Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 La Geek et le Clown, Bonsoir !

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


La Geek et le Clown, Bonsoir ! Empty
MessageSujet: La Geek et le Clown, Bonsoir !   La Geek et le Clown, Bonsoir ! I_icon_minitimeVen 20 Déc - 21:34

La Geek et le Clown, Bonsoir !















Le quartier du Bowery, un endroit magnifique, des baraques style victoriennes mais aussi l'un des endroits les plus fliqués de Gotham ! Après un énième braquage, cette fois une parfumerie chic, Duela était poursuivie par une horde de policier sauvage qui dégainait leurs flingues aussi vite que leurs insignes ! La jeune femme n'y croyait pas ses yeux, pour une fois, c'était des violents les poulets ! Ah ah ! Mais bon, toutes les courses-poursuites dont elle était l'objet montrait une chose : elle était l'être vivant le plus rapide en talon et mini-jupe ! Le clown sautillait à travers les ruelles, entre deux immeubles, faisant tomber lourdement les poubelles pour que les flics aient à subir ce magnifique parcours du combattant !

Vraiment, Duela était trop mignonne avec eux, elle leur concoctait à chaque fois des petites énigmes, des petits parcours du combattant, des farces, histoire qu'ils se marrent ! Ha ha !

Mais ceux là, c'était des as du tir, plusieurs fois Duela manquait de finir en gruyère, il fallait trouver une issue le plus vite possible, ou sinon, elle finirait à la morgue avant minuit.
Après avoir accéléré le pas, elle finit par se retrouver hors de vue des flics, une vieille tenait la porte d'un immeuble, Duela se précipita jusqu'à ce que la vieille commença à la frapper avec son sac. Pas le temps de lui tordre le cou, elle changea de direction, avec un point de côté atrocement douloureux !


La jeune femme entra dans une rue illuminée par quelques réverbères, il fallait se presser, ses malades n'allaient pas tarder à lui tomber dessus. Comme une fugitive, elle se lança à corps perdue à la recherche de la porte, LA porte ouverte du quartier ! Elle tenta la première, sauta par dessus la cloison, évita les nains de jardins, pas le temps de les dégommer à la mitraillette, elle se posta devant la porte et tenta de l'ouvrir : Fermée.



« Je hais les gens trop sécurisés ! Ha ha ! »


Pas le temps non plus pour les blagues à sois-même, elle dévala la rue, enchaîna les demeures une par une, soudain le miracle se produisit.


Le numéro 4, petite maison vieillarde au style victorien, un peu glauque, mais bon, on va pas faire les difficiles ! Duela ouvrit la porte, sans forcer. Il faisait noir, les habitants devaient être parti pour la soirée ! Hé hé ! Tant mieux ! La jeune femme pourrait voler quelques petits trucs, se commander une pizza, regarder son habituel dessin-animé puis repartir quand les patrouilles de police se seraient cassées.


La criminelle en profita pour visiter un peu, mais d'abord elle jeta un œil par la fenêtre : personne, parfait !
Elle éclata de rire et posa son doigt sur l'interrupteur, la lumière l'éblouie violemment. Il n'y avait pas grand chose dans cette maison, deux trois meubles un peu vieillot et ... une pauvre télé… Eh mais … c'est quoi c'te barraque ?
Duela prit le flingue caché dans sa veste puis souffla sur la mèche verte qui était devant ses yeux.

« Ouhouh ! Y a t'il un être vivant -ou mort- ici ? Ha ha ! Je suis là ! C'est le facteur ! Pour les calendriers avec des chatons ! Ha ha ha ! »


Elle ricana puis continua à avancer, le silence qui régnait dans cette maison était un peu étrange … Autant que le manque de déco perturbant de cette pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


La Geek et le Clown, Bonsoir ! Empty
MessageSujet: Re: La Geek et le Clown, Bonsoir !   La Geek et le Clown, Bonsoir ! I_icon_minitimeSam 21 Déc - 3:12


« «The cake is a Lie.» »




-  Ouhouh ! Y a t'il un être vivant -ou mort- ici ? Ha ha ! Je suis là ! C'est le facteur ! Pour les calendriers avec des chatons ! Ha ha ha ! 

… Je lève un sourcil, attend un instant, puis me remets à coder. Il est minuit. Minuit deux, même. On est donc le quatorze décembre. Je viens d'avoir quatorze-ans. Vive moi. Mais n'ayant ni ami, ni famille pour le fêter, je me contente de continuer mes amélioration de Mao Ming, mon I.V de sécurité. Alors que Mao semble vouloir prendre la parole, je m'étire, faisant craquer mes doigts par la même occasion.

- Excusez-moi, mademoiselle, mais mes capteurs auditifs m'indiquent une présence inhospitalière dans l'enceinte de votre maison. Je vous conseillerais d'aller voir... 

- Qu'est-ce qui m'a prit de te donner de la réflexion à toi? Raaah, c'est pas comme si j'avais d'autres choix, t'façon. Manifestement, ça veut pas partir.

Sinon, je peux la laisser fouiller et finir par me trouver.... Hum, mauvaise idée. je tiens à mes ordinateurs. Je me lève alors de mon siège. C'est la seconde fois que j'ai des intrus chez moi depuis la mort de ma mère. La première fois, c'était des voleurs, qui ont été tellement dépités par l’état des lieux, qu'ils sont repartis aussi sec. Et la seconde fois bah... C'est maintenant. Et je peux vous assurer que ce n'est pas un voleur. Comment le sais-je? Peut-être parce qu'un voleur ne gueule pas de tous ses poumons pour savoir s'il y a quelqu'un?
Après, ce n'est qu'une hypothèse.

J'avance doucement, pied nu, dans le vaste couloir du second étage. N'allumant pas la lumière, je remarque sans mal que celle du rez-de-chausser l'ai, d'ailleurs. Ouah! Ça doit faire au moins deux semaines que c'était pas arrivé. Je descend les escaliers doucement pour ne pas le faire grincer. Je sais, à ma place, vous auriez appelé la police... Sauf que je ne peux pas: s'ils viennent, ils arrêteront peut-être la cambrioleuse, mais je me retrouverai avec des agents décidant probablement de rester avec moi, pauvre petite fillette mineur que je suis, jusqu'au retour de ma mère. Mère qui bouffe les pissenlits par la racine depuis cinq ans, rappelons-le. Non, à part aller voir et négocier, je n'ai pas de réelle options.

Quand j'arrive dans le hall, ce dernier et vide, je devine donc que l'intruse visite (bah oui, tant qu'a faire). Et puisqu'il n'y a pas de lumière dans le salon, elle doit se trouver dans la cuisine. Je mets mes chaussons lapins (parce que le carrelages, c'est froid, et que ça va bien avec mon T-shirt rose fluo et mon short mauve), et j'avance en baillant légèrement. En passant, je me prendrais un verre de jus de cranberry. J'aime bien le cranberry...
Comme attendu, je trouve mon invitée dans la cuisine, et je ne peux m’empêcher de lever un sourcil devant sa dégaine et ses cheveux vert. Bien, j'ai une échappée d'Arkham armée et en jupe dans ma cuisine. Je crois qu'entre le Chapelier, Le Sphinx et Dollmaker, je commence à avoir la main, avec les fous. La question reste à savoir si c'est moi qui les attire, ou si je suis attirée vers eux.
Honnêtement, je préfère ne pas savoir.

M'accoudant au contour de la porte de la cuisine, je croise les bras, finissant par prendre la parole.

- On vous a jamais appris à frapper avant d'entrer chez les autres? Et ils sont où, les chatons?

Oui, je sais que c'est pas une vendeuse de calendrier, je l'avais deviné sans trop de mal, rassurez-vous. Mais j'aime les chatons, moi. Après quand ça grandit, un peu moins...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


La Geek et le Clown, Bonsoir ! Empty
MessageSujet: Re: La Geek et le Clown, Bonsoir !   La Geek et le Clown, Bonsoir ! I_icon_minitimeDim 22 Déc - 22:08













Duela avança faisant claquer sa canne en bois, le carrelage est un peu sale, remarqua t-elle en éternuant. Elle se mit à sourire puis s'exclama très fort :


«Eh dis donc ! Faudrait p'tetre faire le ménage ici ! Ha ha ! »


Le clown haussa les épaules et sorti une sucette multicolore de sa veste, l'ouvrit et se l'enfonça dans la bouche. Tout en mangeant sa confiserie, elle commença à visiter cet baraque inhabitée en commençant par le salon où il y avait littéralement rien. Salle suivante, une salle de bain aussi vide que le reste, poussiéreuse et crade, Duela sorti de la pièce en crachant ses poumons, toute cette poussière la faisait tousser comme un fumeur addict tournant à six paquets de clopes par jour. Mais qui est le pédophile, le malsain, le malotru, le glinglin qui pouvait vivre dans se souque ?


Elle se rendit dans la cuisine, endroit à peu près normal … Mis à part que l'abandon se faisait remarquer au premier coup d'oeil. Tel un inspecteur, elle passa son doigt sur la table au milieu de la pièce laissant une trace de poussière épaisse sur son gant violet, elle grimaça.


Soudain, ce qui devait arrivé arriva, quelle horreur ! Quel châtiment ! Quelle sauvagerie ! Quelle stupeur horrifiante et ambulante !

« On vous a jamais appris à frapper avant d'entrer chez les autres? Et ils sont où, les chatons? »


Duela n'avait pas encore remarqué qui était l'auteur de cette petite voix et tant mieux, elle lançait un regard désapprobateur vers la fenêtre et s'exclama en se retournant un peu.



« J'ai oublié Maman ! Désolée ! Ha ha ha ! En plus la porte était ouverte et je ... »


Le clown hurla de terreur quand elle aperçue l'habitant de cette maison. Elle bondit comme un chat sur la table en cachant ses yeux.



« Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Un … un … Oh ! … un … une … une gosse ! »




Car oui, il fallait le savoir, Duela avait une aversion obsessionnelle pour tout ce qui avait moins de seize ans, étrange direz-vous pour quelqu'un qui n'a que dix neuf printemps... Ceci venait de son dégoût pour la niaiserie profonde et l'innocence trop prononcée chez ces 'choses'. Puis bon, un gosse ça sert à quoi ? A rien ! Faut ce le dire ! Ça n'apporte que des emmerdes ! Ça pue, ça se plaint, ça bouffe votre fric et voilà ! Mais surtout, qui ose dire qu'un enfant c'est un ange ? C'est prouvé. Un gosse, c'est manipulateur, égocentrique et psychopathe. D'où le fait par x plus y que Duela haïssait ces choses.



« Euh … Retourne jouer à la poupée petite … chose ! Aller ! Dégage ! Pfiou ! J'aime pas tout ce qui est petit et qui porte des couches ! »




Duela se racla la gorge et prit un air posé.


« Bon écoute, si tu restes calme et sage, je ne te volerais pas tes cadeaux de Noël et je ne te tuerais pas … Ha ha ! Peut-être ! Dis-moi, petite … Comment t'appelles-tu ? Tu as quel âge ? »






Elle bondit de sa table pour venir à côté de la jeune fille et tout en la poussant légèrement avec sa canne, elle s'exclama :




« Moi, je suis Duela, Duela Dent ! Criminelle déjantée fille de Monsieur J. et … Habituée de l'asile ! Ha ha ! Personne ne me comprend … C'est dur la vie ! Hu hu … Je te fais cours. Je me suis incrustée dans ta magnifique demeure poussiéreuse afin de me planquer de ces malades de poulets armés jusqu'aux sourcils ! Puis il sont dangereux hein ! Ha ha ! Donc voilà, ta porte était ouverte. Je suis entrée ! J'ai visité et voilà ! Ha ha ! »


La jeune femme à la crinière verte se retourna puis continua :


« Je séquestre ta jolie maison pour la nuit ok ? Merci ! Hi hi ! Je ne te signerais pas d'autographe et ne t'offrirais pas de sucette. Compris ? Ha ha ha ! Et les chatons... Tu oublies !»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


La Geek et le Clown, Bonsoir ! Empty
MessageSujet: Re: La Geek et le Clown, Bonsoir !   La Geek et le Clown, Bonsoir ! I_icon_minitimeVen 27 Déc - 1:36


« « 42 » »




- J'ai oublié Maman ! Désolée ! Ha ha ha ! En plus la porte était ouverte et je ... 

Je crois qu'elle est surprise. Enfin, c'est ce qu'indique le cri strident qui vient de sortir de ses lèvres peinturlurées d'un rouge criard. Accessoirement, elle vient de me tuer le tympan droit, mais c'est assez secondaire. Ce qui est plus important, néanmoins, c'est le fait qu'elle saute sur ma table, foutant par la même occasion de la terre et de la neige tout partout. Magnifique, tous mes efforts pour tenir la cuisine approximativement propre viennent de partir en fumé. Je soupire, levant un sourcil alors qu'elle reprend la parole. Je ne suis pas impressionnée ou terrorisée, juste blasée... La peur est un choix, ne l'oubliez pas.

- Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Un … un … Oh ! … un … une … une gosse ! 

En effet, bien que je préfère le terme préadolescente. Au vu de mon age, je suis théoriquement une adolescente mais le fait que je n'ai pas commencé ma puberté ne me permet pas de porter ce titre. Je suis donc bien une gosse. Mais en quoi est-ce un sujet d'épouvante ? J'ai l'impression de voir un éléphant ayant peur d'une souris. Elle a une arme, et c'est moi qui semble pourtant la plus calme de nous deux. Décidément, je ne me ferai jamais à la folie et à son manque de logique.
Si j'me fais des couettes et que je sors une barbie, est-ce qu'elle s'enfuit en courant ? Un léger rictus apparaît au coin de me lèvres.

- Euh … Retourne jouer à la poupée petite … chose ! Aller ! Dégage ! Pfiou ! J'aime pas tout ce qui est petit et qui porte des couches ! 

Ahah ! Tellement prévisible ! La peur, est probablement la chose la plus rationnelle de l'irrationnelle, c'est pour cela que je peux approximativement l'analyser. Cependant je ne dis toujours rien, bras croisées, me tenant encore appuyée contre le contour de l'entée. Il n'y a pas besoin de faire quelque chose, la peur s'alimente de la peur. Que mon attitude soit celle d'une enfant ou non, aux yeux de Duela Dent, je resterai une enfant. Le QI, ce n'est qu'un détail.  
Pardons ? Ah oui, elle s'appelle Duela Dent. Fraîchement échappée d'Arkham city. Comme je l'avais déjà signalé lors de la « petite visite » du Sphinx, je ne me suis pas gêné pour « emprunter » tous les dossier de l'asile, que ce soit sur les patients, les sujets ou les médecins. Ils sont tous passionnants. Et cette femme en face de moi, cette folle est... Passablement dangereuse. Mais moins que d'autres. Elle est aussi plus malléable, mais beaucoup moins prévisible qu'un psychopathe de base. En un mot, les problèmes viennent encore de me tomber dessus alors que je ne demandais rien...
Allez, encore un soupir, alors que mon « invitée » reprend la parole.

- Bon écoute, si tu restes calme et sage, je ne te volerais pas tes cadeaux de Noël et je ne te tuerais pas … Ha ha ! Peut-être ! Dis-moi, petite … Comment t'appelles-tu ? Tu as quel âge ? 

J'hésite à répondre que je ne fête pas Noël et toutes les autres fêtes du même type, mais avant que je n'ai le temps de le faire, la clown, toujours aussi excentrique, saute de la table, et vient me pousser avec sa cane. Je l'attrape (la cane, pas la folle) sans animosité aucune et la dévie, laissant Duela continuer tranquillement son monologue. Tandis qu'elle parle, je peux l'analyser. Ses mimiques, ses gestes, ses mots, ses vêtements et chaque détail qui ne peuvent m’échapper, tout cela en dit bien long sur sa personne, alors que je recoupe ce que je vois et entends avec les informations contenue dans son dossier.

- Moi, je suis Duela, Duela Dent ! Criminelle déjantée fille de Monsieur J. et … Habituée de l'asile ! Ha ha ! Personne ne me comprend … C'est dur la vie ! Hu hu … Je te fais cours. Je me suis incrustée dans ta magnifique demeure poussiéreuse afin de me planquer de ces malades de poulets armés jusqu'aux sourcils ! Puis il sont dangereux hein ! Ha ha ! Donc voilà, ta porte était ouverte. Je suis entrée ! J'ai visité et voilà ! Ha ha ! 

Je l'aurais deviné seule, qu'elle fuyait quelque chose. En fait, je le savais deja. Ses joues sont encore rouges à cause de l'effort, tout comme sa respiration, une demi-seconde trop rapide pour être calme. Elle a de plus encore de la terre sur ses chaussures (et donc sur ma table, maintenant), elle a du couper par un jardin. Surement celui de Madame Jellwish, la terre y est tendre et l'herbe bien verte malgré la saison, comme les quelques brins coincés sur ses chaussures. C'est peut-etre même là-bas qu'elle essaya de se cacher en première, mais son essai fut un échec et pour cause : Je n'ai jamais connue une voisine aussi paranoïaque: elle a quatre chiens, sept caméras de sécurités et une porte automatique. Et tout ça pour quoi ? Pour une collection de bijoux. C'est tout. J'ai été déçu quand j'ai piraté son terminal de sécurité pour découvrir cela, j'avais espéré quelque chose de moins banal... En vain.

- Je séquestre ta jolie maison pour la nuit ok ? Merci ! Hi hi ! Je ne te signerais pas d'autographe et ne t'offrirais pas de sucette. Compris ? Ha ha ha ! Et les chatons... Tu oublies !

Une nuit ? C'est long, une nuit, mais bon, je ne vais pas me plaindre, non ? Si déjà, je ne finis pas en charpie ou à l’état de masse informe et sanguinolente, je me sentirais approximativement chanceuse... Les schizophrène sont assez imprévisibles, en premier lieu à cause de leurs délires, en second lieu à cause des crises qui les accompagnent. J'en connais long sur le sujet, sans trop de surprise...

- Dommage, j'aime bien les chatons.

En photos. En vrai, c'est plutôt agaçant. J'ai essayé, pendant un temps, de me prendre un chat pour tromper la solitude. Résultat : une unité cramée à cause d'un chaton décidé à faire pipi partout. Plus-jamais-de-chat-dans-cette-maison.

- Mon nom et mon age importent peu. Vous pouvez m’appeler "Machin", ou "eh toi là-bas", ça fera l'affaire. Après tout, je ne suis qu'une gamine. Non?

De toute façon, personne ne retiens Li Wei. C'est simple pourtant. Le Li ça va encore, mais le Wei... Trop "exotique". Deux syllabes, pourtant... M'enfin, au final, ce n'est qu'une de mes nombreuses identités. Disons que c'est la plus personnelle, la plus "vraie". Certes, c'est le prénom que m'a donné ma mère, mais je n'ai aucun papier le relatant, alors au final, pour la société actuelle rien de tout cela n'est vrai. Donc tout m'est permis.

- Vous pouvez rester jusqu'à sept heure quatre et sept secondes. Après, les voisins commencerons se réveiller et Madame Smith adore jouer les commères, si elle vous voit partir, croyez-moi que dans la minute suivante les policiers seront de retour.

Et ça, ça ne m'arrangerait VRAIMENT pas. D'une façon ou d'une autre, ça me retombera dessus si la police le trouve ici ou partant d'ici. Je les vois déjà en train d'attendre que ma "maman" pour lui parler de l'affaire... Misère. Tout ce que je peux faire pour le moment c'est coopérer, voir même l'aider à fuir discrètement par la suite. Ainsi, on s'en sort toutes les deux bien, et je suis contente. Seule la fin justifie les moyens.
Alors soit, collaborons....

Pour l'instant, mon objectif est principalement de l’empêcher de farfouiller plus amplement. J'ai beau avoir fermé la porte de la chambre de feu ma mère à clé, si elle décide de la défoncer à coup de pied pour voir ce qu'il y a dedans, je serai bien inapte à l'en empêcher. Oh, bien sur, je doute qu'elle est seulement entendu parler de Neko, mais ce n'est pas elle le danger, mais les mots anodins qu'elle prononcera pour parler de son aventure aux autres. Et si on apprend qu'une gamine a chez elle une salle remplie de haute technologie et d'une dizaine d'ordinateur dans une maison poussiéreuse, il ne faudra pas longtemps pour que des personnes plus intéressées que Duela remonte jusqu'à moi...

- Bon... Quitte à passer le reste de cette nuit - qui, soit dit en passant, promet d’être longue et éreintante pour la pérennité de mes nerfs, voulez-vous du gâteau ? Je m’apprêtais à le couper.

Oui. Un gâteau. Une magnifique foret noire, avec les cerises et tout et tout. Certes, je ne fête pas mon anniversaire, mais je ne rate jamais une occasion de m’empiffrer de sucrerie en tout genre. Je vais donc au frigidaire et j'en sors le désert commandé la veille chez un traiteur Français de la ville, encore dans son emballage glacé blanc et or. C'est cher, mais comme le montre l’état de la maison, l'argent que je gagne des informations que je revends me sert, pour quinze pour cent, uniquement à acheter le plus de cochonnerie possible. Les factures ? Voyons, depuis quand les hacker payent-ils ça ? Les premières années, certes, et ils pensent que c'est toujours le cas.
C'est suffisant....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


La Geek et le Clown, Bonsoir ! Empty
MessageSujet: Re: La Geek et le Clown, Bonsoir !   La Geek et le Clown, Bonsoir ! I_icon_minitimeDim 5 Jan - 17:58
















Elle ne voulait pas donner son nom ? Mauvais signe... Duela fit la grimace et écouta le reste du blabla de la môme qui avait l'air un peu désespéré, beaucoup même ! Pourquoi tant de tristesse ? Duela eut un peu de pitié et jugea bon d'être sympa avec cette gamine. Bon quitte à tuer après si vraiment elle est trop chiante, m'enfin, autant lui laisser une chance ! Le clown eu l'autorisation de rester jusqu'au lendemain matin, tant mieux ! Enfin une soirée tranquille ! Comme elle l'a demandée, Duela décide de nommer pour l'instant la gosse PouetPouet. Après tout, elle allait bien finir par savoir sa véritable identité ! Héhé ! PouetPouet proposa un gâteau, point faible du Clown : la gourmandise. Elle acquiesça et lança un regard intéressant vers la gamine lorsqu'elle s'approcha du frigidaire, attention hein, pas de la nioniotte le gâteau ! C'est qu'elle devait avoir des sous la coquine ! Duela s'approcha lentement et posa ses fesses sur le tabouret disposé autour de la table, elle déposa sa tête dans sa main et regarda avec intérêt la jeune fille. Sa voix raisonna de façon amusée :



« Allons ma chère, je m'intéresse à la personne qui m'héberge gentillement ! Même si je me suis un peu imposée ! Ha ha ! Dis-moi comment tu t'appelles, de toute façon, si je veux vraiment le savoir, je le saurais un jour où l'autre, j'ai mes sources ! Hi hi ! Ne t'en fait pas, j'ai décidé d'être sympa ce soir avec toi, je te tuerais seulement si je te trouve pas drôle ! »



Duela s'étira nonchalamment et bailla fort avant d'ajouter :


« C'est pas très cool d'avoir des voisins fouineurs ! Si tu trouves ta petite madame Smith un peu trop enquiquinante, dis-le moi, je lui offrirais le plus long dodo du monde ! Ha ha ! Puis tu sais, il faut savoir s'amuser un peu ! Tu manques d'amusement ! Ça se voit regarde toi ! Toute seule, toute triste ! T'as besoin d'un petit fou rire ! Je suis là pour ça ! Haha ! Crois-moi Mignonne, la bonne personne t'es tombée dessus ! Hi hi ! Tu veux des blagues ? J'en ai des bonnes ! C'est l'histoire de ... »


Duela se mit à réfléchir, la gosse devait frôler les treize ans et ses blagues étaient un peu du genre gore, morbide et dégueulasse... Même si au final elle en avait rien à secouer que la gamine fasse de cauchemar, elle se retint par 'politesse' pourrait-on dire !

« Finalement, elle était pas si bonne que ça quand on y pense ! Ha ha ! Bref, en tout cas tu as de très bon choix niveau gâteau ! Mais … Mais, attend … Qu'est ce qu'une fillette fait avec un gâteau pareil dans son frigo ? »


Le clown se redressa et posa un doigt sur sa lèvre, puis écarquilla les yeux.



« Ne me dit pas que c'est ton anniversaire et que tu ne me l'as pas dit ! »


Duela sursauta et enleva son chapeau gigantesque pour se gratter la tête, mettant sa crinière verte en bataille. Puis, elle adressa un large sourire à la petite et fouilla dans les poches de sa veste mauve. D'un grand geste, elle ricana et sorti de ses poches une nuée de confettis multicolore qu'elle jeta en direction de 'PouetPouet' qui se prit environ quatre kilos de confettis dans la figure. Qu'est-ce que la criminelle la plus recherchée de Gotham fichait avec ça dans les poches ? Telle est la question.



« Joyeux anniversaire ! Et, si ce n'est pas ton anniversaire, pas grave ! Comme dit le timbré dans le dessin animé 'Joyeux-non-anniversaire' ! Ha ha ! »


Soudain, Duela sursauta de nouveau et se retourna... Voyons, fêter un anniversaire sans offrir de cadeau, c'est pas très cool ! Elle réfléchit, longtemps d'ailleurs, très longtemps puis, son ampoule interne s'alluma. Duela se retourna avec un grand sourire sadique et présenta à la gamine une peluche qu'elle venait également de tirer de sa veste. Une peluche d'environ quinze centimètre représentant un cheval rose cornu.

Elle posa le présent dans mes mains de la petite et ajouta :



« Joyeux anniversaire ! Ha ha ! Ceci est une explosicorne ! Soit, pour faire court, une bombe dans une peluche de licorne ! Cool hein ! C'est moi qui fait ça ! Ha ha ! Surtout ne la fait pas tomber hein, sinon BAOUM ! Adieu ta maison et tes voisins ! Donc je te conseille de la ranger précieusement ! Hi hi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


La Geek et le Clown, Bonsoir ! Empty
MessageSujet: Re: La Geek et le Clown, Bonsoir !   La Geek et le Clown, Bonsoir ! I_icon_minitimeJeu 27 Fév - 17:43


« « All the ponies in this town are CRAZY! » »




- Allons ma chère, je m'intéresse à la personne qui m'héberge gentillement ! Même si je me suis un peu imposée ! Ha ha ! Dis-moi comment tu t'appelles, de toute façon, si je veux vraiment le savoir, je le saurais un jour où l'autre, j'ai mes sources ! Hi hi ! Ne t'en fait pas, j'ai décidé d'être sympa ce soir avec toi, je te tuerais seulement si je te trouve pas drôle !   

J'ai jamais vraiment été drôle. Je donne un peu dans le cynisme, mais autrement, je n'ai pas un sens de l'humour plus développé que d'autre. Donc je vais probablement mourir. Chouette. Entre mourir et appeler la police, quitte à finir à l'orphelinat, qu'est-ce qui est le pire? J'ai besoin de méditer sur la question un instant avant de me décider, le choix est cornélien... Heureusement, mon invitée continue son monologue, me laissant le soin de à réfléchir tranquillement entre vivre ou mourir.

- C'est pas très cool d'avoir des voisins fouineurs ! Si tu trouves ta petite madame Smith un peu trop enquiquinante, dis-le moi, je lui offrirais le plus long dodo du monde ! Ha ha ! Puis tu sais, il faut savoir s'amuser un peu ! Tu manques d'amusement ! Ça se voit regarde toi ! Toute seule, toute triste ! T'as besoin d'un petit fou rire ! Je suis là pour ça ! Haha ! Crois-moi Mignonne, la bonne personne t'es tombée dessus ! Hi hi ! Tu veux des blagues ? J'en ai des bonnes ! C'est l'histoire de ...  

La mort de madame Smith serait problématique. Certes, elle est horriblement agaçante et horripilante, mais nécessaire. Sans elle, je serais forcé de copiner avec tout le voisinage pour prouver que je ne suis pas seule. Pour continuer à faire croire que ma mère existe et n'ait pas en train de bouffer les pissenlits par la racine. Or, avec miss Smith, la plus grande commère de Gotham, il me suffit d'aller tous les deux jours lui apporter une part de gâteau pour que tout le quartier sache que ma mère se porte comme un charme. Tellement plus simple, vous ne trouvez pas? Quoi qu'il en soit, j’attends la "super" blague de la clown, un sourcil relevé, m'attendant probablement à quelque chose de pas vraiment drôle, sauf pour une psychopathe, s'entend...

- Finalement, elle était pas si bonne que ça quand on y pense ! Ha ha ! Bref, en tout cas tu as de très bon choix niveau gâteau ! Mais … Mais, attend … Qu'est ce qu'une fillette fait avec un gâteau pareil dans son frigo ?  

Heu... Je n'avais pas vraiment réfléchi à cela. Il faut dire que je côtoie tellement peu d'être vivant que j'ai un peu perdue l'habitude d'attendre de la réflexion de la part de mes interlocuteur. Quand on s'éloigne des autres, inévitablement, on fini forcement par les mettre tous dans le même sac des imbéciles congénital, se plaçant bien au dessus de tout le monde. C'est bizarre de voir quelqu'un doué de réflexion. Même pour un simple gâteau.

- Ne me dit pas que c'est ton anniversaire et que tu ne me l'as pas dit ! 

Avant que je n'ai le temps de répondre quoi que ce soit, quatre kilo de confettis me tombe dessus, et je reste stoïque, tandis que Duela m'en recouvre abondamment, créant même des petits chapiteau sur ma tête et mes épaules. Heureusement que j'aime les couleurs... MAIS POURQUOI QUATRE KILOS DE CONFETTIS? !

- Joyeux anniversaire ! Et, si ce n'est pas ton anniversaire, pas grave ! Comme dit le timbré dans le dessin animé 'Joyeux-non-anniversaire' ! Ha ha !   

Cette phrase me fait grimacer, me rappelant Jervis et le fait que je n'ai plus de nouvelles de sa part de quelques temps déjà. J'échange un fou pour une autre, quelle belle ironie. La seule différence entre les deux est le rire. Duela rit tout le temps. C'est la première fois qu'un rire raisonne dans cette maison. Ma mère et moi-même n'avions aucune raison de rire ensemble. De plus, je suis quelqu'un de sérieux. Je n'ai  d'enfantin que l'apparence, mais je n'ai ni le temps pour les rires, ni pour les jeux. L'enfance c'est facilement négligeable... Ou presque, car quand Duela me tend une licorne en peluche, je ne peux m’empêcher de la prendre quand même. J'aime les licornes, tout comme j'aime les bonbons. A son poids, je devine sans problème que ce n'est pas qu'une simple peluche, et en la palpant un peu, j'analyse vite qu'il s'agit d'une arme de destruction telle qu'une... Bombe.
Je viens de me faire offrir une bombe pour mon anniversaire. Et le plus drôle dans l'histoire, c'est que c'est la première fois qu'on me fait un cadeau d'anniversaire.

- Joyeux anniversaire ! Ha ha ! Ceci est une explosicorne ! Soit, pour faire court, une bombe dans une peluche de licorne ! Cool hein ! C'est moi qui fait ça ! Ha ha ! Surtout ne la fait pas tomber hein, sinon BAOUM ! Adieu ta maison et tes voisins ! Donc je te conseille de la ranger précieusement ! Hi hi !

Outre le fait que c'est fort dangereux, je pense quand même que ça pourra m'être utile, un jour. Et puis je n'ai jamais travaillé sur des explosifs, je n'ai plus qu'a la démonter, comprendre son fonctionnement, la remonter, et je pourrais probablement créer des explosifs... Mélangé à la microtechnologie, je suis sûre que je pourrais créer quelque chose d'utile... Mais avant tout, je dois dire quelque chose, quelque chose qui me taraude depuis tout à l'heure :

- Dite, on vous a jamais dit que vous parliez trop? Silence. Ah, ça fait du bien. M'enfin, j'suis bon public. Merci pour le cadeau miss Duela, ça mérite bien quelques réponses.

Je pose délicatement l'explosicorne sur la table avant d'aller chercher un couteau, commençant à couper la délicieuse foret noire en quatre part, y faisant tomber quelques confettis par la même occasion. Ça me sembla être des parts de taille parfaitement correcte.

- En effet, c'est mon anniversaire et j'ai quatorze ans depuis vingts minutes et treize secondes... Quatorze maintenant. Je m'appelle Li Wei.

Un nom comme un autre. Puisque je n'existe pas officiellement, il n'a aucune valeur réelle. Je lui tends une assiette avec la part de gâteau et une petite cuillère, avant de m’asseoir à la table pour manger la mienne.

- Dites, vous avez fait quoi pour qu'ils vous recherche, dehors?

Quitte à devoir passer la nuit avec une psychopathe, autant en apprendre un peu plus sur elle. Et si elle s'y connais en explosif, je suis sûre de pouvoir au moins tirer quelque chose de cette expérience pour le moins... Bizarre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


La Geek et le Clown, Bonsoir ! Empty
MessageSujet: Re: La Geek et le Clown, Bonsoir !   La Geek et le Clown, Bonsoir ! I_icon_minitimeMer 12 Mar - 23:55

La Geek et le Clown, Bonsoir ! Tumblr_msua5vBXZ91rdffpvo1_500
La Geek et le Clown

"Li Wei Zheng & Duela Dent"




Un silence. Duela est vexée qu’on ose lui dire qu’elle parle trop. Après avoir passer des années enfermée dans une cellule de neuf mètres carré, le clown se vengeait de ne pas avoir eu le privilège d’user de sa voix mélodieuse durant tout ce temps -si l’on peut appeler une petite voix stridente et énervante mélodieuse-. Elle s’imagina torturer la gamine juste pour avoir eu la débilité de lui dire cela, mais quitte à rester discrète, ne tuons pas dès aussitôt.

La jeune femme lança un regard intéressé vers la jeune fille qui commença -enfin- à se dévoiler un peu plus ... Elle s’appeler Li Wei. Li Wei, ça ressemble aux prénoms des membres d’une famille de japonais que Duela avait menacer de frire il y a quelques semaines, enfin, les avaient juste gentillement voler. Elle pouffa silencieusement dans son coin en attendant sagement avant de s’asseoir aux cotés de son amie du soir.
Tout en posant sa canne-surprise contre sa jambe, Duela écoutait sa question, elle releva la tête et se mis à rire. Après avoir fini de se tordre dans tous les sens, le clown soupira et se lança dans sa longue explication à «Dites, vous avez fait quoi pour qu'ils vous recherche, dehors?»:

- Oh oh ... voilà une bien longue mais intéressante histoire à raconter ! Ha-ha ! Eh bien vois-tu ma très chère Li, il y a environ...

La jeune femme remonta sa manche et examina les trois montres qui étaient sur son poignet.

- Environ six heures trente deux, je m’ennuyais à mourir comme un cadavre dans son cercueil, tu vois rien à faire chez moi... Papa est à la baraque à fous, maman est en train de se faire bouffer par les vers depuis dix-neuf ans. Ha ha ! Enfin bref, rien de bien drôle, amusant ou délirant vois-tu.

Plus elle avançait dans sa phrase, plus sa mine se faisait boudeuse jusqu’à ...

- Et puis là ! BAOUM ! Idée ! Je vais aller braquer un restaurant chic, gros bourgeois snobinards, cigare dans le bec ! Donc j’y vais, tu vois, je choisis le meilleur ! Le Roborvsky Stuart Diner, un truc qui ressemble aux vieux monuments athénien là ! Donc j’arrive, j’écrase le mec à l’entrée et j’entre et là .... PAN PAN PAN ! Je tire de partout ! Ha ha ! Tu aurais vu ça, une tuerie ! Oh ...


S’apercevant de son jeu de mot involontaire, Duela se mit à rire encore plus.

- Et donc là tu vois, j’ai pillé les poches de tous ces gros lards qui s’empiffraient à en crever ! J’avais des bijoux, de l’argent à s’en noyé dans mes sacs ! Hihi ! Sauf que l’un d’eux à appeler les flics... Je sais, c’est une erreur de débutant d’oublier le type au téléphone ... Mais finalement, ça donne un peu d’adrénaline ! Bref course poursuite dans les rues de Gotham, des tirs ! Ouais non mais des tarés ! Avant les poulets quand ils te coursaient ils te tiraient pas dessus comme ça ... C’est peut-être une forme étrange de fanatisme... C’est ça ! Ils m’adorent ! Une passion magnifique entre eux et moi ! Ha ha ! Comme une histoire d’amour ! Ah si tu savais, la vie de criminel fait peur, c’est vrai, mais c’est tellement ... drolissime ! Je ne vais pas te proposer de m’accompagner dans mes frasques, c’est pas trop pour ton age ! Ha-Ha ! En général y a du sang un peu partout et des cris et des pleurs ! Hou .

Duela mangea minutieusement sa part de gâteau découpant des petits morceaux avec sa petite cuillère puis, elle releva la tête afin de regarder l’état du ciel par la fenêtre.  La nuit commençait doucement à s’estomper, décidément, la nuit était vite passée, mais le clown voulut en savoir plus sur son interlocutrice...

- Eh, qu’est ce que tu fiches toute seule dans une grande baraque comme ça ? Ils sont où tes parents ? Hihi !







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Geek et le Clown, Bonsoir ! Empty
MessageSujet: Re: La Geek et le Clown, Bonsoir !   La Geek et le Clown, Bonsoir ! I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La Geek et le Clown, Bonsoir !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: