Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pourquoi un Corbeau .. ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Pourquoi un Corbeau .. ?   Jeu 12 Déc - 12:45

Pourquoi un corbeau ressemble t-il à un bureau ? Mais très cher lecteur, c'est bien évidemment parce qu'Edgar Allan Poe composa sur les deux. En tant que féru de Lewis Carroll, je me devais de vous interpeller sur la question et de vous offrir la véritable et unique raison de ce choix si sibyllin.
Que peut-on dire du Bowery en général ? Qu'il est certainement un des lieux de Gotham City les plus intéressants et les plus complexes en matières d'architecture et d'histoire. En face de ma boutique, par delà la traverse qui mène aux rues souterraines de Gotham, le Musée de Cyrus Pinkney s'impose en tant que grande attraction touristique de tous les Gothamites. C'était un lieu de sciences, un lieu pour les cerveaux, et juste en face, il y'avait mon magasin de chapeaux, pour protéger les cerveaux, vous comprenez la nuance ? Un chapeau sain (ou fou maintenant ?) pour des cerveaux fertiles en connaissances. Je les confectionnais moi-même la plupart du temps, mais maintenant, je dois avouer que la paresse m'a gagnée et que je me les procure en les volant. Pour ma collection bien entendu.


MAIS LA N'EST PAS LA QUESTION !


- "Ressaisis toi, Jervis, le psychiatre ne va pas tarder à venir. Tu l'as contacté, tu lui a demandé de venir, il viendra, reste calme."

Ces derniers temps, avec la libération de Dollmaker, mon virage dans la folie, il me fallait quelque chose, quelque chose à quoi me raccrocher, peut-être qu'il était encore temps de tout arrêter ? Peut-être que je devais me calmer et enfouir mes activités secrètes ? Peut-être devais-je oublier Alice et mon petit travail sur les puces de contrôle mental ? Le psychiatre le saurait. J'en étais sur et certain. De plus, c'était un psychiatre renommé, il s'appelle Jonathan Crane, je suis sur certainement sur qu'il est tout à fait à la hauteur et qu'il saura me renseigner.

Je jette un regard à ma montre, il était 5h04 p.m, il était en retard, en retard pour le thé, et dire que je m'étais fait un malin a dresser la table avec une des plus belles nappes que j'avais en ma possession, quelle tristesse ... Si le Professeur Crane ne venait pas, ce thé serait fichu fichu. Il faudrait alors l'en blâmer. Mais il faut aussi savoir que la jeune secrétaire m'avait prédit qu'il aurait un peu de retard, il officie souvent avec les autorités policières ces derniers temps.

Vêtu de mon traditionnel costume de Chapelier Fou, et disposant de mon meilleur chapeau, je me dirigeais vers l'arrière boutique où se trouvait la table dressée. Quand le professeur entrerait, j'en serais averti aussitôt, il y'avait une petite clochette qui me donnerait le signal de son arrivée et je pourrais me présenter à lui. Il serait un peu mon confesseur, il m'apprendrait a être "mieux" dans ma peau. A savoir si c'était Jervis Tetch ou le Chapelier Fou bien sur.
Je m'assoie à la table et je patiente, regardant seconde par seconde le Temps filer entre mes doigts gantés de blanc nacré.


- "Il va arriver, il va surement arriver. Arrivera t-il mon cher chapeau ? Et s'il ne venait pas ? Ce serait une catastrophe pour nous deux, et pour Alice, et pour le thé ... Et ..."

Nul doute, quand on travaillait du chapeau, il fallait soit avoir la tête coupée, soit avoir la tête sur les épaules. Dans les deux cas, on perd la tête quand même. Jervis Tetch, vendeur de chapeaux à la sauvette dans une petite boutique malfamée du Bowery. Perte de sa santé mentale ? Imminente.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Jeu 9 Jan - 12:59














Cela faisait quelques jours que ce rendez-vous purement médical était prévu avec ce certain … Tetch ? Jevis Tetch ? C'est ça ? Je lançais ce regard habituellement désapprobateur vers ce carnet noir où était listé mes nouveaux patients ou plutôt mes nouveaux pigeons ? En effet voyez-vous, après m'être fait lâchement virer de l'asile d'Arkham, j'avais décidé d'ouvrir alors mon propre cabinet de psychologie – psychiatrie afin d'aider tout ces pauvres habitants de Gotham dont l'esprit est tourmenté … Ce qu'ils pensent ! En réalité, si j'avais ouvert ce cabinet, c'était afin de pousser un peu plus mes recherches en exerçant sur des cobayes vivants, après tout, quoi de mieux pour cela ? Voir en direct le fruit de mes expériences … Fameux ! Cela faisait deux mois que mon gaz toxique était prêt et que j'attendais le moment parfait et surtout le client de rêve pour mener à bien mes petits amusements cauchemardesques et ce Tetch avait l'air à souhait !


Moi, Docteur Crane me lançait donc à la recherche de mes outils de combat ou plutôt de cauchemar afin d'aller au rendez-vous initialement prévu à 17 heures, je regardais ma montre atrocement bruyante, il était 17 heures zéro deux, en retard comme à mon habitude. Fort heureusement, cette débile profonde de secrétaire qui s'avère être une prostituée de bas étage que j'ai trouvé dans la rue par hasard un beau soir l'avait prévenu que je n'arriverais sûrement pas à l'heure. Après tout, j'avais tant d'autres choses à faire, si un instant je pensais avoir trouvé une idée d'expérience, je prenais le temps de la noter et de m'y intéresser avant toute chose, en l’occurrence, mon retard n'était pas justifié, je m'étais juste trop bien installé dans mon fauteuil après avoir bu mon traditionnel thé de 14h30 à la Camomille.
Je m'étirais et attrapais ma mallette où médicament tout à fait normaux et substances douteuses étaient minutieusement rangés. Un petit regard furtif dans le miroir, une mèche se fait la malle, je la remet à sa place et sort de mon bureau, cette stupide pseudo-secrétaire me lance son habituel « Bonne journée Monsieur Crane ! », je la dévisage et sors enfin.


Mon nouveau patient tout frais tout neuf habitait au Bowery, quartier chic de Gotham, j'avais rendez-vous au Hat Shop, endroit plutôt inhabituel pour moi, je ne suis pas un fan de chapeau du tout d'ailleurs. Je fouillais dans mes poches à la recherche de ses incorrigibles clefs de voiture capable de se cacher dans les recoins les plus tortueux de ma veste et finis par les trouver. C'est parti direction le Bowery. Je détestais conduire, attendre vingt minutes pour passer un feu rouge interminable, entendre les hurlements intempestifs des pauvres types trop pressés … Moi-même j'étais pressé. Mais pas énervé.

Alors que j'attendais mélancoliquement au volant de cette vieille voiture des année cinquante rouge vin – oui oui, assortie à ma cravate!- j'allumais la radio, quitte à avoir une compagnie médiocre, allons-y jusqu'au bout.


- Bonjour Gotham ! Vous remarquerez que le temps est magnifique aujourd'hui ! Un grand soleil, quelques nuages en fin de journée, les températures restent cependant très basses ! Cinq degré maximum ! A présent, passons aux informations qui …


Finalement, cette femelle à la voix insupportable n'était pas de si bonne compagnie... J'aime les femmes, certes, quand elles sont muettes. Puis, je n'avais pas tellement besoin de savoir le temps, je le voyais ! Tant de puérilité. En plus, j'ajouterais que ce soleil éblouissant est particulièrement agaçant, les reflets dans les lunettes, c'est pas le meilleur... Ah, la pluie me manque !


Au bout de six mètres d'avancée en dix minutes, je pris l'initiative d'appeler ma secrétaire afin qu'elle prévienne ce Te... Tetch, oui c'est ça, que j'arriverais en retard. Enfin déjà c'était prévu, mais histoire de prévenir que je serais encore plus en retard. J'attrapais mon cellulaire et fit sonner le cabinet.


- Cabinet de psychologie et psychiatrie du Docteur Jonathan Crane, que puis-je pour vous ?
- Sabrina, c'est Crane, appelle le patient, je suis coincé dans les bouchons... Je pense que j'arriverais dans dix voir quinze minutes …
- Monsieur Jervis Tetch c'est ça ?
- Ouais. Dépêche ! Et dis lui d'attendre gentillement.


Je raccroche. Je dévisage la foule de voiture. Rêve de tous les plonger dans le monde des cauchemars. Rire machiavélique.
Au bout de précisément douze minutes trente six, je parvins à reprendre une vitesse normale, direction le Bowery, trouvant en quelques minutes ce fameux Hat Shop. Je sors lentement du véhicule et attrape ma mallette puis entre dans le magasin faisant tinter une petite cloche. Il n'y avait personne. Ne me dite pas que ce débile ne m'a pas attendu ? Je déteste qu'on me pose un lapin. Au cas où, je penche la tête pour regarder à travers le magasin, rien, vraiment vraiment rien à part des foutus chapeaux …



- Monsieur … Monsieur Tetch ? Je suis là, Docteur Crane … je … je viens pour le rendez-vous …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Ven 10 Jan - 10:48

Plongé dans son délire personnel, Tetch ne prit pas en compte l'appel téléphonique qui résonnait dans ses oreilles comme le bruit de la Chenille Bleue, une fois devenue papillon. Elle semblait bourdonner tout près de lui, le plongeant de plus en plus dans le Wonderland qu'il s'imaginait. Mais c'est quelques minutes après, après avoir infusé son thé, qu'il entendit une voix des plus normales, un homme qui était en retard, un homme qui avait raté son rendez-vous, comme Alice. Tetch lui ouvrit la porte avant de remettre son chapeau sur le crane, un fin sourire des plus carnassiers sur son visage.

"Docteur Crane ! Nous ne vous attendions plus. Vous avez fait bon voyage ? Vous êtes quand même en retard pour le thé, Alice ne sera pas contente vous savez."

Tetch prit le docteur par la manche avant de l'amener à la Tea Party qu'il avait organisé. Servant un léger thé à son visiteur, Tetch n'en oubliait jamais l'extrême politesse et galanterie qu'il savait offrir à ses interlocuteurs, bien entendu, la surprise qu'il avait réservé pour ce docteur devait être totale elle aussi. Souriant tout en amenant le petit plat à thé vers le médecin, Tetch reprit de plus belle.


"Si vous saviez tout le mal que j'ai eu à préparer notre chère rencontre, docteur. Mon Dieu, même la Reine pourrait trouver cette organisation déplorable ! Et je ne vous ai pas encore parlé du caractère impérieux de cet horrible Bredulucheux !"

C'était presque le début de la fin de la santé mentale d'un homme. Une fois qu'il pénétrait dans un monde imaginaire, sans revenir dans le monde normal, sans espérer une seule fois dans le monde réel, on en vient à placer sa confiance dans un monde peuplé de chimères, de rêves, où tout ce qui est interdit est possible. En dépit de sa petite taille, Tetch n'était pas un imbécile, et malgré sa folie ambiante, il savait réaliser de grandes prouesses techniques, notamment ses puces de contrôle mental qui lui offre tout ce dont il a besoin. Merci au Dollmaker pour la substance de drogues offertes.

Bien entendu, Tetch n'était pas encore au sommet de sa folie, mais les signes étaient précurseurs d'une entrée assez tardive et assez dangereuse sur le long terme. Pas de soucis, il s'en accommoderait grandement.


"Docteur Crane, je crois que je suis Fou. Et dans mon cas, la mention Chapelier Fou me sied. Croyez-vous pouvoir m'aider ?"

Bien entendu, Tetch n'espérait pas une victoire, ni même une guérison. Le monde réel était bien trop triste, bien trop abject pour en espérer la moindre espérance. Pourquoi continuer à avancer ? Puisque la folie était la seule porte de sortie quand tout va mal. Cette pauvre Alice, pauvre pauvre chérie. Dommage qu'elle n'ait jamais rien compris à mon amour personnel pour elle, elle méritait un Chapelier, pas un stupide abruti de type normal ! Non non non !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Ven 10 Jan - 22:11













Voilà un être vraiment étrange... Mais depuis mon séjour à Arkham, plus rien de m'étonne. Encore plus depuis que je suis moi-même quelqu'un de particulier. Ce type à l'allure particulière me fit penser à ce personnage de ce très bon écrivain anglais, Lewis Carroll il me semble, celui qui a fait ce chef d'oeuvre : Alice au pays des merveilles. Mais oui ! Ce gars était la représentation réelle de ce terrible Chapelier loufoque perdu dans ses heures de thé insoutenables. Je fus accueillie de façon inattendue, Monsieur Tetch me sauta dessus en s'exclamant que j'étais en retard pour le thé... Il me semblait pourtant être venu pour un rendez-vous de nature professionnelle...

Celui-ci me tira par la manche de ma veste noire et me traînais à l'arrière boutique où visiblement, j'étais attendu. Je remarquais avec surprise les petites attentions de ce Jervis Tetch envers moi, une table parfaitement mise, je décidais de m'asseoir et de laisser mon patient faire ses petites affaires pour ne pas le vexer, car à vrai dire, je n'avais jamais pris le thé avec le Chapelier Fou lui-même malgré mon amour fou pour le thé.

Mes soupçons se confirmèrent lorsque ce chapelier démentiel me parla de la Reine Rouge, il avait de la chance, je venais de me relire ce conte fantastique. D'ailleurs, je remarquais que ce livre était l'histoire d'une enfant à l'état psychologique en dérive, je sais bien que les mioches ont parfois un sens de l'imagination plus poussé que nous, simples adultes, mais cette petite Alice devait sûrement être l'objet d'hallucinations.
Bercé par mes pensées, je relevais les yeux vers mon patient lorsqu'il me noya sous ses paroles.

"Docteur Crane, je crois que je suis Fou. Et dans mon cas, la mention Chapelier Fou me sied. Croyez-vous pouvoir m'aider ?"


Un léger sourire mesquin se dessina sur mon visage pâle. C'était bien la première fois qu'un malade me disait 'Je crois que je suis fou', en général lorsqu'on est psychiatre, c'est nous qui disons ça alors que le patient jure le contraire. Je trempais l'un des biscuits que Tetch m'avait présenté dans mon thé et le regardais dans les yeux toujours avec mon sourire assez sinistre.

- Monsieur Tetch, pourquoi prétendre être fou ? Qu'est-ce qui vous faire croire de telles choses ? Avez-vous déjà vu un psychiatre avant moi ?

Biensûr qu'il était fou. Un personnage aussi tourmenté que lui ne pouvait qu'être timbré, mais, ce qu'il ne semblait pas comprendre, c'est que comme dirait ce fantastique Minet de  Chester 'Nous sommes tous fou ici', surtout à Gotham. Ville de malade mentaux tous aussi étripés mentalement les uns que les autres. Bien que je ne me prétende pas comme un fou, j'étais peut-être l'un des rares de cette ville, mélange piteux de boue et de crachats. Voyant son regard perdu, je me redressais et ajoutais pour faire bonne figure :

- Biensûr que je peux vous aider Monsieur Tetch, après tout, je suis Docteur !

L’Épouvantail riait dans ma tête, il était même écroulé de rire. D'extérieur, je ne montrais qu'un léger rictus, afin qu'il ne se doute pas de mes intentions mauvaises … Pour l'instant, je ne devais pas m'emporter, je n'avais pas encore assez analysé la surface de cet homme et ne pouvais pas déterminer si il serait apte à supporter les cauchemars traumatisants du Scarecrow. Mais je notais dans un coin de ma tête que, vu son esprit torturé entre personnalités différentes, ses rêves noirs devaient être très passionnant ! L'expérience sera à faire. Mais pas maintenant. Je l'écrivais sur le carnet que je venais de sortir de ma mallette, en petit, histoire qu'un œil égaré n'aille pas fouiller  discrètement dans mes mots perdus écris sur cette page.
C'est alors que je retournais mon carnet et le posais sur la table avant de replonger mon regard glacial dans celui du Chapelier Fou et le questionner.

- Racontez-moi vos ressentis Jervis, je peux vous appeler Jervis ? Dites-moi depuis quand vous vous sentez fou ? Pensez-vous que ceci a été déclenché par un événement de votre vie ?


Mon ton était plus que sérieux, après tout, quand on est un psychopathe déguisé en psychiatre, un Épouvantail déguisé en Docteur Crane, il fallait avoir l'air crédible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Sam 11 Jan - 11:36

Le Docteur Crane était un professionnel, oui-da. C'était un homme certes, un peu bourru avec sa légère barbe et ses vêtements sobres, mais il semblait connaitre ses sujets à fond. Un choix intéressant pour Tetch, peut-être que lui mettre une puce de contrôle sur le crane se verrait être un bon placement si je venais à finir à l'asile d'Arkham. Oh bien sur, il demandait le pourquoi du comment, le comment du pourquoi et le quoi du quid, bien entendu, c'était classique à tout bon psychiatre. Mais Jervis n'avait jamais consulté. Sur un léger sourire, il répondit d'une petite voix amusée.

"C'est ma première fois avec un psychiatre, docteur Crane. Je pense que je ne suis pas le seul fou. Nous le sommes tous, docteur. Nous sommes tous fous, et nous avons tous des pulsions dans nos cerveaux. Certes, je suis fou, mais vous l'êtes aussi. Toute la ville l'est, le monde entier l'est. La normalité n'existe pas du tout, et seule règne cette folie. Je suis fou, certes, mais conscient de l'être, bien que j'adore Lewis Carroll et son livre. Vous me demandez mon ressenti ? Je me sens ... Libre, heureux, je me sens ... Loin de ce monde triste et froid."

Oh bien entendu, Tetch était un cinglé qui ne s'assumait pas, et sa place revenait directement à l'asile d'Arkham, sans aucune case passant par la prison. Cependant, les termes qu'il pouvait employer pouvaient se révéler justes d'une certaine manière. Versant un peu de thé dans la tasse du docteur Crane, qui venait d'en boire une gorgée, Mad Hatter avala directement la sienne sans réfléchir.

"J'ai perdu mon Alice, ma jolie petite Alice et depuis, tout me semble ... Fou."

Triste moment dans la vie de Jervis Tetch, la folie est une dangereuse maitresse qui n'hésite pas à étendre ses filets pour capturer les innocents dans sa toile. Ou les psychopathes ... Soyons surs d'une chose, ce Chapelier Fou avait vraiment besoin de soins. N'oublions pas qu'il s'est aussi rendu coupable de la libération du criminel Dollmaker.


"Docteur, j'ai peur, terriblement peur d'être en retard pour le thé."

Disait-il avec un grand sourire, ses yeux perdus dans le lointain, rêvant de thé et d'Alice, de Wonderland et de bien d'autres péchés interdits. Certes, Hatter n'était qu'un cinglé aimant les chapeaux, mais les plaisirs de la vie sont divers et le Chapelier ne dérogeait pas à cette règle des plus normales. Le Docteur Crane voyait surement des milliers de patients, il devait se trouver devant un cas des plus banals, des plus idiots, des plus minables. Mais pour le moment, personne ne s'était pris pour le Chapelier Fou d'un conte pour enfants.


"Savez-vous pourquoi un corbeau ressemble t'il à un bureau ?"

Le corbeau était, par définition, toujours associé aux épouvantails. Ils aimaient s'y poser et attendre patiemment que le vent s'arrête de souffler pour reprendre leur envol. Les corbeaux, même dans Alice, ils hantent ce pauvre Edgar Allan Poe et Lewis Carroll. Oh bien entendu, la blague que Tetch venait de dire était connue, pour celui qui avait lu le livre bien entendu. Et Tetch espérait que son interlocuteur soit des plus érudits.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Sam 11 Jan - 23:32













« Là-dessus, le Chapelier ouvrit ses yeux tout grands, mais se contenta de dire :
- Quelle différence y a-t-il entre un corbeau et un bureau ? »


Je revivais cette scène d'Alice au Pays des merveilles, du chapitre nommé Un thé de fou. Effectivement, j'étais bien en train de prendre un thé -qui par ailleurs était très bon- avec le Chapelier Fou, à vrai dire il ne me manquait plus que les longs cheveux blonds et la petite robe bleue. Mais au contraire de cette chère Alice, je connaissais la réponse, c'est alors que d'un ton posé et sinistre j'ajoutais presque intuitivement :


- Car Edgar Poe écrit les deux Monsieur Tetch. Désolée, je ne serais pas votre Alice... Plutôt votre Lièvre de Mars.


Ce fameux lièvre cynique qui avait tendance à toujours contredire le Chapelier me plaisait. Bref, afin de ne pas partir dans un délire schizophrénique tel mon patient du jour, je devais donc reprendre mon rôle de professionnel de la santé mentale et donc le cours de mes questions. D'ailleurs je fus ravi quand ce cher Jervis me fit part de son avis sur Gotham, cette ville pourrie par la folie de ses habitants. J'ajoutais alors avec un air cynique mais intéressé :


- Vous avez raison Monsieur Tetch, nous vivons dans un monde de fou. Vous êtes fou et moi aussi. D'ailleurs, j'ai une petite devinette pour vous … Quelle différence y a-t-il entre un Chapelier rongé par une folie furieuse et un simple et banal Épouvantail ?


Je restais alors les bras croisés face à mon patient en attendant une réponse que je n'espérais pas qu'il devine. Ce qui fût le cas. Au bout de dix minutes de silence parfois interrompu par le tintement de nos tasses, je soupirais et décroisais mes bras, j'enlevais alors mes lunettes et un sourire malsain se dessina sur mon visage.



- L'un cache mieux sa folie que l'autre, Jervis.


Je me mis tout d'un coup à rire, un rire à faire fuir les corbeaux de mes épaules décharnées, si il y en avait. Afin qu'il cogite tout seul à ma devinette sympathique et plus que révélatrice sur moi-même, je continuais à analyser ses dires.


- Bref, finissons-en avec les blagues. Vous m'avez dit avant ça, que vous aviez perdu votre Alice … Vous avez eu une femme ? Une petite amie ? Qui est votre Alice que vous semblez chérir tant ? De plus, je ne vous comprends pas sur un point. Vous me dites vous sentir heureux et libre comme l'air en étant 'fou', pourquoi voulez-vous que je vous aide si vous vous complaisez dans votre folie ?


Je passais ma langue sur mes lèvres et frottais mes mains sur mes genoux, puis je plongeais mon regard dans celui du Chapelier Fou. Ce que j'allais dire allait sembler absurde de la part d'un psychiatre de qualité, sois-disant, enfin, j'étais un très bon psychiatre ! Mais j'étais aussi un très bon psychopathe. Je continuais alors tout en touillant mon thé :



- La folie a parfois de bons côtés vous savez, comme vous dites, les fous ne ressentent pas le malheur qui règne dans notre piteuse ville, enfin, ils le ressentent moins... car la vie est plus belle quand on est atteint d'aliénation démente. M'enfin, elle ne doit pas devenir une entrave à vous-même, il faut savoir contrôler sa folie et, je pense que c'est pour ça que vous avez besoin de mon aide Monsieur Tetch, ce trouble à pris un peu trop de place dans votre tête … Ai-je raison ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Jeu 16 Jan - 11:35

Tetch écouta d'une voix distraite le docteur Crane. Oh bien sur, il parlait sur de nombreux termes techniques, et les habits qu'il portait ressemblait à ce vieux style anglais que les docteurs aimaient porter. Il avait d'ailleurs besoin d'une bonne coupe de cheveux, s'il voulait un chapeau digne de son rang. Les élucubrations de Crane n'atteignaient pas Jervis. Au fond de lui, Tetch était encore à Wonderland, buvant du thé avec le Lièvre et le Loir, discutant et riant de tout sujet pouvant les atteindre. Oh bien sur, le Docteur Crane n'avait pas l'air d'un lièvre de Mars, mais il pouvait l'être sans le vouloir. L'avenir était certain que ces deux êtres se reverraient très certainement et qu'ils s'associeraient un bon nombre de fois. Mais l'avenir est toujours incertain, imprévisible. Mad Hatter se concentrait sur le temps présent, puisque le Temps était parti.

"Bonne réponse, fausse, mais juste quand même."

Dit Mad Hatter avec un léger sourire à la réponse de Crane. Sur un autre terrain, le docteur voulu en découdre avec la Demoiselle Alice. Oh, c'était de l'histoire ancienne bien sur, le genre d'histoire qui ne valait plus le coup de s'y intéresser, mais Tetch était un être parfois rancunier quand les choses ne s'amélioraient pas. Ricanant allègrement aux dires du Docteur, le Chapelier Fou observa le jeune docteur prétendre pouvoir le guérir.


"Mais, docteur. Je ne veux pas être guéri. J'aimerais que vous m'aidiez à le devenir. Que vous m'aidiez à trouver le bon sens dans cette folie. Je sais que tous les chemins mènent à l'horreur, à l'inéluctable désorientation de mon être, mais je voulais être sur qu'un docteur m'y amène de lui-même. Je désire votre assistance dans le but de devenir au summum de ma folie, j'ai besoin que vous m'apportiez cette petite chose qui me permettrait de perdre définitivement la raison. Au fond de moi, je me sens encore trop raisonnable."

Drôle de demande n'est-ce pas ? Ne serait-ce pas, pour le docteur, trahir tous les engagements qu'il avait prit avant d'entamer sa carrière professionnelle ? Peut-être bien que oui. Mad Hatter savait que les docteurs devaient aider la personne souffrante, et le bon docteur Crane se devait d'aider une âme en peine n'est-ce pas ? Ce serait malsain de laisser une personne souffrir à cause de ça.


"Hypnose, drogues, je veux la totale, je veux ressentir ce besoin d'être dans un autre monde, je veux voir le plus merveilleux des mondes, le plus horrible aussi, et devenir ce pour quoi je suis là, être le Chapelier Fou dans un monde moche et horrible, comme Gotham City."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Jeu 16 Jan - 22:00













" Les routes longues et étroites endorment même les plus attentifs. "


J'emmenais ce Chapelier loufoque sur ce long chemin sinueux cachant une certaine angoisse et un calme froid qu'était mes paroles. Digne de la vallée de larmes et du palais de la Reine Rouge. Je me raclais la gorge puis m'enfonçais dans ce fauteuil rougeâtre qui par le pur hasard était parfaitement accordé à ma cravate couleur vin, couleur sang. Ce cher Tetch ne voulait pas guérir... Pourquoi m'avoir contacté alors ? J'avalais ses paroles comme un verre de whisky, étrange technique pour devenir plus fou qu'on ne l'ai que de faire appel à un psychiatre ! J'eus un sourire mesquin, j'avais beaucoup de mal à garder mon sérieux face à lui, cet homme qui se trouvait encore trop raisonnable, trop emprisonner par ce monde dans lequel nous vivons. Je trouvais cela drôle de demander ça à moi, que voulait-il ? Un monde plus beau ? Plus mignon ? Plus de fleurs ? Plus de lapins ? Désolé, ce n'était pas mon domaine. Alors que je m’apprêtais à le lui dire, Tetch me parla de drogues, ressentir un autre monde … merveilleux, horrible... horrible … horrible... Je redressais la tête et clignais des yeux avec insistance, ma cuillère tomba dans la tasse en porcelaine.
Après quelques instants de silence absolu, je poussais tout ce qui était devant moi afin de faire de la place pour poser ma mallette sur la jolie petite table en bois de mon patient puis, avant de l'ouvrir, j'enlevais mes lunettes et les déposaient sur le côté.



- Monsieur Tetch, vous vous êtes adressé à la bonne personne … Je suis capable de vous faire connaître le Pays des Merveilles sous son plus mauvais jour, disons, que vous allez connaître le Pays de l’Épouvante, et de l'Abomination …


J'ouvris ma mallette alors que j'adressais le sourire le plus malsain possible à notre Chapelier Fou puis ajoutais :



- Je vais vous présenter un ami, enfin, je vais vous présenter ma vraie identité. N'ayez crainte, ce n'est qu'un visage de toile …


C'est alors que je plongeais ma main tremblante d'impatience dans cette précieuse boite en fer et montrais à Jervis mon masque, tout sourire, je l'enfilais. Sûrement devait-il se sentir mal à l'aise face à cet événement inattendue de ma part ou amusé, mais si c'était le cas, ce ne serait pas pour longtemps … Je n'avais pas encore mis au point mon projet de Gaz hallucinogène, mais, mes seringues remplies d'un sérum étrange étaient prêtes d'après mes derniers tests ! Alors que je caressais du bout des doigts mes ustensiles de psychopathes, je me levais. Il fallait éteindre la lumière ! Les plus beaux cauchemars se font dans l'obscurité...
Plongés dans une noirceur stressante, je glissais ma main fine sous mon masque et allumais les deux grandes lumières qui servaient de regard inquiétant à mon visage de jute, par un moyen ingénieux je pouvais heureusement voir parfaitement mon patient, surtout ses expressions. Je m'approchais et me rassit. Avec lenteur et douceur mélancolique, j'attrapais ma montre à gousset qui pendait de ma veste et la mis face au Chapelier, faisant semblant de l'hypnotiser. Le faisant attendre dans l'angoisse, le regard omnibulé par le balancement de ma montre et ses tic tac. Alors que ses yeux commençaient à prendre le mouvement du balancier, alors que son esprit était absorbé par l'attente de quelque chose, alors qu'il allait rien se passer … Je saisis une seringue et la planta violemment dans le bras gauche du Chapelier qui hurla d'effroi.

Le cauchemar pouvait commencer.

Ce que je venais de lui injecter n'était qu'une pâle première création de ma part encore soft, je prévoyais de pousser encore plus dans l'horreur dans le futur grâce à mes toxines. Cette seringue contenait une substance hallucinogène confectionnée par mes soins, bénissons mes talents de chimistes ! Elle provoque chez celui qui l'ingère un profond malaise, ensuite des hallucinations, vos pensées se transforment en des pensées noires et malsaines, votre réalité devient un monde d'horreur où une simple chaise peut-être un objet de torture et enfin, votre sentiment d'angoisse s'intensifie chaque minutes. Il faut savoir que les effets ne durent que cinq minutes, après ce temps, vous revenez à la réalité avec en tête tout ce que vous venez de vivre, de rêver, de subir.


Alors que je regardais les moindres expressions du visage de mon patient, j'imaginais ce qu'il devait voir : un Wonderland dévasté par le désespoir et l'atmosphère morbide qui y plane. Des arbres chanteurs déracinés, saignant dans un lac rouge de têtes décapités, la Reine Rouge est toujours là ! Des habitants dépressifs, une Duchesse pleurant dans son poivre, un Lièvre de Mars planqué dans un terrier depuis des années, une Lapin Blanc qui n'en a plus rien à faire de l'heure qui l'est, une fausse-tortue noyée, un Griffon empaillé par la Reine, un Chat sans sourire, des fleurs mortes … Le Chapelier allait découvrir le nouveau Pays des Merveilles : le Pays des Cauchemars.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Jeu 23 Jan - 11:30

Bien entendu, le thé personnel du Chapelier Fou était quant à lui une petite décoction de drogues que Tetch s'ingurgitait personnellement, histoire de garder une pensée "détachée" de tout ce qui pouvait être rationnel. Que dire de plus à cela ? Il fallait que le Chapelier éprouve de nouvelles sensations, qu'il se sente bien vivant avant de pouvoir s'intégrer dans une Gotham City en crime, en renouvellement perpétuel. Oh bien sur, il faut savoir que Jervis Tetch n'avait pas vraiment toute sa tête et pour les jeunes lecteurs qui nous rejoignent, le pauvre Jervis était au bord d'un précipice de la folie et il semblait qu'il venait de franchir le pas dans un abîme dans lequel il ne se relèvera jamais.
Le professeur Crane sortit alors une seringue et Tetch déboutonna sa manche avant de tendre son bras au docteur. Une légère piqûre et un sentiment froid parcourait son échine, un moment où tout commençait à se détacher, où tout commençait à aller de plus t'en plus curieux dirait le Chapelier.


Ce n'était que le Pays des Merveilles, mais à un niveau supérieur. Il y'avait la Mort, la mort pour ce conte enfantin. La Reine Rouge décapitait à tour de bras les enfants qui rejoignaient ce monde féerique, décapitant aussi ses propres sujets, et se vautrant dans un bain de sang presque inégalé. La première vision du Chapelier fut le Royaume de la Reine, une vieille bâtisse, en ruines, des jardins abandonnés, des gardes squelettiques, une teinte de gris dans le paysage. Cela ne provoquait pas encore la peur, tangible, permanente, pas encore. Ce n'était que le début du cauchemar.

Partout où Jervis passait, la mort semblait présente. Les fleurs fanaient, les animaux se dévoraient les uns les autres. Le Dodo dévorait les carcasses de ses amis marins, tandis que le Charpentier enfonçait des clous dans un Morse ligoté, toujours vivant, hurlant, déchirant les oreilles du Chapelier Fou à chaque clou enfoncé dans sa peau. Au delà, Tetch pouvait ressentir cela, pas physiquement, mais il imaginait parfaitement la douleur. Par cette expérience, Tetch devait apprendre à perdre la tête définitivement, à ne pas se rattacher à la joie, au bonheur, il n'y avait plus rien de valable dans ce monde, et le Chapelier Fou devait recréer son propre Wonderland pour Gotham City. La violence de pays des Merveilles le forcerait à intégrer Gotham City à cette vision du Wonderland. Comment l'expliquer plus clairement ? Adapter une société violente urbaniste à un conte pour enfants, avec toute cette violence, cette dépravation, toute cette société décadente et dégoutante.

Tetch, dans son délire, arriva finalement au Thé de Fous. Cette fois, c'était la pire des tortures, il voyait son reflet, entouré des cadavres du Loir et du Lièvre, comme s'ils avaient été dévorés vivants ... Avec du thé cependant, toujours très important. Au milieu de la vaisselle cassée, se trouvait son double : Le Chapelier Fou. Immobile, figé, sa tasse désespérément vide.

Tetch aurait voulu remplir cette tasse, l'aider à ... Il prit alors une théière et commençait à s'approcher de son double cannibale. Il commençait à verser et rien ne sortit, aucune trace de thé. Il prit une autre théière, puis une autre, et encore une autre. Toutes furent désespérément vide. Et cette horloge, ce temps qui avançait, il était bientôt six heures et ... DING DING DING ... Six coups, six heures, l'heure du thé. L'heure du thé, l'heure du Thé ! Et il n'y en avait pas ! Tetch hurla, un hurlement horrible, un monde sans thé, un Wonderland sans thé, c'était surement la plus horrible des choses.


Au dehors, les yeux du Chapelier étaient exorbités, son sourire avait disparu. Assis dans son siège, il tremblait. Ses yeux vitreux observaient Crane sans l'observer. Il avait hurlé en présence du médecin. Un monde sans thé, c'était vraiment une ignoble pensée pour un pauvre Chapelier. Ses mains serraient les poignées de son siège, toujours crispé, comme s'il voulait rester quand même rattaché au monde réel. Le Wonderland de Crane était vraiment un endroit horrible, un endroit où il ne fait pas bon de rester en vie. Oh que non ! Le hurlement avait surement surpris le Docteur Crane. Certes, mais quand même, plongé dans son monde, Jervis Tetch n'avait vraiment plus rien de quelqu'un de sain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Dim 26 Jan - 21:03















Mon regard sinistre examinait chaque réaction du Chapelier 'un peu plus' Fou que d'habitude face au monde qu'il découvrait peu à peu. J'étais tellement jaloux de ne pouvoir contempler ce remake du Pays des Merveilles version monde des Horreurs où Jervis évoluait en ce moment tel un pauvre petit pion d'échec sur l'immense plateau où la Reine Rouge et moi jouions avec l'esprit de ce pauvre homme.

Il frémissait. Il ravalait sa salive avec insistance. Ses paupières tressautaient. Il  se mordait les lèvres. Ses doigts se crispaient. Ses mains étaient moites. Il transpirait. Il régurgitait encore. Il criait. Il suppliait. Ses pupilles se dilataient.  Le coin de ses lèvres baissaient à chaque seconde. Il tremblait.

Soudain, Tetch hurla encore plus fort me faisant sursauter sur mon siège. J'étais droit dans mon fauteuil, faisant se toucher chacune leur tour la pulpe de mes doigts rachitiques, comme un psychiatre en observation, comme un psychopathe en pleine satisfaction. Sous mon masque, mon sourire s'étirait de plus en plus, le Chapelier devait être à l'apogée du cauchemar … J'avais distingué quatre phase lors d'un rêve hanté, premièrement, la victime découvrait ce nouveau monde qui se présentait à lui, deuxièmement, il se questionne, il cherche la raison de ce désespoir et cette tristesse, troisièmement, il réalise, il comprend, il subit, il souffre et l'angoisse monte, puis, pour finir, il se réveille. Il se réveille le cœur serré, le cœur pétrifié et le regard vide. La peur est le sentiment le plus fort, oubliez l'Amour et ses suppôts, oubliez l’Optimisme et la Joie. La Peur, il est impossible de s'en défaire et de la vaincre car tout être humain est vulnérable face à ce sentiment qu'il soit fort et grand ou un habitué de l'angoisse...

Alors que mon patient semblait revenir à la réalité, j'éteignis mon regard jaunâtre et enlevais mon visage d’Épouvantail. Je me levais calmement et me dirigeais lentement vers l'interrupteur de la lumière pour éclairer de nouveau la pièce jusque là prisonnière des ombres. En me retournant, j'admirais mon œuvre, un homme visiblement dévasté par ce qu'il venait de vivre les ongles enfoncés dans les accoudoirs. Avec un sourire mesquin, je me rassis et pris l'initiative de ranger ma mallette, classant minutieusement les seringues. Puis, j'attrapais mon carnet de note et gribouillais mes observations et autres remarques :

Patient, M. Tetch Jervis « Le Chapelier Fou », le 12 décembre.

Observations : Mon patient avait apparemment envie de vivre quelque chose qui lui ferait perdre totalement la raison, éventuellement de voir je cite, « Le plus merveilleux des mondes, le plus horrible aussi. »


Je soulignais trois fois le mot Horrible.

Afin d'assouvir les désirs de mon patient, qui d'ailleurs m'a contacté pour devenir encore plus fou, je lui ai injecté une dose de 30ml de Anxietium (composition personnelle).


Il ne me manquait plus que l'avis post-traumatisme de mon patient, je reposais alors mon stylo sur mon carnet puis attendis que Tetch revienne à la réalité. Alors qu'il commençait à faire des bulles de salive, je me raclais la gorge en insistant, histoire de lui rappeler qu'il n'était pas mort et que j'étais encore là.
Je fus tout d'un coup pris d'un léger fou rire en voyant son expression dépitée, mais je devais cacher cette enthousiasme malfaisant à tout prix... Je soupirais en espérant me calmer. C'est alors qu'après avoir repris mon habituel et sinistre -malgré moi- calme puis m'exclamais sur le ton le plus hypocrite qui soit :

- Monsieur Tetch ? Vous allez bien ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Mer 19 Fév - 22:04

Tetch était maintenant dans un état de catatonie. Entièrement libéré des barrières morales et tristes de la réalité. Que dire de plus à cet état ? Qu'il était tout simplement atteint d'une version avancée de la folie. Mais au delà de cette folie, se tapissait dans son être une forme plus abjecte de perversité. Dénaturer un conte pour enfants afin d'en faire une réplique horrible dans la vie réelle des concitoyens de Gotham City. Une légende, triste légende naquit ce soir-même. Jervis Tetch était maintenant en pleine disposition de ses non-moyens pour écrire une page du crime de Gotham.
Toujours plongé dans son délire, il observait avec sa troisième vue, les ravages perpétrés dans son Wonderland personnel. Un monde entièrement recomposé avec du sang, des tripes, des meurtres, la destruction de l'enfance, certes. Mais c'était aussi un endroit merveilleux, un endroit où Wonderland avait enfin une chance d'exister dans un monde moderne, un monde où la perversion détruit l'enfance, c'était là le but de Mad Hatter désormais. Intégrer un conte enfantin dans la froideur de la vie réelle.


Quelques minutes plus tard, Tetch commençait à émerger, bavant sur son propre costume, l'air hagard, désorienté, mais toujours éminemment plus fou, plus dérangé. Comment pouvoir prétendre être sain après avoir testé des drogues illégales ordonnées par un docteur pas si modèle que ça ? Le docteur Crane était tout, sauf un expert en morale et en fidélité au serment d'Hypocrate. Mad Hatter, l'esprit embrumé, commençait à voir, enfin, la triste réalité.

- "Nous ne sommes que des rêves, des rêves. Nous ne sommes que le produit d'un esprit supérieur. Nous n'existons pas ..."

Mad Hatter sourit au docteur Crane, l'attrapant par la manche, son chapeau était à terre, mais il semblait sourire, sourire férocement, comme un fauve face à sa proie. Bien entendu, c'était risible, Tetch n'était pas décemment quelqu'un de menaçant, surtout avec sa petite taille. Mais c'était un nain, un nain qui avait forcément de mauvaises aspirations et qui était empli de colère pour le reste du monde.


- "Du thé, docteur, il me faut ... du thé ... Si soif ..."

Mad Hatter avait des projets, des projets bien précis pour cette petite ville de Gotham City. Oh bien sur, les enfants seraient les premiers concernés, après tout, Gotham City espérait beaucoup de sa future génération, et il serait agréable de briser les espoirs et les rêves des Gothamites avant de remplacer leurs vilaines pensées et de contrôler tous ces gens. Après tout, ce n'était que la logique des choses, les gouvernements rêvent de contrôler et de surveiller leurs peuples, avec ou sans Tetch, ce serait la même chose. Contrôle mental pour tous, et thé pour les petites filles blondes abruties ! Mais pour le moment, Tetch avait soif, et il avait besoin d'un vrai plan, un plan qui saperait une nouvelle fois les fondations de cette communauté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Ven 28 Fév - 20:53

Pourquoi un Corbeau ...

"Chapelier Fou & Dr. Crane"


Toute cette souffrance sur le visage d'un homme faisait monter en moi un sentiment d' excitement, les poils sur mes bras s’irisaient et je ne pouvais m'empêcher de me mordre les lèvres. Après que mon patient ai repris ses esprits, je repris les miens, clignant nerveusement des yeux et adressant de nouveau ce sourire hypocrite à  ce dernier.
Alors que je m'apprêtais à repartir, le laissant agoniser et peu à peu tomber dans une folie dévastatrice où chaque parcelle de son esprit serait détruite, Mad Hatter m'attrapa par la manche de ma veste noir corbeau avec un sourire particulièrement affreux. Non pas un sourire enjouée, mais un sourire malsain. La phrase qu'il venait de murmurer dans le vide, me fit rire intérieurement, il était tellement désespérant que j'en éprouvais une grande satisfaction. L'ambiance sinistre qui régnait dans cette petite pièce qui pourtant à l'origine avait tout de conviviale était pesante à souhait, je soupirais longuement et posais mes grandes mains squelettiques sur la table tout en regardant funestement le Chapelier. Mon regard bleuté posé sur cet homme en overdose de souffrance, rongé par cette maladie que l'on appelle si souvent Folie dans les livres.

L'hystérie, voilà ce que m'évoquait Tetch, tout homme est hystérique quand il perd ses rêves et visiblement, son si paisible et magique Wonderland s'est écroulé, laissant place à ce monde si crasseux qui est ce que Mesdames Messieurs, nous appelons la réalité. Ah, la réalité, si seulement cette notion n'existait pas, heureusement, il y a des personnes qui comme moi arrive à utiliser l'irréel pour manipuler le désastreux réel.
Jervis Tetch ne pouvait que me remercier, je lui avais remarquablement montrer ce qu'était les chemins de l'horreur, le pays des cauchemars, maintenant la folie l'avait emporté, à jamais. Je l'espère.

Le Chapelier me demanda du thé, comme si sa vie en dépendait. Je me levais sinistrement et regardais ce qui restait dans la théière, pas grand chose. N'étant pas ce genre d'homme sympathique et bienveillant -on s'en doutait- je me contentais de lui vider le reste de thé dans sa tasse tout en le dévisageant. Tandis que mon patient phasait dans son monde imaginaire, je me re-assis sur mon fauteuil, les jambes croisées et de ma voix lugubre je déclarais à Tetch malgré le fait que je ne pense pas qu'il m'entende :

- Nous sommes surtout de simples ombres qui circulent nuits et jours et qui espèrent un jour faire quelque chose de bien dans l'espoir de modifier notre réalité si … terne.


Je m'approche petit à petit de lui, essayant de capter son regard vide et ajoute :

- Et parfois il a des gens qui voient le monde d'une autre façon … une façon qui baigne le monde dans lequel nous vivons dans l'horreur et la corruption. Nous vivons dans un monde qui n'est pas tendre, ici, c'est chacun pour sa peau et il faut savoir être le plus fort.


Après ces instants de frayeurs dont j'aimais être le maître, j'attrapais ma mallette et la posais sur mes genoux en rangeant mes affaires minutieusement.

- Il serait convenable que ce qui vient de se passer dans cette pièce reste entre votre esprit et moi Tetch, sinon je m'assurerais que votre Boutique de Chapeau se transforme en tas de cendre et que vous soyez éternellement envoyé dans une cellule de l'asile d'Arkham. Le pire du pire serait que je m'arrange pour rester tout de même votre psychiatre une fois là-bas.


Je me devais de préserver le secret de l’Épouvantail à tout prix. Si l'une de mes victimes allaient cafter à la police la nature de mes expériences et la tournure lugubre de mes rendez-vous théoriquement professionnels , se serait un allé simple à Arkham Asylum pour moi. Moi ? Jonathan Crane, grand psychiatre des peurs et des angoisses du côté des cinglés, rabaisser à n'être qu'un animal en cage avec écrit 'Instable' sur une petite fiche ? Jamais. Ils ne m'auront jamais car ils ne sauront jamais qui je suis réellement. Après tout, qui pourrait s'imaginer qu'un pauvre psychiatre maigre et pâle comme la Lune pourrait cacher une sorte de monstre en soif de terreur ? Personne. Je paraissais bien trop normal et bien trop faible pour cela. Mon costume de Jonathan était parfait, merci papa, merci maman.
Tout cela me permettait non seulement de concocter mes poisons dans la discrétion la plus profonde et ensuite de les tester amoureusement sans être repéré. Mais que fait la police ?
Je remets mon masque dans la poche de ma veste discrètement  puis je reprends mon sourire faux et m'exclame de ma voix calme :

- Que faites-vous dans la vie Jervis ? A part vendre des chapeaux bien sûr. Vous n'avez pas une petite passion, une occupation particulière ?







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Jeu 27 Mar - 10:13

L'iréel ...

Cette substance flasque était le parfait alibi pour chaque criminel enfermé à Arkham. Arkham, le lieu de cauchemar du Chapelier, la dernière fois, il avait aidé le Dollmaker à se sortir de l'asile. Un endroit épouvantable, certes magnifique, mais épouvantablement horrible ! Le mot "épouvantable" revenait au Chapelier Fou. Dans ce cauchemar, il avait rêvé du Docteur, celui-ci se transformait en un épouvantail, pourquoi ? Aucune idée, tout cela devenait de plus t'en plus curieux, aurait dit Alice. Tout cela devient bien trop étrange dans ce monde de dingues, c'était un moment agréable ...

Le Thé ! Le thé revigorant redonnera l'impression d'avoir les pieds sur Terre, tout ira très bien, tout ira magnifiquement bien au Pays des Merveilles. J'entendais la voix lointaine du Professeur Crane, au loin, comme un phare dans le brouillard. Mad Hatter ne leva pas la tête, tout ce qu'il sentait, c'était la tasse dans sa main, mais il n'en buvait pas. Son regard était figé, comme s'il faisait un mauvais trip dans son monde personnel. Oh bien sur, il en avait encore pour de nombreuses heures à délirer dans ce faux Wonderland, mais petit à petit, il reviendrait dans le monde réel, hélas.

Pour toute réponse aux théories du professeur Crane, en ce qui concernait le monde d'aujourd'hui, Tetch ne releva pas la tête, tout ce qu'il fit était chanter une petite comptine d'Alice au Pays des Merveilles.


- "MeRvEiLlEuSe SoUpEuH ... aDoRaBlE sOuPeUuUuUh ..."

Puis, le docteur Crane semblait être plus sérieux dans ses démarches. Tetch eut pour réaction un petit sursaut avant de relever la tête, les yeux dans le vide. Un maigre sourire revint sur ses lèvres d'accro à la came. Ne disait-on pas que la drogue est le bonheur du malheureux ? C'était vrai, dans un sens, surtout si on étaitun cinglé se prenant pour un personnage de conte pour enfant. Souriant, toujours enthousiaste malgré la drogue qu'il avait prit à ce moment-là, Tetch avait dans son allure quelque chose de malsain qui se dégageait, il n'était vraiment pas le genre à appeler les flics.


- "PaS dE rEiNe De CoEuR, nOuS lE sAvOns ..."

Las de répondre, parce que les mots n'arrivaient pas à sortir, ou bien parce qu'ils étaient durs à pousser. Les mots sont des paroles qu'il faut sortir de la gorge, et quand on est dans un état second, il faut s'attendre à les pousser soi-même, ce qui est assez dur quand on était shooté aux drogues du Chapelier Fou.

Tetch leva un bras pour répondre à la dernière question du Docteur. En direction de la porte, Tetch intimait au docteur de ouvrir celle-ci. Bien entendu, la surprise serait de taille. Il trouverait le cadavre d'une jeune fille habillée en Alice, putréfiée, l'odeur était gerbantissime à l'intérieur. Elle avait néanmoins quelque chose dans le cou, une étiquette "10/6" tricotée à même la peau. Ce qui avait assuré le contrôle de Jervis Tetch sur la jeune femme. Oh bien entendu, les effets n'ont pas été tellement positifs. La jeune fille pouvait encore pleurer et ça déformait le visage d'Alice, ça LUI DEFORMAIT LE VISAGE ! Tetch n'avait pas eu le choix que de lui trancher la gorge, avec un certain dégout pour ce travail mal fait. Oh bien sur, il y'aurait d'autres Alice ...


- "De PlUs T'eN pLuS cUrIeUx N'eSt-Il PaS ? vOiLa MoN oCcUpAtIoN ..."

Tetch espérait entendre un hurlement de la part du Docteur, oh peut-être qu'il ne sera même pas choqué ? Après tout, n'avait-il pas lui-même demande à Jervis de garder un secret ? C'était donnant donnant désormais. Le Chapelier Fou ricana d'une petite voix fluette et timide, toujours drogué.


- "VoUs N'êTeS pAs Le SeUl A aVoIr DeS sEcReTs ..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Lun 7 Avr - 18:21





"Pourquoi un corbeau ..."

Le Chapelier Fou & Dr. Jonathan Crane




Il est vrai que ce type semblait simplet et dépourvu de toute intelligence, aux premiers abords. La légère poudre blanche de fée Clochette qui était restée visible sur ses narines devaient y être pour quelque chose. Les drogués sont une espèce bien spéciale, ils vivent avec une vision tellement noire de leur monde qu'ils n'ont plus le choix, ils doivent stimuler leur imagination grâce à des substances illicites qui leurs bousillent chaque parcelle encore proche de la réalité de leur cerveau. Jervis était un cinglé, comme j'aime. Ça me manquait ces espèces d'enflures de tueur en série qui fantasment sur des petites filles, que la Justice plaint presque, parce que apparemment, ils seraient malade dans leur tête. Un père violent, une mère battue, une adolescence désastreuse, une vie qui apparemment était faite pour mal tournée et les voilà enfermés dans neuf mètres carrés avec l'estomac et le sang baignés de pilules.

A vrai dire, je ne savais pas trop quoi faire face à cette situation. Devais-je être le brave et sinistre Jonathan Crane et appeler la police ? Ou l’Épouvantail et ainsi voir un partenaire idéal pour mes expériences ? Je ne savais pas quoi faire. De plus t'en plus curieux comme il disait.
Au final, nous étions tous les deux redevables l'un a l'autre, nous avions tous les deux un secret à faire tenir à l'autre, lui devait caché la véritable identité de l’Épouvantail et moi, fermer les yeux sur cette Alice en sale état. Sales secrets.
Je me tenais là, debout à respirer comme un poisson pour éviter de sentir l'odeur putride du cadavre en décomposition, funeste occupation. Je tournais le dos à la dépouille et lançais un regard sombre et narquois à Jervis, air plutôt naturel chez moi, comme vous pouvez le remarquer.

- Étrange. Très étrange. Je l'avoue, je suis légèrement étonné. Mais certainement pas choqué, je m'attendais bien à ce que quelque chose cloche chez vous, après tout , vous m'avez demandé de vous droguer...

J'avançais mon grand corps maladif vers le fauteuil miteux que j'avais quitté il y a quelques minutes pour m'y réinstaller. Avec mes mains squelettiques, je remis en place les nombreuses mèches de cheveux sombres -dont des reflets roux apparaissaient avec le léger voile de lumière qui passait dans cette pièce- puis plongeais mon regard dans celui de Tetch qui ne semblait pas très sérieux, après tout, pourquoi serions-nous si sérieux ?

- Jervis, j'ai de plus en plus l'impression que...

Je me redressais froidement, comme un instituteur qui allait passer un savon à l'un de ses élèves et me raclais la gorge. Je tirais une cigarette de la poche de ma veste, l'allumait puis soufflait une épaisse fumée dans le visage du Chapelier pour attirer son attention.

- J'ai l'impression que si vous m'avez fait venir ici, c'est que vous aviez quelque chose derrière la tête. Une petite idée. Or, me voilà fortement dérangé car je n'arrive pas à cerner ce que vous voulez Jervis …

Je plissais les yeux avec intérêt, attendant sa réponse mais je fus tenté de continuer mon discours avec cette voix sinistre qui était pour moi une sorte de signature.

- Vous n’êtes pas un tueur en série non … Ni un junkie, enfin, pas totalement, c'est une image que vous me montrez. En vrai, je pense que vous aimeriez être un dingue, comme Lewis Carroll, du coup vous forcez votre esprit à penser 'fou'.

Ce cas me triturait l'esprit, je ne savais pas trop comment me mettre en tête que ce type voulait absolument devenir fou ?

- Vous n’êtes pas le Chapelier Fou, Tetch. Vous n’êtes qu'un...

Je me mis lugubrement à rire.

- Vous n’êtes qu'un pauvre homme obsédé par les contes pour enfants. Passion atypique dirons-nous.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   Mer 16 Avr - 19:00

Tout était rose ou jaune ? Tout était-il merveilleux ou horrible ? Les visions continuaient à faire planer le Chapelier. Une sensation de bonheur, de calme, de paix dans la tête du Chapelier enveloppaient le triste et meurtrier individu. Oh bien sur, il ne suffisait pas que le Mad Hatter prenne de la drogue pour être déjà bien défoncé, Jervis Tetch avait depuis longtemps oublié le triste monde la réalité pour se concentrer sur ce qu'il voyait LUI et non pas ce que les autres voyaient. C'était étrange n'est-ce pas ? Un monde de bonheur, de rêves et de fantaisies, c'était tout ce que réclamait le pauvre Chapelier Fou. Néanmoins, le bonheur était souvent de courte durée, les "Alice" sont trop idiotes selon le Mad Hatter, trop pleureuses, trop couineuses et ça énerve Tetch, ça le force à boire du thé, du thé, encore du thé avant de passer aux mots comme "Rasoir", "Gorge" et "Caniveau", oh oui, elles pouvaient énerver le Chapelier Fou.
Ricanant comme une petite hyène, Jervis Tetch observa attentivement le docteur Crane. Oh bien sur, il n'était qu'un pion dans toute cette histoire. Jervis avait bien compris que Crane avait lui aussi des petits jeux personnels puisque, sinon, il se serait déjà enfuit de la boutique, et Tetch ne l'aurait pas laissé faire. Si le docteur s'était senti trop horrifié, Jervis l'aurait surement fait disparaitre dans des boites de conserves pour chat ? Surement et l'idée fit rire aux éclats Jervis Tetch.

Le psychiatre avait établi que Tetch n'était pas celui qu'il croyait être. Dans un sens il avait raison, mais de l'autre, cela pouvait énerver le Chapelier. Il n'y avait que lui qui pouvait être le Chapelier Fou, il en était l'essence même, complètement persuadé de l'être, à jamais, pervertissant aussi l'image du conte de Lewis Carroll.

NON NON NON ça ne va pas ! Mad Hatter réfléchissait de trop, même camé, ça faisait mal à la tête. Se retenant le crane, avec une impression qu'il allait écraser, les larmes vint aux yeux de Tetch, pas des larmes de tristesse, mais de douleur, comme si tout allait mal, un mauvais trip quoi, en quelque sorte.


- "Suis-je le Chapelier ? Ou suis-je Hatta, le message Anglo-Saxon ? Sommes-nous de l'autre côté du miroir ? Y'a t'il une quelconque raison à tout cela ? Perdu, perdu, perdu, je suis embrumé, perdu ..."

Tetch paraissait comater, comment abruti par le mauvais mélange. Oh bien sur, il émergerait, mais maintenant, il était complètement incapable de continuer une conversation compréhensible. Serait-ce possible ? Non, Mad Hatter s'étala sur le sol, prostré, en position fœtale sur son plancher. Il se laissait divaguer. L'odeur de la pourriture du cadavre emplissait les narines de Tetch, mais ne le dérangeait absolument pas. Quand on vivait dans la dégueulasserie en permanence, on s'y habituait.

Mad Hatter avait complètement oublié la présence de Crane dans sa boutique, cela ne le dérangeait plus au final. Le Docteur avait maintenant un bel aperçu de la nouvelle criminalité qui allait s'emparer de Gotham City. Plus folle, plus désorganisée, plus chaotique, Gotham City allait souffrir, énormément. On retiendra pendant encore de longues années le nom de Jervis Tetch, le vrai Chapelier Fou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi un Corbeau .. ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi un Corbeau .. ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: