Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   Mer 4 Fév - 3:41

Le gala avait été une très grande réussite ce soir. Une salle magnifique, des donateurs généreux et toujours une cause juste. Cette fois les bidonvilles de la ville de Delhi serait grandement débarrassée d'une partie de ses habitants qui profiteront de nouveaux blocs antisismique avec tout le confort minimal. Bon certes ce ne serait jamais un hôtel, même sans étoile, mais cela parerait au relogement des survivants de la dernière épidémie. Et une bonne partie des enfants bénéficieront d'un mécénat permettant d’aller à l'école, en rémunérant les parents qui n'auront ainsi plus la nécessité de les envoyés travailler, mendier ou pire encore. Toutefois, cela ne suffisait pas, il fallait toujours plus de fond. Une seule partie d'une ville allait pouvoir être sauvée ! Il restait tant à faire !

Plongée dans ses pensées, elle marchait d'un pas vif et léger dans la ruelle courant derrière le lieu de réception dans le quartier chic de la ville, heureuse de profiter d'un peu d'air frais. Seul le bruit de ses talons aiguilles résonnait sur le pavé plat du trottoir. Calme et sobre dans son ensemble entièrement couleur crème, les cheveux détachés , elle semblait flotter telle une illusion angélique et lumineuse sous la voûte nocturne grandie par ses escarpins à semelle plateforme. Elle n'habitait guère loin et appréciait ce calme après le stress et les sourires de facettes des mondanités.
Par ailleurs la nuit été claire, clémente et calme ….

Trop clame sans doute.
Elle s’arrêta brusquement.

Un couteau sous la gorge. Surgit de l'embrasure d'une porte cochère, un voyou avait surgit de l'ombre dans son dos sans qu'elle n'y prenne gare. Bientôt un autre fit de même et rejoins son comparse.

« B'soir ma p'tite dame, belle soirée n'est ce pas ? J' pr'viens on crie pas et on r'ste sage ! »
« Z'est point très prudent de z' promener seule comme za m'amzelle ! »
zozota son comparse
« S' pourrait bien qu'on tente de vous voler, ou pire ! Mais on est pas des mauvais bougres, filez nous votre montre, puis votr' sac  et on en prendra soin pour vous. »
« Puis on vous laizzera regagner la rue prinzipale et z'erais toute en zécurité ! »


La jeune femme tendis en trembla sa pochette, qui fut ouverte par le voyou en face d'elle, il soupira devant son contenu de si peu de valeur et lui tendis ces clefs.

« Voyez, on est de bons gars! Allez la montre maintenant ! »

-S'il vous plaît messieurs, cette montre n'a aucune valeur pour vous, elle ne sort que d'un humble marché de Mumbai, elle est tout ce qui reste de ma mère. Je vous en prie.

« z'allez fait pas l'enfant ! » déclara celui qui la maintenait de sa poigne de fer, tendis que l'autre lui colla une gifle d'une telle violence que Jaina se retrouva à moitié assommée. Il agrippa alors son poignet et commença alors à tirer dessus, car le mécanisme d'ouverture bon marché étant brisé depuis longtemps et refusait donc de s'ouvrir.

La jeune femme tentais désespérément de l'en empêcher malgré le couteau qui la menaçait, inconsciente du danger, obsédée par le souvenir de sa défunte mère morte récemment dans un tragique accident de voiture qui avait fait la une des journaux.

La situation n'allait sûrement pas s'arranger en sa faveur si cela perdurait davantage ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   Mer 4 Fév - 13:57

Le jour se levait doucement sur Gotham et je commença doucement à me réveiller moi aussi mais je remarqua en jetant un coup d’œil sur mon réveil qu’il était déjà 17h15 donc la journée était bien entamé. Heureusement que j’étais en vacances parce que sinon le réveil à 17h je l’aurais regretté et pas qu’un peu, mais après ça ne pardonne pas de jouer un rôle dans la société et d’arpenter les toits à la recherche du mal qui ronge cette pauvre petite ville américaine.  Je me leva donc et me dirigea ensuite vers mon ordinateur, j’alluma l’écran ainsi que la centrale afin que ce dernier puisse fonctionner. Une fois celui-ci allumé je vérifia les nouveaux messages que j’avais reçu sur ma boite mail et je remarqua que mon prof de physique venait de m’envoyer un e-mail intitulé : Expo. Je l’ouvra en appuyant sur ma souris puis je me mis à lire le message de ce dernier : « Salut Antoine, excuse moi de te dérangé mais comme je sais que tu aimes bien la physique ce soir vers 20 heures il y a une exposition en rapport avec la science dans le Nouveau Gotham. J’espère que tu y seras car ça peut être très intéressant. Profite de tes vacances et à bientôt ». Je dois avouer que sa proposition est intéressante mais en revanche ce qui l’est un peu moins c’est qu’elle a lieu dans le Nouveau Gotham et c’est le quartier des gros bourge qui pète tous plus haut que leur cul et ces ambiances là je n’aime pas. Si je voulais y aller je devais donc me saper comme un prince Emirats, comme un milliardaire et ça ce n’était pas moi alors j’allais y aller en restant moi-même et si ça ne leur plait pas tant pis je m’en contre fou. Je me coiffa, passa un coup d’eau sur le visage et mis ma chemise, mon jean ainsi que mes chaussures à pointes histoire d’être classe tout en restant dans mon univers et tout en restant à l’aise dans mes vêtements. De toute manière je n’allais surement pas trouver la femme de ma vie là bas. Elles sont bien trop cul-cul et bling bling pour moi.
 
Quelques heures plus tard je me dirigea dans ma voiture dans le Nouveau Gotham, je n’avais peut être pas une Porsche comme la plupart des habitants là bas mais je m’en fou totalement. Ce sont tous des fils à papa dans ce quartier qui ne savent pas se décoté tout seul un travail. Et à défaut d’avoir pas du tout le même compte en banque que tout les habitants de cet endroit j’étais contrairement a eux quelqu’un de débrouillard et j’en avais dans la tête. Eux à part l’argent ils n’ont aucun atouts alors je préfère en chier et être comme je suis plutôt que d’être comme eux blindé de thune mais con comme un balai à chiotte. Je commença donc par garer ma give avant de sortir de celle-ci pour regarder cette exposition. En face de la salle ou il y avait cette exposition il y avait une soirée de gros riche, on pouvait sentir l’oseille à 10 000 à la ronde. J’étais dégouté en voyant les personnes de ce monde, ceux qui ce surnomme la crème de la crème avec leur manière. Ils se prenaient tous autant qu’ils sont tellement aux sérieux que ça en devenait pathétique et drôle. Dehors il y avait un homme d’un âge assez avancé en compagnie d’une sublime femme, cela devait être encore une de ces femmes qui sont là pour vite récupérer le compte en banque de leur mari. C’est dans ses moments là qu’on remarque à quel point les femmes sont ignobles, pour aller jusque là il faut vraiment être timbré et ce vieil homme et tout aussi bête pour ne pas dire con puisqu’il sait très bien qu’elle n’est pas la pour sa plastique mais pour sa thune, m’enfin ça c’était leur problème, si ils étaient heureux ainsi c’est bien pour eux mais je ne pense pas qu’on puisse dire qu’ils sont heureux.
 
Je rentra alors dans ce bâtiment assez spacieux dans lequel devait avoir lieu cette fameuse exposition de science. Et encore une fois à l’intérieur il y avait uniquement des riches qui font les beaux devant leur femme afin de se rendre plus intéressant à leurs yeux et de montrer à quel point ils sont intelligent mais sans prétention aucune je suis sûr que je les met tous autant qu’ils sont à la ramasse en deux secondes deux mais je les laissais dans leur monde et je faisais dan mon coin ce qu’il me plaisait. Je n’avais pas envie d’écouter ce que dis ce pantin qui ce disait scientifique alors qu’il ne racontait que des grosses conneries. D’ailleurs je rencontra une autre personne qui avait opté pour la même solution que moi et je le reconnu immédiatement
 
- Monsieur Simons vous êtes ici aussi
 
 L’homme me regarda et me souri
 
- Ah Antoine tu es venu, ça me fait plaisir mais je suis désolé c’est vraiment n’importe quoi leur truc ..
 
- Une exposition faite par des riches pour impressionner leur monde quoi

 
- Ouais c’est un peu ça. Moi j’ai fait le tour alors je vais te laisser Antoine, et bonne continuation mon garçon
 
- Merci monsieur et bonne soirée à vous
 
Je resta une petite heure à regarder tout cela en espérant trouver deux trois choses intéressante mais je n’apprenais absolument rien. Même en première année de fac on apprenait pas ça tellement c’était basique donc je sortis doucement d’ici et je n’avais qu’une envie c’était de filer vite de se quartier de bourge. En plus de cela j’avais encore le temps de pouvoir porter secours à un habitant de Gotham en étant Dark Star puisqu’il n’était pas tard ou pas vraiment mais en sortant je vis deux hommes commencer à s’approcher d’une femme comme d’habitude et la menacer. Cette dernière leur donna tout ce qu’elle avait sauf une chose qu’elle portait à son poignet mais de loin je ne voyais pas ce que c’était mais il le voulait et elle en revanche ne voulait pas puis l’un d’entre eux lui mis un gifle que l’on entendait dans tout le quartier. Il fallait que j’intervienne mais pas en tant que justicier en tant que citoyens sinon cette femme allait en payer le prix. Je me mis à courir à pleine vitesse vers les deux hommes et en particulier celui qui venait de la baffer. Je lui fis plaquage et en retombant je lui brisa le dos contre le trottoir qui était dur comme du chien. Ce dernier hurla de douleur et se roulait par terre mais de toute évidence il ne pouvait plus se relever. Quand à moi avant que je me relève le deuxième se jeta sur moi et me planta son couteau dans le bras gauche. Je le fis valdinguer et je me releva encore plus énervé qu’avant, en plus de ça il venait de trouer ma chemise, il allait me le payer. Je l’assena de coup de poing avant de lui fracasser la  tête contre une poubelle et ce dernier tomba à genoux me suppliant d’arrêter. Je l’acheva à l’aide d’un coup de pied dans la tête et il se coucha comme une masse la tête ensanglantée. Une fois avoir démoli les deux agresseurs je me retourna vers cette jeune femme ayant toujours le couteau planté dans le bras
 
- Vous allez bien madame ça va ?
 
Puis je lui redonna son sac
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   Mer 4 Fév - 15:15

La jeune femme vit brusquement le premier homme voler dans les airs, abasourdie.
Elle remarqua alors le jeune homme plaqué contre le corps du malfrats … ou plutôt le corps du malfrats qui avait été plaqué par le jeune homme songea-t-elle, dans son esprit embrumé.
Il se redressa prestement et ne tarda pas à envoyer le deuxième agresseur, rejoindre le premier, à sa place, dans le caniveau. En son fort intérieur elle se dit que finalement le caniveau des quartiers chics était encore trop bien pour ce type d’individu de bas étages, qui était bien loin de leurs quartiers.

Le jeune homme se releva dans un geste brusque, un peu maladroit et vacillant mais d'une vitesse surprenante. Elle l'observa un instant sans comprendre par quel miracle il avait bien pu atterrir là. Enfin elle aperçut qu'il lui tendait quelque chose, d'un bras rigide, tenant fermant sa pochette.
Il remua les lèvres. Elle n'entendit pas ses mots, dans l'état second dans lequel elle était, mais son inconscient pris le relais, offrit son plus beau sourire de facette. Elle leva un bras un peu tremblant et saisi son bien de manière mécanique.

-Merci.

Soudain ses yeux remarquèrent une chose incongrue dans le bras de son bienfaiteur, un manche.
Pourquoi un manche serait-il là ? S'il y avait un manche , alors la lame … Alors elle vit ce que son cerveau avait refusé de comprendre depuis quelques instants … du sang. Le sang rouge et vermillon eu sur elle, l'effet d'une douche froide et elle repris ses esprits brutalement. Les deux pieds bien ancrés dans la réalité.

-Ciel , vous êtes blessé ! Il faut aller à l’hôpital ! J’appelle tout de suite quelqu'un
-Non , non laissez ! On va en avoir pour des heures aux urgences ! Je vais me débrouiller !

Encore un homme qui ne voulait pas se laissez soigner et qui se prenait pour « captain gotham ».
Elle soupira et changea de tactique.

-Je ne vous ai point remercié convenablement, j'en ai peur !

Sur ses mots elle se hissa sur la pointe des pieds et déposa un léger baiser sur les lèvres du jeune homme. Habilement elle profita de son inattention pour retirer d'un geste sûr la lame.

- Hé !

Ne le laissant pas davantage le temps de réagir , elle défit son foulard à l'odeur sucrée et le noua adroitement autour du bras de son sauveur.  

-Voilà, cela devrait empêcher que vous vous vidiez de votre sang monsieur le preux chevalier. Je vous propose de me suivre, j'habite à quelques rues d'ici, je pourrais ainsi désinfecté et bander d'une meilleure manière votre bras. Laissez-moi faire ça je vous en prie, je ne saurais être rassurée sans cela ! Vous pourrez garder le foulard si vous voulez, en mémoire de votre bravoure ! Et puis de toute façon je suis en état de choc, vous ne pouvez pas me laisser rentrer chez moi seule, n'est-ce pas ? C'est dans le code d'honneur des héros ! Vous êtes responsable de moi puisque vous m'avez sauvée !

Elle ramassa tristement les deux morceaux de sa montre, les glissa dans son sac et saisis par le bras du jeune homme sans se préoccuper de son avis, l’entraînant déjà vers son immeuble particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   Jeu 5 Fév - 13:12

Une fois le dernier de deux agresseurs hommes je lui tendais alors son sac et cette dernière fut un poil surprise. Elle ne devait pas être habitué à se faire sauver la vie par quelqu’un car par ici c’est chacun pour sa gueule et si t’as un souci, homme ou femme tu te débrouilles tout seul. Cette jeune femme au teint mate me lança un très grand et splendide sourire en guise de remerciement. Surement sous le choc elle ne parlait pas car elle ne savait pas trop quoi dire et surtout parce que les mots n’arrivaient pas à sortir mais en revanche elle eut la force de lever un de ses bras afin de récupérer son sac de petite bourge, mais elle était vraiment secoué vu comment elle tremblait. J’avais déjà vu des personnes sous le choc d’une agression mais une comme elle jamais. Dans ses yeux vert on ne pouvait voir que du vide, elle avait un regard troublé, perdu. Limite elle ne savait plus qui elle était. Les riches en font toujours des tonnes quand même puis elle trouva la force de me parler
 
- Merci
 
Bien que dans sa voix il n’y avait aucune vie et que c’était un peu parler comme un robot le geste était là, elle m’avait remercié et c’était le principal. En tout cas j’allais pouvoir enfin rentrer chez moi tranquillement me coucher et enlever ce satané couteau de mon bras afin de me soigner la plaie et tout ce que va avec. J’allais tourner les talons mais avant cela la jeune femme qui me regardait jusqu'à présent dans les yeux détourna son regard vers sa droite et donc ma gauche et fixa mon bras dans lequel le couteau était planté et le sang coulait sur la manche de ma chemise qui d’ailleurs était foutu maintenant à cause de ce blaireau de voleur. Mais le fait de voir cela fit comme l’effet d’un électrochoc pour la petite riche puisqu’elle commença à s’affoler immédiatement
 
- Ciel , vous êtes blessé ! Il faut aller à l’hôpital ! J’appelle tout de suite quelqu'un
 
Et ben dis donc c’est une sacrée celle là. Quand elle revient à elle-même, elle envoi et elle s’arrête pas, une vraie pile électrique. Je la préférais largement plus sous le choc car là elle commence à brailler assez fort et pour pas grand-chose. Ça ne reste qu’un couteau planté dans un bras, il n’y a pas mort d’homme, encore ça serait dans le foie je comprendrais car c’est plus inquiétant mais là le bras il n’y avait pas lieu de s’exciter de cette façon comme si ma vie en dépendait. Il n’y avait pas mort d’homme, loin de là mais bon c’est pas grave alors dans le plus grand des calmes et sans aucunes prétentions je lui donna une réponse
 
- Non , non laissez ! On va en avoir pour des heures aux urgences ! Je vais me débrouiller !
 
Elle me regarda assez surprise de la réponse que je venais de lui donner et commença a soupirer. Pourquoi ce soupire ? Elle devait penser que je prenais pour un héros qui n’a besoin de personne alors que ce n’était pas ça, pas du tout même, c’est juste que j’ai l’habitude de soigner mes blessures quand elles sont minimes comme celle-ci mais surement que pour elle une blessure de cette envergure peut m’enlever la vie et que si on ne faisait rien dans les minutes qui viennent j’allais y rester. Un instant j’avais oublié que je n’étais pas dans mon bon vieux quartier de East End mais dans le Nouveau Gotham et ici les riches dès qu’ils ont une égratignures ils appellent immédiatement les urgences par peur de perdre la vie. C’est vraiment pitoyable. Puis la jeune femme interrompit le cour de mes pensées un bref instant
 
 - Je ne vous ai point remercié convenablement, j'en ai peur !
 
Que voulait elle bien dire par là ? Elle commença à s’avancer de moi délicatement se mit sur la pointe des pieds puis me déposa un léger baiser sur mes lèvres et dans le même temps je sentis sa main agrippé la poignée du couteau, et le délogea de mon bras. Pourquoi avait elle fait cela car maintenant le sang allait couler alors que si le couteau  aurait encore été planté dans mon bras, le sang aurait encore coulé mais largement moins et je c’est pour cela que je fis comprendre mon mécontentement à cette dernière d’un simple « Hé ». Elle ne me laissa pas vraiment le temps d’en dire plus puisqu’elle enleva son foulard afin de le mettre autour de mon bras pour ne pas que le sang coule plus que ça. Elle était riche et bornée mais intelligente tout de même c’était déjà une bonne chose pour elle
 
- Voilà, cela devrait empêcher que vous vous vidiez de votre sang monsieur le preux chevalier. Je vous propose de me suivre, j'habite à quelques rues d'ici, je pourrais ainsi désinfecté et bander d'une meilleure manière votre bras. Laissez-moi faire ça je vous en prie, je ne saurais être rassurée sans cela ! Vous pourrez garder le foulard si vous voulez, en mémoire de votre bravoure ! Et puis de toute façon je suis en état de choc, vous ne pouvez pas me laisser rentrer chez moi seule, n'est-ce pas ? C'est dans le code d'honneur des héros ! Vous êtes responsable de moi puisque vous m'avez sauvée !
 
En revanche une chose qui n’avait pas changé était qu’elle parlait, elle parlait même beaucoup trop, un vrai moulin à parole cette femme. J’avais donc vu juste, elle pensait vraiment qu’avec une entaille dans le bras je pouvais y laisser la vie car elle à peur que je me vide de mon sang. Par contre je n’aimais pas trop le terme de héros qu’elle me donnait car je n’en étais pas un, je suis un homme comme les autres mais c’est juste que j’ai des principes et que lorsque je vois une femme qui se fait agresser dans la rue je ne fais pas comme si de rien était et je lui viens en aide. Enfin bref cette dernière ramassa ce qui restait de sa pauvre montre , tout en mettant les morceaux dans son sac et mis son bras en dessous du miens me trainant comme un vulgaire chien en laisse surement vers l’endroit ou elle vivait.
 
Nous avions marcher pendant une dizaine de minutes jusque devant un immeuble magnifique et gigantesque. Mais on était dans le Nouveau Gotham donc ce n’est même pas surprenant. La jeune femme rentra en première et je suivis tout en me faisant tirer par le bras et elle appela l’ascenseur tout en saluant la femme qui était à l’accueil par son prénom comme si elle la connaissait. C’était étonnant car on ne connait pas le nom de la femme de l’accueil ou du concierge normalement. L’ascenceur nous emmena au troisième étage et la jeune femme sortit ses clefs de son sac avant d’ouvrir la porte et là ce fut le choc. L’appartement était immense et bordés de baies vitrés par lesquelles ont pouvait voir toute la ville et la vue était magnifique. La décoration était assez modernes et la couleur crème des murs faisaient ressortir les meubles et les mettait en avant. Cette dernière possédait en plus de cela une cheminée ainsi qu’une bibliothèque rempli d’ouvrage. C’était la première fois que je voyais une cheminée dans un appartement. En tout cas tout ça montrait que je venais d’un monde différent d’elle et cela me mettait vraiment mal à l’aise, j’aurais peut être pas dû la suivre et rentrer chez moi comme un gentil garçon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   Jeu 5 Fév - 18:04

Clara les accueillis, ouvrant la porte donnant sur le vestibule dont le centre était orné d'un mini jardin zen où un petit bassin empli de poisson coloré nageait gaiement. Au fond une porte donnait sur les appartements et la salle d’entraînement privée de Clara. Clara avait tenu à pouvoir avoir accès sur l’arrière cour qu'elle avait transformé en jardin citadin afin de pouvoir avoir accès facilement aux deux entrées et sorties principales. Toutes les fenêtres avaient d'ailleurs été blindée à sa demande, même en lançant un marteau à travers elles, il était impossible de les briser. Son amie, garde du corps et majordome venait certainement de terminer sa méditation et elle ne la dérangea pas davantage. Elle se dirigea donc vers l'ascenseur dont les portes et les parois avaient été construit dans un bambou d'une teinte très claire. Elle appuya sur le bouton doré portant le numéro trois. Ils passèrent donc devant le premier étage de la cuisine-salle à manger sans s'arrêter. Ils ne s’arrêtèrent pas davantage au deuxième ou était situé la bibliothèque-bureau. L’ascenseur s’arrêta sans bruit au troisième étage. Elle traversa son salon sans un regard pour la pièce et fit asseoir son invité dans l'immense canapé de cuir blanc.

-Je reviens tout de suite, faites-comme chez vous !

Et elle escalada quatre à quatre les marches menant au dernier étage, traversa sa chambre et entra dans sa salle de bain afin de s'emparer de la trousse de soin. Une fois redescendue elle s'assit à côté du jeune homme est commença à défaire le foulard, le posa sur la table basse et retroussa la manche de sa chemise. Elle fronça son petit nez d'un air contrarié. Elle désinfecta la plaie. Fronça à nouveau  le nez, sans rien dire, ouvrit le mini-bar et en sorti une bouteille de scotch dans lequel elle n'ajouta aucun glaçon. Cela aurait en effet gâché toute la dégustation. Enfin elle annonça la mauvaise nouvelle.

-Vu la dimension de l'entaille je vais devoir vous recoudre, ça va « piquer » un peu, détendez-vous, et buvez. Cul sec.

D'une main sûre elle se saisit d'une aiguille dans la boite stérilisée, un fil et commença à recoudre avec une habilité et une rapidité surprenante. Elle eut très vite fini et termina en bandant de blanc la blessure. Tout en travaillant elle parlait afin de distraire un peu son patient improvisé de la gêne occasionnée.

-J'ai grandi avec Clara, sa famille est employée par la mienne depuis des générations afin de la protéger. Lorsque nous étions petites, Clara et moi, nous battions très souvent dans les rues de Mumbai, sans parler de tas de choses que nous nous amusions à escalader. Nous nous recousions souvent l'une l'autre, avant de passer des habits ample et long afin de cacher nos escapades à mon père. Mon père est diplomate voyez-vous et il n'aurait guère apprécié nos frasques. Enfin surtout le fait que Clara me laisse faire cela, elle passe encore. Elle se serait fait punir de manière magistrale par nos pères. Ils sont très stricts sur le protocole. Ma mère, était actrice, c'était une femme libre en revanche et elle m'avait toujours encouragée à vivre comme je l'entendais et à aider mon prochain sans me soucier des règles. Elle a toujours été mon modèle. C'est elle qui m'a inspirée à organiser des galas pour aider les gens qui le méritent. La plupart des gens de la soi-disant bonne société, aime à se donner bonne conscience tout en étalant leurs richesse en offrant des donations, alors autant que cela soit pour une cause juste, non ?

Elle rangea le matériel dans la trousse à pharmacie, se leva et resservi deux verres de scotch.

-Voilà c'est fini, et maintenant peut-être pourriez-vous me parler un peu de vous ? Un jeune homme de  de East End à New Gotham n'es pas courant. Tiens et si nous dînions ? Nous pourrions commander thaï chez « jīn shuāng  » *, si vous aimez cette cuisine,  il est au bout de la rue et c'est le meilleur de toute la ville.

* baguette d'or
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   Ven 6 Fév - 21:41

Alors que j’étais tranquillement en train d’épier la pièce en long, en large et en travers et que je commençais à me sentir de plus en plus mal à l’aise et de moins en moins à ma place, la jeune femme dont je ne sais toujours rien me fit m’assoir sur son canapé en cuir blanc qui devait couter je ne sais pas combien mais je pense que pas tout le monde pouvait se le payer. Il était mou et agréable, mais vu la taille de ce dernier elle ne devait pas vivre toute seule dans cette chambre, il était énorme pour une seule personne. En s’asseyant à l’extrémité de ce dernier on ne voyait pas la fin du canapé tellement il était grand. Ces riches ils ont pas la tête sur les épaules quand même, car bien qu’il soit beau et même si il sert tout seul le champagne par exemple, à quoi peut il bien servir ? Mettre autant d’argent dans un canapé comme celui-ci c’est juste de la folie mais les riches sont fous et un jour peut être ils finiront à l’asile d’Arkham , mais en attenant tout cela ce sont les vendeurs qui doivent être aux anges lorsqu’ils se font achetés ce genre d’objet qui coute un bras. La jeune femme après m’avoir demandé de m’asseoir sur ce splendide canapé s’adressa à ma personne 
 
- Je reviens tout de suite, faites-comme chez vous !
 
J’avais vu juste dans la rue, c’est une vraie pile électrique celle-ci, elle donne tout ce qu’elle a et d’ailleurs je fus surpris par cette dernière car elle s’échappa de ce salon comme une flèche pour éventuellement aller chercher une trousse du secours ou alors appelé les secours, ce qui me fit légèrement sourire en pensant à cela, mais bien que c’est une femme ayant de l’argent elle est plutôt gentille et tout ce qu’elle fait part d’un bon sentiment, et d’une envie de bien faire les choses. Je l’entendais courir dans les escaliers assez vite et je trouvais ça plutôt mignon et drôle. En revanche bien qu’elle me proposa de me mettre à l’aise, je ne voulais pas faire comme chez moi car tout d’abord je ne l’étais pas et que ça se voyait car le jour ou j’ai ne serais ce que ce salon ça signifiera que j’ai gagné au loto même si il y aura certaines chose que je n’aurais pas comme ce canapé sans fin ainsi que ces 3 horloges au dessus de la cheminé car une seule suffit enfin de mon point de vue. Et ensuite c’est une question de respect, mes parents m’ont inculquer le respect et lorsqu’on est chez une personne que l’on ne connait pas qui plus est, c’est un manque total de faire comme chez soi mais comme pour les horloges c’est mon point de vue, et c’est pour cela que je faisais mon maximum afin de ne pas verser une seule goute de sang sur le canapé et c’est pour cela que lorsque cette dernière était de retour, il n’y avait pas une tâche sur son canapé. Après être revenu elle s’assied à côté de moi et commença doucement par enlever le foulard avec délicatesse, puis posa ce dernier sur sa table basse puis retroussa ma manche afin de pouvoir soigner ma plaie. Je la regardais faire sans la déranger pour autant. En voyant ma blessure de guerre elle fronça le nez, puis désinfecta la plaie avant de froncer le nez pour la seconde fois. C’était drôle de la voir faire ça mais je me demandais si il n’y avait pas un alien qui sortait de mon bras vu la tête qu’elle tirait bien que lorsque qu’elle faisait cela elle était mignonne. Puis elle se leva et alla dans la direction d’un mini bar puis revint avec une bouteille de scotch ainsi qu’un verre dans lequel il y avait déjà de cette boisson alcoolisé avant de me rétorquer
 
- Vu la dimension de l'entaille je vais devoir vous recoudre, ça va « piquer » un peu, détendez-vous, et buvez. Cul sec.
 
C’était donc si profond que ça et donc elle était dans l’obligation de me recoudre. Et bien ça sera une de mes premières cicatrices, tout étonnant que cela puisse être je n’ai jamais reçu de balle ou autre alors que je me suis battu pas mal de fois mais il faut un début à tout. En tout cas l’idée de boire de l’alcool cul sec me plaisait, non pas pour ne pas ressentir la douleur, mais parce qu’elle me donnait un petit défi pour voir si j’étais capable de boire cul sec du scotch. C’est un jeu d’enfant pour moi cela, non pas parce que je suis un alcoolique mais quand on fait des soirées on fait souvent des culs secs. Je plia alors à son ordre et bu le verre qu’elle m’avait servi d’une traite en espérant qu’elle ne me prenne pas pour un vrai pochtron car ce n’était pas le cas. De son côté elle prit une aiguille dans sa trousse ainsi qu’un fil afin de pouvoir commencer à me recoudre . Elle avait des vrais doigts de fées c’était ahurissant, elle faisait ça bien ainsi que rapidement et en plus de cela je n’avais pas mal et cela n’était pas dû au fait que je venais de boire du scotch cul sec mais car elle était très juste dans ce qu’elle faisait et aussi un peu au fait que je me perdais dans son regard vert magnifique ainsi que dans son visage qui était d’une beauté indéfinissable. Je n’étais pas trop fille mate mais elle me troublait tout de même et en compagnie d’une femme aussi belle on ne peut pas être insensible. Tout en me recousant elle me parlait afin de me distraire
 
- J'ai grandi avec Clara, sa famille est employée par la mienne depuis des générations afin de la protéger. Lorsque nous étions petites, Clara et moi, nous battions très souvent dans les rues de Mumbai, sans parler de tas de choses que nous nous amusions à escalader. Nous nous recousions souvent l'une l'autre, avant de passer des habits ample et long afin de cacher nos escapades à mon père. Mon père est diplomate voyez-vous et il n'aurait guère apprécié nos frasques. Enfin surtout le fait que Clara me laisse faire cela, elle passe encore. Elle se serait fait punir de manière magistrale par nos pères. Ils sont très stricts sur le protocole. Ma mère, était actrice, c'était une femme libre en revanche et elle m'avait toujours encouragée à vivre comme je l'entendais et à aider mon prochain sans me soucier des règles. Elle a toujours été mon modèle. C'est elle qui m'a inspirée à organiser des galas pour aider les gens qui le méritent. La plupart des gens de la soi-disant bonne société, aime à se donner bonne conscience tout en étalant leurs richesse en offrant des donations, alors autant que cela soit pour une cause juste, non ?
 
Puis une fois fini elle me banda le bras puis rangea tout son attirail dans sa trousse, se releva, alla chercher un autre verre puis me resservi un verre , et rempli le second verre qui était surement pour elle, enfin je l’espérais car je buvais les verres un et par un et pas deux d’un coup
 
- Voilà c'est fini, et maintenant peut-être pourriez-vous me parler un peu de vous ? Un jeune homme de  de East End à New Gotham n'es pas courant. Tiens et si nous dînions ? Nous pourrions commander thaï chez « jīn shuāng  » *, si vous aimez cette cuisine,  il est au bout de la rue et c'est le meilleur de toute la ville.
 
C’est fou, je ne lui avait pas dis de quel quartier j’étais et elle le savait, me connaissait elle déjà, ou m’a-t-elle espionné ? Ou alors c’est tout simplement que pour elle je suis sapé comme un plouc. Mais en revanche, manger avec elle ne me poserais aucun souci et ça ne se refuse pas en revanche j’avais une idée derrière la tête
 
- Votre mère est une bonne personne alors. J’aime bien votre mentalité. Très peu de personnes réagissent de la même façon que vous tout en étant de la même classe sociale, mais si tout le monde serait comme vous, le monde se porterait bien.  En tout cas je vous remercie pour votre gentillesse, vos verres de scotch qui d’ailleurs est excellent, ainsi que pour m’avoir soigné ça me touche vraiment. En revanche comment pouvez vous savoir d’où je viens ? Suis-je si mal habillé que cela ? lui dis je tout en rigolant pour ne pas la mettre mal à l’aise
 
Puis je repris
 
- La nourriture Tai ne me dérange pas, j’aime plutôt bien ça et oui je veux bien manger avec vous. Ce serait avec plaisir même, mais en revanche sans vouloir vous manquer de respect, c’est moi qui paie.
 
Je la regarde avec un petit sourire en coin
 
- Et en ce qui me concerne nous en parlerons lorsque nous serions à table si vous le voulez bien
 
Cette jeune femme était troublante et je ne voulais pas qu’elle prenne tout ce que je venais de lui dire de travers, car je ne me prend pas pour un blindé de thunes ou je ne joue pas au gros malin mais c’est juste histoire d’être bien élevé et d’être galant et j’espérais juste qu’elle n’allait pas penser de mal de tout ça alors que ça partait au contraire d’un très bon sentiment mais j’allais être fixé d’ici peu , juste le temps de sa réponse
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   Dim 8 Fév - 14:47

Elle appela le traiteur et demanda discrètement qu'il fasse une note « raisonnable » et qu'il mette le reste sur son compte. Le jeune homme voulais bien faire, mais dans ce quartier, même le thaï était très coûteux, et elle ne voulait pas qu'il se sente mal à l'aise.

Ils discutèrent et continuèrent leur apéritif tranquillement en attendant la livraison. Le jeune homme était une compagnie rafraîchissante, il était franc dans ses mots tout comme dans ses émotions. Ce genre de choses n'existait pas dans son milieu et cela lui manquait cruellement. Il était agréable de parler librement avec une autre personne que Clara sans se soucier des apparences.

Enfin la cloche de l'entrée se fit entendre et Clara ne tarda pas à apparaître avec le repas, elle s’éclipsa ensuite afin de vaquer à ses occupations.
Le dîner était servi dans des plats de porcelaine blanche et la présentation en assiette était fabuleuse comme toujours. Elle se dit que cela allait sembler étrange au jeune homme de voir un tel plat à emporter et elle sourit entièrement en se disant que pour une personne extérieure à son milieu, cela devait sembler complètement fou et démesuré. Et qu'une boite en carton aurait approprié : déjà parce qu'on mangeait pas l'assiette et ensuite, si à chaque fois qu'on commandait on gardait les plats on se retrouverait très vite avec des monceaux de vaisselle. Et ma foi, ce n'était pas faux.

Jaina, savourait son poulet au lait de coco-curry et aux graines de sésames, tout en l'écoutant parler.
Elle était curieuse d'entendre son point de vue et son vécu qui était si différent du sien. Il lui offrait une vision de la ville qu'elle ne pourrait jamais avoir de par son statut et au fil de son récit, la jeune femme découvrait un autre visage de Gotham, bien loin de celui qu'elle connaissait.

Ils continuèrent de parler longuement après que le repas eu touché à sa fin, au fur et à mesure de la soirée, ils avaient appris à mieux se connaître et un début d'amitié été né entre eux, le rire aidant certainement à cela. Ensemble ils avaient un point de vue global de la ville, et leurs différences ne les séparaient pas mais au contraire les rapprochait.

Lorsque la soirée toucha à sa fin, la jeune femme l'invita à revenir et lui donna son numéro de téléphone. Jaina avait beaucoup réfléchi, et elle s'était dit qu'en dehors de son amitié le jeune homme pouvait lui apporter une aide scientifique pour ses projets caritatifs et qu'ainsi cela l'aiderait à se faire connaître et à se faire une réputation dans le milieu , qui plus tard lui ouvriront certainement bien des portes.

Elle lui proposa donc de faire équipe avec elle de temps à autres s'il le désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   Mar 10 Fév - 3:01

La jeune femme s’éloigna un petit peu de moi avant de commander dans ce fameux restaurant thaï, puis je la regarda faire, à vrai dire je lui faisais confiance car je lui ai dis que j’aimais bien manger thaï ou du moins que ça ne me dérangeait pas de manger de cette nourriture mais je n’ai jamais manger dans ce genre de restaurant, alors qu’elle semblait être un connaisseuse et cela ce voyait. J’espérais que la nourriture que j’allais manger serait très bonne mais comme m’a toujours dit ma très chère mère : « Il faut gouter avant de dire que l’on aime pas » alors c’est ce que j’allais faire et qui sait, peut être que ça allait être une très bonne expérience et qu’après ce repas je serais un abonné de ce genre de restaurant et à vrai dire ça ne pouvait pas me faire de mal de manger autre chose, de tester une nouvelle alimentation. Si ce n’est pas bon, ou du moins que je n’apprécie pas, au moins je saurais qu’il ne faut pas que je mange de cela et si au contraire j’adore et bien ça me fera une corde de plus à mon arc, car dans la vie on rencontre souvent des personnes difficiles et lorsqu’on mange avec quelqu’un qui n’aime rien sauf par exemple les escargots comme les Français et bien ça corse tout de suite la chose, surtout si on a jamais gouté car on ne peut pas dire qu’on aime pas ce genre de produit puisqu’on y a jamais gouté. 
 
En attendant le livreur, je décida de parler un petit peu de moi à cette jeune femme qui était certes d’un autre monde puisque les moyens que nous avons sont largement différents mais en revanche à ma plus grande surprise j’appréciais ce moment en sa compagnie. Contrairement aux riches classiques elle avait de la discussion autre que son propre argent, ou ses affaires qui sont toujours en rapport avec l’argent et elle était intéressante. Je ne pensais pas dire ça un jour mais malgré les différences le courant passe bien et même très bien et c’est pour cela qu’en si peu de temps je parle bien avec, car elle me met assez à l’aise bien que l’espace dans lequel on se trouve est surdimensionné. Je la regarde boire doucement gorgée après gorgée son verre de scotch puis je me lança
 
- Vous avez souhaité que l’on parle de moi, alors en attendant le livreur c’est ce que nous allons faire. Alors que dire ? Et bien tout d’abord je vais me présenter, moi c’est Antoine, j’ai 20 ans, j’habite dans l’East End comme vous l’avez bien deviné. Je suis étudiant dans la faculté de science, tout ce qui est scientifique m’intéresse beaucoup. Je fais cela dans le but pas forcément de devenir ingénieur ou même encore scientifique mais je fais cela car je veux un métier qui paye bien afin de ne pas être dans le besoin constamment et devoir me serrer la ceinture en fin de mois. Attention ne tiré pas de conclusion trop rapide, je ne suis pas dans le besoin en ce moment, loin de là même mais pour le moment j’ai les bourses et les héritages … mais lorsque je serais lâché dans le monde du travail je ne toucherais plus grand-chose.
 
Puis alors que je venais de finir ma phrase, la cloche sonna et la jeune femme de l’accueil fit une brève apparition avec le repas que la belle demoiselle se trouvant devant moi avait commandé puis, celle-ci partit comme elle est arrivé c'est-à-dire en coup de vent. Et choses étonnante lorsque je vis le repas, ce dernier était servis dans deux plats en porcelaines , mais j’avais un instant oublié que l’on était dans le quartier des riches et que j’étais pas dans mon bon vieux East End en ayant commandé un bon vieux tacos kebab steak sauce blanche andalouse servi dans une boite en polystyrène. Je me demandais même si finalement le plus cher dans cette histoire n’était pas plus le plat dans lequel la nourriture était servi que la nourriture en elle-même, mais après tout il faut bien séduire et assouvir les désirs de ces petits bourges mais dans cela je ne comptais plus à présent cette femme qui d’ailleurs ne s’était toujours pas présentée
 
- Au fait qu’elle est votre prénom gente dame ? dis je sous un ton ironique tout en souriant
 
Après tout il fallait bien rire dans la vie, surtout moi car je n’allais pas me morfondre sur mon sort. Le bon Dieu m’avait dans le nez et voulait me faire souffrir en faisant partir tout ceux qui me sont chers et bien c’est son choix à vrai dire et pour cela je n’y peux rien, absolument rien même. Je n’étais rien du tout à côté du Dieu éternel.
 
Je regardais cette dernière manger son poulet au lait de coco-curry et aux graines de sésames avec passion et à mon tour je mangeais ce même plat qui à vrai dire était très bon. C’était donc une bonne expérience et je pourrais donc la remercier de m’avoir fait gouter ce genre de cuisine. Avant de reprendre la parole je fis attention à bien avaler afin de ne plus rien avoir dans la bouche pour ne pas avoir la bouche pleine alors je pris un verre d’eau tout en la servant aussi puis je bu d’une traite mon verre en m’essuyant à l’aide d’une serviette ,qui elle aussi était fourni avec le repas ,la bouche
 
- Je vous ai parlé de moi mais comme je n’ai pas eu le temps de finir je vais continuer sauf si l’histoire d’un jeune homme de bas quartier ne vous intéresse guère . Enfin donc peut être qu’au premier abord je peux vous paraitre dur et sans cœur mais si je suis ainsi c’est parce que les épreuves de la vie m’ont forgés ce caractère. A l’âge de 6 ans j’ai perdu mon père dans un accident de travail, cette épreuve fut compliqué pour moi mais le pire était surtout de voir ma mère en souffrir elle qui pourtant à toujours tout sacrifié pour nous. Ensuite lorsque j’avais 10 ans ce fut au tour de mon frère de se faire assassiner à coup de balle devant mes yeux et par ma faute surtout … C’est sans aucun doute le moment le plus dur que j’ai vécu pour le moment dans toute ma vie car nous étions comme les cinq doigts de la main lui et moi. Quelques années plus tard ma mère est tombé dans le coma car elle n’a pas supporté le choc de perdre deux membres de sa famille proche même si moi j’étais toujours là, ça ne ferait pas revenir son mari et son fils ainé. Et ça à fait 3 ans la semaine dernière qu’elle est dans cet état et elle nous a quitté. Voila vous savez tout sur moi. A présent je vis seul sans plus aucune famille dans la maison de mes parents avec tout ses souvenirs qui viennent me hanter la nuit….
 
Je la regarda assez ému de parler de cela car c’était compliqué pour moi de le faire surtout que la mort de ma mère c’est du récent quoi, mais je ne montra pas mes émotions ou du moins je ne laissais pas les larmes couler le long de mon visage car il ne fallait pas, non pas que je n’avais pas confiance en elle mais je devais garder la tête haute et ne pas faire ce malin plaisir à celui qui m’a donné ce sombre destin, cette sombre vie de solitude ou l’on voit ses proches partir un par un sans pouvoir leur dire au revoir une dernière fois à part pour ma mère ou j’ai eu la chance de pouvoir le faire, mais pour ce qui est du reste je n’ai pas eu ce « bonheur » de pouvoir le faire. Mon but n’était pas de l’attendrir, non pas du tout mais elle voulait connaitre mon histoire alors je n’allais pas après tout m’inventer une vie paisible et heureuse alors qu’en réalité c’est bien plus complexe et difficile que cela, et ça n’y ressemble pas le moins du monde.  Puis je pris mon verre de scotch dans lequel il restait un fond et je le bu cul sec
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre inattendue [RP Jaina Hudson(WR)/Antoine Blake(DS)]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: