Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 James P. Horgald ( Terminé !)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: James P. Horgald ( Terminé !)   Mar 9 Juin - 21:20



DOSSIER N° : série de chiffres (nom et prénom) nouvelle série de chiffre


Nom : Horgald
Prénom : James Peter
Alias : James ?
Sexe : Masculin 
Nationalité : Américaine
Base d'opération: Gotham City

Date de naissance: Août 1968
Lieu de naissance: Los Angeles
Rhésus: O-

Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Situation familiale: Célibataire
Autre information: GCPD, SWAT, lieutenant et second de Branden


Génétique du patient
Taille : 1m87
Poids : 85 kg
Description physique du sujet : 


James est une personne que l’on peut classer de grand du haut de ses un mètre quatre-vingt-sept. Il doit faire partie des hommes les plus grands du commissariat, il dépasse en taille la majorité de ses collègues. Il doit être dans les alentours des quatre-vingt-cinq kilogrammes, un poids tout à fait respectable au vu de sa taille et de sa carrure. Il possède une musculature saillante, celle-ci c’est construite grâce à un entrainement intensif et régulier, il s’entraine presque quotidiennement pour être au top de sa forme. Ses cheveux sont châtains clairs, assez courts, il n’a jamais souhaité qu’ils soient trop longs. Des cheveux longs peuvent représenter une prise éventuelle pour l’adversaire lors d’un combat au corps à corps, un adversaire un tant soit peu « honorable » n’ira pas exploiter une telle prise, mais Gotham est remplie de cinglés et d’aliénés, il préfère donc prendre ses précautions. Ses yeux ont une iris d’une couleur bleue. C’est tout ?  Oui, je ne vois pas ce que je peux dire en plus sur ses yeux, je n’allais pas dire bleu comme l’océan, c’est vu et revu.

Un fait notable chez ce lieutenant, ce sont ses cicatrices, quelques-unes proviennent de blessures par balle ou par arme blanche, son métier n’est pas de tout repos et les opérations ne se passent pas toujours comme prévues. Des cicatrices sont présentes sur un bon morceau de sa colonne vertébrale et sur quelques membres de son corps, celles-ci ont été causées par l’expérience à laquelle il a participé. Il faut tout de même admettre que les chirurgiens avaient plutôt bien faits leur boulot, les cicatrices auraient pu être beaucoup plus moches que ça, ils ont bien faits leur boulot. Il a également une tâche de naissance blanchâtre à la base du cou. 

Lorsqu’il est en opération, il possède l’équipement tactique que tout membre du SWAT se doit de posséder. Au niveau de l’armement, il apprécie son fusil M4A1 modifié, il y a aussi le fusil à pompe Benelli M1 Super qui est particulièrement dévastateur dans les espaces clos.  Il garde toujours sur lui un pistolet M1911 et une ou deux lames, qu’il soit en opération ou en civil. Lorsqu’il n’est pas une intervention, il fait des patrouilles avec d’autres policiers, il revêtit alors son uniforme de policier et laisse tout son équipement lourd sur le côté. Pour finir lorsqu’il est en civil, il porte généralement une chemise avec un jean ou un pantalon, ou alors un T-shirt avec une veste et un jean.
 
 
Capacité physique du sujet : 

Avant l’expérience, James possédait déjà une force physique et une agilité tout à fait respectable, l’entrainement drastique du SWAT a fait de lui un parfait membre de cette brigade d’élite. Il était doué au combat à mains et pratiquait déjà plusieurs arts martiaux et sports de combat, mais il n’était pas souvent amener à se servir de ses poings dans son métier. Non, il avait plus l’habitude d’utiliser une arme pour neutraliser la menace, il excelle dans le maniement du fusil d’assaut ou des armes de poing.

L’expérience, à laquelle il a participé, a eu de nombreux impacts sur ses capacités. De nombreuses injections ont été réalisées, ce qui a augmenté sa force, son endurance, ses réflexes et sa vitesse. Il dût apprendre à se maîtriser et à connaître ses nouvelles limites. Un matériel composite a été posé sur certains os de son corps, dans le but d’augmenter la résistance des os pour éviter qu’ils se cassent. Plusieurs sujets sont morts suite  à cette opération, qui a laissé des cicatrices visibles sur le corps du lieutenant. L’amélioration de ses capacités lui a permis d’augmenter ses compétences au corps à corps et dans l’utilisation d’armes à feu, ce qui fait de lui quelqu’un de particulièrement redoutable dans ces domaines. En ce qui concerne le maniement d’arme blanche, il n’est pas particulièrement doué, seul l’amélioration de ses capacités physiques lui permettra peut-être de s’en sortir un tant soit peu.

Comportement potentiellement à risque :
D’habitude quelqu’un qui possède un sang-froid à tout épreuve, il s’énervera très vite si on ose s’en prendre aux membres de son escouade ou si on critique la police en général. Il a son propre avis en ce qui concerne ces soi-disant « justiciers », même si derniers peuvent être utiles, il empêche la police de faire correctement leur travail. Les forces de l’ordre perdent en crédibilité  lorsqu’ils interviennent, les citoyens de Gotham auront de moins en moins confiance dans les flics pour leurs protéger. James aura du mal à collaborer avec eux.
Cela fait seulement depuis quelques semaines qu’il a été affecté au SWAT de Gotham City, la majorité des criminels y résidant lui sont inconnus, ce qui pourrait problème lors d’une éventuelle confrontation. Il a cependant essayé de palier à ce « manque d’informations » en lisant plusieurs rapports.



Profil psychologique


James est une personne qui peut paraitre d’assez froid au premier abord, mais il n’en est rien. Il a toujours été quelqu’un de très jovial et qui aime balancer des petites vannes à tout va, surtout avec ses collègues. On peut facilement fraterniser avec lui, il fréquente souvent les bars pendant son temps libre où il paye régulièrement des tournées. Si vous ne le trouvez pas chez lui, en train de s’entrainer ou au travail, il sera très probablement au bar.

Il aime son métier et plus particulièrement la justice, il n’a jamais cédé à la corruption et pourtant les occasions n’ont pas manqués. Il est prêt à tout pour faire respecter la loi et faire son devoir. Il essayera de ne pas tuer directement les criminels qu’il a en joue, ça serait beaucoup plus simple pour eux. Il préfère le neutraliser temporairement pour qu’ils passent le restant de leur vie derrière les barreaux, la mort serait une fin bien trop douce pour ces pourritures. 

Bien qu’il est quelqu’un de très sympathique, lorsqu’il est sur le terrain, il est sérieux et n’a que pour objectif de réussir la mission. Il balancera peut-être une ou deux vannes pour détendre l’atmosphère, mais ça s’arrêtera là. Il est très professionnel et mène son escouade d’une main de fer, malgré qu’il soit « nouveau » à Gotham, il a réussi à se faire respecter rapidement. C’est un fin stratège et tacticien, il sait élaborer de bonnes tactiques permettant de prendre d’assaut des bâtiments tenus par des forcenés.

Il n’a jamais parlé de son expérience à des personnes du service, il ne le peut pas de tout de façon et sait que ses faits et gestes sont surveillés pour être sûr qu’il respecte la charte de confidentialité qu’il a signé. Ce qui fait que des zones d’ombre apparaissent dans son dossier, curiosité ou méfiance, ses supérieurs semblent avoir de gros doutes sur lui. Cependant, le lieutenant est prêt à tout pour prouver sa valeur et pour qu’on lui fasse confiance.



Antécédents et suivi du patient


Né à Los Angeles, il vit le jour de l’union d’un pompier et d’une secrétaire, il fut le premier et seul enfant du couple. Ils formaient une petite famille heureuse et sans histoire. Son père était souvent en intervention et c’était donc à sa mère de s’occuper de lui. Il était un gosse tout à fait normal, dès son plus jeune âge, James se passionna pour les forces de l’ordre, il regardait tous les reportages qu’il pouvait sur la police et les admirer de ses grands yeux lorsqu’ils passaient devant lui dans la rue. Il savait déjà ce qu’il voulait faire en étant plus vieux : flic et défendre les civils.

A l’époque, c’était un élève moyen, il n’a jamais cherché à être le meilleur dans ce domaine, il savait déjà qu’il ne voulait pas faire de longues études, qu’il ne voulait pas aller à l’université. Il faisait juste en sorte de ne pas redoubler et d’avoir son année à chaque fois. Les études ne l’intéressaient pas vraiment, il préférait s’éclater avec ses amis et se défouler en sport. Il s’était déjà inscrit à un club de boxe, il en pratiquait un peu en compétition, il était loin d’être le meilleur, mais il savait se débrouiller pour mettre au tapis plusieurs de ses adversaires. Il s’entraînait régulièrement pour progresser, il avait plusieurs entrainements dans la semaine pour se perfectionner. Et puis, autre chose faisait qu’il n’avait pas vraiment le nez dans ses cahiers : les filles. S’il avait passé autant de temps à courir après la gente féminine qu’à étudier, il aurait été à Harvard.
I
l réussit à avoir son diplôme et à quitter le lycée, la boxe lui avait permis de grappiller quelques points. Son diplôme en poche, il savait très bien quoi faire. Il s’était déjà bien renseigné et il voulait intégrer le SWAT, Special Weapons and Tactics. Une unité spéciale qui l’avait toujours fait rêver. Pour faire partie de ce groupe d’élite, il devrait d’abord entrer dans la police et faire ses preuves. Il n’attendit pas et remplit le formulaire d’inscription pour pouvoir passer les tests rapidement. Et cela ne tarda pas, il passa des tests physiques pour connaître ses capacités, il les passa aisément. Il eut également des tests écrits et un rendez-vous avec un psychologue pour connaître ses motivations, s’il était apte au service, etc.

Ses résultats furent concluants et il put intégrer l’école de police. Sa formation dura 10 mois en tout, il eut le droit à six mois de cours qui comprenait des cours de droit, des formations sur la manipulation d’armes à feu, exercices physiques, simulations, et bien autres exercices. Puis il partit en stage pour une durée de quatre mois, ce fut une très bonne expérience, il adorait les patrouilles et lorsqu’il devait intervenir. Par contre, il n’aimait pas toute la paperasse qu’il y avait derrière. Il constata que de nombreuses choses apprises à l’académie étaient irréalisables en réalité, mais la loi était la loi et il faisait tout pour la faire accepter. A la fin de son stage, il fut évalué et à grâce à ses résultats très satisfaisants, il sortit de diplôme et fut affecté à la police de Los Angeles. 

Il fit donc ses premiers pas dans les forces de l’ordre de la ville, on le nomma affectueusement rookie comme tout bleu venant d’arriver. Il patrouilla avec son collègue dans les secteurs chauds de la ville dont certains étaient tenus par des gangs, autant dire qu’ils durent sortir plusieurs fois leur arme pour se protéger et se faire respecter. Après quatre ans de service, il était temps pour lui d’essayer d’intégrer le SWAT. Pendant ses années de service, il n’avait cessé de s’entraîner quotidiennement pour être à la hauteur des attentes des instructeurs. Il déposa donc sa candidature et participa aux tests de sélection.

Un entrainement continu de 21 semaines. James en a bien bavé. De nombreuses physiques étaient au programme pour pousser à bout le candidat et connaître ses limites. C’était son rêve et même si c’était très dur, il donna le meilleur de lui-même. Il se fit également pas mal d’amis lors de cette formation. Il découvrit de nouveaux arts martiaux dans lesquels il se perfectionna par la suite. Ils participèrent à de nombreuses simulations, comme prendre un avion des mains de faux preneurs d’otages, etc. L’entrainement fut rude et nombreux furent ceux qui abandonnèrent. A la fin de l’entrainement, James avait accumulé assez de points pour intégrer un poste vacant dans une des escouades de Los Angeles. Il avait enfin réalisé son rêve, il voulait de l’action et de l’adrénaline, il allait être servi. Prise d’otages, braquage de banques, menace terroriste, tentative de suicides, escorte et bien d’autres événements du même genre rythmés son quotidien.

Lorsqu’il eut 28 ans, il avait déjà gravi de nombreux échelons, il avait même passé le concours interne pour devenir lieutenant. Il pouvait donc maintenant être à la tête de sa propre escouade sur le terrain. Il était responsable de ses hommes, il était garant de leur sécurité et de leur survie sur le terrain. Il ne voulait pas qu’ils prennent des risques inconsidérés dans l’opération, si l’un d’eux mourrait, il risquait de s’en vouloir toute sa vie. Qui dit responsabilité, dit aussi beaucoup de paperasse, quand il n’était pas en intervention ou en patrouille pendant son service, il était au bureau en train de remplir des tas de dossiers. 

Au début de l’année 1999, son escouade et lui furent présélectionnés pour leurs excellents états de service pour faire partie d’une expérience visant à créer une nouvelle génération de policiers. Ils passèrent un tas d’examens et d’entretiens pour savoir s’ils étaient aptes et assez résistants pour ce qu’il allait suivre. Ils furent emmenés dans un centre souterrain, autant dire qu’il serait incapable de dire où ça se trouvait. Ils furent séparés. James se retrouva dans une salle où il fut attaché à une table d’opération, un tas d’équipement high-tech se trouvait dans la pièce. On lui mit un masque respiratoire sur la bouche pour qu’il commence à s’endormir, la dernière chose qu’il se souvint, c’est que des seringues allaient commencer à lui faire des injections un peu partout sur son corps. Il passa un long moment sur la table d’opération.

Il retrouva ses esprits dans une chambre de réveil, tous ses membres étaient engourdis et lui faisaient mal. On le laissa se reposer un petit peu avant que le responsable de l’expérience vint l’informer que seul deux autres membres de son escouade avaient réussis à ne pas avoir de séquelle à la suite de l’expérience, bien que ces derniers semblaient développer des comportements violents et impulsifs. Les autres étaient morts sur la table d’opération ou à la suite des injections qui avaient été effectuées, d’autres furent handicapés et ne pourraient plus jamais reprendre du service. James se sentit coupable comme jamais, c’était ses hommes, il était responsable d’eux, il leurs avait fait la promesse que tout irait pour le mieux et qu’ils iraient tous boire un verre après l’expérience.

Le lieutenant eut du mal à encaisser le choc, mais il dut passer cette épreuve, il ne pouvait pas rester éternellement sur son lit d’hôpital. Il eut le droit à une petite rééducation pour qu’il soit maître de ses nouvelles capacités et qu’il apprenne à les contrôler. Après cela il eut à réaliser plusieurs entraînements et tests qui furent très satisfaisants, l’expérience avait été une réussite sur lui et avait boosté ses sens et plusieurs de ses capacités. Cependant c’était un échec cuisant vu les pertes à déplorer. James croisa brièvement les deux autres survivants qui tentèrent de l’agresser, ils lui en voulaient de les voir entraîner là-dedans, ils le jugeaient responsable de la mort de leurs collègues. Ils avaient raison, c’était sa faute. Il fallut plus d’une dizaine d’agents de sécurité pour séparer les trois protagonistes.
 
James ne souhaita pas reprendre du service à Los Angeles, une ville bien trop riche en souvenirs pour lui. L’expérience était financée par des gros investisseurs et approuvée par le gouvernement, ils n’eurent pas de mal à l’affecter au SWAT de Gotham comme second du Lieutenant Branden. Il serait surveillé de près pour être sûr que l’expérience n’ait d’effets secondaires sur lui et qu’il ne parle pas de ce qu’il a vécu. Il ne connaissait pas grand-chose sur cette ville, à part que la criminalité et la corruption y étaient omniprésentes. Il comprit très vite que Branden était à la botte des criminels de la ville, il lui avait d’ailleurs explicitement dit de ne pas chercher à jouer au bon samaritain s’il voulait se faire de vieux os dans la ville. Mais le lieutenant est un fervent défenseur de la justice et refusa les pots de vin qu’on voulut lui verser. Il arrêta même ceux qui tentèrent de le faire.

Ce ne fut pas au goût de plusieurs membres du SWAT qui essayèrent de le passer à tabac lorsqu’il rentra chez lui. Ils étaient quatre, donc un avait une batte de baseball ; ils se retrouvèrent tous au tapis, certains avec des membres étrangement arqués. Il apprit plus tard qu’ils s’étaient mis en arrêt de travail pour des prétextes bidons : chute dans l’escalier, chute d’une échelle, etc. Suite à cet accrochage, James réaffecta son escouade pour y affecter des policiers au dossier clean et qu’il pensait de confiance. Il est déjà intervenu plusieurs fois à leur tête et il commence à leurs faire confiance et à se lier d’amitié.  Il est à Gotham depuis seulement quelques semaines.




Behind the screen
 Information(s) importante(s) : écrire ici
Un surnom ? Flo
Nom de l’avatar : Chris Evans
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : /
Disponibilité pour poster ?Ça dépendra des semaines
Comment as-tu connu le forum ? Google
Avez-vous besoin d'un Parrain pour vous aider ? Oui pourquoi pas
Code du Règlement :  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: James P. Horgald ( Terminé !)   Mar 9 Juin - 21:38

Bienvenue à toi jeune membre du SWAG SWAT ! Tu as mon +1 pour cette belle fiche ;)
Oublie pas ton avatar :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: James P. Horgald ( Terminé !)   Mar 9 Juin - 21:56

Bienvenue, ta fiche me semble impeccable.
Tu as mon aval.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: James P. Horgald ( Terminé !)   Mar 9 Juin - 21:58

Merci bien :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: James P. Horgald ( Terminé !)   

Revenir en haut Aller en bas
 
James P. Horgald ( Terminé !)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: