Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La danse des masques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La danse des masques   Ven 24 Avr - 22:11

Feat Eric Border
La Danse des Masques
Assise au fond de sa cellule, Duela regardait par la petite fenêtre les nuages qui continuaient leur course dans le ciel. Plus elle les regardait, plus elle se disait qu'ils avaient l'air confortable. Elle se demandait bien d'ailleurs quelle sensation le fait de s'assoir dans un nuage cela pourrait-il produire. Remarque non, la question était stupide. Il allait de soit que ça serait forcément tout moelleux, tout doux, tout agréable. Mais quand même, ça donnait envie d'essayer. Et puis, ça serait plus amusant que de rester là, enfermée, à attendre qu'une infirmière ou un médecin ne vienne la voir pour parler ou lui donner ses pilules. Elle détestait ces pilules d'ailleurs. Elles avaient un goût atroce et puis, elles lui filaient des mal de crânes violents couplés à des envies de dormir bien trop puissantes pour être naturelles. Mais Duela était une gentille fille. Alors Duela prenait les pilules. Avant de les régurgiter aussi sec quand les médecins avaient le dos tourné. Mais Duela savait comment tout ça fonctionnait. Elle savait quoi faire pour retrouver un peu de sa liberté disparue. Il suffisait de dire aux gens ce qu'ils désiraient entendre, de la façon qu'ils le voulaient. Saupoudrez le tout d'une patte de velours et d'un joli sourire innocent de la jeune adulte et c'était bon, son billet pour la sortie lui était assurée. Cependant, quelque chose d'inattendue avant chamboulé ses plans premiers. Il s'était passé quelque chose. Elle le sentait. Ça se voyait. Une vague de panique silencieuse s'était répandue de façon vicieuse il y avait quelques jours de cela, murmure d'une aube nouvelle. Et alors, la nuit avait semblé devenir plus calme, plus sombre... Une petite voix dans sa tête lui disait que tout ça allait bientôt devenir ridiculement hilarant. Mais il lui fallait savoir ce qu'il se passait exactement. Et surtout, plus que tout, il lui fallait sortir. Elle n'avait rien appris ici sur celui qu'elle recherchait, ça n'était donc pas la peine de rester plus longtemps que de raison.

Mais c'était décevant tout de même.
Elle pensait qu'elle aurait eut plus de chance avec cet endroit qui avait vu abriter de nombreuses fois l'homme qu'elle recherchait. Elle avait espérer récupérer quelques informations sur ce dernier, discrètement. Demander innocemment aux infirmiers, aux médecins. Faisant passer ça pour de la curiosité toute simple. Quoique non. Ce n'était même pas la peine. Ils savaient pour son obsession. Alors pas besoin de la cacher. Elle avait demandé, fureté, posé des questions. Mais rien. Il s'était évanouie dans la nature, c'était la seule chose dont elle était sure. Alors cet emprisonnement volontaire n'avait servit à rien. Tant pis...
La tirant de ses pensées des bruits de pas venant du couloirs lui firent lever la tête. Attentive, elle ne mit pas longtemps pour se rendre compte que les dit bruits se rapprochaient de sa cellule. Se relevant, elle dépoussiéra un peu sa tenue d'internée, quittant la fenêtre des yeux pour fixer la porte. Il devait être l'heure de son traitement, encore. Soupirant profondément, elle se concentra durant une fraction de secondes avant d'aborder un visage souriant et joyeux, que l'on aurait facilement cru porté par la plus innocente des jeunes filles. Ce fut ainsi qu'elle accueillit son hôte médical, lui souriant de son air doux, le saluant d'un geste de la main.
Fiche by Dev Nerd Girl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Ven 24 Avr - 22:39




Arkham Staff


Les pas d'un homme, vêtu d'une blouse blanche d'infirmier, les traits tirés, les yeux verts perçants et un visage plutôt agréable, se répercutaient dans les sous-sols des soins intensifs. Malgré la soit-disante annonce de Jeremiah Arkham sur la présence d'un homme-hibou décidant de faire de l'asile, son propre repaire, il fallait bien le dire, tous ces évènements étaient de plus t'en plus curieux comme dirait une certaine Alice dans un certain conte de Lewis Carroll. De plus t'en plus curieux, la pensée faisait sourire l'homme qu'on nommait Eric Border, un des infirmiers les plus prometteurs que tout Arkham ait put espérer. Dans ces salles lugubres, tout était calme. Près de quatre-vingt dix pour cent des criminels de l'asile s'étaient enfuis. Les autres, assommés ou encore prisonniers de cellules plus antiques, étaient restés. La plupart, dont la patiente mentionnée dans un des derniers rapports, semblait être une de ces criminelles que personne ne voulait voir dans leurs rangs. Bien que la disparition du Joker, de Double-Face, de pleins d'autres encore, ait été une terrible nouvelle, le jeune Eric Border avait néanmoins foi dans les talents de Batman pour ramener les brebis égarées au sein du troupeau, à Arkham Island. Alors que tout partait sérieusement en cacahuète dehors, Arkham se devait de rester un lieu de soins, d'accueil, pour toute personne requérant l'aide et l'assistance dans ces temps d'Apocalypse moderne. D'autres pas se firent entendre ... Mahreen, la jeune infirmière pakistanaise, venait de mettre son tchador car elle venait d'affirmer que les nuits étaient froides à Arkham, quand à James, un infirmier un peu plus bourru, il restait un peu en retrait, regardant la cellule devant laquelle Eric Border s'était postée. Lisant son rapport à haute voix, Eric Border ne cilla pas d'un sourcil en lisant le rapport.

- "Duela Dent, vrai nom inconnu, se réclame d'être la fille de nombreux criminels, comme le Joker, le Sphinx, le Pingouin, et même l'ancien procureur Harvey Dent."


Mahreen - "Elle est sous calmants, le docteur Bartholomu s'est chargé, avec l'aide de cinq infirmiers, de la calmer un peu."

James - "J'espère qu'elle est calme, sinon, elle aura droit à une petite salade de phalanges. Au pire, il nous reste des laxatifs, je serais curieux de voir un clown chier en permanence. Au moins, elle ne nous ferait plus chier."


Mahreen eut un petit rire, quant à Eric, il sourit avant d'ordonner que l'on ouvre la cellule manuellement. James ouvrit alors le cachot où était enfermée Duela Dent. L'an Zéro l'avait mis à cran, et Mahreen se tenait prête au cas où il y'aurait du grabuge. Quant à Eric, il pénétra dans la cellule et muni d'une petite lampe électrique, il ordonna qu'on referme la porte. Il voulait s'entretenir seul à seul avec la dénommée Duela. L'atmosphère était glaciale, et pourtant, malgré le sourire qu'affichait Duela Dent, Eric eut lui aussi un petit sourire, un petit sourire bien étrange, et pourtant chaleureux. Il y'avait une chaise juste à côté de la porte, dans la cellule, Eric la tira et la plaçât en face de Duela pour s'assoir en face d'elle. Son calepin dans la main, les médicaments dans l'autre, Eric attendit quelques instants avant de commencer à parler d'une voix calme et douce.

- "Bonjour Duela, vous sentez-vous mieux aujourd'hui ? J'ai cru comprendre que vous avez eu une petite mise au point avec mes collègues qui sont restés à Arkham ? Je tiens à vous assurer que vous n'avez rien à craindre de moi, je suis là pour vous aider du mieux que je peux. Je m'appelle Eric, Eric Border. Et je suis affecté dès à présent, sur votre dossier médical. Vu que la plupart des docteurs ont déserté Arkham, je me suis porté volontaire pour m'occuper des patients qui n'ont plus leurs médecins attitrés."


Je pose alors mon calepin sur mes genoux, et je sors quelques médicaments. Quelques médicaments pour calmer Duela si elle le désirait. Je lui offrirais le choix. Après tout, c'était à elle de faire les efforts pour se sortir de l'état déplorable dans lequel elle était. Mahreen et James reviendraient dans l'aile du bâtiment dans quinze minutes, et Eric était seul, protégé par un taser au cas où, mais seul face à la fille qui se réclamait être une grande criminelle. Néanmoins, Duela avait été abandonné par les autres criminels, comme si ceux-ci ne voulaient pas d'elle dans leurs rangs ? Pourquoi ? Une tentative de refus de l'incorporer ? Jugée trop douce ? Trop gentille ? Des questions se posaient dans la tête du jeune infirmier. Regardant droit dans les yeux la jeune femme, Border se risqua à une nouvelle question, surement sans réponse plausible.

- "Savez-vous ce qui s'est passé dernièrement à Arkham ?"


La question était judicieuse oui. Elle devait savoir pour l'émeute, mais pas pour ce qui se passait actuellement dans Gotham City. Elle devait s'en foutre, comme une bonne aliénée qu'elle était. Mais il y'avait, dans ce refus des autres criminels, une espèce d'espoir qui touchait au plus profond le jeune infirmier. Quelque chose lui disait que Duela Dent n'était pas si loin de la guérison que l'on pouvait imaginer. Peut-être qu'Eric se fourvoyait dans une erreur qui serait fatale ? Non, il suivait son instinct, tout simplement. Son instinct était généralement bon, et pour le moment, il ne l'avait pas trahi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Sam 25 Avr - 0:04

Feat Eric Border
La Danse des Masques
Le faisceau lumineux de la lampe électrique lui fit un peu mal aux yeux, ce qui ne fit que confirmer que la nuit était bien plus sombre qu'en temps normale. D'ailleurs, quelque chose l'interloquant lorsque l'inconnu entra. La lumière. D'habitude, la lumière du couloir, bien que blafarde, marquait dans sa cellule une large plage. Là, rien. Ou tout du moins, il y avait eut de la lumière mais elle semblait si faible qu'on l'eut facilement crut inexistante. Cette absence était-elle en lien avec ce qui semblait se passer? Allez savoir... Mais ça pourrait toujours être amusant de comprendre le pourquoi du comment!
Reportant son attention sur le nouveau venu, elle le fixa gentiment. Elle ne l'avait jamais vu. C'était la première fois que cet homme passait sa porte. Sans gène aucune, elle le détailla du regard, des pieds à la tête, de la tête aux pieds, intriguée. Il portait cette blouse blanche classique propre aux membres du corps médical d'Arkham et la dépassait largement en terme de taille. Mais ce ne fut pas ça qui attira son attention mais ses yeux. Ces deux billes vertes qui, pour une raison qu'elle ne comprenait pas, lui semblait familière. Bah, non, elle devait se faire des idées.
Ses yeux vairons ne mirent pas longtemps à s’arrêter sur le sourire que lui rendait son visiteur. Il avait quelque chose de presque paternel... C'était à en vomir. Pourtant, Duela ne se défit pas de son air innocent, écoutant attentivement l'infirmier se présenter, allant s'assoir en tailleur sur sa couchette, peu désireuse de salir de nouveau sa tenue. Elle ne put s'empêcher de grimacer quelque peu en l'entendant faire allusion à ses collègues. Ils n'avaient pas été tendres. Elle non plus d'ailleurs mais bon, qu'importait. Ils l'avaient cherchés.
Tout aussi attentivement, elle regarda les médicaments qu'il avait sortit. Visiblement, il n'était pas partie pour les lui faire avaler de force et ça déjà, c'était un bon point. Finalement, elle se décida à lui répondre, d'une voix calme et douce, presque enfantine.

- Enchantée, monsieur Border. Je vais bien et vous? Quoiqu'un peu de compagnie me fasse plutôt plaisir, je me sentais toute seule... Mais dites monsieur, pourquoi certains docteurs ont quittés Arkham? Non, en faite oubliez, ce n'est pas amusant. Dites-moi plutôt, ça fait longtemps que vous travaillez ici?

Si elle s'attendait à une réponse?
Pas vraiment. Les médecins ici étaient spécialistes pour ne pas répondre aux questions de leurs patients. Et elle, elle trouvait ça incroyablement chiant. Sans compter qu'en plus, c'était un manque de savoir vivre des plus criant. Comme quoi, la politesse n'était plus ce qu'elle avait été.
Continuant à détailler chacun des mouvements de son interlocuteurs, la jeune femme n'eut pas de réponse qu'il lui posait déjà une autre question. Haussant les sourcils de surprise, elle le fixant d'un petit sourire amusé, posant son menton dans la paume de sa main, le coude de cette dite main se posant sur son genou plié.

- Comment voulez-vous que je le sache? Mon seul lien avec l'extérieur, c'est cette minuscule fenêtre... Par contre, si vous pouviez m'éclairer sur ce qui se passe, je vous en serais reconnaissante. Je serais curieuse de savoir ce qu'il se passe.

Duela marqua une petite pose puis reprit, l'air pensif.

- D'ailleurs, est-ce normal qu'il y ait si peu de lumière dans le couloir? Il me semblait qu'il y en avait plus avant, non?

Fiche by Dev Nerd Girl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Sam 25 Avr - 14:15




Arkham Staff


De manière résolument posée, Eric Border eut un petit sourire presque normal, presque calme. Devant l'étendue des dégâts qui s'était aggravée depuis les derniers jours, il paraissait presque étonnant que Duela ne soit pas au courant des derniers faits, et pourtant, Arkham était une passoire, un véritable bouge dans lequel il était impossible de ne pas savoir ce qui se passait à l'extérieur. Pourtant, les moyens n'étaient pas difficiles à prendre. Otis Flannigan, lui, parlait carrément à ses rats et il savait tout sur tout des transactions dans le marché noir de la ville, et d'autres, comme White Shark, pouvaient simplement rester dans leur lit qu'ils étaient déjà au courant de beaucoup de choses. Non vraiment, cette Duela ne devait pas avoir de chance dans ce lieu qu'était Arkham Island.

- "Je vais tout à fait bien, je vous remercie. Je suis arrivé récemment, j'étais à l’hôpital de Gotham avant d’atterrir ici."


Une voix tout à fait détachée, une voix presque normale, une voix presque "passe-partout", histoire de gagner la confiance de la patiente. Le sourire se dissipa et le dénommé Eric reprit la parole. Il fallait quand même informer les patients restants de ce qui se passait à Arkham et en dehors, contrairement à ce que le docteur Arkham préconisait, il fallait rester humain, en quelconque moment, avec les patients. Ce ne sont pas des bêtes après tout, le propre de l'Homme n'est-il pas d'aider ceux qui ont le plus besoin d'aide ? Elle ne voulait pas savoir quel fut le destin des docteurs de l'asile, une corvée inutile en moins à expliquer, les vrais disciples de la médecine, eux, étaient restés pour sauver ce qui pouvait l'être encore, à savoir tout un travail de soins pour des pensionnaires oubliés. Prenant une petite inspiration, Eric allait s'efforcer d'aider comme il le fallait cette pauvre Duela, soumise aux médicaments et aux soins dignes de l'Inquisition et du Moyen-Âge.

- "Gotham City s'est vu ... Attaquée par une force quelconque. Nous ne savons pas qui a fait cela et les rumeurs vont bon train. La ville est plongée dans le noir, des gangs se sont formés, et beaucoup murmurent que le Joker a été assassiné par Batman, ou un de ses alliés. Ce sont les dernières rumeurs qui nous sont parvenues ici-même."


Alors que la pièce semblait redevenir aussi glaciale que prévue, Eric Border tapotait son stylo dans la veste. Geste machinal ? Ou simple tic ? Ou bien était-il nerveux ? Bonne question. Le dénommé Eric eut néanmoins un nouveau sourire avant de regarder les médicaments et jeta un dernier regard en arrière, en direction des couloirs.

- "Nous avons très très peu d'électricité, le peu que nous avons est ce qu'il reste dans les ampoules, soit l'énergie en provenance du générateur de secours. Mais malheureusement, dans deux-trois jours, il se pourrait bien que les nuits soient vraiment noires à Arkham."

Ne pas oublier que Duela pouvait avoir, comme le Joker, des accès d'humeur pouvant être incontrôlables. Eric savait quoi faire dans ce genre de cas, il avait assez de force pour la repousser et pouvait sans aucun doute, se charger de la neutraliser en lui faisant avaler les gélules qu'il avait dans sa main. De puissants somnifères qui feraient dormir Duela pendant un moment. Mais on n'en était pas là, et Duela se montrait coopérative et même assez courtoise, ce qui pouvait être rare à Arkham. Peut-être même qu'elle pourrait, si elle continuait, sortir avec une mention spéciale de bonne conduite. C'était possible.

- "Que ressentez-vous en ce moment-même, Duela ? Que pensez-vous de ces dernières informations ?"


Eric pensait qu'en laissant Duela s'exprimer et donner son avis, en accordant son opinion et en acceptant sa confiance, peut-être qu'elle pourrait se lâcher et donner une porte possible pour sa guérison. Peut-être qu'en cherchant la clé d'une possible "santé mentale", Duela serait à même d'être soignée, et d'être la première victoire dans un long combat contre la folie. Il fallait rester humain, à tout prix.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Sam 25 Avr - 17:52

Feat Eric Border
La Danse des Masques
Arrivé depuis peu hein? Dommage, il n'aurait sans doute pas autant d'informations qu'elle l'aurait désiré. Mais bon, peut être en savait-il sans doute plus qu'elle, ce qui serait toujours utile. Après tout, tout était à prendre dans ce qui se disait, rien n'était à négliger. C'était le meilleur moyen de passer à côté de choses importantes sinon.
Nonchalamment assise sur sa couchette, Duela réfléchissait derrière son masque de gentille fille. Elle réfléchissait à comment obtenir plus d'informations. Mais finalement, sans doute sans qu'il ne s'en rende compte, l'infirmier lui donna les première miettes de savoir qu'elle recherchait. Notant l'état actuel de Gotham dans un coin de sa tête, elle ne put cependant conserver son air doux. Des réponses de son interlocuteurs, seuls deux mots semblaient raisonner en elle, éveillant sur leur passage une colère sans nom.
Joker et assassiné.
Ça lui était inconcevable. Ce n'était pas même possible. Son père ne pouvait pas être mort. Il ne devait pas. Qu'allait-elle devenir sinon? Elle ne savait pas. En faite si, elle savait. Elle le vengerait. Si c'était la chauve-souris qui l'avait effectivement tué, elle se vengerait. Pour la mémoire de son père. Mais elle ne toucherait pas à Batman, non. Elle détruirait tout ce qui se trouverait autour de lui, tout comme lui avait détruit son monde, son père. Et puis elle le regarderait souffrir, riant de cette blague morbide qu'elle lui aurait fait, veillant à ce qu'il vive dans un tourment infernal à se tordre de rire jusqu'à la fin de ses jours. Rien que d'y penser, ça l'excitait d'avance. Mais là n'était pas la question car, pour le moment, elle niait et rejetait violemment cette information, se refusant farouchement à l'entendre.
Sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, toutes ces questions et ces suppositions avaient commencées à lui donner le tournis. Son visage doux s'effritait, un sourire tordu le déformant. Dans son regard, on y lisait clairement sa folie et sa colère. D'un bond, elle se leva, membres tendus, fixant l'infirmier sans pour autant s'approcher de lui, riant simplement aux éclats, se contentant de tourner sur elle-même en un mouvement presque comique.

- Daddy? Assassiné? Quelle délicieuse blague! Mais c'est impossible, il ne peut pas! Il est bien trop ingénieux, bien trop fort pour se laisser avoir!

Puis, elle se repris, arrêtant sa danse solitaire, se rapprochant soudainement de l'infirmier, son sourire torve aux lèvres, son visage à quelques centimètres du sien. Et elle reprit sa voix douce et calme, contrastant fortement avec son visage qui restait toujours aussi marqué de sa folie.

- Dites monsieur, vous en savez plus? Oui, vous en savez forcément plus. Dites-moi d'autres choses sur mon Daddy. Car j'aime les histoires, les histoires, c'est toujours bien. Mais c'est encore mieux si vous avez des histoires amusantes à raconter...

Et, comme une enfant, elle s'était assise sur le sol, en tailleur, face à Border. Elle le fixait d'un air attentif, comme un enfant aurait regardé la nounou qui s’apprêtait à lui raconter une histoire pour l'endormir. Et, à peu de choses près, cette comparaison ne s'appliquait que trop bien en ce cas. Il valait d'ailleurs mieux pour cet homme qu'il ait quelque chose à lui dire ou alors, mieux valait qu'il sorte vite. Après tout, personne ne savait comment Duela pourrait réafir. Pas même elle.
Malgré ce qu'elle avait bien daigné montré pour le moment, elle n'avait pas fait fie des autres informations que lui avait donné l'homme. Elle les avait enregistrées et gardées précieusement dans un coin de sa tête. Après tout, quelque chose lui disait que ces informations deviendraient bientôt bien utiles. Et, d'autre part, elle commençait également à croire que les jouer patte de velours ne serait pas forcément le moyen le plus rapide pour sortir. Après tout, elle avait un semblant de confirmation que celui qu'elle cherchait était dehors, alors plus la peine de rester ici...
Fiche by Dev Nerd Girl


Dernière édition par Duela Dent le Sam 25 Avr - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Sam 25 Avr - 18:32




Arkham Staff

Les crises de colères de Duela n'arrangèrent pas les choses, si bien qu'Eric Border tenait dans ses mains un petit flacon rempli de diverses calmants pour rendre de manière calme les patients un peu trop excités. Elle semblait se soucier de l'avenir de Gotham City ? Non, pas spécialement, les évènements des derniers jours lui passaient par dessus la tête avec un je m'en foutisme énorme. Non, ce qui comptait pour elle, c'était son "daddy", le Joker. Regardant son calepin, il n'avait pourtant été fait aucune mention que le Joker était réellement le père de la patiente Duela Dent. Eric fronçait les sourcils dès à présent, pour tout dire, il ne s'attendait pas à un tel intérêt de la part de la patiente. Mais pour tout dire, il est vrai que, selon les humeurs et les délires de la jeune femme, on pouvait aller d'un extrême à un autre. Elle exécuta une espèce de danse qui me mettait mal à l'aise. Dans certaines tribus, danser revenait à offrir une espèce d'hommage aux morts, mais dans ce genre d'ethnie, on faisait aussi des allusions à la nécromancie et au cannibalisme, et l'idée de voir Duela suivre le même chemin faisait frémir le jeune infirmier de l'asile d'Arkham. Duela en nécromancienne, quelle horreur dirons-nous.

- "Tout ce que nous savons, c'est que le corps n'a pas été retrouvé. Néanmoins, son visage putréfié est dans un petit coffret, enfermé dans la cellule 0801, sa cellule."


C'était le moins que l'on pouvait faire. Le masque avait été apporté par je ne sais quel personnage et seuls les dieux étaient au courant de cette affaire. Eric Border ne s'interrogea pas plus là-dessus, mais il était évident, et même macabre, que Duela ait un intérêt particulier pour cette histoire horrible. Cela ne contribuerait certainement pas à la santé mentale de la jeune fille, vraiment pas. Elle s'était assise en tailleur, sur le sol nu et froid, et Eric cherchait un moyen de la calmer sans avoir recours aux médicaments.

- "Il est peut-être encore en vie qui sait ? Il est peut-être même à Arkham ? Errant comme un fantôme à la recherche de son visage ? Peut-être même ..."


Il sortit alors un petit scalpel et se leva en direction de la jeune fille qui se trouvait très très près de lui. Il s'abaissa doucement, la lame si près de la jeune Duela et dit d'une voix presque semblable à celle du Joker. Aussi stridente, aussi aigüe, aussi monstrueuse, un vrai talent d'imitateur dirons-nous même. Pendant un instant, on aurait très bien pût croire à un Gueule d'Argile imitant à la perfection le Prince Clown du rire, mais Eric Border avait prouvé qu'il n'était pas un méta-humain, puisque les Gueule d'Argile sont incapables de produire du sang.

- "Qu'il vienne chercher le tiens."


Il rangea aussitôt son arme blanche spécialisée dans les soins avant de dire d'une voix calme et douce. Il espérait que la jeune Duela ait eu une belle petite frousse, peut-être que cela l'aurait même captivée qui sait ? Néanmoins, il revint à lui très rapidement.

- "Jolie histoire non ?"


Un léger sourire passait sur les lèvres du jeune infirmier que l'on nommait Eric Border. Un léger sourire presque inhumain et pourtant tellement agréable. Le sourire en lui-même pouvait rappeler un certain personnage pensionnaire d'Arkham, mais non, l'hypothèse était presque impossible. Le Joker souriait toujours, et Eric Border ne souriait que très rarement. De plus, le Joker n'avait plus son visage d'après son dernier passage à Arkham. Et de plus, s'il était vraiment à Arkham, il y'a longtemps que l'ensemble du personnel restant serait mort. Se relevant, Eric garda un aspect neutre et entièrement détaché avant de sortir quelques médicaments qu'il mit dans un gobelet en plastique sur la table de la pièce.

- "Vous avalerez la bleue ce soir, et la rouge à votre réveil. Ne vous en faites pas pour moi, je serais dans le couloir, si vous avez besoin de quelque chose durant la nuit."


Il fallait attendre maintenant que Mahreen vienne ouvrir la porte de la cellule. Il pouvait encore en profiter pour papoter encore un peu avec la jeune internée. Elle était étrangement calme, d'après les dossiers constitués sur elle, elle était toujours en suractivité et surtout, assez meurtrière quand elle s'y mettait vraiment. Mais ça changeait en fonction de ses humeurs et elle restait une parfaite inconnue en terme de ses propres origines. La pièce était calme, et le vent s'engouffrait par les fissures du couloir, la nuit allait être froide, salement froide ce soir. Pour tout dire, à Arkham Island, le froid et le chauffage, c'était un peu spartiate niveau confort. On ne pouvait jamais espérer que les radiateurs fonctionnent et les nuits étaient toujours épouvantablement glaciales. Mahreen ne reviendrait surement pas avant au moins dix minutes, le temps de faire le tour de l'aile et des patients qu'elle avait en charge. Pas grave, la clownette allait surement se mettre au lit bien sagement, et dormir paisiblement.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Sam 25 Avr - 19:44

Feat Eric Border
La Danse des Masques
Attentive comme tout, étant presque redevenue docile, Duela écouta ce que lui disait le dénommé Eric. Son visage? Le visage du joker était ici? Peut être que finalement, elle allait changer un peu ses plans alors. Le visage de son père. Elle ne pouvait pas le laisser dans un endroit aussi lugubre que celui-ci. C'était son devoir de préserver ce que son géniteur avait laissé derrière lui. Aussi, il ne lui fallut pas bien longtemps pour se décider à aller rechercher cette précieuse relique qu'était son visage à ses yeux. Cependant, elle n'en montra rien, continuant à l'écouter avant de se retrouver fort dépourvue quand l’impensable se produisit.
Cette fois, ce fut à son tour de venir vers elle. Sur le scalpel qu'il avait sortit de sa poche se reflétait les faibles rayons lunaires qui filtraient à travers sa fenêtre éternellement fermée. A cette vue, n'importe qui aurait fait un bond en arrière, l'air apeuré. Mais pas elle. Quelque chose lui disait qu'il ne fallait pas qu'elle bouge, qu'elle devait rester ainsi. Une petite voix lui susurrait que quelque chose allait se passer. Et ça se passa.

Durant une fraction de secondes qui semblait durer une éternité, elle crut retrouver celui qu'elle cherchait. Cette voix... Et puis ces yeux, bon dieu! Son cœur fit un bond dans sa poitrine à s'en arracher, elle se sentit fébrile, couvant une joie perverse et malsaine. La lame était à quelques centimètres de la peau de sa joue, mais, se lassant porter par les quelques mots prononcés, elle leva avec lenteur son bras, allant poser sa main sur celle de l'infirmier qui, durant ce laps de temps, était devenu bien plus. Plongeant ses yeux vairons dans ses prunelles vertes, elle déposa la lame contre sa joue. Puis, lentement, son visage se changea à nouveau. Un large sourire naquit sur ses lèvres, un sourire atrocement joyeux et flippant à la fois, lui fendant le visage, rappelant sans aucun doute ce sourire si caractéristique du Joker. Et sous les mouvements de peau, la lame glissait, filait sur sa peau, l’entaillant lentement, faisant perler sur sa joue ce liquide rouge si précieux, la marquant d'une entaille semblable à une autre bien connue.
Être façonnée comme son modèle par son modèle.
C'était grisant, excitant.
A tel point que Duela en éprouvait une jouissance morbide à entendre cette voix et sentir ce scalpel contre elle.

Mais elle fut brusquement ramenée à la réalité.
Border retira le scalpel aussi vite qu'il l'avait sortit et le rangea, reprenant sa voix habituelle.
Duela papillonna des yeux, comme s'éveillant d'un rêve, se demandant durant un moment si tout ça avait bien eut lieu. Mais au vue de sa plaie ouverte, il n'y avait aucun doute. Elle se passa l'index et le majeur dessus tout en écoutant l'infirmier. Elle tira le sang de sa joue à ses lèvres, les teintant de rouge, reproduisant son maquillage avec un réalisme accentué par l'entaille. Puis, elle releva ses yeux vers l'homme, léchant ses doigts rouges, lui souriant d'un air plus doux, presque enjôleur.

- J'aime vos histoires monsieur. Elles ont quelque chose de particulièrement... réel.

Restant sur le sol, toujours en tailleur, elle n'avait pas bougée, le regardant sortir à son attention les pilules qu'elle prendrait hypothétiquement. Cet homme était-il complétement con ou pensait-il sincèrement qu'elle prendrait ses gélules d'elle-même? Dans les deux cas, sa pensée était stupide mais d'un autre côté, elle lui donnait une chance de fuir. Mais pas tout de suite, il fallait attendre un peu.
Se relevant, elle alla tirer la chaise que l'homme avait quitté vers elle. Elle s'assit de l'autre côté de la table, faisant face à la porte de sa cellule. Regardant les gélules, elle se mit à jouer distraitement avec le petit gobelet en plastique, s'amusant à le faire passer de doigts en doigts sans faire tomber son contenu. Puis, elle reprit la parole, de ce même ton doux.

- Dites monsieur, je n'ai pas eu de sortie aujourd'hui... Je peux l'avoir maintenant? Histoire de prendre un peu d'air frais pour mieux dormir.

Fiche by Dev Nerd Girl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Sam 25 Avr - 23:07




Arkham Staff
Même si le pauvre infirmier qu'était Eric Border était quelqu'un de très très très naïf, il savait pertinemment que s'il lâchait Duela dans la nature, il serait très vite passé au crible, temps de crise ou non, il serait dans une merde noire, et ça ne sentirait pas spécialement bon pour son matricule. Par contre, les gonds et les loquets ont une faculté à mal résister face à la rouille et à l'encrassage systématique à cause de l'humidité. Eric connaissait les petites "merdes" habituelles à ce sujet et qui causait un problème systématique en permanence. De plus, d'après ses souvenirs, on avait pas été ré-approvisionné en huile pour graisser les gonds et les autres parties métalliques, ce qui fait que certaines sécurités ne sont plus tout à fait opérationnelles. On pourrait même mettre ça sur le compte d'une erreur dirons-nous. Eric eut un petit rire doux quand elle vanta les talents de conteur de l'infirmier.

- "Disons que, dans une autre vie, j'aurais pût être un grand raconteur d'histoires."

Un léger clin d’œil, encore. Un clin d’œil aux histoires que le Joker racontait à ses anciens geôliers. On pourrait penser que l'esprit et les fantômes qui hantent la cellule 0801 du Joker auraient pût avoir raison de la santé mentale d'Eric Border, mais il n'en était rien. Il restait dans son optique d'aider les patients de Gotham City comme il le pouvait, même si Arkham venait gueuler. Et Eric s'en foutait un max.

- "J'ai toujours rêvé d'être un comique ..."

Dit-il doucement et nonchalamment. Eric Border se ventait d'être quelqu'un qu'il ne pouvait pas être. Être un comique, ça relevait déjà du fait d'être drôle, autant sur le plan mental que physique, et le look physique d'Eric, c'était pas vraiment ça, on pouvait dire. Mais ça faisait rire les malades à l'asile déjà. Mais bon, ce n'était pas spécialement encourageant. Les fous riaient pour tout et pour rien, alors vous pensez ... Non, personne ne se souciait du pauvre petit Eric Border, ce pauvre homme que personne ne voulait voir, ce pauvre homme qui n'était qu'un "anonyme" comme tant d'autres, dans une ville au bord de l'Apocalyspe, et qui tentait désespéramment de se raccrocher à quelque chose de "connu".

- "Vous ferez votre sortie demain, mademoiselle Duela."

Quelque chose germa néanmoins dans l'esprit de Border, retenir ces gens, dans une situation des plus dégradantes, et surtout, leur faire courir un risque éhonté, cela était de ... De la folie après tout ? Non ? Retenir ces internés, dans cet asile, sans générateur, sans chauffage, sans vraie nourriture, sans rationnements et surtout sans linge propre, c'était inhumain. Puis, une idée germa à nouveau, pourquoi ne pas libérer Duela Dent ? Pourquoi ne pas la relâcher ? Après tout ... Elle avait l'air dans un bon jour, et peut-être qu'elle s'en sortirait, elle ? Qui sait vraiment ce qu'elle pouvait faire dans Gotham City ? Ce n'était qu'une pauvre ère après tout. Dehors, on entendait les pas de Mahreen et de James qui se rapprochaient.

- "Ce soir, 23h, le gond de cette porte sera cassé. Vous en profiterez, ce sera mon tour de garde. Faites en sorte que cela reste crédible de votre côté."

Eric venait de parler doucement. Il prit les deux pilules du gobelet que tenait Duela. Il les cacha alors dans la poche de son pantalon blanc avant de parler d'une voix normale et calme, comme pour faire en sorte que les deux infirmiers puissent bien entendre ce qui se passait.

- "Parfait, mademoiselle Duela, vous êtes une gentille fille. Prendre ses médicaments fait de vous quelqu'un de responsable. Maintenant, il faut se reposer."

La porte de la cellule s'ouvrit alors, et Mahreen, suivit de James y pénétrèrent, observant alors un Eric Border faisait sa petite tournée du suivi de ses patients. Une scène banale, une scène normale dans un asile. Qu'est-ce qui était normal à Arkham au final ? Pourquoi tant de banalités alors que tout était possible dans un établissement où son fondateur était devenu cinglé, avant de sombrer lui-même dans l'oubli. Arkham n'était clairement pas un endroit de soins, c'était un abattoir, et il fallait révolutionner cet endroit.

- "Tout est normal ici. Duela vient d'avaler ses médicaments."

Un regard vers Duela, pas un regard d'approbation, pas un regard froid et neutre, non, pas même un regard de pitié et de charité. C'était un regard bref, furtif, un regard empli de folie, de monstruosité qui s'écoulait dans chaque pore de la peau de ce chétif petit infirmer qu'était Eric Border. Eric ne tarderait pas à sortir de la cellule, oui, mais il espérait aussi que Duela ne capote pas sa seule chance de sortir pour de bon de cet asile. Peut-on se demander si c'est par pure charité ? Ou bien si c'était un coup pour miner un peu plus une ville tombée dans la folie et l'isolement ? Questions ... Questions ... Encore et toujours ...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Dim 26 Avr - 0:17

Feat Eric Border
La Danse des Masques
Cet homme était définitivement étrange. Bizarre même. Aux yeux de Duela, il ressemblait à une bombe à retardement. Enfin, le mot était fort mais l'idée était là. Tout aussi folle qu'elle était, elle n'en était pas stupide pour autant et elle savait déceler la folie chez autrui. Après tout, les bêtes se reconnaissent entre elles. Et savait d'autant plus se reconnaitre lorsqu'elles se trouvaient cachés sous des doux traits. Maintenant, la question était de savoir si cet homme là cachait véritablement quelque chose ou si c'était sa simple façon tordue de se mettre dans la poche ses patients. Chose largement possible au demeurant.
Elle continua cependant à l'écouter, mettant de côté ses questions, toujours aussi troublée par ces billes vertes. Tantôt calmes, tantôt voilées d'un rapide éclat de folie, elle ne savait qu'en penser. Quoiqu'il en fut, elle fut rapidement tiré de ses considérations en le voyant remettre en poche les gélules.
A quoi jouait-il ?
Car tout ça n'était qu'un jeu, elle était intimement persuadé.
Et s'il voulait jouer, alors elle jouerait avec lui avec le plus grand des plaisirs. En un sens, il avait sut éveiller sa curiosité et elle se débrouillerait pour la satisfaire, mais plus tard, pas maintenant. Le jeu en perdrait toute sa saveur sinon.
Notant dans un coin de sa tête ses paroles, elle se leva sans bruit de la chaise, se dirigeant en sautillant à demi vers sa couchette, avant de s'y assoir, ses jambes pendantes battant l'air. Et d'un coup, elle reprit son air d'enfant doux, celui là même avec lequel elle l'avait accueillit quelques minutes avant. La porte s'ouvrit et elle le salua d'un geste de la main joyeux, ses yeux soutenant l'étincelle de folie dans le regard de l'infirmier. Tout comme sa voix plus tôt, ce regard donna naissance à un frisson puissant qui la parcouru et, quand la porte se referma enfin, ce sourire clownesque déformant son visage le coupait de nouveau de part en part.    

Ce soir, Duela était de bonne humeur.
Elle virevoltait joyeusement dans sa cellule, chantonnant et dansant d'une façon désordonnée. Elle se fichait bien de ce à quoi elle pouvait ressembler après tout, elle n'avait aucun public. Mais dans quelques minutes, elle en aurait un. Cette ville sombre là, au-dehors, deviendrait le théâtre de ses multiples représentations. Et rien que cette idée, ça l'électrisait, ça l'enchantait.
De temps en temps, elle portait sa main à l'entaille sur sa joue dont le sang avait commencé à sécher. Et elle y repensait. A son visage. Pas le sien, l'autre. Ce visage qui avait été arraché à son propriétaire. Pauvres lambeaux de chair, ils n'avaient rien demandé pourtant, ils n'avaient rien fait pour mériter d'être de nouveau enfermé entres quatre murs. Il fallait qu'ils voient de nouveau le jour, qu'ils vivent encore une dernière fois. Et puis, quel aurait le goût du masque de chairs de son paternel? Cette question tournait dans sa tête sans s’arrêter. Elle en avait bien enfiler un nombre incalculable de masques mais celui là... Elle ne pouvait rêver mieux. Porter l'essence même du Joker, c'était une divine idée.
Mais elle se fit de nouveau coupé dans ses réfections. L'heure tournait et dans le silence étrange de l'asile, des bruits de pas se firent entendre. Comme trois coups de balais avant une représentation.
Duela s'approcha de la porte, dansant toujours, avant de s’arrêter, observant ce qu'il allait se passer. Négligemment, elle posa sa main sur le dossier de la chaise, observant en silence ce rideau qui allait se lever.
Car il était l'heure.

Fiche by Dev Nerd Girl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Dim 26 Avr - 10:54




Arkham Staff

Les trois coups sur la scène, le rideau qui se lève, et voila que 23 heures sonne sur la grande horloge du Manoir Arkham. Regardant avec une certaine intensité le grand bâtiment, Eric Border savait ce qu'il avait à faire pour le moment. L'idée de libérer Duela Dent, ce n'était pas un acte de pitié, mais de lucidité. Arkham ne peut hélas pas tenir au niveau des soins, ni-même alimenter comme il se doit les estomacs des derniers internés. Un corps sain prévient d'un esprit sain disait le proverbe, mais les conditions de détention étaient aussi inhumaines. Comment peut-on soigner les gens quand les médicaments commencent à se faire rare et comment tenir bon sans ravitaillement ? Non, c'était impossible, et Duela pouvait se révéler être un danger, sans la bonne dose de calmants nécessaire. Le mieux pour elle, c'était qu'elle quitte l'asile, dans l'intérêt des patients et surtout dans son propre intérêt. Se dirigeant d'un pas hâtif vers les sous-sols, en direction de l'aile B, Eric Border s'avançait alors vers la porte de la cellule de Duela Dent. Mahreen avait veillé sur la première heure et James avait suivit. Maintenant, c'était le tour d'Eric. Inspirant profondément, il ouvrit la porte de la cellule grâce au loquet en fer rouillé, dégueulasse pour tout dire, l'humidité rongeait petit à petit les morceaux des portes non entretenues, et on s'étonnait qu'Arkham était une passoire. La porte fit un léger bruit métallique et l'air s'engouffra alors dans la cellule de la jeune Duela Dent.

- "Bonsoir, Eric Border, infirmier et plombier à mes heures perdues."


Ce n'était pas spécialement un jeu, non. Mais Eric Border avait un humour assez léger, et il se retourna aussitôt, pour laisser sortir la jeune femme clown de sa cellule. Avec un rictus, Eric posa la paume de sa main contre le bois du bureau de garde avant de sortir une petite arme de poing, un pistolet contenant neuf balles. Petit modèle, mais défensif. Il savait que dans les mains de Duela, elle pourrait tuer Eric, mais elle ne le ferait pas. Non, elle avait eut un léger gout de quelque chose de familier, et elle aurait du mal à tirer sur un homme qui imitait parfaitement son ... Père ? Peut-être que oui, peut-être que non.

- "Les rues ne sont pas sûres, autant que vous vous en sortiez avec un peu de chance gratuite."


L'arme était vieillotte oui, elle avait fait son temps, mais neuf balles, c'était tout de même assez pour le moment. Assez pour tenir au moins pendant deux trois jours, après, la survie devenait être assurée. Mais connaissant certaines possibilités de la jeune femme, elle s'en sortirait parfaitement. Après c'était tout autre chose, sur un plan d'expérience, la survie était là au début de notre vie, c'est notre instinct qui nous pousse à aller vers le sein maternel, qui nous pousse dans une optique d'adaptation nécessaire. Hélas, petit à petit, la survie disparait, et nous sommes forcés de suivre des gens qui nous offrent cette survie et cet instinct dont nous faisons défaut. L'humanité en elle-même est privée de sa propre survie, laissant le plaisir à une poignée de gens de dire ce qui est bon pour nous ou non. Et c'était certainement le plus grave, et le plus approprié pour notre situation. Qui sommes-nous, infirmiers d'Arkham, pour prétendre offrir une survie possible à nos malades ? Le mieux, c'était que dans cette période troublée, Duela prenne son envol, qu'elle quitte le nid. Donnant le révolver à la jeune femme, Eric Border indiqua la direction de la sortie.

- "Deux trois gardes restants, avec un peu de chance, vous passerez sans effusion de sang. Essayez d'être distraite, je dirais que vous m'avez assommé."


Un petit sourire sur son visage, mais quelque chose, encore une fois, de familier, d'étrange, et puis, Eric repensa alors à la cellule 0801, celle du Joker, enfouie dans les limbes d'Arkham Island. Une cellule qui vous marquait, non pas parce qu'elle avait appartenu à l'Empereur du Crime de Gotham City, non, mais aussi pour la trace qu'il a laissé, une espèce de vapeur invisible qui vous enveloppe et qui vous perturbe terriblement. Comme si sa folie essayait de vous corrompre, et c'est d'ailleurs aussi une des possibles hypothèses pour laquelle aucun interné ne souhaite y entrer.

- "Vous vous en sortirez."


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Dim 26 Avr - 20:21

Feat Eric Border
La Danse des Masques
Enfin. La représentation commençait. Et, comme tout acteur se lançant dans la gueule béante de ses spectateurs, Duela était fébrile, une petite boule au ventre. L'idée de retrouver l'air frais de cette ville décadente la grisait et elle avait du mal à tenir en place. Elle n'eut cependant pas à attendre longtemps pour que le rideau se lève. Et, aussitôt dit, aussitôt fait, elle bondit hors de sa cellule, virevoltant joyeusement dans le couloir, faisant une petite courbette théâtrale au garde, toute sourire.

- Monsieur, je ne peux qu'apprécier vos qualités de plombier et vous en remercie !

Et là, ses yeux se posèrent sur l'arme qu'il lui tendait. Un petit neuf coups.
Son regard s'illumina comme celui d'un gamin devant le plus beau des cadeau à noël.
Elle se saisit joyeusement du pistolet, l'observa sous toutes les coutures tout en écoutant les avertissements de l'infirmier puis, d'un geste aussi souple qu'inattendue, elle lui sauta au cou comme une enfant, lui déposant un petit bisou sur la joue en guise de remerciement... Et en profita pour lui faire les poches, lui dérobant l'une de ses nombreuses gélules qu'il distribuait aux patients. Puis, chantonnant joyeusement tout en faisant tourner le pistolet entre ses doigts, elle retourna dans sa cellule. Elle coinça avec précaution la gélule dans le loquet de la porte, ce qui pouvait ainsi donner l'opportunité à la personne se trouvant à l'intérieur d'ouvrir quand bon lui semblait la porte. Et ça innocentait au passage ce bon petit infirmier que Duela, il fallait bien l'avouer, appréciait étrangement. Puis elle ressortit de nouveau, toujours aussi joyeuse avant se tourner une dernière fois vers

- Il faudrait que vous vous trouviez une place de choix. Après tout, il faut bien célébrer ma sortie et une fête sans personne, ce n'est pas amusant!

Façon élégante de dire qu'elle ne serait pas la seule à quitter Arkham cette nuit.
Certes, la plus part des gens dont elle ouvrirait la cellule ne seront que des petites frappes mais c'était toujours ça de gagner. Et puis, ça lui éviterait d'utiliser ses balles contre les gardes comme ça.
Ainsi, elle quitta l'infirmier en sautillant et chantonnant gaiment, et, devant toutes les portes qu'elle passait, elle les ouvrait, les poussant légérement, invitant leurs hôtes à sortir. Dans quelques minutes, Arkham deviendrait un endroit bien plus amusant et divertissant qu'il n'avait été. Et à cette idée, Duela ne pouvait s'empêcher de rire à pleine gorge, de ce rire fou et pervers dont elle semblait avoir hérité.
Mais peut-être cette joie était dû au fait qu'elle se dirigeait vers la cellule 0801.
Et, petit à petit, c'était comme si la folie la prenait dans ses bras tendres, l'emportant en une danse sans fin.

Fiche by Dev Nerd Girl
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Dim 26 Avr - 23:30




Arkham Staff

La petite bise eut son effet, et Eric était plutôt content du fait qu'elle allait maintenant s'en sortir, en emmenant avec elle quelques minables logés dans les cellules. Des pauvres bougres, pas grand chose et facilement calmés quand le peu de gardes les auraient stoppés. Eric ne se préoccupait pas de ceux-là, ils étaient trop ... Dépendants pour quitter réellement Arkham. Pour le moment, le baiser de Duela eut comme une espèce de déclencheur électrique qui stimula l'activité nerveuse du petit infirmier, et de plus, elle venait de trouver une parade pour innocenter complètement et de manière furtive le fait qu'Eric Border puisse être le complice de Duela. Brave gosse ! Elle comptait faire une fête ? Dommage, mais Eric ne pourrait pas, le temps était compté, et Mahreen ne tarderait pas à revenir avec le café qu'elle apportait généralement en milieu de nuit, et le mieux pour les deux complices, c'était certainement pas de se faire voir ensemble, main dans la main, priant pour de meilleurs lendemains, et ils vécurent heureux ensuite, et eurent plein d'enfants avec ! Non, ça c'était presque impossible, et Eric le savait, il devait faire attention à son poste, et il se devait d'être là pour aider Gotham City quand elle en aurait bien besoin.

- "Ma collègue ne va pas tarder. Profitez-en vite ! Ne vous retournez pas, je me charge de vous donner un maximum de temps."


Avec un sourire, Eric eut un grand sourire, dévoilant ses dents, ses dents qui rappelaient un certain sourire presque familier à tout Gotham City. Et pourtant ... Pourtant ... Il ne pouvait pas être le Joker, ce n'était pas possible ? Et pourtant ... Et pourtant, Eric Border cachait un lourd secret en son âme.

- "Cours mignonne, sinon, le Grand Méchant Loup te croquera."


Et tandis qu'elle courait vers la cellule 0801 en quête de je ne sais quoi, Eric Border se dirigea tranquillement vers le bureau de garde. Observant avec attention une espèce de tube qui se trouvait par terre, un tube en fonte qui semblait douloureux au contact avec un crane humain, Eric le prit dans ses mains, observant et patientant pour un quelconque bruit. Quelques minutes passèrent ... dix ... vingt ... Une demie-heure, et Duela aurait eut tout le temps nécessaire. Eric ne se demanda pas comment elle sortirait, car à ce moment-même, les bruits de pas de Mahreen se firent entendre au loin, se cognant volontairement le crane contre le tube, Eric tomba dans les vapes. Affalé contre la table, les rapports tombèrent à terre, et quelques secondes plus tard, Mahreen arriva. Elle s'enquit de la santé d'Eric et cria dans les couloirs vides et froids d'Arkham, l'alerte. Et oui, sans électricité, pas d'alarme réactive, rien, et Mahreen ne pouvait observer que la triste porte de la cellule de Duela Dent d'ouverte.

Elle criait, elle criait sans cesse dans les couloirs, son collègue Eric, dans les vapes, ne se réveillerait que dans les prochaines heures. La petite révolte serait matée par les derniers gardes encore présents, mais pour Duela ? Qu'en était-il vraiment ? Mystère et boule de gomme ! Comme pour ses origines, la jeune femme gardait ses secrets au plus profond de sa caboche de cinglée clownesque. Le Docteur Jeremiah Arkham avait armé son propre fusil, une habitude qu'il avait depuis tout ce temps, et il s'était déjà mis à traquer les pensionnaires qui oseraient lui tenir tête.
Et la fameuse cellule 0801 alors ? Pour tout dire, excepté les vieux fantômes et le masque de chair du Joker, il n'y avait rien à tirer, excepté les superstitions et les peurs locales dans ce vieil asile rongé par la peur et la folie ambiante.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La danse des masques   Lun 27 Avr - 0:35

Feat Eric Border
La Danse des Masques
Les grincements des loquets s'ouvrant sonnaient comme une douce musique aux oreilles de Duela. Chantonnant tout en se dirigea vers la légendaire cellule, elle ne mit pas bien longtemps se retrouver en face de la dite porte. Elle marqua un temps d'arrêt, hésitant quelques instants, avant de pousser timidement la porte. Inconsciemment, elle retint son souffle, comme si derrière cette porte, elle allait apercevoir celui qu'elle recherchait. A peu de chose près, c'était ça. Enfin, c'était surtout un morceau de l'homme qu'elle désirait qu'elle allait retrouver. Mais à ses yeux, c'était tout aussi important après tout. Car en un sens, ça restait son père...

En soit, la cellule était semblable en tous point à celle de Duela. Même murs, même couchette sale. Et pourtant, tout semblait également étrangement différent. Comme s'il flottait encore en ces murs le souvenir de la folie du grand clown. La demoiselle s'en sentait agréablement bercée mais elle ne se laissa pas pour autant aller à quelque sentimentalisme. Elle n'avait pas le temps pour ça. Embrassant du regard la pièce, ses yeux s’arrêtèrent sur un petit coffret posé sur la couchette. S'en approchant, la jeune femme ouvrit la petite boite, y découvrant la chair de son paternel, soigneusement enfermée dans un sachet sous-vide. Intriguée, elle prit le sachet, regardant avec amusement la chair. Alors c'était à ça que ça ressemblait? C'était plus rabougri qu'elle ne l'aurait pensé... Mais ça avait un aspect relativement amusant mine de rien! Mais elle n'avait pas le temps de s'extasier devant. Elle jouerait avec après.
Emportant la poche sous-vide avec elle, laissant le coffre béant, la fille du Joker fila dans les couloirs. Déjà, les âmes perdues dont elle avait ouvert les portes avaient commencées à affluer en tout sens, de façon chaotique. Les plus éveillées étaient déjà en prise avec les gardes qui avaient rappliqué ventre à terre. Dans toutes cette effervescence, dans tout ce joyeux bordel, Duela jouait des coudes, sans trop de difficultés. Elle avançait dans l'ombre des autre internés, les laissant devenir de la chair à canon pour mieux s'en sortir. Après tout, leurs destins ne l’intéressait pas. Tant qu'elle s'en sortait, elle se fichait bien de ce qui pourrait leur arriver.

A vrai dire, elle n'eut pas franchement de mal à sortir de l'asile.
Certes, à l'entrée de celui-ci, elle avait dû "endormir" de façon quelque peu brutale les deux gardes mais c'était leur faute aussi. Ils s'étaient rués sur elle, toutes matraques dehors, comme si elle était une démente folle dangereuse. Mais elle, elle n'était qu'une pauvre fille cherchant à fuir. Alors elle avait nonchalamment éclaté le crane de l'un contre le sol et roué de coups d'une violence inouïe le second. Avec sa propre arme bien sur, ce n'était pas amusant sinon.
Puis elle était partie, s'évanouissant dans l'ombre de Gotham, son rire raisonnant de façon sinistre en guise d'adieu à l'asile.

Fiche by Dev Nerd Girl
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La danse des masques   

Revenir en haut Aller en bas
 
La danse des masques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: