Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 I'm Layla Miller. I know stuff.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: I'm Layla Miller. I know stuff.   Mar 3 Mar - 13:52



DOSSIER N° : [Fichier corrompu. Veuillez formater le disque dur.]


Nom : Miller
Prénom : Layla (prétend que ses noms complets sont Layla, Shoshannah, Malika, Monique, Lisbeth et Monet.)
Alias : M (apparemment en référence au personnage incarné par Judi Dench dans les récents James Bond, bien qu'elle prétende aussi que comme elle a trois prénoms et son nom commençant par "M", c'était le choix le plus logique.)
Sexe : Féminin (selon toute vraisemblance.)
Nationalité : Américaine (elle prétend toutefois détenir la nationalité monégasque)
Base d'opération: Gotham City

Date de naissance:  Inconnue.
Lieu de naissance:  Centre Hospitalier Princesse-Grace, Monaco (Sans date précise, l'hôpital refuse de communiquer ses registres, empêchant de vérifier la véracité de cette déclaration.)
Rhésus: Résultats non concluants. (Elle n'a accepté de se faire faire des prises de sang qu'à des dates précises : les relevés se sont révélés corrompus par des agents extérieurs à deux reprises, la fiole s'est brisé à la troisième par un laborantin en état d'ébriété, et une panne électrique généralisée a empêché d'analyser et de conserver ses relevés la quatrième fois.)

Orientation sexuelle : Question adressée lors de la première séance. Mademoiselle Miller a répondu en "sortant" un doigt d'honneur de sa poche, avec un grand sourire.
Situation familiale: Orpheline (seule information que l'intéressée a confirmé.)
Autre information: En arrivant à la deuxième séance, celle qui se faisait alors appeler Layla Miller (Voir Description Physique.) a présenté une plaque du G.C.P.D., montrant qu'elle était détective dans la Major Crime Unit. (Après vérification auprès du Commissariat Central, il semblerait qu'elle soit belle et bien détective, bien que l'opératrice ait avoué qu'elle venait d'être mutée de Metropolis, et qu'elle attendait encore les formulaires de l'administration. La police de Metropolis a quand à elle répondu "Cette salope a eu sa mutation, on veut plus en entendre parler.")


Génétique du patient
Taille : Indéterminable (Voir description physique.)
Poids : Indéterminable (Voir description physique.)
Description physique du sujet : Pour son premier entretien, le psychologue est venu directement chercher Layla Miller à l'Orphelinat de Robinson, espérant pouvoir ainsi commencer l'échange dans de bonnes conditions. Mademoiselle Miller, à ce moment, ressemblait à une adolescente de quatorze à quinze ans parfaitement normale, bien qu'un peu fantasque : pas plus de cinq pieds, un teint d'albâtre, quatre-vingt dix livres grand maximum à vue d'œil avec une absence totale de quelconque formes féminines que ce soit, une chevelure blonde pétaradante impeccable à la limite de la teinture, ponctuée de barrettes, organisée en mèches et couettes anarchiques et agrémentée de perles en plastiques par endroits, et des yeux d'un bleu azur parfaitement pur qu'elle certifiait ne pas être le fait de lentilles. Sa garde-robe et son allure la rapprochait de l'ado rebelle typique, avec un collier de chien, un haut blanc en taille douze ans, une minijupe à motifs écossais et des chaussettes longues rayées noire et rouges faisant la jonction entre sa jupe et une paire de tennis qui avaient un certain vécu. Elle portait au bras de multiples bracelets et breloques en ferraille - dont une étoile de David et une main de Fatma gravée de caractères arabes -, et ses doigts accueillaient plusieurs anneaux semi-précieux. Il se dégageait d'elle l'impression d'avoir à faire face à une adolescente lambda loufoque, ne tenant pas vraiment en place, battant des pieds, jouant avec ses mains ou tournant son regard dans tout les sens d'un air détaché parfaitement déstabilisant une fois mis en relation avec sa "capacité" à "savoir" ce qui allait se dire ou se faire, à l'avance.

Le point le plus dérangeant commence toutefois à la fin de l'entretien, quand Mademoiselle Miller a commencé à remettre en question le caractère qu'elle considérait "condescendant" du psychologue par son tutoiement, ou le fait qu'il la considère comme dangereuse à cause de ses "bugs" et de ses réflexes d'auto-défense pendant ceux-ci. Elle semblait fort peu encline à apprécier l'homme, et déclara qu'elle trouverait un moyen de venir seule, la prochaine fois.

Une semaine plus tard, à l'heure exacte du rendez-vous, une Layla Miller se présenta à l'accueil, sortant son permis de conduire, son passeport et sa carte de police pour appuyer ses propos, tout en étant horriblement désagréable avec le personnel. Le psychologue lui-même eût de gros doutes, puisque cette Layla Miller n'était pas une fillette débraillée d'apparence scandinave, mais une femme d'apparence arabe, au teint halé et aux cheveux de jais parfaitement lisses, frisant les cinq pieds neufs avec ses talons de marque qui accompagnaient des vêtements d'apparence sobre mais sortant de grandes maisons, et avec un physique sculptural aux formes abondamment déclarées, tout en gardant le moyen d'être suffisamment athlétique pour ne pas rendre absurde son appartenance à la police. Elle passa une heure à tapoter la table de ses doigts ou à se limer les ongles d'un air absent, tandis que le psychologue ne parvint pas à articuler une question correctement, partagé entre l'absurde de la situation et ce que sa patiente explicita pour lui, au bout de cette heure, en lui prenant une main pour la mettre sur sa poitrine, en le regardant dans les yeux et avec une voix un peu trop sensuelle pour être innocente, comme "un désir ardent de perdre son pucelage". L'entretien fut alors interrompu par l'évanouissement du psychologue, et le départ de cette Mademoiselle Miller comme si rien ne s'était passé, avec ce même air blasé.

Capacité physique du sujet : Le caractère imprévisible de Mademoiselle Miller semble suinter par tout les pores de sa peau. Rien, pas même son apparence, ne veut se borner à dire la vérité. Sa seule réponse, claire et catégorique, sera, face à tout les réactions de surprise à ses connaissances étonnantes et étendues, de répondre par un flegmatique "Oh ... Je sais des trucs. ". Physiquement, son évaluation n'a pas eu lieu, et on se bornera à souligner que la Layla Miller semble plus forte que ce que son physique laisse apercevoir, puisqu'elle a réussi à briser le nez d'un assistant bien plus imposant qu'elle d'une seul frappe. Les analyses auraient toutefois tendance à mettre en lien le fait qu'elle "sache des trucs" avec une connaissance de l'anatomie et de l'endroit où frapper pour causer d'énormes dégâts. L'esprit de Mademoiselle Miller semble en effet être ce qui est, de loin, son atout le plus dangereux. Elle a manifesté ce qui semble être une mémoire eidétique, les résultats de ses tests de QI s'approchent des deux cents points, sa capacité d'acquisition et d'assimilation d'information est proprement effarante, tandis qu'elle manifeste une connaissance approfondie troublante des faits passés et présents, et ait prédit des événements tels que des coups de téléphones ou l'interruption de ses séances par un collègue du psychologue venu demander quelque chose, avant que ces interruptions ne se manifestent. Les théories entourant ses capacités, ainsi que son hypersensibilité sensorielle généralisée à l'exception de son toucher extrêmement déficient, fusent, mais les avis sont partagés : certains se demandent si Layla Miller n'est pas une homo magi manipulant les forces du chaos, d'autres si ce n'est pas un robot perfectionné ou un voyageur temporel ayant connaissance de faits s'étant déjà déroulés pour lui, d'autres encore sont adeptes d'une hypothétique origine extraterrestre tandis que les derniers la soupçonnent d'être une méta-humaine disposant de capacités parapsychologiques extrêmement développées, allant jusqu'à théoriser qu'elle serait capable de prouesse comme de la télékinésie, et que son apparence n'est pas véritable, mais seulement une illusion. Quand on lui a exposé cette théorie, Mademoiselle Miller a répondu, avec un regard méprisant mais une voix très sérieuse "Ils ont raison, c'est parfaitement vrai, et j'ai aussi une super-force, une super-vitesse ... et je peux voler. N'est-ce pas évident ?". Les faits sont là : Layla Miller sait des trucs, est capable de faire des trucs, mais se refuse à avouer comment, pourquoi ou dans quelle mesure.
Comportement potentiellement à risque :Les entretiens préliminaires indiquaient des troubles autistiques, rendus évidemment par des troubles de l'attention et un contact social relativement difficile malgré plusieurs approches. Layla Miller a, à une reprise, été frappée d'une catalepsie complète de plusieurs minutes, avec une indifférence totale aux stimuli verbaux, et le cassage de nez de l'assistant qui s'est penché sur elle pour tenter un stimuli physique, juste avant qu'il ne la touche. Il semble toutefois que, dans le domaine de ses "connaissances", elle rencontre des limites au contact de véritables et authentiques fous imprévisibles : elle a admis être fascinée par la personne du Joker parce qu'il était l'un des seuls à pouvoir la surprendre, le comparant au "papillon de la théorie du chaos". Elle a aussi avoué qu'elle n'utilisait pas ses connaissances pour se lancer face au grand public dans le cinéma, la chanson, l'entreprenariat ou la politique, par exemple, parce que, de son propre aveu, bien qu'elle sache apparemment à l'avance ce qui allait cartonner et pourrait ainsi devenir milliardaire, son intervention publique à grande échelle causerait "tellement de foutoir" dans "la trame des choses" qu'elle en aurait une "putain de migraine carabinée pendant des années, le temps que ça se stabilise ... si ça se stabilise."



Profil psychologique
Layla Miller, telle que connue à l'Orphelinat et décrite par ses "camarades", a tout de l'adolescente rebelle lambda : elle est toujours prête à rigoler, a toujours le mot pour rire avec les rares personnes qui ne tentent pas de la frapper ou de faire valoir leur supériorité sur elle parce qu'elle est "carrément flippante", bien qu'elle ne semble que rarement être là. Les surveillants ont déclarés qu'ils ne savaient absolument pas comment, mais elle réussissait à sortir et à rerentrer en trompant leur vigilance, et sans même qu'ils ne se rendent compte de la fugue avant un appel général. Il semble aussi qu'elle aime à s'inviter chez des gens, juste pour les troubler, juste pour rigoler. Les réels tenants et aboutissants de ses actions semblent impossibles à établir, et en l'absence d'indices probants sur ses motivations, il semble que la seule explication logique soit qu'elle soit une adolescente en pleine crise qui fait tout cela "pour le fun", ce qui n'est pas sans rappeler un criminel particulièrement dangereux.

Maintenant, pour ce qui est de la Layla Miller qui s'est retrouvée transférée à la GCPD, il semble que son comportement soit parfaitement différent de la rieuse adolescente éponyme : ses collègues la décrivent comme une incroyable langue-de-vipère d'une suffisance et d'une condescendance impitoyable, passant apparemment des journées entières à ne faire apparemment "rien" dans son bureau, si ce n'est feuilleter des magazines de mode, se limer les ongles, lire des livres n'ayant aucun trait avec sa profession, quand elle ne dort pas simplement. Elle refuse toutes les invitations pour aller boire des coups après le bureau, mais il lui est arrivé de se présenter à des soirées où elle n'était pas invitée, et dont elle n'était même pas censée connaître l'existence (et souvent pour finir dans les toilettes avec un homme déjà en couple, et en se faisant toujours prendre, mais gardant toujours un sourire machiavélique et supérieur vis-à-vis de la femme trompée.). Personne ne sait exactement si il faut la détester ou la tolérer, et alors que la plupart de ses collègues féminins sont jaloux de son physique ou de sa capacité à trouver son chemin vers les garçons quand elle "est dans un bon jour", les hommes de la M.C.U. ne pardonnent son comportement que "parce qu'elle est bonne", en plus du fait que dès qu'une enquête piétine, il suffise d'aller taper à sa porte pour qu'elle relance l'affaire sur les rails d'un air profondément détaché, en gardant les jambes croisées sur son bureau et les yeux sur son livre. Elle ne sort pas beaucoup sur le terrain, mais les rares fois où elle l'a fait, ceux qui étaient avec elle l'ont qualifié de "grande malade" : elle est d'une égalité d'humeur parfaite, et la seule fois où des gangsters ont braqué une arme sur elle, ils s'étaient arrêtés sur une file de bus, alors qu'un bus arrivait avec des problèmes de freins. Dans son rapport, elle précisa que "Si ça n'avait pas été le cas, elle ne serait pas venue."



Antécédents et suivi du patient
Layla Miller est un électron libre. On ne sait pas qui elle est, d'où elle vient, quelle est son but, ni même si il n'y a qu'une seule Layla Miller à tenir ce titre. Les recherches approfondies menées avec l'aide de relations dans les services secrets et chez les fédéraux ont néanmoins permis d'établir une coïncidence troublante entre le fait que Layla Miller prétende être née à Monaco et Malcolm Miller, citoyen monégasque expatrié dès les années soixante-dix. Les informations que l'on peut réunir sur lui sont particulièrement fines, surtout en considérant qu'il a tragiquement disparu dans un règlement de compte crapuleux lié au grand-banditisme sur les hauteurs de Nice au début des années quatre-vingt. Son nom semble revenir souvent avec la mention d'une lucrative "agence de détectives privées" dont le siège social est situé à Monte-Carlo, et qui avait la réputation notoire d'agir autant dans le renseignement que dans la sécurité privée, les faisant se rapprocher de l'emploi de mercenaires. Malcolm Miller est notoirement connu des services pour être un fantôme créé par l'Agence : il fut le seul survivant de l'un des sous-projets du programme MK-Ultra, ce sous-projet visant à créer l'agent secret "parfait" par l'entremise de diverses substances médicamenteuses et manipulations génétiques encore balbutiantes. Apparemment soldat afro-américain connu pour son insubordination pendant la Guerre du Vietnam, il fut l'un des tests "déclaré volontaire" pour ces procédures que l'on savait notoirement dangereuses.

La CIA qui, suivant Malcolm Miller et craignant qu'il ne vende les détails du projet dont il avait été le cobaye à l'Algérie de Boumédiène, qui aurait ainsi pu le communiquer aux Soviétiques, organisa l'assassinat de cet ancien élément avec l'aide du Mossad, qui envoya pour le neutraliser une agente du nom de Hannah Dreyfus, volontaire consentante pour subir un régime similaire à celui de Malcolm, et qui était alors considérée comme la plus à même de pouvoir s'assurer de son "silence". L'insistance de la "petite" Layla à porter une étoile de David semble corroborer l'hypothèse qui entoure la disparition de l'agente israélienne, et du fait qu'elle aurait pu "passer à l'ennemi". Elle se serait manifesté deux années plus tard, indirectement, quand l'ambassade d'Israël à Paris reçut un appel visant à confirmer l'authenticité du passeport diplomatique d'une femme venant d'accoucher de triplés. Les hommes venus identifier la femme trouvèrent un lit vide et aucun nourrisson, comme si il ne s'était rien passé.

L'admission à l'Orphelinat de Gotham City de la jeune Layla Miller pourrait également correspondre avec la découverte, quelques jours plus tard, de la dépouille dans l'East End d'une ressortissante italienne du nom de Francesca Miller, officiellement mariée à un "ancien marine". De ce que les caméras du surveillance d'un parking voisin ont réussi à prendre, la jeune femme aurait été renversé par un van Ford blanc, d'où serait sortis une demi-douzaine d'individus cagoulés qui lui aurait vidés plusieurs chargeurs d'armes automatique dans le corps, avant de s'enfuir. Cela ne dit toutefois pas où sont passés les deux sœurs de Layla.

Plus qu'une question, Layla Miller, son passé, et sa famille au grand complet ne semblent être qu'une énorme toile de mystères...



Behind the screen
Information(s) importante(s) : écrire ici
Un surnom ? Layla Miller. I know stuff.
Nom de l’avatar : Layla Miller, Rogue, Monet St. Croix
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : Je suis le côté imprévisible de Shiva.
Disponibilité pour poster ? Les mêmes que Shiva.
Comment as-tu connu le forum ? Shiva !
Avez-vous besoin d'un Parrain pour vous aider ? C'est moi, le Parrain.
Code du Règlement :


Dernière édition par Layla Miller le Mar 3 Mar - 16:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm Layla Miller. I know stuff.   Mar 3 Mar - 14:24

Ohooo Une Julie Dench à Gotham hein ? ;)
Attention : "007, au rapport !"
Je donne mon +1 ! Le GCPD a besoin d'agents dans ton style !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm Layla Miller. I know stuff.   Mar 3 Mar - 16:56

Bienvenue
Je sens que tu vas bien me désespérer dans nos bureaux si tu restes toujours assises ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm Layla Miller. I know stuff.   Mar 3 Mar - 17:20

Je suis content de voir un nouveau personnage dans la police
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I'm Layla Miller. I know stuff.   Mar 3 Mar - 18:01

Je donne aussi mon +1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm Layla Miller. I know stuff.   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm Layla Miller. I know stuff.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: