Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un de moins, un de plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un de moins, un de plus   Mer 4 Fév - 3:57

Pour un être tel que le Tally Man, les coups de théâtre sont nécessaires pour inspirer la peur. Il n'avait jamais raté son coup sauf contre le Music Meister. Celui-là il l'aurait un jour. En attendant, il continuait d’enchaîner les contrats pour le mafieux Cesare Regoli. Sa nouvelle cible l'avait amené dans le Shady Lady Casino, un établissement du quartier Amusement Miles dont la la célébrité n'était plus à vanter. Cette fois, pas un père de famille, pas un petit brocanteur et encore moins un propriétaire de grand restaurant. Cette fois, sa cible était un homme politique. Malgré sa neutralité dans tous ces conflits internes à Gotham, il aimait le fait d'être l'instrument pouvant faire pencher la balance. La peur que cela créerait au bulletin télévisé serait parfaite. À moins bien sûr qu'ils étouffent encore l'affaire en faisant passer cet assassinat pour quelque chose de mineur. Un jour son travail sera reconnu. Et Gotham tremblera.


Mais pour l'heure, il devait se concentrer. Le Tally Man était en vue du casino qui était bondé comme d'habitude. Tant de gens, ce serait le chaos. Il allait entrer par les toits et surgir sa cible telle l'ombre de la mort. Grimpant aux murs à l'aide des tuyaux des et autres prises aléatoires, l'assassin pu se hisser au sommet du bâtiment voisin et ainsi atteindre le sommet du casino. Étrangement, bien que cela ne le surprenne pas, il y avait des gardes armés qui patrouillaient. Était-il attendu? Ou était-ce une précaution prise tous les soirs par le propriétaire du casino? Regoli ne lui avait rien dit pourtant... Qu'importe, il savait quoi faire.


Évitant soigneusement les gardiens en se cachant dans les ombres, le Tally Man profitait pleinement de cette nuit sans lune. Discret tel un chasseur traquant sa proie, il arriva finalement à la porte qui donnait accès à l'intérieur du bâtiment. Malheureusement, un groupe de gardes nonchalants discutait et fumait juste à côté. Impossible de passer sans alerter les environs et compromettre son entrée. Il allait devoir faire autrement. Regardant les alentours, il remarqua une conduite d'aération juste assez grande pour le laisser passer. Elle était relativement cachée, mais il devrait faire vite, à moins que...


Saisissant une brique posée sur le sol, l'assassin la jeta loin devant lui derrière un obstacle. L'impact fit un bruit qui alerta les hommes. Quelques-uns prirent la direction du bruit alors que d'autres décidèrent de patrouiller un peu partout. Bien qu'il aurait préféré que son appât fonctionne pour l’entièreté des gardes, c'était suffisant. Se glissant près du conduit, le Tally Man retira délicatement la plaque obstruant l'accès. Avant d'y entrer, il prit le temps de lancer une autre brique, cette fois-ci à l'opposé de son premier projectile. Les gardes se mirent en état d'alerte et paniquèrent. Cela donnerait du temps au Tally Man d'exécuter sa mission, car bien que conscient que quelque chose n'allait pas, ils n'oseront jamais déranger leur patron pour quelque chose d'aussi abstrait qu'un bruit d'impact. Ils mettraient du temps à réaliser ce qui allait bientôt se passer sous leurs pieds.


Remettant la plaque derrière lui comme il le pouvait, le Tally Man se laissa glisser le long des parois, freinant et se glissant lorsque cela était nécessaire. Il pataugeait dans la poussière et les odeurs de fritures, mais cela lui importait peu. Se laissant guider par les bruits des machines et des rires, l'assassin pu enfin avoir une vue d'ensemble sur l'intérieur de la salle principale et se mit à chercher immédiatement sa cible. Il passa plusieurs minutes ainsi à se déplacer dans les conduits, tentant de trouver son homme à travers une foule dense dont les membres s'habillaient tous de la même façon. La société, quelle merde...


- On demande Robert Freeman à la table 27 s'il-vous-plaît. Robert Freeman à la table 27 merci.


C'était étrange comment le hasard faisait bien les choses. Ils sont des centaines dans ce bâtiment on appelle exactement la personne que je cherche. Me dirigeant vers les tables de jeux, je pris position le plus près possible de la table 27 dont le numéro était clairement indiqué sur le tapis de jeu. Je n'eu pas long à attendre, car l'homme que je voulais voir apparaître sortit finalement de l'ombre. Un homme noir, grand et chauve au grand sourire blanc, serrant des mains au passage. Il était accompagné de sa femme et de quelques hommes, probablement des journalistes ou des gardes du corps. Qu'importe, il était temps d'agir. La pauvre femme qui avait appelé Robert Freeman allait s'en mordre les doigts longtemps.


Trouvant une grille d'aération non loin de lui, le Tally Man la défonça avec son poing et se glisse dans l'ouverture telle une ombre. La plaque de métal alla se fracasser sur la tête de quelqu'un, ce qui causa un vent de panique général. L'assassin se laissa ensuite tomber sur la table 27, face à sa cible. Dégainant un Desert Eagle, cadeau de Regoli, il mit en joue le politicien.


« Robert Freeman, tu as une dette dont tu dois t'acquitter. Ta vie m'appartient. »


N'attendant pas plus, le Tally Man vida son chargeur sur sa cible qui s'écroula au sol. Le silence qu'avait provoqué son entrée se transforma en musique chaotique et mielleuse à ses oreilles. Les hommes qui accompagnaient Freeman éloignèrent sa femme. Seuls deux osèrent mettre la main dans leur veston. N'attendant même pas, l'assassin sortit un mitraillette et exécuta froidement les deux décérébrés. Il savait que tout le personnel armé du bâtiment allait rappliquer, mais il les attendait de pied ferme. Il ne sortirait pas d'ici autrement que par la sortie et n'hésiterait pas à se frayer un chemin dans le sang.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un de moins, un de plus   Jeu 5 Fév - 11:31

Antoine n’était pas une personne très matinale et ça tout le monde l’avait comprit, enfin en partie pour certains car il n’est pas matinale pour une raison très clair, c’est qu’il scrute au peigne fin la ville à la recherche de dangereux criminel ainsi que de mafieux qui agresse des bons citoyens. Alors forcément en se couchant à des heures pas possible tôt le matin il ne peut pas non plus péter la forme le matin et c’est pour cela qu’il dort énormément selon les autres alors que si il connaissait le fin mot de l’histoire il se rendrait vite compte que finalement le jeune Blake ne dort pas si souvent et longtemps que ça, et même quand ce dernier pense passer une soirée tranquille avec des amis, il réussi à être perturbé par des agresseurs qui menace un individu dans la rue. En tout cas ce soir il n’avait pas envie d’avoir de soucis et de pouvoir passer cette fois ci une soirée tranquille. Cela fait des mois entiers qu’il n’a pas eu de soirée sans embrouilles. Il pouvait bien laisser tomber le costume ce soir car il savait très bien qu’il n’était pas le seul justicier masqué de cette ville, la preuve la dernière quand il a rencontré ce jeune blanc bec qui se prenait pour Mister Monde.
 
Sur le papier c’était la soirée idéale, mais on ne sait jamais il y a toujours un risque qu’il y ait un élément perturbateur et pour cela je restais tout de même sur mes gardes. Avec les amis de la fac on avait pris la décision ce soir de passer du bon temps au Casino , ça pourrait être pas mal surtout que pour ma part j’aime bien jouer au poker alors ça n’allait pas être moi qui allait refuser de ce rendre dans cet endroit. Bien que les jeux d’argent c’est risqué, y jouer une fois de temps en temps c’est agréable, surtout quand on plume les autres mais c’est comme tout il faut savoir être raisonnable et arrêter quand on a gagner assez d’argent au lieu d’en vouloir toujours plus car c’est ainsi que l’on perd tout.
 
Je me prépara alors afin de pouvoir bouger de chez moi. Je m’habilla classe mais sans en faire trop non plus car je n’avais pas envie de montrer une fausse image de moi. Il ne fallait surtout pas que tout le monde me prennent pour un blindé de thune alors que pas du tout car je passerai plus la soirée à parler plutôt qu’a jouer et les rapiats seraient tous à l’affut de la moindre possibilité. Bien entendu je parlais des femmes qui courent après les hommes riches. Enfin bref, par ailleurs j’avais un pressentiment alors je pris la décision de mettre dans mon sac mon costume au cas ou car on ne sait jamais ce qu’il peut se passer, sur un malentendu ça peut partir très vite.
 
Une fois près, tout beau, tout propre j’entendis des bruits de klaxons provenant de ma cour, je jeta un bref coup d’œil par la fenêtre et remarqua que c’était bien mes amis qui était là et qui me demandait de sortir rapidement car on était à la bourre. Je leur aurais bien dis de rentre boire un coup mais puisqu’ils sont si pressés que ça je ne vais pas les retarder dans leur délire et c’est alors que nous partions direction le Shady Lady Casino qui était le casino dans Amusement Miles. D’habitude on allait dans les petits casinos mais sur ce coup là on avait voulu marquer le coup et taper dans le niveau supérieur. On avait choisi le haut du panier si on voulait. En plus de cela on était uniquement entre couille, pas de nanas dans nos pattes alors on ne pouvait que s’amuser mais j’avais tout de même une réserve car lorsque j’ai envie de passer du bon temps et de me reposer un peu de mon rôle de justicier, il se passe toujours quelques choses. Lorsque je suis justicier, je cours après les criminels, mais lorsque je suis moi-même, les criminels viennent tous seuls à moi comme si ils savaient qui j’étais vraiment. Une fois arrivé au casino nous nous sommes dirigé vers la porte d’entrée et il y avait un nombre incalculable de vigil et ça allait du simple au vigil à celui avec une kalash dans les mains. Nous n’avions pas d’armes sur nous donc rien à nous reprocher et c’est pour cela que nous ayons pu rentrer facilement dans ce dernier. En revanche on pouvait clairement voir la différence entre les petits casinos qu’on fréquente de temps à autre et celui-ci. Une fois arrivé à l’entrée je donna 20 dollars à la caissière afin d’avoir l’équivalent en jetons. Celle-ci me les donna et alors que j’allais en direction d’une table cette dernière m’interpella
 
 - Monsieur excusé moi mais vous devez laisser votre sac à l’entrée

 
Mince j’avais oublié qu’on était dans un casino de haut standing et donc forcément il fallait laisser tout à l’entrée. Je lui donna alors mon sac en priant que celle-ci ne soit pas assez curieuse pour fouiller dedans
 
- Je suis désolé, j’avais la tête en l’air
 
- Oh je vous en prie ce n’est pas grave. Bonne soirée
 

- A vous aussi
 
Cette dernière prit le sac et le déposa à côté d’elle sans pour autant regarder à l’intérieur de ce dernier et il ne voudrait mieux pas d’ailleurs. Après cet épisode très bref du sac, je m’installa à une table de poker afin de jouer tandis que certains allèrent jouer aux machines à sous en attendant.
 
La soirée ce passait plutôt bien pour moi pour le moment et j’étais surpris car je pensais que justement le niveau allait être plus élevé que ça ou alors peut être est ce uniquement parce que je suis tombé sur une table de novice qui joue pour se donner un style. En tout cas pour ma part je commençais à compter a peu près ce que j’avais en jetons et l’équivalent en dollars. J’étais venu avec 20 dollars et pour le moment j’en étais à 70. Je terminais le tour là car j’avais la dame de cœur et le roi de cœur en main et qu’il y avait un coup à jouer. Le croupier retourna les trois premières cartes : valet de cœur, valet de pique et as de cœur. L’adrénaline commençait à monter et c’était quelque chose d’agréable, cette sensation de puissance. Mon dernier adversaire fit un All-In et je le suivi. Le croupier alors nous demanda de retourner nos cartes afin de montrer à notre adversaire notre main. Ce dernier avait le valet de trèfle et le 8 de pique. Pour le moment l’avantage était à lui puisqu’il avait un brelan de valet. La quatrième carte fit retourné par le croupier et c’était le valet de carreau malheureusement pour moi. Mon adversaire explosa de joie et vint me serrer la main sûr de sa victoire mais il restait encore une carte, donc ce n’était pas mort bien que cela serait incroyable. Le croupier retourna la cinquième et dernière carte qui était le 10 de cœur. Je n’en revenais pas je venais de gagner, et je revenais de nulle part et surtout avec quelle combinaison, la QUINTE FLUSH ROYALE. Tout le monde était bouché bée et applaudissait tellement le suspense avait était présent et tellement la partie avait été plaisante. Je félicita mon adversaire ainsi que le croupier et pris mes jetons afin de récupérer l’équivalent en billets qui allait être nombreux. La caissière aussi me félicita et me rendit ma monnaie qui au total s’élevait à 140 dollars. C’était une soirée resplendissante pour moi en tout cas puis après avoir placé tout cet argent dans mon porte feuille le bruit d’une grille sur le sol se fit entendre ainsi que quelques paroles dont je ne pouvais entendre mais ça parlait de dettes c’est la seule chose que j’entendais. Je ne me mêlerais pas de ça car ça ne me regarde en aucun cas, c’était surement un gars sur la paille qui essaye de se refaire la cerise en venant au casino mais ça ne fait qu’empirer les choses puis après cela on entendait des coups de feu ainsi que des cris. Je regarda alors au loin et remarqua un homme, ou plutôt une chose, grande, bleu avec des mains gigantesque, ça ne pouvait être que lui ! Le Tally Man !!!! Je demanda rapidement à la caissière de me donner mon sac, ce qui fit cette dernière tout en tremblotant. J’avais une revanche à prendre sur lui . Je sortis afin de me changer incognito et pendant que j’étais dehors les coups de feu continuèrent, ça devait être une vraie boucherie, puis je me dirigea vers l’entrée et me positionna devant celle-ci. Allait t il m’échapper ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un de moins, un de plus   Mar 10 Fév - 7:30

Le Tally Man tuait par devoir, mais il y prenait goût également. Voir les éclats de sang émerger du corps des pauvres insolents qui avaient osés le confronter étaient pour lui source de joie. Chaque balle touchait sa cible mortellement. parfois il envoyait des volées, changeant d'armes à chaque fois. Recharger était une perte de cadence, mieux valait laisser ce détail une fois le combat terminé. Extirpant de nouveaux fusils au fur et à mesure qu'ils vidaient ceux déjà en main, l'assassin se frayait un chemin à travers le casino vers la sortie. Une véritable fusillade s'était déclenchée depuis son entrée spectaculaire et les tables de poker servaient donnaient une mince protection, mais qui faisait l'affaire.


Le Tally Man se faufilait comme il le pouvait, évitant toujours de justesse les balles passant près de ses oreilles. Étant très grand il n'avait de véritables endroit où disparaître, alors il attendait que ses ennemis fassent l'erreur monumentale : celle de recharger. Les feux nourris cessèrent subitement. À entendr eles voix des hommes se donnant tous des ordres, l'ombre comprit que le moment était venu. Sortant de sa cachette, il commença à tirer vers les abri de ses ennemis. Malgré la protection, les Desert Eagle de Cesare étaient des armes avec une puissance incomparable pour une arme de cette taille. La tête perceuse de leurs balles servaient à faire éclater le bois et à traverser le corps des pauvres imbéciles. Il s'exécuta ainsi pendant quelques minutes, changeant de cachette après avoir criblé de balles deux ou trois ennemis. Ceux-ci, trop occupés à se protéger la tête, ne remarquaient jamais le changement. Il arrivait donc parfois que le Tally Man, sournois et discret, se faufile tout près d'un des hommes de main du casino et qu'il lui fasse amèrement regretter en lui écrasant la nuque avec ses mains gigantesques.


La situation, même si elle n'empirait pas, ne semblait pas se régler. Des hommes arrivaient du toit au fur et à mesure qu'il en liquidait. Les policiers seraient bientôt là et cette fois, il n'aurait pas d'otages pour gagner du temps. La fiasco du restaurant ne devait pas se reproduire. Changeant de stratégie, le Tally Man se mit à viser les lumière et les lustres afin de plonger la pièce dans la pénombre. Devant l'immense nombre de sources lumineuses, il ne pouvait espérer une noirceur totale. Cependant, faire tomber les grands lustres avaient comme effet de faire paniquer les abrutis et de lui donner une ouverture idéale pour en tirer quelques-uns. 


Au bout d'un moment, la situation se calma. Le Tally Man, à bout de souffle et d'idées, aperçut quelques rescapés se sauver par l'entrée du casino. Profitant de ce moment de paix, il demeura caché pour recharger ses armes tranquillement. La police pouvait débarquer à tout moment, mais il devait être prêt à les recevoir. Se décidant enfin à surgir, il prit la direction de la sortie en restant sur ses gardes.  Un bruit sur sa droite, tout près, attira son attention. Se retournant vivement et pointant son arme vers la source, il vit là une dame et son mari, planqué sous un paquet de débris. Bien qu,ils semblaient indemnes, ils étaient parfaitement immobiles et fixaient l'assassin avec de grands yeux apeurés. Retirant son fusil, le Tally Man s'adressa à eux.


« Filez pendant que vous le pouvez. Ça va grouiller de fusils dans quelques minutes. »


N'attendant même pas une réponse, l'assassin prit la direction de la sortie. Les quelques curieux qui étaient restés à l'intérieur pour voir s'enfuirent en courant, se bousculant les uns les autres. Tous sauf un. Une silhouette encapuchonnée dont l'apparence lui rappelait quelque chose se tenait là, immobile au milieu des civils, le fixant sans broncher. Il lui semblait l'avoir déjà vu, mais où? Serait-ce l'individu qui avait qui lui avait échappé lors de la nuit des triple dettes? Il lui ressemblait en tout cas... Bien qu'il ait réussit à le faire fuir, le Tally Man n'avait pu achever son oeuvre. Il allait mettre fin à la vie du pseudo-justicier ce soir et terminer ce qu'il avait commencé.

« Te revoilà finalement. Je ne pensais te revoir de sitôt. Tu es sois fou, soit inconscient. Mais n'ait crainte, je vais te délivrer de ce fardeau. Inconnu, pour m'avoir causé du tort lors de cette nuit passée, tu as une dette dont tu dois t'acquitter. Ta vie m'appartient. »


Tirant son arme hors de sa manche, le Tally Man tira vers le justicier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un de moins, un de plus   Mer 11 Fév - 13:50

Alors que j’étais devant l’entrée du casino, j’apercevais le Tally Man, en train de tuer par dizaines les vigils qui étaient là pour défendre les citoyens étant dans ce casino, dont la majorité était des gros riches. Ce dernier contrairement à la dernière fois que je l’ai rencontré ou il se jouait de nous et surtout de moi était clairement plus en difficulté et cela ce voyait à sa façon d’agir. Forcément lorsqu’on est aussi grand que ce dernier qui devait facilement faire un bon mètre quatre vingt quinze, c’était beaucoup plus difficile d’éviter les balles car il y a de la surface en hauteur. Heureusement pour lui il était très maigre , donc ça lui facilitait un peu plus la tâche mais pour autant il essayait de trouver une solution qui ne vint que lorsque les vigils eurent la brillante idée  de recharger leur armes, et bien entendu il ne le firent pas à un moment différent les uns des autres, non ces idiots rechargèrent tous en même temps leur fusil, chose dont le Tally Man pris en compte et il en profita alors pour reprendre le jeu à son compte. Etant à couvert, ce dernier sortit de sa cachette si l’on peut dire ça ainsi et il tira à l’aide de son Desert Eagle en direction des voix des vigils. Malgré que ces derniers étaient cachés derrière une table de poker qui était retourné face vers le criminel, les balles transpercèrent logiquement cette dernière puisqu’il n’avait pas tiré avec un simple pistolet non c’était un Desert Eagle, et ce n’est pas une table en bois qui va empêcher une balle de Desert Eagle d’arriver dans sa cible.
 
Bien entendu ce dernier n’en avait tué que quelques uns de plus mais pas tous donc j’avais encore un peu de temps devant moi avant que ce dernier arrive, car il n’aime pas renoncer à tuer, pas du tout même, mais je pensais bien que si la tâche commençait à se corser un petit peu trop, il allait prendre la fuite et c’est donc à ce moment précis que je pouvais intervenir en l’en empêchant. Cependant on en était toujours pas arrivé à ce moment mais j’en profitais pour voir comment il agissait, et avec un gars comme ça ce qui est inquiétant c’est qu’il est comme une ombre qui est derrière vous et qui d’un seul coup se retrouve devant vous. Si vous avez le malheur de penser à autre chose quelques millième de seconde vous êtes foutue et ce dernier se retrouve près de vous et vous fait payer votre fâcheuse erreur avec ses mains gigantesque en vous brisant votre pauvre petite nuque. Donc une chose était sûr, c’est qu’avec un type comme celui là, je me devais de rester en permanence sur mes gardes, mais surtout de ne pas le quitter ne serais ce qu’un millième de seconde des yeux .
 
Puis alors qu’il pensait avoir tué la majorité des vigils présent dans la salle, la situation finalement n’était pas aussi simple que cela, et à chaque fois qu’il en tuait un, deux autres revenaient, comme la devise d’Hydra : « Couper une tête, deux autres en repousseront ». Et cela le Tally Man en prit compte , et se doutait bien que d’ici une dizaine de minutes au grand maximum , cela allait plus se régler qu’entre lui et les vigils du casino, mais aussi avec la police qui allait rentrer dans la ronde à son tour. Et une chose qu’il savait bien, c’était que si la police arrivait il était cerné de partout et donc voué à aller derrière les barreaux voire peut être aller à Arkham puisqu’il sera juger comme une personne à déficience mentale. Et cela ce voyait dans son comportement, il était un poil nerveux contrairement au tout début ou il agissait sans aucune crainte, en étant serein, la roue avait tourné et en sa défaveur cette fois ci. En pouvait voir qu’il n’avait aucune envie de se retrouver derrière les barreaux et pour la peine il se mit à changer de cible, au lieu de viser les personnes armées étant dans le casino, il se mit à tirer dans les lumières de la grande salle faisant tomber les lustres et tout l’attirail au sol. Bien que la salle n’était pas pour autant plongé dans le noir total, c’était plus une technique de diversion qu’une parade pour mieux attaquer puisque lorsque les lustres tombèrent sur le sol, cela attira l’attention de tous les vigils armés. Il en profita tout de même pour en tuer quelques uns puisque sa soif de meurtre prenait toujours malgré tout le dessus. Les vigils optèrent quand à eux pour une autre technique, il ne voulait plus attirer l’attention de ce grand monsieur en lui tirant dessus mais en le faisant tout bonnement attendre comme une cruche dans le casino en attendant l’arrivé des renforts mais ce dernier est certes fou mais n’est pas pour autant bête. Pendant ce temps quelques citoyens qui étaient dans le casino pour passer du bon temps se dirigèrent en panique vers l’entrée de ce dernier afin de pouvoir quitter ce lieu sans plus jamais y mettre les pieds . De son côté le Tally Man se cacha afin de pouvoir recharger en toute tranquillité au cas ou l’assaut reprenne ou même en cas d’arrivé des renforts . Une fois les fusils chargé, il se dirigea à son tour vers la sortie du casino sans pour autant m’apercevoir du moins pour le moment car je comptais bien à ce qu’il me voit. Puis il entendit un bruit venant de sa droite, il se retourna comme une furie en pointant ses armes vers la source de ce bruit. Ce n’était simplement qu’une femme en compagnie de son mari qui était sur le sol à côté de débris le regardant avec des gros yeux dans lesquels on pouvait lire la peur, la peur de mourir. Ce dernier dépointa son arme de ses deux personnes et s’adressa ensuite à elles
 

- Filez pendant que vous le pouvez. Ça va grouiller de fusils dans quelques minutes
 
Après ces paroles qui me surprirent un petit peu je dois l’avouer, puisque je ne voyais qu’en lui une machine à tuer, ce dernier se dirigea vers la sortie et sans le savoir , vers moi . Ces dernières paroles n’allaient rien changer au fait que je voulais lui mettre une bonne raclée, ça n’allait surement pas m’attendrir et de toute manière il ne le fallait pas puisque lui n’hésitera pas une seule seconde lorsqu’il aura la possibilité de me tuer. Autour de moi avait lieu un vrai bordel sans nom, les civils qui étaient dans le casino prenaient tous la direction de la sortie et se bousculait, comme le troupeau de gnous dans le Roi Lion, car chacun craignaient pour sa pauvre vie. Seulement bien que tout le monde partaient , je ne démordais pas et je restais en place fixant mon futur adversaire. Celui-ci en ce moment devait se demander qui pouvais je bien être, et qui serait assez fou pour rester ici alors qu’il venait de tuer des dizaines et des dizaines de vigils et que de tuer une personnes de plus n’allait pas le déranger. Ce dernier s’approcha de moi puis prit la parole
 
- Te revoilà finalement. Je ne pensais te revoir de sitôt. Tu es sois fou, soit inconscient. Mais n'ait crainte, je vais te délivrer de ce fardeau. Inconnu, pour m'avoir causé du tort lors de cette nuit passée, tu as une dette dont tu dois t'acquitter. Ta vie m'appartient.
 
Ce dernier fit la grosse erreur de sortir son arme de sa manche et de la pointer en ma direction. Un léger sourire s’esquissa sur mon visage, et ce dernier tira mais je me mis à m’approcher en faisant une pirouette tout en évitant avec brio la balle tiré par ce dernier, arrivant nez à nez avec ce dernier. Au corps à corps son arme n’était que très peu utile puisque je faisais exprès de rester collé à lui sans laisser le moindre écart entre lui et moi car ça serait une manœuvre mortelle pour moi puisque je lui laisserai une fenêtre de tir et qu’il n’hésiterai pas pour la saisir une seconde fois. Je le travaillais au corps, car puisqu’il était tout maigre, il n’avait aucune résistance physique et qu’il me devait de frapper là ou ça fait mal, même pour quelqu’un d’entrainé lorsqu’on frappe dans le buffet comme on dit c’est extrêmement douloureux, mais j’attendais un peu, j’avais envie de m’amuser avec lui . Je faisais attention à ne pas frapper dans le foie immédiatement puisque j’allais clore le combat en quelques secondes et ce n’était pas mon but, non je voulais le voir souffrir physiquement et se mettre limite à genoux pour me supplier. Alors qu’il s’attendait encore à recevoir un coup dans les abdos je lui mis alors un upercut dans sa mâchoire faisant reculer ce dernier de quelques pas que je récupérais directement pour l’empêcher de pouvoir enchainer par un tir. Il ne savait plus vraiment ou il était et c’était bon de voir ça. Sans ses armes il n’est plus rien mais je devais faire tout de même faire extrêmement attention et garder un œil sur lui car il peut à tout moment se retrouver derrière moi si je n’y fais plus attention. Pour me faciliter la tâche je lui mis un énorme coup de pied dans la main droite dans lequel  se tenait son arme la faisant valdinguer, et faisant craquer sa main suite à ce coup de pied magistralement puissant et je dois avouer qu’entendre ses os craquer me fit mal pour lui. Allait il contre attaquer ou se rendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un de moins, un de plus   Jeu 12 Fév - 7:26

Que se passait-il? Tout allait si vite, c'était impossible! Le Tally Man avait du mal à réagir aux attaques de son adversaire. Avait-il subit un entrainement depuis la dernière fois? Ou bien c'était-il simplement retenu? Il ne pouvait le savoir vraiment, mais une chose était certaine : il avait un réel problème sur les bras. Le justicier se battait bien et en silence, le frappant violemment et le désarmant dès que possible, l’assommant et lui cassant la main à la première occasion. Il voulait frapper, mais c'était toujours trop tard. L'assassin finit par tomber au sol, la bouche en sang et des contusions déjà sur le corps. Profitant certainement de la scène avec grand plaisir, son adversaire le regardait souffrir. C'était une erreur de sa part.


« Tu te bat bien pour un gamin. Car c'est ce que tu es, n'est-ce pas? Malgré tes airs de gros dur et ce costume ma foi très original, tu n'es qu'un gamin. Tu joues dans la cour des grands. »


Son adversaire lui asséna un coup dans le ventre, lui coupant le souffle. Son arme était à quelques mètres de lui. Il devait faire diversion juste assez longtemps pour s'en emparer. Il aurait alors le loisir le plus extrême de faire des trous si grands dans sa carcasse que même les rats pourraient passer sans se forcer. Mais que faire? Il ne le quittait pas des yeux, impossible d'utiliser ses atouts. Il ne lui restait qu'une solution.


« La vengeance est noble justicier, car elle est sincère. Mais cet excès de sincérité, tu crois qu'il va le ramener? Réparer les dégâts que sa mort à causé? »


Un nouveau coup l'empêcha de continuer sur sa lancée. Ce type était vraiment bouillant de colère. En un sens, le Tally Man en avait peur, mais il s'en délectait aussi. Voir les autres souffrir comme lui aussi avait souffert, c'était inestimable. Faisant mine de vouloir s'esquiver en rampant, l'assassin prenait bien soin de s'approcher lentement mais sûrement de son arme. Elle était loin, mais il était prêt à encaisser ce qu'il faudrait. Ses longues années de prison lui avaient apprises des trucs contre la douleur et il ne s'empêcherait pas de les utiliser.

« Tu es peut-être entrain de me rendre la monnaie de ma pièce, mais tu ne me tuera pas. Vous êtes tous si adroits et vertueux. Peu importe ce qui se passera, je gagne. Je gagnerai... toujours! »


Alors que le justicier allait lui asséner un nouveau coup, le Tally Man passa à l'action. Bondissant sur le côté, il attrapa la jambe de son adversaire de sa main valide et le fit basculer. N'attendant même pas qu'il soit complètement sur le sol, le collecteur de dettes lui attrapa la tête et la fit s'enfoncer vers le sol avec violence. Compressant sans relâche, il rêvait de voir sa tête exploser entre ses longs doigts. Mais c'était trop... simple. Il devait le tuer, mais pas comme ça. Il devait tenir sa promesse. La mort d'un justicier, même un gamin, se doit d'être théâtrale. Aussi subirait-il le courroux du Tally Man devant une foule ébahie, une balle l'achevant aussi froidement que puisse l'être l'hiver sibérien. Et puis viendrait l'acte final, celui où son masque serait retiré en public et son corps sanguignolant pendu à un lampadaire.


« Même toi, tu mérites un sort hors du commun. Je me ferai une joie de te l'administrer. »


Resserrant son étreinte sur la tête du justicier qui se débattait comme un beau diable, le Tally Man le projeta derrière lui, près du Desert Eagle. L'assassin titubait, mais ses yeux rouges sang et son sourire affichaient plusieurs émotions à la fois : le plaisir, la colère, la douleur... S'approchant de son ennemi qui reprenait son souffle, le Tally Man s'empara de son arme de sa main valide, prêt à mettre fin à tout ça.


« Dit adieu à la vie, et va rejoindre les autres dans l'au-delà. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un de moins, un de plus   Ven 13 Fév - 22:44

Alors que je continuais à la frapper de plus en plus violement tout en restant lucide et sans me faire perdre mes moyens en pensant à la mort du père d’Emeline, je voyais ce dernier essayé par moment de m’envoyer un coup de pied ou même un coup de poing mais je le frappais avec une telle violence et surtout une telle vitesse que ce dernier ne pouvait pas faire ce qu’il souhaitait puisque je ne lui laissais pas le temps de le faire mais aussi il n’avait aucune fenêtre d’attaque. Je lui laissais croire qu’il en avait une en baissant ma garde gauche, mais je faisais cela pour mieux le piéger cependant j’étais tellement rapide que ce dernier n’eu pas l’occasion de se jeter dans mon mini piège. A vrai dire il n’avait plus qu’une seule main valide mais bon vu la taille de cette dernière c’est comme si il possédait encore ses deux mains, et finalement je n’eu pas besoin de cela pour le faire flancher puisqu’au bout d’un de mes énièmes coup de poing cet assassin plus connu sous le nom de Tally Man tomba les fesses les premières sur le sol ayant la bouche en sang ainsi que quelques bleus qui faisaient leur apparition sur la peau de ce dernier. Je le regardais fier de moi et de ce que je lui infligeais, je lui rendais la monnaie de sa pièce et lui mettait une belle petite branlée pour lui apprendre que la prochaine fois il réfléchira avant de s’attaquer à lui ou du moins à ses amis. De son côté l’homme qui se trouvait devant moi sur le sol me regarda 
 
- Tu te bat bien pour un gamin. Car c'est ce que tu es, n'est-ce pas? Malgré tes airs de gros dur et ce costume ma foi très original, tu n'es qu'un gamin. Tu joues dans la cour des grands
 
Un gamin peut être mais en tout cas ce gamin était en train de le mettre à l’amende alors pourquoi essayait il de me piquer au vif ? Pensait il que ma fierté allait prendre le dessus et que j’allais perdre le contrôle de mon corps en me laissant aller mais pas du tout bien au contraire. C’est comme lors d’un match de foot, il faut faire abstraction de tout et rester dans son match et bien là c’est ce que je faisais. Ce dernier n’attendait que ça, que je pète un plomb car c’était son unique chance de s’en sortir, car si je commence à être moins concentré, je pourrais faire des erreurs et lui laisser une chance de me filer entre les doigts. C’est donc pour cela que je ne répondais pas avec la parole du moins puisque je me mis à lui envoyer mon poing dans le ventre afin de lui couper le souffle. J’avais beau le frapper de toute mes forces, bien que son corps soit marqué, il semblait tenir le coup largement. Il devait surement avoir l’habitude de se faire frapper et du coup cela l’aidait à résister, mais bien que je pouvais me sentir supérieur physiquement du moins à lui je ne le négligeais pas et me méfais toujours de ce dernier car on ne sait pas de quoi il est capable, il est très intelligent et donc c’est pour cela que je continuais à ne pas le quitter des yeux puis ce dernier se décida à reprendre la parole
 
- La vengeance est noble justicier, car elle est sincère. Mais cet excès de sincérité, tu crois qu'il va le ramener? Réparer les dégâts que sa mort à causé?
 
Il essayait de me faire sortir de mes gonds, de me faire perdre les pédales et de me laisser sombrer dans les ténèbres afin de l’amocher mais je devais rester calme et lucide jusqu’au bout, car à défaut de ne pas pouvoir se défendre face à moi, il peut se défendre autrement et cette manière est l’une de ses « qualités » si l’on peut dire ça comme ça. Il peut se dépatouiller facilement de quelqu’un, il le pousse à bout comme il est exactement en train de le faire avec moi en ce moment même mais comme précédemment mais réponse fut un coup de poing une fois de plus dans le ventre afin de l’empêcher de cracher son venin qui pourrait m’être nocif car bien que très réfléchi je suis quelqu’un de très sanguin mais là il me fallait ne rien laisser transparaitre car il allait en profiter pour exploiter cette faille pour la retourner contre moi-même
 
- Tu es peut-être entrain de me rendre la monnaie de ma pièce, mais tu ne me tuera pas. Vous êtes tous si adroits et vertueux. Peu importe ce qui se passera, je gagne. Je gagnerai... toujours!
 
Cela était peut être sa technique afin de me réduire au néant mais il parlait vraiment trop et ça devenait extrêmement agaçant, il était pire qu’une femme. Et certes sachant que je suis un justicier il ne me craint pas tant que ça puisqu’il sait que je lui laisserai dans tous les cas la vie sauf mais ça ne m’empêche en revanche pas du tout de le détruire physiquement parlant. Lui casser une jambe par exemple n’est pas une chose que je m’interdis. Il a peut être une avance car lui peut me tuer alors que moi non mais je n’avais pas besoin de ça, lui enlever la vie ne servirais à rien car cela voudrait dire que je ne vaut pas mieux que lui. De ce fait je recommença à lui infliger un coup de poing mais cette fois ci ce dernier m’esquiva en roulant sur le côté et attrapa ma jambe droite ne la lâchant plus et à l’aide de sa grosse main me fit tomber sur le sol à mon tour. Pendant ma chute ce dernier en profita pour se jeter sur moi et m’attrapa la tête avec ses deux mains et commença à la serrer de plus en plus fort en essayant de la broyer comme une vulgaire orange. A cause des ses deux grosses mains, je ne pouvais rien voir, je ne voyais pas sa réaction mais je me doutais qu’il était fier, heureux. J’essayais de me débattre tant bien que mal mais il se débrouillait bien
 
- Même toi, tu mérites un sort hors du commun. Je me ferai une joie de te l'administrer
 
Il voulait ma mort mais pas de cette façon, il voulait que ce soit spectaculaire, grandiose, c’est pour cela qu’il commença à enlever ses mains de ma tête mais pour m’empêcher d’agir contre lui il me balança assez loin dans un endroit ou il était sur que je ne pouvais rien faire à part me relever. En revanche le fait que ce dernier ne m’ait pas tuer lorsqu’il en avait l’opportunité était l’une de ses plus grosses erreurs et il allait très vite s’en rendre compte. Je me mis à prendre mon souffle car je ne pouvais pas respirer pendant qu’il me compressait la tête et lorsque je tourna la tête vers ce dernier je le vis avec son arme qui était pointé vers ma personne
 
- Dit adieu à la vie, et va rejoindre les autres dans l'au-delà.
 
Ce dernier commença à tirer plusieurs coups. En voyant cela je commença à courir jusque l’autre côté de la rue sautant afin de me cacher derrière une voiture. Il continuait à tirer sur la voiture tout en s’en rapprochant dans le même temps, en rigolant avec son rire sadique. De mon côté je me planqua en dessous de cette voiture lorsqu’il se trouva à côté de la voiture, à l’aide de mes pieds je lui fit une balayette le faisant tomber la tête la première sur le sol, et dans le même temps avec mes bras je sortis du dessous de la voiture tout en l’assenant de coup un peu partout. Je pris possession de son arme la pointant vers lui en souriant puis je la jeta dans la bouche d’égout, mais cette fois ci il avait perdu son sourire et son rire sadique
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un de moins, un de plus   Mer 18 Fév - 6:39

Le Tally Man avait été imprudent et avait fait des erreurs à plusieurs reprises, chose qu'il n'avait pas l'habitude de faire. Par deux fois il avait tenu le justicier tout près de la mort et il avait par deux fois réussit à s'en échapper. Il aurait simplement dû continuer à lui broyer la tête comme il avait commencé à le faire quelques secondes plus tôt. Au lieu de cela, il lui avait donné la chance de filer, de se cacher et de le prendre par surprise. L'assassin était furieux, d'autant plus qu'il était encore harcelé de coups et que la douleur commençait vivement à prendre le dessus. Il devait mettre fin à ça au plus vite où il finirait derrière les barreaux, ou pire. Crachant du sang, le Tally Man se mit à parler.


« Tu vas regretter amèrement tes gestes aujourd'hui petit. Peu importe la conclusion, tes proches le payeront. Et tu vivras avec leur mort sur la conscience pour le reste de ta vie. »


Se mettant à rire et puis s'étouffant avec son propre sang, l'ombre continuait à recevoir des coups du justicier qui ne semblait pas apprécier ce que son adversaire venait de dire. Ces coups en valaient la peine cependant, car il ne suffisait que d'une once de rage de trop pour commettre l'irréparable et transformer les justiciers en ce qu'ils combattaient. Le Tally Man ne pouvait le vaincre physiquement, pas cette fois. Mais peut-être que lui perturber l'esprit...

« Allez, vas-y, frappe moi! Qui t'arrêteras de toute façon? Oh oui, j'entends les sirènes, la police arrive. Mais tu as le temps de faire ce qu'il faut et disparaître. Ta vengeance sera accomplie et tu pourras continué sans être pr... »


N'écoutant pas le reste, le justicier mit l'une de ses bottes sur la figure de l'assassin pour l'écraser, probablement pour le faire taire. Profitant de l'occasion, le Tally Man attrapa la jambe du justicier de sa main valide et tenta de le faire basculer. Perdant son équilibre, son adversaire resta debout mais libéra le visage du collecteur de dettes. Il reprit également l'avantage en bottant ma dernière main au sol et en sautant dessus de tout son poids, la brisant elle aussi. C'en était trop, la douleur était insupportable. Ses deux mains étaient brisés, son corps couvert de contusions et l'un de ses Desert Eagle croupissant au fond des égouts. Rien que pour l'arme, le Tally Man avait mit en priorité la dette que lui devait le justicier. Et elle était énorme. Il le traquerait jusqu'à la fin. Mais pas aujourd'hui.

« Tr... Très bien... Tu gagnes cette... bataille... Mais la guerre ne fait... que commencer. Les jours... sombres de Gotham sont... encore à venir. »


La police arrivait, les sirènes de leurs voitures perceptibles autant de façon auditive que visuellement. L'assassin était prêt à se rendre. Prendre du recul, se faire soigner et puis revenir en force. Certes cela entacherait sa réputation, mais mieux valait vivre et continuer son art que de mourir et ne plus pouvoir agir. Même si cela le dégoûtait de perdre face à un gosse, il devait admettre sa défaite. Mais il se posait une question tout de même et la posa tout en crachant son sang.

« Dit-moi... Tu n'a pas dit un seul mot... De toute la rencontre. Aurais-tu... Perdu ta langue... En perdant un être cher? »


Et alors que les policiers débarquaient, le Tally Man se mit à rire frénétiquement, ses yeux rouges flamboyant de folie et son sourire aussi large que possible. La chance avait tournée pour le collecteur de dettes, mais elle reviendra. Elle revient toujours. Comme les dettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un de moins, un de plus   Lun 23 Fév - 21:58

Dans le regard rouge du criminel je pouvais voir paraitre le trouble et de l’énervement, mais pas envers ma personne. Cet énervement il l’avait contre lui et lui seul, surement du fait qu’il m’ait laissé l’opportunité de vivre quelques secondes de plus et que j’ai saisi ma chance en réussissant à inverser la tendance et le mettre en position de faiblesse et même plus je dirais puisque c’était quasiment dans la poche pour moi. Seulement je ne comptais pas faire le même genre d’erreur que ce dernier car je ne veux pas vivre la même chose que le Tally Man. De plus son énervement était tout ce qu’il y a de plus logique puisqu’à sa place je ressentirais de la frustration. Alors que je continuais de le ruer de coup pour faire passer le temps, je le regarda et ce dernier cracha un gros molard rempli de sang puis commença à parler. Je devais absolument ne pas craquer, pas maintenant. Avant d’entendre ce qui allait sortir de sa bouche je savais que ça serait des paroles blessantes pour me faire perdre le contrôle de mon corps et de mes émotions
 
- Tu vas regretter amèrement tes gestes aujourd'hui petit. Peu importe la conclusion, tes proches le payeront. Et tu vivras avec leur mort sur la conscience pour le reste de ta vie
 
Il se mit à rire mais pas très longtemps puisqu’il s’étouffait avec son propre sang. Il n’avait qu’a essayer de toucher à un seul cheveux de mes proches et je lui infligerais le même châtiment qu’en ce moment en faisant durée le combat encore plus longtemps afin de le détruire mentalement et physiquement. De ce fait pour montrer mon désaccord je lui envoya une sèche avec mon pied droit en plein dans le foie et sur son visage on pouvait commencer à voir de la douleur et ça faisait vraiment plaisir à voir. En général je ne suis pas un sadique mais là c’est un contexte totalement différent. Ce dernier toujours couché au sol recommença de plus belle à papoter pour me déstabiliser au maximum
 
- Allez, vas-y, frappe moi! Qui t'arrêteras de toute façon? Oh oui, j'entends les sirènes, la police arrive. Mais tu as le temps de faire ce qu'il faut et disparaître. Ta vengeance sera accomplie et tu pourras continué sans être pr...
 
Je ne le laissa pas terminer et lui écrasa la tête sur le sol afin de l’empêcher de cracher son venin mortel. C’était aussi ma façon de lui dire de se taire car ça commençait par devenir fort agaçant de l’entendre ramener sa fraise à longueur de temps. Cependant ce dernier avec sa main restante il attrapa ma jambe de nouveau pour me faire perdre l’équilibre. J’avais une impression de déjà vu puisqu’il avait déjà fait cette manipulation tout à l’heure pour prendre le dessus sur moi. Je devais alors tout faire pour rester debout, garder mes appuis encrer dans le sol. Grâce à cette détermination je resta debout mais enleva mon pied de la tête de ce dernier mais à vrai dire ce n’est qu’un détail qui n’a que très peu d’incidence sur la suite du combat. C’est alors que je bloqua sa main sur le sol, sautant sur celle-ci de toute mes forces pour la lui briser afin de m’assurer la victoire. Ce dernier était couvert de son propre sang, de bleu et ne possédait plus de main valide du moins.
 
- Tr... Très bien... Tu gagnes cette... bataille... Mais la guerre ne fait... que commencer. Les jours... sombres de Gotham sont... encore à venir.

 
Je me méfiais beaucoup de cet homme sachant de quoi il est capable et je savais pertinemment que les barreaux ou alors l’asile n’allait pas le laissaient éternellement enfermé et je me doutais que j’allais recroiser son chemin et je devrai m’y préparer avant d’être meilleur que je ne le suis actuellement. Ce n’était qu’un simple meurtrier parmi tant d’autre certes mais un meurtrier beaucoup plus dangereux ça c’est une chose qui est sûr. Derrière moi je voyais une lumière bleu ainsi qu’un bruit de sirène. C’était la police qui venait récupérer ce qui restait du Tally Man. En attendant ils ont mis du temps à intervenir ceux là. Sans moi il aurait pu faire couler plus de sang et faire plus de victime tout en s’enfuyant. Cette ville était rempli d’incapable. Entre l’hôpital et la police, Gotham n’est pas aidée. Alors que les agents du GCPD le prirent en charge le faisant monter dans la camionnette, ce dernier cracha un énième molard de sang afin de s’exclamer tout en me regardant.
 
- Dit-moi... Tu n'a pas dit un seul mot... De toute la rencontre. Aurais-tu... Perdu ta langue... En perdant un être cher?
 
Je ne répondais pas car je n’avais rien à répondre à cela tellement sa remarque était inutile. A quoi bon parler si ce n’est pour être déconcentré. Alors que la porte de la camionnette se fermant se dernier riant à gorge déployé je sortis mon grappin et me dirigea vers la direction du QG afin de rentrer et de passer une bonne nuit. Mais je devrai aussi penser à nettoyer mes bottes ainsi que mon costume car il y a des taches de sang du Tally Man dessus
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un de moins, un de plus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un de moins, un de plus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: