Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Horse Steppin'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Horse Steppin'   Sam 24 Jan - 14:27




Horse Steppin'

J'avais toujours eu une attirance pour la musique, depuis toute petite déjà. Cela venait sans doute de la créativité de ma mère, même si jamais je ne pus la connaître réellement, le fait de savoir que mon père l'avait rencontrée à Woodstock m'avait plus ou moins mise sur la voix à ce niveau là. Mais, l'esprit belliqueux de Ras avait sans doute aussi déteint sur moi. J'aimais les musiques guerrières. J'aimais imaginer de grands champs de batailles avec des combats épiques entre deux armées. Je voyais des généraux, montés sur des chevaux marchant victorieusement et fêtant même les conquêtes qu'ils avaient réussi. Oui... Je m'imaginais beaucoup de choses. C'était sans doute pour ça que mon identité en tant que simple citoyenne avait comme travail l'exportation et l'importation d'oeuvres d'Art. Je ne cachais pas qu'avec les transactions, un business juteux en découlait. Il fallait bien que j'investisse pour mon propre compte à présent que la cassure avec mon père avait été faite. Je pouvais au moins gérer mes revenus comme je le souhaitais, bien qu'ayant toujours tout fait pour lui au niveau financier, il me dictait quand même la conduite que je devais adopter. J'étais la fille parfaite, à qui il fallait trouver un mari parfait, et, bien entendu, à qui il fallait un fils parfait. Ce projet qu'avait Ras, était insensé, lui même n'avait jamais réussi à atteindre quelque chose de parfait. Et ne parlons pas du Lazare, bien qu'il puisse offrir une vie quasi-éternelle, l'esprit avait du mal à suivre, il se modelait presque. J'étais toujours à la recherche d'un puits, pas forcément pour mon usage personnel, mais ça éviterait de crever pour un rien. Je me lançais activement dans la trouvaille d'un Lazare qui ne soit pas vraiment éloigné de Gotham, maintenant que je m'étais établie dans cette ville où la criminalité ne cessait de grimper en flèche. Et même mon projet pour essayer de rétablir l'ordre, avait été un échec. Enfin, pour mon propre orgueil, je voyais ça comme un échec et une réussite à la fois. J'avais vaincu Ras, le tuer aurait même été possible. Malheureusement, il fallut que Batman se range du côté de l'opprimé, défendre un de ses pires ennemis... Quelle ironie... Il avait osé me défier, lui à qui j'apportais tant d'amour, et à qui j'en apporte toujours autant même si il ne le sait pas. Il était devenu hostile à mon égard alors que nous ne formions qu'une seule et même entité dévastatrice.

Je lui en voulais de m'avoir tourné le dos de cette façon. Et depuis, je ne l'avais jamais revu, même la nuit, alors qu'il continuait de veiller sur la ville comme je le faisais. Il se disait chevalier noir, mais j'étais encore plus sombre que lui. Lui et sa bande, n'étaient pas l'incarnation de l'obscurité, je l'étais réellement. Quoi qu'il en soit, je quittais mes pensées pour continuer à escalader de toit en toit je me trouvais à East End, à patrouiller, à entendre les sirènes du GCPD, et surtout, à me questionner. Ce n'était pas vraiment bon, de vouloir revenir sur son passé, mais vivre sans était impossible pour moi en ce moment. Je regardais l'horizon de temps à autre, il faisait nuit noire et l'ambiance ici était bien glauque, les bâtiments avaient parfois une architecture gothique et cela donnait une atmosphère angoissante. Je ne m'étonnais pas que certains criminels soient parfois intimidés, après tout, ils ne savaient pas qui pouvait leur tomber dessus si ils étaient en train de commettre un délit. Mais cette nuit me paraissait... Spéciale.... Comme si quelque chose était bouleversée, et je ne savais pas comment l'expliquer, seulement un pré sentiment.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Sam 24 Jan - 15:45

Batman
The Dark Crusader
Pourquoi une patrouille de routine ne se déroule jamais calmement à Gotham City ? Tout simplement parce que la ville est là pour nous retourner la tête au moment où ça dégénère le plus simplement possible. Gotham est une ville sans cesse en renouvellement, en bien ou en mal, et malheureusement, les effets de la crise économique ont brisé le mental et le bien-fondé de notre société dans ce côté-ci de l'Amérique. Bien que j'enviais parfois le calme et la tranquillité de Métropolis, Gotham avait son charme, et j'avoue que je préférais largement m'occuper de mes monstres que ceux de Clark. Une patrouille de routine qui se termine en bagarre générale dans une ruelle sale, la neige tombe, tardivement en ce moment, et je regarde dès à présent les corps des crapules à terre. Quelques petits criminels, la police retrouverait leurs corps inanimés et inconscients dans quelques minutes, avec une petite chauve-souris pour signaler que je suis bien passé là. Cela rassurerait le GCPD, du moins, je me plaisais à le croire. Reprenant mon appui sur les toits de Gotham, je me permettais de garder un œil sur les possibles criminels échappés, dont le Joker en faisait parti, et le savoir encore dans la nature m'inquiétait. Pour tout dire, il restait une énigme en matière de préméditation et de crimes, et sa curieuse disparition ne me plaisait assurément pas. On murmurait qu'il s'était échappé d'Arkham en compagnie de détenus mineurs et inintéressants, je finirais bien par retomber sur eux et ils me mèneraient au Joker.

Les criminels sont lâches, superstitieux et souvent répétitifs dans leurs actions.

Bien que le temps soit assez calme pour le moment, j'aimais en profiter pour parler avec Alfred pendant que je surveillais les rues, les toits, et autres lieux sombres qui peuvent servir de coupe-gorges. Alors que je regardais les directions d'où je pouvais guetter, la voix d'Alfred résonnait dans mon casque et je pouvais l'entendre, avec son accent parfaitement anglais, me faire la conversation sur de nombreuses choses et d'autres concernant mes petites virées nocturnes dans la ville.

Alfred - "Monsieur ? Ne pensez-vous pas que cette neige tardive pourrait être l'avant-retour de monsieur Fries ?"

Batman - "J'en doute Penny One. Victor Fries n'a pas donné de signes de vie depuis un moment. Il se fait plutôt rare. Son retour ne coincide en rien avec les dates qu'il attribue à Norah Fries."


Alfred - "Dans ce cas, je rangerais vos grenades anti-givre dans le compatiment pour Noël prochain. Mademoiselle Vale a téléphoné, elle voudrait savoir si elle pouvait venir vous voir au Manoir."

Batman - "Voyez ça avec mon emploi du temps, Penny One. Quelque chose m'intrigue, je vous rappelle."


Une ombre surgissait des toits de la ville, se déplaçant avec une grande agilité. Dans certains cas, je n'étais pas contre le retour de certains justiciers. Où était passé Dick ? Et Tim ? Que devenaient-ils ? Pourquoi ne pas avoir de leurs nouvelles ? Cela m'inquiétait, vraiment, en dépit des apparences, la moindre idée qu'on puisse les attaquer et s'en prendre à eux me terrorisait. Mais ils étaient formés, et ils connaissaient les ficelles du danger. Survolant les toits doucement, je me dirige vers cette ombre qui semble tellement familière. J'en fronce les sourcils derrière mon masque, un certain parfum résonnait dans ma tête, comme un air de déjà-vu ou un air de déjà vécu. Je la reconnu alors.

Batman - "Je ne pensais jamais te revoir ici."


Dis-je d'une voix presque neutre et sombre. Talia al Ghul, la fille de Ra's al Ghul, un ancien mentor que j'avais connu pendant mon voyage initiatique. Elle avait commis un sacré nombre d'erreurs pendant sa prise de pouvoir temporaire dans la Ligue des Ombres. N'avait-elle pas l'empire de son père à gérer au Tibet ? Questions ... Trop de questions ...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Sam 24 Jan - 18:43




Horse Steppin'

Oui, ce pré sentiment je l'avais eu, et que pouvais-je dire à présent ? Que cette nuit n'était pas une nuit ordinaire mais une nuit beaucoup plus particulière où les ombres allaient de nouveau se rencontrer ? Qu'il ne s'agissait après tout que d'une fatalité ? Foutaises, foutaises, foutaises. Je contrôlais mon destin et je l'avais nettement prouvé face à Gotham et tous ses justiciers. Et il était revenu, à moi cette fois-ci. Je pouvais presque sourire fièrement de cette situation. Le roi de la nuit en personne était en face de moi. Je l'avais entendu se poser sur le toit où je me trouvais. Que cherchait-il vraiment ? Il se présentait à moi, je n'avais rien à me reprocher, je n'avais pas encore mis à terre un criminel. De toute façon, avec nous deux dans les parages, quiconque tentait quoi que ce soit plus bas aurait à faire avec de sacrés problèmes, même les gros poissons qui sont en liberté en ce moment. Je me tournais alors complètement en face de lui. Son rôle lui collait parfaitement à la peau, il restait neutre, froid et distant. Mais je le connaissais mieux que ça, je savais qu'au fond, il était aussi faible que moi. Nous jouions de grands rôles, c'était peut être ça qui nous avait rapproché dans le passé.  Il pensait que j'étais partie, sa remarque me parut même vexante. Je lui répondais, loin d'avoir une voix lascive comme j'avais pu l'avoir avec lui.

« Je suis toujours là Bruce, et tant que tu te trouveras à Gotham, je m'y trouverai aussi. »

Ce n'était pas la peine de repartir sur des hypothèses, que depuis que Batman était à Gotham, la criminalité avait augmenté puisque il agissait en tant qu'aimant. Je ne me considérais déjà pas comme une criminelle, j'agissais aussi au nom de la justice, si je voulais réellement faire le mal, je ne serais pas ici, mais à Metropolis, j'avais failli rentrer en contact avec Lex Luthor en plus.

«Que croyais tu ? Que j'étais partie ? Que rien ne me retenait à Gotham et son mode de vivre américain et sa surconsommation typique des métropoles des Etats-Unis ? Justement Bruce, cette ville est comme une prison pour moi, et elle me plaît. »

Tout comme il me plaisait, je ne mettais pas de côté le rapport charnel que j'avais eu avec lui. Ce moment avec été un des seuls moments de plaisir que j'avais eu avec lui. Pendant ces années, j'avais lu la philosophie européenne, l'américaine, je n'avais lu que Tocqueville, rien de vraiment intéressant pour moi. Ce que l'on pouvait apprendre sur le plaisir et les névroses que ça pouvait entraîner en voulant mettre des restrictions. Normalement, je serais devenue folle... A moins que je ne le sois déjà...

« Et tu es aussi enchaîné ici. »

Cependant, j'avais toujours ce sentiment amer, quand il m'avait trahie, en défendant mon père alors que trancher la tête du Démon avait été possible. J'avais dû admettre ma défaite, et je ne supportais pas ça. Oui, on pouvait me voir comme une conne, la parfaite salope, avec mes caprices. Mais quand on tient à quelqu'un, on fait tout pour le combler, et c'est ce que je pensais faire en tuant mon propre père.

« La dernière fois, tu t'es interposé entre Ras et moi, tu l'as défendu car on ne doit pas tuer. Ce jour là, une cassure a vraiment était faite. »

Je pris alors un accent beaucoup plus anglais, ma maîtrise de l'américain était à présent parfaite, mais je continuais parfois de parler arabe, et même de temps en temps russe avec Griffe Rouge.

« Je me trompe, Beloved ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Sam 24 Jan - 21:59

Batman
The Dark Crusader
Prévisible.

Elle me parlait de ses plans, de ce qui s'était passé en quatre ans. Je l'avais peu suivie je l'avoue. Sa Ligue des Ombres ne m'intéressait pas plus que ça puisque le maitre était supposé mort, et je veillais personnellement à me renseigner s'il venait à revenir de là où personne ne revient jamais. Le démon avait beau faire, il restait un adversaire coriace, qui, au fil de ses renaissances, devenait de plus en plus incisif. Une erreur d'avoir sous-estimé Talia. Elle avait hérité de la stratégie de son père, mais elle se refusait de voir dans son propre reflet, celui de Ra's al Ghul. Tel père telle fille disait le proverbe. Enchainée à Gotham ? Elle ? Non, elle ne devait pas s'investir à Gotham City autant que moi, elle était peut-être la fille d'un super-criminel et d'un terroriste renommé, mais elle n'avait pas à subir cette fatalité.

Batman - "Gotham City est ma ville, Talia."


Gotham City avait déjà tellement prit d'âmes, tellement détruit d'hommes, de femmes et d'enfants que je ne pouvais supporter de voir d'autres victimes s'auto-flageller dans un délire sado-masochiste pour répandre la justice ou la mort au risque de voir des êtres en payer les conséquences. Talia n'avait pas à suivre cette voie, et elle ne le devait en aucune manière. De l'autre côté, la savoir qui se rangeait, elle et sa ligue, cela me laisserait plus de tranquillité de ce côté-là. Je m'avance un peu plus vers elle, droit, la cape virevoltante au vent, et je la regarde.

Batman - "Je te croyais repartie au Tibet, à diriger ta Ligue ..."


Elle était fière, de ses origines aussi, mais dans son attitude, prête à aller au bout de ses folies. Dans ce regard d'ébène, je pouvais encore voir le regard vert de Ra's, sa détermination et sa folie. Talia n'était pas folle, mais d'après ce que je savais, la folie pouvait être héréditaire. La simple pensée d'enfermer Talia à Arkham m'effleura pendant quelques secondes avant de se dissiper. Elle me fascinait dans un sens, j'avais côtoyé de nombreuses femmes, mais jamais une créature comme elle n'avait été aussi proche de mon cœur. Et pourtant, je refusais toujours, toujours et éternellement son offre d'immortalité et de devenir l'héritier de Ra's al Ghul. Je ne peux pas tolérer le meurtre, la promesse faite à mes parents passait par-dessus tout.

Batman - "Tuer est contre mes principes. Si tu tues, je serais obligé de te faire enfermer à Blackgate. Ton père a des comptes à rendre à la justice, et la prochaine fois, il ne suffira pas de lancer une prime sur lui pour m'empêcher de le remettre devant les tribunaux."


Je n'avais pas réussi à empêcher la mort de Ra's, une de ses nombreuses et trop fréquentes morts. Mais elle avait prit la place de la tête de la Ligue en conséquence, jusqu'au jour où le démon referait surface. Et elle ? Combien de fois avait-elle prit un bain de Lazare ? Combien de fois avait-elle bravé la mort ? Combien de fois avait-elle ressenti le frisson glacé d'une lame dans le ventre et de ce tunnel noir dans lequel on pénètre ?

Batman - "Que veut-tu réellement, Talia ?"


Elle était énigmatique, trop énigmatique pour que je puisse déterminer ses actions. Et pourtant elle était belle, et j'avais eu quelques élans fort bien dissimulés d'attirance pour elle. Autant, le Joker a l'excuse de sa folie, mais Talia était pleinement consciente de ses actes, et il était difficile de s'occuper d'elle et de cerner ses plans à longs termes. J'avais l'impression d'être une poupée dans ses mains, et elle se jouait de moi. Je détestais ce sentiment. Et sa façon qu'elle a de m'appeler "Beloved", jamais je ne m'y ferais. Quand je repense à ce mot, j'entends une nouvelle fois le rire de Ra's al Ghul et du combat que je mena contre lui, en duel, dans le désert du Sahara. Un rire à vous faire glacer les os, un rire monstrueux et sadique. Un aliéné. Rien de bien ne peut sortir de la Ligue des Ombres.

Méfiance.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Sam 24 Jan - 22:50




Horse Steppin'

Ce que je voulais vraiment ? Je voulais mener chacun de mes projets à bien, et il était hors de question qu'il sache ce que je voulais faire pour Gotham. Cela ne concernait que moi et Griffe Rouge. Batman pouvait être proche de moi, qu'il n'en saurait rien, lui aussi cachait ses parts d'ombres, je le faisais en retour et je ne voyais pas en quoi cela pouvait gêner quelqu'un. Et je n'avais plus rien à faire de mon père, il ne m'inquiétait même plus, en tant d'années, jamais il n'avait cherché à se venger. Sans doute, avait-il compris la leçon, il pouvait ruminer autant qu'il voulait une hypothétique vengeance, ce n'était pas un vieux croulant comme lui qui allait me faire peur. Cependant, je n'avais pas aimé ce que Bruce essayait de déduire, que j'étais retournée au Tibet. Non, il était hors de question que je parte. Déjà, si je devais le faire, ce ne serait pas là bas, mais où les origines berbères furent les plus influentes. Je voulais retourner au Moyen-Orient, mais ce n'était pas un sujet dont il fallait discuter maintenant. Gotham était mon terrain d'opération, et Batman, pensait que cette ville n'était qu'à lui, alors que nous étions des dizaines à nous la partager. Nous ne nous disputions pas des territoires comme le faisaient les mafieux. Nous nous passions le relais en quelque sorte, certains couvraient des quartiers entiers, d'autres patrouillaient un peu partout. Moi, je vadrouillais selon mes envies, je n'avais pas une mission particulière quand j'étais dehors pendant la nuit.

« J'ai mes plans Bruce, tu as les tiens, cela suffit amplement. Je dirige la Ligue oui. Ma Ligue. Ne pense pas que l'héritage de Ras soit complètement effacé, il ne l'est pas. Je n'y suis pas arrivée moi même. »

Je le regardais alors dans les yeux, il pouvait très bien dissimuler son visage à travers son masque, je le connaissais à présent parfaitement.


« Et puis, pour arriver à interrompre son héritage, il faudrait que je me suicide, et si j'en suis ta logique depuis de nombreuses années, tu n'es pas pour le meurtre, la vengeance et tout ce qui a attrait à la mort ? »

Oui, je jouais avec lui, cela faisait tellement longtemps. J'étais quand même heureuse de le revoir, bien entendu, c'était dans des conditions un peu particulières bien que banales puisque nous étions sous des identités autres que civiles. Il ne se rendait pas compte que sur cet échiquier qu'était le monde, il ne jouait que le rôle d'une petite pièce, un simple soldat. Alors que mon père était au dessus, oui, je ne cachais pas cela, et il avait voulu l'affronter. Je crois que la pire chose que Ras ait pu faire, fut de nous faire rencontrer. J'avais agi comme un poison sur lui et il avait fait de même pour moi. Ce poison qui dévore le cœur. J'avais longtemps erré ainsi, à penser encore et encore. Attendre même, une opportunité. Et maintenant, il était devant moi, aussi froid et cruel. Il n'était pas Bruce, il était Batman, je connaissais parfaitement chaque personnalité.

« Je suis une facette de la justice Bruce. Tu dis vouloir m'empêcher d'agir si jamais je mets des vies en danger. Mais jamais tu ne le pourras réellement. N'oublie pas qui était ton maître, et n'oublie pas qui t'aime. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Dim 25 Jan - 9:57

Batman
The Dark Crusader
Touchant.

Les paroles de Talia, du moins ses dernières, étaient des poignards en pleine poitrine. M'avait-elle vraiment aimé ? Avais-je moi même éprouvé ne serait-ce que quelques instants cette chaleur que l'on nomme "amour" ? Pouvais-je vraiment ressentir une telle chose ? Non. Ce n'est pas pour cela que je suis Batman, ce n'est pas pour cela que je me bat la nuit, je suis là pour faire respecter la loi et pour donner une chance de vivre en paix aux Gothamites. Toute émotion, tout amour pourrait me briser, briser le symbole de Batman et réduire mes espérances en miettes. Si je développais une vie de famille, je serais en permanence en pleine inquiétudes, et si on s'en prenait à eux ? Non, je ne le devais pas, je finirais seul, dans mon manoir, à attendre que la mort me prenne. Un truand de bas étage ? Le Joker ? Ou même Killer Moth pourraient arriver à me tuer, peut-être. Un jour Batman cessera de vivre, et ma légende ne sera plus que quelques rumeurs au fil des années, avant de finir dans des statuettes collectors ou des recueils de livres. Mais ce combat devait être mené jusqu'au bout. Mes yeux continuent de fixer la fille du démon, je serre le poing droit, elle avait touché une légère corde sensible, oui, mais pas de quoi non plus m'affaiblir le plus.

Batman - "Que veut-tu vraiment Talia ? Je ne te vois pas arrêter les truands avec ma méthode, et je ne te vois vraiment pas les emmener à l'asile d'Arkham."


Ra's al Ghul avait pendant longtemps, délaissé Talia pour ses rêves de conquérir le monde et de trouver un héritier valable. Je ne savais pas si Ra's était vraiment un immortel comme il aimait le faire croire, mais certaines choses méritaient d'être étudiées, tout comme le Lazare, que je n'ai pas vraiment réussi à bien cerner. Elle a la fougue de Julie Madison, le caractère de Sélina, et bien entendu, elle avait un certain charme qui pouvait attirer n'importe quel homme. Mais je me refuserais toujours à ses avances, quoi qu'il arrive. Elle avait ce côté taquin qui était assez exaspérant, toujours une chose à dire et à penser qui pouvait me faire tourner du pot pendant de longues heures et ça pouvait vite être agaçant.

Batman - "Tu sais que tu as des comptes à rendre à la justice, pour les émeutes que tu as faite il y'a quatre ans. Le Joker, Mister Freeze, et bien d'autres criminels ont tenté de supprimer Ra's pour ta prime. Combien d'innocents as-tu sacrifié ? Combien de gens sont morts sur ton acte ? Es-tu prête à supporter ça ?"


Elle avait lâché les fauves, elle avait ouvert les cages de la folie, et des gens, criminels ou non, sont morts cette soirée là. Elle en était la principale responsable. Elle avait fait une abomination, et elle serait jugée. Hélas, aux yeux de la loi, la prescription était là, et une absence de preuves était aussi bien présente. J'aurais dû être là, j'aurais dû être là pour m'occuper d'elle et cesser cette folie.

Batman - "Si tu veux aider la justice, constitue-toi prisonnière."


Des paroles glacées, froides, aussi accueillantes qu'un iceberg pour tout dire. Je n'aimais pas spécialement annoncer de mauvaises nouvelles, mais Talia allait devoir encaisser la mort des innocents. La vérité surgit toujours, et quand ça arrive, ça peut faire très très mal. J'avoue que pour le moment, la situation n'est pas des plus conviviales, mais Talia accuserait le choc des mots, elle l'a toujours fait. Je connais le prix de mon appartenance dans son cœur, mais elle devait savoir que ma mission prévalait sur tout. Talia aurait pût, dans un univers alternatif, être ma femme, comme tant d'autres femmes que j'ai connu, mais pas dans cet univers.

Batman - "Qu'est devenu le corps de Ra's ?"


Une autre question qui me brûlait les lèvres depuis un sacré moment. Non pas que je ne pourrais pas le découvrir par moi-même, mais je pourrais savoir si Talia ment au timbre de sa voix dans la réponse. Elle était toujours aussi surprise et déstabilisée quand on parlait de son père, elle avait toujours ce petit côté tiraillé entre lui et moi, ce depuis notre première rencontre dans ce train en Asie, quand j'ai tenté de la sauver du rival de son père.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Dim 25 Jan - 11:43




Horse Steppin'

Moi me constituer prisonnière ? Il pensait sans doute que je devais être docile, mais il se trompait en tout point. J'avais une conscience, mais pas la même que la sienne. Je n'avais pas les mêmes méthodes. J'étais complètement différente de lui dans la pratique. Il pouvait me trouver inhumaine dans mes façons de faire. Combien de personnes trouvaient sa justice inhumaine ? De nombreuses personnes sans doute, il pouvait très bien être vu par une majorité comme un justicier, les points de vue étaient nombreux. Alors il pouvait très bien être un criminel, je ne le percevais pas comme ça heureusement, mais si on revient à ses débuts, il n'était pas vraiment ami avec la police. Qu'il comprenne que sa justice avait autrefois été condamnée par celle dite officielle, celle qui avait été votée.

« Crois tu vraiment que je me rendrai de mon propre gré ? Ne crois pas que je vais finir à Arkham ou BlackGate, un asile psychiatrique ou une prison, ce n'est pas le genre d'endroit que je fréquente. Si tu veux m'arrêter, il faudra que tu me brises le dos. Encore faudrait-il que tu puisses réellement le faire. »

Je savais qu'il combattait avec hargne, n'importe quel criminel finissait quand même mal en point, même pour Deathstroke qui avait des capacités surhumaines. Je n'avais jamais vraiment eu à affronter Batman. Il utilisait des méthodes de la Ligue, des méthodes adoucies bien entendu, certains de ses mouvements pouvaient donc être anticipés. Mais pas tous, il était quand même un maître en arts martiaux. Il était intéressant de noter qu'il avait tout appris dans les Ombres, et qu'il s'en servait pour les combattre. Je n'étais pas aussi forte que lui, mais j'avais aussi des capacités, j'avais bien envoyé quelques criminels à BlackGate, après tout, les plus petits truands sont les plus faciles à tuer, pour les gros, c'est une autre histoire. La dernière personne à qui j'avais infligée une défaite cuisante, était mon père.

« Et toi Batman ? Combien d'innocents ont péri par ta faute ? Combien de prises d'otages ont mal tourné ? Combien de criminels ayant perpétré de véritables massacres as-tu arrêté ? Tu es inconscient Bruce, tu as le sang de nombreuses personnes sur les mains sans le savoir. Car tu es la source de ce mal. Tu as cette odeur de sang sur toi, dés qu'un crime est commis tu t'y trouves comme un vampire. Tu veux faire payer au monstre qui a osé poignarder n'importe quel citoyen. Mais jamais tu ne voudras faire payer à la chauve-souris son goût pour le sang. Tu es aussi fou qu'un autre Bruce, seulement, cette folie, tu la justifies par la justice. Ne parle pas de victimes avec moi, celle que j'ai faite étaient nécessaires, tout comme les tiennes, celles que tu n'as jamais pu sauver. »

Je ne voulais cependant pas qu'il pense que je parlais de ses parents. J'éprouvais un respect profond pour Thomas et Martha Wayne. Et puis, il fallait laisser les morts où ils étaient, à présent, ils ne pouvaient plus rien faire. Bien entendu, ce n'était pas le cas quand on avait un Lazare.


« Mon père est quelque part dans le monde, le Démon ne meurt jamais. J'ai pu y mettre toute ma force pour le tuer, il sera toujours là. »

Il devait sans doute comploter pour faire un retour violent et brutal. Peut être même que je n'y survivrai pas, mais j'avais déjà pris mes précautions. Et j'étais prête à lui faire face à nouveau si jamais il voulait se venger de moi. Peut importe qui il m'envoyait, n'importe quel assassin de la Ligue, ils allaient connaître qui est l'héritière du Démon.

« On peut tout faire avec un Lazare, Bruce. C'est une véritable fontaine de jouvence. N'importe quelle personne qui va bientôt mourir peut retrouver sa force d'antan. Au prix de séquelles psychologiques si l'usage est répété. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Dim 25 Jan - 14:40

Batman
The Dark Crusader
Coeur.

Elle m'avait touchée en plein coeur, oui, c'était le mot. Elle venait de me frapper là où ça faisait mal. Là où je pêchais non par orgueil mais par mauvais choix. J'avais fait le choix de m'éclipser de Gotham et par ce choix, j'avais précipité la mort d'innocents qui n'avaient nullement mérités un tel destin. Et je portais leurs morts comme des rochers sur mon dos, un poids qui me hanterait parce que je n'avais pas pris les bonnes décisions. Elle m'avait atteint, et je baissais la tête, les yeux fixés sur le sol, remémorant ma propre honte, ma propre disgrâce. J'avais échoué pour le moment, et le signal n'était clairement pas passé. Batman avait échoué. Que disait Père déjà ? Nous tombons pour mieux nous relever. Ma propre disgrâce doit me servir de force, elle doit m'aider à remonter la pente et à améliorer ce qui peut-être encore améliorer. Ce n'est pas en abandonnant et en ruminant que je réussirais à vaincre l'ambiance maléfique qui se dégage à Gotham City.

Batman - "Ces citoyens que j'ai abandonné, ces gens qui sont morts par ma faute ..."


J'aurais très bien pût lâché de nombreuses larmes, j'aurais pût laissé percevoir la moindre émotion, mais cela ne me faisait ni chaud ni froid. C'était plutôt une perception de l'échec de la promesse faite à mes parents qui me touchait au plus profond. Je relève la tête, déterminé, et sur de ce que je vais avancer.

Batman - "Ils ont cru en la société et en notre mode de civilisation jusqu'au bout. Et c'est à cause de criminels comme ton père, comme le Joker ou encore Killer Croc qu'ils ont été tué. Oui, je n'ai pas été là pour les sauver, mais tant que je serais ici, à Gotham. J'essaierais, toujours, encore, et encore, car je le dois."


Tout était dit. L'argumentaire de Talia avait son aspect vrai et son côté faux. Je ne peux pas être responsable des morts que les criminels occasionnent sur leurs passages. Ce sont des monstres à enfermer, ce sont des ordures que nous devons sans cesse barricader derrière des camisoles de force, sans retenue. Les tuer nous abaisseraient à leur niveau, et nous perdrions la face. Talia pensait surement que le meurtre justifiait la loi du Talion. Mais nous sommes en Occident, et nous devons montrer que l'espèce humaine peut faire un choix.

Batman - "C'est ce qui nous différencie toujours Talia. Je ne peux pas cautionner le meurtre. Et jamais je ne le pourrais."


Au fond de moi, c'était la blessure qui me hantait ce, depuis toutes ces années. La mort de mes parents, la mort de mon enfance, la mort de ma famille. Tout cela me hantait, et peut-être qu'être Batman donnait un sens total à ma vie. Je n'imaginais pas ma vie sans être le Chevalier Noir de Gotham City. Mais une chose était certaine : La vie à Gotham City s'améliorera tant qu'il y'aura des gens pour se lever et pour dire stop à ces atrocités. Le crime ne doit en aucun cas gagner. Même si la dernière et récente attaque du Globe avait tué énormément de dessinateurs et de journalistes, Black Mask paierait au centuple ce qu'il avait fait. Et j'y veillerais en lui arrachant son masque et en lui brisant son crane suffisamment pour qu'il passe énormément de temps en soins intensifs.

Batman - "Si je suis fou, ma place est à Arkham. Ce qui me terrorise, c'est qu'une fois derrière ces murs, je m'y sente comme chez moi."


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Dim 25 Jan - 15:38




Horse Steppin'

Il pensait sérieusement que quelque chose nous différenciait ? Il se trompait. Nous étions tous les deux des héritiers de ce monde en perdition. De ce monde, que nos parents avaient essayé de changer en vain. Les siens étaient morts, celui qui me restait, n'était rien de plus qu'un vieux fou qui pensait faire le bien en éradiquant la moitié de la planète. Oui, je ressentais moins de remords quand je tuais, mais cela ne faisait pas de moi un monstre pour autant, mon but n'était pas de détruire des populations entières pour faire un renouveau dans l'écologie. Qu'il ne puisse pas pratiquer le meurtre, était un fait. Qu'il ne puisse pas se résoudre à se rendre compte que la folie de Gotham venait de Batman, en était un autre. J'étais une preuve, si tout le monde venait à Gotham, c'était pour défier le Chevalier Noir.

Je n'étais pas vraiment là pour le défi, j'étais ici pour mon propre compte, mais je m'inquiétais plus quand je savais que des gens comme Shiva se trouvaient dans le coin, Bruce pouvait être puissant, face à de tels combattants, il ne faisait clairement pas le poids. Et même sa bande ne pouvait pas le protéger, même moi je ne pouvais pas. Il avait enclenché une machine infernale, et le Joker n'était pas la pire enflure à Gotham, il y avait bien pire.


« Tu n'iras pas à Arkham, c'est une chose impossible. Et quand bien même tu y serais enfermé... »

Arkham ou BlackGate revenait au même, il y avait des fous dangereux à l'intérieur. Et si Batman y était enfermé, il ne tiendrait même pas une semaine.

« Si tu y serais enfermé, je te ferais évader. »

Qu'il ne pense pas que je sois sans sentiments, je tenais à lui. Il avait même été un de mes seuls espoirs pendant un moment. A présent quelques années avaient passé et j'avais appris à me passer de  ça. Mais je restais humaine, je n'étais pas une machine à tuer comme pouvait l'être Nyssa ou toute autre personne qui était restée un peu trop longtemps sous l'influence de Ras. J'étais en quelque sorte la gamine du clan, celle qui voulait absolument s'émanciper, et j'y étais arrivée sans mal, je contrôlais à présent ma vie et mes desseins.

« Essaie déjà de te connaître parfaitement avant de vouloir connaître les autres Bruce, que tu sois trop confiant finira par te perdre. La maîtrise de soi, prime sur le reste. Tu dis que tu n'es pas un meurtrier, mais un jour, ça deviendra ta faiblesse et tu finiras par tuer quelqu'un. N'emprunte pas le même chemin que moi. »

Je ne le menaçais pas, je le mettais en garde. Il pouvait croire en ses capacités, un jour tout pouvait s'effondrer, l'empire qu'il avait construit. Tout pouvait être détruit en une fraction de secondes. Au loin, des sirènes se faisaient entendre, chouette ambiance, on ne pouvait pas rêver mieux à Gotham. C'était une nuit comme les autres, à part cette rencontre qui était imprévue. Le hasard sans doute. Bien qu'il soit tard, et que je n'allais pas tarder à me diriger vers Head's Lair, j'avais cette envie de rester sur ce toit, sans doute parce que Bruce était là.

« N'essaie pas de changer le monde, tu n'y arriveras pas et tu finiras comme mon père. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Dim 25 Jan - 21:48

Batman
The Dark Crusader
Talia.

Elle aurait pût être ma femme oui, elle savait dire les choses qui blessent mais les choses vraies, les choses qui se disent dans un couple et qui peuvent amener un changement. Oui, dans une vie parallèle, dans un monde parfait, elle aurait surement été une femme parfaite, une femme avec qui vivre serait agréable, malgré le fait qu'elle ait un caractère aussi dur et aussi froid que moi. Cela aurait très bien pût marché, mais tant qu'elle resterait tiraillée dans son amour pour son père et dans son amour pour moi, on ne pourrait pas s'entendre sur de nombreux sujets. De plus, elle avait certes "tué le père", elle gardait néanmoins une certaine peur de celui-ci et ne semblait pas encore déterminée à couper le cordon définitivement, du moins pas encore. Et le vieux Ra's était un sacré magouilleur, toujours là pour la monter contre moi quand cela l'arrange. J'aimais Talia, tout comme j'avais aimé Sélina, Julie, Sasha, et d'autres, mais pour leurs sauvegardes et pour leurs protections, Batman devait rester seul et donner le change en société. Est-ce humain de vouloir vivre une vie normale ? Est-ce humain de vouloir, à chaque fois que j'endosse le costume, de vouloir quitter cette vie de folie pour une espérance de vie plus douce ? Le confort d'un foyer et perpétuer la lignée des Wayne ? Alfred serait d'accord avec cette idée, et voila que maintenant, Talia me fait douter des principes profonds qui régissent ma condition d'être. Je la regarde, les yeux fixés sur elle, la pluie commence à tomber doucement, telle une pluie de perles, douces et agréables.

Batman - "Talia ..."


Je m'avance un peu plus près d'elle, l'eau commence à couler du sommet de mon crane en cuir sur le bout qui forme mon nez, laissant quelques gouttes d'eau pendre négligemment. Je l'observe doucement, calmement et je me laisse aller à une rare et très brève tentation. Je la saisis par la main, je sens sa chaleur à travers mon gant. Et je m'imagine une vie où nous pourrions être, elle et moi, libérés de nos engagements face à nos familles. Talia était une femme que l'on ne pouvait pas oublier, vraiment pas. Elle me désarçonnait à chaque fois, depuis que je l'avais connu, son parfum, ses baisers surprenants, et cette fois où elle m'avait ôté mon masque pour soigner mes blessures chez Vertigo. Et soudain, la réalité me revient à la figure, amère, et fichtrement déprimante.

Batman - "Dans une autre vie, je t'aurais suivi, sans hésiter ... Mais si je n'avais jamais été Batman, m'aurait-tu accordé un simple regard ?"


Question surement piège. Mais tellement vraie. Ra's était tellement obnubilé par sa recherche d'un héritier qu'il avait sciemment influencé sa fille à tomber amoureuse de moi. Ou bien n'était-ce que cette chimie magique que l'on nomme le hasard qui faisait ce genre d'évènements ? Nous ne le saurions jamais à vrai dire. Il est humain d'aimer et de ressentir des émotions pour Bruce Wayne, il est normal de rêver et de trouver un semblant de vie, même fictif pour Bruce Wayne. Mais Batman ne devait pas s'arrêter, il ne devait pas se plier, même s'il était un homme derrière le masque, à des émotions et à des rêveries. Il était l'incarnation d'une justice naissante et équitable, il ne pouvait pas se permettre le moindre faux pas qui pouvait le détruire. Je lâche sa main, et je retrouve les ténèbres, les espoirs glacés, les ténèbres, seules et immuables ...

Batman - "Je sais que nous nous reverrons très bientôt, Talia. Promet moi cependant de ne pas commettre d'erreurs."


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Mar 3 Fév - 15:48




Horse Steppin'

La seule chose que je pouvais retenir à présent, c'était que j'étais amoureuse. Oui... Amoureuse, quelle conne je faisais... Et on ne pouvait pas faire croire que je l'étais devenue à cause de l'influence de mon père. Non, ça, je l'avais décidé par moi même et sans l'avis d'une personne extérieure, j'étais au début emprunte de folie vis à vis de lui, avec le temps, tout se calma mais il restait toujours cette étincelle, qui risquait à tout moment de mettre vraiment le feu aux poudres. Et si il n'avait pas été Batman ? Alors je ne serais pas Talia Al Ghul, c'était aussi simple que ça. Nous étions un seul et unique lien. Oui, je passais pour folle, sans doute qu'un jour, j'aurai une cellule réservée à Arkham, j'espère au moins qu'elle sera assez luxueuse... Mais je devais me ressaisir, ne pas me laisser aller, j'étais beaucoup plus dure que ça, j'étais la Fille du Démon, et je ne devais en aucun cas me faire avoir par cette faiblesse.

« Tu n'étais pas Batman, je ne serais pas là, ni ailleurs, je n'existerais tout simplement pas. Je serais réellement une ombre, et tu n'aurais sans doute jamais connu la Ligue ni une quelconque organisation criminelle. Oui, tu serais resté une personne lambda avec une vie toute autre et une famille. Et alors, je me serais trouvée à ton opposé, ce que certains appellent dans les films, les femmes fatales. Et si ta route aurait croisée la mienne, ça aurait été pour une seule et unique raison. Te tuer. »

L'aurais-je fait dans ce cas ? Sans doute. En tant qu'assassin, on ne regarde pas souvent la cible. Surtout quand il s'agissait d'une personne normale, avec une simple identité citoyenne. Dans ce bas monde, une vie n'avait pas un prix inestimable, il ne s'agissait que de contrats et d'autres mises à prix sur certaines têtes. Moi même, connaissant bien le milieu, avait mit une prime sur Ras. Le monde était fait d'une telle noirceur... L'homme rivalisait finalement très bien avec le diable, l'enfer sur Terre existait réellement, et il s'agissait de Gotham. Pouvait-il y avoir des créatures de la nuit comme Batman pour défendre les âmes damnées, il y avait toujours d'autres menaces qui pouvaient régner pour ceux qui osaient s'en prendre au peuple. Des démons, des vrais. Du même gabarit que Shiva, aussi destructeurs. Je faisais parti de cette caste, sans vouloir me vanter. Nous pouvions, nous considérer dans un élan de fierté comme au dessus de ces simples justiciers.

« Je sais quand je commets des erreurs, certaines arriveront sûrement. Ne pense pas que je suis totalement clémente envers Gotham, j'ai des projets pour la ville qui ne risquent pas de plaire à tout le monde... »

Il n'avait pas à en savoir plus, il interviendra si il le jugera nécessaire, en attendant, personne ne pouvait m'écarter de mon objectif final. Je lui tournais aussi le dos, me dirigeant à l'opposé du toit. Je n'avais tout de même pas toute la nuit pour discuter. Je n'étais pas insomniaque et la fatigue pouvait parfois faire faire de lourdes fautes qui pouvaient parfois coûter la vie.

« Pars maintenant. Plus rien ne nous retiens, du moins pour l'instant... »

Et sans lui jeter un regard, je continuais mon chemin, regrettant tout de même ces paroles, je voulais me rendre guerrière alors que je ne l'étais pas totalement... Et peut être que c'est ça qui me perdra un jour...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Horse Steppin'   Jeu 5 Fév - 11:28

Batman
The Dark Crusader
Nostalgie ...

Ce mal relatif à tout être humain me touchait de plein fouet. J'étais Batman mais néanmoins, je ne pouvais pas oublier ma première rencontre avec elle, tout avait eu l'air d'un conte de fée. La belle brune prise en otage par le Docteur Darrk, moi qui sauve la belle et elle qui panse mes blessures dans un cachot humide et sombre. Mais elle avait été là, et ce regard, ce regard qu'elle m'avait jadis lancé, je m'en souviendrais toute ma vie. Mais la nostalgie assaille l'homme qui prend de l'âge. Et même si Batman doit se montrer insensible, Bruce Wayne pouvait avoir une petite part pour lui, une part de tristesse et de déception. J'étais battu, ce soir, et la reine venait d'emporter le cavalier.
Les pensées m'assaillirent comme une voiture lancée vers un mur de béton armé. Durs, les mots de Talia me confortèrent dans mon idée première : ma mission. Nous ne serions jamais ensemble et je devais avancer, maintenant, et sans tarder. Si Talia devait enfreindre la loi, je serais là pour l'arrêter. La justice des hommes est pour tout le monde, et les sentiments ne sont pas à prendre en compte. Talia était un amour passé, je ne me rappelais plus énormément des détails de ce qui s'est passé dans le Sahara, mais je sais que cette nuit fut magnifique, mais la nouvelle du lendemain m'avait "secoué". Elle voulait un fils, où je l'avais imaginé ? Alors que je la regardais partir, j'aurais très bien pût la rattraper, la prendre dans mes bras, et laisser parler mes sentiments. Mais Batman était Batman, et c'était pour cela que l'on me craignait. Je ne devais montrer aucun point faible, aucune possibilité à mes ennemis pour me vaincre, et Talia devait rester hors de mon entourage si je ne voulais pas la voir mourir.

Batman - "Talia ..."


Combien de femmes avais-je brisé pour cette promesse faite sur la tombe de mes parents ? Andréa ... Vicki ... Julie ... Rachel ... Talia ... Combien de femmes avaient dût quitté Gotham le cœur brisé car je n'avais aucune attirance réelle pour elles ? Je les ai aimées, oui, à la manière de Bruce Wayne, mais Batman ne connait pas l'amour, Batman ne combat pas avec des fleurs et des pâquerettes, Batman doit rester une statue, un mur, un rempart de glace face à la folie. Chose que je m’employais à être depuis quelques années maintenant.
Pendant quelques minutes, mon âme se posa quelques questions. Avais-je le droit au bonheur ? Avais-je ce droit que tout être humain pouvait obtenir au moins une fois dans sa vie ? Ma réponse était sans appel. Mon bonheur avait péri il y'a bien longtemps dans la ruelle de Park Row derrière le Monarch Theatre. Alors que les ténèbres s'engouffraient dans la ville de Gotham City, je balayais ces dernières pensées avant de me recentrer sur ma sortie de ce soir. J'avais une mission à accomplir. Dans mon oreille, Penny One avait surement entendu ma conversation. Il me ferait surement un petit sermon tout à l'heure quand le temps viendra. Je décroche un grappin de ma ceinture et je m'envole vers d'autres toits.

Ma mission continue, et elle doit continuer.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Horse Steppin'   

Revenir en haut Aller en bas
 
Horse Steppin'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: