Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Traditions. Enseignements. Mafia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Traditions. Enseignements. Mafia   Mar 20 Jan - 23:27

Enfin, pensais-je, je suis enfin arrivé à destination.

Je me trouvais dans le quartier d'Otisburg à Gotham. C'était ici, dans ce quartier, que ma nouvelle vie allait prendre forme. Et, bien que le fait de démarrer une nouvelle vie fut décidé par ma Famille, cette idée ne me déplaisait pas. Au contraire. Recommencer une vie dans une nouvelle ville, un nouveau pays. Faire table rase -ou presque- du passé, tout ceci n'était pas donné à tout le monde. Je me devais de saisir cette opportunitée. Cependant, même si je recommençais tout, je me devais de rester fidèle à ma famille. A ses enseignements. Et, je me devais également de continuer à me souvenir des êtres que j'avais, par le passé, perdu. 

Je venais de sortir des Docks et je faisais à présent face à une ruelle. Dans cette ruelle, un peu plus loin sur le trottoir, les contours de ce qui avait été -un jour- un individu vivant était marqué à la craie. Par ailleurs, il était encore possible de voir une tâche de sang au niveau de -ce qui avait été un jour- son entre-jambe. Pauvre homme, pensais-je, il est certain que la voleuse en avait après ses plus gros bijoux. Délaissant cette représentation d'eunuque, non sans m'assurer que ma bourse personnelle était encore à sa place, je poursuivis ma route sur ce même trottoir. Prêtant attention à ce qui m'entourait, pour ne pas me faire voler à mon tour, je vis assez vite que les différents immeubles que je pouvais voir donnait un sentiment d'insécurité. Ce sentiment était par ailleurs renforcer par les différents lampadaires, qui émettait une lumière quasi lugubre. Vraiment, il ne semblait pas faire bon sortir la nuit dans les rues de Gotham.

Gotham. Une ville, a ce que l'on disait, à l'image de ses habitants. Étrange. Dérangé. Malade. Et, n'étant pas médecin, je n'avais aucunement l'intention de la guérir. Ma famille m'avait même envoyé ici afin de connaitre son potentiel, pour ses activités. Alors, en définitive, je n'étais vraiment pas là pour la guérir. D'ailleurs, dans cette affaire, je n'étais qu'un envoyé. Un pion. Un pion bien élevé, puissant, important de par sa filiation mais néanmoins un pion sacrifiable. Pour mes parents, seul mon frère comptait. Seul l'héritier de l'empire avait de l'importance. Je n'étais qu'un faire-part. Qu'un avertissement destiné à effrayer ceux qui souhaiteraient prendre les armes contre eux. Cependant, ma tâche ici, en ce jour, était bien différente. Je devais rencontrer le "Don" le plus à même de m'aider à m'intégrer dans cette ville, à m'y faire une place. Ainsi, je devais rencontrer le "Challanger" de ceux déjà établit ici. C'était un pari risqué mais, selon les traditions de ma famille, c'était ainsi que je devais procéder. "Don" Cesare Regoli. C'était ainsi que ce nommait cet homme.

Soudain, alors que je me trouvais une rue plus grande et plus large -sans doute l'une des artères de ce quartier- une bourrasque d'un vent frais mais sentant les égouts se fit ressentir et me ramena à la réalité. Cette odeur était putride. Seul un mort qui aurait fait un jour prolongé dans les égouts et qui m'aurait roté à la figure aurait pu rivaliser avec cette odeur. Vérifiant néanmoins l'absence de revenant, je releva mon col et enfonça mon cou à l'intérieur de ce dernier. Regardant successivement l'heure -il était grand temps de dîner- et la carte "de visite" griffonné par l'employé des Docks, j'en conclue que j'étais arrivé. Je me trouvais devant le numéro indiqué et j'avais mis -à une minute près- le temps indiqué par cet homme. J'étais donc arrivé devant l'immeuble qui servait de Quartier Général à ce Don en devenir. D'ailleurs, selon l'homme des docks, l'homme que je m'apprêtais à rencontrer serait, dans un futur plus ou moins proche, le futur "Don" de la ville. Ainsi, intrigué par les paroles de l'homme à qui je devais ses renseignements, je pénétra dans le bâtiment.

L'ascenseur s'ouvrit sur un couloir court et étroit, où un maître d’hôtel attendait. Il était habillé sobrement, tel un maître d’hôtel de la décennie passée. Cependant, son regard semblait accusateur. Presque mauvais. Ce dernier, après m'avoir dévisagé m'indiqua, d'un ton sarcastique, que le restaurant était plein pour ce soir et que si je souhais manger à l'intérieur, je devais avoir une réservation. Souriant à-demi, et d'un ton calme et froid j'expliqua à cet homme, avec un accent français à peine exagéré, ma venu en ces lieux:

" Je ne suis pas venu ici pour goûter à la gastronomie Italienne, chère monsieur. Je souhaiterais voir le maître des lieux. On m'a dit qu'il se nommait César, comme le Romain. Ou comme la Salade, c'est à vous de voir. Ainsi, dite à cet homme qu'un Monégasque est venu le saluer, selon les traditions de sa famille. Et tout respect."

Du moins, c'était suivant cette tradition que j'avais été élevé. Et j'espérais qu'il avait reçu la même éducation. L'homme tourna des talons et se dirigea vers la salle du restaurant. Patiemment, j'attendis le retour du maître d'hôtel. Puis, lorsqu'il revint enfin, il m'invita à entrer. Bon point pour moi, pensais-je. Ainsi,  je puis voir ce qui se cachait derrière ces portes. Et je ne fus guère déçu. Un restaurant chic et moderne mais néanmoins sobre, était dissimulé derrière ces portes. Par terre, je marchais sur une moquette bleue nuit qui semblait être neuve. Les tables, rondes, étaient drapées en rouge et vert. Cependant, le plus impressionnant était la vue -à quasi 360°- qu'offrait ce restaurant. Seul quelques bâtiments, qui culminaient encore plus haut dans le ciel de Gotham, bloquait par endroit la vue. Cet homme semblait voir en grand. Cela semblait être fort intéressant. Revenant sur terre, je pus constater que j'étais la victime de nombreux regard perçant. Homme. Femme. Tout le monde me dévisageait. Était-ce ma tenu vestimentaire ou la direction vers laquelle je me dirais qui les fascinaient tant. Peut-être les deux. Après tout, je portais un manteau de cuir noir à capuche rouge, un tréi militaire noir et blanc ainsi que des rangers noir fraîchement cirées. Avec cette dégaine, je ressemblais plus à un gros bras qu'à un fils de mafia. Et ce n'était vraiment sans me déplaire mais cela ne semblait pas correspondre au standing de cet établissement. Mais peut m'importait, j'étais venu pour faire et faire un défiler de grand couturier.

Soudain, on m'arrêta devant la table d'un homme, habillé tel un Italien des années 70, mangeant seul à une table. L'air sentait le tabac froid mais aucune cigarette ne se trouvait dans le cendrier. Étrange. Cependant, cela ne m'inquiétait guère.

" Il m'a toujours été répété qu'il ne fallait pas déranger un homme durant son repas. Surtout un Italien mangeant des pasta. Il m'a également été appris que lorsque l'on se trouve en terrain inconnu, il est important de saluer le nouveau -et récent- conquérant. Alors, est-ce bien vous que je dois saluer ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   Jeu 22 Jan - 2:04

Une petite journée tranquille. De l'argent est rentrée dans les caisses de divers manières. Les revenus du restaurants bien sur qui sont de plus en plus florissant mais pas que. Le trafic de drogue à lui aussi été prolifique. Quelques extorsions et volent de droite à gauche ont fait de cette journée une très bonne journée. 


Je suis alors assis à ma table en train de manger mes tagliatelles sauce pesto quand on m'apprend que quelqu'un demande à me voir. Comme à mon habitude je l'y autorise, en prenant des précautions. Mes hommes de mains qui surveillent la salle patrouille dans la salle de restaurant comme s'ils étaient de simple employés. Toute fois ils sont armés et peuvent dégainer à tout moment. L'homme rentre et s'avance jusqu'à ma table. Quelques politesses plus tard c'est à moi de parler. 


" Déjà je te souhaite la bienvenue ici ami européen. Je suis effectivement celui dont tu parles mais j'espère rapidement être le conquérant de quelque chose de plus grand que ce restaurant. 
Je te propose de t’asseoir à ma table est de commander ce que tu veux sur la carte. Je suis désolé mais les vins que nous avons ici sont à des années lumières de ceux de votre pays ou même du miens. Le trajet transatlantique les abîme fortement. "  


Je lui montre alors la chaise et le laisse s'asseoir. Rapidement, un des serveurs vient à notre table pour prendre la commande de mon invité. Moi pendant ce temps je prend une fourchettes de pâtes que j'enfourne directement dans ma bouche. Prenant alors mes derniers force pour débuter une discussion surement tourner affaire. Si jamais c'est un indicateur venu tout droit du G.C.P.D alors il finira avec des plombs dans tout le corps. Si c'est un envoyé d'une autre famille de Gotham alors ce sera le même tarif. Malgré tout j'avais l'impression qu'il était sincère et qu'il n'en voulait pas à ma vie. De tout façon il à intérêt car jamais il ne s'en sortira vivant. 


" Sinon confrère monégasque, quel est votre nom ? Mais peut être même plus important: que voulez vous de moi? Votre séjour à Gotham n'a pas l'air d'être très tourné tourisme, cependant si c'est les affaires qui vous préoccupes sachez que cette ville n'a rien avoir avec le reste du monde. Bien sur je peux toujours vous aidez. Alors détendez vous, prenez du vin et racontez moi tout ça." 


Voilà qui est bien fait. Maintenant je n'ai plus rien à faire. Uniquement à l'entendre me raconter ses histoires et surtout pourquoi il est venu jusque ici pour me voir spécialement. De quoi me laisser manger mon plat tranquillement.


Je prend alors une autre bouchée de pâte, puis enchaîne avec une bonne rasade de vin rouge. Ce dernier est bon mais loin, très loin de la saveur qu'il aurait eu si nous étions en Europe. Celle ci me manque un peu d'ailleurs. Mon Italie chérie, terre de mes ancêtres, celle qui m'a vu naître ainsi que tout les REGOLI avant moi. Je devrais y faire un tour un de ces quatre. D'ailleurs je dois toujours avoir une propriété là bas, celle de mon père qui à été de la petite guerre à Foggia dont j'ai réussit à sortir vivant.

Trêve de rêverie je me re-concentre sur mon interlocuteur pour écouter ses réponses à mes questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   Jeu 22 Jan - 4:44

Debout, je regardais inlassablement cet homme qui venait de m'avouer être le "Don" du quartier manger ses pâtes. Il était si décontracté et avait accepté avec une telle facilité ma demande d'entre-vue que je le soupçonnait d'avoir été prévenu -sans doute par l'employé des docks- de ma venu. A moins qu'il ne soit sur-protégé et armé lui même, pensais-je alors. Cependant, ce genre de chose n'avait gère d'importance dans la situation actuelle. Je n'étais pas venu ici avec de mauvaise intention. Je n'étais ici ni pour chercher querelle ni pour trahir une familla. Mes propos étaient sincère, comme souvent d'ailleurs, lorsque je me devait de respecter les traditions familial. Attendant la fin de son allocution, je pris place face à lui comme il me l'avait indiqué, tout en le remerciant de me souhaiter la bienvenue dans cette ville. Très vite, un homme habillé très proprement, tel un serveur Italien des années soixante-dix, s'avança pour prendre ma commande. N'ayant aucune idée de ce que ce restaurant proposait -ni des tarifs qu'il pratiquait- je lui demanda des spaghetti carbonara avec un accompagnement d’escargot au beurre persillé, si le "Chef" en possédait et un vin rouge légèrement fruité. Après m'avoir remercié pour cette commande, le serveur reparti en direction de ce qui semblait être les cuisines. Ce soir, et si la discutions n'était pas interrompu trop tôt, je mangerais Italiano-Français. Un bon mixe au vu de l'entre-vue qui s'annonçait.

" Je me nomme Nick Hemer. Cependant, Hemer n'est pas le nom de la famille qui m'envoie. Cette dernière se nomme "Marechal" et règne sur Monaco et ses alentours. Son principal secteur d'activité est l'industrie du sexe. "

Je fus interrompu par l'arrivé du serveur. Ce dernier m'informa que le chef n'avait pas d'escargot en stock actuellement mais que, afin de satisfaire un véritable français, il avait envoyé l'un de ses commis en acheter. Remerciant le serveur, et lui demandant de remercier également le chef de sa générosité et de sa bonté. Je ne sais pas si c'est parce que je suis en entretiens avec le patron du restaurant, mais ils savent comment traiter les clients ici, pensais-je. Je poursuivis alors:

" Comme vous l'avez soulignez, je ne suis pas ici pour me détendre. Enfin, pas de suite. Si je suis ici, c'est que ma famille souhaiterais apporter son expertise dans son domaine de prédilection. Beaucoup de personne pense que gérer de tels affaires est choses simple. Mais, en ce monde, rien n'est simple. Surtout lorsque la marchandise est vivante. Ainsi, je vous propose une collaboration. "

Je fus une nouvelle fois interrompu par le serveur. Il avait dans ses mains une bouteille de " Valley of the Moon ". Une cuvé jeune mais avec un peu de corps, datant de 1995 et semblant pleine de promesse. Il déboucha sa bouteille et m'en versa un peu. Puis, tel un œnologue, je me mis à regarder le vin que l'on m'avait versé. Ce n'était pas tant pour admirer sa robe ou humer ses arômes fruité, mais plus pour détecter toute tentatives d’empoisonnement. Et, à ce que je voyais, et au bouchon que le jeune homme avait en main, il n'y avait que peu de risque. Le remerciant encore une fois, je lui demanda néanmoins de poser la bouteille sur la table. Buvant une gorgé de ce nectar, je poursuivit tout en m'excusant:

" Pardonnez-moi cette impolitesse mais, lorsque l'on me propose du vin, ma nature française reprend le pas. Par ailleurs, vous semblez avoir une bonne cave, même loin du terroirs Européen. Et je vous en félicite, vraiment. 
Pour en revenir au affaire, je pense que cette collaboration pourrait être bénéfique à tout le monde. Tout d'abord à ma famille qui prendrais un secteur d'activité lucratif. Puis à vous, puisque ne vous reverserons une part des bénéfices, étant vos votre protections et sur votre territoire. De plus achèterions nos doses chez vous. Vous deviendriez notre unique fournisseur en la matière. Bien évidemment, cela ne se fera pas sans vague. Surtout au début.
"

Alors que je m'apprêtais à prendre la carte de mon frère dans la poche intérieur de mon manteau, je sentis comme un malaise dans le restaurant. L'atmosphère était lourde et le restaurant était silencieux. Beaucoup trop silencieux. Pensaient-ils que je m’appétais à sortir une arme de mon manteau. Croyait-il que je risquerais de faire feu dans un endroit pareil. Vraiment, ses gens étaient des fous. Ou était-ce la ville qui les rendaient comme ça. Cependant, j'avais envie de jouer. Un peu. Après tout, je n'étais pas vraiment le plus sain d'esprit de cette pièce. Alors, d'un geste assez vif, je pris la carte de mon frère et la tendit au "Don". J'entendis alors deux tintement métallique distinct. Le sourire au coin des lèvre, je me plus à m'imaginer avec deux canons de revolver braquer sur moi. Décidément, Gotham était plein de rebondissement. J'adore ça, pensais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   Ven 23 Jan - 1:37

Un vrai amateur de vin ça fait plaisir. Le problème c'est que malgré son compliment je ne suis vraiment pas satisfait de ma cave que je juge trop maigre. Mes vins n'ont pas le goût qu'ils devraient avoir et j'en suis déçu. J'accepte tout de même son compliment avec le sourire. Puis ensuite il m'explique clairement le motif de sa venue ici. De la marchandise vivante .... 


Ce n'est pas vraiment mon style. Je préfère des trafics de drogue et d'arme que je juge moins sale. Je suis encore mitigé par rapport à sa proposition. De plus ce quartier n'est pas totalement sous ma domination. Quoi que les autres familles ne font pas de commerce ici et je ne crois pas avoir trop de concurrence. Mes affaires marchent bien mais c'est vrai que je devrais étendre mon territoire comme mes ancêtres romains ont su le faire par le passé. Je veux cependant ne pas laisser partir quelqu'un comme lui. Il à l'air plus que celui qui vend les mérites de l'organisation de sa famille. Je dois en savoir plus immédiatement et je ne me fait pas prier. 


" Monsieur Nick Hemer, j'entends bien que votre famille puisse avoir un réseau de marchandise humaine important et lucratif là n'est pas le problème. En réalité, bien que mes activités ne soit pas encore élargies à leur paroxysme j'avoue ne pas être très attiré par un quelconque trafic d'être humain. Cependant je ne dis pas que je me ferme à toute proposition d'affaire avec votre famille. Je pense plutôt m'orienter vers d'autres secteurs d'activités. En tout cas j'ai tout de même quelques questions pour vous car je sens que vous êtes plus que le promoteur de votre famille. N'avez vous pas de talent qui, contre une somme d'argent, puisse être mis à mon service?" 


Ce Nick semble en avoir encore un peu sous la manche mais je ne saurais dire quoi concrètement.
C'est alors que dans le restaurant, à quelques tables de nous deux hommes commence à crier et frustrer toute la salle. Les clients se plaignent et malgré quelques avertissements, ne cesse leur chahut. Après avoir donné un ordre rapide l'un de mes hommes s'apprêtent à régler le problème des fauteur de troubles. 


Soudain une idée surgit dans mon esprit. J'arrête mon homme de main un peu déçu de ne pouvoir frapper ces deux idiots. Alors je regarde Nick droit dans les yeux pour qu'il comprenne automatiquement là où je veux en venir. Alors je prend la parole: 


" Monsieur Hemer, pourriez vous me faire une démonstration de la manière dont on règle ce genre de problème à Monaco s'il vous plait. J'aimerais bien vous voir à l'oeuvre et peut être m'inspirer de vos façon de faire. " 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   Ven 23 Jan - 3:12

Trafic d'être humain. Ce mot était, à mon sens, un peu fort. Cependant, je ne pus lui expliquer que le but n'était pas de réaliser un "trafic" à Gotham mais un "commerce". En effet, à quelques tables de nous, deux clients du restaurant se mirent à crier. Toute la salle c'était retourné sur eux. Et, sans en être mal à l'aise, ils se mirent à continuer. Criant, riant à gorge déployé et allant même jusqu'à se crier dessus. Ils représentaient typiquement une tranche de la population que je n'aimais guère, celle se moquant des règles établis par les gens puissants. Mais, peut être ne savaient-ils pas qu'ils se trouvaient dans pareil endroit. Un endroit à forte règle. J'étais pressé de savoir comment les hommes de main de ce nouveau "Don" régleraient cette affaire. En silence, comme le voulait la tradition Italienne ou de manière plus démonstrative et expéditive comme les américains avaient tendances à le faire. 

Cependant, alors que l'homme c'était approché de la table mise en cause, le "Don" rappela son chien de garde. Et, me fixant droit dans les yeux, il me demanda d'agir. Une mise à l'épreuve. Evidemment, je m'y étais quelque peu attendu, mais je ne m'étais pas imaginé qu'une occasion de faire mes preuves se présenterais ainsi. Et, bien que je n'avais aucune envie de m’exécuter, je n'avais pas le choix. Car, sous cette air de demande, il s’agissait d'un ordre. Mais pas seulement, d'un défi également. Il voulait sans doute savoir si les monégasques étaient capable de gérer leurs problèmes seul. Alors, afin de lui monter que ma famille n'avait besoin de personne, excepté de moi, je me leva. Après avoir regardé le commanditaire de cette expédition punitive avec un sourire sadique aux lèvres, je me dirigea vers table. Elle était situé non loin de nous, près des fenêtres du restaurant. A cette vue, une merveilleuse idée me vains à l'esprit. M'approchant des deux hommes, je me mis à lui dire d'un ton dur et froid:

" Je pense, messieurs, que votre dîner touche à sa fin. Il est temps pour vous de partir et, si vous ne voulez pas prendre le chemin le plus rapide pour descendre, je vous conseil de ne pas faire un bruit en partant. D'ailleurs, n'oubliez pas le serveur, je pense qu'il mérite un pourboire pour vous avoir supporté durant son service. "

Evidemment, je savais que mon discours ne les impressionnerais pas. Mais, de cette façon, je pus anticipé un plan de bataille au cas où ces hommes souhaiteraient en venir aux mains avec moi. Ce qui, sans me surprendre fut le cas. Le nature de l'homme est belliqueuse et tous cherchent un moyen d'exprimer cette nature. Et, ce soir pour ces hommes, mon discours était le déclencheur et l'excuse pour en venir aux mains. Il était clair à leurs regard qu'ils ne partiraient pas sans se battre. Ainsi, alors que le premier se mit à saisir sa chaise pour reculer, je m'empara de sa fourchette la planta dans sa main. Un cri déchira le restaurant. L'homme blessé tenait sa main ensanglanté comme si cette dernière était morte. Des larmes coulaient même sur son visage crispé par la douleur. Son compagnon, qui c'était levé, était resté figé face à ce spectacle. Alors, sans raison autre que celle de ma propre envie, je m'avança vers l'homme et le frappa au visage. Je sentis son nez s'écraser sous mon poing. Et, le vis s’asseoir sous le choc du coup. Il se tenait le nez d'ou du sang semblait couler abondamment. C'est alors qu'une douleur aiguë se mis à m'envahir au niveau de l'épaule. Le premier homme c'était remis du coup de fourchette et m'avait planté son couteau à steak. Ainsi, celui-ci semblait vouloir continuer à jour avec moi. Saisissant le couteau, je le planta dans la cuisse de l'homme qui, comme le précédent, s'écroula sur sa chaise. Puis, avec beaucoup de force, je le frappa au visage. Il avait à présent la lèvre ouverte. M'assurant le second ne voulait pas bouger, je marcha jusqu'à la vitre, se trouvant à deux pas de la table. 

" Maintenant deux solutions. Soit vous sortez par ici sans payer, soit vous passez par l'entrée en vous acquittant du dîner et d'un généreux pourboire. "

Ils n'hésiteraient pas longtemps. Sortant leurs porte-feuille, ils y déposèrent plusieurs billets et se mirent à partir en direction de l'ascenseur. J'entendis le fameuse promesse de vengeance mais je n'y prêta guère attention. Retournant à la table de mon hôte, où mon assiette m'attendait, je m'exprima:

" Désolé de ne pas avoir pu faire mieux mais, comme vous l'avez constaté, je suis meilleur avec les mots qu'avec mes poings. Il y avait bien longtemps qu'ils n'avaient plus servit de la sorte. " C'était évidemment un mensonge mais, le "Don" l'ignorait. " Pour ce qui est de l'accord que je souhaite passer avec vous, il n'est en rien question de trafic d'être humain. Ce que nous voulons établir ici est une entreprise rentable basé sur les besoins lubrique des hommes. Et de femmes. Nous souhaitons créer un complexe Bar - Club de Streap- LoveHotel - SexMotel. Ainsi, tout type de population pourrait être attiré par nos établissements. Comprenez vous ou j souhaite en venir ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   Sam 24 Jan - 15:14

Une belle prestation avec les troubles fêtes. Seulement les clients étaient maintenant apeurés et il ne faut surtout pas que la fréquentation de ce restaurant baisse. Je réfléchit alors à un coup marketing pour que les gothamites ne s'en délaisse pas. Il faudrait qu'une personnalité vienne ici. Une personnalité comme Bruce Wayne peut être. M'enfin, je vais bien trouver une solution une fois tout seul car maintenant Mr Hemer revient. Il s'assoit et nous recommençons à discuter. C'est lui qui démarre, il m'explique plus clairement les objectifs de sa famille et j'y vois plus clair maintenant. En fait, plus rien ne me donnerais raison de refuser un tel accord qui serais surement très lucratif. 


" Mon cher Nick, je me suis trompé. Mépris surtout par rapport à vos propos. Je pensais que les affaires dont votre famille s'occupait était un peu plus sale. Bien sur dans les conditions que vous venez de me proposer je ne peux refuser dans l'offre est bien vendu. Ensuite, pour un tel business vous savez que la sécurité est très importante ainsi que l'emplacement. Donc je pense que si vous ouvrez votre complexe dans cette rue alors je pourrais en assurer la complète sécurité. Après nous pouvons aussi discuter de la part des revenus qui me seront reversé une fois le projet lancé et opérationnel." 



C'est un projet super mais il ne faut pas que je perde la face. Je dois pouvoir en tirer un maximum vu que c'est tout de même moi qui me propose pour la sécurité. En plus, ce Nick est venu me voir moi, personne d'autre c'est qu'il a quelque chose derrière la tête c'est pas possible. Je pense qu'il faudra être patient pour savoir exactement pourquoi c'est moi qui ai été contacté. Mais là tout de suite je dois en savoir plus sur sa famille et ce que moi j'y gagne réellement. Mais avant tout ça j'envoie quelques uns de mes hommes s'excuser auprès des clients De plus je leur accorde tous une réduction de -50% pour ce repas et en espérant qu'ils reviennent rapidement ici. 


" Mr Hemer, voyez vous cette ville n'est pas simple alors bien sur moi je me porte volontaire pour aider votre famille mais dès qu'ils s'implanteront ici, beaucoup voudront la descendre. Je la protégerais alors évidemment contre les autres s'il le faut. C'est pour ça que je veux à tout prix savoir qu'elle serait la nature et le montant des bénéfices que engendré qui me reviendrait dans les mains. " 


Je finis mes pâtes juste après d'une seul fourchette. Prenant mon verre, je le termine lui aussi avec une grande rasade. Pour terminer le tout je m'allume un cigare et en pose un sur la table à l'intention de Mr Hemer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   Dim 25 Jan - 19:49

Une entreprise basé sur les pulsions animales, les instincts basiques et les besoins primaires des êtres humains ne pouvait que fonctionner. Et, d'après moi, cette nouvelle entreprise deviendrait rentable au niveau de la mi-année. Voir, avec quelques problème Mafieux, au bout d'une année. Ainsi, même si ce n'était qu'un projet entre mon frère et moi afin de moderniser l'industrie du sexe, cela pourrait nous rapporter gros. Et à tous. D'ailleurs, c'était pour cela nous avions besoin d'homme du calibre de Cesare. Il faut fallait un homme près à adhéré à notre projet, abandonner certaine tradition tout en gardant les valeurs fondamentales de nos familles. Il nous fallait un "jeune" "Don", avec de l'ambition et des moyens. Mais surtout, un homme dont la parole et la foie envers un homme pouvait lui suffire. Après tout, pour le moment, c'était tout ce que je pouvais lui donner. Ma parole. 

" Je vous suis reconnaissant, Don, pour cette confiance que vous semblez m'accorder. Et j'espère m'en montrer digne. " Buvant une gorgée de ce vin, qui n'était décidément pas mauvais, je poursuivis ensuite: " Pour ce qui est du complexe, je n'ai pas la moindre idée de l'emplacement qui pourrait en faire un business rentable assez rapidement. Je ne connais pas encore assez bien la ville pour cela. Cependant, dès que j'aurais fais quelques tours dans le quartier, ou si vous connaissez un bon emplacement pour un tel complexe, je pense que nous pourrons officialiser l'affaire. "

J'avais vraiment faim et le plat que le chef m'avait apporté était vraiment bon. Tout les goûts se mariaient à la perfection en bouche et je fus presque déçu d'avoir déjà terminé mon repas. Acceptant le cigare -et le feu- de l'homme avec qui je négociait, continua mon exposé:

" Je n'aime gère parlé de prix, de parts ou de salaires sans avoir réalisé une véritable étude de marché. D'ailleurs, tout déprendra de l'emplacement. S'il s'agit d'une conquête de votre part ou non. Plusieurs choses entre en ligne de compte. Ensuite, tout dépendra du nombre d'homme que vous souhaitez nous assigner, ce nombre dépendant lui même de l'emplacement de notre complexe. " Prenant quelques inspirations sur le cigare, afin de laisser à mon hôte le temps de comprendre et d'analyser mes paroles, je poursuivit ensuite: " Cependant une chose est certaine. Vous aurez 10% de nos bénéfices brutes et nous vous payerons pour le nombres d'homme assigné, ainsi que la qualité de ceux-ci. Ainsi, ceux ayant des armes plus performantes seront plus payés que les autres. Enfin, c'est vous qui toucherez l'argent et non eux. Afin que leurs loyautés ne puisse pas être reprise en cause. "

Je savais que la loyauté des hommes de mains d'un homme aussi influent que lui comptait énormément. Après tout, de nombreux traîtres potentiels se trouvaient déjà dans ses rangs, et je ne voulait pas être -moi ou ma famille d'ailleurs- responsable de certain agissement. Je ne souhaitait être qu'un client pour ses affaires. Rien d'autre. Et je ne voulait être connu que comme un simple homme de main. Un comptable pour les affaires de ma famille et non comme le second descendant de cette famille. Ni même comme l'ancien Mercenaire RedStreak. Après tout, c'était bien pour cela que j'avais pris ce nom "Nick Hemer". Hemer se trouvait être le nom que ma mère biologique avait souhaiter prendre à son arrivé au USA et Nick était le diminutif de mon véritable prénom. Ainsi, en vérifiant, personne ne pourrait voir un quelconque lien de sang entre moi et les Maréchal. J'étais, presque, couvert. Bref, je me devais de rester discret avec les hommes influant de cette ville. Éveiller les soupçons étaient la dernière chose à faire. 
" Monsieur Regoli, vous me parliez de vos affaires précédemment. Puis-je savoir quelle sont-elles précisément ? J'ai cru comprendre stupéfiant tout à l'heure. " Puis voyant que nous étions à présent vraiment seul, enfin sans compter les gorilles en chemise, je lui posa une autre question: " Par ailleurs, et veuillez m'excuser d'avance de cette curiosité mal placé alors que nous discutons affaire, mais je ne vois personne à vos côtés ce soir. Est-ce cette vie légèrement borderline, qui vous conduit à être seul ce soir ou est-ce cette ville qui ne contiens personne d'assez bien pour vous ? "
Ce n'était pas que je voulais vraiment savoir s'il était seul ou non dans vie privé, je souhaitait simplement savoir si ici, il était possible de trouver de jolie femme. Et, cette question avait d'attrait à la fois pour le travail mais également pour ma vie personnelle.   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   Mar 27 Jan - 23:47

Voilà que maintenant il est intéressant ce Mr Hemer. Je suis d'ailleurs vraiment flatté qu'il m'appelle "Don" mais ne le montre pas vraiment. Ce n'est pas que je rejette le compliment mais juste que je me suis crée une barrière émotionnelle pour être plus performant dans les affaires ou autres activités mafieuses. Un vestige de l'enseignement que mon père m'a prodigué. J'écoute ce qu'il a à me dire tranquillement en fumant mon cigare et en prenant garde à ce qui pouvait ce passer autour de moi. Bien entendu je n'ignore pas mon interlocuteur tant cela aurait été malpolie de ma part. J'ai tout de même une conduite de vie qui m'oblige à être courtois au maximum et surtout avec d'éventuels partenaires financiers. Quelque chose m'interpelle quand il me parle. Je crois que c'est lorsqu'il m'explique que j'aurais 10% des bénéfices brutes de la future entreprise de la famille monégasque. Ces mots ont titillés mon esprit et je sens l'appât du gain, un goût délicieux dans la bouche. Je ne peux alors m'empêcher d'esquisser un grand sourire que je dissimule au mieux en fumant de nouveau.


" Pour l'instant je ne vois pas pourquoi vous ne seriez pas digne de ma confiance mais bon seul le temps nous en dira plus je suppose. Je vous préviens tout de suite que je n'ai moi même pas vraiment d'idée d'implantation précise pour votre projet bien que ce quartier devrait suffire. Je vous conseil de faire quelques tours de quartier comme vous l'avez dit juste avant pour vous faire votre propre idée des environs. Aussi je pense que 10% est un chiffre adéquat. Il ne vous en demande pas trop mais permet de rémunérer mes services à bon prix tout de même. C'est un bon équilibre je pense. " 


Mes affaires, j'ai évité le sujet jusqu'ici mais maintenant il veut vraiment savoir. Ce n'est pas comme si je les cachait non plus mais par pur protection je n'ai rien dit. Du moins j'ai essayé car il a sans nul doute entendu le mot "stupéfiant". Une petite erreur de ma part mais bon il me semble évident que cet homme ne soit pas un indicateur de la police. Je suis alors disposé à lui parler de mes affaires illicites. Comme je le dit souvent il faut qu'il y ai un minimum de transparence entre deux partenaires financiers. De plus, la drogue et les filles sont deux activités pouvant se marier à la perfection. Il faut voir pour le croire je pense. 


" Effectivement Mr Hemer, mes activités tournent autour d'un réseau de commerce de stupéfiant. Un large réseau en réalité mais qui vise à s'étendre de plus en plus au fil du temps. Si vous ne le savez pas, je suis ici depuis moins d'un an et bien qu'il est vrai que mon ascension a été très rapide les bénéfices continus à augmenter. Maintenant il faut étendre le territoire, le réseau, pour étendre le pouvoir. Vous qui êtes du milieux devez être au courant de ce genre de chose.

Pour finir je peux vous affirmer qu'il y a des belles femmes ici. Malgré que je sois seul ce soir je peux vous l'assurer. En réalité je n'aime pas concilier vie privée et affaire donc je suis plus souvent seul lors de mon travail ! C'est juste à titre d'information bien sur." 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   Mer 28 Jan - 18:15

Cet homme semblait honnête et franc, du moins pour un "Don" de la Mafia. Il était bien connu dans le milieux qu'il ne fallait jamais faire confiance à ce genre d'homme aveuglément. Et, avec un père "Don", je l'avais bien compris. Ce que j'avais appris également, c'était que lorsque l'on s’engageait avec ce genre d'homme, il fallait toujours avoir un plan de secours. Et même avoir un plan de secours au plan de secours, pensais-je. Cependant, ce "Don" Regoli semblait être le genre d'homme que j'aimais côtoyer et avec qui il semblait possible de faire affaire. Tout semblait être possible avec cet homme. Toute sorte d'action, de transaction et d'accord du moment qu'aucune de chose n'allait 
contre ses affaires. Et, il était évident que j'allais garder un tel atout pour ma famille. Pour mes affaires. Alors, comme lui signifier tout ceci je me mis a lui dire: 

" En effet, il n'y a aucune raison pour que je ne m'en montre pas digne. Après tout, ce sera grâce à vous, votre générosité et votre aide, si la famille Marechal est en mesure de pouvoir s'implanté dans cette ville. Par ailleurs, dès que j'aurais trouvé un terrain propice à une installation, je vous le ferais savoir. Ainsi, nous pourrons commencer à parler véritablement de ce qui sera possible de faire entre nous et des différentes relations -commercial ou non- que nous pourrons instaurer. Néanmoins, cher Don, je vous remercie de cet accueil. "

J'avais fais exprès de ne pas parler de ces affaires. Après tout, il n'était pas de bon ton de parler plus que de nécessaire des affaires d'une famille. Surtout si celle-ci était bien établit. J'avais également tus le sujet des filles. Ce domaine m'était réservé. A tout point de vue. Et, je me devait de bientôt en trouver une. Une pour moi. Une avec qui m'amuser un temps. Une avec qui passer du -bon- temps afin d’oublier les aléas de cette vie. Et, peut-être que cette rencontre me permettrait de rencontrer des femmes prête à tout faire pour de l'argent. 

Cependant, j'en avais terminé ici. Je n'avais plus rien à ajouter pour le moment. Il me fallait à présent trouver un endroit où installer ce complexe. Et, ne connaissait absolument pas la ville de Gotham, cela risquait de durer un long moment. Bientôt, il me faudrait arpenter les trottoir de tout les quartiers afin de trouver la perle rare. Et, comme pour les femmes, j'allais devoir en visiter beaucoup pour en trouver un à mon gout. Tout était histoire de feeling dans la vie. Même dans les affaires. Et, j'allais devoir trouver le bon feeling pour trouver l'endroit propice ou monter mon commerce. 

" Don Regoli, ce fut un plaisir et un honneur de vous rencontrer. Je vous tiendrais donc au courant de mes avancés. Et, dès que cela sera utile, je vous contacterais afin de programmer un nouvel entretiens. " Regardant la table, j'ajouta " Et mes compliments au Chef. Ce repas était succulent. Par ailleurs, si je vous doit quelques choses pour ce repas, je vous réglerais à notre prochaine entre-vue. Et sachez que je suis homme à tenir mes promesses. "

Tournant les talons, je pris la sortie. J'avais de nombreuses à régler. Je ne devais surtout pas traîner.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Traditions. Enseignements. Mafia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Traditions. Enseignements. Mafia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: