Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [YEAR 0] Notre-Dame de la Peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [YEAR 0] Notre-Dame de la Peur   Mar 24 Mar - 2:19


La ville avait été plongée dans les ténèbres. Au départ Jonathan Crane était furieux de la situation. Comment allait-il travailler sans électricité? Il en avait besoin pour créer son gaz et pour d'autres expériences encore. Heureusement pour lui, il en avait fabriqué plusieurs réserves dans le sous-sol de son cabinet. Cela n'arrangeait pourtant pas la situation : une ville privée de tous ses services, ou presque, ça allait préparer ses habitants à la folie. La peur exacerbée par la population de Gotham ne serait pas aussi intense que si elle était instillée dans le cœur des gens calmes et sereins. Les effets de sa toxine avait toujours un effet pervers et malsain dans les esprits de ceux-là, c'était quelque chose dont il se délectait avec grande joie. Que faire...

Ce n'est que là que l'idée surgie dans sa tête. Plus tôt, lors du début de cette catastrophe qui avait frappée toute la ville, il y avait eu trois explosions : deux dans le lointain qu'il n'avait pu identifier pour le moment, mais la troisième il l'avait vu de ses propres yeux. Il marchait non loin de la cathédrale Notre-Dame de Gotham lorsque celle-ci fut la proie d'explosions incroyables. La puissance de la détonation pulvérisa les fondations de l'édifice, le faisant s'écrouler en morceaux sur le sol. Tandis que les cloches faisaient un tintamarre insupportable et de plus en plus puissant à force d'être balancées contre les murs qui s'écroulaient, un nuage de poussière intense se propagea rapidement aux alentours, couvrant les passants comme Crane ainsi que les voitures. Ces dernières, privées de visibilité, foncèrent dans les commerces et autres édifices à proximité, créant rapidement un chaos indescriptible. La panique s'installa, accentuée par le fait qu'il n'y avait plus aucune lumière en dehors de celles des voitures encore en marche. Avant que la situation ne dégénère, Crane appela un taxi qui voulait décamper autant que lui de cet endroit. Le chauffeur l'emmena à son cabinet privé et ficha le camp sans même demander son reste. Étonné mais non intrigué, le psychologue haussa les épaules et entra dans sa seconde maison.

Il avait ruminé une heure ou deux avant que l'idée ne le frappe. Il avait une chance unique d'étudier la peur dans un contexte précis et qui ne réapparaîtrait probablement jamais. Bon, à Gotham c'était à se demander si cette phrase avait du sens, mais tout de même, il devait saisir l'opportunité. Cela permettrait à son double d'agir ouvertement, permettant de créer sa réputation. Une ville plongée dans la noirceur et hantée par l'Épouvantail? Quoi de mieux comme contexte pour qu'il devienne le maître de la peur? Non, mieux encore... Le dieu de la peur! Et cette cathédrale en ruines allait l'y aider.

Enfilant son attirail complet et emportant avec lui le plus de sa toxine tant sous forme gazeuse que liquide, Jonathan Crane, alias l'Épouvantail, retourna discrètement vers les lieux de la cathédrale. Aidé par les ténèbres, il ne mit aucun mal à y parvenir. S'il était repéré, il lui suffisait de gazer les importuns et le tour était joué. Une fois sur place, la scène qui se dévoila à ses yeux le sidéra, mais ne le surprit point. Des citoyens de Gotham, hommes, femmes et même enfants, aidés comme ils le pouvaient par les lumières des voitures, déblayaient les gravats pour plusieurs raisons. Pour certains, c'était dans l'espérance de retrouver un être cher perdu lors de l'écroulement de l'édifice. Il entendait les pleurs de sa cachette, là de l'autre côté de la rue. Pour d'autres, comme il le constatait, fouiller les décombres, briser les vitraux encore intacts et retourner les gargouilles avait pour but d'en piller les trésors pour éventuellement les revendre. Jonathan Crane n'était pas un croyant loin de là, mais voir ces êtres s'abaisser à de tels actes lui donnaient l'envie de simplement les éradiquer... Mais il ne le fallait pas, même les plus ignobles de déchets humains avaient des peurs terribles à révéler, il fallait en profiter.

Des policiers s'activaient aussi, la présence des gyrophares bleus et rouges le prouvaient assez bien. Ils beuglaient des ordres et tentaient de faire revenir le calme. Un camion de pompier vint s'ajouter au spectacle, suivit de deux ambulances. Il entendait même un imbécile beugler la fin du monde, prétextant que Dieu venait de punir Gotham pour tous ses péchés innombrables et indescriptibles. Certains l'écoutaient religieusement, d'autres encore l'insultaient ouvertement et lui lançaient des pierres. C'était une belle faune que voilà. Crane remarqua finalement le prêtre qui, sans savoir pourquoi, était en parfaite santé, debout sur ses deux pieds à aider les autres. Faut croire qu'il était en dehors de l'édifice lorsque ce dernier s'était écroulé... Quel brave homme cependant! Son plan commencerait avec lui. Mais pas tout de suite... Non, il devait attendre encore un peu. Plus il y aurait de gens, plus son idée serait un succès. Attendre était la clé. L'excitation faisait bondir son cœur dans sa poitrine. Gotham ne serait plus jamais la même : le règne de l'Épouvantail était arrivé!


Dernière édition par Jonathan Crane/Scarecrow le Mar 5 Mai - 23:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [YEAR 0] Notre-Dame de la Peur   Mar 31 Mar - 1:55

Jonathan Crane avait laissé passé plusieurs minutes déjà, installant plusieurs mécanismes à la va-vite autours de l'ancien édifice religieux, tout en faisant attention de ne pas entrer dans le champ de vision des gens présents. Autrement dit, il couvrait un large territoire. Heureusement pour lui, l'attention était portée sur le chaos environnant et les mécanisme  se déployaient facilement. D'autres véhicules des services d'urgences avaient fait leur apparition, venant soigner les blessés et réprimer les quelques fous en quête d'illumination divine. Évidemment, tout ce jeu de lumières rouges, bleues et blanches accompagnés par les bruits des sirènes rameutait toujours plus de curieux aux alentours de la cathédrale en ruines. À un point tel que l'Épouvantail se demandait s'il avait amené assez de gaz pour tout le monde. Certains risqueraient de s'échapper... Ah et puis non, qu'ils répandent la nouvelle, que la légende commence. Ils seront les premiers témoins de Notre-Dame de la Peur! Il était temps d'agir.

Sortant de l'ombre, la grande silhouette de l'Épouvantail se faufila au travers des voitures, des gens et des ruines. N'attirant pas tout de suite les regards, l'homme costumé pu monter au sommet d,un tas de gravats et être à la vue de tous. De plus, cette position lui donnait une meilleure vue d'ensemble et lui donnerait bien sûr l'avantage quant à la diffusion du gaz, car il en portait sur lui aussi, évidemment. N'hésitant pas, il se mit à parler d'une voix ferme, enterrant progressivement le brouhaha de la foule. Les policiers le mirent en joug, incrédules. Quant aux autres, ils le regardaient avec stupéfaction, certains affichant plus de la moquerie et d'autres du mépris. Certains, comme le prêtre, étaient indignés et la colère siégeait sur son visage. Mais bientôt, cette foule d'émotions cosmopolites ne deviendrait plus qu'une seule et grande famille sous l'égide de la peur.

« Citoyens de Gotham, l'heure est venue enfin! La ville a sombré dans les ténèbres, vous êtes confus et ignorants, désemparés et seuls. Nous retournerons tous à l'âge de pierre, à moins que des gens forts ne se lèvent pour diriger la populace mécontente. Je me tiens ici devant vous, sur les ruines de ce lieu saint, un symbole de cette ville réduit à néant par les machinations d'un fou furieux probablement aussi à l'origine de cette crise. Je me tiens ici pour vous annoncer que je vais prendre les choses en mains et que moi, l'Épouvantail, vais diriger vos minables vies dans le seul et unique but de survivre. En somme, je suis votre sauveur. »

Éclats de rires, indignations, moqueries et dégoût, voilà ce que Jonathan Crane voyait suite à son discours. Il n'était pas surprit cependant, cela faisait partie du plan. Devant lui se tenaient pas loin de 200 personnes, plus qu'il n'en fallait pour commencer son oeuvre. Mais, il s'en doutait, il y aurait ceux trop désespérés pour réfléchir et ceux qui, provocateurs nés, ne se laisseront jamais dominer même pour leur propre bien. L'Épouvantail allait tous les briser.

- Va te cacher l'empaillé, c'est pas Halloween!
- Descendez de là sale énergumène, vous profanez ces lieux saints avec vos macabres discours!
- Maman, c'est qui le monsieur?
- Putain il fout les ch'tons son déguisement...
- Messieurs, on va pas laisser un autre détraqué mure pour l'asile profiter de la situation pour mettre sa merde partout.

Tant de voix qui s'élevaient dans le chaos le plus total. Certains même lançaient des pierres sur Crane, d'autres le huaient. Voilà, le moment était venu de passer à l'acte. Que le règne de la Terreur commence!

« Mes chers petits agneaux, je crois que vous n'avez pas compris la subtile mais néanmoins claire situation : vous n'avez pas le choix. Vous m'appartenez à présent! »

Activant une manette qu'il gardait sur lui, l'Épouvantail enclencha les mécanisme éparpillés autour du site ainsi que sur lui-même. Portant son masque à gaz, il ne lui restait qu'à contempler d'abord l'incrédulité, puis la confusion et enfin la peur. Le gaz, d'une couleur jaunâtre, se dispersa rapidement grâce aux mécanismes qui les dirigeaient tous vers la cathédrale en ruines. Ceux disposés sur son corps diffusaient un concentré de celui-ci et dévalaient les gravats à grande vitesse. Les gens, ne sachant pas trop réagir face à ce qu'ils avaient devant eux, ne remarquèrent pas les nuages derrière eux qui s'approchaient... et s'approchaient... Les premières victimes commencèrent à tousser et la panique s'installa aussitôt, mais il n'y avait aucun endroit pour fuir : le quartier était cerné de toute part. Ce n'était qu'une question de temps avant que tout le monde y passe.

« Dites-moi, quelle est votre plus grande peur? »

La voix de l'Épouvantail résonna dans les tympans des victimes comme celle d'un monstre venu de leurs pires cauchemars. Certains commençaient déjà à se gratter les bras pour enlever les insectes imaginaires qui leur grimpaient dessus. D'autres se mettaient en boule sur le sol pour se protéger des illusions nourries par leurs pires frayeurs. C'était merveilleux tout ces cris qui résonnaient dans la nuit, un véritable spectacle, un délice auditif! Et cela ne faisait que commencer. Il avait ajouté un dernier ingrédient à sa formule. Et non seulement ils auraient peur, mais ils seraient soumis à sa volonté, tant et aussi longtemps qu'ils seraient sous l'influence du gaz. Cela n,agirait pas tout de suite, car les émotions étaient trop vives pour tenter un quelconque contrôle. Il allait les laisser se battre entre eux et tout détruire... Et lorsque reviendra le calme, l'Épouvantail fera son entrée en tant que sauveur, en tant que chef de cette populace débilisée et apeurée. Il serait le berger de ces moutons, le maître de ces chiens, le Dieu de ces vers!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [YEAR 0] Notre-Dame de la Peur   Mar 5 Mai - 5:47

C'était si beau à contempler. Les gens se piétinaient, hurlaient et se battaient pour tenter d'échapper à ce qui ne pouvait l'être. Cette nouvelle formule de sa toxine semblait plus prometteuse qu'il ne l'avait espéré. Les frayeurs des gens s'accrochaient à eux comme des sangsues. Il était impossible pour ces malheureux d'échapper à cette terreur profonde qui les animaient tous. Cela dit, la peur étant le moteur principal de l'instinct de survie, Scarecrow pouvait aisément contempler la folie et la splendeur de l'égoïsme et de l'avidité humaine. Des civils s'attaquant aux policiers, ces derniers voyant probablement leurs attaquants comme des monstres. Ils se défendaient en usant de leurs pistolets, mais cela ne faisait qu'aggraver l'état de panique générale. Le chaos engendré par ces petites poussées grandissait de façon exponentielle.

Là, un enfant qui fuyait ses parents, ravagé par sa vision. Que voyait-il? Des monstres? Le vrai visage de ses parents? Ou bien était-ce une expérience traumatisante qui ressortait à ce moment précis? Et que dire de ce vieillard qui, pour une raison que le Scarecrow ignorait, était battu à mort par ses semblables? Était-il l'origine d'une dissension? Avait-il provoqué quelqu'un? Ou était-ce seulement son apparence, accentuée par les effets du gaz, qui semblait le transformer en quelque chose de repoussant? Tant de questions dont il ne connaîtrait probablement jamais la réponse. Ou en tout cas, pas dans l'immédiat. Pour l'instant, il devait se concentrer sur le moment présent. Son plan ne pouvait fonctionner qu'une seule fois, il ne devait pas déraper.

Cela prit plus de temps que prévu, mais le calme commença à revenir. Plusieurs personnes étaient blessées et même tuées, mais la majorité des gens étaient épuisés, pleurant leur souffrance et tentant de reprendre leur souffle. Maintenant que le calme revenait, les effets secondaires du gaz allaient prendre effet. Ils allaient durer quelques heures, c'était plus que suffisant pour enclencher la phase critique de son oeuvre. Descendant du tas de gravats sur lequel il s'était positionné au départ, Scarecrow s'approcha du premier individu à sa portée : un homme dans la trentaine, rien d'extraordinaire, mais il serait un bon test. Approchant son visage masqué de son sujet, Scarecrow prit la parole.

« Dit moi, qui suis-je? »

Semblant hypnotisé, l'homme fixait le vide. Ses yeux par contre trahissait un tout autre état : celui de la transe. Son gaz fonctionnait à merveille. Ne restait plus qu'à connaître la réponse à sa question.

- Vous... êtes... Scarecrow.

Il avait l'air d'un véritable zombie, un magnifique pantin à manipuler.

« Et que suis-je? »

- Vous êtes... notre sauveur!

Jubilant, Crane ne pu s'empêcher de rire comme un dément devant ce discours. Confectionné ce gaz lui avait coûté du temps et de l'argent, en plus de plusieurs efforts infructueux. Il avait finalement réussit à isoler l'agent permettant de stimuler la partie du cerveau permettant d'accentuer les hallucinations tout en diminuant la volonté et l'indépendance des victimes par la même occasion. Ainsi, il pouvait s'imposer en maître devant cette foule sans effort. Il devrait concocter d'autre toxine pour maintenir tout ce beau monde sous son contrôle, mais avec l'aide de ses esclaves, il sera bien plus facile de le faire. Le problème serait l'électricité, mais il pouvait contourner ce moyen éventuellement. Allant au-devant de d'autres personnes, il posa les mêmes questions, pour obtenir les mêmes réponses. Lentement mais sûrement, une litanie commença à se faire entendre.

- Scarecrow! Scarecrow! Scarecrow! Scarecrow! Scarecrow!

Il était temps. L'entreprise était une réussite. Bien vite il allait envoyer tout ce beau monde chercher des vivres et de l'équipement nécessaire à ses projets. Il les mettraient ensuite à la reconstruction de la cathédrale. Elle ne s'appellerait plus Notre-Dame-de-Gotham, mais Notre-Dame-de-la-Peur. Elle sera rayonnante comme un phare dans la nuit et sera la pièce maîtresse du règne de l'Épouvantail sur les pauvres ouailles de Gotham.


« Partez mes enfants, répandez la bonne nouvelle! Le règne de la peur est arrivée. Vous êtes les apôtres du Scarecrow et vous serez les bâtisseur de mon église. Et même les puissances de Gotham ne pourront rien contre elle.»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [YEAR 0] Notre-Dame de la Peur   

Revenir en haut Aller en bas
 
[YEAR 0] Notre-Dame de la Peur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: