Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petits textes entre gens distingués

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Petits textes entre gens distingués   Dim 5 Avr - 15:05

Eh bien, loin de moi l'idée de vouloir empiéter sur un autre sujet, mais je n'ai pas trouvé de petits textes.
Des poèmes, oui, mais pas de textes.
Donc je me permets, dans la plus grande gloire, d'ouvrir un sujet pour en poster.^^

Ce texte là est encore inachevé, mais bien garni déjà.
Je le précise.^^


LE BANC SOUS LES FEUILLES

En cette belle après-midi d'automne, loin de toutes choses, perdu au milieu d'un parc ombragé, se tenait un banc. Ce banc n'était pas particulièrement beau, ni bien entretenu, et le temps avait accompli son ballet langoureux. Décrépi, sali, il n'attirait plus grand monde. Seules les feuilles des arbres dorés osaient encore s'en approcher, virevoltant dans les airs avec grâce avant de se poser, embrassant presque passionnément l'ancienne fraîcheur de la peinture.

Le ciel, d'un beau gris, doux, comme les yeux d'une mer après la tempête, aimante, maternelle, recouvrait les arbres de son beau voile nuageux, laissant de temps en temps un éclat de soleil paresseux se faufiler entre les épais moutons célestes. Puis, d'un coup, d'un seul, sans la moindre semonce, ces derniers disparaissaient, rendant à la solitude de son être le banc. Seul sur sa tendre terre, le boisé se mit à se souvenir de sa vie, alors que le crépuscule approchait, moment où le loup devenait chien.
Il repensait à ce qu'il avait vu. Ce qu'il avait fait. Ce qu'il n'avait pas fait. Il repensait au petit garçon qu'il avait l'habitude de voir, cent ans auparavant. Ce petit garçon qui, chaque matin, alors que le vent frais soulevait les écharpes pour en fouetter le visage des passants, accourrait pour lui raconter des secrets. Sa première amoureuse, une jolie petite fille répondant à un nom égaré dans la mémoire ancestrale du banc. Mais ce n'était cela pas le plus important. Ce qui comptait, c'était que le petit garçon le lui ai dit. Le lui ai murmuré, si gentiment, si aimablement, qu'il s'en souvenait encore. C'était le jour où les hommes étaient partis pour étendre la grande ombre sur l'Europe. Le jour où les troncs qui parlent se sont entre-tués, et se sont dit plus jamais. Ils étaient bien idiots, ces troncs, avait pensé le banc.

Mais ce jour là, il aurait pu y avoir n'importe quoi, le plus important avait été ce secret. De cette balbutiante confidence, jamais, jamais il n'en avait parlé. Il l'avait gardé pour lui, aussi muet qu'une tombe. Oh, il avait déjà été tenté d'en parler à d'autres, mais une promesse est une promesse. Et on ne trahit pas une promesse. Les bancs n'ont qu'une parole.
Les bancs n'ont qu'une parole...
Le banc sentit un courant d'air frais glisser le long de ses barreaux. Cela lui rappelait quelque chose !!! Le frottement qu'il avait ressenti, autrefois. Ce soir-là, à ce moment, où il avait vu un jeune tronc, et sa belle compagne arriver gaiement, bras-dessus, bras-dessous, joyeux comme pas permis. Quatre ans étaient passés depuis ce jour où le petit garçon avait livré son secret. Quatre ans étranges, sombres comme la fumée qui sortait des cheminées. Novembre venait à peine de commencer, délivrant sa froide étreinte, et étrangement, sans que le banc ne sache pourquoi, tout le monde semblait joyeux.

Ce soir là, donc, ce joli couple, beau comme un charme quand il rencontre un hêtre, bruyant comme l'eau qui ruisselle sur le sol pierreux, étrange comme le feu qui crépite plus fort sans que l'on n'en sache la raison, se posa sur le banc, tout doucement. A ce contact, il frissonna fébrilement. Il sentait. Quelque chose, certes, mais il ne savait pas quoi. Il avait la vague impression de se souvenir. D'avoir été lui aussi un tronc. Pas un tronc sur deux pattes, mais un vrai tronc, s'élevant haut dans le ciel, caressant langoureusement le ciel de ses feuilles. Le vent soufflait alors sur son écorce fébrile, lui procurant des frissons de bonheur. Cette sensation d'être un tout, et non pas un simple banc, au milieu de ce petit parc, entouré de grands arbres aux vertes ramures, le comblait. Mais pour le pauvre banc, tout cessa quand le joli couple se leva, et repartit en bondissant presque. Ils étaient beaux.

Et ça aussi, le banc l'a gardé en sa mémoire. Il ne l'a jamais dit, à personne. Jamais. C'était trop beau, trop pur, trop... inconnu, pour qu'il en fasse part aux autres bancs... d'ailleurs, y avait-il d'autres bancs ? se demanda le banc. Il n'avait jamais vu quelqu'un comme lui, ici, dans ce parc.
Derrière les cimes hautes, le banc vit, comme chaque jour, le soleil se coucher, et les autres petits soleil s'allumer autour de lui. C'était amusant de voir les troncs les forcer à apparaître. Et le banc pensa. Il pensa au gigantesque tronc sur pattes qui devait allumer le gros soleil dans le ciel tous les matins. Que son travail devait être intéressant comme tout. Plus que celui d'être un banc.

Le banc s'endormit...

Il rêva toute la nuit, et se réveilla au petit matin. Une épaisse couche blanche et moelleuse recouvrait chaque surface, et le banc comprit alors pourquoi il avait eu froid cette nuit. La neige. Il aimait bien la neige. Le parc était joli quand il neigeait. Puis, il observa autour de lui le remue-ménage : de nombreux enfants gambadaient dans le parc, heureux, jouant avec plaisir. Le banc pensa qu'on devait être au milieu de la semaine, le jour où les petits pouvaient profiter de cet air frais et pur, au lieu d'aller il ne savait où, pour faire il ne savait quoi.

Quoi qu'il en soit, il observait avec ravissement ces petits, tout petits troncs. Il n'avait jamais vu de petits bancs, lui. Et pourtant il y avait des petits troncs... C'était étrange. Alors qu'il réfléchissait, une boule de neige heurta son dossier, le faisant sursauter... ou presque, ce n'est qu'un banc, ne lui en demandons pas trop non plus.
En tous cas, il frissonna. Et ce frisson ramena des souvenirs, le passé. Son passé. Et il se rappela : trente ans après la visite des deux troncs amoureux, ce joli soir de novembre, il avait sentit cette froide sensation sur son dossier encore neuf, et fraîchement repeint, d'ailleurs !!! D'un beau vert profond. Comme les feuilles des arbres. Mais il n'y avait pas de neige ce jour-là, non. Juste la froide terreur d'un jeune banc face à l'inconnu.
C'était sans doute lié, mais peu de temps auparavant, d'étranges grands troncs à la tête arrondie, sans feuillage, et aux racines brillantes et claquantes avaient envahi le parc et ses alentours. Et c'est un de ces nouveaux arrivants qui avait fait peur au banc. Ce jour spécial, donc, tout était calme dans le parc, seuls les bruissements des feuilles, et le bruit de pas des écureuils troublaient le silence. Ces petits animaux faisaient encore, pour les plus tardifs, leurs récoltes, afin de passer tranquillement l'hiver.
Alors que tout allait bien dans le plus beau des mondes, des bruits terribles et assourdissants se firent entendre. Une des parois étranges, faites de bois et de roche, où vivaient les troncs sur pattes, venait de s'illuminer à plusieurs reprises. La fine pierre transparente s'était trouée, et alors que le bruit retombait lourdement, le panneau de sortie s'ouvrit, laissant passer une des compagnes des troncs. Elle était toute rouge, et ce rouge coulait au sol.

Jaillit ensuite un de ces troncs au crâne arrondi et aux racines noires et brillantes qui fit tomber de loin la dame avec un bruit assourdissant, sans même bouger d'où il était. En voyant la dame heurter le sol sans se relever, ce frisson qu'il n'avait jamais ressenti encore prit le banc, le saisit violemment, comme un jeune enfant saisirait son chien, pour jouer avec en le secouant.
Il fallut au banc pas moins de trois couples de troncs pour lui faire ouvrir les yeux, et cesser de frissonner. Il avait goûté à la peur.
Ainsi se souvint le banc de cette histoire, de son histoire, alors qu'il observait les petits enfants gambader dans la neige fraîche. Ils étaient là pour lui redonner le goût de la vie. Et pour s'amuser, aussi, bien que le banc comprenait mal cette notion.
Mais alors que sonnaient les douze coups de... d'ailleurs, le banc ne savait pas de quoi... les douze coups donc, tous les petits troncs, les tout petits troncs quittèrent le parc.
Et le banc se retrouva de nouveau seul.

La matinée passa rapidement, sans grand intérêt, laissant tout le temps au banc d'observer la course du soleil à son envie, et les marques ombragées se déplacer au sol. Il se plaisait à sentir les chauds rayons sur son vieux bois, le revigorant un petit peu après toutes ces années de solitude. Enfin, il ne savait pas vraiment ce qu'était la solitude, vu qu'il n'avait jamais eu de compagnie. De vraie compagnie. Mais il l'imaginait. Il la sentait. Il y pensait. C'était tout ce qui comptait.
Ainsi, alors que l'astre chauffait le ciel en son zénith, le banc rouvrit les yeux, afin de se rendre compte de ce qu'il se passait ; il avait senti une pression, légère, mais réelle, sur ses genoux. Et il découvrit un vieux tronc, desséché, fin comme une branche de saule, à l'écorce plissée. Il avait un feuillage blanc et parsemé, comme un arbre en hiver, après une tempête de neige.
Ce vieux tronc était assis, et ne faisait rien. Il observait tout autour de lui, avec des yeux tristes, un bâton à la main. Le banc eut de la compassion pour lui, cet être qui paraissait si solitaire. Il se ressemblaient en quelques sortes, tous les deux... Ce regard lui rappelait le bref séjour qu'il avait passé dans un lieu où les troncs enterraient leurs morts.
Tout le monde avait le même regard, dans ces moments là, regard que comprenait totalement le banc. Ce regard, celui que l'on a quand on a perdu un être cher. Le banc, lui, avait perdu la vie. Mais il était encore là, ici, présent, et il ne savait pas pourquoi. En tous cas, sur ce moment, il voyait ce vieux tronc, les yeux humides, prêt à pleurer toutes les larmes de son corps. Ses épaules se soulevaient difficilement. Son souffle était calme, posé, mais aussi puissant que le soupir d'un amant éconduit. Et le vieux tronc prit la parole, à la grande surprise du banc :

- Tu sais, je n'ai pas fait grand chose de ma vie. J'ai travaillé, j'ai entretenu ma femme, élevé mon enfant. Je peux en être fier. Mais maintenant que je n'ai plus rien, ni femme, ni travail, ni enfant, que puis-je faire ? Maintenant que je suis seul, sans avenir, sans passé ? Dis-moi donc, toi qui n'a jamais rien pu faire. Dis moi...

Les derniers mots du vieux furent un murmure, alors qu'il appuyait son dos contre le dossier, et fermait les yeux, avec un léger soupir, qui fit frémir sa fine moustache de neige. Le banc, ne comprenait rien. On lui parlait. Il ne savait pas. Il n'avait jamais su. Et il ne pouvait pas, pathétique morceau de bois mort.
Le temps déroula sa longue trame durant laquelle le vieillard ne bougea plus, et le banc réfléchit à quoi dire, et surtout comment le dire. Au bout d'un moment, un frisson parcourut l'immobile boiserie, alors qu'il ne sentait plus la chaleur émaner du corps âgé. Plus un souffle, plus un mouvement, alors que la nuit tombait. Il ne savait pas quoi faire. Paniqué, il tenta de bouger, sans succès.
Il tenta de se mouvoir.
Il tenta de s'extraire de cette terre qui le bloquait.
Il échoua.
Encore.
Et encore.
Et le vieux tronc ne bougeait pas, ne respirait pas.
Dans la nuit, le banc prit conscience, et le Banc hurla sa peur, sa tristesse, et son désespoir.
Enfin, après des heures d'horreur, l'aurore aux doigts roses arriva, délivrant ses premiers rayons hasardeux. La nature s'éveillait délicatement, et le Banc restait de marbre, alors que personne ne venait encore. Le vieux tronc ne bougeait plus depuis trop longtemps, et le Banc avait bien compris qu'il ne bougerait plus jamais. Il en avait pleuré toute la nuit, sans pouvoir rien y faire. Enfin, avant que les premiers arrivants, eh bien... n'arrivent, quelques troncs trouvèrent le vieux sur le Banc, et l'emmenèrent délicatement, un air attristé sur le visage, comme ceux que le Banc avait déjà vu là où les troncs morts étaient mis en terre. Avec un soupir, le centenaire de bois vit partir celui qui, par son sacrifice, lui avait ouvert les yeux.

Puis, l'esprit toujours hanté par cette soirée, il essaya de se distraire en observant les passants. Ces troncs à pattes. Qui, comme le Banc, essayaient d'oublier l'inéluctable fin de l'histoire. Ils se débattaient sans cesse dans le flot du temps, éphémères, limités, temporaires. Et pourtant... Ils faisaient tant de choses, que le Banc ne ferait jamais. Et il les enviait pour ça.
Perdu dans ces sombres pensées, le Banc remarqua à peine l'insolite petit couple qui se posa sur lui. Une compagne de tronc, fine comme un roseau, aussi légère qu'une rémige d'oiseau, rayonnante comme l'astre solaire, et son petit arbrisseau, avec deux ou trois feuilles à peine de poussées, frissonnant dans le froid matin de novembre où ils se trouvaient.

La maman tenait si fermement son tout-petit qu'il ne risquait pas d'avoir froid. Oh que non !!! Le Banc ne les remarqua que quand l'arbrisseau éternua dans l'air frais. Alors que son regard était tourné vers le passé, le Banc jeta un œil au bébé, et resta subjugué : un frisson, nullement semblable à celui qu'il avait éprouvé la veille, le parcourut, le réchauffant des pieds au dossier. L'amour. Un amour infini. Insensé. Inaltérable. Invincible.
Voilà ce qui unissait ce petit arbrisseau à sa mère.
Et à travers cela, le Banc réfléchit sur lui-même : avait-il eut sa maman, comme ça, prêt de lui. Non, ou c'est qu'il ne se souvenait pas. Il avait toujours été seul, du premier jour à aujourd'hui. Pas de famille. Pas de père, ni de mère...
Mais aussitôt, face à cette âme pure et encore innocente, l'attention du Banc se tourna vers l'optimisme du futur !!! Il était tout petit, tout jeune, sans grandes branches !!! Il ne pouvait que croître, et devenir beau !!! Beau comme sa maman !!!
Comme pour approuver les pensées du Banc, le petit, dans les bras de sa mère, se mit à remuer, ouvrant grand la bouche pour bailler, écartant les bras avec fougue, celle des vivants, et des bien-vivants même. Quasiment extatique, refoulant tous ses sentiments négatifs, le Banc fit tout ce qu'il pu pour réchauffer ce petit duo improbable en ce froid matin, à l'aurore encore naissante.

Le blanc était rose, les feuilles dorées, encore présentes malgré l'arrivée imminente du grand et glacial Hiver. Et la mort laissait place à la vie. A une vie, infime, mais précieuse. Devant tant d'ardeur de son enfant face à la vie, la compagne d'un tronc sourit, d'un beau sourire, de ceux que l'on voudrait voir plus souvent gravés sur les visages, de ceux qui donnent envie d'être aimés. Et c'est un peu ce que ressentit le Banc à ce moment là : la sensation d'être aimé, apprécié. Il était de bois froid et mort, mais un cœur battait sous la peinture écaillée. Et ça, il venait juste de s'en rendre compte. Après cent ans d'existence.
Au loin, à l'horizon, le petit jour se levait, éclairant de ses rayons protecteurs le petit trio, disparate dans leur origine, mais soudés ensemble par l'amour. Un amour certes différent, à sens unique, mais bien présent. La grosse orange céleste se dressait peu à peu, emplissant les airs de sa lueur rassurante, laissant le Banc à un repos mérité après cette nuit de calvaire.

Morphée fut avare de ses dons, et le Banc rouvrit très vite les yeux...
Baillant grandement après tout ce qu'il avait vécu en si peu de temps, encore chaud de son moment passé avec les deux troncs, le Banc éveilla peu à peu sa conscience à ce qui se passait autour de lui. Le manque d'activité du petit matin avait laissé place à un léger fourmillement dans le parc, et de nombreuses personnes bondissaient, courraient, marchaient, menaient leur petite vie tranquille dans le jour encore nouveau-né.
Le Banc observait tout ce beau monde depuis des années, mais jamais il n'avait cherché à mieux les connaître. Certains passaient là souvent, d'autres moins. Mais le Banc les avait toujours ignoré. Non par dédain, seulement par ignorance de lui même. Or, comment connaître les autres si on ne se connaît pas d'abord...

C'est sur ces discussions philosophiques que le Banc remarqua que la mère et son fils étaient partis. Sans doute dans leur chez eux. Un endroit bien chaud pour le tout-petit. Pour qu'il se sente bien. Pour qu'il soit bien. Et même si cela signifiait ne plus les avoir avec lui, le Banc sourit en pensant à la sécurité qu'ils avaient. Qu'ils soient heureux !!! Cela suffisait amplement au cœur de bois. Cœur qu'il n'avait jamais entendu, pris dans une morne habitude, celle de ne pas battre, au fond des fibres et du métal dont était fait le Banc.

Ainsi, de nouveau seul, mais l'esprit plein à craquer de pensées, de réflexions, de vie, c'est à peine si le Banc vit passer la journée, et les gens qui allaient avec : des coureurs fatigués, des affamés dévorant leur repas et même des vieux troncs qui se reposaient devant tant de tranquillité. Sauf que le Banc n'en avait cure. Seule sa pensée l'intéressait désormais, et ce que cela lui offrait. Ainsi, le jour céda la place à la nuit, et le soleil à la lune, alors qu'enfin émergeait de ses réflexions le vieux Banc usagé, qui avait affronté nombre d'épreuves en moins d'une semaine. Et il se rendit compte que concentré, il avait laissé échapper de son attention les nombreux visiteurs qui se plaisaient à lui accorder quelques instants d'utilité. Et c'était mal, pour un banc, que d'oublier son rôle : contenter les troncs qui marchent.
Avec comme seules compagnes ses pensées, il affronta de nouvelles ténèbres. Mais étrangement, celles-ci l'effrayait davantage. Peut-être étaient-elles plus sombres ? Non, pas possible... Sans doute était-ce l'hiver qui approchait... probable, mais ça n'aurait pas été aussi fort, le Banc connaissait chaque hiver depuis cent ans. Donc non... Hum...
C'est alors qu'un craquement à la gauche du Banc le fit sursauter. Et il se mit à rire : ce n'était qu'un petit chat qui se promenait dans les buissons. Il était tout noir, avec de beaux yeux verts. Mais il semblait mal en point. La peau sur les os, quelques trous dans la fourrure et le boitement laissaient plus que supposer l'appartenance de la petite boule de poil à la féroce rue. Avec un regard compatissant, le Banc l'invita à monter. Tout d'abord, rien ne se produisit, et l'être de bois crut ne pas se faire comprendre par l'animal. Mais après de nombreuses secondes, il grimpa avec agilité et vint se lover en ronronnant tout près du cœur nouvellement découvert du Banc.
La chaleur produite par la peluche vivante, l'effort de réflexion et la nuit arrivant poussèrent le Banc à finalement fermer les yeux et à dormir...

Des bruits le réveillèrent alors que la lune n'était toujours pas descendue du ciel. Elle brillait comme un pâle joyau accroché dans un écrin de velours sombre, bleu nuit, sur lequel quelques gouttes de lait étaient tombées. Un beau spectacle, si ce n'était l'absence totale de bruits qu'entendit le Banc. Rien ne se passait, rien ne bougeait. Seul le petit chat dormait encore paisiblement sur les barreaux de bois.
Et ce silence terrifiait davantage le Banc que la multitude de sons naturels. Il ne savait pas comment réagir. Un léger brouillard recouvrait le sol. Le ciel était dépourvu de nuages, offrant une excellente vision de l'astre lunaire. La ville comme les animaux s'étaient tus.
C'est alors que passèrent devant lui deux formes translucides, tirant sur le blanc, faibles silhouettes dans la luminosité du réverbère. Elles marchaient, droites, sans s'arrêter, fixant un point devant elles et ne déviant pas. Puis, deux autres arrivèrent. Puis encore deux autres, puis encore deux autres !!! Et ce manège dura jusqu'à ce que le petit chemin de terre devant le Banc soit plein de ces silhouettes. Elles ne le regardaient pas. Elles chantonnaient un air triste, vague et éthéré. Et elles ne se stoppaient pas. Il en était bien content, le Banc, car devoir affronter ces choses ne lui plaisait guère.
Mais il éternua, et la marche des hères fantomatiques s'arrêta net. Le chat se releva, et bondit en feulant vers les buissons, alors que des centaines de têtes se tournaient vers le bois pensant. La sève, ou ce qu'il en restait, du Banc ne fit qu'un tour quand il vit le visage du vieux tronc décédé, de la mère qu'il avait vu le matin avec son enfant, du petit garçon qui lui avait confié son secret, des amoureux, de la jeune compagne de tronc qui avait été abattue, de tous ceux qui l'avaient marqué. Et il grinça de terreur en les voyant gronder, interrompant leur funeste litanie. Puis, peu à peu, elles s'approchèrent du Banc, un autre objectif gravé sur leurs visages de morts. Des haches apparaissaient dans leurs mains, véritables instruments de torture.

Malgré les grands mouvements mentaux du Banc, rien n'y fit. Il ne pouvait se dégager !!! Il forçait, poussait, tirait, hurlait pour se donner du courage, mais rien n'y fit.
Il ne sentit pas le premier coup. Mais le second le fit tourbillonner dans les ténèbres de l'inconscience. Enfin, il rouvrit les yeux, après les avoir fermés à l'instant, pour découvrir un soleil timide s'élever de par delà l'horizon. Les yeux engourdis par le froid et l'adrénaline, le Banc mit du temps à comprendre. Mais enfin, son esprit s'éveilla, et il comprit !!! Un cauchemar !!! Une horreur de son esprit !!!
L'être de bois se mit à plaindre les troncs sur pattes, qui, s'ils en faisaient plus souvent, devaient être très forts pour les maîtriser et en sortir indemnes... Quoi qu'il en soit, et malgré sa peur de retomber sur ces fantomatiques coupeurs, le Banc se rendormit, souhaitant terminer sa courte nuitée.

Au réveil, le Banc grogna devant les rayons qui l'agressaient. Le Soleil, qui n'avait pas attendu l'être de bois pour s'éveiller, se dressait en effet sous la voûte céleste. Mais le Banc se laissa très vite emporter par la douce chaleur procurée par les traits de lumière perçant le feuillage clairsemé. Ils lui permirent petit à petit d'émerger de ce sommeil plus qu'étrange qui avait rythmé la nuit dernière. Un cauchemar... c'était terrifiant, vraiment. Le Banc espérait que plus jamais il n'en referait. Mais c'était le lot des êtres pensants, de rêver, et il savait en son for intérieur que ce n'était que le premier d'une longue série de bons ou de mauvais rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   Dim 5 Avr - 15:05

Un prêtre pas comme les autres...

Un pas. Puis un autre. Puis encore un autre. Tous faisaient crisser le sable rouge typique de ces contrées. Ces pieds habitués foulaient d'un pas lourd ce sol brûlant, réservé aux rares plantes de la région ayant encore suffisamment de volonté pour survivre. Bien dans ces bottes, un homme au teint basané et à la moustache épaisse soufflait et suait comme un taureau, avec lequel il partageait d'ailleurs de nombreux traits communs: un cou épais aux veines saillantes, un cercle de métal passé au nez, et une odeur à peu près similaire.
Il avançait rapidement sur un petit chemin de terre battue, entre deux buttes rocheuses bercées par le vent irradié. De temps en temps, il regardait derrière lui, comme s'il craignait d'avoir été suivi. Son corps entier exprimait une tension effrayée. Mais au détour du chemin, l'indigène lâcha un soupir de soulagement: face à lui, adossé à un de ces grands plateaux d'Arizona, se trouvait un vieux bâtiment de pierre blanche, entouré d'un muret à moitié démoli. Son toit ne comptait plus que quelques tuiles d'un orange délavé, souvenir d'une époque perdue. Il était disposé de manière à ce que deux bâtiments émergent de la roche, un grand, et un moins imposant.

Le marcheur passa une grande arche, avant de se diriger vers le bâtiment principal. S'appuyant contre un pilier pour se reprendre, il poussa ensuite les battants de bois avec une vigueur insoupçonnée, et beugla dans la pièce:

- LES GARS, PLANQUEZ-VOUS, IL ARRRRRRRGH !!!

Et l'homme s'effondra au sol, un couteau planté dans le dos. Sur ce couteau, un petit papier vivait au gré des courants d'air, battant le manche de la lame à un rythme irrégulier.
La salle dans laquelle venait de mourir le moustachu était celle d'un bar. Elle était occupée par quelques brigands à l'allure peu recommandable, des prostituées à l'oeuvre ou en attente de clients, et du barman, l'archétype même du tavernier: petit, rondouillard, rougeaud, au crâne dégarni et luisant. Bref, un tenancier. Tout ce beau monde mit quelques secondes à réagir, avant qu'une véritable hystérie ne prenne en otage la raison de ces rebuts de sociétés. Les uns se levaient en criant, les autres sortaient leurs armes, en une cacophonie exaspérante.
Une jeune femme rasée de près, androgyne, s'approcha du corps d'où serpentait une rivière de sang. Peut-être était-elle moins couarde, ou plus inconsciente que les autres, mais d'un geste vif, elle saisit le petit morceau de papier accroché au couteau, et essaya de le déchiffrer.
Rédigé en grosses lettres voyantes, il y était marqué:

JESUS IS COMING !!!

Un sourire d'abord narquois se dessina sur le visage de la jeune femme. Puis, elle releva la tête pour se retrouver nez à nez avec le trou d'un revolver. Elle se figea, alors qu'une voix masculine parvint à ses oreilles. Sans comprendre ce qui était dit, elle fit glisser ses yeux le long d'un grand manteau noir usé par le temps, d'une soutane et un col de prêtre, avant d'arriver à un visage buriné, aux traits affirmés, et aux yeux bleus sous un chapeau aux larges bords. Les lèvres de l'homme bougèrent, et la même voix en jaillit, exprimant clairement une question cette fois:

- Comment t'appelles-tu ?

D'abord tétanisé, la jeune femme répondit d'un ton de défi:

- Liliana.

Avec un sourire vicieux, amusé, l'homme souffla alors:

- Parfait.

Et il arma le chien de son arme, avant d'appuyer sur la détente. La balle surgit du canon à une vitesse surprenante, et vint traverser de manière ininterrompue le crâne de sa cible, pour ressortir de l'autre côté pour se ficher dans le plancher. De manière étonnante, ce discours n'avait duré que quelques secondes, et personne n'avait encore vraiment remarqué l'arrivée de cet étranger. Le coup de feu changea cela. Bientôt, tout le bar se retrouva à faire face au tireur. Ce dernier ne leur laissa aucune chance. Embrayant sur ses autres ennemis, Col-de-Prêtre tira une balle, puis une autre, puis une autre, visant les personnes les plus susceptibles d'être dangereuses. Et les corps tombaient. Quand le revolver n'eut plus de balles, il le lâcha, sortant une autre merveille de sous son grand manteau. Un rutilant fusil à canon scié, dont la réputation n'était plus à faire dans ces contrées maudites. Il semblait auréolé d'une lueur presque sacrée.
Et de nouveau, les cadavres vinrent recouvrir le sol, et le sang servir de peinture aux murs défraîchis. Le massacre ne dura pas. Bientôt, le silence retomba, en parfaite harmonie avec la chute de la dernière cartouche.

Rangeant d'un geste expert ses armes dans leurs holsters, le boucher laissa tomber son sac, sourit, et sortit ensuite d'une poche intérieure un livre épais. Il l'ouvrit avec conviction, et se mit à parler avec un verve phénoménale à la dizaine de personnes réunies dans l'au-delà:

- Mes très chers amis !!! Nous voici réunis pour célébrer la mort de la corruption et du vice, tel que Notre tout-puissant Seigneur Jésus Christ l'aurait voulu. Je note l'incompréhension notoire dont vous faites preuve devant une œuvre d'une pareille beauté, mais c'est pour le bien de cette terre de souffrance. Néanmoins, Notre Père saura sûrement se montrer miséricordieux en anéantissant votre putain d'âme de merde pour qu'elle n'aille point souiller les Enfers gouvernés par Satanis, le Porteur de Lumière.

Ces derniers mots furent un grondement féroce. Le prédicateur sortit une flasque, et s'humecta férocement la gorge, avant de reprendre son discours:

- Soyez donc bénis, mes enfants, d'avoir pu contribuer à la venue du jugement dernier. Je ne saurais comment vous en remercier !!! Dieu est avec nous tous, en ce monde, comme dans l'autre, et...

La pile de cadavres se mit à bouger, et quelqu'un en émergea. Une enfant, que Col-de-Prêtre n'avait pas vu auparavant, déjà tatouée, se dégagea de la gangue mortuaire dont elle était prisonnière. Elle était petit, et de longs cheveux noirs coiffés en nattes reposaient sur ses épaules couvertes de sang. Presque en pleurs, elle s'approcha et dit d'un ton implorant:

- Pourquoi monsieur ? Pourq... BANG !!!

Une autre balle vont creuser un trou dans la cavité crânienne de l'enfant, qui s'effondra comme une marionnette à qui on aurait coupé les fils. Remontant le canon de son revolver jusqu'à sa bouche, le meurtrier souffla, évacuant la fumée, et dit, très sérieux:

- On n'interrompt pas l'oraison funèbre, gamine.

Puis, il referma sa Bible. Il en avait terminé ici.
Il fracassa la seule lampe à huile de la pièce, et en répandit le contenu avant de craquer une allumette. Il la jeta, rangea ses armes dans un calme religieux, et après une dernière révérence de révérend, il partit en poussant les portes battantes, qui grincèrent même après son départ. Le feu prit très vite, et bientôt, le bâtiment brûlait, emportant avec lui la crasse, la corruption, et cette petite fille.
Quand au Révérend, il allait sans doute recommencer à errer dans le désert, sur les routes, pour trouver d'autres lieux à purifier du mal, trouver d'autres miracles à accomplir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   Dim 5 Avr - 15:06

Cauchemars

Je lisais tranquillement dans mon lit, alors que minuit approchait à grands pas. Il faisait noir dehors, et seule la lumière de ma lampe de chevet éclairait ma chambre. La fatigue commençait à me saisir, et je me laissais gagner par cette sensation apaisante. Je posais mon livre et éteignait ma source lumineuse pour me plonger dans les ténèbres, peu effrayé par ce qui m'avait traumatisé durant mon enfance. Je posais ma tête sur mon oreiller et fermais les yeux.
Je me réveillais d'un coup, plein de sueur, pour une raison inexpliquée. Peu à peu, je me redressais pour laisser mon regard fureter dans la pièce. Après m'être essuyé le visage, je m'appuyais le dos contre le mur et soufflais.

Cependant, je sentais que quelque chose n'allait pas. Un pressentiment étrange, comme un sixième sens m'alertait qu'il allait se passer une chose d'horrible. A peine avais-je fini de penser cela qu'une lueur rougeoyante apparut au fond du couloir, menaçante. Des bruits de pas titanesques retentissaient sur le chemin, et une odeur de fumée émanait du corridor.
Inconsciemment, je me cachais sous mes draps de coton, certes transparents, mais c'était un réflexe banal. D'un coup, tout ce que je voyais, entendais et sentais prit fin. J'étais de nouveau sans rien de plus que moi et mon lit. Rassuré et intrigué, je repoussais ce qui me camouflait au monde.

Un Satan, puissant, monstrueux et entouré d'une aura d'un rouge sanglant me toisait de toute sa hauteur. Ses cornes pleines de sang raclaient le plafond, sa toison déjà d'un pourpre sombre était éclaboussée d'hémoglobine. Ses sabots de bouc laissaient des traces enflammées au sol, tandis que sa longue queue fourchue fouettait l'air avec force. Ses yeux verts, aux pupilles en amande, me fixaient avec un plaisir non dissimulé, alors que sa bouche s'étirait en un sourire mauvais et terrible, plein de dents pointues.
J'étais figé devant sa vision impressionnante et horrifique, attendant ce qui allait suivre.

Il se pencha sur moi, faisant tomber le plâtre du plafond autour de mon corps. Son haleine n'était pas puante comme j'aurais pu le croire, mais chaude et sentant le sang frais. Ainsi, il me dit:

- Regarde toi, tu n'es rien. Tu vas devenir mon héraut sur cette terre !!!

Et il posa son index sur mon torse, me brûlant terriblement. Je hurlais et me réveillais en sursaut.
Il n'y avait rien autour de moi, seulement un peu de vent qui filtrait par la fenêtre ouverte. Par instinct, je regardais l'endroit où le Satan m'avait touché de son doigt rouge et incendiaire. Une marque était apparue, légèrement chaude. Peu de temps après, elle disparut, mais sur le coup, je dois dire que j'ai douté de ce fait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   Dim 5 Avr - 15:07

Texte inachevé...


Une dense fumée grise s'élevait d'entre les murailles du village, grimpant vers les nuages, s'agrippant à l'air comme un rat rapace à sa croûte de pain. Elle tournoyait paresseusement pour se volatiliser enfin dans un ciel parsemé d'étoiles brillantes, au dessus du sol, où un grand feu crépitait. De ce petit havre de paix au milieu d'un monde sauvage, de nombreuses voix se faisaient entendre, étranges échos aux bruits de la forêt. La nature dominait dans ce coin perdu du monde, délaissé des sociétés des blancs.
Peu à peu, les murmures enflèrent, paroles humaines inaudibles, mais dont le son résonnait tout de même entre les branchages. A mesure qu'ils portaient de plus en plus loin, le feu semblait s'apaiser, et devenir cendres. Mais le ronflement stoppa net quand une voix puissante, rocailleuse et ancienne jaillit, ravivant le feu de ses suaves nuances, le faisant repartir de plus belle.
Une grande assemblée, répartie en demi-cercle autour du foyer, s'était réunie sur la petite place, située au centre des longues huttes de bois et de feuilles, demeures ancestrales des Iroquois. Le silence régnait en maître, oppressant la foule alors qu'un vieillard au crâne chauve, dont le visage était méticuleusement nettoyé de toutes traces de poils, fit son apparition, suivant de près sa lourde voix. Malgré ses nombreuses rides indiquant un âge plus qu'avancé, l'amérindien restait droit et fier comme au premier jour, ne laissant rien au temps, si ce n'est une légère patte folle, corrigée par une canne épaisse de bois. Ses yeux, aussi marrons que la terre fraîche après une belle averse, brillaient toujours de vivacité et d'espièglerie. A moitié nu, semblable aux chasseurs de la forêt, il se vit recouvrir d'une longue tunique par un groupe de jeunes hommes, semblables dans leur tenue. Les femmes, elles, étaient déjà assises auprès du feu, de manière légèrement surélevée, observant l'avancée difficile, mais courageuse, du vieillard. Quand ce dernier atteignit enfin le brasier ardent, il s'arrêta, face aux Matriarches, et baissa la tête, en signe de respect.
La plus âgée d'entre elles se leva, inclina à son tour la tête, et déclara, d'une voix intelligible, couvrant le ronronnement des flammes:

- KANIEN'KEHA:KA, NOUS VOICI RÉUNIS EN CE JOUR, EN CETTE NUIT, POUR SE REMÉMORER LE JOUR OU LE GRAND CATACLYSME EST ARRIVÉ, RAVAGEANT NOS VIES, NOS FAMILLES, NOS FOYERS !!! LES PLUS JEUNES D'ENTRE VOUS NE CONNAISSENT PAS CETTE PART DE NOTRE HISTOIRE, ET C'EST POUR CELA QU'OKWARI VA VOUS LA CONTER !!!

La Grande Mère acheva son discours en désignant le vieillard ridé, qui souriait désormais avec douceur, jetant des regards dans la foule, qui comptait plusieurs centaines de personnes, atteignant sans doute le millier d'individus. Chaque année, à cette date cruciale, il devait répéter aux plus jeunes, et aux moins jeunes, l'histoire d'une vie et d'une mort. L'histoire de la traîtrise et de la manipulation. L'histoire de la rencontre des Enfants des Etoiles avec les Colons Blancs...
Se redressant davantage, Okwari glissa la main dans son pagne, agrippa quelque chose, et le jeta dans l'âtre brûlant. Avec un bruit assourdissant, le feu grandit, projetant des ombres plus profondes encore derrière les corps. Les Mohawks hurlèrent leur joie, surtout les jeunes, qui n'avaient encore jamais vu pareil spectacle.

Écartant ensuite les bras, tendus vers le ciel et les Esprits, Okwari le Vieux déclama de sa voix rauque, ancienne comme le monde, tout du moins comme le monde des villageois:

- Mes frères. Mes sœurs. Comme chaque année, nous revoilà ici, devant ce feu, pour écouter et comprendre le Grand Cataclysme. Aujourd'hui, nous sommes à l'abri sur nos terres sacrées, repliés sur nous. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Avant l'Envahisseur. Pensez à leurs bâtons qui tirent des éclairs, le tonnerre, la Mort elle-même !!! Pensez à leurs couteaux faits d'une pierre si dure et si coupante qu'elle pourrait éventrer la Terre d'un coup !!! Voici le Grand Cataclysme. Eux contre notre peuple. Je l'ai vécu. J'y ai survécu, et je dois désormais vous l'apprendre, pour que jamais vous ne périssiez comme mes compagnons de jadis.

Alors que le conteur expliquait, racontait, des images apparurent dans la fumée se tordant, se compressant: des hommes à barbe, équipés d'armures rutilantes, armés de fusils, tirant sur des guerriers iroquois chargeant fièrement, haches et arcs à la main, ce dangereux envahisseur. Ce même écran gris fit voir ces mêmes fiers combattants chuter sous la force des impacts. Puis, alors que les yeux grands ouverts s'abreuvaient de ces images, elles disparurent, absorbées par le feu, qui s'éteignit. Seules les braises encore chaudes éclairaient la scène. Okwari les remua, à moitié dissimulé dans l'ombre, la sueur ruisselant sur son front, avant de continuer:

- Une guerre face aux Blancs était inévitable. Elle devait arriver. Ils voulaient trop se battre, leurs esprits étaient trop pervertis par la violence pour imaginer autre chose que cela. La Mort pour la conquête. Je n'étais qu'un tout jeune Kanien'kehà:ka, à peine en âge de demander une épouse, quand une de leurs gigantesques pirogues accosta, libérant de son monstrueux ventre toute une population. Des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes... Les voyant arriver ainsi, sans armes, avec leurs familles, nous avons pensé qu'ils venaient pacifiquement, sans volonté de conquête. Nous avions tort.
Quelques mois suffirent pour voir arriver de nouvelles embarcations, et de nouvelles personnes. Elles venaient du Grand Lac de Sel, utilisant la Grande Rivière pour arriver dans les terres. Dans nos terres. Et là, bien que les pirogues soient moins grandes, ce sont des armes et des armures qui furent débarquées. Assez pour tuer un grand nombre des nôtres. Nous nous serions entre-tués. Mais au contraire, à notre grand étonnement et plus grand plaisir, ils nous ont tendu la main, comme ils l'avaient fait jadis avec nos ennemis les Wampanoags. Méfiants, nous les avons accueilli. Mais la fourberie des Européens n'a pas tardé à pointer le bout de son nez, et leurs couteaux à s'enfoncer dans notre dos.
Ils nous ont déclaré la guerre, et ont pris les armes, afin de voler la terre de nos ancêtres, celle qui nous a vu naître, depuis des générations. Et nous avons organisé nos guerriers. J'en faisais parti.

Pendant qu'Okwari parlait, des bols de soupe, des pains de maïs et un peu de viande était distribués aux spectateurs émerveillés de l'éloquence du vieillard. Ils réagissaient en fonction de ses dires, souvent avec colère et indignation, laissant souvent entendre de puissantes clameurs s'élever au dessus des longues maisons. Alors que la puissance de la vie semblait occuper ce petit espace, une immobilité mortelle se dégageait des broussailles. Plus rien ne bougeait, comme si la nature elle-même se trouvait attentive aux paroles du Conteur. Pendant quelques instants, il s'arrêta, laissant un calme solennel au milieu de son histoire, avant de reprendre:

- Et nous sommes partis. Et nous avons péri. Nous n'avions aucun moyen de gagner de front face à ces soldats blancs. Leurs protections arrêtaient même les flèches. Elles rebondissaient sur elles, comme sur la pierre. Nous nous faisions foudroyé. Moi-même, je reçus un éclair de feu dans l'épaule, et j'en ai grandement souffert.

Et sur ces mots, Okwari lança une nouvelle gerbe dans les braises, qui reprirent vie. Des flammes timides d'abord, majestueuses après bondirent, chauffant tous ceux qui restaient assis devant l'âtre de réunion.

- Finalement, nous avons riposté, cachés dans les grottes, sous l'eau, dans les feuilles, sous les pierres, dans les arbres... Nos armes s'abattaient violemment et sans répit sur ces traîtres à la paix, qui nous avaient volé notre terre. Nous avons appris à manier leurs armes pour mieux les retourner contre eux. Et nous les avons repoussé, grâce à la Terre-Mère. Et nous nous sommes réfugiés ici, dans la forêt, loin de ceux qui se voulaient nos amis, nos ennemis.
Et depuis, nous vivons en ce lieu sacré, préservé de l'influence néfaste de l'Homme Blanc, qui ment et tue comme il respire !!! Nous sommes les Kanien'keha:ka, et nous sommes encore là !!!

Sur ce, des explosions de joie retentirent, et la fête commença. Des chanteurs, des danseurs, des musiciens jaillirent des huttes, jouant avec entrain les airs qui plaisaient. Les enfants étaient guidés par les parents, les jeunes bondissaient comme des fauves en furie, les vieux observaient avec plaisir ces effusions annuelles.
De nombreux autres feux, plus petits, avaient été allumés, et tout autour d'eux, une animation terriblement entraînante prenait place. Mais devant les yeux d'Okwari se déroulait des scènes de guerre, de massacres... Il se souvenait du passé. Sa vision s'estompa, et le vieil homme reconstitua son sourire, se déplaçant difficilement jusqu'aux feux pour saluer les connaissances, embrasser les amis, découvrir les inconnus. Personne ne pouvait rester de marbre devant un tel spectacle. Pourtant, le conteur se détourna bien vite de la fête pour regagner sa hutte, sous les cris de ses frères et sœurs.
Il vivait en solitaire, à l'écart des autres, étonnamment. Il était le seul dans ce village à ne pas être dans une maison commune, mais bien marginal. Sans un mot, si ce n'est un regard attristé vers l'arrière, Okwari entra. Sur le chemin, il fit tomber son lourd manteau de plumes, d'os et de cuir, ses bracelets, ses colifichets et même son pagne, avant de se poser délicatement sur son lit, de s'allonger, et de penser à son terrible acte de collaboration avec la haine du blanc. Il en avait honte, mais il ne pouvait pas faire autrement. Ses vieilles jambes le faisait souffrir, son vieux dos, sa vieille tête. Mais il continuait à avancer chaque jour. Pourquoi ? Pour son clan. Il ne pouvait penser à autre chose dans les circonstances actuelles. Pas même à lui et à ce qu'il savait. Il n'en avait pas le droit.
Sur ces pensées, il ferma les yeux, éteignant sa conscience sur ce dernier mot:

- Elizabeth...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   Lun 6 Avr - 10:56

C'est pas trop mal dis donc.
Tu as songé à contacter des maisons d'édition ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   Lun 6 Avr - 23:09

Ca m'a traversé l'esprit, en effet, mais je ne me sens pas prêt à fournir une œuvre importante cohérente. J'écris par-ci par-là, mais rien qui ne soit forcément relié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   Mar 7 Avr - 4:11

le but d'aller voir la maison peut être intéressante pour tes poèmes et tes essaies littéraires ^^ suis le conseil de Carmine. Moi ils m'ont contacté et j'ai dit non au final pour diverse raison ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   Mer 8 Avr - 17:20

J'ai enfin trouvé le temps de tout lire ! Et chapeau, ça rend bien. On ressent une certaine motivation, un soucis du détail et ça rend tes textes bien fluides, bien ordonnés.
Comme ci-dessus, pourquoi ne pas tenter une maison d'édition ? Qui ne tente rien n'a rien :o
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   Jeu 9 Avr - 12:34

C'est vraiment très intéressant, bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petits textes entre gens distingués   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petits textes entre gens distingués
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: