Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Roses de Gotham [PV Cesare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Ven 13 Mar - 21:44

Gotham City ...

Ma Ville.


Alors que le Jet se pose agréablement et en douceur sur le tarmac de l'aéroport de Gotham City, l'hôtesse vient à moi, m'apportant une dernière collation avant que je ne quitte l'appareil. Les appareils de luxe sont toujours un moyen agréable de passer le temps quand on ne peut rien faire, hormis d'attendre. Les hôtesses furent charmantes, typées asiatique oui, mais agréables. Alors que je me lève, une fois l'appareil posé et stabilisé, je descend tranquillement les marches de l'avion, mes lunettes teintées rouge pourpre, couleur des roses, vers ce qui est le petit comité d'accueil de mes meilleurs hommes de main, ceux qui ont fait profil bas, ceux qui se sont laissés caresser dans le sens du poil par toutes les ordures qui gèrent mon affaire. Mon retour se fait doucement, calmement et sans trop de bruit, pour ne pas faire "peur" à mes rivaux. Cobblepot, Sionis, et les autres qui s'étaient appropriés mon trône.
Alors que je prend le petit bus qui relie la piste et l'aéroport, je regarde ma montre. 10h21 du soir, la nuit sur Gotham est si belle, si lumineuse, c'est ma ville après tout. Elle reflétait néanmoins quelque chose de moche, quelque chose de fini, une modernité qui ne me plaisait pas du tout. Alors que je pénètre dans l'aéroport, deux des hommes qui sont derrière moi, Milos et Mirti, me font signe d'aller dans une petite salle de l'aéroport réservée à nos soins. Tout avait été arrangé, j'avais pris rendez-vous avec un des investisseurs de la Mafia les plus importants du moment, un certain Cesare Regoli, un homme à poigne disait-on, un homme qui avait repris quelques rênes dans cette foutue ville. La salle était propre, impeccable, ce qui était bien aux USA, c'est qu'on pouvait louer des salles non loin des aéroports pour organiser des meetings, comme les hôtels Hilton, toujours près des aéroports, insonorisés, et pratiques. Bien que ce n'était pas un Hilton en soit, le bâtiment restera néanmoins utile pour notre première rencontre.

"Milos, Mirti, gardez la porte."


Les deux hommes de main, totalement à l'opposé au niveau du physique, s'exécutèrent sans broncher. Alors que Falcone se dirigea vers un vase rempli de roses rouges, il caressa des doigts les feuilles de cette fleur qui symbolisait son empire. Tandis que Gotham, elle, semblait vaciller à travers la vitre devant laquelle le vieux parrain l'observait. Un jour, elle serait à nouveau à lui. Tandis que Falcone délaissa la fleur pour se diriger vers le bar, il pensait déjà à ses plans pour la ville. Une main-mise sur le Gotham City Police Department ? Avec un Gordon en parfait état de marche, impossible d'espérer quoi que ce soit. S'occuper de la formation du SWAT ? Peut-être ... Les membres de la formation ont toujours eu soif d'argent. J'étais seul, ce soir, si près de ma ville, si près que je pouvais la toucher, si près ... Et tellement loin de la reprendre.

"Mais Rome ne s'est pas faite en un jour."


Je parlais à haute voix, surement la sénilité qui commençait à pointer ? Surement, de toutes façons, j'avais fort à faire, et Gotham City avait besoin d'un parrain à forte poigne. Quelqu'un capable de reprendre les affaires en main et de débarrasser la ville des parasites qui lui sucent le sang. J'avais entendu parler de ce Regoli, de ses investissements, et bien sur, il incarnait cet espèce de "jeunesse" arriviste que j'ai très bien connu dans mes jeunes années. L'espoir ne réside pas que dans les armes, pas que dans le nombre d'hommes prêts à sacrifier leurs vies pour une cause, la Cosa Nostra en l’occurrence, mais en la volonté d'un meneur. Vous pouvez avoir les ressources que vous voulez, vous n'aurez pas la motivation des gens, mais promettez leur quelque chose, et ils serviront dans la joie vos rêves. Ce soir, il était temps de mettre à profit ce rêve et de faire quelque chose.
Un bruit à la porte. Surement mon contact ...

"Entrez."


De ma voix calme et sobre, je donne le ton pour que le contact entre. Je serre deux verres, un pour moi, un pour lui. Au bout de cette conversation, peut-être que nous aurons de quoi pactiser, et de quoi construire pour faire de Gotham une ville bien meilleure qu'elle ne l'est en ce moment. Je tend ma main, celle où mon anneau se trouve. Le salut est quelque chose d'assez important pour moi, et j'attends de mes alliés ce geste.

"Buena sera, monsieur Regoli."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Ven 13 Mar - 22:38

Aujourd'hui tout à commencé avec une matinée basique. je m'occupais de mes affaires tranquillement dans mon bureau au Gratte Ciel tandis que mes hommes travaillaient. Tout se passait pour le mieux. 


On m'a fait parvenir une invitation à un rendez vous. Pas avec n'importe qui, ni plus ni moins qu'avec Carmine Falcone le vrai Parrain de la ville. Un honneur immense pour moi. En réfléchissant je me rend compte que durant son absence mon ascension fut plus rapide que prévu. C'est peut être lié. En tout cas je dois honorer son invitation. 


La journée passa rapidement. Les affaires allant bien je n'ai eu aucun motif pour m’inquiéter. Doucement viens la nuit. Après une bonne douche je commence à me préparer. J'enfile un costar un peu plus chic que d'habitude. Le même que celui que j'avais porté lors du gala chez Wayne. Je place une petite rose rouge dans la poche situé sur ma poitrine et entre dans la salle de réception de mon restaurant. Alors j'appel deux de mes hommes ainsi que Michelangelo. Tous me suivent jusqu'à la voiture. Une belle voiture américaine noir avec vitre teinté. 


La voiture s'en va dans la nuit direction l'aéroport. Falcone à réservé une salle dans le terminal pour faire ce petit rendez vous. Un terrain neutre pour une discussion forcément enrichissante. Nous avalons les kilomètres et arrivons rapidement à l'aéroport. En sortant de la voiture je place mon chapeau fétiche sur ma tête. Je suis maintenant paré pour la rencontre. Seul mon "Consigliere" m'accompagne pour le rendez vous. En suivant les indications que l'on m'avait donné je parvient aisément à trouver la-dites salle. Je toque à la porte et entend Falcone me dire d'entrer, alors je pousse la porte. 



" Buonasera a voi anche Don Carmine Falcone" 


Une salutation en italien, il n'y a rien de mieux. Avec ma main tatoué d'une pieuvre je serre la sienne.Une bonne poignée de main fait toujours plaisir. Je vois que les traditions ne se perdent pas totalement. Un homme de la prestance de Falcone ne peut de toute façon pas si soustraire. 



" Monsieur Falcone, je suis arrivé lors de votre absence à Gotham et on m'a énormément parlé de vous. Je suis alors réjoui de pouvoir faire enfin votre connaissance. J'en suis même honoré. Bien sûr, comme n'importe qui, je me demande le pourquoi de ce rendez-vous. " 


Je me saisis du verre qu'à préparé Falcone pour moi mais ne le porte pas tout de suite à mes lèvres. 



" Est-il possible de fumer ici monsieur Falcone ? Si oui, alors je vous propose un de mes cigares je pense qu'il se marie très bien avec ce que vous venez de servir. " 


En même temps que je parle je porte ma main dans la poche intérieur de mon costume où se trouve mes cigares, ils sont merveilleux avec une saveur quasiment inégalée. J'espère qu'ils plairont tout autant au Parrain de cette ville. Je sens un charisme énorme émanant de cet homme. Je comprend que sa réputation n'est sans doute pas usurpé et surtout je comprend comme il a réussit à s'immiscer si haut dans la pyramide. Des hommes sont naturellement fait pour diriger et il semble en faire parti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Sam 14 Mar - 9:23

"Fumez de tout votre saoul, monsieur Regoli, l'endroit est spécialement loué pour que nous puissions parler affaire sans être gêner par d'insignifiants travailleurs."

J'accepte poliment son offre de prendre un cigare, je le saisis avec ma main encore valide tandis que je porte la "drogue" à mon nez pour sentir l'arôme de ce tabac. Il était fort, une odeur ancienne, légèrement vivifiante pour les poumons, une odeur qui rappelait les plages inoubliables de Cuba, ses femmes, ses vieilles voitures, son Communisme. Cette idée ramenait Falcone quelques années en arrière, lorsqu'il avait passer quelques jours en "famille" avec ses enfants à Cuba, mais aussi pour conclure quelques alliances avec les mafieux locaux. Le communisme et le marché noir, ce sont deux occasions pour se faire un max de fric, sur le dos des plus faibles. Je me dirige vers la baie, la vitre qui dévoilait au loin la grande ville de Gotham City. On pouvait dire que cette salle VIP était assez luxueuse, elle était réservée en général pour des hommes d'affaires qui patientaient entre deux vols, mais là, c'était tout bonnement différent pour cette soirée. Les deux seuls hommes d'affaires dans la pièce ne reprendraient certainement pas l'avion avant un très long moment.

"Vous savez ce que je vois quand je regarde Gotham City ?"

Mon cigare allumé, je fume et j'aspire le tabac avant de regarder patiemment la ville, puis je porte le verre à mes lèvres. Avec mon âge avancé, ce n'était pas spécialement conseillé, mais bon, on ne vit qu'une fois, et tant qu'à finir, mieux valait que ce soit au lit, plutôt que criblé de balles.

"Je vois une ville avec d'énormes capacités. Je vois une ville qui a besoin de nous. Non parce que nous sommes une dynamique financière, mais parce que nous sommes liés, vous et moi, à cette ville, d'une façon presque semblable à la symbiose."

Je me revoyais, jeune, sur le bateau avec ma femme enceinte de Sofia, arrivant à Gotham City, plein de promesses et d'avenir. Plein d'espoir pour cette vie qui commençait sur ce continent qui allait avaler le monde entier.

"Gotham a toujours été sous la domination Falcone, ce depuis les années quarante, si ce n'est plus. Je sais ce que vous pensez, monsieur Regoli, je comprendrais tout à fait que les jeunes ont besoin de prendre les rênes de Gotham et que les vieux lions doivent céder leurs places."

Je me voyais en patriarche, non pas en patriarche affaibli, mais en vieux lion, rusé et dangereux. Je ne me voyais pas la queue entre les jambes et abandonner un trône si durement gagné. Mon escapade d'il y'a quelques années, c'était pour recouvrer mes forces en attendant le moment propice.

"Mais avez-vous vu les monstres qui nous entourent ? Un pingouin, une chauve-souris, un masque noir, des clowns, des cinglés costumés ... Est-ce donc ça que Gotham doit être dirigée ? Trouvez vous normal que des monstres de foire dirigent une ville avec un potentiel énorme ? Je ne le pense pas."

Je fume une nouvelle fois, une bouffée de tabac en sort. Je serre mon cigare entre mes deux doigts tandis que j'observe toujours la ville de Gotham City. Puis, je me fais volte-face pour regarder en direction de mon interlocuteur.

"Qu'est-ce que Gotham à vos yeux, monsieur Regoli ? Comment la percevez-vous ?"

J'attends patiemment la réponse de mon interlocuteur, puis je repose le verre tandis que je garde le cigare entre mes doigts. Pour tout dire, j'attendais une réponse franche sur la ville, et sur ce qui devait être fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Sam 14 Mar - 15:58

Après en avoir eu l'autorisation j'allume mon cigare avec mon zippo. J'en prend quelques bouffées pour me sentir mieux. Cet arôme m'apaise grandement. Le Parrain de Gotham se saisit du cigare que je lui tendais et le fume lui aussi. Falcone me raconte comment il voit Gotham ainsi que d'autres anecdotes. C'est fort intéressant car j'observe qu'on a tous les deux un point de vu assez similaire au sujet de la ville. Lui représente l'ancienne génération, ceux qui ont les terrains et moi la nouvelle qui essaie de se les appropriée. Cependant, je trouve que nous nous ressemblons beaucoup. C'est un point qui pourrait surement mettre utile dans le futur. Tout en l'écoutant je porte mon verre d'alcool à ma bouche et déguste le breuvage. Lui aussi avec un goût prononcé il se marie très bien avec mon cigare. La discussion commence très bien et c'est à mon tour de donner un point de vue. 



" Déjà merci pour l'invitation. Les "fous" qui rôdent dans la ville sont extrêmement dangereux. Le Pingouin est quelqu'un d'étrange. Je l'ai déjà rencontré et il ne m'inspire aucune confiance. Ensuite, on m'a bien sûr parlé de ce Batman qui jusqu'à maintenant ne m'a jamais posé de problèmes. Je dois surement être l'un des rares chanceux. Ensuite les autres je ne les connais pas vraiment. Ce ne sont que des noms pour moi. " 


Cette ville est le berceau d'une multitude de héros qui engendre l'apparition d'autant de criminels ou peut être que c'est l'inverse. En réalité la réponse est surement plus complexe que cela. 



" Gotham à mes yeux ? Je dirais que c'est un cadeau. J'ai été quelque peu forcé à l'exil d'Italie alors je suis venu aux Etats-Unis. La réputation de la ville m'a interpellé et me voici ici. Je dirais comme vous que la ville a un gros potentielle. Il ne faut pas le gâcher et pour l'instant je m'en sors avec ce que j'ai. Elle est proie à beaucoup de facteurs comme ces héros ou ces fous qui la bloque un peu trop dans son développement, elle est trop tiraillée. En arrivant j'ai connu une ascension plutôt rapide, plus que je ne le pensais d'ailleurs. Je ne vous manque aucunement de respect et ni voyez aucun affront mais on pourrait dire que le quartier d'Otisburg est un peu sous ma domination. Mes affaires ont tendances à s'étendre. De mon point de vue personnel, Gotham est une ville parfaite pour la mafia. Cependant des gens y sont trop encombrant. " 


Mon point de vue donné je peux recommencer à me délecter de l'alcool que m'a offert Falcone. Tout en portant mon cigare à ma bouche je marque un temps de pause. Tout en recrachant la fumée, je sort le cigare de ma bouche et le place entre mes doigts. 



" Je sais que ma jeunesse peut me porter préjudices car vous me penserez pas assez expérimenté mais ce n'est pas le cas. Je suis un homme d'honneur élevé dans la pur tradition italienne. Une alliance dans la mafia est souvent bénéfique mais il faut qu'elle soit résonné. Une confiance doit pouvoir y régner. Je pense que vous êtes d'accord avec moi sur cela non ? " 


Une alliance avec Falcone serait bénéfique pour moi il est vrai. Surtout, il faut que je fasse attention à ne pas me faire évincer par lui ou même aspirer dans son "empire". L'idéal serait que cette alliance nous place d'égal à égal. Ancienne et nouvelle génération réunit pour rétablir la suprématie de la mafia dans cette ville. Dans ma tête le nom d'un homme, enfin celui d'une entité résonne dans ma tête: "Black Mask". C'est lui aussi l'un des grands de cette ville. Il domine les marchés de drogue et d'arme. C'est une tête à faire tomber pour la prospérité de cette ville.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Sam 14 Mar - 16:39

"Vous savez ce que je crois, monsieur Regoli ? Je crois à l'ambition et au travail. Mon père, Vincent Falcone, a travaillé dur pour tenir Gotham sous sa bride, et pour ma part, je n'ai pas réussi à endiguer cette menace que Batman incarne toujours."

Je remet mon cigare dans ma bouche avant de tirer une nouvelle taffe de ce merveilleux produit pur Cuba. Les cigares sont un luxe, une forme de marque qui doit en dire long sur la richesse de l'homme en face de moi. Il disait avoir prit Otisburg sous son contrôle. Soit. C'était un bon quartier et un endroit stratégique. Ce que l'on pouvait dire, c'est qu'il tentait agréablement de reprendre des territoires que j'avais abandonné quand Cobblepot m'est tombé dessus, de plus, Sionis a eu la main lourde en me coupant mes approvisionnements de drogue. Les hangars brûlés, la politique de la terre brulée, Sionis se croyait être un génie, mais ce n'était qu'un petit branquignol.

"Si Batman meurt, les cinglés cesseront de venir remplir Gotham City, leur nombre diminuera et nous pourrions renverser la vapeur. Cobblepot se replierait sur lui-même dans son précieux Lounge, Sionis serait fini, et vous et moi, nous pourrions faire plier cette ville et la diriger comme bon nous semblerait."

Penser à un partenariat serait des plus plausibles en terme de travail à Gotham. Si on est seul, on finit toujours par crever la bouche ouverte. Gotham m'avait apprit une chose, on ne peut pas faire cavalier seul quand le temps change, on ne peut pas se laisser les yeux aveuglés, surtout dans une ville où une simple somme d'argent peut faire perdre vos hommes et les retourner contre vous. J'avais déjà eu cela, non seulement avec Cobblepot, mais Red Hood One, qui avait investi mon gang. La purge qui a suivit fut horrible, un vrai bain de sang.

"C'est un travail d'équipe qu'il nous faut. Un travail uni, un travail où nous devons agir dans l'ombre et poignarder nos ennemis comme Brutus face à Jules César. Nous devons faire cela dans l'ombre, quand le loup sera suffisamment affaibli, nous le poignarderons à mort. Il tombera et nous reprendrons la place qui nous est dû. Il y'a du travail, il va falloir s'y mettre et sérieusement."

L'ambition, toujours. Elle ne m'avait jamais quittée, pas quand je suis arrivé à Gotham City, pas quand je fusse exilé à Tokyo, aucunement, elle s'était accrochée à moi, et je me devais de toujours continuer. Gotham est ma ville et j'entends que cela reste ainsi pour les prochaines années.

"Savez-vous pourquoi j'ai quitté Gotham City ? Vous en avez forcément une idée, je présume."

Toutes les mafias de Gotham City avaient connu le destin de Falcone. La trahison, les guerres de gangs, et au final, les bains de sang et les meurtres à l'aveuglette : le bon vieux temps en quelque sorte ? Pas spécialement. Surtout que j'avais endoctriné une bande de gosses pour prendre les armes et tirer dans le tas. Promettez de la nourriture et un toit à des gosses abandonnés et ils vous suivront. La guerre, ce n'est jamais joli, mais qui a dit que ce devait être humain ? Quelle connerie.

"En termes d'accord, je pense que l'on peut trouver un compromis durable. Et si un homme tel que vous devait devenir maire de Gotham City ? Vous semblez aimer la direction, vous semblez adorer la conquête des territoires. Mais à quoi vous servirait seulement le contrôle de la terre, tandis que vous pourriez contrôler les cœurs de vos concitoyens ? Méditez la dessus. Je n'ai nullement l'envie d'absorber votre clan, je veux juste récupérer ma ville et la ramener en arrière."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Dim 15 Mar - 6:27

La discussion avance bien. Falcone est concis et le plus important est que nous partageons le même point de vue global. Aussi nous avons les mêmes ambitions. Un but commun nous rapproche forcément. Je me reconnais en lui, enfin pour être que ça va plus dans l'autre sens. Je le vois un peu comme mon père l'était ou alors comme je le serais plus tard. Enfin, si je vis assez longtemps. Le parrain de la ville m'explique que Batman est une menace et qu'il faut éradiquer cette menace. S'attaquer à "la chauve souris" comme on l'appelle est dangereux selon ce qu'on m'a rapporté. C'est un fervent défenseur  de la ville dont personne ne connait l'identité. Il est une image qui effraie beaucoup de criminels. Seulement il n'est pas la seule entrave. Selon Falcone, Copplebot serait lui aussi un encombrant. C'est vrai qu'il ne m'inspire rien de bon. Ce n'est pas un véritable mafieux, il n'a aucun sens de l'honneur ni aucun scrupules, une morale serait de trop dans son esprit. Puis, il y aurait aussi un dénommé Sionis. On m'a dit que c'est un des hommes les plus influant de la ville. Surement un autre de ses fous qui terrorise le peuple gothamite. 




Falcone, le parrain de la mafia de Gotham me retourne une proposition d'alliance. Un honneur pour moi, jeune arriviste dans cette ville de tous les maux. Une alliance des familles est surement la bonne chose à faire pour reprendre la ville. Pour lui redonner l'image qu'elle devrait avoir et aussi pour en tirer les rennes. 




" Votre départ de la ville ? J'en ai eu vent. On m'a parler de quelques soucis pour vous. Rien de bien clair en d'autres termes. Certains affirmaient que c'était à leur tour d'être sous les projecteurs. La plus part n'ont connu que le trépas. " 


Maire ? Moi maire de la ville ? Je n'en sais rien. J'ai eu quelques bonnes relations avec le maire sortant. Un homme qui souhaitait mon soutien tout en m'aidant à dissimuler mes "affaires" auprès de la justice. Je dirais un homme intelligent et qui voulait réussir. Il avait tout de même un part de mystère qui m'intriguait. Cependant, il est quelque peu porté disparu depuis un petit moment. On a même du lui trouver un remplaçant. Je ne suis pas sur que ce soit un poste pour moi. Mais un homme proche de moi pourrait occuper cette fonction. 



" Monsieur Falcone, cette proposition me surprend, je n'aurais jamais pensé à cela. Je vais y réfléchir longuement. Cependant, une alliance entre nos deux familles est quelque chose qui me rend plus enthousiaste. J'y vois vraiment une très bonne opportunité pour nous deux. Je pense que vous ne devriez pas vous en faire. Gotham redeviendra celle que vous avez connu autrefois, enfin, je serais de la partie c'est tout ce qui va changer. " 


Je reprend quelques bouffées de fumée. Ces cigares cubain sont vraiment une merveille. En même temps, je dirais heureusement car la qualité doit pouvoir suivre le prix. Cette consommation est d'ailleurs très coûteuse, autant en argent qu'en santé. Un jour je succomberais peut être des méfaits du tabac. Cependant ce n'est pas quelque chose auquel je prête attention. En finissant mon verre d'alcool j'attend les dires de mon interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Dim 15 Mar - 13:20

"Vous êtes quelqu'un d'intelligent, monsieur Regoli. Je me réjouis de voir que nous avons enfin un terrain d'entente. Je me réjouis surtout de voir que le bon sens n'a pas complètement disparu à Gotham City."

Je me rapproche de Cesare Regoli, je porte mon cigare une nouvelle fois à mes lèvres pour fumer et m'imprégner de l'arôme de tabac délicieusement coupé par les femmes cubaines. Le savoir-faire cubain n'était pas une blague, et malgré le fait que le communisme empêche toute richesse pour ses ressortissants, les cigares cubains s'arrachaient à prix d'or aux marché noir. Regoli devait être assez riche, un très bon choix.

"J'ai quitté Gotham City à cause de nombreux troubles. Tout d'abord, nous devions négocier avec Cobblepot sur des ventes d'armes Waynetch à bord d'un dirigeable. Mon cousin, Lucas Falcone, a été défenestré du dirigeable par le Red Hood Gang, vous le connaissez je suppose ..."

Une mauvaise expérience, un homme seul, avec énormément de moyens pour faire chanter les plus puissants, pouvait avoir un impact dangereux dans les familles de Gotham City, toute tentative de voir un nouveau Red Hood ou un gugusse dans son genre était prohibé.

"Dès la disparition du chef Red Hood à Axis Chemicals, la plupart de mes hommes ont été arrêté, d'autres ont fomenté une rébellion avec Oswald Cobblepot, et dans un dernier combat sanglant, Cobblepot m'a laissé fuir. Aujourd'hui, je pense que Fish Mooney, Maroni, et d'autres, doivent attendre mon retour avec grand hâte je suppose."

Je reprend la bouteille d'alcool avant de verser le verre de mon interlocuteur. Mon histoire s'achevait presque. Il restait encore bon nombre de points assez pénibles à évoquer.

"Vous connaissez la suite, je me suis échappé de Gotham, j'ai pris refuge à Tokyo, et j'ai noué des liens avec monsieur Rhodes et monsieur Requin-Tigre, des hommes qui ont ma foi, un sens assez intéressant des affaires. Vous saviez que jeter un homme dans un bassin d'eau, où siège magnifiquement un orque, peut-être assez spectaculaire comme spectacle ? Les mauvais payeurs sont aux premières loges ..."

Le vieux Don avait vu les travaux de Requin-Tigre en la matière, et pour ainsi dire, c'était toujours spectaculaire. La survie des animaux, le plus fort et le plus faible. Comme quoi, l'Homme, ce prédateur, n'était que bien peu de choses face à la furie animale, surtout quand on exacerbe la colère d'un monstre marin.

"Quelles sont les vraies nouvelles à Gotham City ? Que se passe-t'il réellement ? Où en sont les faits ?"

Il fallait d'abord analyser les faits, déterminer les causes et les aboutissants avant de se plonger dans le vrai travail. J'étais un vieux renard, je bénéficiais de la stratégie, et des complots, chose que mon jeune interlocuteur ne pouvait pas encore avoir sans l'expérience de la vie. Mais je lui enseignerais, s'il se montre assez digne à ce niveau là.

"Nous avons énormément de travail, mettons-nous y immédiatement."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Dim 15 Mar - 15:02

Tandis que je bois et fume, Falcone me raconte sont histoire. Le pourquoi de son départ de Gotham. Un drame qui aurait pu signifier sa descente aux enfers. Cependant, cet homme n'est pas n'importe qui. Il n'est pas arrivé là où il en est par hasard. Il a provoqué la chance, une petite baisse de régime est nécessaire pour faire repartir son empire. Seulement, il semble me vouloir à ses coté pour que je l'y aide. Avoir un homme comme Falcone qui vous serait redevable pourrait être très intéressant. Sa proposition est des plus sérieuse et serait avantageuse pour les deux camps. 



" Cette histoire est tragique. Les criminels de cette ville vous ont lancé un message fort. Ils ont décidé de conquérir vos terres. Votre exile leur à été bénéfique un moment mais votre retour n'en sera que plus spectaculaire. Ce cher Oswald Copplebot est l'un des principaux fournisseurs d'arme. Il faut soit faire affaire soit les lui prendre de force. J'ai visité les locaux de son Iceberg Lounge et il est très bien sécurisé. La tâche sera difficile. " 



Je me ruine encore la santé avec cet alcool que m'a resservit Falcone et ma merveille cubaine. Un doux mélange. Le parrain me demande les nouvelles de la ville. Il est vrai que je m'informe pas mal sur ce qui ce passe ici mais tellement d'affaires sont étouffés qu'il est impossible de tout savoir. Néanmoins, les médias font quand même plutôt bien circuler l'information. 



" Don Falcone, je vous averti que Batman est très actif. Il est un peu partout à la fois pour entraver les plans des différents criminels de la ville. J'ai entendu qu'un certain Black Mask aurait attaqué le Gotham's Globe avec ses hommes. Sinon un certain Killer Croc rôderait dans les parages et se serait attaqué à la banque. On parle aussi de Joker qui ferait tout et n'importe quoi pour attirer l'attention du Batman. Un vrai foutoir de ce côté là. Pour les affaires, la vie n'est pas simple. Ce même Black Mask dirige le marché de la drogue. J'ai quand même réussit à empiéter sur son business. Surement que je vais m'attirer ses foudres. " 


Des ennemis j'en ai pleins. Encore plus que je ne connais pas, plus que je crois connaître et surement encore plus que je crois de mon coté. C'est ça la vie d'un mafieux et d'un Don plus particulièrement. Comme on dit " Qui te craint en ta présence te nuit en ton absence ". Un proverbe qui prend tout son sens avec Falcone. Ses hommes ont comploté avec leur ennemis pour avoir une part du gâteau. C'est réellement navrant d'en arriver là. 



" Monsieur Falcone, comme vous le dites il est temps d'agir. Avez vous une idée en tête là maintenant ? Ne faudrait-il pas d'abord que vous reformiez la famille Falcone ? Je peux vous soutenir dans cet effort. Un soutient économique est envisageable. Vous êtes un homme droit et surtout un homme d'honneur n'est ce pas monsieur Falcone? Si c'est le cas alors je veux des certitudes, je vous aide mais ce n'est pas pour que vous me plantiez un couteau dans le dos. Bien sur, je pense pouvoir avoir confiance ne vous. " 


alors je tend ma main vers le parrain et attend qu'il scelle le pacte. Pendant ce temps je tire les dernières bouffées de mon cigare.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Dim 15 Mar - 16:49

"Pour le moment, j'ai de nombreuses idées, mais hélas, le temps nous fait déjà défaut. J'ai ouïe dire que Black Mask est en train de s'écrouler, nous pourrions déjà lancer une vague d'embauche pour reprendre morceau par morceau l'empire qu'il va perdre. Voila ce qui arrive quand on emploie des figurants de la foire aux monstres, Sionis est en train de perdre à cause de ses relations avec les cinglés."

Il évoquait la famille, les Falcone. Pour le moment, la Famille était un peu en transit, un peu lointaine, trop éloignée et à l'abri. Alberto était à Oxford, Mario à Paris, et Sofia devait encore croupir à Blackgate. Au moins, elle ferait la loi là-bas. Alberto, je refusais de voir mon enfant chéri dans les affaires, le perdre serait comme perdre sa mère à nouveau. Quant à Mario ...

"Pour le moment, la famille Falcone est disloquée, éparpillée dans les quatre coins du monde. Mais je ne suis pas venu seul ..."

D'un claquement de doigts, deux hommes entrèrent. Le premier était un homme noir, portant des lunettes et une barbe, habillé de noir et de rouge, et à ses jambes, deux paires de jambes bioniques, deux jambes qui lui garantissaient la rapidité et la vitesse. L'autre était un homme de type asiatique, venant directement du Japon et bien connu à Gotham City pour détenir la main-mise des transactions maritimes : Requin-Tigre, portant son éternel bandana rouge qui couvrait le haut de sa tête et sa tenue était composée de nombreux animaux rares morts et dépecés.

"Monsieur Regoli, je vous présente messieurs Rhodes alias "Bip Bip", concessionnaire à Gotham City et fournisseur en explosifs diverses. Et voici Requin-Tigre, je pense ne pas avoir à détailler ses activités, vous en avez surement déjà eu vent."




Les deux hommes firent leur entrée dans la pièce, tandis que le vieux Don Falcone serrait la main pour sceller la nouvelle alliance prête à exterminer la folie ambiante dans Gotham City. Ce n'était pas seulement une affaire de retourner en arrière, c'était tout simplement pour remettre de l'ordre dans un moment qui s'y prêtait le plus. Batman était occupé avec les fous ? Tant mieux, la nouvelle association agirait dans l'ombre, sans que personne ne se doute de quoi que ce soit. Alors que les protagonistes faisaient connaissance, je servais alors un verre aux deux associés qui venaient de nous rejoindre. L'alliance était conclue, et maintenant, il fallait s'y mettre.

"Je porte un toast à notre quatuor mortis. En espérant que tout se passe comme prévu, je lève mon verre à l'ancienne Gotham."

Je porte mon verre en hauteur, maintenant, il fallait organiser les premières implantations. Débuter des commerces clandestins et anonymes, se réserver de dévoiler le nom de Falcone, ne surtout pas ébruiter le nom du vieux Parrain. Le coup de couteau en sera des plus fatals. Et Cobblepot ne verra rien venir, pas même Batman. Personne. Le Romain était de retour, et ça allait chier des décibels.

"Aux affaires !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Dim 15 Mar - 19:45

Donc le plan de Falcone est directement d'avoir ce Black Mask. Selon les rumeurs il n'a pas l'air simple à abattre. C'est une forte tête de cette ville. Un entrepreneur avisé et rudement efficace. Ces possessions sont multiples et il engendre un énorme capital. Avoir le parrain de cette ville avec moi ne sera pas de trop. Cependant, malgré tout, les choses ne seront pas faciles. Ce sera surement un travail long et périlleux, un travail de longue haleine. 


D'un claquement de doigt deux hommes pénètrent la pièce. L'un avec des jambes robotiques et l'autre avec un bandana rouge lui masquant le haut du visage. Rhodes et "Requin-Tigre" comme il les appelle. J'ai déjà entendu le nom du deuxième. En tout cas, il est déterminé et a ramené du monde venu du Japon pour parvenir à reprendre le contrôle de cette ville. Puis, il porte un toast à notre quatuor. Alors je lève moi aussi mon verre. 



" A l'ancienne Gotham ! " 


Ce plan doit marché. Il est quitte ou double, s'il échoue c'est nos vies qui seront misent en jeu. Les criminels de cette ville ne sont pas des enfants de chœur. La bataille sera longue et rude. Peut être que cela mènera la ville dans une profonde anarchie. Sans foi ni loi la ville pourrait sombrer et seuls les plus forts, mais aussi les plus rusés survivront et sortiront plus grand des événements. Bien sur, tous ça n'est qu'une hypothèse comme il y en a tant d'autres. 


Alors que personne n'y prête attention je frappe dans mes mains. A partir de là, un homme entre dans la pièce. Ce n'est autre que Michelangelo, mon bras droit qui arrive. 



" Voici Michelangelo, mon bras droit et aussi consigliere. Il m'est dévoué et s'occupera de certaines tâches du plan. Messieurs Rhodes et Requin-Tigre, je suis ravi de faire votre connaissance. Cette ville à besoin de se faire remettre dans le droit chemin. Ce sera un travail difficile, j'espère que vous êtes prêt. Monsieur Falcone, il est l'heure. Je vous donne mon numéro de téléphone, c'est une ligne sécurisé intraçable et impénétrable. Elle sera utile pour mettre au point le plan. " 


A ces mots je donne un petit morceau de papier contenant le numéro au parrain de la ville. Je fais de même avec ses deux acolytes. Une alliance basée sur a confiance a plus de chance de survivre que si tout le monde se méfie des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Lun 16 Mar - 10:41

"Cesare Regoli, je crois que nous sommes sur le point d'être de parfaits partenaires dans cette ville que nous aimons tous deux."

C'était vrai, le vieux Don pensait qu'avec quelqu'un de normal, quelqu'un de fort et qui connaissait bien Gotham comme il l'avait connu jadis, ils pourraient arriver à s'imposer de nouveau dans la ville, mais cela prendrait un peu de temps, pour éviter non seulement d'attirer l'attention, mais aussi pour frapper fort le moment où ça deviendrait sacrément intéressant. La force, ce n'était pas seulement de taper fort au moment choisi, c'était de réfléchir et de voir ce que l'on pouvait faire à certains moments clés de l'histoire d'une ville. En l'occurence, Black Mask commençait à montrer ses faiblesses.

"Je vous donne aussi le lieu où vous me trouverez. Le 70 Falcone 70, un hôtel qui m'avait appartenu jadis. Vous demanderez la chambre de monsieur Verte. Un nom anonyme, comme vous le savez, je tiens à rester dans l'ombre pendant encore quelques jours avant de me ramener à la vie citoyenne de Gotham City. Vous savez ce que c'est ... Créer la surprise et l'effroi dans les âmes de nos ennemis. Certains feront les vaniteux et diront que Falcone c'est du passé, du réchauffé, mais intérieurement, ce seront eux qui auront le plus peur."

Des plans, de tous les plans que j'avais pût concevoir durant mes nombreux années à Tokyo, il n'y en avait qu'un seul. Un seul dans lequel je me suis défoncé, à trouver les failles, les possibilités, les parades. Tout devait être bien orchestré, comme dans un orchestre. Chaque mesure devait être jouée, et devait attendre le coup final pour reprendre de plus bel, de plus en plus fort, à chaque fois de plus en plus fort jusqu'à l'apothéose.

"Nous partirons de manière séparée, pour éviter les regards curieux. Si nous sortons tous ensemble, cela fera grand bruit et je ne tiens pas à ce que notre rencontre soit répertoriée dans les colonnes du Globe demain."

Il y'avait toujours des risques. Dans la ville de Gotham, le plus petit criminel, en manque de sensation, ou le paparazzi un peu trop collant, pouvait se permettre de pénétrer, ou d'engager quelqu'un pour espionner certains agissements qu'un tuyau anonyme pourrait lui offrir. Fumant le cigare, je continuais de regarder la ville de Gotham City avant de claquer des doigts.

"J'oubliais."

La porte s'ouvrit, et un homme vêtu d'un capuchon noir, escorté par Milos et Mirti entra dans la petite salle louée par Falcone. On enleva le capuchon de l'homme et ce n'était autre que Raju, le "gars" des transactions dans tout Gotham City. Un salopard qui avait bossé pour le Pingouin très souvent, et qui vivait au crochet des mafias depuis trop longtemps. On l'avait chopé à Tokyo, en train de faire son petit trafic. Le ramener à Gotham était facile, un peu d'argent offert et on pouvait avoir certains yeux qui se baissaient. Le nerf de la guerre, surtout dans la crise financière. On mit le dénommé Raju à terre et le parrain Falcone sortit un beretta avant de lui poser le canon sur la tempe.

"Monsieur Raju a tenté de couler certaines de mes affaires, au profit du Pingouin, sur certaines offres à Tokyo. Je pense qu'un message à l'ensemble des mafias serait un juste moyen de perpétuer la tradition. On n'encule pas un Falcone, ça se paie un jour où l'autre."

Regardant la petite assemblée réunie, j'eus un dernier regard. L'immonde cafard qu'était Raju allait mériter amplement sa sentence. Et malgré les yeux effrayés qu'il faisait, il comprenait parfaitement dans quelle merde il était tombé.

"Pas de regrets ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Mer 18 Mar - 0:55

L'entente avec Falcone se passe encore mieux que je n'aurais pu me l'imaginée. Le Parrain de cette ville, même si ses affaires sont amoindries, il reste l'un des hommes les plus influents de Gotham. Pour l'instant il souhaite garder l'anonymat. Aucun problème pour moi, je comprend tout à fait. Ne pas trop attirer l'attention jusqu'au bon moment. Le moment déterminant qui permettra de surprendre tous le monde et d'en faire frémir plus d'un. Une mise en scène nécessaire pour un plan que celui qu'on surnomme "Le Romain" à du longuement méditer afin d'en régler tous les paramètres. 



" Monsieur Falcone, de cette discussion née une alliance. De cette alliance, le pouvoir va revenir aux familles méritantes. Notre partenariat est une aubaine pour nous deux je pense sans trop vanter l'importance de ma petite famille. " 


C'est vrai que la famille Regoli est très restreinte. J'ai su m'imposer à Otisburg mais cela ne suffira pas. Bien qu'actuellement je suis comblé, je vois toujours dans le futur. Je n'anticipe pas, je prévois mon ascension. 



" Bien entendu je serais au point de rendez vous. Je comprend parfaitement votre désire de garder un anonymat temporaire afin de mieux surprendre nos rivaux communs. Aussi, j'espère que votre plan est à la hauteur des idées que je suis en mesure de me faire. Bien sur, je ne remet aucunement en doute vos plans qui ont maintes fois fait leur preuve. J'aspire juste à quelque chose de si énorme que tout Gotham en aura le souffle coupé. Je voulais aussi vous informer que j'ai quelques alliés dont deux plus particulièrement qui nous aideront. Le premier c'est Anthony Zucco, surement quelqu'un dont vous avez entendu parler. Il m'a aidé à m'insérer dans les affaires ici et il a une dent contre Coplebbot et le second se surnomme "Ghost". Un homme qui m'aide dans mes affaires. Il peut faire de l'assassina et sera partant pour nous aider à reprendre la ville aux mains de ses vermines. "


Un autre homme entre dans la salle. Cependant, celui ci ne semble pas en bon terme avec le parrain. Je reprend mon cigare en bouche et m'en délecte. Cet homme, un dénommé "Raju", a tenter de la faire à l'envers à Falcone. Quelque chose de vraiment pas recommandable. Alors, je tire sur mon cigare tout en attendant la suite des événements. 



" Mauvais choix Mr Raju, mauvais choix. " 


Je prononce ces mots doucement avec une forme de pitié. Tout en regardant le petit "spectacle" je me relâche vraiment. Après cette discussion je peux enfin m'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   Sam 21 Mar - 10:22

"Que Dieu te pardonne, Raju."

Un coup, net et sans bavure. Un trou fumant en plein crane de l'homme basané qui s'effondra net, comme une enclume sur le sol. D'un geste du regard, Milos et Mirti se chargèrent sans honte de se débarasser du cadavre qui servirait de bouffe pour petits poissons dans la baie de Gotham City. Personne ne dirait rien et rien ne serait filtré de ce qui s'était passé ce soir. Tout cela faisait naturellement parti du plan de retour à Gotham City. Je croyais en Dieu, mais plus important encore, je croyais en moi, et en moi seul. C'était déjà une très bonne chose, il n'y'avait qu'avec la confiance en soi qu'on arrivait à devenir quelqu'un d'important, quelqu'un de puissant.

"Si certains ont encore des doutes quant à mes activités, qu'il se prononce."

L'assemblée ne disait rien, pas un mot, pas un seul bruit. Le calme, tous se regardèrent et savaient que la loi du silence était la meilleure si on voulait survivre dans ce genre de milieu. Don Falcone, lui, était parfaitement au courant que les mouches à merde de la police pourraient infiltrer dans l'avenir son organisation, et il savait comment les acheter. On achète pas les mouches avec du vinaigre, mais avec un peu de beurre pour la fin du mois. Dans Gotham City, survivre est une règle importante.

"Personne ?"

Je repose le pistolet sur une petite table, je le reprendrais tout à l'heure à mon départ. Regardant ma montre, une superbe rolex en or, je regarde les aiguilles qui bougent avant de réfléchir sur l'heure de nos départs respectifs.

"Monsieur Regoli, ce fut un honneur de vous rencontrer. Notre alliance est scellée et nous sommes maintenant collaborateurs à 50-50 dans cette noble entreprise. Pour le moment, ne faisons aucune vague et attendons de voir la prochaine action de Sionis. S'il est enfermé à Arkham ? On attaque. S'il tente de vous attaquer, on le baise par derrière. La meilleure défense c'est l'attaque, ce qui nous laisse dans un temps relatif et qui joue avec nous, le moyen de répertorier tous les lieux où il cache ses marchandises. Frapper le nerf de la guerre, et il ne s'en remettra pas. Quant à monsieur Zucco, nous le connaissons bien et nous le recontacterons très bientôt."

Je me tourne vers Bip-Bip et Requin-Tigre. Leur connaissance de Gotham City valaient de précieux conseils. Et ils connaissaient mieux la faune que moi.

"Vous me contacterez messieurs, le dénommé Firefly et Adam Bomb. Je suis sur que nous pourrons avoir besoin de leurs services dans les prochains jours. Ce ville ne se gagnera pas à coups de guerre de gangs et de balles perdues dans les rues. Il faut frapper fort, il faut que les flammes et les détonations purgent en profondeur. Si vous me suivez bien entendu."

Un dernier regard pour Cesare Regoli, un regard de félin, un regard de vieux tigre prêt à reprendre ses lois et son pouvoir dans sa ville. Un homme prêt à tout pour réussir là où il avait échoué.

"Gotham est à nous."

La soirée était levée. Maintenant, chacun des protagonistes dans cette pièce avait un rôle à tenir. Otisburg tiendrait car Regoli était un homme à poignes, et ça se voyait. Ce n'était pas un de ces parvenus des familles qui héritaient tout de leurs bonnes familles. Non, il valait mieux que ça, ce mec.



Hors Jeu : Un grand merci à toi pour ce rp d'introduction ! Cela m'a fait plaisir d'avoir un copain mafieux pour mon retour !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Roses de Gotham [PV Cesare]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Roses de Gotham [PV Cesare]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: