachés puis assez rapidement je tues deux hommes d'une balle dans la tête se trouvant à la commande de l'engin. J'entre à l'intérieur et le met hors service tandis que les officiers surveillent mes arrières. Je sors de l'engin et nous nous dirigeons vers le second en espérant que nous réussirons la même opération. 

A l'instant où nous désirons partir à l'attaque on entend des vitres se casser. Je me penche et j'aperçois deux civils ligotés et pendu. Des employés ou des clients sans doute. Nous nous cachons à nouveau en espérant que personne ne nous ai vue de l'intérieur. Il reste encore peu de temps avant que d'autres personnes soient tuer.

J'entends à l'instant une voix résonnant à l'intérieur du bâtiment grâce aux vitres brisées.

« Nous tenons des otages, toutes personnes qui s'opposera à nous, sera exécuté, fumer, dépouiller et liquider.

- A l'aide faite ce qu'il dit où ils nous tueront tous. N'entrez pas à l'intérieur je vous en prie.

HI HA HA HA HA HA AHABHAAHAIHIOHOIOIHOIHOIHOIHOIHIOHIO HUUUUU ... Même Batman sera résigné face à une telle situation. »

Face à un psychopathe pareil, je sens que la journée va être longue, rude et pas très amusante pour nous tous. Nous nous redressons assez vite pour ouvrir le deuxième tank, un officier se trouvant devant moi prend une balle dans le pectoraux par celui qui commande la machine. Je tire une balle dans le bras de l'adversaire puis je l'abat d'une balle dans le cou. Je rentre à l'intérieur, met hors d'état la machine et j'entends une balle tirée d'un de mes officiers. Il vient d'abattre un criminel se trouvant juste derrière moi. 

« Merci Danny, il faut transporter Taylor jusqu'aux véhicules. »

Deux officiers s'emparent de celui qui m'a protégé tandis que je vais me cacher derrière le troisième tank en rechargeant mon arme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Gun Metal Grey [Libre]   Sam 11 Juil - 18:23

Après s'être débarrassé du groupe d'hommes présent sur le toit, Green Arrow entendit alors des bruits de vitre brisé. Il fronça les sourcils. Qu'était-il entrain de se passer ? Rapidement une voix d'homme se fit entendre.
« Nous tenons des otages, toutes personnes qui s'opposera à nous, sera exécuté, fumé, dépouillé et liquidé » s'en suivit alors une voix de femme, effrayée.
« A l'aide ! Faites ce qu'il dit, où ils nous tueront tous! N'entrez pas à l'intérieur je vous en prie !» puis, une nouvelle fois, la voix du même homme.»
«  HI HA HA HA HA HA AHABHAAHAIHIOHOIOIHOIHOIHOIHOIHIOHIO HUUUUU ... Même Batman sera résigné face à une telle situation »
Oliver se rapprocha de l'endroit d'où les bruits de vitres et les voix venaient de se faire entendre. Certes, il était encore sur le toit, mais en se penchant légèrement, il pouvait apercevoir les corps de deux civils pendus dans le vide et ligotés.
Il secoua la tête et soupira, mais, d'autres bruits semblèrent retenir l'attention de l'archer ; il tourna la tête pour observer le bas du bâtiment, les forces de l’ordre commençaient à s'activer, il vit une femme et quelques officiers se diriger alors vers un tank, le deuxième précisément. Il regardait ce qui se passait et pouvait apercevoir qu'un des hommes venait de se prendre une balle. La femme qui était présente avec l'homme tira alors à l'intérieur, sûrement sur la personne qui venait de tirer sur son coéquipiers.
Mais bref, Oliver n'était pas venu ici pour observer ce qu'il se passait depuis un toit. Clairement, il ne pourrait pas agir seul pour sauver les otages à l'intérieur de la banque. Autant aller aider le GCPD.
Le justicier banda alors son arc, et réutilisa la flèche qui lui avait servit à rejoindre le toit de la banque, sauf que cette fois, il tira la flèche de façon à rejoindre le sol.
Finalement de retour en bas, le justicier regarda d'abord comment les choses avait évolué durant ce court instant : il put apercevoir deux hommes du GCPD portant un de leur collègue, visiblement celui de toute à l'heure, celui qui avait été blessé. Il put également voir que la femme avait rejoint le troisième tank. Oliver couru pour rejoindre le troisième tank où la femme se trouvait, si jamais des hommes se trouvait à l'intérieur elle aurait peut être besoin d'aide, et puis, au moins il pourrait après, voir avec elle comment agir en s'alliant pour s'occuper des hommes à l'intérieur.
Naturellement, la femme pointa son arme en direction de l'archer.
« Je suis de votre côté » dit-il avec sa voix modifié. Après quelques minutes de doutes, la femme fini donc par secouer la tête. Et se retourna alors pour ouvrir le troisième tank. Une fois de plus un homme se trouva à l’intérieur, et lorsqu'il avait entendu la jeune femme ouvrir le véhicule, c'était retourner vers elle et le justicier pour leur tirer dessus.
Dés que la policière avait commencer à ouvrir le tank, Oliver avait bandé son arc, la flèche prêt à atterrir dans le premier adversaire qu'il croiserait. C'est donc pour cela, que quand l'homme apparut dans son champ de vision, il laissa partir la flèche, évitant ainsi à Sarah de ce faire tirer dessus.
Oliver resta derrière pendant qu'elle était monté à l'intérieur désactiver le mécanisme de ce tank.
Une fois fini, la femme rejoignit le justicier.
« Comment compter vous entrer ? » toujours avec sa voix modifié « Comment puis-je vous aider ? » une fois de plus, Green Arrow jugea bon de s'allier avec les forces de l’ordre, ensemble, ils pourraient être plus réactif. 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Gun Metal Grey [Libre]   Dim 12 Juil - 17:47


" Putain, la nouvelle ... J'ai jamais vu une tarée pareille ... Enfin, si, mais en général, elles sont à Arkham, et elles ont des pseudos à la con ! "

Il était question de deux bonshommes, lourdement armés, dans la contre-allée où les camions étaient chargés.

" C'est une Irlandaise, c'est normal. Ils sont tous complètement malades. J'ai entendu dire qu'une fois, en braquant une banque de D.C., l'un de ses mecs était tombé à terre ... Elle lui a piétiné les burnes jusqu'à ce qu'il se relève ... "

Ce fut précisément à ce moment-là qu'une détonation se fit entendre, et qu'on vit un policier dégringoler en rebondissant mollement sur les rambardes d'un escalier d'évacuation avoisinant. Il s'écrasa au sol en face des deux gaillards, comme sortit de nul part, dans une flaque de sang et de matière cérébral très odorante, sur laquelle sa casquette vint calmement atterrir en virevoltant gracieusement.
Ils étaient endurcis, ces braqueurs, mais ils ne manquèrent pas de sursauter. Celui-là, ils ne l'avaient pas vu.

" Hey ! Arrêtez d'garder avec vot' cul ! Sacré putain d'bordel, c'est moi qui doit faire tout l'putain d'boulot ? "

La demoiselle au joli masque jeta son sac à l'arrière du camion, alors que les deux autres la regardait, un air mi-surpris, mi-effrayé derrière leurs propres masques.
Elle se tourna vers eux, pour recommencer à les invectiver, principalement :

" Qu'est-ce qu'y a, branleurs ? Vous avez jamais vu d'paires d'nichons de vot' vie ? " elle pointa du doigt le toit d'où venait de tomber l'officier de police, " Les flics sont là-haut, et là-bas, à moins qu'vous m'preniez pour une fliquette. Si c'est le cas, j'vais m'prendre ma pause pour vous montrer comment j'la fais à la SWAT : dans le dos, furtivement, et mortellement. Mortellement, putain. J'vais vous ouvrir le bide et jeter les viscères dans les égouts pour donner à bouffer aux putains d'alligators ! Faites vot' boulot maintenant ! "

D'ordinaire, ce genre d'invectives ne motivait pas vraiment les braqueurs, qui étaient tous dans la catégorie que l'on aurait qualifié de "Primo-malade". Il fallait seulement considéré qu'au royaume des fous, cette maniaque-ci rentrait dans la catégorie "A-Plus-Primo". En effet, car ...



Quelques temps auparavant, au début du braquage :

" Ok, joyeux contribuables américains : on va jouer à un p'tit jeu ! " la dame épaula son fusil vers la foule, et spécifiquement vers le guichetier, " Il est pas compliqué. Ça s'appelle "Tu bouges, je tire", c'est vot' tour ! "

La petite voix flûtée et guillerette à l'indécrottable et barbare accent irlandais rendait la scène surréaliste. La détonation qui se fit entendre, avec l'écho du hall et le tintement métallique de la douille percutant le sol en marbre, la rendit proprement effrayante. On aurait presque dit un conte de Grimm, si les frères Grimm s'étaient mis à écrire les scénarios de Michael Mann.
"Le conte du Leprechaun braqueur de banque"

" Peeeeer-du ! " claironna-t-elle, alors que le guichetier s'effondrait, le doigt sur l'alarme silencieuse et un trou dans la tête, et le volet derrière lui recouvert d'esquilles crâniennes et de morceaux de cervelet.



Et l'on ne considérait pas ce qu'il s'était passé, un peu après, avec l'arrivée de la police, et surtout, d'un curieux justicier à la capuche verte :

En fait, la situation avait été épineuse. Pendant que les hommes accrochaient des masques à des civils ou se cachaient parmi eux, l'Irlandaise étaient occupée, avec son masque sur le visage et un casque sur les oreilles à improviser quelques pas de danse en chantant à tue-tête, dans le plus parfait mépris de ce qu'il semblait se passer aux alentours.

" I'm a street walking cheetah with a heart full of napalm ! "

On voyait bien qu'elle avait les yeux fermés et qu'elle n'en avait strictement, mais alors strictement rien à foutre de ce qu'il se passait aux alentours, même lorsqu'on la rappela à l'ordre.

" I'm a runaway son of the nuclear A-Bomb ! "

Profitant du bandit qui essayait de secouer sa collègue mélomane, un otage observa avidement la porte d'entrée.

" I am a world's forgotten boy ! The one who searches and destroys ! "

Voyant que les tentatives de prendre contact ne prenaient pas, et qu'il essayait toujours, l'otage tenta le tout pour le tout, en courant vers la sortie.
Là, l'Irlandaise attrapa le Revolver des mains de son collègue, et vida froidement quatre coups dans le dos du fuyard. Elle marcha ensuite jusqu'au corps agonisant, et appuya un certain nombre de fois sur la gâchette, braquée vers la tête, avec sa tennis sur le dos de la victime. Histoire qu'elle ne bouge pas.
Au bout d'un certain nombre de clics signifiant que l'arme était vidée de ses munitions, l'autre gangster vint pour récupérer son jouet, osant un furibond :

" C'est quoi ton problème, putain ? "

Ce à quoi elle répondit :

" C'est quoi ton problème ? Il s'enfuyait, putain ! T'avais une tâche à remplir ! Une, putain, de tâche, et tu réussis à la faire avec le cul ! "

Et elle ne s'arrêta pas là, puisqu'elle alla se tourner vers les autres otages, son fusil calé contre son épaule gauche, canon vers le haut :

" Voilà ! J'espère qu'c'est clair ! Maintenant, tout l'monde reste bien calme, sage et silencieux en laissant la gentille petite dame irlandaise écouter Iggy Pop, et celle-ci n'aura pas à vous éviscérer putain de vivant ! "



Forcément, revenu au présent, un tel comportement avait pour effet d'amplifier la teneur de tout les propos de la "petite dame irlandaise". En bons professionnels, les deux vigiles sécurisant le lieu de récolte s'en retournèrent à veiller, en tremblant légèrement. Il n'y avait pas à douter qu'un homme qui aurait fait montre d'autant de brutalité absurde n'aurait été qu'un malade parmi autant de malades. L'avantage avec les femmes, c'était qu'elles avaient plus à prouver, mais que toutes leurs actions étaient amplifiées au-delà du raisonnable.
Et alors que le camion finissait d'être chargé, elle monta sur le siège passager, se déshabillant complètement et rangeant ses affaires et ses protections dans un sac de sport, sous les yeux étonnés du conducteur.

" C'est bon, tu te rinces bien l’œil, branleur ? R'gardes d'vant toi, putain ! Et files-moi ton portable, j'ai un message à passer ! "

Elle enfila en vitesse une tenue d'éboueur, en attrapant le téléphone que lui tendait le pilote, qui venait de démarrer. L'Irlandaise, elle, en tapotant sur le clavier du cellulaire, marmonnait d'un air entendu comme pour elle-même :

" It's nawt about the mawney ... It's about sending ... oi ... messoge ... "

Loin de là, dans un abri sûr, le téléphone de l'Homme au Masque Noir afficha un message :

Code:
J'aime beaucoup l'imitation de moi ! J'espère que tu ne m'en voudras pas de récupérer des droits d'auteur ! AHAHAHAHAHAH <3

- XOXO Joker

Elle ouvrit la fenêtre du camion, s'époussetant une longue chevelure rousse à l'air libre.

" Qu'est-ce que t'envoyait, comme message, " tenta le chauffeur, " si c'est pas indiscret, hein ... "

" Oh, mais c'est pas indiscret, mon chou. " répondit-elle en sortant un boitier à quatre antennes qu'elle posa derrière le siège conducteur, " C'tait un message au boss. J'le double. C'pour ça qu'j'mets un brouilleur d'ondes derrière toi. T' sais, pour la police, et les balises GPS, tout ça. "

" Quoi ? Mais ... Ca veut dire ... De ... On partage ? "

Il eût pour réponse un couteau dans la gorge, et un solide coup de pied pour le dégager de la cabine.

" Nope. Backstab. " répondit-elle en libérant complètement ses cheveux, en retirant son masque et en prenant place au volant, " J'm'appelle Layla Miller, et j'aime foutre la merde. "

Elle passa la tête par la fenêtre conducteur, pour beugler encore bien fort, le majeur dirigé vers l'arrière, la banque, les braqueurs et même la police.

" Sock on dis, Batman ! Ai'm cawmin' fawr you ! "



Quelques moments plus tard, au quartier général de la police, on vint frapper au bureau 404, et on entra sans même attendre la permission.

" Je n'ai pas dit "Entrez". " asséna l'inspectrice, allongé sur un canapé au fond du bureau, un linge sur les yeux et un tube de paracétamol sur sa table de travail. Tout les volets étaient fermés.

" Le braquage, en centre-ville ... "

" Oui, j'avais prévenu. Vous n'aviez qu'à m'écouter, ce ne sont pas mes affaires. J'enquête sur des vrais crimes, moi. "

" C'est juste que ... Vous nous aviez dit de rester vigilant sur un ... masque ... en particulier ... "

" J'imagine que vous l'avez trouvé. Sinon, vous ne viendriez pas me prendre le chou comme ça. "

Il posa une série de photos du braquage, dont l'une où la jeune femme en question faisait un "V" de la main au photographe, le paume de la main vers elle et le masque relevé. Le photographe avait du être un sniper posté sur le toit d'en face et il semblait que le sujet de la photo savait pertinemment qu'elle était photographiée, et s'en jouait : un tel signe de la main équivalait dans le monde britannique à un doigt d'honneur, et ce masque relevé ne laissait aucun doute sur son identité.

" On l'a identifié : Gráinne Ni Mháille, 28 ans, née à Derry, le 30 Janvier 1972, de parents tués lors du Bloody Sunday, qui n'ont pas pu être identifiés. Recherchée activement par la police britannique pour actes terroristes. Liée à l'I.R.A. Poursuivie en Europe pour multiples vols, effractions et attaques à main armée en Irlande du Nord, Ecosse, Angleterre, France, Belgique et Allemagne. Elle se serait manifestée récemment lors de multiples braquages entre New York et la capitale, et elle aurait atterri à Gotham quelques jours avant ... eh bien ... L'"Accident". C'est du lourd. Du gros calibre. D'ordinaire, on laisse ça au F.B.I ... Bordel, il paraît qu'elle aurait attaqué toute seule une base de la Royal Air Force en Ecosse ! C'est le D.E.O, qu'il faut prévenir ! "

Layla Miller laissa tomber son linge et vint se pencher sur les photos, son étoile de David pendant par-dessus son décolleté dans ce qui aurait pu être une très belle démonstration de tenue non-professionnelle, si elle en avait seulement quelque chose à carrer. Elle soupira et se frotta les yeux, face à la panique que suggérait son collègue.

" On ne prévient personne. On peut régler ça nous-même, " souffla la jeune arabe, " il faut juste qu'on mette le grappin sur elle avant Batman, sinon, ça risque d'être moche. "

" Elle veut ... tuer Batman ? Elle pourrait ? "

" Je sais beaucoup de choses mais ... non. Je ne sais pas ça. C'est Batman, il trouverait un moyen de s'en sortir. Non, c'est surtout pour la population entre elle et Batman que je crains. C'est ... Eh bien ... Il faut imaginer le Joker, l'humour en moins. Va me chercher du café, et va dire aux autres que les seuls autorisés à tenter de l'arrêter sont le S.W.A.T., elle tirera sur tout ce qui représente de près ou de loin une marque d'autorité, en cas d'engagement. "

L'officier de police hocha la tête, avant de sortir du bureau, laissant l'inspectrice Miller seule à seule avec l'Irlandaise rousse. Evidemment, elle n'avait pu exprimer ce pourquoi elle cherchait à arrêter spécifiquement cette femme, ni même pourquoi on ne se réveillait que maintenant sur une fille qui, semblait-il, était une compagnie de démolition sur pattes.

" Gráinne Ni Mháille ... " tourna-t-elle dans sa bouche, en le répétant à plusieurs reprises, pour elle-même, " Layla Miller ... Jeune fille ... Nom de Dieu, à quoi est-ce que tu pensais ? C'est ça, ta revanche sur la Chauve-Souris ?.. "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gun Metal Grey [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gun Metal Grey [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: