Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Mer 24 Juin - 8:05



DOSSIER N° : 6797ACPLEASANCE9667


Nom : Carol Pleasance
Prénom : Alice
Alias : Personne
Sexe : Féminin
Nationalité : Anglaise
Date de naissance: 02 août
Lieu de naissance: Norwich - Angleterre
Rhésus: +O

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Situation familiale: Célibataire
Autre information: Autrefois secrétaire des Wayne Entreprises, Alice est désormais au chômage et à petits contrats.


Génétique du patient
Taille : ~1m60
Poids : ~50 kilos
Description physique du sujet : Petite mais pas naine, grande mais pas géante. Alice est entre le long et le court et comme toutes femmes de son âge - dans la vingtaine - elle n'est pas spécialement marqué par les rides ou la sagesse, juste peut-être un peu par la fatigue et le stresse. Elle n'est pas non plus bien rembourrée, n'étant pas bien formée comme les mannequins taille plus des magasines. Elle se suffit d'un petit bonnet et d'une mince taille qui contrastent avec son rond postérieur. Ses teintes à elle sont pâles, discrètes tandis que son visage, lui, est expressif et coloré de rouges babines. De timides traits découpent son portrait, n'y a qu'un bout de nez légèrement courbé et de grands yeux bleus qui décorent véritablement ce faciès. Puis l'un n'est pas sans l'autre, tout comme ses petits traits, ses bras, poignets, mains, os en général ne sont pas bien épais, juste assez pour la soutenir, mais sans plus. 

Son style à elle est généralement la chemise, jupe, tailleur, robe et ce qui reste des plus habituels, le style un peu rétro et fantaisiste à la fois, dépendamment de son humeur. Ses couleurs tournent autour du bleu, gris, blanc et noir, parfois le rouge et rarement le vert. Elle préfère rester dans ses standards que de se transformer en arbre de noël.

Pour les détails, elle porte parfois des escarpins, espadrilles et dans de rares cas des scandales. Elle se limite aux bottines, bottes, chaussures plates ou pour la maison des pantoufles, simple comme elle est. 

Elle garde aussi précieusement une passe dans ses cheveux qu'elle n'enlève que très rarement, voir juste au coucher.
 Capacité physique du sujet : Alice n'est que très peu imposante, voir totalement invisible dans certaines situations. Sa voix est faible, pâle, discrète. Elle n'est d'autant plus pas très forte physiquement, petite et fragile, elle n'a pas non plus la capacité ni la volonté à manipuler ou faire une quelconque propagande dans son entourage. 
Comportement potentiellement à risque : S'il y a une personne qui ne représente pas un réel danger, c'est bien Alice. N'étant ni dangereuse, ni malicieuse, Alice ferait partie des gens considérés comme "inoffensifs".



Profil psychologique
« J'ai, jadis été naïve, aveugle...

Stupide.

Il n'y a pas si longtemps, j'étais perdue dans mon monde, j'étais éloignée de la réalité, croyant que le monde était gentil et sage comme je l'étais. Je me suis laissé manipulée, je n'ai pas réfléchit une seconde à ce qui pouvait se produire. Pas une seconde. Je regrette, je regrette amèrement ce que j'ai négligé, ce que j'ai bien pu laissé passer. J'étais amoureuse, j'étais sur un petit nuage et je ne me posais pas une seule question, je croyais être protégée, je croyais que la vie me serait avantageuse pour le restant de mes jours, mais elle m'a bien fait réalisé que j'avais tord, et pas qu'un peu.

Je ne suis plus la Alice que j'ai été dans le passé, je ne suis plus une petite fille, pas même une petite femme. J'ai grandi, j'ai mûrie. Je me suis transformée en une petite machine, qui ne cesse de réfléchir, d'analyser, d'observer. C'est à peine si je crois encore en ce muscle, qui bat, dans ma poitrine. Bien sûr, je ne me considère pas comme quelqu'un de dangereux, je suis encore la jeune et gentille petite fille d'il y a quelques années, mais seulement lorsqu'il en est nécessaire. Je donne à ceux qui le méritent, pas à ceux qui le demandent.

Je vois désormais le mal du bien, je n'arrive même plus à voir le bien du mal. Je suis désespérée, j'ai été brisée, trahie, je me suis fait remplacée. Il est difficile présentement pour moi d'avoir à nouveau confiance. J'ai peur, je suis effrayée. Il y a des nuits où je vois tout en noir, qu'il n'y a que les larmes pour m'accompagner. Je ne vois plus le sens de ma vie, je ne connais plus l'humain comme je l'ai connu. Corrompu, cruel, sanglant. L'humain n'est plus ce à quoi je m'attendais, l'homme tue pour lui, pour la nourriture, l'argent. L'homme tue pour le plaisir.

Je suis maintenant froide, méfiance, éloignée. Les conneries humaines nourrissent chaque jour ma misanthropie. Si bien qu'il n'y a pas une journée où je ne suis pas exaspérée.

Dans les petites heures de la nuit, mon cerveau part en vrille, il réfléchit, tourne autour de quelque chose, un détail. J'analyse, trouve, cherche encore. Je sais que je peux encore me tromper, je connais l'erreur, mais je ne passe pas outre, plus maintenant.

Docteur, je n'arrive plus à accorder ma confiance à l'être humain, je suis si malheureuse, il n'y a plus un jour où je me dit qu'il n'y a rien derrière tout ça. Car je me dit ;

Nous ne sommes jamais dans la tête de notre prochain. Jamais.

Il n'y a que nous-même en qui nous pouvons complètement avoir confiance. »




Antécédents et suivi du patient


« Marie ? ... Marie ! Tu es là ? »

Cherchant sa soeur, de gauche à droite, ses yeux se promenèrent. Elle parti au salon, continuant dans la cuisine, s'immobilisant dans le bureau. Un sourire vint fendre son visage à la surprise, les yeux soudainement éclairés par l'homme en face.

« Billy ! »

Mais avant qu'elle ne bondisse, l'homme en question présenta ses mains avant qu'elle n'aie le temps de faire quoique ce soit. Son air était meurtri, ses yeux, éteints. Une grimace honteuse déformait ses traits doux et sa voix, elle, était étouffée.

« Alice... »

C'est une mine surprise et interrogative qui s'afficha dans la moue d'Alice, immobilisée par les mains de son mari. Dans un geste lent et délicat, elle se déprit de sa poigne pour le regarder, toujours perplexe.

« Billy ? »

L'homme, sombre, la défigurait avec un air discret, ses lèvres avaient été mordues, cachant derrière elles quelques secrets.

« Je... »
[...]

Ses yeux, rougis par les pleurs, se cachaient derrière les petites paumes de mains blanches. L'une d'elles portait à un doigt une trace foncée à la forme arrondie d'une bague. Ses mains retirées, elle fixait d'un air meurtri par la fatigue et les larmes son psy. Carnet à la main, le personnage impassible griffonnait, attentif. La femme essuyait lentement ses mains sur son tailleur lorsqu'elle inspira, démolie.

« C'est avec cette secrétaire, Lisa. Cheveux roux, seins refaits... »

Sa tête se secoua nonchalamment. Croisant ses petits bras diaphane tout autour de son buste, comme pour cacher cette vérité confirmant la petite taille de ses seins. Gênée, elle leva un regard vide vers l'homme qui la regardait avec sérénité.

« Ainsi vous vous sentez trahie. Vous vous demanderez toujours ce que vous aviez bien pu faire pour mériter pareil chose. »

Silencieux, il griffonna une fois de plus dans son carnet. Son psychologue était récent, elle n'en avait jamais eu le besoin auparavant. Ils ne se connaissaient donc peu, trop peu pour qu'elle se sente à l'aise en dehors de sa difficile situation. Inconfortable, elle resta également silencieuse, réfléchissant à ce qu'elle pouvait bien expliquer. L'interlocuteur redressa le menton.

« Situation familiale ; père décédé. Mère hospitalisée contre le cancer du pancréas. Soeur aînée vivant à l'étranger...

Elle voyage de temps à autre pour venir me voir. »

Je vois. Et votre mari...Hmn...Billy ?  

Nous avons rompu il y a quelques mois.

N'étiez-vous pas mariés ? »

Non...J'ai, interrompu le mariage, il s'est passé quelque chose avec un.... Ami. Je ne pouvais pas célébrer tandis ce que... Enfin, j'ai su plus tard que Billy m'avait trompé, pourrions-nous appelez cela le destin ?  

Je suppose... Vous me dites également que vous avez quittez votre emploi, secrétaire chez Wayne Entreprises, pourquoi donc ?

Un... Collègue m'a fait du harcèlement sexuel, et je ne parle pas de celui qui m'a hypnotisée, non je parle d'un nouveau. Il n'y a pas si longtemps, peu après ma séparation il... Il m'envoyait des lettres obscènes et m'a déjà menacé de boire du café dans lequel il avait... Enfin vous savez. C'est répugnant. Bien sûr le patron l'a congédié et m'a proposé deux semaines de vacances payées, mais j'ai refusé.

Racontez-moi.

Je préférais partir, je... Je ne me sentais plus chez moi là bas, je ne m'y sentais plus à l'aise...

Je comprend. Vous êtes tout de même consciente que vous perdez une opportunité. Une très grande opportunité. Les gens qui y rentrent sont de vrais génies.

Je sais, mais je ne pouvais plus rester... Cela me rappelais de trop mauvais souvenirs. Je préfère oublier.

Il est lâche de fuir ses problèmes mademoiselle Pleasance.

Je suppose que je les affronterai plus tard.

Si vous le dites. »

Il ferma son carnet et se leva, lui faisant un signe de tête vers la sortie. Il afficha un maigre sourire et lui montra poliment la direction du bras, avant de froncer les sourcils.

« Rendez-vous la semaine prochaine pour votre thérapie. Prenez du temps pour vous mademoiselle, comme je vous l'ai dit, entourez vous de vos plus proches amis et tâchez de guérir la plaie pour ensuite la cicatriser. Il ne faudra tout simplement pas vous négliger.

Oui.

Oh, j'oubliais. Comment se porte votre mère ? »


[...]

« Marie ? Où est la chambre de notre mère ? »

La grande brunette lui fit signe, un triste sourire au visage. À deux, elles se rendirent au second étage - celui des patients - et c'est ensembles qu'elles se dirigèrent vers la chambre de leur maman. Ouvrant la porte pour contempler le portrait de leur maternelle endormie. Alice se posa avec sa sœur sur les deux seuls sièges de la pièce et, en attente de son réveil, discutèrent toutes les deux de tout et de rien, soit de petits moments bénins, comme d'autres plus sombres.

Puis une stridente sonnerie retentit, appelant les médecins du bloc. Pas une minute de plus et les blouses blanches étaient entrés en trombe. Alice et sa soeur se firent surprendre et durent quitter la pièce pour les instants à suivre.

La suite fut horrible.

Des minutes, puis des heures s'écoulèrent. Pas une nouvelle, sa soeur et elle restaient soudées, collées à la porte vitrée - celle-ci cachée d'un store - en attente de quelque chose. Terrorisées, les deux femmes reçurent la visite de l'infirmière, qui annonça la fatale nouvelle.

« Mademoiselle et madame Pleasance, nous avons le regret de vous annoncer que votre mère ne pourra être soignée.

Elle va mourir ?!

Le...Stade du cancer a été diagnostiqué beaucoup trop tard...Il... C'est trop tard. »

C'est déchirée par la nouvelle que les deux sœurs se mirent à pleurer. Elles attendirent que tout se calme pour revenir à la pièce. Café en mains, Alice entrait à son tour, offrant la boisson chaude à sa soeur. Installée dans la chaise, la grande brune regardait sa mère, le regard vide, perdu. Comme Alice, qui, épuisée, regardait sa mère sans trop réaliser qu'elle partait, là, tranquillement. Elle ne comprenait pas, ne voulait pas.

C'est après une pénible nuit qu'Alice quitta l'hôpital pour une longue promenade au sein de Gotham City. À son retour, elle s'était allongée dans le canapé, puis sombra pour deux heures, jusqu'à se réveiller, en sueur, du canapé et retrouver la pièce de sa mourante mère. Sa soeur veillait toujours, la main dans celle de son parent. Elle s'était profondément endormie, ne laissant qu'un long et lourd silence dans la petite pièce sombre. Chagrinée, la jeune blonde quitta la chambre et se promena dans l'hôpital. Chaque porte, elle regardait, chaque patient, elle observait. Analysant, cherchant l'empathie chez les inconnus. C'est en larmes qu'elle se laissa tomber contre la porte battante des salles de bains publiques, restant un moment figée contre le mur blanc comme froid du bâtiment. À son retour, une alarmante sonnette annonçait la catastrophe, puis un bruit agressant et continue s'ensuivit. Sa soeur quittait la pièce, repoussée par deux infirmières en criant et jurant qu'elle voulait rester. La porte se referma sur des défibrillateurs et des médecins sous l'adrénaline.

Se fut ensuite le calme plat. Quelques bruits de fonds derrière la porte, mais sans plus. Pendant plus d'une heure les deux femmes patientèrent sur les sofas du couloir. Alice caressait les cheveux de sa soeur qui reniflait et se secouait des soubresauts produits par ses pleurs. Un médecin finit par les rejoindre et annonça le départ de leur génitrice.

C'était le coup le plus dur,

Leur maman n'était plus.
[...]




« Je suis navré.

Ça va, je m'en suis remise, plus ou moins. Elle est bien maintenant, plus de souffrance. Elle avait déjà bien assez de problèmes, de toutes façons... »

La dame s'était levée à son tour, suivant les directives de son psy. Tranquillement, elle quitta la salle, encore émotive.

« Merci à vous, nous nous reverrons donc.

C'est moi qui vous remercie, prenez soin de vous, Alice.

Bonne soirée. »



Behind the screen
Information(s) importante(s) : J'ai foncé dans un poteau
Un surnom ? Acrimonie
Nom de l’avatar : Artiste tsuaii sur Deviantart
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : /
Disponibilité pour poster ? Moyenne
Comment as-tu connu le forum ? J'ai foncé dans un poteau
Avez-vous besoin d'un Parrain pour vous aider ? Non
Code du Règlement :


Dernière édition par Alice C. Pleasance le Sam 27 Juin - 9:00, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Mer 24 Juin - 17:00

Bonjour petite fille il faut s'être perdu pour que quelqu'un comme toi arrive dans un enfer comme Gotham ! Le fantôme de cette ville te souhaite la bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Mer 24 Juin - 17:55

Bienvenue à toi Alice.
Ton boulot de secrétaire est toujours vacant.
On ne sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Mer 24 Juin - 19:14

Bienvenue jeune fille,

Si tu as besoin d'un garde du corps, je pourrais être ton protecteur, mais je te préviens : je coûte cher.

Essaies de rester en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Mer 24 Juin - 23:59

Merci à vous trois ! :D Si je peux être protégée, ça me serait utile, beaucoup ! Et pour les Entreprises, nous verrons bien, nous verrons bien !


Dernière édition par Alice C. Pleasance le Ven 26 Juin - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Jeu 25 Juin - 13:18

Bienvenue sur UB, Alice.
Rassure toi, un homme comme moi peut protéger une aussi jolie femme !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Sam 27 Juin - 9:01

Merci à toi Carmine, j'en prend note ! :B

J'en profite pour annoncer que j'ai terminé ma fiche, je n'ai pas encore relu, donc il est possible que quelques fautes y soient. Si vous êtes plus rapides que moi, faites-moi en part, sinon beh, elles y seront pas. :B
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Sam 27 Juin - 9:28

Bienvenue Alice !
Merci d'avoir choisie le poteau U.B !
Quoiqu'il en soit, la fiche est correct de long et en large.
Tu as mon +1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Sam 27 Juin - 10:47

Fiche validée !
Bon jeu sur UB ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Sam 27 Juin - 14:22

Jolie présentation Alice ! Bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   Sam 27 Juin - 15:56

Bienvenue Alice. J'adore l'histoire. A plus peut être en rp!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au Royaume des merveilles || Alice Pleasance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: