Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les victimes de la science (PV Auffray Davids / Der Wolf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les victimes de la science (PV Auffray Davids / Der Wolf)   Lun 5 Jan - 9:16





C'est... assez spécial, de se réveiller avec cette chanson qui joue à la radio. Je me retourne lentement et je regarde l'heure qui est sur l'appareil : 11h30 AM. Je pense que c'est le moment de se lever... Où suis-je déjà? J'ai quitté New-York et j'ai conduit jusqu’à cette ville qui semblait, selon les rumeurs, pleine de potentielle... cela doit faire quelque jours que je suis arrivé et que je passe mes journées à relaxer ou dormir... Cela doit être pour cela que j'ai choisi un hôtel aussi luxueux que le Grand Hôtel Royal. Une chance que mon ancien employeur payait gracieusement, cela me permettra de resté un moment dans cet chambre confortable en attendant de trouvé une nouvelle place pour continuer mes... AH! Je me souviens! Je suis à Gotham! C'est ça! Sûrement l'une des villes américaines la plus dangereuse que je connaisse. Il parait que la loi est plus clémente quand on achète les types en bleu. Cela tombe bien, je pourrai faire mes ''expériences'' en toutes ''légalité'' avec ''l'accord'' des ''honnêtes'' agents de la police....



Je me lève et je cherche mes lunettes de soleil spéciaux, j'ai beau avoir fermé tous les rideaux de la chambre pour être en permanence dans l’obscurité quasi-total,mais aujourd'hui, je dois aller à l'extérieur en plein jour. Je dis toujours que mes lunettes sont spéciaux, c'est parce qu'aux lieux de bloqué une parti de la lumière, ses verres sont totalement noirs, bloquant toutes forme de luminosité venu agressé mes pauvres organes visuelles hypersensible depuis l'accident... Cela a aussi l'avantage de cacher la mutation qui en a résulter. Je préfère qu'on me prenne pour un type malpolie plutôt que d'effrayé les gens les plus sensibles de la population. Après tout, qui voudrai faire confiance à un type avec des yeux semblable à ceux des démons? Justement, voila mes lunettes! Ils étaient sur la radio. Merci Willliam du passé, tu savais que j'aillais pas les retrouver de sitôt si tu les aurait mis ailleurs.



Je me change et je m'habille avec mes vêtements habituelles. En plus d'être pas si mal, ils sont très confortable. Dans cette obscurité, je vois pas les couleurs, mais puisque mes vêtements sont a peu près tous de la même couleurs, cela ne me gêne pas. Je suis sur que ce sont mes jeans noirs et mon chandail gris foncé que je porte. Après avoir pris mon manteau, lui aussi principalement gris foncé, je rentre mes mains dans les poches intérieur. Parfait, mes ''taser gun'', modifié à la Pandora, sont bien là. J'espère que je n'aurai pas besoin de m'en servir. Pas parce que cela me gênerait de griller quelques criminelles avec un éclair de 15 000 volts, mais ces prototypes sont, pour le moment, conçu pour fonctionné une seule et unique fois quand elles sont utilisées à leur plein potentielle, donc en attendant de les solidifier, on y fera attention.



Une fois dehors, je me promène à pied et j'en profite pour voir certains immeubles de ce riche quartier de la ville tout en me rappelant...
''Monsieur Pandora, pourquoi 15 000 volts alors que 200 volts est suffisant pour maîtrisé la plupart des individu?'' m'a demandé un collègue scientifique à l'époque. J'avais seulement répondu ''Pourquoi pas?'' car cela ne le concernait pas. Il n'a pas besoin de savoir que...

Il y a un petit papier qui tombe a mes pieds, ce qui me coupe dans ma réflexion: une note que j'ai écris pour moi-même, sûrement. Je la ramasse et je lis que je dois refaire le plein de mes ''médicaments''. Tiens, c'est marrant, je me demandait justement pourquoi j'avais lu quelque part que je devais sortir aujourd'hui... Je range cette note dans mon manteau, avec les autres. J'ai déjà oublié pourquoi j'ai une dizaines de note, mais puisque l'écriture semble ordinaire, cela ne semble pas urgents donc je les relirais plus tard…


Une longue balade à pied plus tard, me voilà à l’hôpital central. Dans l’accueil, il y a quelques personne en ligne, j'imagine que cela prendra un petit moment avant que je puisse demandé mes comprimé de... c'est quoi le nom déjà? Je sors ma prescription mais je ne vois rien d'autre que des mots bizarre comme carboxyméthyl-amidon sodique ou phosphate de calcium tribasique... Bof, tant pis, le médecin le saura sûrement.


En tournant légèrement la tête, je vois une infirmière qui raccompagne une fille vers la sortie. J'allais recommencé a essayé de trouvé le nom de mon médicament lorsque j'ai entendu l'infirmière dire un nom qui m'est familier. 


''Au revoir, Mme Davids!''


 Davids? Cela fait des années que j'ai pas entendu ce nom. C'est bien la fille de Davids, LE Davids que j'ai connu avant sa mort? Je dois en avoir le cœur net. Tant pis pour mes médocs, j'en ai encore pour quelque jours de toutes façons. En marchant d'un pas accéléré, je la rejoins en quelques secondes à l'entrée de l’hôpital.


-''Excusez-moi jeune fille'',dis-je avec un ton neutre ''mais pourriez vous me dire le prénom de votre père? Je pense l'avoir connu... ''


Ce nom n'est, pour le moment, qu'un vague souvenir, mais je suis certains que quelque part dans ma paperasse, j'ai de quoi me rafraîchir la mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les victimes de la science (PV Auffray Davids / Der Wolf)   Lun 5 Jan - 20:16

Un grand bâillement m'échappe suivit de près d'un gémissement. Mes yeux sont encore fermés et c'est à peine si j'arrive à les ouvrir. C'est un véritable supplice, je suis toute courbaturée. C'est à peine si j'arrive à tourner la tête vers l porte de ma chambre. Un éternuement retentit dans la pièce et c'est une onde de douleur qui traverse chacun de mes membres de mon corps. Quand on sort d'une séance de sport avec M. White, on est sûr de ressortir avec l'impression d'avoir pris soixante-dix-sept ans seulement deux heures... Mais aujourd'hui c'est pire que d'habitude, je pense que je suis malade car en plus de pas avoir dormis de la nuit à cause de la douleur, je n'arrive même pas à me lever ni même d'éteindre mon réveil.


Ma tante, inquiète, finit par venir me voir en voyant que je n'arrivais pas pour le petit déjeuner. Elle s'approche de mon lit et s'y assoit en posant une main maternelle sur mon front. 


"Tu n'as pas l'air bien... Je vais appeler le lycée et dire que tu n'es pas capable de venir. Je t'emmènerai à l'hôpital avec moi vu que j'ai rendez vous là bas. Le médecin pourra s'occuper de toi."


Elle me baise le front avant de me laisser dormir jusqu'à dix heure. J'ai fait le calcul : sachant que les cours commencent à neuf heure et finissent à midi vu que cet après-midi je n'ai pas cours, je dois rattraper une heure de math, de français et d'histoire... La barbe. C'est mieux quand tu n'es pas absent car ceux qui te prenne les devoirs te les prends à moitié et je parle pas du devoir qu'il faudra rendre mais d'ont t'aura le sujet dans les mains que les cinq minutes avant de le rendre.


Bref, retournons à nos moutons : ma tante remarque que cette fois j'arrive à bouger même si c'est horriblement douloureux. Nous partons en voiture et arrivons à l'hôpital vers dix heures et demi. 


Une infirmière nous reçoit et ma tante prévenant que j'ai besoin de soin, la dame me conduit dans le bureau avec un médecin. La pièce est constituait de fauteuil sur lequel le patient s'assoit pour que le médecin l'osculte ce qui ne tarde pas à être mon cas. Il finit par s'assoir à son bureau et noter des choses que j'entends facilement grâce à mon ouïe fine :


" Fièvre, douleur dans tout le corps, légère prise au niveau des bronches, toux grasse, un petit rhume ainsi qu'une pâleur un peu plus... Blanche que d'habitude...sûrement manque de sang. Absence suffisant de fer. "


Il note d'autres choses puis me demande de pas bouger et qu'une infirmière va venir me voir. Pour la petite histoire, je manque d'un peu de sang et je souffre d'une mal circulation de ce dernier, rien qui mérite une intervention mais c'est fatiguant à un moment au sens propre. En général on me file du fer en comprimé pour un mois et ça suffit. L'infirmière finit par arriver et me donne tout les médicaments dont j'ai besoin. 


"J'ai donnée les médicaments qu'il faut à ta tante, tu as une petite toux ainsi qu'un rhume. C'est ce qui a du agraver ton état. On va juste te garder en observation une ou deux heures le temps que le médicament fasse effet. Tu pourras appeler ta tante à l'accueil pour qu'elle vienne te chercher."


Elle me mène dans une chambre seule pour que je dorme un peu. Il est midi et demi quand je me sens de nouveau prête à affronter le monde. Je me lève au moment où l'infirmière arrive. Elle m'accompagne à l'accueil et je laisse vite lubre vu qu'elle a l'air d'avoir des urgences ailleurs :


" Au revoir, mme Davids!"


Je lui fais un signe de la main puis nous partons chacune de notre côté. Je pense que je vais rentrer à pied. Ça me fera du bien...


J'ai pas le temps de penser ça qu'un jeune homme m'interpelle. C'est un jeune homme mais je saurai pas le décrire à cause de ses étrange lunettes. Je n'ai pas le temps même de me demandais qu'est ce que c'est comme lunettes qu'il me demande d'une voix neutre :


" Excusez moi jeune fille, mais pourriez vous me dire le nom de votre père ? Je pense que je l'ai déjà connu..."


J'ouvre de grand yeux suppliant, il a peut-être connu mon père ?! Ce serait vraiment beaucoup trop beau...


" Mon père était Geoffroy Davids et je suis sa fille Auffray Davids."


À l'oral le prénom et le mien se ressemblaient beaucoup, je crois que c'est grâce à ma tante...


"Est-ce que... Vous avez vraiment connu mon père ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les victimes de la science (PV Auffray Davids / Der Wolf)   Mar 6 Jan - 4:56

" Mon père était Geoffroy Davids et je suis sa fille Auffray Davids."



C'est bien ce que je pensais...


"Est-ce que... Vous avez vraiment connu mon père ?"



Ce prénom... le verbe conjugué au passé qui affirme la mort de cet homme... cela me reviens tranquillement en mémoire. Je lui raconte ce que je me rapelle de son père...


-''Geoffroy Davids... Collaborateur Européen et principal du projet G-63 jusqu’à sa mort, de 1991 à 1994... Ce qu'il a laissé après sa mort a permis de continué le projet avant son abandon progressif en 1997, les traces de ses expériences n'ont pas pu être utilisé jusqu'à leur plein potentiel...'' 


Je m'impressionne moi-même, ces derniers jours à me détendre ont dû me faire un bien fou. Tiens, je vais essayé de me rappeler d'autre chose à propos de lui. Je pense en regardant le ciel... après de longues secondes de silence, autre chose me vient en tête.



-''Geoffroy était important mais peu de scientifique du laboratoires avait le temps de lui parler au téléphone mais il faillait avoir un cerveau pour comprendre les complexité des notions . Puisque j'était un nouveau, c'était principalement à moi de l'écouter , de prendre en note et jouer les intermédiaires entre son laboratoire et le mien. Ainsi, sa collaboration lui rapportait des fonds qui l'aidait sûrement dans sa propre recherche...


Je parle tout bas, me demandant -'' Mais quel était le sujet de son dernier projet déjà...?''


Je baisse la tête lentement, mon regard quitte le ciel et je regarde la jeune fille droit dans les yeux en disant l'une de ses sages paroles.
-"Certaines fins justifient certains moyens tant qu'on ne dépasse pas certaines limites.''"


Son ultime projet...je me souviens...


- ''...c'était pour toi... Auffray Davids, un cadeau d'anniversaire pour tes dix ans ...''


Et là, j'ai comme un petit blocage. Comment je peut me souvenir ce détail-là? Je l'avais noté nulle part et cela fait cinq ans que cet événement est arrivé. Ce genre de détail s'oublie normalement. Je regarde le sol quelques secondes, pensif, puis je relève les yeux. Je me souviens...


-''J'ai gardé les discutions que j'avais avec lui sur disquettes, ces disquettes sont sûrement quelque part dans l'une des boîtes de ma chambre à l'hôtel. Je suis certain qu'avec mon ordinateur, on pourrait écouté leur contenu.''


D'habitude, je ne prend pas le temps de revivre mon passé en tant que scientifique militaire à cause de la manière que cela à terminer mais si la fille de Monsieur Davids voudrait entendre la voix de son défunt père, je serait prêt à faire une exception.


-''Mais une fois dans ma chambre, tu devra touché a rien, certaines boîtes doivent resté fermer, qu'importe que qu'ils semblent contenir.''


J'ai au moins deux boîtes du projet G-63, dans la première, il y a des informations sur Geoffroy lui-même et ses proches, dont les fameux enregistrements téléphoniques ,que l'armée voulait jeté car selon eux, c'était devenu inutile après l'abandon du projet. Je pense que je l'ai gardé pour des raisons personnelles mais l'autre boîte, celle qui ne devrait jamais être ouverte en présence de quelqu'un d'autre que de moi-même, contiens les informations que j'ai ''emprunté'' au laboratoire militaire. Il y a même des fioles contenants des liquides, des traces d'expérimentations que mes collèges et moi-même avions fait et testé sur des prisonniers condamné a mort.


Je me souviens qu'aucun d'entre eux ont survécu plus de trente seconde aux mutations. La douleur étant impossible a encaissé... dans le meilleur des cas, je veux dire.
Je pense à autre chose avant d'avoir des images clairs qui reviennent dans ma tête.


Sa fait au moins une bonne minute que je la regarde sans rien dire, perdu dans mes pensés comme d'habitude. Je lui adresse a nouveau la parole avec un ton aussi neutre qu'au début.


-''Si cela vous intéresse, je n'ai qu'à appeler un taxi et d'ici 5 minutes, nous serons devant mon ordinateur, au Grand Hotel Royal. Qu'en dis tu?''


Bien évidemment, je ne souhaite pas lui montré le projet G-63 au complet, mais peut-être, si possible, les dernières conversations que j'ai eu avec son père serait quelque chose d'intéressent. J'aurai voulu écouté a nouveau ces enregistrements seul au cas où qu'il y aura des choses inapte à son âge. D'ailleurs, je sais qu'elle a 15 ans mais mes yeux me disent qu'elle en a aurai au moins 18. Peut-être qu'elle vieille plus vite à cause de l'expérience de son père. Il faudrait que je lui demande plus tard comment elle a survécu a la ''mutation'', car les autres... bref.
Je regarde la jeune fille et je remarque je que... je me suis même pas présenté en fait.


-''J'allais oublié de le dire mais...Mon nom est Pendora, William Pandora''
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les victimes de la science (PV Auffray Davids / Der Wolf)   Mar 6 Jan - 13:40

OK... Que ceux qui trouve cette situation vraiment bizarre lèvent la main s'il vous plaît. D'abord, ce type réussissait à me sortir tout ce qu'il connaissait de la vie de mon père (côté professionnel bien entendu) et sortait sa phrase... MA phrase ! Celle de mon héritage ! Pourquoi ?! Non attends... Cette phrase c'est celle sur laquelle il a évolué et sur laquelle il a prié ma grand mère de m'élever. 


Quelque chose me traverse l'esprit : il possède des affaires à mon père. Il y a peut-être quelque chose qui m'indiquera sûrement où trouver ceux qui ont tués mon père. Autre chose me vient d'un coup à l'esprit :


Le sérum ! Il sait que je suis le seul sujet de mon père qui a bu et qui a su restituer les capacités du mutagène. Je ne sais pas si je pousse le mutagène à son maximum. Je n'ai aucune information sur ce sérum. Et celui qui a toutes ces réponses c'est :


" Monsieur Pandora, j'accepte de vous suivre pour inspecter le carton avec les affaires de mon père. Je ne toucherai pas aux autres cartons qui n'ont rien à voir avec moi."


C'est bien la première fois que je suis aussi : docile, polie, courtoise, respectueuse. Le tout en même temps. Enfin... Je sais être polie et respectueuse mais rarement avec des gens que je ne sens pas trop, que je trouve bizarre ou autre... Mais ce type à un Joker : il connais sait mon père et accepte de me faire écouter les enregistrements téléphonique que mon père a passé... À... À part William à qui d'autres a t'il eu contact ? J'ai beau chercher je ne sais pas car en même temps... Les seuls types que je voyaient avec mon père étaient des collègues et c'est tout.


Tiens. Maintenant que j'y pense, M. Pandora a dit qu'il faisait des aller retour entre son labo et celui de mon père. Je me demande si je l'ai déjà vu quand j'étais enfant ? Je lui demanderai. 


Alors les expériences de mon père ont été repris puis abandonné en 1997 ? Intéressant... Apparemment mon père a su fusionner le mutagène avec mon ADN mais comment ? Si les scientifiques qui ont repris ça aurait dû trouver car je me doute qu'ils sont aussi entrés en possession des notes de mon père. Mais comment ?


Pendant que je réfléchissais sur toutes ces questions, M. William avait pris soin d'appeler un taxi comme il me l'avait proposé et attendait, près de la porte ouverte. Je ne savais pas si finalement c'était une bonne idée de suivre un inconnu...


Finalement je me glisse dans la voiture et la portière claque derrière le jeune homme ayant pris place à côté de moi pendant que la voiture nous emmène. 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les victimes de la science (PV Auffray Davids / Der Wolf)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les victimes de la science (PV Auffray Davids / Der Wolf)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: