Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand je serai sûre de moi, un petit peu moins fragile, ça ira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Quand je serai sûre de moi, un petit peu moins fragile, ça ira   Lun 16 Déc - 2:37


« « Tout comme une fleur ne choisit pas sa couleur,
nous somme pas responsable de ce que nous sommes.  »  »


Assise en lotus dans mon habituel fauteuil en cuir, j'examine un rubik's cube. Ma voisine, Madame Smith me l'a donné lors de ma dernière visite, affirmant qu'elle avait enfin réussi à le faire après s'être cassé la tête pendant deux semaines dessus. Sur le moment, j'ai rigolé parce que je croyais qu'elle se moquait de moi. C'était PAS une blague. Déjà que je n'avais pas une haute estime d'elle. J'ai donc essayé une fois rentré chez moi de faire ce cube qui lui semblait "si" difficile: dix-sept secondes, montre en main. Je suis effarée. Avec un soupir, je jette le cube vers mon coin à "objets devenu inutiles" de la pièce, avant de me tourner de nouveau vers les ordinateurs.

Si j'ai bien retenue quelque chose de mon petit séjour prolongé en extérieur, c'est qu'il est primordial pour moi d'avoir continuellement accès à l'internet. Créer un ordinateur portable plus performant et léger que ceux qu'on trouve sur le commerce ne poserait pas de problème, mais le fait de toujours devoir courir après un accès net rendrait rapidement l'expérience inutile. J'ai donc eu une idée assez révolutionnaire, hier, en faisant la mise à jour de Mao : Créer un moyen d’accéder à internet, mais sans fil, juste avec des ondes. Théoriquement, cela me semble largement possible, reste à trouver les ressources, le matériel, mais surtout... Des bases sur lesquels commencer mon travail. Si j'ai des idées, il me faut de meilleurs bases sur les ondes électroniques.

- Mao?

- Oui, mademoiselle?  Me répond une voix artificielle.

- Tu as fait les recherches que je t'avais demandé?

- Affirmatif mademoiselle. Sur mes six écrans principale, une liste de dossier et de photos apparaissent. D'après mes résultats, les chances que ce que vous cherchiez soit disponible à Queen industries est de 56%.

- Si peu?

- je suis navré mademoiselle, mes capacités d'infiltration ne me permettent pas de vérifier plus amplement cette hypothèse. Fait-il d'une voix absolument pas navré. Il faudra que je corrige ça.

- Raaaaaah, stupide I.V. marmonnais-je avec un soupir. On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Parlant plus fort, je repris. Réveil Chibi Mao, et occupez vous de la sécurité. Puis donne moi toutes les informations sur le propriétaire, Monsieur Queen.

- Bien mademoiselle.

Alors que les informations publics s'affichent sur les écrans de droite, je craque des doigts, fouillant pour trouver quelque chose d’intéressant. Mais il n'y a pas grand chose. C'est un riche play-boy américain médiatisé. Orphelin, pour changer (à croire qu'on est quatre-vingt pour cent de la population, ici). Je ne vois dans son dossier aucune connaissance poussé en informatique, ce qui présage du bon pour la sécurité des systèmes. Mais ne crions pas victoire trop vite, s'il ne s'y connaît pas, il a l'argent nécessaire pour se payer des pro de la sécurité... M'enfin, en sachant que j'ai mis la brigade contre le cybercrime à l'envers en seulement un mois, je ne crains pas grand mode parmi le commun des mortels.
Pour les autres génies, c'est une autre pair de manche.

- Redirige le reste de la puissance du système sur les programmes de hacking et d'espionnage, je vais augmenter ces statistique en deux coups de cuillère a pot, tu vas voir. Si quiconque essaie de remonter le signal, coupe tout et grilles ce qui essaie de rentrer.

- Bien, mademoiselle.

Commençons à jouer... Après quelques minutes de pianotage intensif, j'accède enfin aux systèmes du siège de Queen industries. Cependant, je n'ai pas accès aux dossiers que je cherche. Naturellement, puisque je suis à la limite des capacités de Mao: tout ce que je vois à déjà été scanné par mes bébés, et je suis surprise par l'absence de réelle défense. La dernière fois que j'ai voulu jouer à ce petit jeu avec l'armée, j'ai à peine caresser la surface de leurs systèmes qu'une armée de traceur me tombaient dessus. J'ai du sacrifier une unité pour les empêcher de me trouver. Mon intelligence est une chose, mais leur matériel est dix fois plus performant que le mien.
Avec la moitié de leur budget, je dominerai le monde.

Je rentre dans leurs systèmes comme dans du beurre, il y a certes une défense, mais elle est tellement minime que je l’écrase en quelques secondes, envoyant mes espions patrouiller à la recherche des dossiers "recherches et prototype". C'en est presque pas amusant tant c'est simple.
Rapidement je prends le contrôles de leurs cameras, de leurs alarmes, et même de leurs systèmes anti-incendie.  Si je le veux, je peux tous les noyer, là. Enfin bon, le temps que l'eau remplisse les bâtiments, ils auront cassé 340 fois et demi les baie vitrées.  Mais ça n’enlève rien a ma suprématie...
Jubilons quelques instants alors que je coupe le bâtiment du reste du monde. Plus personne ne peut emmètre, ni recevoir, quoi que ce soit de Queen industries. Ils sont rien qu'a moi. Généralement, j'ai approximativement un quart d'heure avant que la brigade ne me repère. Depuis que je corrompu leurs traceurs et espions, ils ne repèrent plus ma signature. Je suis un fantôme.

Les cameras du bâtiment s’affichent sur les six écrans. Il n'y a plus grand monde à cette heure tardive. J'examine rapidement les locaux, avant de me reporter à l'unique personne qui m’intéresse, et que je trouve dans ses bureaux. Devant son ordinateur. Ahaha, comme c'est amusant. Et c'est trop tentant pour que je reste discrète. Tant pis, amusons nous! Sans perdre une seconde de plus, je prends le contrôle intégrale de leurs réseau, bloquant l'accès à leurs ordinateur, alors que mon logo sur fond noir s'affiche sur tous les supports numériques du bâtiment. Cependant, voulant voir la réaction du propriétaire des lieux, j'ouvre ma fenêtre de conversation féline sur son écran, lui donnant l'occasion de répliquer. Alors que je ricane toute seule, devant mes écrans.

Je réquisitionne temporairement vos systèmes, Monsieur Queen. Ne vous en fait pas, je fais vite~

Quoi qu'ils ont pas mal de fichier intéressant dans la section recherche technologique et armement militaire. Plus je fouille, plus je me retrouve à garder de coté des documents qui n'ont rien a voir avec mes recherches de bases. Mais je suis sûre que je leur trouverai une utilité.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand je serai sûre de moi, un petit peu moins fragile, ça ira   Mar 17 Déc - 15:28


Viole d'identité

« PV Li »
Je me trouve dans la rue, comme à mon habitude, un pantalon vert foncé, un haut à manches longues en cuir, il est vrai que nous sommes en hiver, je peux vite attraper un bon gros rhume si je ne me couvre pas comme il se doit. Ce soir je suis en ronde pas loin de la tour Queen, un trafiquant d'armes qui ont cru pouvoir me bernait, enfin il a cru pouvoir berner Oliver, mais L'archet vert est la maintenant et je ne vais pas laisser passer ça. Antony Vinela, un petit truand qui est venue m'acheter une caisse d'armement y a quelques jours, j'ai reçu un signal de mon traceur, qui me signale que les armes ont été utilisés cette nuit, c'est un jeu d'enfant avec cette technologie de pointe, j'ai juste à retrouver sa trace maintenant. Je sors un petit boîtier avec une diode clignotante sur son centre, plus je suis proche du traceur, plus la diode clignote rapidement pour finir par rester allumé fixe si le traceur se trouve à moins de trois mètres de moi. Après plusieurs heures de recherche intensive dans plusieurs quartiers mal famé de Gotham, je retrouve enfin l'arme en question, c'est bien Vinela qui l'a dans ses mains, il braque une épicerie, quel con sérieusement.

Si je réfléchis quelques secondes, il est venue me voir pour acheter des armes en masse et il braque une épicerie de quartier . Pour prendre quoi 200 dollars au max ? Il n'a pas acheté ses armes pour lui, mais sûrement pour quelqu'un d'autre, un ami . Son chef de gang ? Je dois tout savoir pour mieux les gérer plus tard. Ce soir je vais utiliser une vraie flèche, pas une spéciale high-tech que j'ai dans mon carquois, mais bien une flèche à pointe. Je dois lui faire peur, lui montrer que s'il continue je ne serais pas clément la prochaine fois. Je me trouve sur un bâtiment en face de l'épicerie debout je prends mon arc à poulie en main, ma flèche que je place sur la corde fine, je bande et j'attends, ma respiration et calme et j'observe la situation. J'attends juste qu'il sorte en courant, comme le font les voleurs. Ça y est, il est là, pistolet 9 Mm en main et il recule en braquant l'épicier chinois. Je vise ses pieds je coupe ma respiration pour éviter tout tremblement et je lâche la corde qui était non loin de ma bouche. Dans le mille, j'ai visé le talon d'Achille, l'homme armé tombe au sol, il lâche son vieux sac Mc-Do au sol, ainsi que son arme qui tombe non loin de lui.

Un cri de douleur retentit dans la ruelle sombre, l'homme à terre a mal au pied et ne peut plus bouger, alors que je suis encore sur le toit d'en face je tire une flèche grappin au-dessus de l'enseigne de l'épicerie et je me sers d'un chiffon enroulé autour de ma main pour glisser le long du câble solide sans me cramer les mains. J'arrive sur le sol de mes deux pieds, je fléchis les genoux, puis d'un coup de pied sur le sol j'éloigne son arme plus loin, il est assis sur le sol a tenté d'enlever la flèche de sa cheville, j'attrape Antony par le col et je le colle au mur je le regarde tête baissée pour qu'il ne voit pas mon visage, il me reconnaîtrait direct sinon, je prends une voix grave et prends la parole.




« Pour qui tu travailles Vinela ? Tu me le dis et j'enlève cette flèche que t'à dans la cheville, tu ne dis rien et tu ne pourras pas l'enlever et tu vas perdre ton pied, tu sais, la gangrène . Alors parle ! »

Il ne met pas bien longtemps à cracher le morceau, un homme de main encore et encore, contre qui je me bats depuis une semaine... Je dois trouver ce gars et vite, j'ai déjà eu de la chance qu'il vienne chez moi pour ses armes, je le trouverais coûte que coûte, quitte à retourner tout Gotham . Je casse la flèche du voleur et je lui enlève assez violemment et je jette les dollars volés à épicier avant de disparaître dans l'ombre. Je dois retrouver ce chef de gang, il nuit à cette ville, je me dois de l'arrêter.

Après plusieurs heures, l'aiguille continue de tourner sur le cadran, je me suis changé dans ma pièce secrète et je m'installe derrière mon grand bureau pour commencer quelques recherches sur l'homme dont m'a parlé Antony. Je pianote sur mon clavier d'ordinateur, je cherche dans une base de donné pour tenter de trouver un portait robot ou une photo du criminel quand soudain... Mon écran bug et des chiffres verts apparaissent sur celui-ci avec un gros logo vert au milieu, celui-ci à la forme d'un papillon au premier abord. Je me suis fait pirater c'est ça . Alors que je me lève pour aller débrancher mon PC un petit « pouic » se fait entendre, un son qui me signale que quelqu'un me parle par le biais d'une fenêtre de chat. Je me pose devant l'écran et commence à répondre à mon interlocuteur.




« Que me voulez-vous ? Qui êtes-vous ? Si c'est de l'argent que vous voulez, je peux vous en donner, mais sortez de son système. »

Mon message est écrit je me lève et me dirige vers ma pièce secrète pour me changer et je ressors de la salle habillée en Arrow, je suis maintenant en train de pianoter de nouveau sur l'ordinateur, mais j'étais loin, très loin de me douter ce qui allait arriver par la suite, le pirate avait pris les caméras en otages...




« Venez à la tour Queen si vous avez un souci, je pourrais vous aider à le régler surtout si ça parle d'argent sur ce... ! »

Je débranche mon ordinateur à la source, je ne suis pas un pro du piratage, mais je pense que si la machine sur laquelle on tente de prendre des informations est coupé, Ba on ne peut plus rien en tirer. J'attends donc de voir si le pirate va se manifester de nouveau, j'ai faits sauter les plombs de la tour et j'attends en costume dans mon bureau sombre, j'attends de voir la suite.

© madoka (killedyourlight.) pour GA.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand je serai sûre de moi, un petit peu moins fragile, ça ira   Mar 17 Déc - 21:15


« « Ce n'est qu'en prenant conscience de cela qu'on se libère »  »




Le principal intérêt d'entamer une conversation avec une personne qu'on pirate est... Évidemment, le gain de temps. J'ai ainsi tout le temps de mettre les différents dossier de coté et d'envoyer Mao rechercher tout ce qui concerne les études sur les ondes électroniques.

Que me voulez-vous ? Qui êtes-vous ? Si c'est de l'argent que vous voulez, je peux vous en donner, mais sortez de son système. 

Ce que je veux? Bien vaste question, qui me prendrez manifestement trop de temps à répondre. Qui suis-je? Toujours cette question, comme si une personne sa cachant sous un logo et un pseudo prendrait la peine de donner son identité. Si je l'avais fait à chaque fois qu'on me l'avait demandé, je serais probablement morte, à l'heure qu'il est. Oh oui, l'argent à toujours son intérêt, mais ce n'est pas ce que je cherche, pour le moment. Cependant sa réaction me fait rire. Il donne presque l'impression d'être prêt à accepter n'importe quel chantage pour que je quitte son système. Ou alors c'est un piège. Comme si j'étais assez idiote pour tomber dedans. "Oh, il me donne ce que je veux? Génial, je n'ai plus qu'a aller le voir et on deviendra les meilleurs amis du mooooonde". A peine poserais-je un pied dans cette tour, que la police sera déjà là à m'attendre en bas. Je ne suis pas née de la dernière pluie.

- Mao, rapport

- 67%, mademoiselle

- Monte jusqu'à 85% de chance. Trouve le dossier. Et copie le.

- Bien mademoiselle.

Sur les cameras, je peux voir Monsieur Queen quitter la pièce par... Une porte secrète! Oh oh oh, voilà qui est intéressant. Elle n'est pas répertorié par les plans, ni lié au système. Et je comprends quelques secondes après pourquoi, alors que Monsieur Queen ressort, tout de vert vêtue.

- Mao, photo souvenir

-  Bien, mademoiselle.

Comme à son habitude, Mao lance immédiatement les recherches, confirmant ce que je sais déjà. Green Arrow. Je rigole à en tomber à la renverse. C'est tellement, tellement drôle. Ceci expliquant cela, je fais les rapprochements qui s'imposent, comprenant ce qu'il y a a comprendre. Et bien, voilà qui est intéressant. Maintenant j'ai de quoi le faire chanter. J'enregistre la vidéo dans mes dossiers.

Venez à la tour Queen si vous avez un souci, je pourrais vous aider à le régler surtout si ça parle d'argent sur ce... ! 

Un soucis? De quel soucis parle-t-il? Le seul qui a des soucis ici, c'est lui. Je pourrais revendre cette information plusieurs millions. Je suis sûre qu'Arrow à quelques ennemis assez fortunés et assez rancunier pour cela. Puis il débranche son ordinateur. Cette fois, j'explose de rire. Oh, voilà des semaines que je ne m'étais pas autant amusée.

- Mao on se presse...

- 81% mademoiselle.

Soudainement, je vois Monsieur Queen se lever pour rejoindre les systèmes de courant central de la tour. Radical, mais efficace, si le courant est retiré manuellement, il faudra que quelqu'un le réactive de la même manière. Cependant, c'est très barbare comme façon de faire, voir même plutôt grossier. Alors que moi, je viens si gentiment lui parler. Je vais me vexer.

- On a plus le temps, télécharge les tous.

- Affirmatif mademoiselle...

Et soudainement, plus aucun visuel, les dossiers en cours de téléchargement se fermant tous en même temps. Je soupirs.

- Excusez-moi mademoiselle, il semble que le signal ait été coupé avant que je n'ai le temps de terminé la procédure.

Sans blague? Je pose ma tête au creux de ma main, m'accoudant à ma table de travail. Réfléchis Li Wei, réfléchis. C'est ce que tu fais le mieux. Quelles sont mes options? La première est l'attente. Il sera forcement obligé, un moment ou a un autre, de remettre le courant. Aujourd’hui, demain, ou dans une semaine. J'ai déjà neutralisé leur défense, retourner télécharger le tout serait simple. De toutes les solutions, c'est la plus facile, mais je n'ai pas envie d'attendre jusqu'à demain matin. Réfléchis... Réfléchis... le second systèmes, celui de la pièce secrète? Oui, c'est une option envisageable, mais pour cela, il faudrait qu'il aille dans cette salle pour remarquer mon piratage. Et puis, il faut que je la trouve. Cela pourrait prendre du temps. Sans parler qu'il n'y aura probablement pas les dossiers que je souhaite. Cependant, rien que pour me venger de cette façon cavalière de mettre fin à une conversation, je serais tenté de le faire... Puis... Oh oui! Il reste la dernière solution. Plus simple, plus rapide et... Plus amusante, je souris.

- Mao, connecte toi à l'ordinateur de Monsieur Stolenfield, j'ai a lui parler.

---
Daniel avait beau se dire que c'était de la folie, il n'avait pas le choix. Neko le tenait trop bien pour qu'il puisse dire non. Même quand il le contactait à une heure du matin pour lui demander de se rendre à Queen industrie pour rencontrer Olivier Queen. Il ne savait même pas pourquoi il faisait ça! Neko lui avait juste dit de s'y rendre, et qu'il l'appellerait une fois sur place. D'ailleurs, à peine fut-il a quelques pas de l'immeuble, que son téléphone sonna. Numéro masqué, pourtant, il savait pertinemment qui l’appelait.

- Vous y êtes? Fit une voix électronique et masculine.

- Comment le savez-vous?

- Simple calcule. Mais on n'a pas le temps. Je ne peux pas vous pirater la porte d'entrée, le propriétaire a coupé l'électricité, cependant vous trouverez une entrée au sud du bâtiment. Je l'ai laissé ouverte. "Au cas ou".

- Vous saviez que cela finirait ainsi?

- Il y avait 33,3333% de chance, en effet, qu'il décide d’arrêter l'infection ainsi.

- En fait, il vous a damer le pion.

- ne devenez pas offensant Daniel, n'oubliez pas LA photo...

Le jeune homme soupira puis se rendit vers l’arrière du bâtiment, trouvant l'entrée de service indiquée. Comme annoncé, elle fut ouverte, et il pénétra dans le bâtiment sans aucun mal. Le silence, lourd et pesant des lieux le mettait mal à l'aise, tout autant que le bruit de ses pas raisonnant dans le bâtiment désert. Intimidé, il se mit à murmurer pour continuer à parler au téléphone entre ses mains.

- Et maintenant?

- Direction le trente-deuxième étages, vous trouverez le propriétaire des lieux

- A pied...?

- Ah ça, ce n'est pas de ma faute, si vous voulez en vouloir à quelqu'un, voyez ça avec Monsieur Queen.

Levant les yeux au ciel, Daniel se dirigea vers les escaliers, qui lui demandèrent bien une petit vingtaine de minutes avant qu'il n'arrive à l'étage, complètement épuisé et en sueur, sentant à peine ses mollets.

- J'y... Suis. Murmura-t-il entre deux respirations, s'appuyant contre le mur pour reprendre sa respiration. Il aurait donné son royaume pour un verre d'eau.

- parfait, dépêchez, dépêchez, vous allez faire attendre notre ami.

- j'aimerais bien vous y voir... Trente-deux étages!

- Cessez de vous plaindre et avancez, vous y êtes presque... Mais avant, retenez mot pour mot ce que je vais vous dire...

Puis, après quelques minutes, le jeune homme rangea le téléphone dans sa poche. Cette histoire sentait le piège à plein nez, mais que pouvait-il faire? Il était relégué au rang de leurre, et il n'avait pas le choix. Arrivant devant le bureau, Daniel remarqua qu'il n'y voyait strictement rien. La lumière de la lune ne suffisait pas pour éclairer le bureau, mais l'agent distingua une ombre humaine, probablement Olivier Queen. Prenant une longue respiration, le blond se lança, la mine sérieuse, la voix ferme.

- Vous vouliez me voir? Me voilà. Je suis Neko. Et maintenant, allez-vous me laissez tranquillement finir ce pourquoi je suis ici?

---

Ahahaha, qu'est-ce que je ris! C'est tellement drôle que j'en pleure de rire, tout en essayant de localiser le systèmes de la pièce secrète. Ce n'est qu'une question de temps.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand je serai sûre de moi, un petit peu moins fragile, ça ira   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand je serai sûre de moi, un petit peu moins fragile, ça ira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: