Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La traque commence ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La traque commence ?   Jeu 1 Jan - 1:48

La traque commence ?



Gotham est loin d'être une ville de rêve il ne faut pas s'y tromper. C'est plutôt une ville de vice et de violence. Ici le crime est commun et toutes les instances créer pour le limiter sont corrompu. Une ville qui peut provoquer le dégoût pour certain. Ici, aux coins de toutes les rues des dealers vendent leur drogue plus ou moins chère. Des brutes sont prêtes à vous battre à mort pour 50$. Des malades mentaux vagabondes dans la ville semant la mort derrière eux. Des criminels moins instables psychologiquement mais tout aussi dangereux sont aussi des dangers permanent pour les civils. D'autres encore n'arrivent pas à se situer entre le bien et le mal. Mais la pire gangrène ici doit bien être la mafia. Quelques familles se disputent le pouvoir. L'argent, l'influence et le pouvoir sont leurs biens les plus précieux. D'ailleurs Cesare Regoli, notre mafieux est un jeune arrivant d'Italie. Bien que nouveau dans la ville, il dispute férocement une part du butin. Ses affaires fleurissent et grandissent à vu d’œil. Une jour, il sera peut être le leader d'une des grandes familles de la ville.
Regardons ce qu'il fait. Il est dans la sinistre forêt de gotham ou le calme est habituellement uniquement dérangé par le cri strident des chauves souris. C'est donc ici qu'il se trouve. A peine enfoncé dans la forêt il n'est cependant pas seul. Avec lui dix hommes de mains et quelqu'un d'autre, surement pas l'un de ses sbires. 



" Joe, pourquoi m'a tu volés ? Tu n'aurais jamais du. Je n'aime pas être volé et tu dois trouver sa normal nan? Sauf que moi je répond plus violemment que les autres ! " 


Pendant que je discute avec ce cher Joe, un de mes hommes creuse comme un forcené. La fraîcheur de la soirée l'avantage beaucoup. Il ne transpire donc pas mais fatigue tout autant.  C'est un travail de baudet qu'il se doit d'accomplir. Cependant, la prime promise qui l'attend à la maison lui offre une nouvelle motivation. Donc il creuse encore et toujours jusqu'à ce que le trou soit assez grand pour y contenir un homme de taille moyenne. 
Cet homme c'est donc Joe, un homme d'une trentaine d'année. Il met un pied dans les affaires mafieuses mais n'a pas l'étoffe d'un leader. Il a cru en entrant à mon service qu'il pourrait me remplacer. Pour cela, petit à petit il volait dans les caisses. Le pauvre s'est fait remarquer par Mike et voilà où il en est. A genoux à pleurer comme une fillette pendant que quelqu'un creuse sa tombe. Juste avant de venir ici, mes hommes et moi somme allé chez lui pour récupérer le pécule qu'il m'a volé. Nous sommes arrivé ici pour le punir.



" Joe ais-je l'air d'être un fiotte ? " 



" Hein ... n ... na ... nan .. nan pas du tout " dit il en pleurant à mes pieds



" Alors pourquoi tu as essayé de me baiser quand même ? Tu n'es rien pour Gotham. Un jeune sans avenir que personne ne regrettera. D'ailleurs, avec ton téléphone nous avons envoyé un message à ta famille pour pas qu'il s'inquiète. Tu serais alors partit au Tibet pour le travail et donc le téléphone ne passera pas. Ce séjour sera d'une durée encore inconnu. Voilà j'espère que ça suffira à ta mère pour expliquer la disparition de son voleur de fils. Tu sais Joe, il y a des hommes qui sont fait pour commander, comme moi et d'autres sont simplement  fait pour mourir et dommage tu en fais parti" 


A ces mots je tire une balle dans la tête à ce malheureux Joe. Mon Silverball munit d'un silencieux fut mon choix. Je préfère la discrétion dans ce genre de cas. Mes hommes ramassèrent le défunt et l'emmenèrent dans le trou. La taille de la tombe improvisée est un peu juste mais fera l'affaire. Après l'y avoir jeté, on lui verse des litres d'essence dessus. Avec mon briquet j'y met le feu. Comme ça on est assurés qu'il n'y aura pas de trace. Quand les vêtements on définitivement brûlé mes hommes commence à reboucher le trou. Pas de cris, juste une lumière causé par le feu. Rien de bien significatif qui pourrait amasser les flics du G.C.P.D. 
Tout laisse à croire que cette soirée va se dérouler de la meilleure des façon. Seulement ici, à Gotham, les soirées sont souvent agitées. Les héros sortent de leur tanière, les fous actionnent leur plan et moi j'enterre un voleur de pacotille. Un idiot surtout, Il croyait avoir ma tête, finalement il se retrouve six pieds sous terre à servir de repas aux verres. Une nuit fraîche et morbide qui commence. Toutes les actions de cette soirées sont sous la surveillance de la lune qui éclaire assez bien le ciel. Cela nous permet de ne pas nous perdre alors que l'on est en chemin pour les voitures. C'est apparemment sans encombre que l'on atteint les véhicules. Mais qui sait ce qui nous observe dans la l'ombre. Tel est la question !   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Jeu 1 Jan - 8:30

Après de longue journée, c'est maintenant mes nuits qui paraissent longue. Ma cousine est revenue d'Allemagne pour voir ma tante (dans l'arbre généalogique c'est sa mère). Nous avons don dû partager le lit. Enfin, ça, c'est que nous devions faire. Mais juste après être rentrées dans la chambre, elle a tournait son corps volumineux vers moi en me disant :


"Je dors dans le lit et toi par terre."


Je la regarda de travers et lança :


"Ça faisait onze ans que je ne t'avais pas vu mais maintenant je sais pourquoi...."


Elle tourna vers moi un regard mauvais et je préféra me terre. Alors que j'installais mon sac de couchage par terre, Léna (ma cousin) apperçu Voyou. Mon chat, elle se tourna vers moi et désigna le chat aussi froide et inexpressif qu:'à son habitude :


"Dehors."


"Certainement pas."


Elle se tourne vers moi et à l'air surprise. Cette sale peste est âgée de dix-huit ans mais personne ne s'est jamais opposé à elle, elle n'a donc pas l'habitude qu'on lui résiste mais il est temps de changer certaine chose.


Elle s'appréte à revenir à la charge mais je l'interrompt froidement :


"Écoute moi bien, si tu essaie encore de mettre Voyou dehors, c'est toi qui dormira dehors. Compris ?"


C'est ainsi que je me retrouvais dehor, mon sac de couchage et mon chat dans les bras, sur le toit.


J'étais vraiment en colère. Je rentrais donc discrètement et enfila mon costume et déposa mon chat dans la chambre de ma tante pour qu'il soit à l'abri du "Monstre".


Cette nuit, mon programme, comme depuis plusieurs nuits déjà, c'est de retrouver ce mafieux prétentieux. Il n'avait pas quitté mon esprit une seconde. Cette histoire de récupérer le millions volé était devenu une obsession pour moi. Me demandant chaque seconde ce qu'il faisait, où il était... Je m'étais demandée aussi, par curiosité, quel impression avais-je laisser à M. Chapeau. 


Je soupirai et dit à voix haute :


" Auffray... Si je ne te connaissais pas aussi bien, je penserai que tu es amoureuse. "


Nouveau soupir. Heureusement que ce n'est pas le cas chère conscience.


 Ma conscience et moi c'est comme deux personnes dans le même corps et c'est un peu... (Frissone) effrayant.


Soudain je m'arrête, je la sens. L'odeur de M. Chapeau ! Je l'ai trouvée ! Elle est infime. Il est sûrement passé par là il y a un moment à pied mais si je la suis, je le trouverai.


Une dizaine de minutes plus tard j'arrive devant un restaurant sympa. Mais je suis déçu, l'endroit est sympa mais il doit y aller, une à deux fois par semaine. Sans plus.


Mais c'est étrange car cet endroit et imprégné de son odeur. Soudain une porte sur le côté du bâtiment, dans une ruelle sombre s'ouvre. Je me cache dans l'omre et voit les hommes de M. Chapeau (j'en reconnais certains du braquage) ainsi qu'un pauvre homme qu'ils trainnent à une voiture, ce dernier à l'air terrorisé et en larmes. Ils montent dans des voitures et démarrent. C'est alors qu'il sort lui aussi et rentre dans une voiture : le chef malfrat !


Je les entends parler de la forêt. Je tente de les suivre mais n'y parviens pas, ils sont en voiture et moi à pied mais je sais où ils vont.


Plus tard, je trouve les voitures et les reconnais sans mal. De plus, l'une d'elle porte fortement l'odeur de M. Chapeau. Je coupe les files reliant chaque batterie à chaque voitures. Je ne suis pas une experte mais je sais suffisamment de chose sur ce qu'il y a sous le capot d'une voiture pour dire qu'ils ne s'enfuiront pas avec. 


Soudain, une horrible odeur de chair carbonisé arrive à mes narines. Je m'effondre à terre. J'ai l'impression qu'on m'a mis le nez dans la chair en question et je ne m'en empêcher mais je vomis.


Je reste un long moment à haletais et tremblais jusqu'à ce que l'odeur disparaiss. Mes larmes roulent sur mes joue. C'était la même odeur qu'il y a cinq ans. Mon père abandonnai aux flammes.


Me sentant reprendre mes esprits, je me cache rapidement en les voyant revenir et montaient dans la voiture. Ma satisfaction fut intense en les voyant sortir et s'inquietaient. Un doux plaisir.


Ils se doutent qu'il y a quelqu'un. Ils s'approchent de la forêt déployaient en éventail. Ils sont pas à prendre à la légère ces types là. Néanmoins, ils s'enfoncent dans la forêt et disparaissent. Je pense que j'en suis débarrassée un bout de temps. 


Il ne me faut pas beaucoup de temps de toute façon pour régler mes comptes. 


M. Chapeau discute avec un homme de dos. Sûrement le garde du corps veillant sur lui le temps d'être sûr que les autres ne trouvent rien.


Je retire ma capuche et mon masque pour que le chef des malfrats me reconnaisse. Dans le noir, avec la jupe et la veste on ne verra pas que je porte un costume.


C'est aussi un truc qui m'a tracassée : quand je l'aurai en face de moi, je porte mon masqie ou pas ? J'ai décidée que non. Si je mes mon masque, il me reconnaitra et l'identité de Der Wolf  sera en danger alors que si j'arrive sans, il me reconnaitraet ne fera pas le lien vu qu'il n'a jamais vu La Louve. De toute façon, il va se douter que je ne suis pas comme les autres pour l'avoir retrouver. L'idée finalement qu'il fasse le lien entre Der Wolf et Auffray serait intéressant. De toyte façon, il ne peut rien. Il ne peut pas l'annoncer publiquement : Der Wolf n'est pas connu et puis qui croirait un malfrat ? 


Après en ce qui concerne Auffray, dans tout les cas, sa vie sera menaçait alors bon...


J'arrive derrière le garde et l'asome d'un coup sur la nuque puis regarde M. Chapeau droit dans les yeux :


" Je t'ai traquée. Je t'ai cherchée, je t'ai trouvée. Tu as perdu."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Jeu 1 Jan - 20:18

On est presque arrivé à la voiture mais la présence ce fait de plus en plus forte. Mes hommes partent alors en éclaireur pour me ramener le petit malin qui s'amuse à nous mettre la pression. Il ne perd rien pour attendre. Bien sur Mike reste avec moi au cas où. Une légère brise glacial me gèle jusqu'à l'os. C'est vrai que mon costume qui me suis partout n'est pas très réchauffant. Je me cale dans le coin de la tête l'idée de sortir plus couvert la prochaine fois. En plus du froid, la lune très clair donne un aspect encore plus lugubre et glacial. Cette forêt n'est vraiment pas accueillante. Les bruits constants des chauves souris n'est pas très rassurant. Gotham est vraiment une ville à part. Jusque dans sa forêt elle n'est pas ordinaire. 


Soudain, alors que rien ne l'indique réellement nous nous faisons attaquer. Mon bras droit n'a pas le temps de réagir et se fait assommer. Un coup bien placé dans la nuque suffit à lui faire perdre conscience. Les faiblesses humaines sont vraiment désolante. Nous aurions du être plus résistant. Je me suis donc retourné et qui vois-je ? 
La gamine du casse à la banque de Gotham. C'est incroyable. Je lui ai dit de me traquer et c'est ce qu'elle à fait. Je lui ai dit de me retrouver et elle l'a fait. Mais le problème c'est qu'elle croit avoir gagné. Insouciante est la jeunesse actuelle. C'est bien dommage. Cependant je ne peux qu'en déduire que cette fille à quelque chose d'incroyable. Un don, un pouvoir. Ici à Gotham tout est possible et je crois bien avoir à faire à une nouvelle justicière adolescente. Ces gamins pensent pouvoir révolutionner le monde et apporter la paix. Sauf que la paix est un idéal inatteignable. Même si tout peux le laisser penser il y a toujours des conflits où que ce soit la paix n'est qu'une utopie. Le crime et la colère sont des maux qui sont indissociable de ce monde. On ne peut s'en défaire, il y a toujours quelqu'un qui veut tirer les ficelles, un qui les tires, un autre qui subit et enfin un solitaire qui vit en marge des autres. C'est la nature du vivant sur cette terre. Même dans le règne animal il y a toujours un leader qui dicte sa loi. 
Bientôt je serais ce leader pour Gotham et ce n'est pas une gamine qui m'en empêchera. 



" Moi perdu ? Je ne crois pas, qu'est ce qui te permet de penser ça ? 
Comme tu peux voir je ne suis pas encore dans l'autre monde ni même en prison. J'ai encore toutes mes cartes à jouer. Donc surtout ne t'enflamme pas car tu n'as encore rien gagné." 


Je sors un cigare de la veste de mon costume et l'allume avec mon briquet. Je commence à crapoter pour être sûr qu'il soit bien allumé et fait un rond avec la fumée. Le réconfort à l'état pur dans cette forêt et l'air un poil trop froid. Sortir si peut protégé le soir en plein hiver n'est pas la meilleure des choses. Je continu à tirer sur mon cigare tout en fixant la jeune fille. Je me demande ce qu'elle prépare réellement mais avant tout je vais lui montrer les travers de cette ville de pourrit qui me scié parfaitement. 


" Tu vois encore comme une enfant. Cette ville est corrompu jusqu'à l'os. La police l'est profondément. Les juges sont tous achetable. Tu ne peux lutter contre tous ça. Ce n'est pas visible, l'argent entre et sort rapidement, si bien qu'on ne peut rien faire contre le système. Ici l'argent et le pouvoir ne font qu'un. Tu ne peux donc rien faire. Même si tu es là, ce qui est déjà vachement bien pour une gamine. Tu comptes faire quoi après ? 
Plein de soit disant justiciers sont passés par ici mais la plus part on finit à manger les pissenlits par la racine. Donc je ne dirais pas que j'ai perdu et encore moins que tu as gagné ! " 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Jeu 1 Jan - 21:22

L'homme à l'air surprit de me voir, c'est une des choses que je souhaitais le plus voir. Cela fait un moment que je rêve de régler mes comptes avec lui. Alors que je lui annonce qu'il a perdu, il réponds :

" Moi perdu ? Je ne crois pas, qu'est ce qui te permet de penser ça ? 
Comme tu peux voir je ne suis pas encore dans l'autre monde ni même en prison. J'ai encore toutes mes cartes à jouer. Donc surtout ne t'enflamme pas car tu n'as encore rien gagné."

Pour une fois, je suis d'accords. Il n'est pas encore en prison mais ça ne saurait tarder. Et il est encore dangereux, ça c'est plus que sûre. Je me souviens soudain qu'il est peut-être armé. C'est ce moment qu'il choisit de tirer quelque chose de son costume, je m'attends à ce qu'il me sorte un magnum ou une autre arme dévastatrice de ce genre. Il n'en ai rien, à mon grand soulagement cachée par un masque de neutralité, ce n'est qu'un cigare qu'il allume à l'aide d'un briquet. Il fait plusieurs ronds de fumée avant de reprendre :


" Tu vois encore comme une enfant. Cette ville est corrompu jusqu'à l'os. La police l'est profondément. Les juges sont tous achetable. Tu ne peux lutter contre tous ça. Ce n'est pas visible, l'argent entre et sort rapidement, si bien qu'on ne peut rien faire contre le système. Ici l'argent et le pouvoir ne font qu'un. Tu ne peux donc rien faire. Même si tu es là, ce qui est déjà vachement bien pour une gamine. Tu comptes faire quoi après ? 
Plein de soit disant justiciers sont passés par ici mais la plus part on finit à manger les pissenlits par la racine. Donc je ne dirais pas que j'ai perdu et encore moins que tu as gagné ! "


Il a raison, je ne peux pas lutter contre ça... Mais je peux utiliser quelque chose qui marche encore mieux que l'argent et le pouvoir. La peur.

" Certaines fins, justifient certains moyens tant qu'on ne dépasse pas certaine limites..."

Je ferme les yeux, complétement apaisée, je sais exactement ce qu'il me faut faire pour gérer ça. C'est mon instinct qui me guide. Je relève les yeux vers l'homme. Il croit qu'il a à faire à une enfant. En apparence seulement. C'est dans les yeux qu'il devrait plus regardé que le physique. Cela va lui jouer de mauvais tour.

" Admettons, tout ça est vrai je ne le nie pas, mais je connais quelque chose de plus puissant que l'argent et le pouvoir même réunis. "

Je ne sais pas si j'ai piquée sa curiosité. Dans tout les cas, il aura une réponse. Mais pas celle qu'il attends. Très lentement, je fais glisser ma capuche pour qu'elle revienne courir mes cheveux, ensuite je sors le masque et en prenant tout autant mon temps je le met puis relève les yeux.

" Au fait, que dirai-tu, si je te disais que je ne suis pas une enfant ? "

Je ne suis pas un enfant, je suis un prédateur. Un loup hurlant à la lune ses émotions, au-dessus de la carcasse charcuté de sa proie. Et dans le cas présent, ma proie, c'était lui.

Je m'approche lentement. Mon regard est froid. Insensible. Inexpressif. Je ne me colle pas à lui, un tel contact, en sachant l'homme qu'il est, me dégoute. Je me hisse sur la pointe des pied, assez haut pour être à la hauteur de son oreille et glissée :

" Que dirai tu, si je te disais, que je ne suis pas un justicier qui arrête les méchants et les mettent en prison ? "

Je me trouvais plutôt convaincante malgré ces faux sous-entendus. Le but n'était pas de mentir, juste lui faire peur. Je ne savais pas s'il me croyait ou pas. Lui faire croire que j'allais simplement le tuer sans bavure. Je devais me faire plus convaincante.

Je laisse un doigt effleuré sa joue et c'est une ligne de sang qui s'ouvre. Il y en a un peu sur mon ongle à cause que je lui ai coupée la peau. L'odeur du sang est forte, très forte mais je n'y prête pas attention, malgré la bête en moi qui en raffole.


Autant à l'extérieur de moi, je semblais sûre de moi et menaçante, autan à l'intérieur c'était la panique totale, limite au bord de l'évanouissement. Mais je ne dois pas lâcher prise. Pas après toutes ses nuits à avoir fait bons à mon lit !


Je me retourne et m'avance à peine dans la nuit avant de me retourner, de lever haut la jambe et de lui assener un coup de pied en plein ventre le projetant contre la voiture. Je m'approche, toujours lentement et l'attrape par le cou, enfonçant lentement mes ongles dans son cou, laissant une à une les perles de vie coulaient le long de mes doigts.


" C'est l'heure pour toi de rendre des comptes... "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Jeu 1 Jan - 21:57

Incroyable, cette gamine est vachement convaincante. Elle sait jouer, une reconversion dans le cinéma pourrait être pas mal je pense. Elle me griffe le visage laissant une entaille sur ma joue d'où s'écoule un peu de sang. Une mise en scène parfaite. Franchement elle sait y faire la petite. C'est ensuite un puissant coup de pied dans le ventre qu'elle m'assène. Une force surhumaine j'ai bien l'impression car malgré son gabarit elle a réussit à me projeter contre la voiture. C'est franchement impressionnant. Mais je garde mon calme. C'est la clé pour se sortir de toutes les situations. Même les plus dangereuses comme celle ci. Maintenant elle m'attrape le cou, faisant mine de m'étrangler pour en faite enfoncer ses ongles, vachement plus aiguisés que ceux de quelqu'un normal, dans mon cou. Maintenant c'est de celui ci que suinte le sang. A ce train là je ne me reconnaîtrais plus moi même. Mais je dois rester de marbre. Cette gamine étrange n'aura pas raison de moi. J'ai vu bien pire et elle ne changera pas la situation. 


" Rendre les comptes ? Je ne crois pas gamine. C'est vrai tu n'es pas ordinaire mais ne crois pas que cette démonstration de force changera quoi que ce soit. Tu es très forte je l'avoue mais ce n'est pas tout il faut plus que ça pour changer les choses. Ce qui peut rivaliser avec l'argent et le pouvoir n'est autre que la peur. Celle qu'on provoque chez les autres. La peur peut aussi être fascinante. Mais pour l'instant rien n'indique que j'ai peur. 
Tu vas réellement me tuer ? Passer pour une meurtrière? Car bien que je ne sois pas un enfant de cœur qui le sais ? Qui peut en témoigner? 
Je ne vais pas mourir ici et toi non plus gamine. Mais pourrais tu enlever tes ongles de mon coup car c'est assez dérangeant en faite. Puis tu vas tacher mon costume se serait dommage. " 


Encore une fois je reste parfaitement calme et répond avec aplomb. La fille ne me tuera pas, ou du moins je ne la laisserais pas faire. Je regarde autour de moi et vois mon cigare lui aussi sur le capot de la voiture. Je l'attrape et le porte à ma bouche. J'aspire le maximum de fumée qu'il m'est  possible et lui recrache la totalité dans le visage. Dans e même geste je lui colle le bout du cigare, incandescent dans le cou pour qu'elle lâche prise. C'est d'ailleurs ce qui ce produit. Mais mon cigare est alors infumable maintenant. Je le jette alors au sol. Je m'écarte de la fille et essuie rapidement le sang qui perle de mon cou. La seule échappatoire qui me permettrais de me débarrasser de cette gamine sans avoir à la frapper serais d'avoir mes hommes avec moi. Voilà une bonne idée: avoir mes hommes de mains à mes cotés. Il faut que je les appel alors. Aucun réseau disponible ici et la fille va revenir à la charge rapidement. Je cris alors à gorge déployé: 


" Tout le monde aux voitures et que ça saute !!!!! " 


J'espère qu'ils m'ont entendu car je ne veux pas avoir à être trop violent envers cette gamine. Dans la forêt, mes hommes de mains, perdu, entendent mon appel. Ils se réunissent alors et tentent de retrouver le chemin qui mène aux voitures. Espérons qu'ils ne soient pas trop long. Par la même occasion c'est Mike qui reprend ses esprits. Il tente de se relever tant bien que mal mais n'est pas encore prêt à intervenir dans l'affrontement. Je suis donc encore seul contre une fille aux facultés inédites. C'est une situation peu plaisante dans laquelle je suis. Vivement que je rentre chez moi, un verre de wiskey dans une main et un bon cigare cubain dans l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Jeu 1 Jan - 22:38

Toute la confiance que j'avais en moi venait d'être soufflé comm un coup de vent sur un château de carte. Ce type n'a pas marcher. Il est fort. Il a deviné que c'est la peur que je voulais utiliser contre lui et cerise sur le gâteau : après m'avoir déstabiliser en me recrachant se fumée immonde, il a éteint son cigare dans mon cou, me faisant lâcher prise et me laissant une brûlure douloureuse puis qu'il se mette à appeler ses acolytes.


C'est là qu'un éclair passa à travers mon esprit. Je ne suis pas prête. Je n'ai encore jamais traquer de méchants et comme il l'a si bien dit je ne suis qu'une gamine... Un petit louveteau perdu.


Une petite larme roula sur ma joue tandis que j'étais à ses pieds, haletante, me tenant ma brûlure, tête vers le sol. J'avais encore assez de dignité pour ne pas lui montrer cette faiblesse mais je n'en avais plus assez pour ne pas penser :


J'ai peur...


J'ai des pouvoirs mais je ne sais pas comment les utiliser au mieux. 


Je respire mal à cause de la fumée, mon odorat sensible en avait pris un coup. Je tremblais fortement quand je repensa à ce jour, à cette petite fille...


Je ne sais pas où j'ai trouver la force de me relever mais je l'ai fait et j'ai dit encore le premier truc qui me passa par la tête :


" Tu m'emmerde !"


J'avais criée pratiquement :


" Ça sers à rien de jouer la comédie, ça sers à rien de mentir car tu le vois. Tu as raison car je suis une gamine qui malgré tout persiste à croire qu'elle veut sauver Gotham. Je suis une salle tête à claque avec un monstre en elle et que je suis débile ! "


Je serre les dents, je continue de parler, de toute façon, il le faut bien :


" Mais au moins grâce à toi, je sais que je suis une salle tête à claque qui ne veut pas sauver Gotham du mal qui la ronge mais juste protéger les innocents de ce fléau. Et je n'ai pas menti sur une chose : je ne suis pas une justicière. Pas encore. C'est trop tôt... "


En voyant le garde du corp se relevé je le clous au sol en posant un pied sur son dos et l'obligeant à rester au sol. Une fois fait, j'avance vers M. Chapeau :


" Et pour que je commence à protéger les pauvres habitants de Gotham et que je fasse mes premiers pas de justicière, je dois faire ça !"


Et je lui décoche un joli crochet du droit. Sûrement très douloureux pour lui mais il s'en remettra.


De toute façon, j'ai pas la tête à ça. Les mecs du chef malfrat arrivent et je me dois de les accueillir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Ven 2 Jan - 1:50

Cette gamine est vraiment troublante. Elle dit avoir un monstre en elle. C'est étrange mais quelque chose pourrait-il être trop bizarre pour Gotham. Je ne suis pas vraiment sûr, m'enfin. Beaucoup d'idée me défile dans la tête. Je me demande quand est ce que mes hommes retrouveront le chemin des voitures. Leur arrivé serai d'une grande aide pour contrer cette fille à la force si incroyable. D'ailleurs Mike en fait les frais. Alors qu'il veut se relever pour peut être intervenir se fait plaquer au sol par la gamine. Elle a le pied dans le dos de mon bras droit et l'empêche donc de se relever. Pire encore, elle s'avance vers moi. Doucement mais d'un pas ferme. Je la regarde sans grande animosité et elle me colle une droite monumentale. J'ai l'impression qu'elle m'a arraché la mâchoire. Le goût du sang dans la bouche et quelque chose d'autre. Comme un morceau de quelque chose. D'un coup une décharge dans la bouche me fait souffrir. Je crache par terre et au milieu du cracha ensanglanté je vois un dent. Une molaire plus précisément. Cette gamine m'a péter une dent. La colère commence à monter. Plus que de la colère c'est même de la rage. J'ai envie de la ruer de coup. De lui coller un balle entre les deux yeux mais c'est contre mon éthique. Je ne peux pas faire ça. C'est contre mes principes. 


" Déjà c'est pas mal que tu prennes conscience que tu ne peux rien pour Gotham. Je t'ai fait avancer en faite. Je n'ai donc pas perdu ma soirée. Que tu veuilles protéger les gothamites innocents c'est une chose. Seulement, sache que ceux qui meurt tous les jours comme celui duquel on s'est occupé tout à l'heure sont rarement aussi innocent que tu veux bien le croire. Ce sont des malfrats eux aussi. En tout cas tu vois juste, tu n'es pas encore une justicière. Surtout tu n'es pas une meurtrière et ça se voit. " 
  

Pendant ce temps je me rallume un cigare vu que l'autre a finit écrasé sur le cou de la jeune fille. J'essuie le sang qui coule de ma bouche et avance vers la jeune fille. J'espère vraiment que mes sbires vont se dépêcher d'arriver. J'avance l'air de rien, toujours avec ce regard dénué de mauvaise intention envers la gamine. Je vois bien qu'elle est sur ses gardes. Elle se prépare surement à toute éventualité. Seulement, un bruit de craquement identique à celui d'une branche qui cède sous le poids d'un homme la déconcentre. Elle prête alors moins d'attention, ce pendant une durée infime, à moi et je choisi ce moment pour lui mettre une gifle du revers de la main. Je recule d'un pas et la fixe. Je m'attends à ce qu'elle me saute au cou. Cependant mes hommes de mains arrivent, ces idiots ont réussit à retrouver le chemin assez rapidement je suis fier d'eux. Je m'écarte alors laissant la gamine et mes hommes pour un hypothétique affrontement. 


" Attention messieurs c'est une fille dangereuse. Elle possède une force inhumaine alors ne vous laissez pas tromper par son physique. Ne la tuer pas s'il vous plait, mais si elle tue l'un de vous ou alors qu'elle menace ma vie vous pouvez lui tirer dessus. " 



Leur force m'indispose. Il me faut un homme de main plus fort que tous les autres. Une vraie brute avec une force surhumaine lui aussi. Une montagne de muscle qui pourrait servir de parfait garde du corps. Ce serais parfait. Je garde ce projet de recrutement dans un coin de la tête et réfléchit qui je pourrait appeler pour faire tourner l'information que je recherche un homme avec un physique si impressionnant. Ce moment de réflexion me coupe de la réalité, je ne fait même plus attention à l'altercation entre la gamine et mes hommes de main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Ven 2 Jan - 10:58

Il est toujours à terre quand il me lance que tous les habitants de Gotham ne sont pas tous innocents. 


" Oui ça je le sais, vu qu'il y a toi qui un exemple parfait dans ce genre de cas et je t'en supplie ! Épargne moi les détails de la mort du pauvre homme que tu as tué. J'ai une idée précise de la chose quand je sabotais les voitures. "


Je n'allais pas perdre mon temps à lui expliquer les sous entendu que portait ma phrase. Lui aussi est un habitant de Gotham et je me dois de le protéger si il se retrouve en danger. Je ne vais pas non plus perdre de précieuses secondes à pleurer un mort. Pas que son passé de malfaiteur me donne de l'indifférence à sa mort. J'ai juste comprit qu'il ne sers à rien de pleurer les morts. C'est comme ça. Je m'assurerai moi même qu'il ai un enterrement respectable. 


Un bruit de brindille cassé me fait me tourner vers la forêt, méfiante. Un autre bruit derrière moi. Je me retourne et reçois une gifle de ce cher M. Chapeau. J'ai beau être forte, j'ai une résistance normal. La gifle est douloureuse mais sans plus. Les hommes arrivent et j'ai le temps de lui siffler de rage en pointant la dent du doigt :


" Je vais t'en casser plusieurs autres ! Fais moi confiance pour ça !"


Et cette fois, ce n'est pas de la comédie. Mais une fois les hommes arriven, il les prévient sur ma force, sur le fait que je menace sa vie...etc mais je suis surprise autant que les malfrats eux même quand il dit de ne pas me tuer sauf si je tue l'un d'eux. Pourtant, il sait que je ne tue pas. Enfin... Si un malfrat devient beaucoup trop dangereux et qu'il menac la vie des habitants et que la mort est vraiment la seule issue... Je ne pense pas que j'hésiterai mais je ne pense pas qu'un jour ça ira jusque là. J'espère pas en tout cas.


M. Chapeau ne fait plus du tout attention au combat. C'est un peu insultant pour moi. C'est comme si je ne représentais plus aucun danger. En plus les acolytes ne prenaient pas ce que disait leur chef au sérieux vu qu'ils riaient de moi et se moquer me traitant de "crevettes". C'en ai trop. L'un s'approche d'un pas tranquille. Je lui colle un coup de poing en pleine face, l'attrape au col avant qu'il ne tombe au sol et le jette sur M. Chapeau. Ce dernier n'évite pas l'homme, perdu dans ses pensées et se fait percuter de plein fouet. Deux hommes à proximité se dirige vers leur chef et les autres se précipitent sur moi. 


J'en griffe un au visage puis lui envois un coup de pied dans le ventre. Un autre attrape un bout de bois par terre et l'utilise pour tenter de m'assomer. Je l'évite, lui arrache son " arme " la brise en deux et lui jette en pleine figure à lui et l'autre moitié à un autre homme. Je fais une balayette à un quatrième imprudemment et le frappe dans le visage une fois tandis qu'il est au sol. Je me relève lentement et m'étire et fait le compte, j'en ai assommée quatre, il y en a un autre encore debout face à moi, le garde du corps du début commenc à reprendre ses esprits, M. Chapeau est OK par contre. En revanche, le type que je lui ai envoyée en colis expresse est KO. Il y a aussi les deux autres qui s'assurent que le chef va bien. Si je fais le compte ça me fait encore cinq adversaire potentiel. 


Je sourit et demande innocemment :


" Bon... C'est à qui maintenant que je dois casser des dents avant les siennes ?

Je pointais M. Cigare en disant ça, le regardant droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Dim 4 Jan - 16:13

Tous des incapables ces mecs. Pas un pour neutraliser une gamine. Bien qu'elle ai une force peu commune c'est possible. Je crois que je vais devoir le faire moi même. C'est dommage car je ne voulais pas en arriver là. De la violence envers une fille c'est moche. Lui pointer un flingue dessus ça l'est encore plus. Je ne sais plus vraiment quoi faire. Je n'ai plus que 5 hommes de mains en état. C'est incroyable à quel point ces blaireaux ne m'ont pas cru une seconde et on prit la gamine à la légère. Une idée me vient à l'esprit soudainement. Je signifie à mes hommes restant de ramasser les blessés. Moi je m'occupe de la fille. Doucement je m'approche d'elle et sort mon silverball de ma veste. 

 " En plus tu as endommagé les voitures? Là par contre ça ne va plus. Je ne vais plus être sympas de tout. Maintenant tu vas m'écouter en la fermant. 
Tu vas repartir chez toi tout de suite car ce pseudo combat ne t'avancera à rien, si tu n'es pas partie dans la minute alors je vais devoir te trouer la peau et sache que je n'en ai vraiment pas envie. Seulement tu as poussé le bouchon trop loin gamine " 



Maintenant elle est avertie.Si j'ai à me répéter je lui tirerai dessus et ce contre ma volonté. En attendant je lui tourne le dos et active un peu mes hommes de mains. J'en charge deux pour tenter de réparer les voitures. Deux autres ont appelés un garage et attendent la dépanneuse à la limite de la forêt. Mes employés qui étaient assommés reprennent leurs esprit et Mike passe quelques coups de fils. Moi je suis en train de réfléchir comment je pourrais recruter un nouveau garde du corps. Il faudrait que ce soit un mastodonte. Une vrai force de la nature. Aussi il faut que mes hommes fassent une préparation militaire. Car se faire latter par une gamine c'est trop. Voilà les idées défilent dans ma tête. J'entreprend de révolutionner mon organisation et d'en faire une plus puissante encore. Pour que je sois tout puissant ici il me faut des hommes de main à la hauteur du défi. C'est une promesse que je me fais, celle de sortir de cette confrontation humiliante encore plus puissant que jamais, plus puissant que mon père ne l'a jamais été. Plus puissant que personne ne l'a jamais été. 


" Gamine tu es encore là ? Grouille toi sinon il va t'arriver des malheurs. " 


C'est incroyable le courage qu'elle a. Seulement avoir du courage ici n'est pas forcément synonyme de réussite. Car si elle persiste trop je vais devoir m'en occuper moi même et ça va mal tourner. Sinon je peux toujours menacer sa famille. Généralement ça marche plutôt bien ce genre de menace.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La traque commence ?   Dim 4 Jan - 19:09

Très vite, tout le monde se réorganise alors que M. Chapeau me tient en joue, c'est frustrant de se retrouver de nouveau dans la même situation qu'à la banque. Si je me fais flinguer c'est finit pour moi. Dommage qu'ils ont pas laissés leurs armes avec les voitures, j'aurai pu les voler et hop ! Le tour est joué ! Sauf que là bah... C'est loin d'être jouer. Il me demande de partir sinon il me tue. Quelle originalité. Mais je ne peux pas les laisser s'échappaient ! Que faire que faire que faire ?! 


Si j'essaie d'agir et admettons que j'arrive à désarmé M. Cigare... J'irai parier une semaine de vaisselle qu'ils sont tous armés ! 


Ça aurait été tellement plus simple si ils avaient laissés leurs armes dans les voitures ! Je les aurai volé et le tour est joué... Sauf que bah voilà quoi...


"Sérieux ? Je t'entends encore dire à la banque que tu n'es pas assez horrible pour lever la main sur moi. C'est vrai que me flinguer c'est mieux.. C'est plus " pur" !"


Je fais une grimace avec la bouche, je ne sais vraiment pas comment je vais gérer ça. Normalement je suis un peu maligne. Au moins minimum. Mais non ! J'ai foncée tête baissée... Peut-être une proposition :


" Et si on faisait un marché : vous vous rendez sans faire d'histoire et je vous promet que je vous mettrai vite en prison. Y a certains types qui font poirauter des méchants toute une nuit dans le froid avant. C'est plutôt une marque de générosité de ma part non ?"


Je les sens tous sur les nerfs, même sans odorat particulier ça se voit qu'il n'y en a pas un qui rêve pas de me coller une balle entre les deux yeux. Et l'un d'eux finit par le manifester, il s'approche de moi me saisit par le col et me dit :


"Et si je te ficellais sur une chaise et que je descendai les membres de ta famille un par un ?!"


Je vois des sourires de satisfaction se peindre sur beaucoup de visage, ils ont sûrement l'habitude à ce que ce genre de menace marche. Ils sont donc très surprit quand je laisse un long rire m'échapper. Aucun ne comprends et je souffle au mieux pour reprendre ma respiration :


" Qu'est ce qui te fais rire bordel ?!"


Je finit enfin par me calmer et répondre :


"Fiou... Désolée ! Mec, si tu parvint à faire revivre des gens déjà mort et à les flinguer une seconde fois, je me reconvertit à la mafia et je lèche les pieds de ton patron tout les jours !"


Je vois bien qu'il ne s'attendait pas à ça. Je lui désigne avec mes mains mon corps tout entier :


"C'est la faute de mon père si je suis devenu ça. Tu peux toujours aller flinguer sa tombe en Europe."


Un silence de mort tombe sur la forêt entière. Ils ont tous comprit que mon "ça" désigne une chose où un animal. Ils se rendent enfin compte quelle danger je représente pour eux.


Le type me tenant le col me pousse violemment à terre et sors son arme...


Il va me tuer.


Vite je lui lance de la terre dans les yeux. Il hurle de rage et tire me ratant de peu.


Je veux m'enfuir mais il me plaque au sol ayant retrouver ses moyens.


"Lâche moi !"


J'avais grognée comme une bête. Ça ne fait que le décider : il pointé le canon de l'arme sur ma tête et...


"Attends !" 


Un autre sbire s'approche et tente de me saisir le menton mais quand il voit que je tente de le mordre et qu'il voit mes canines il cesse sa manœuvre.


"Elle a dit quelque chose d'intéressant comme... << se reconvertir dans la mafia>>."


On est pas mal barrées... Soupire ma conscience.


Tiens, ça faisait un moment que je l'avais pas entendu... Mais pourquoi ce mec parlait de ma blagu-...


Quand 1+1=2 dans mon esprit j'ouvre de grands yeux...


Ces types sont complètement cinglés... A moins que...


Eureka !


Cette idée est la plus folle que t'ai jamais eu... A moins que ce ne soit la plus génial !


Ce qui est étonnant c'est que le mélange des deux peut parfois dépasser nos espérances...


Si les attaques de front ne marche pas, car ils ont l'avantage des armes... Je dois avoir l'avantage de la surprise. Si j'arrive à intégrer leur groupe je pourrai sûrement récupérer le millions volé !


Mais pour que ça ne paraisse pas suspect, il faut que tu ai l'air d'accepter mais de mauvaise grâce. Ils ont une idée de ton caractère après tout...


Parce que pour toi, le canon d'une arme pointait sur ta tête sans la sécurité c'est pas une raison suffisante ?!


Non le vrai problème c'est de savoir...


"Pourquoi on la garderai avec nous ?!" hurla le poids lourd sur mon dos.


Tu m'ôtes les mots de la bouche coco...






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La traque commence ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La traque commence ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: