Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Épisode 03 - Yeah Im Miss Isley, and You are ? [18+]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Épisode 03 - Yeah Im Miss Isley, and You are ? [18+]   Mar 24 Fév - 4:19

Le Docteur Sarah Frinch venait de proposer à Ivy quelque chose de plutôt intéressant : et si au lieu de concentrer ses énergies à la vengeance, elle mettrait toute cette énergie sur ses connaissances et capacités sur les plantes ? Si on lui avait dit cela il y a quelques semaines, elle aurait tout simplement ris aux nez des gens et juste balayer de la main les paroles… mais la rencontre avec cet homme d’affaire, des plus intéressante, l’avait convaincu qu’il y avait plein de gens avec qui elle pourrait faire affaire, financer ses recherches et ainsi la construction d’un jardin botanique où elle pourrait enfin vivre en paix avec ses enfants et mettre à profits ses connaissances sur les plantes, la biologies et la Biochimie. Il fallait donc avoir de nouveaux projets, du moins, ne serait-ce que pour faire croire qu’elle abandonnait sa Vendetta contre Woodrue et Batman. Agir intelligemment était la clé de sa sortit ici pour mieux se préparer pour la vengeance… la patience, elle devait la cultivé sinon elle se précipiterait et s’y brûlerait les lianes. De plus… avec les connaissances en plantes, Ivy se demandait si cela pouvait lui être utile en quoi ce soit, une question qu’elle ne s’était jamais réellement posée… ce qui éveilla une question en elle : et ses pouvoirs ? D’où lui venaient-ils réellement ? La seule information qu’elle savait, ce qui était réellement à l’origine de Poison Ivy, c’est cette espèce d’essence d’une plante Égyptienne que Woodrue lui avait injecté… quel était donc ce nom… pourtant elle s’en rappelait… ce nom était sur le bout de la langue… hum… non cela ne lui revenait pas, même si elle savait que Jason lui en avait parlé, soit disant que cette plante était connu pour ses propriétés dites ‘’Magiques’’. Oui ! Il fallait absolument qu’Ivy retrouve le nom de cette plante pour ainsi la cultiver et…. Non… je ne vais pas vous le dire tout de même ce qu’elle en ferait.

La jeune femme se préparait tranquillement, puisque le Docteur Frinch, par le fait même de lui avoir proposé ce concentrer ses énergies ailleurs, profita de ce moment pour lui parler de la venue d’un étudiant en science venu pour ainsi discuter avec elle. Mais le Docteur Frinch ne lui avait pas préciser si cela concernait pour un travail quelconque, ou si s’était une simple visite de courtoisie… peut-être était-il venu ici pour discuter de ses propres recherches ainsi que de ses thèses sur les plantes ou bien aussi de ses expériences. Il est vrai que Pamela était très connue parmi la science pour ses nombreuses théories et expériences, puisqu’elle avait déjà commencé bien avant l’Université. Ivy avait donc spécialement demandé d’autres vêtements pour éviter de trop attirer le regard de cet étudiant et ainsi éviter toute remarque désagréable… déjà le fait de ne pouvoir être avec ses enfants la détruisait, il fallait éviter de l’énerver avec des remarques désagréable ou des questions stupides. S’il existait une chance de partir de cet endroit tout en ayant une bonne conduite, en se pliant aux exigences du docteur, il fallait saisir cette opportunité. Mais, chaque moment en ces lieux devenait insoutenable… ce sont ses visites dans le jardin botanique qui lui permettait de résister à la folie et la violence. Enfilant un tailleur complet : jupe grise à mi genoux, chemise blanche et veston grise et le tout, un magnifique décolleté laissant une magnifique vue sur sa poitrine. Ivy restera toujours Ivy ! Il ne restait que d’enfiler des escarpins gris, faire un chignon avec ses  cheveux et elle était prête… Cela faisait longtemps qu’elle n’avait point porté de vêtements de la sorte… et ceci la mettait inconfortable sincèrement, ainsi que mal à laisse puisqu’elle préférait exposer son corps, être à nu pour ainsi se rapprocher de ses enfants.

Enfin prête, la jeune femme faisait les cents pas, puisque les pleures de ses enfants la rendait nerveuse et le fait de devoir aller discuter avec un étudiant plutôt de serrer fort sa famille contre elle, l’énervait à un très haut point. À un tel point qu’elle se mit à rager, faisant les cents pas dans un cliquetis de ses talons. C’est au point de se ronger les ongles qu’elle entendit un bruit de porte qui ouvre et se ferme, suivit de pas en sa direction qui la poussa s’approcher de la vitre. Le stress gagnait de plus en plus Ivy qui se demandait si on allait venir la chercher pour sortir. Si elle ne pouvait s’approcher de ses enfants, elle pourrait au moins les sentir et ainsi communiquer avec eux pour les rassurer. Et tout son stress disparu, comme l’effet d’une claque, lorsqu’elle vit le visage amical de Sarah Frinch, son médecin qui veillait à son dossier. Elle afficha un magnifique sourire, car elle savait qu’on venait pour elle.

-Très jolie ! Cela vous met en valeur Pamela ! Et je vois que nous sommes de la même taille, j’en suis ravis !

-Vous savez très bien Docteur Frinch que je souhaite que vous m’appeler Poison Ivy ! Pamela n’est qu’une humaine sans importance et sans valeur… alors que moi ! Je suis sa version amélioré !

-Oh ! Oui ! Vous m’en voyez très navrez ! J’en prends note… je n’oublierai pas les prochaines fois, je vous fais la promesse… bon vous savez que je ne suis pas ici en tant que visite de courtoisie, mais pour vous escorter à votre rencontre. C’est ce jeune homme qui a demandé à vous voir !

-Un jeune homme ? Intéressant… est-il mignon ?

Sarah Frinch se mit alors à rire et demanda aux agents de sécurités d’escorter Ivy dans la salle de visite privé pour ainsi laisser Ivy et son visiteur en toute tranquillité, sous la demande d’Ivy qui désirait être tranquille pour sa rencontre. Si cet homme désirait parler de Biochimie ou de Science, elle n’avait pas trop intérêt à partager cela avec tout le monde, alors une petite visite tranquille en tête à tête alors que les gardiens resterait à l’extérieur de la salle pour veiller à ce qu’il n’arrive rien au visiteur… avec raison il faut l’avouer. Enfin, cela ne ferait pas de mal à Ivy de discuter avec autre personne que le personnelle de l’Asile avec tous ces fous qui finiraient pas la rendre encore plus folle que jamais… avec toute cette violence et ces employés qui maltraitait, cela lui ferait des vacances. Et c’est donc dans un cliquetis qu’elle quitta l’aile des Soins Intensifs, se sentant déjà beaucoup mieux, entendant ses enfants qui s’excitait par le lien psychique reconnecter entre la Mère et les chérubins. La jeune femme passait devant des cellules où des fous la fixaient en hurlant ou d’autre lui lançait des blagues du genre ‘’Hey, viens donc ici que jte fouille à nue’’ , ‘’*siffle* Hey poupée, ça te dirais de venir m’astiquer ? Je suis certaine que tu es une sale polichinelle… cochonne !’’ , ‘’Hey, ça te dit d’atteindre le septième ciel ? Jpeux te défoncer le cul’’ … bref, vous voyez le topo ? Le calme et la respiration était la seule solution pour ne pas perdre patience… si elle le voudrait, suffisait qu’elle se concentre et les cellules seraient envahis de lianes et les patients ? Mort par pendaisons…. Non pas maintenant ! Mais plus tard, une fois sortie de cet enfer…

Les cliquetis se firent entendre, alors qu’Ivy se concentrait sur ses enfants pour oublier ces porcs qui lui servaient de voisin ou de compagnons, ce qui était assez exécrable. Il y avait tellement peu d’intéressant parmi eux, quoi qu’ils n’étaient pas tous les même. Et puis, contrairement à ces idiots, la jeune femme arrivait à se contenir pour ainsi réussir à fuir cet endroit. Bon… allait-il enfin arriver ? Surtout qu’ils durent sortir de l’aile Soin Intensif pour se rendre au Manoir Arkham. Tous semblait interminable et lorsqu’ils sortirent enfin, Ivy ne put s’empêcher de respirer le grand air et de faire venir à elle certaine plantes qui étaient là en guise décoration. Les gardes posèrent la main sur leur armes, mais Ivy ne fit rien de dangereux, caressant seulement les plantes avant de leur murmurer quelques paroles et ainsi tout faire revenir à la normal… ce qu’ils ne virent pas, c’est qu’elle en avait profité pour faire glisser dans son décolleter, quelques graines de fleurs. On ne sait jamais quand cela peut être utile… et parce qu’elle en avait marre de ces enfoirés qui la traitait comme une vulgaire poupée bonne à être violer. Un peu de protection ne lui ferait pas de mal. Bon… il était temps d’aller voir son rendez-vous…

Une quinzaine de minutes plus tard, elle arriva enfin devant une porte où le jeune étudiant l’attendait et on ouvrit la porte. Elle pénétra les lieux, mais il n’y avait personne… s’était donc moqué d’elle ? Mais, on la rassura immédiatement pour lui dire que son visiteur était dans une autre pièce et donc, en prenant un grand respire, elle prit place sur la chaise, se demandant quel réaction aurait le jeune étudiant qui à coup sûr devait la connaitre, ou du moins Pamela Lillian Isley puisque s’était sur ces bases qu’on lui avait parler et le cas Poison Ivy semblait avoir été tout de même tenu le plus au silence le plus possible, question d’éviter une panique inutile. Assise, elle se croisa alors les jambes, attendant avec impatience l’arrivée du jeune étudiant… une minute… deux minutes… trois minutes…  Ivy regarda autour d’elle et remarqua alors qu’on avait laissé quelques plantes dans la salle et elle se leva pour aller les caresser, qui ces plantes se mirent à frétiller sous sa présence. Caressant les feuilles, la porte ouvrit, laissant un jeune homme pénétrer les lieux, un homme très grand tout de même, si on se fiait au fait qu’Ivy ne faisait qu’un mètre cinquante-trois. Caressant la plante grimpante, une Pothos, celle-ci se mouvait sur la jeune femme, se tortillant sur sa main alors qu’elle la caressait. Sans même se tourner, la jeune femme ouvrit la conversation.

-Magnifique n’est-ce pas ?... mes enfants sont d’une telle beauté que l’humain ne comprendra jamais l’importance de ceux-ci pour nous tous, pour vous tous… ce qui est amusant avec mes enfants comme celui-ci, c’est de voir à quelle point ils peuvent s’étendre sur des mètres de longueurs à un tel point de prendre possession d’un lieu… ne vous inquiétez pas mes chéries… je ne crois pas que mon visiteur soit là pour me séparer de vous… on m’a dit qu’il venait discuter de science avec moi !

Elle se tourna enfin, libérant de son emprise la plante et fixa le jeune homme, le dévisageant de la tête au pied… plutôt pas mal… voir très attirant. Cet homme avait le physique d’un mannequin, ce qui ne devait pas laisser les femmes de marbres en sa présence. C’est dans une démarche gracieuse, comme si elle l’évitait, qu’elle s’approcha du jeune étudiant et arriva enfin proche de lui pour ainsi mieux juger son apparence. Les plantes dans la pièce s’excitèrent et poussèrent à une vitesse folle et vinrent pousser les gardiens dehors de la pièce et referma la porte pour ainsi la bloquer. On put entendre une voix jaillirent d’un talkie-walkie.

-Ne faites rien… mais dès les moindres bruits suspects…

Les plantes s’accumulaient devant la porte pour la bloquer. Si cet étudiant ne s’attendait pas à un tel accueil, le voilà très surpris. Du moins, il aurait la paix durant la conversation et si jamais Ivy avait envie de s’amuser avec ce jeune étudiant… qui sais…

-Très mignon… les femmes doivent beaucoup se jeter à vos pieds… elle tendit la main, Pamela Lillian Isley… mais appeler moi Ivy je vous pris ! Vous êtes ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Épisode 03 - Yeah Im Miss Isley, and You are ? [18+]   Lun 2 Mar - 11:39

Ah la rentrée des classes c’est toujours le pire moment pour une personne normalement constitué hormis peut être les grands malades qui adorent l’école et qui limite voudraient passer leur vie là bas. Mais bien que je n’ai pas à me plaindre en ce qui concerne mon niveau intellectuel, ce n’est pas pour autant que je suis content de retourner en cours. Je ne suis pas aussi studieux parce que je le veux mais surtout parce que je n’ai pas le choix. Tout simplement car sans diplôme, sans bagages je ne pourrais m’assurer un travail dans les années à venir ou du moins je ne pourrais pas faire ce qui me plait vraiment. Il y a une différence entre un travail que l’on accepte par obligation pour avoir un salaire et un travail que l’on aime. On a beaucoup plus envie d’aller travailler lorsqu’on aime ce que l’on fait et c’est pourquoi je bosse : c’est pour avoir le choix de faire ce que je veux réellement faire. De plus qui dit rentrée, dit résultat des examens d’avant vacances. Personnellement je ne stressais pas forcément car ayant révisé, j’ai plutôt bien réussi mais bon après tout on est pas à l’abri d’une surprise. Il faut vraiment que je valide ce premier semestre et pourquoi pas en ayant une moyenne assez élevé afin de pouvoir avoir un peu de marge au cas ou pour le second  semestre.
 
Pour cela le réveil de ce matin ne fut pas trop compliqué mais juste troublant. Le fait de reprendre les cours n’est pas vraiment une chose qu’il affectionne tout particulièrement bien au contraire mais c’était son devoir en tant qu’étudiant d’y aller plutôt que de sécher les cours comme peuvent le faire les plus malins. Je me leva alors tranquillement afin de prendre mon petit déjeuner tout en regardant la télévision afin de prendre compte des informations qu’elles soient sportives ou pas. Une fois tout cela fait je partis prendre ma douche afin de me préparer sans me presser plus qu’auparavant. Je me doucha puis, m’habilla comme j’aime c'est-à-dire petite chemise, pantalon ainsi que mes fameuses chaussures pointues à talons. Et là je me sentais vraiment à l’aise habillé de cette façon et c’est d’ailleurs ce qui compte. Le regard des autres je m’en fou totalement et ce à un point inimaginable, si ils couraient aussi vite que je les emmerdes, et bien il serait vachement rapide.
 
Je prend alors mes affaires de cours qui sont dans mon sac puis je me dirige vers la porte d’entrée afin de pouvoir aller à la faculté et bien entendu je n’allais pas y aller a pied. J’allais prendre ma voiture. Quand on y pense avoir le permis c’est quand même vachement pratique car on peut faire tous ce qu’on veut et surtout ne plus dépendre des autres et c’est surtout le fait de ne vivre au crochet de personne qui me plait le plus. Et ce non pas car je suis un solitaire et que je suis insociable, mais tout simplement pour ne pas que l’on puisse me mettre  dans les dents certaines choses. J’ai toujours su me débrouiller sans l’aide de personne, je vais continuer ainsi et je ne vois pas pourquoi ça changerais. J’ai du surmonter le décès de mes proches seul et personne ne m’as tendu la main dans ces moments compliqués si ce n’est cette femme à l’hôpital avec qui j’ai été à l’école primaire qui se prénomme Klara lors du décès de ma mère, mais en ce qui concerne les autres rien donc que cela reste ainsi et c’est bien malheureux … mais bon ça m’était égal .
 
Une fois rentré dans la voiture je pris mon portable que je brancha sur la radio afin de pouvoir mettre moi-même la musique que je souhaitais écouter et non pas mettre la radio afin d’écouter les mêmes musiques ou alors écouter les présentateurs radio parler dans le vent, surtout qu’a ces heures là, tôt le matin, c’est les émissions les plus ennuyantes donc c’est pas plus que je mette mes propres musiques. Je lança alors la playlist afin de pouvoir me mettre dans ma bulle, et quoi de mieux que du Kool and The Gang et du Earth Wind and Fire , pour être de bonne humeur et oublier le fait que c’est la reprise ? Je me perdais dans les paroles des chansons ainsi que dans le rythme de ces dernières. J’avais l’impression d’être seul sur cette planète à ce moment même et que j’étais intouchable, comme immortel à vrai dire même et cela me permettait d’oublier les faces cachés de ma vie entière.
 
Le trajet fut pour une fois très court et agréable contrairement à d’habitude ou il est interminable et diablement pénible. Lorsque je gara la voiture je coupa le contact afin de ne pas consommer de l’essence dans le vide, mais pas la radio afin de pouvoir au moins terminer la playlist, surtout qu’a ce moment même la chanson qui retentissait était September. J’augmenta le volume et lorsque certains étudiants passaient sur le parking ils regardaient tous vers la voiture surpris et curieux à la fois. Mais quoiqu’ils pouvaient penser ou même dire ça me passait bien au dessus de la tête. Puis lorsque la chanson prit fin je tourna un peu plus la clé afin de pouvoir éteindre la radio et ne plus user de la batterie. C’est alors que je sortis de cette dernière me dirigeant vers l’accueil afin de jeter un bref coup d’œil sur les étudiants ayant validés leur semestre.
 
Arrivé devant je regarda alors dans la tableau L3 afin de connaitre enfin les résultats qui d’ailleurs étaient rangés dans l’ordre alphabétique donc j’étais forcement dans le début de la liste. Ce qui était inquiétant était qu’il y avait très peu de noms et surtout pas beaucoup de B. Je posa mon doigt sur la fiche descendant petit à petit : Adam – Beckel - … puis Blake ! J’explosa de joie intérieurement mais pas extérieurement, puis je remarqua qu’à côté de mon nom il y avait une étoile. Je regarda toute la liste et j’étais le seul à avoir une étoile, chose que je ne comprenais pas puis je vis tout en dessous une petite remarque : « (*) Félicitation du jury »
 
C’est ensuite que ma directrice de promo Madame Barron m’interpella en me demandant de la suivre dans son bureau car elle avait quelque chose de très important à me dire. Je la regarda un peu surpris, ne sachant pas ce que cette dernière pouvait bien me vouloir mais j’écouta et la suivi jusque dans son bureau ou cette dernière me demanda de prendre place dans la chaise. Une fois que je posa mon joli petit postérieur musclé sur la chaise cette posa ses lunettes puis me regarda droit dans les yeux
 
- Tout d’abord bonjour Antoine et encore félicitation pour ton semestre
 
Cette dernière venait de me prendre de court. Je ne savais pas qu’elle connaissait mon prénom et encore moins que j’avais validé mon semestre
 
- Euh … merci Madame Baron
 
 - Donc si je t’ai convoqué ce matin ce n’est pas pour rien. C’est justement en rapport avec tes excellents résultats. Afin de récompenser ceux qui ont très bien travaillés, nous leur offrons un rendez vous avec une très grande biochimiste qui est en ce moment même à l’Asile d’Arkham car elle a une baisse de moral mais ne te fais pas de soucis tu ne risques rien
 
A Arkham ? Et eux ils ne trouvent pas mieux que de me lancer dans ce trou à rat rempli de grand malade. D’ailleurs peut être que je vais croiser le Tally Man là bas moi, et si jamais il me reconnait comment que je fais moi ? Mais bon vu comment elle parle de ça je n’ai pas le choix et je dois donc accepter
 
- D’accord très bien mais c’est quand ?
 
- Et bien tu as rendez vous dans 30 minutes environ.
 
- Ah ouais d’accord mais comment je fais moi avec les cours ?
 
- Tu y es dispensé
 
Ils ne manquaient pas de toupet tout de même. J’étais pris au dépourvu sans issu de secours ou même sans possibilité de botter en touche. Ils ont intérêt à ce que les cours me soient fourni et de plus que le rendez vous en valle la peine car je ne suis pas prêt à me faire chier pendant deux heures de temps à parler biochimie avec elle. J’en ai déjà assez avec les cours magistraux. La femme se trouvant devant mes yeux me regarda puis me fit un signe de la tête signifiant que je devais vite filer et me diriger vers Arkham car j’avais une personne folle dingue qui m’attendait de pied ferme. Je pris alors de nouveau ma voiture puis je pris rapidement la direction d’Arkham roulant assez vite et ne respectant que très peu les limitations de vitesse mais je n’avais pas le choix car j’avais un rendez vous incessamment sous peu et je n’étais toujours pas sur les lieux et ce grâce à l’intelligence de ma directrice de promo qui ne me préviens que peu de temps avant au lieu de le faire la veille afin de m’y préparer. Mais bon ils avaient une organisation merdique et ça n’allait pas changer .
 
Une fois arrivé à l’accueil un homme assez enveloppé pour ne pas dire gros me regardait derrière son guichet, puis s’adressa à moi de façon très désagréable mais je ne pris pas cela en compte car il ne fallait pas que je me fasse remarqué ici. Et je n’allais pas lui faire une tête au carré ça serait sans intérêt et aussi trop simple
 
- Qu’est ce vous faite ici vous ?!!
 
- J’ai rendez vous ici pour voir une biochim …
 
Ce dernier ne me laissa pas le temps de terminer ma phrase
 
- A quel nom !!
 
- Blake ! dis je en haussant le ton
 
Il regarda sur son carnet puis me regarda de nouveau tout en levant ses grosses fesses de sa chaise. Ah il allait faire un peu de sport bouboule. Il m’accompagna alors jusqu’au lieu du rendez vous. Devant il y avait deux hommes muni d’armes et de talki et un homme plutôt tout ce qu’il y a de plus normal. Pour une femme qui est juste dépressive, ça fait peur toutes les précautions qu’ils prennent, ou alors cette femme est tout simplement extrêmement dangereuse et Baron  m’a caché cela. Je les salue alors en leur faisant un signe de la tête puis rentre dans ce qui peux être la gueule du loup.
 
Cette dernière était en train de caresser une plante, mais qu’est ce qu’une plante pouvait bien faire ici dans ce qui ressemble à une salle d’interrogatoire ? Je n’en sais rien mais à vrai dire à Arkham ce sont que des personnes ayant un pépin mental qui y ont accès alors peut être que c’est ce qu’il lui fallait pour qu’elle soit heureuse. La deuxième chose qui me frappa était sa petite taille puis la plante commença à grimper et s’enrouler autour du bras de cette dernière. Tout paraissait bizarre ici et à vrai dire ça ne me donnait pas envie de rester puis cette dernière ouvrit la conversation
 
- Magnifique n’est-ce pas ?... mes enfants sont d’une telle beauté que l’humain ne comprendra jamais l’importance de ceux-ci pour nous tous, pour vous tous… ce qui est amusant avec mes enfants comme celui-ci, c’est de voir à quelle point ils peuvent s’étendre sur des mètres de longueurs à un tel point de prendre possession d’un lieu… ne vous inquiétez pas mes chéries… je ne crois pas que mon visiteur soit là pour me séparer de vous… on m’a dit qu’il venait discuter de science avec moi !

 
Mais dans quoi on m’avait embarqué ? C’était un guettapan c’est pas possible autrement ou alors une caméra cachée. Depuis quand un humain appelle les plantes mes enfants ? Puis cette dernière se retourna enfin me regardant , même me fliqua du regard si je puis dire et de mon côté je faisais la même chose un poil plus discrètement. Je remarqua rapidement son petit décolleté qui la mettait en avant il fallait le dire et bien qu’elle soit pas très bien dans sa tête, physiquement elle n’a pas vraiment de quoi se plaindre. Cette dernière après un jeu de jambe pour surement me faire tourner la tête, s’approcha de moi un peu plus près afin de me dévisagé une fois de plus et c’est à ce moment que les plantes commencèrent à pousser à une vitesse incroyable poussant les gardes en dehors de la salle fermant par la même occasion la porte.
 
- Très mignon… les femmes doivent beaucoup se jeter à vos pieds…
 
Cette dernière me tendit la main
 
- Pamela Lillian Isley… mais appeler moi Ivy je vous pris ! Vous êtes ?
 
Je lui saisis alors cette dernière et entra dans sa sorte de jeu de séduction en lui baisant la main
 
- Merci .. c’est vrai que je n’ai pas à me plaindre de ce côté-là mais je vous retourne le compliment. Tout en lui lançant un regard intense .. Moi je suis Antoine Blake étudiant en science
 
Pendant quelques minutes je restais debout la regardant droit dans les yeux avec un regard de braise tout en esquissant quelques sourires par ci, par là. C’est alors que je lui lança un léger clin d’œil car à vrai dire ce rendez vous vallait le détour et n’allait pas être aussi ennuyant que ce que je pouvais penser
 
- Mais sinon qu’est ce qu’une jolie femme comme vous fait ici à Arkham ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Épisode 03 - Yeah Im Miss Isley, and You are ? [18+]   Dim 8 Mar - 6:43

Les plantes s’affolèrent alors que la pièce devenait de plus en plus une jungle amazonienne qu’une salle d’interrogation, qui ressemblait étrangement à une sorte de salle de travail. Sans doute qu’Arkham souhaitait pouvoir discuter avec ses patients dans un milieu plus à l’aise que les salles stériliser qui inspirait méfiance et inconfort. Là, Ivy y mettait sa petite touche personnelle alors que les plantes envahissaient chaque espace, laissant de nouvelles plantes jaillir du feuillage… c’est l’avantage des pouvoirs d’Ivy, puisqu’elle pouvait modifier sans problème la nature de chaque plante. Et puis… on la porta dans une salle qui contenait ses propres enfants, pourquoi ne pas en profiter ? Et rien n’était trop beau pour la mère de ses enfants. Et pourquoi ne pas rendre cette charmante rencontre des plus intéressantes et féériques. Dans cet endroit, les infirmiers étaient si… peu intéressants et stupide a toujours se présument ‘’Monsieur Irrésistible Équiper comme un Étalon’’… ce n’était donc pas déplaisant d’avoir ce jeune étudiant à sa porter avec qui peut-être les conversations ne se résumerait pas seulement à ‘’Allez Poupée, je vais te défoncer à tel point que tu ne voudras plus d’autre homme ‘’ , ‘’Tu sais ce qui serais encore plus magnifique en ce moment que ta beauté ? Te voir poser ta bouche sur ma queue’’, ‘’Il n’y a qu’une seule chose en ce moment que je désire plus que tout… c’est de te défoncer ma chérie’’ … ce genre de remarque, Ivy les collectionnaient depuis son arrivée en ces lieux. Si on lui avait seulement permis de séduire ces hommes à SA façon, ils ne seraient plus que des esclaves charmant et obéissante sans âme, sans réelle conscience exécutant ses moindres désirs, agissant comme si l’amour était la seule chose à leur porter. Mais, Ivy était-elle non seulement capable d’aimer un homme à nouveau ? Elle-même l’ignorait, mais s’était un jeu auquel elle aimait jouer lorsqu’elle réussissait à berner un infirmier et lui faire ainsi inspirer ses spores, des spores qui une fois respiré pouvait lui permettre d’exercer un contrôle sur les gens, hommes ou femmes. Mais la plus part du temps elle s’en tenait qu’à une explosion de ses charmes pour assurer qu’on n’ait d’yeux que pour elle.

Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas pu tenir dans sa main un de ses enfants et pour en prime, on lui offrait un magnifique jeune homme sans doute début vingtaine sur un plateau d’argent… quoi de mieux pour satisfaire la jolie demoiselle ? Elle ne se préoccupait pas à savoir si le fait de faire bouger les plantes le choquerait ou pas, quoi qu’elle ne remarqua pas de peur ni trop d’étonnement… cet homme semblait plutôt à l’aise avec ce genre de ‘’Situation’’… ce qui intéressa Ivy, puisque cela pouvait dire que deux choses : ou bien on lui avait mis au courant de sa situation ou bien, il n’était tout simplement pas étranger à ce genre de scène… Bandit ? Héros ?... elle l’ignorait, peut-être était-il un simple étudiant ayant déjà côtoyé la sorcellerie lors de son adolescence, ce qui était très courant au Lycée, ainsi que très populaire surtout avec les divers films comme ‘’The Warlock’’. Pour Ivy, la question ne se posait pas : la magie existe bel et bien, n’était-elle pas dotée d’un pouvoir qui lui permettait d’entré en symbiose avec la végétation et ainsi en prendre le contrôle ? D’en faire ce qui lui plait ? La question ne s’était jamais posée… et puis, elle n’était pas là pour remettre en cause l’origine de ses pouvoirs, mais pour séduire un si joli jeune homme… qui une fois qui lui prit la main, elle s’empressa de souffler sur la paume de son autre main, ce qui fit jaillir une petite fumée rose virevoltant dans l’air, serpentant vers les narines du jeune homme, qui en aspira ainsi ses spores. Le jeu de séduction pouvait donc enfin commencer. Elle fit alors mine d’être touché par tant de galanterie et lança un clin d’œil.

-Et bien, enchanté très cher Antoine… je peux vous appeler par votre prénom ? Il m’est un grand plaisir de vous rencontrer en ce lieu et ce, malgré les circonstances… et j’avoue que… les demandes ne sont pas rare… mais intéressante ? Cela relève du miracle… nous vivons dans une société où la galanterie semble mourir petit à petit et suis donc bien heureuse de voir qu'il y ait toujours de l'espoir grâce à vous… qu’en pensez-vous mes enfants ?, dit-elle en se tournant vers les fleurs, lianes, et l’herbes qui poussaient à vue d’œil, comme si nous étions dans une histoire fantastique. Mes enfants vous adores déjà... vous ne semblez pas repousser la nature comme tant d'hommes... ce qui est très triste puisqu'elle à tant à vous apporter...

Ses pouvoirs semblaient faire déjà effet sur ce jeune homme puisque son regard était des plus intenses, un regard que la jeune femme retourna sans hésiter… il fallait le dire, cette nature créait des créatures masculines des plus intéressante et séduisante. Il ne restait plus qu’à découvrir si cette galanterie n’était que mascarade ou si cet enfant avait bien des choses à lui dire : n’était-il pas ici pour parler de science ? Et qui était la mieux placer pour parler de ce domaine où Ivy excellait mieux que quiconque ? Elle qui avait révolutionnée le monde du Botanisme et de la Biochimie en devenant elle-même la plus GRANDE expérience de ce siècle ? Une Expérience que Woodrue allait se prendre cher dans la gueule si son chemin recroisait celui d’Ivy, l’Empoisonneuse. Mais pour heure, le moment était au plaisir de la discussion… et peut-être charnelle qui sait. On a beau être à demi plante, les besoins primaires des animaux que l’on nomme ‘’Humain’’ ne restait pas moins présent. Mais… cet endroit manquait beaucoup de confort il fallait se l’avouer et c’est pour cela que la jeune femme, une fois sa main récupérer des charmantes lèvres de son interlocuteur, se retourna alors, toujours dans une démarche sensuelle, voir ‘’Surnaturelle’’ car ses mouvement n’étaient pas à l’ordinaire et sa grâce, encore bien moins. Elle fit quelque mouvement de la main, tournoyant sa main sur elle-même en montant vers le haut et un trône de fleur se forma des lianes pour ainsi permettre à notre Rose de s’asseoir. Le trône était magnifique, tout droit sortie des Livres de Tolkien, ou autre histoires féériques du genre. Des dizaines et des dizaines de lianes s’entremêlait comme si on les avait tressées, alors que le tout était d’un vert émeraude des plus surnaturelles. De magnifiques fleurs multicolores décoraient la tête du trône, mais tout cela avait bien foutu la pagaille dans la salle, ce qui préoccupait peu notre Empoisonneuse. Le siège était quant à lui, composé d’une énorme tête de fleur des plus confortable qui soit puisqu’Ivy veilla à ce qu’il soit bien embourrer pour le confort. Elle se tourna vers le jeune homme et lui sourit, l’invitant à le rejoindre… car une fois que l’on regardait mieux, le trône ne possédait pas une, mais deux places bien distinguent. Assez pour que nos deux protagonistes puissent s’y assoir sans nécessairement être coincer. Prenant place, elle attendit qu’Antoine vienne la rejoindre, croisant ses jambes, elle tourna légèrement son corps vers lui pour le regarder dans les yeux, laissant le reste bien droit, alors que ses yeux démontraient beaucoup d’envie et de désire envers la personne tel que Antoine. Jeune, beau… il ne manquait plus que de savoir si l’intelligence était une de ses qualités et voilà elle saurait quoi faire de cet homme : un esclave, un amant… ou qui sais…

-Vous m’aviez posez une question avant que je me lance dans la confection d’un siège confortable… pourquoi suis-je ici… je vais vous y répondre… par une autre question… Que pensez-vous des gens qui défendent les droits de la terre et de sa végétation, souvent injustement surnommer ''Éco-terroriste'' ?...

Ivy lui lança alors un magnifique regard remplis de désir et de fantasmes alors qu’elle en profita pour caresser le visage d’Antoine, question d’alimenter son pouvoir de séduction un peu. Ivy se demandait alors si tout cela n’était pas en fait un test que le Docteur Frinch lui faisait passé pour voir si elle était apte à sortir… alors il fallait bien jouer les cartes pour éviter de tuer ce pauvre jeune homme et donc, elle passa sa langue, délicatement, sur ses lèvres. Au premier abord, pour son interlocuteur, cela ressemblait nettement à une tentative de séduction, mais pour Ivy, s’était l’élimination du venin que ses lèvres sécrétaient en permanence en cas de besoin. Mais, pour cet homme, le besoin n’était pas nécessaire ainsi que de nature tout autre. Il fallait donc réellement déterminer la venue de cet homme ici…

-Donc… si vous me disiez pourquoi vous êtes ici…. Nous pourrions… entrez dans le vive du sujet pour ensuite aller sur des bases… plus intéressante… on m’a parlé de ‘’Science’’ et j’ai cru comprendre que vous étiez un étudiant dans le domaine, donc si vous me connaissez, ce qui serait absurde du contraire, vous avez très certainement pris connaissance de mes thèses et théories… n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Épisode 03 - Yeah Im Miss Isley, and You are ? [18+]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Épisode 03 - Yeah Im Miss Isley, and You are ? [18+]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: