Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   Mar 2 Juin - 17:36


Seul, vous n'êtes pas seul.


01h47 : Axis Chemicals.


Carlo Menelez était un brave gars. Enrôlé pendant la guerre du Golfe, Menelez s'était vu promu major pendant la guerre. Malheureusement, il perdit trois doigts pendant une attaque face aux ordures qui étaient dans le camps adverse. Depuis qu'il avait perdu ses potes, il avait été approché par le dénommé Alan Smithee pour gérer et assurer une rôle tout particulier pendant la bataille de la reprise de Gotham City. Bien entendu, l'homme qui se faisait nommé Alan Smithee le payait bien. L'argent était au rendez-vous et les opportunités pour un ancien de la guerre du Golfe étaient nombreuses, et l'avenir un peu plus glorieux. Pessimiste ouais, mais glorieux. Carlo savait ce que c'était, d'être refusé, d'être jugé en fonction de la couleur de sa peau, d'être vilipendé et d'être considéré comme un perdant. Car il fallait l'admettre, la Guerre du Golfe face à Saddam Hussein, c'était pas gagné. Loin de là. Sans enfants, sans femme, Carlo avait accepté la paie et la plaçait pour ses neveux et sa famille à Mexico City. Là, au moins, ils auraient un avenir, un avenir qui leur permettrait de ne pas finir comme Carlo, et de finir entre quatre planches. Marco le savait, il finirait mal, mais il aurait les armes à la main. L'équipe dans laquelle il était, c'était celle où il devait gérer McLain et le Batman. Carlo n'avait aucune haine particulière, il obéissait aux ordres, et seulement aux ordres. Il était payé pour les faire appliquer après tout. L'employeur savait, l'employeur connaissait Gotham City, et il avait filé pas mal d'informations sur les dernières choses à savoir en matière de combats urbains, beaucoup d'indices, beaucoup d'aide, et malgré les quelques bandes qui allaient souffrir, ce soir, Gotham allait connaitre le dernier projet de Smithee, le projet Valkyrie.
Ils étaient six, ils faisaient parti du groupe qui devait empêcher les deux nuisances de la justice d'interférer dans les plans du Boss. Pour tout dire, ce n'était pas qu'une question de les retenir, non, c'était le but secondaire. Le véritable but, c'était de mourir les armes à la main, de se battre, comme les anciens Vikings, de mourir sur le champs de bataille et de s'assurer que ce combat résonnera encore dans les livres d'histoire. Ils ne seraient pas oubliés, c'était certain, et Gotham City en porterait la balafre à vie. L'an Zéro. C'était comme ça qu'on l'appelait hein ? Et bien, dans la tête de Carlo, ça n'avait aucune incidence. Le plan devait être suivit. Si on meurt, il fallait mourir la tête haute, en héros. En combattant.


Carlo Menedez - "Section Longs-Couteaux au rapport. On investit Axis Chemicals et on se tient près, monsieur."


Alan Smithee - "Excellent. Préparez-vous au plus gros de l'impact. McLain ou Batman, quel qu'il soit, est suffisamment dangereux pour vous mettre hors d'état de nuire. Souvenez-vous. Pas de survivants."


Carlo Menedez - "Ce fut un honneur de servir sous vos ordres, monsieur."


L'ordre était donné, six hommes, six hommes armés jusqu'aux dents patientaient dans Axis Chemicals. Le lieu fut idéalement choisit pour attirer l'attention du fait de ses produits chimiques instables. Même si les six soldats étaient déjà condamnés, au moins, ils emporteraient avec eux un nombre incalculable de victimes dans les alentours d'Axis Chemicals. Mais au moins, ils tueraient un bon nombre de criminels. Qu'importent les innocents, Gotham City n'est pas une ville où l'innocence est présente à chaque coin de rue. Non, selon Smithee, il fallait purger cette ville, purger cette tumeur et la détruire. Gotham City était un cancer, un cancer qui évoluait toujours et qu'il était impossible de soigner définitivement. Le patient devait être euthanasié, et ce soir, on allait montrer à ce cancer, que toute chose est définie par la nature. Que la vie doit reprendre, et que Gotham doit s'éveiller, qu'elle doit montrer une renaissance plus prolifique. En tuant les masses, on sauve ceux qui le méritent. L'instinct du plus fort.
Carlo s'avançait vers une plateforme. Un produit hautement inflammable et toxique, des grenades dans la main, il en dégoupille une avant de jeter le tout dans une cuve remplie de ces saletés. Se repliant pour se mettre à l'abri. L'explosion fut phénoménale, et un léger gaz toxique commençait alors à se répandre. Dans les jours prochains, le gaz entourerait la zone. Un effet prolongé tuerait bon nombre de citoyens, mais qu'importe ...

Carlo Menedez - "Messieurs, camarades, nos ordres sont de tenir cette position. Des gens vont venir et il faudra mitrailler tout cela. Nous sommes la diversion, nous sommes éternels, nous sommes le bataillon Valkyrie !"


Maintenant, il faut attendre, attendre que tout survienne. Attendre que Gotham riposte. Les anticorps allaient agir oui, et il fallait les neutraliser définitivement. Tous commencèrent à charger leurs armes, des armes de siège, des monstres de technologie, ils étaient parfaitement armés. Carlo serrait dans sa main gantée, une petite croix de Jésus, il était croyant, il récitait souvent la prière, il savait que c'était contraire aux principes du Christ, mais quand le monde ne va plus rond, quelle était la logique raisonnable ? Parfois, il fallait faire de terribles choses pour avancer, pour offrir au monde un avenir meilleur. Le sacrifice serait un acte qui influencerait énormément de gens autour d'eux. La guerre était commencée, et Gotham allait être un véritable martyre.


Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   Mar 2 Juin - 17:59

Il n'avait pas fallu longtemps à Mc Clain pour que la nouvelle de l'explosion à Axis Chemical, usine située dans le quartier de l'East End n'arrive à ses oreilles. Pour tout dire, elle aurait pu faire mine de n'avoir rien entendu, mais ce qui risquait d'être à son désavantage, c'était l'envolée des produits chimiques, dans l'air de Gotham. Avec un peu de vent, tout risquait de se porter vers d'autres zones et ainsi, condamner la ville à une lente agonie. Et ça, Margaret ne pouvait en aucun cas permettre que la sécurité subisse une lourde défaite. Que le peuple de ce quartier crève, ne la dérangeait pas, mais qu'une population entière soit en danger, elle ne pouvait pas rester les bras croisés. Elle avait déjà demandé des camions des forces spéciales, sa Ford était prête à démarrer. Dans son bureau, elle avait changé rapidement ses vêtements devant le clair de lune, elle avait opté pour des habits plus tactiques. Un gilet pare-balles, et un Desert Eagle, un gros calibre, de quoi faire taire les énergumènes qui avaient osé faire péter une usine de produits chimiques. La foule qui s'était amassée devant le commissariat était à présent dispersée. Les contrôles s'étaient renforcés et certains citoyens n'avaient pas pu partir des quartiers mis en quarantaine. Peu importe, tout ce qu'elle voulait pour le moment, c'était de faire régner sa justice. Elle laça ses bottes militaires, assura que le double noeud était bien fait. Puis se dirigea vers le parking.

Elle monta dans sa Ford, la Victoria démarra et elle quitta en vitesse le parking. Devant elle, les camions commençaient à faire leur chemin. Les barricades dérisoires mises en place sur la route, furent défoncées très vite par le blindage puissant des véhicules. Mc Clain avait fait en sorte d'équiper au maximum les hommes sous son commandement, une vingtaine, prêts à en découdre. Ca faisait trop longtemps qu'ils n'avaient pas tiré sur des cibles humaines. Et quoi de mieux que de buter du terroriste en herbe. Le barrage de l'East End fut à son tour détruit et Axis Chemicals n'était plus très loin.

Une fois à destination, les camions s'ouvrirent, laissant les hommes se déployer autour du bâtiment, à couvert. Mc Clain, sortit de sa voiture. Avant de s'engager à son tour, elle fouilla dans son coffre, en sortit un Broken Butterfly .38, une arme qui pouvait servir à la chasse, mais c'était tout aussi jouissif de tirer sur un homme que sur un sanglier avec ce genre de bijoux. Pour finir, elle sortit une arme qu'elle avait réussi à faire venir avant la crise de Gotham. Un Spas-12, fusil à pompe, énormément de recul, mais énormément de dégâts. Mc Clain n'était pas du genre à cueillir des fleurs.

Elle s'avança à son tour pendant que ses hommes sécurisaient le secteur. On lui tendit un haut parleur pour qu'elle puisse se faire entendre. Elle était mauvaise en négociation, et elle s'en fichait pas mal, elle attendait juste le bon moment pour entrer dans le bâtiment et détruire cette menace.


"Ici Margaret Mc Clain, chargée de la sécurité à Gotham. Je vous donne cinq putain de minutes pour sortir de votre trou à rat. D'ici cinq minutes, je rentre dans le bâtiment et je vous montre comment on s'occupait des traîtres en Afghanistan."

Elle reposa le haut-parleur, et se préparait au pire, fusil à pompe chargé, le mental en acier, elle regardait ses hommes se déployer autour du bâtiment, certains allaient passer par le toit si la situation venait à dégénérer. Pour le moment, elle ne pouvait qu'attendre, voir comment les types à l'intérieur allaient réagir.

Elle débloqua la sécurité du Spas-12.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   Mar 2 Juin - 19:21


Seul, vous n'êtes pas seul.


01h56 : Axis Chemicals.


Hello Darkness my old Friend.
I've come to talk with you again.

Le Silence. Le doux et pénible son du Silence, rien ne se disait, aucune altercation verbale, rien. Le néant, le calme. Le silence était terriblement assourdissant, terriblement bavard. Pour tout dire, ce n'était pas dans l'habitude des membres du GAV de se plier aux usages de la parlotte. Par contre, pour agir et pour faire mal, ils allaient faire connaitre le feu de Dieu à ces ordures du RIP. Oh bien sur, les gars du GAV avaient lu les dossiers que leur avait fait parvenir celui qui les dirigeait. Ils savaient que la bande à Mc Clain n'était qu'une bande de soulards et de racistes proches de la milice axée vers l’extrémisme, plutôt qu'être intéressée par la survie d'une ville. Au moins un point commun entre les deux factions, surement le seul. Seulement, pour les six mecs qui étaient encore dans Axis Chemicals, à subir les émanations toxiques et les incendies, rien ne les surprendraient. Ils se sacrifiaient pour éviter que Mc Clain ne s'en prenne aux autres membres de l'escouade. Les flammes dévoraient énormément de terrain dans l'usine chimique, tout n'était qu'une poudrière, mais les hommes du GAV eux, étaient déterminés, et qu'importe si l'usine devait brûler avec eux, ils emporteraient les mecs du RIP et peut-être Mc Clain avec. Ce serait une bonne chose après tout, ce serait faire honneur à tout ce que en quoi nos ancêtres se sont battus. De tout temps, l'être humain à chercher à se battre, à défendre sa patrie. Le GAV lui, défend un modèle, une vertu que beaucoup de gens ont oublié. Il faut se battre pour obtenir quelque chose. Chacun des soldats qui la composaient savaient que c'était un début, un combat difficile à continuer, et que pour se faire reconnaitre en tant que tel dans une société qui vous crachait au visage après s'être servie de vous, il fallait aussi lui cracher dessus. Carlo dirigeait les cinq autres membres, et pour toute réponse aux vociférations de Mc Clain une rafale de kalashnikov fut tirée vers les hommes du RIP. Pas de sommations, pas de conditions, aucune prise d'otages. Voila la terrible chose qui pouvait faire péter un boulon à n'importe quel serviteur zélé du système. Si on ne peut rien négocier, alors on ne peut pas corrompre, ni même asservir. Si un être humain n'a aucun prix, il devient un danger instable pour la société.

Carlo Menedez - "On ne négocie pas avec des salopes. Si vous avez la puta en visée, abattez-là !"


Tel était le mot d'ordre organisé. Chacun des soldats prit alors une couverture et se planqua. L'assaut était imminent et Mc Clain allait surement faire un carton. Son dossier était bien étudié, et malgré le fait qu'elle était irréprochable en terme de carrière de soldat, elle était une ennemie, une vendue au gouvernement. Dans le GAV, on l'était, sauf qu'on avait moins de scrupules, et qu'à n'importe quel moment, on pourrait se retourner contre le-dit gouvernement en place. Tout était affaire de fric. Sauf que maintenant, c'était différent. Maintenant, c'était une bataille pour faire bouger les choses, une bataille qu'on ne peut pas gagner. Une bataille qui allait faire trembler Gotham City. Carlo le savait, il finirait dans un cercueil en bois ou bien son corps serait brûlé, ou bien son corps ne serait jamais retrouvé. Qu'importe ! Son nom restera à jamais gravé dans les annales. Il serait un héros, un homme qui a changé les choses.

Carlo Menedez - "Assurez-vous de les retarder le plus possible. Empêchez les d'avancer et occupez les un bon moment. Mes derniers ordres soldats, les voila. Mourez avec honneur, avec panache. Faites honneur à la guerre et les Valkyries viendront vous prendre."

Carlo s'alluma un dernier cigare. L'assaut était imminent. Cinq minutes avant une mort glorieuse et rapide, voila ce qui les attendaient. Mc Clain ne l'avait pas encore compris, mais elle était déjà tombée dans un piège qui allait anéantir une bonne partie de ses troupes. Une guerre sans merci, une guerre monstrueuse. Un monde où la violence n'est autre qu'une façon de dire ce que l'on veut faire dans ce monde triste et gris. Dans quelques instants, ils comprendront que le GAV n'avait aucune limite, aucun remord, aucune destinée. Qu'ils mourraient la conscience tranquille, sans se soucier des répercussions dans l'avenir. Le Mal était déjà fait, continuons la longue descente dans les ténèbres. Les cinq autres soldats récitaient quelques prières tout en attendant le jugement de Dieu. Dieu avait forgé le GAV pour frapper de son glaive céleste les mécréants de Gotham City. Le GAV était l'instrument de mort de Dieu, et il se ferait un plaisir de répandre la Sainte Parole.


Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   Mer 24 Juin - 13:27

Ne pas négocier, c'est ce que Mc Clain cherchait de toute façon. Il n'y aurait aucun moyen de négocier, elle suivait juste des formalités rien de plus. Elle n'était pas du genre à discuter avec l'ennemi, cela était sans doute dû à ses années passées à l'étranger, pour combattre un adversaire qui était invisible. Son intervention pendant les années 1990 en Orient avait forgée en elle une sorte de coeur d'acier, elle n'avait de sentiments pour personne, méprisait les justiciers de Gotham, alors qu'ils étaient de son côté, elle avait envoyé en priorité en dehors de la ville certains journalistes, pas pour qu'ils soient en sécurité, mais pour écarter toute remise en question sur les décisions qu'elle avait prise. Les camps étaient certes, soumis à un règlement strict, elle avait mis plus ou moins en place une dictature militaire. Et personne ne pouvait échapper à ça, c'était le président Luthor, qui avait donné comme responsabilité à cette folle au visage à moitié brûlé de gérer Gotham City. Et c'est ce qu'elle faisait. Bien que cette fois-ci, elle n'ai prévu en rien une intervention de ce qui semblait être une compagnie militaire privée, comme son RIP. Bien entendu, le RIP était sans doute plus organisé, enfin... Les forces se mettaient autour, du bâtiment et essuyaient déjà des coups de feu, il n'y eut pas de mort suite à ces rafales, tout le monde s'était planqué pour éviter de prendre une balle tirée à l'aveugle. Ils étaient donc résolus à y rester. Si cette usine ne risquait pas de péter ou de laisser des gaz mortels se diriger vers la ville, un siège aurait été possible. Mais à présent, il fallait frapper vite, et Mc Clain comptait bien donner l'assaut dans les minutes à venir.

Elle n'aimait pas les personnes qui prenaient des initiatives, et quand elle vit un de ses hommes sortir une grenade à fragmentation à côté d'elle, elle su tout de suite qu'il fallait prévenir au maximum ceux qui n'étaient pas au courant de ce que contenait l'usine. Elle lui attrapa le bras, il n'avait pas eu le temps de dégoupiller. D'une voix sèche, elle le mit en garde :


"Si tu balances ta grenade, il y a tout qui saute, et Gotham brûlera."


Que la ville brûle, ce n'était pas le but de Mc Clain, la contrôler, la diriger oui, écarter les personnes influentes oui, mais pas la voir se transformer en brasier.

"Va dire aux hommes de préparer leur grenades aveuglantes et les fumigènes, on va rentrer en force. Faites en sorte de les aveugler au maximum."

Le soldat se dirigea vers les groupes dispersés autour de l'usine, l'objectif était clair : paralyser, puis tuer.

Elle enclencha une balle dans son fusil à pompe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   Jeu 25 Juin - 11:21


Seul, vous n'êtes pas seul.


02h02 : Axis Chemicals.


Carlo Menedez - "Ils ne tarderont pas à faire une entrée remarquée. Vous connaissez les consignes, appliquez-les !"

Alors que les hommes se préparaient à un assaut imminent, et sachant que sa mort était programmée, Carlo sortit de son sac à dos, une petite bombe reliée à deux pans de C4 qu'il allait aposer contre une des cuves les plus toxiques d'Axis Chemicals. Même si la mort était au rendez-vous, Gotham City allait connaitre une belle mort programmée. Ses enfants leur en seraient reconnaissants. Une purge mémorable qui se propagerait dans toute la ville, tuant ceux qui le méritent et laissant les innocents de Dieu rebâtirent un monde aussi magnifique. Voila ce qui adviendrait de Gotham City. Elle redeviendrait une Eden, un lieu de bonheur, de calme et libéré du crime et des pécheurs. Gotham City méritait mieux que tout, une nouvelle vie, une métamorphose. Alors que les hommes de main s'attendaient à une entrée en trombe de la part de Mc Clain, Carlo, lui, s'esquiva de la petite troupe avant de préparer sa bombe. Les fils bien ordonnés, les câbles bien installés, tout était paré. Dix minutes de compte à rebours, cela allait faire l'effet d'un mini-tchernobyl, la puissance nucléaire en moins, certes, mais il y'aurait de quoi propager dans l'air et aux alentours, un problème chimique qui ferait beaucoup, beaucoup de mal à la ville en décomposition.

Carlo Menedez - "Mon seul regret, c'est que j'aurais au moins aimé baiser cette salope de Mc Clain avant de crever haha."


Dit-il pour se libérer du poids de la peur de la mort. Rien de tel qu'un peu d'humour morbide pour oublier la mort imminente qui ne tarderait pas à survenir, tel une moissonneuse batteuse lâchée sur des citoyens innocents et frêles. Qu'importe. Ils mourraient tous ce soir. Et personne n'empêcherait le GAV de passer au plan Genèse. Le plan Genèse était à la fois une idée biblique de Smithee. Un plan qui vise à détruire ce qui existe déjà, au prix d'un immense sacrifice, pour accorder une gloire et un avenir pour une ville qui méritait mieux que ce qu'elle subissait actuellement. Menedez n'avait aucun remords, l'esprit était en paix, Smithee avait veillé à ce que tous, aient la dernière volonté qu'ils rêvaient et Carlo avait eu assez de fric pour assurer à sa famille, de quoi vivre confortablement pendant de nombreuses années, au prix de son sacrifice personnel. Mais avec la certitude d'avoir agi pour le bien commun de sa Famille. Après avoir enclenché la bombe, l'homme du GAV regarda son arme de poing, la mort arrivait, et Mc Clain le capturerait surement, ou bien elle le tuerait. Pas un soucis, et même pour Menedez, la fin pourrait être glorieuse. Il serait celui qui a posé la bombe, celui qui a libéré la ville du Péché de mort continuelle. Il serait un héros, aux yeux des enfants de Gotham ... Un héros à qui on louerait chansons, contes, et prières. Le rêve. Mais la dure réalité revenait en tête. Il fallait mourir, mourir pour renaitre dans les légendes, mourir pour devenir quelqu'un. Mourir pour transformer une ville abominable en un Eden pour les générations futures. Le salut de Gotham City passerait par des hommes sacrifiables, des hommes qui se seront battus pour elle jusqu'à la mort, et qui offriront à cela, une gloire éternelle qui entretiendra le folklore de la ville. Prenant un uzi dans chaque main, il se préparait à se battre, et à se défendre si besoin était. Les lacrymos allaient pleuvoir. Ils étaient parés pour ce genre de cas, et ils savaient que Mc Clain n'utiliserait jamais d'explosifs contre eux. La guerre était imminente, et magnifique.

Carlo Menedez - "Venez cabrons ! Je vous attends ! Mc Clain, petite salope ! Viens que je te baise avant de crever !"


Le ton était donné, la marche et la danse de la mort venaient de commencer. Cela serait sale, très sale. Et le temps était imparti. Mais il y'avait une chose qu'ils n'avaient pas prévu : les grenades aveuglantes. Et là, ça brûlait les yeux de façon sévère ... Se couvrant les yeux, les hommes du GAV tirèrent dans tous les sens pour parer à une éventuelle attaque. Mais ils ne pouvaient rien voir pour le moment. Rien de rien ...



Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   Mar 21 Juil - 12:49

Des fumigènes vinrent s'ajouter à cette marche funèbre, tout était clair maintenant et Mc Clain était à présent le bras armé et vengeur de la justice, n'importe qui pouvait remettre en cause ce qu'elle faisait, et à vrai dire, elle n'en avait clairement rien à foutre. Elle était une personne détestable et détestée, de par son comportement, et de par ses actions, mais cette fois ci, peu importe qu'on lui crache dessus, elle reprendrait cette usine en main et ferait en sorte que les terroristes à l'intérieur soient tous tués à l'intérieur. Elle pourrait enfin acquérir une renommée dans la ville, elle voulait faire peur. Un état qui règne sur la peur, permet aux citoyens de vivre en toute sécurité, c'est ainsi que les plus grandes dictatures purent s'installer, et Mc Clain, était une grande croyante, dans l'impérialisme américain. Certains de ses hommes commençaient à pénétrer dans le bâtiment et des échanges de coups de feu se firent entendre.

A son tour, Margaret entra dans Axis Chemicals, les fumigènes n'étaient pas handicapant pour elle, il fallait seulement qu'elle se réfère aux sons des armes, se retrouver en plein milieu d'une fusillade risquait d'être dangereux. Seulement, elle ne se concentrait pas qu'aux sons des coups de feu, mais aussi sur la voix qui avait commencé à l'insulter et à la provoquer. Cette opération n'en était plus une pour elle, c'était une vengeance, rien de plus. Elle se mit à courir en direction de l'écho tandis que ses hommes, commençaient à reprendre le terrain. Plus elle s'approchait, plus elle fut bloquée par un nouveau bruit, le bip d'une bombe, il fallait jouer sur plusieurs fronts à la fois. Tuer et désamorcer.

Elle continua son trajet à vive allure, jusqu'à tomber sur un homme, non loin de la supposée bombe.


"Putain d'enfoiré de merde."

Elle se dirigea vers lui, il n'eut pas le temps de faire feu qu'elle lui colla un crochet.

"T'as une gueule d'immigré mexicain en plus, vous avez plus aucune honte de nos jours."

Une humiliation, c'est ce qu'elle voulait par dessus tout.

"La salope d'américaine va te montrer ce qu'il se passe quand on s'en prend aux idées même des Etats-Unis, et tu me supplieras de ne pas te tuer de mes mains, connard."

Elle commença à enchainer les coups, le visage du mercenaire commençait à être couvert de bleu, une pure détente pour une rescapée de la Guerre du Golfe.

"Tu me donnes des idées mon salaud, des cuves d'acide de partout, je vais te montrer ce que c'était les méthodes de torture chez les arabes."

Loin de faire un sourire du kabyle, Mc Clain allait montrer ce qu'elle avait vécu.

"Un dernier mot ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   Mar 21 Juil - 14:32


Seul, vous n'êtes pas seul.


02h07 : Axis Chemicals.


Dans Axis Chemicals, c'était le bordel. Tout s'enchainait à une vitesse de dingue, trop dingue pour espérer une moindre représaille rapide et aussi tranchante qu'une lame. Non, c'était le véritable bordel, des fumigènes, et une équipe d'assaut ultra-entrainée pour rivaliser contre les hommes du GAV. Il semblait bien que Mc Clain avait bien entrainé ses hommes. Pas mal pour une simple femme qui n'avait rien pour elle. Pour tout dire, Menedez ne se rendait pas compte que la milice de Mc Clain s'était faite plus persévérante dans son idée fixe. Elle prenait les choses à coeur ? Parfait. Menedez faisait ça pour sa famille, pour qu'elle puisse avoir un avenir, pour qu'elle puisse obtenir un avenir dans ce grand pays qu'était les USA. Menedez n'avait pas peur de la mort, il l'embrassait depuis le jour où il avait serré la main de Smithee, acceptant son idée pour le GAV. Pour tout dire, il avait pas spécialement d'idée pour mourir d'une main de maitre, mais il avait toujours un petit truc pour laisser une fin explosive. Au moins, il n'aurait rien à dire, rien à révéler, seul Smithee savait pour le reste de l'opération. Rien de plus, rien de moins, les détails les plus croustillants, Smithee les gardait dans sa caboche, Mc Clain n'aurait rien, surement un mérite dans la presse locale pour avoir empêcher un attentat qui aurait transformé la ville en Tchernobyle, ouais, surement ça. Seulement, elle n'aurait pas la joie de savoir le fin mot de l'histoire. Une forme tomba sur le soldat Menedez qui fut prit au dépourvu. Alors que ses hommes se donnaient la mort, pour éviter d'être pris par les hommes du RIP. Se tuant dans le cas où ils allaient être fait constitués, Menedez lui, semblait bien mal parti pour organiser son propre suicide. C'était Mc Clain, la seule, l'unique, une vraie guerrière oui.

Carlo Menedez - "Si."


Le mot "oui" en espagnol. Menedez tentait de parler, tandis qu'elle espérait infliger de nombreuses tortures à Menedez, le mexicano sourit avant de dire d'une voix plutôt enjouée. On entend des cris, des râles, des hurlements, les hommes de Menedez venaient surement de rejoindre le grand banquet de l'au-delà ? Parfait. Au moins, il ne restait plus que la bombe à désamorcer : tic tac tic tac ... 2 minutes et 51 secondes sur le panneau indicatif. Si ça pétait, la ville allait en prendre plein les fesses ... Et ils auraient de sacrées retombées. Carlo avait foutrement mal. La salope lui avait explosé le visage, il avait même pensé qu'elle avait cassé un os de son crâne, ou de sa mâchoire pendant un bref instant, souriant tant bien que mal, il se savait déjà battu, et par une putain en plus. Une salope qui devait se faire tringler par tous les mâles de son organisation. Une garce qui se croyait dans le corps d'un homme mais qui n'en avait aucune !

Carlo Menedez - "J'aurais aimé te baiser dans tous les trous, bruja !"


Carlo dégaina un poignard de sa veste et le planta dans la cuisse même de Mc Clain. Avant d'appuyer sur le bouton d'une télécommande. On passe de deux minutes à 50 secondes. Il ne reste plus beaucoup de temps, ce serait la dernière chose que Carlo allait faire ... Souriant, il activa la petite dent implantée dans sa mâchoire, une fausse dent qui contenait un acide corrosif. En moins de temps qu'il n'en fallut, l'acide se déversa dans la gorge de Menedez, brûlant sa trachée, son estomac, et lui détruisant les poumons. Son sourire se figea tandis qu'il sombrait, tombant, un regard cadavérique figé droit sur Mc Clain. Son visage tuméfié par les coups portés par la jeune femme. Il ne se laisserait pas battre par une fillette. La bombe, ne restait que la bombe. Mc Clain devait agir avec rapidité, tout Gotham avait besoin d'elle pour le moment, toute la ville comptait sur les forces de Mc Clain. Si elle réussissait, elle n'aurait plus à s'inquiéter pour son avenir en tant que dirigeante de la ville. Mais comme on le dit, l'histoire à ses héros de l'ombre. Son histoire ne serait jamais racontée, elle ne serait qu'une âme damnée de plus, qui aurait agi pour le bien du peuple sans que celui-ci ne soit jamais au courant des actes de cette policière. Mc Clain serait une héroïne de l'ombre, à jamais. Le temps passe vite ... Il file entre les doigts et Mc Clain n'a plus que cinquante secondes avant la détonation. Le corps de Menedez était là, rongé par l'acide. Il avait rendu l'âme pour de bon. Il était mort, la bave verte aux lèvres, content d'avoir eu l'idée d'emmener Mc Clain dans une mort imminente. Elle allait crever, il y'avait cru. Cependant, Mc Clain pouvait être pleine de ressources non ?

Au sommet de la Wonder Tower où il s'était camouflé, Smithee observait, dubitatif, l'échec prévu de Menedez. Soit. Il avait échoué, lui et son équipe avaient trépassé. Pas grave, le plan Génésis était toujours d'actualité. C'était lui qui se chargerait de ce merdier. Gotham City n'avait pas besoin d'un apocalypse à la mode Tchernobyl, non. Il avait mieux en réserve, beaucoup mieux, et tant pis si ça tuait tout le monde, maintenant que la plupart des équipes étaient mortes, tout cela n'avait plus aucun sens désormais. Une goutte de sang coula de son nez, reniflant et s'essuyant dans un mouchoir blanc, Smithee attendait la dernière heure, celle où tout allait se décider. Mais il savait, oui, que le résultat sera abominable.

Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   Mer 22 Juil - 19:08

Il avait simplement suffit d'une insulte de la part de ce mercenaire et de voir son visage fondre pour contenter Margaret l'espace de quelques instants, car déjà, elle se retournait vers le bip, le stress commençait à entrer dans son esprit et elle lâcha silencieusement un juron. Il n'y avait plus de temps à perdre, quand elle vit combien de temps il restait avant que la bombe explose et emporte avec elle son unité et Gotham City, elle ne pris pas la peine de d'appeler un de ses hommes expert en désamorçage. Elle sortit juste un couteau de combat, il fallait qu'elle fasse ça avec les moyens du bord, mais de façon soigneuse pour que rien ne puisse créer un court-circuit, et provoquer l'explosion imminente. Elle entendait au loin ses hommes tuer le reste des mercenaires, elle ne savait pas combien il y avait eu de victimes, et pour le moment, elle s'en fichait totalement, ce qui importait, c'était de désamorcer cette foutue bombe.

Quarante secondes, il restait exactement quarante secondes, Mc Clain commençait déjà à regarder les fils, aucune erreur n'était permise. Un pain de C4, ça allait faire des ravages si ça sautait. Elle commença à désamorcer la bombe, comme elle l'avait appris pendant son éducation et sa carrière militaire. De la sueur perlait sur son front et la balafrée coupa en premier lieu un fil vert, rien n'explosa, mais le compteur était encore en marche, la bombe n'était pas encore éteinte, et il fallait accélérer le mouvement. Elle se demandait en même temps, si d'autres mercenaires se trouvaient aussi dans Gotham. Car désamorcer une bombe était bien, mais si d'autres explosaient un peu partout, ça allait devenir le chaos complet.

Vingt secondes, Mc Clain coupa un fil bleu, il ne restait que deux fils, c'était comme jouer à pile ou face, mais cette fois-ci avec la mort. Les fumigènes commençaient à se disperser, son unité commençait à voir un peu plus clair et elle entendait des bruits de pas qui montraient que tous commençaient à patrouiller, personne ne vint vers elle. Margaret déteste être dérangée, surtout dans ces moments là, elle serait prête à tuer pour garder sa concentration.

Elle coupa enfin un fil jaune, la bombe arrêta son compte à rebours infernal. Il restait sept secondes.


"Sept putain de secondes... J'espère que tu fondras bien en enfer fils de pute."

Lâcha t-elle en se relevant. Elle avait juste envie de rentrer au QG, de s'allumer un cigare, rien de plus.

"Mercenaires de mes deux, même un gamin en Afghanistan se débrouillait mieux que vous pour faire exploser un camion blindé. La terreur, soit on l'a dans le sang, soit on ferme sa gueule et on crève comme un chien."


Elle se retournait vers ses hommes, il fallait repartir maintenant, une autre unité allait inspecter le bâtiment, son travail était terminé. Avant de quitter les lieux, elle ne se retint pas pour que tout le monde l'entende.


"Aussi, cabron, je n'aime que les femmes, les hommes c'est de la merde, et je déteste par dessus tout les sans-couilles comme toi."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seul, vous n'êtes pas seul. [McLain - Year Zero]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: