Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]   Mer 10 Déc - 1:48

Le moment était venu enfin. Le premier contrat du Tally Man qui impliquait de tuer autre chose que des mafieux et des petits combinards de bas étage. Il était excité rien qu’à l’idée de brandir la tête de cette nouvelle victime. Il se demandait par contre ce qui pouvait bien exciter son employeur à propos de ce Music Meister. C’était, selon ses dires, « un énergumène qui fout son nez où il ne doit pas et qui a la désagréable habitude de vous envoûter avec simplement une chanson comprenant le son de sa voix ». Le Tally Man ne put s’empêcher d’éclater de rire face à ces propos. Comment un homme pouvait-il hypnotiser rien qu’en chantant?
- Je t’interdis de te moquer de la sorte mon gars, ce type c’est du sérieux!
Le Tally Man se renfrogna, rapprochant son visage de celui de son interlocuteur, le fixant dans les yeux. Brandissant son arme près du crâne de son employeur, la silhouette sombre répliqua de façon à mettre fin à cet argumentaire.

« Reparle moi encore sur ce ton et tu pourras dire adieu à ce contrat, te privant de ma paye et de ta vie. »

Glissant son doigt entre son cou et son collet de chemise pour retrouver sa respiration, le truand épongea la sueur de son front. Il comprenait maintenant la réputation de l’assassin qu’il venait d’engager et savait qu’il pariait beaucoup sur ce coup. Si son propre patron apprenait qu’il engageait un malade costumé pour effectuer ce sale boulot, il serait probablement étripé ou pire encore. Combien de fois il avait supplié au Tally Man de garder cette affaire secrète et confidentielle? L’assassin avait arrêté de compter après la quatrième fois.
« Où se trouve ce Music Meister en ce moment? »

- Mes hommes l’ont pisté jusqu’aux tours Lacey dans le Coventry. Il se cache au sommet de l’un des deux immeubles.
Le Tally Man se mit immédiatement en route, passant par les toits pour arrive rapidement à destination. Si les informations du mafieux étaient correctes, ce Music Meister ne pouvait se tenir que dans la seconde tour, la première subissant des réparations à son sommet. S’infiltrant dans l’immeuble, l’assassin emprunta un ascenseur vers le dernier étage. Ne rencontrant personne, il put s’infiltrer discrètement et sans encombre dans le grenier de la tour où se situait, entre autres choses, une salle des machines et une salle d’entreposage. Se mouvant telle une ombre, le Tally Man entra dans le repaire du Music Meister.
Personne, pas un bruit, pas un mouvement. Il savait cependant qu’il était au bon endroit. L’endroit possédait plusieurs objets inusités : des instruments, des systèmes de son, des projecteurs et même une scène. Ne manquait plus que l’artiste en question. Le Tally Man allait devoir l’attendre, mais il savait comment…
Observant la pièce, l’assassin prépara quelques petites choses pour rendre le tout plus théâtral, quelque chose qui lui convenait beaucoup mieux qu’une simple balle dans la tête sortie de nulle part. Le collecteur de dettes aimait se présenter à ses victimes en leur annonçant leur mort et le pourquoi de celle-ci. Il ne ferait pas exception pour un criminel d’Arkham.
Une fois ses préparatifs achevés, le Tally Man se positionna au centre de la scène dans le noir le plus complet, attendant patiemment l’arrivée de sa victime. Cela ne prit pas de temps cependant, il entendit rapidement du bruit émerger de l’entrée de la salle. Se considérant chanceux, le Tally Man prépara ses armes ainsi que la petite manette qu’il gardait dans sa main.
Lorsque la porte s’ouvrit, un individu à l’accoutrement étrange entra dans la pièce sans lumière. De ce qu’il avait pu voir de l’homme grâce à la lumière procurée par l’ouverture de la trappe, le type correspondait à la description du Music Meister : un type avec des lunetes portant un habit voyant avec des notes de musique en guise de boutons pour le veston, le tout accompagné d’un chapeau munit d’une plume. Pas de doute, c’était bien lui. Le Tally Man n’attendit pas plus longtemps et actionna la télécommande qu’il tenait.
Un projecteur s’alluma, illuminant le Tally Man. Des jets de fumée s’activèrent, plongeant la scène dans une brume épaisse. Dans le même temps, le son d’un orgue jouant le thème principale de la pièce «Le fantôme de l’Opéra» se fit entendre. Le bas de son corps était caché par la fumée, mais le haut de son corps était encore totalement visible, lui donnant l’allure d’un monstre sortit d’un cauchemar. L’assassin attendit l’orgue se calme pour dire les mots qu’il était habitué de prononcer.
« Music Meister, tu as une dette dont tu dois t’acquitter. Ta vie m’appartient. »

Exhibant un revolver de sa manche, le Tally Man pointa son arme sur la cible qui était ébahie par la surprise qu’il venait de recevoir. Déçu, l’assassin s’était attendu à quelque chose de plus difficile pour un criminel d’Arkham. Sans hésiter, il tira…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]   Mer 10 Déc - 14:46

Le Chant et les Armes
Tally Man & Music Meister
Depuis que Batwoman avait fourré son museau dans ses affaires, le musicien était plus furieux que jamais. C’était la seconde fois qu’il avait affaire avec une chauve-souris et il craignait que la prochaine fois, se soit Batman qui lui tombe dessus. Est-ce qu’il serait capable de stopper un plus gros rongeur volant ? Il serait surement bien mieux préparer que les deux autres, il ne pouvait douter de cela. En attendant, le mélomane se cachait dans un appartement des Lacey Towers. C’était bien loin du théâtre dans lequel il vivait depuis quelques années et bien moins grand également. Cependant, il avait dû se contenter de cela dans l’urgence en attendant que les justiciers l’oublient. Il se contentait de quelques vols par ici et par là pour grossir sa collection d’instrument et récupérer bien sur du matériel pour son prochain spectacle. Il avait tant perdu à cause d’elle. Instruments, partitions, photographies, souvenirs. Il avait dû se tourner vers la mafia pour retrouver un toit sur la tête, mais il ne pouvait se contenter d’un studio, évidemment. Le mélomane voyait toujours en grand. Il n’avait bien sûr mais pu payer puisque toutes ses économies se trouvaient au Monarch Théâtre et qu’il se doutait que son compte en banque devait être surveillé de près s’il tentait quoi que ce soit. Cependant, ce n’était pas sa première dette, ni la première. Pour être bref, Wolfgang avait connu de meilleurs moments dans sa vie et encore, il ne connaissait pas la suite.

Wolfgang  se rendait à son appartement sans aucun indice montrant que quelqu’un en voulait à sa vie. D’ailleurs, il n’hésitait pas à garder sa tenue habituelle sous son épais manteau malgré que les médias l’aient largement décrite, photographie à l’appui. Il se sentait en sécurité. Il pensait que rien ne pouvait l’atteindre. Il était le Music Meister après tout. En l’espace de quatre ans, il n’avait séjourné qu’une seule et unique fois à Arkham et il refusait l’idée qu’il puisse y retourner un jour. Il savait se trouver de bons alliés et surtout, il avait eu de la chance.

Le soleil commençait doucement à disparaitre lorsque le musicien passa la porte d’entrée, les bras chargés de course. L’un était pour se nourrir et l’autre était chargé d’instruments à vent de toute sorte : harmonica, flûte, ocarina… Notre homme sifflotait doucement, un air apaisé sur le visage. Son fournisseur habituel lui avait fait un prix pour tous ses instruments, conscient que le Music Meister était son meilleur client et malgré sa position financière, il continuerait toujours de se fournir pour soulager sa passion dévorante pour la musique. Wolfgang déposa un premier sac sur le canapé sur salon et se dirigea d’un pas rapide vers la pièce plus musical, fouillant déjà d’une main le contenu du sac en se demandant ce qu’il allait tester ou personnaliser. Il retira son manteau d’une main, le laissant glisser sur le sol. Il n’était pas dans cet appartement depuis très longtemps et la majorité des choses reposaient ici et là sans place spécifique. Il ne pensait pas devoir rester ici bien longtemps, il avait déjà des vues sur un ancien magasin de costume qui avait fermé en soixante-dix à cause de la crise financière qui avait commencé à frapper Arkham à cette époque. Ce serait un endroit parfait pour lui.

Plonger dans ses pensées, il fut dès plus surpris lorsque la scène qu’il avait réussi à mettre en place dans cette partie-là de l’appartement s’éclaira. Il leva brusquement la tête, la main toujours plongée dans le sac, un air un peu perturbé sur le visage, voir même complètement hébété. De la fumée s’échappa, cachant en partie l’individu qui s’était infiltré chez lui. Wolfgang entendit alors le « Fantôme de l’Opéra », il le reconnaissait le thème sans aucune difficulté bien sûr, et vit une sorte de créature aux cheveux blancs, au visage masqué et avec une tenue semblable à la sienne mais de teinte bleutée. Le mélomane le regarda toujours, sans rien dire, ne comprenant rien à ce qu’il voyait. Avait-il une sorte de fan ? Il est flippant, pensa aussitôt Wolfgang qui sentait son cœur s’affoler sans pouvoir en traduire les battements. La sentence fut alors prononcée par la voix du drôle d’intrus. L’information mit du temps à attendre le cerveau du rouquin mais lorsque ce fut fait, il réagit aussitôt. Il se jeta sur le côté, tandis que la balle venait de se perdre dans son cabas. Il en perdit son chapeau mais il ne s’attarda pas dessus, rampant à toute vitesse derrière ses nombreuses guitares. L’homme venait pour lui mais ne semblant pas le connaitre tant que ça, sinon il l’aurait appelé Wolfgang ou même Patrick.

- Hey, j’ai beaucoup de dettes. Si tu commençais par me dire qui t’envoie, cria-t-il en se couvrant la tête. Le chapelier ? Crane ? Falcone ? Winter ? Et toi, qui es tu ?

Il connaissait cependant son adresse, sans doute venait-il de la part de quelqu’un d’influent. Ou alors, les mafieux en avaient eu assez d’attendre. Il réfléchit très vite, cherchant une chanson qui pourrait stopper l’homme mais le criminel était bien nerveux et il avait des difficultés à réfléchir. Il partit de sa position pour se couvrir derrière son bureau qui contenait malheureusement tous les outils informatique. Il sortit alors une vieille chanson mais qui faisait toujours son petit effet :

- Put down your arms, my friend
Your arrows, guns, or swords
Your resistance to my charm now ends
When I belt these power chords


Il se redressa doucement quand il fut certain qu’il n’entendait plus aucun bruit. Avait-il cesser de tirer ou l’attendait-il ?

- Good guy or bad guy, it doesn't really matter
You are all just slave to my hypnotic patter




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]   Mer 10 Déc - 19:32

Il continuait à tirer, il s'acharnait comme un diable ne se souciant aucunement de ce qui l'entourait. Instruments, mobilier, lumières et murs, tout était criblé de balles. Il faisait un boucan infernal et peu lui importait des dégâts ou des dérangements causés : seul comptait le contrat. Avançant tout en tirant, le Tally Man s'approchait lentement mais sûrement de sa cible. Il finirait éventuellement par le toucher et la vie de cet homme à l'accoutrement étrange s'achèverait ainsi.
- Hey, j’ai beaucoup de dettes. Si tu commençais par me dire qui t’envoie, cria-t-il en se couvrant la tête. Le chapelier ? Crane ? Falcone ? Winter ? Et toi, qui es-tu ?
 
Comment un homme pouvait-il avoir autant de dettes et être encore en vie? C'était une chance inespérée pour le Tally Man de débarrasser le monde d'une nuisance de plus. Les dettes devaient être éradiquées et cela devait commencer par les plus endettés de cette ville. Une chose à la fois cependant. Même si tuer le Music Meister n'était pas encore fait, c'était loin d'être irréalisable et ce n'était qu'une question de temps avant que cela n'arrive. Tandis que l'assassin avançait, la fumée commençait à disparaitre tranquillement. Toujours en tirant, la grande silhouette sombre répondit à l'interrogation de sa cible.
 
« Mon employeur ne regarde que moi. Tout ce que tu as à savoir est ceci : je suis le Tally Man et je viens récupérer tes dettes. »
 
Il n'était qu'à quelques pas de sa cible lorsque son arme se vida. Commençant à recharger, cela laissa un peu de répit à l'homme embusqué derrière le bureau. C'était la fin pour lui, il ne lui échapperait pas.
 
- Put down your arms, my friend
Your arrows, guns, or swords
Your resistance to my charm now ends
When I belt these power chords

 
Le Music Meister se redressa lentement, observant les gestes du Tally Man. Étrangement, ce dernier ne pouvait réagir, comme s'il n'était plus en possession de ses moyens. Il essaya de tirer, rien ne se passa. Il essaya de bouger, mais il était immobile. Rageant contre la chose ou la force qui l'empêchait d'agir, il se mit à grogner. Puis quelque chose se passa...
 
- Good guy or bad guy, it doesn't really matter
You are all just slave to my hypnotic patter.

 
Le Tally Man, contre sa volonté laissa tomber ses armes, devenant un pantin. Au plus profond de lui il criait comme un dément. Que se passe-t-il? Qu'est-ce qu'il me fait? Je vais le tuer! JE VAIS LE TUER!!
 
- As I regale you with my story, you'll know you have no choice,
But to do my evil bidding, when you hear this booming voice!
Oh, I'm the Music Meister!

 
Le Tally Man commença à effectuer des pas de danse, des choses qu'il ne ferait jamais en temps normal. Sa grande silhouette, contre toute attente, se mouvait avec grâce et au rythme de la voix du Music Meister. Quelle honte pour l'assassin, mais le pire était encore à venir. Il entendait la voix de sa cible dans sa tête, s'insinuant dans son cerveau, lui disant quoi faire, quoi dire... Mais surtout, l'obligeant à chanter dans une voix qui n'était pas la sienne.
 
«  He's the Music Meister! And everyone just fawns!
He's the Music Meister, and we are all his pawns! »

 
 
Le Tally Man tentait de résister par tous les moyens à sa disposition. Sa rage, sa haine envers cette humiliation, le désir de tuer qui augmentait  à chaque instant. Le Music Meister n'était donc pas une légendaire urbaine en ce qui concernait ses capacités. Peu importait les contrats maintenant, cette histoire était devenue personnelle. Le Music Meister ne cesserait d'être pourchassé jusqu'à ce qu'il soit mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]   Ven 12 Déc - 20:13

Le Chant et les Armes
Tally Man & Music Meister
Wolfgang sentit le Tally man perdre tout contrôle de son corps et de sa tête. Il obéissait sagement comme le pantin qu’il était devenu. Le musicien s’assit une seconde sur le bureau pour tenter lui-même de reprendre ses esprits. L’homme n’avait pas besoin de dire qui l’avait engagé, il avait une petite idée sur la question. Il allait devoir éviter de passer par la mafia à l’avenir. Peut-être s’étaient-ils sentis menacé par son pouvoir également et que les dettes n’avaient été qu’une excuse ? Un homme capable de vous ensorceler comme il le faisait à cet instant, mieux valait l’avoir pour soit, ou mort. Ils avaient décidé la mort. Wolfgang soupira doucement, observant son appartement qui était dans un état misérable, sans parler des instruments qui étaient désormais bon pour jouer les bois de cheminer, le matériel informatique n’était pas mieux. Notre mélomane se redressa lentement et ramassa avec lenteur l’arme du collecteur de dette et le visa avec, la rage au cœur.

- Non, tu ne mérites pas que je te raconte mon histoire, sale petit bâtard, fit tout d’abord en rappelant une partie de sa chanson. Tu as tout détruit, tu te rends compte de la valeur de ses instruments ? Et je ne parle pas seulement du prix, leurs sons étaient uniques ou alors ils allaient le devenir ! Si tu avais ne serait-ce qu’un peu d’intelligence, tu te serais rendu compte de ton erreur. Je vais te le faire comprendre.

“As I regale you with my story”, lui raconter comment il en était arrivé là ? Certainement pas, mais Wolfgang avait été dans un tel état de panique qu’il s’était contenté de citer des phrases qu’il connaissait par cour. Il s’approcha doucement, incitant l’homme à reculer de façon dansante. Si le Tally Man voulait lui répondre, se serait en rime, il n’avait pas le choix. Il le poussa du canon de l’arme pour le faire tourner sur lui-même comme la poupée qui danse. Un petit trou dans son cœur ou dans sa tête et le Tally Man serait oublié, fini. Le rouquin se faisait violence sur le coup, voulant que la mafia comprenne qu’il ne plaisantait pas.

- Tu vas aller dire à tes patrons… oh non, meilleure idée…

Les meilleures réponses n’étaient pas toujours dites avec des mots. Les mots s’envolent comme on disait, les messagers aussi. Il s’approcha encore, le contournant cette fois-ci en levant les bras comme s’il était au beau milieu d’une scène et que le public l’observait.

- Oubliez donc votre refrain
Votre volonté m'appartient


Il se mouvait avec délectation, savourant cet instant et narguant bien volontiers sa propre victime avant d’ouvrir la porte qui menait au balcon, un sourire mauvais sur le visage.

- Maintenant que vous perdez le jeu
Vous perdez tous vos charmes
Mais pour me distraire il faut bien que
Vous finissiez dans le drame

Oohohohooh !


La voix montait haut, fort, puissante. L’idée était donnée, l’ordre était lancé, une simple suggestion qui l’encourageait à sauter pour en finir avec l'hypnose. S’il hésitait, il serait prêt à le pousser. La mafia comprendra très certainement qu’ils allaient devoir faire mieux que ça s’ils voulaient se débarrasser de lui. Mettre des économies dans les boules quies par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]   Dim 14 Déc - 9:53

Il était impuissant, prisonnier dans sa tête alors que son corps obéissait à cet énergumène qui se faisait un malin plaisir de le faire passer pour le plus parfait des abrutis. Quelle humiliation, quelle déchéance pour le Tally Man! Ce dernier criait sa rage et sa haine en son être, maudissant le Music Meister de toutes les manières possibles. Il l'utilisait comme un pantin, le faisait danser telle une ballerine... Pire encore, il osait pointer sa propre arme sur lui. Jamais il ne pardonnera cet affront. Jamais le Music Meister ne serait tranquille.
- Non, tu ne mérites pas que je te raconte mon histoire, sale petit bâtard, fit tout d’abord en rappelant une partie de sa chanson. Tu as tout détruit, tu te rends compte de la valeur de ses instruments ? Et je ne parle pas seulement du prix, leurs sons étaient uniques ou alors ils allaient le devenir ! Si tu avais ne serait-ce qu’un peu d’intelligence, tu te serais rendu compte de ton erreur. Je vais te le faire comprendre.
Le Tally Man luttait de toutes ses forces contre les effets de l'ensorcellement, canalisant sa rage afin de briser les chaines qui emprisonnaient son esprit. Rien n'y faisait cependant, il était sous le contrôle total de sa cible. Il n'osait prononcer une parole, se doutant de ce qui allait se produire, mais ce n'est pas l'envie qui manquait de lui répondre. Comment se libérer? Comment ne plus avoir à entendre cet individu jacasser à propos de ses foutus instruments? Et comment lui faire payer cette insulte à son égard? Comment...

- Tu vas aller dire à tes patrons… oh non, meilleure idée…

Sa vie dépendait du Music Meister et ça l'enrageait. Il ne pouvait finir ainsi. Le Tally Man ne pouvait pas s'éteindre d'une manière aussi grossière, pas avant que le plan ultime n'ait été mis en branle. Et pourtant il était là, figé comme un mannequin, sa cible tournant de lui et s'adressant à un public invisible venu admirer une bête de foire.
- Oubliez donc votre refrain
Votre volonté m'appartient

Il le narguait le salaud. Il passait juste sous son nez à portée de ses mains, ces dernières si grandes qu'elles pouvaient envelopper toute sa tête. Il remettait le fusil dans les mains de l'assassin, posant le doigt sur le gâchette et se mettant à 3 centimètres juste devant le canon. Confiant en ses capacités, il ne bronchait et s'amusait comme un fou avant de reprendre l'arme. Il joua à ce jeu quelques minutes avant d'ouvrir la porte sur le balcon et forçant le Tally Man à se tenir tout près du vide.
- Maintenant que vous perdez le jeu
Vous perdez tous vos charmes
Mais pour me distraire il faut bien que
Vous finissiez dans le drame

Oohohohooh !
Ces dernières paroles avaient été plus puissantes que les autres, libérant le Tally Man d'une partie de l'enchantement. Pouvant à nouveau agir comme il l'entendait, il ne pouvait cependant pas s'exprimer comme il le souhaitait.

« Avant que je ne touche le fond,
Tu payeras de ta vie cet affront.
Sache que si tu survies cette nuit,
Je te pourchasserai toute ta vie. »

Se retournant pour asséner un coup au Music Meister, ce dernier fut néanmoins plus rapide. Poussant l'assassin dans le vide, ce dernier ne pu s'agripper au rebord et entama une chute vertigineuse qui finirait probablement sur l'asphalte plusieurs centaines de mètre plus bas. Retrouvant peu à peu ses esprits et l'entièreté de ses fonctions motrices, le Tally Man tenta plusieurs fois de ralentir sa chute en essayant de s'agripper à une gargouille ou à un rebord. Il manquait à chaque fois, mais réussissait à ralentir sa chute, lui donnant quelques instants de plus pour réfléchir. Arrivée à la moitié du chemin, il put s'accrocher à un poteau de drapeau, ce dernier pliant légèrement sous l'effet de son poids et de la gravité. Ne réfléchissant même pas et aveuglé par la rage, le Tally Man sortit une mitrailleuse de son manteau et tira vers le haut en direction de la fenêtre, espérant que le Music Meister se mangerait une balle perdue. N'y comptant pas trop, le Tally Man brisa ensuite l'une des fenêtres près de lui et pénétra à nouveau dans l'immeuble.


« L'envie ne me manque pas, mais je ne peux retourner le confronter, pas maintenant, je ne suis pas préparé. La prochaine fois sera la bonne. Le Music Meister goûtera la médecine version longue du collecteur de dettes. »



Se dirigeant vers la sortie, le Tally Man réfléchissait aux possibilités qui s'offraient à lui et, surtout, aux tarifs supplémentaires qu'il allait demander à l'employeur pour la peine qu'il donnait. Le Music Meister n'était pas qu'un simple criminel de rue, c'était un « Freak », ce surnom que la mafia aimait donner aux individus costumés, justiciers comme criminels. Et les Freaks devaient être traités avec le plus grand soin. Décrochant un téléphone au hasard, il composa le 911.


« Je tiens à signaler la présence d'un criminel d'Arkham au sommet de la seconde tour Lacey. Faites vite, il est dangereux. »



Le Tally Man savait que sa cible ne se ferait pas prendre, mais cela lui procurait un immense plaisir de le voir obliger de se sauver et d'abandonner ses précieux instruments. Retrouvant le sourire, le Tally Man disparu comme il était venu, préparant un piège pour la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]   Lun 15 Déc - 0:26

J’me baladais sur Crime Alley le cœur ouvert à l’inconnu j’avais envie d’arrêter n’importe qui, n’importe qui et ce fut toi et je t’ai passé les menottes, il suffisait de d’attraper pour d’apprivoiser !
 
Les passants me regardent de travers ou m’évitent carrément. C’est pas tous les jours qu’on voit une fille aux cheveux bleus avec un uniforme du GCPD plus ou moins repassé qui hurle à pleins poumons une chanson française, vautrée sur une moto de fonction. Cette fille, c’est moi. J’aurais pu en faire une critique satirique mais j’peux pas, c’est moi ! Je peux pas me satirer nom d’un dogue allemand ! Enfin bref… Par pur réflexe dû à l’ennui je bidouille ma radio jusqu’à ce qu’elle se mette à vrombir avec fureur.
 
Qu’entends-je ? Qu’entends-je ?
Ma radio qui hurle.
Qu’entends-je ? Il y a un crime pas loin!
Qu’entends-je ? Une demoiselle en détresse.
Un malfrat aux cordes vocales éblouissantes !
Qu’entends-je ? Qu’entends-je ?
Rendez-vous sur Tour Lacey.
Qu’entends-je ? Allons-y bien armés !
Qu’entends-je ? Arkham je te vais te rendre ton précieux ami, bonjour sourire adieu soupir.
Mais qu’est-ce que ce que c’est ce délire, allons-y vite !

 
C’est en chantonnant que je me rends à l’indication du lieu. J’ai une liste d’évadés d’Arkham en tête mais il y en a tellement que ça revient à tirer au dé à mille faces. Quelle guigne cette ville… Ma destination approche à mesure que le moteur chauffe. Tour Lacey est une double tour d’une taille non négligeable. On y trouve surtout des logements, mais tous trop chers pour moi… Eh ! je fais pas une visite immobilière là ! Je gare ma moto en bougonnant, je suis la seule flic à vingt mille lieues à la ronde, et comme je râle tout le temps après mes coéquipiers, je me charge de l’affaire jusqu’à ce que les renforts arrivent, seule. D’abord, je râle pas tout le temps, juste quand ils sont incompétents ! C’est-à-dire… tout le temps !

D’après le message téléphonique d’un individu mystérieux, ma cible se trouve sur la deuxième toiur, celle qui –paraît-il- est la plus grande. Ce qui m’étonne pour des tours jumelles… Tant pis, je continue. Je prends l’ascenseur, c’est plus rapide. Je me retrouve devant une porte mortellement classique, frappe de coups et m’annonce : « Hello hello, POLICE ! changement de volume sonore, mon futur-ex-prochain Arkhamite a du faire un AVC… ouvrez la porte, j’ai quelques meno… questions à vous poser ! »

Un, deux, trois… temps écoulé ! Je me recule pour avoir un peu d’élan, je me prépare mentalement à enfoncer la porte et… BANG. Tiens, c’était ouvert… J’ai zappé la méthode qui consiste à tourner la poignée…

Il semble que le propriétaire vive dans le noir total, on y voit goutte. J’ai beau plisser les yeux comme une malade, je vois à peine plus que le halo de la lumière du couloir. Mais celle-ci s’éteint déjà. Carrément flippant.

Mon attitude est conditionnée par l’expérience, je me dresse à l’affut, tendue jusqu’au moindre son qui effleure mon tympan. Mes doigts se serrent contre mon arme, sans pour autant la déloger de son carcan de cuir. Inutile d’effrayer mon ami… Mes yeux papillonnent dans le vide, même un chat ne pourrait pas y voir. Un silence étrange règne. Je sens l’odeur d’une fumée, néanmoins pas de celle d’une cigarette ou d’un feu. Doublement étrange.  Avec moi ça fait trois trucs étranges. Trop pour une seule pièce si vous voulez mon avis avisé.

Je suis dans ce qui semble être un couloir, à vue de tâtonnements contre les murs. Le propriétaire et tout l’immeuble doit être au courant de ma venue étant donné que je bute dans un tas de choses. Soit c’est mal rangé, soit je suis une quiche. Autant vous dire que ça ne peut être que la première option ! Je sens que le mur se finit et mes yeux commencent à dompter le voile noir. A moins qu’il n’y ait plus de lumière ici.
 
Rien rien rien n’a changé,
Tout tout tout est trop sombre.
 

Une forme sombre se baigne sur le clair de lune voilé par les nuages. C’est très spécial à voir, du sombre sur du sombre. Mais du sombre un peu moins sombre. Vous sombrez ? Heu… suivez ? Je reste sur le pas de la porte, un peu inquiète de cette immobilité. J’aime les gens énergiques. Pas trop, mais juste ce qu’il faut…

« Monsieur, navrée mais… il faut qu’on discute. S’il vous plaît. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Chant et les Armes [Pv Music Meister]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: