Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]   Ven 21 Nov - 22:47



DOSSIER N° :0202252523 Leroy Patterson 5962939393



Nom : Patterson
Prénom : Leroy
Alias : Le barbier Sanglant
Sexe : Masculin
Nationalité : Américaine
Base d'opération: Gotham City

Date de naissance: 02/02/1964
Lieu de naissance: Gotham City
Rhésus: A+
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Situation familiale: Célibataire
Autre information: Ancien inspecteur de police




Génétique du patient
Taille : 1.83m
Poids :80kg


Description physique du sujet : À le regarder d'un peu plus près, il a tout d'un homme banal, ni trop grand grand, ni trop petit, il s'inscrit dans la moyenne des personnes de son époque. Sa corpulence n'a rien de famélique, mais elle n'en impressionnerait guère plus d'un, il n'est pas taillé dans le marbre comme les justiciers costumés qui déambulent dans les rues de Gotham. La première chose qui interpelle chez lui est sans doute son côté négligé, sa chevelure brune est souvent désordonnée, tandis qu'une barbe parsemée orne son visage marqué. Sans doute cela est dû à son travail qui ne lui offre aucun répit, mais à vrai dire il faudrait parler au passé... Ancien inspecteur, il ne portait l'uniforme que dans de très rares occasions, tandis que d'ordinaire, une tenue décontractée lui convenait bien plus. À la suite d’événements qui l'on fait déchanter, l'insigne lui a été retirée, le laissant à la merci d’une obsession l'ayant poussé à endosser une double identité.




En endossant ce rôle qui lui va comme un gant, il aime se parer d'un élégant costard accompagné d'un long manteau, un accoutrement aux antipodes de ceux qu'il peut porter dans sa vie civile. Mais vivre une double vie ne serait guère possible, s'il n'avait pas en sa possession un accessoire capable de cacher son identité. Ainsi, dans une ville où l'on a plus de chance de croiser des déglingués masqués que de gagner au loto, il lui fallait pour incarner ce personnage, un masque lui permettant d'être reconnu et surtout craint de tous. Dans la mesure où un certain énergumène au crâne de squelette allait guider sa vie, Le barbier Sanglant a décidé de l'imiter et de se parer d'une tête de squelette. Cependant, afin d'être différencié et de ne pas souffrir de la comparaison avec son illustre homologue, son visage squelettique s'est teinté d'une couleur carmin que l'on dit empruntée à l'hémoglobine de ses victimes! Ceci dit, oubliez les gadgets high-tech, les armes peu conventionnelles, ce personnage est un puriste dans l'âme, rien n'a plus de saveur que de faire couler le sang de ses victimes par le biais d'un couteau ou de la paire de flingues qu'il a conservé malgré sa mise au placard.


Évolution notable du sujet :  Un personnage de son envergure n'aspire qu'à une seule chose, fonder un empire aussi important que celui de son adversaire. Pour ce faire, il n'hésitera pas à user des plus vils stratagèmes!




Profil psychologique
Avant son terrible "accident", il était un flic on ne peut plus droit, vertueux, bosseur, respectable. Il n'avait rien du flic modèle, l'archétype du flic parfait dans les mauvais polars, non il était un inspecteur de Gotham, qui de par son poste et son affectation avait ce goût pour le danger. Être policier dans une telle ville, n'était pas de tout repos, il fallait à la fois se faire respecter par ses pairs et jouer des coudes avec les malfrats qui avaient un goût prononcé pour l'anarchie. En somme, être un homme à tout faire, capable de faire jouer tantôt ses méninges, tantôt ses muscles. Mais ce n'est pas pour autant qu'il se sentait plus important qu'un autre, l'insigne qu'il détenait lui offrant beaucoup plus de devoirs, que de droits en réalité! Ainsi, faire respecter l'ordre n'était pas une tâche aisée, mais plus qu'une vocation, c'était un état d'esprit, voir la ville dans laquelle il avait grandi se détériorée à petit feu lui était inconcevable!


Désormais c'est tout le contraire... Cette ville ne représente plus rien à ses yeux, si ce n'est qu'elle appartient à l'homme qui l'a fait basculer du mauvais côté! Les patients souffrant d'hallucinations paranoïaque ont tendance à focaliser leur paranoïa sur une vision qui les tourmente. Vision souvent conforme aux archétypes de Young. Cette phrase à mettre au crédit d'un certain Directeur d'un asile que l'on dit réservé aux malfrats les plus dangereux, trouve tout son sens avec un personnage comme le Barbier Sanglant. Traumatisé à en perdre la raison par celui que l'on surnomme Black Mask, il a d'abord développé une sorte de folie le poussant à craindre la mort au point de ne plus oser bouger son prétexte d'être happé par la faucheuse. Prenant peu à peu le pas sur le peu de raison et de bon sens qui lui restait après le terrible événement qu'il n'a de cesse de qualifier"d'accident", il a développé une sorte d'obsession maladive, une sorte de leitmotiv inattendu qui a forgé son esprit tordu. Mesquin, sadique, mégalomane, calculateur, il n'a plus rien de l'ancien inspecteur faisant régner l'ordre et la justice! D'ailleurs, la justice il y a bien longtemps qu'elle ne fait plus partie de ses préoccupations, rien n'a plus d'importance que de mener ses machinations à terme. Se faire un nom parmi tous les gros poissons que peut compter Gotham n'est pas aisée, mais son goût pour le jeu et le challenge en font de lui un être imprévisible. Il ne vit que pour lui et comme il l'entend, personne ne peut lui dicter sa conduite, pas même celui qui guide encore sa vie à l'heure d'aujourd'hui.




Antécédents et suivi du patient
Leroy naquit au sein d'une modeste famille ouvrière de Gotham. Fils unique d'un père ouvrier,travaillant sur les chantiers et absent la plupart du temps, il reçut une éducation menée par une mère, alors femme au foyer. Nullement perturbé par l'absence de figure paternelle, à une époque où le père avait encore un rôle souverain au sein du logis, son enfance ne fut guère éprouvante. Malgré le peu de revenus que le père parvenait à ramener, il ne manqua jamais de rien. Dans une ville où les grattes-ciels pullulaient au kilomètre à la ronde, où la démesure semblait monnaie courante, où les milliardaires arrivaient à tirer leurs épingles du jeu, la classe moyenne et ouvrière restait en retrait, dans les bas-fonds de la ville, là où personne ne souhaitait s'aventurer. À cette époque, cette partie de la ville n'avait rien de comparable à celle d'aujourd'hui, seulement déjà les prémices d'un mal devenu récurant montrait déjà le bout de son nez. Les petits trafics en tout genre faisaient déjà leur apparition, tandis que quelques groupes encore désordonnés commençaient à sévir dans les alentours.


Couvé par une mère désireuse d'offrir le meilleur à son fils, Leroy eut dès sa plus tendre enfance l'envie d'intégrer les forces de police de la ville. À l'époque le désir de porter l'uniforme et de brandir le fameux pistolet face aux bandits étaient les principales raisons le poussant à vouloir endosser la carrière de policier! Sans doute aussi par candeur et la vision de ces "héros" à la télé, qui parvenaient à arrêter les vilains. Au fur et à mesure des années, cette vision enfantine fut rapidement supplantée par l'envie de laver sa ville de la gangrène qui commençait à parsemer les trottoirs de son patelin. Il n'avait pas l'âme d'un héros, il était bien trop réfléchi pour risquer sa vie, mais souhaitait tout de même à sa manière apporter sa pierre à l'édifice. C'est ainsi qu'il passa un à un les diplômes nécessaires à son entrée dans l'école de police et ce qui fut au départ un doux rêve, se transforma rapidement en réalité. Il n'était pas un élève modèle, il n'était d'ailleurs pas sorti major de sa promotion, mais fort d'une conviction inébranlable, il fit petit à petit ses gammes pour atteindre le graal tant espéré: le grade d'inspecteur.

Par les temps qui courent, être un flic n'était sans doute pas la vocation la plus enviée, sans doute en raison du taux croissant de criminalité qui ne faisait que défrayer les chroniques et peut-être aussi en raison du regard des gens sur la profession. Avec l'inflation croissante de la criminalité, la profession n'avait pas été épargnée, touchée jusque dans ses plus hautes sphères,la pègre détenait même le pouvoir dans les services censés représenter l'ordre et la justice. Dans cette atmosphère morbide, pourtant une infime partie de ses membres tentaient d'y remédier. L'inspecteur Patterson,n'était pas le plus fervent opposant des flics ripoux, mais il ne trempait pas dans leurs petites magouilles, droit, juste et honnête cette conception de la profession lui était étrangère. Son service n'était pas le plus prestigieux du commissariat, et pas le plus épargné par la mafia, pourtant l'affaire sur laquelle il venait d'être dépêché était de la première importance. Une enquête de premier ordre menée avec minutie et brio par ses collègues. Cette affaire avait trait à un gros poisson, un malfrat de la pire espèce, coupable de mener un commerce clandestin illégal.



Voilà près de trois ans que son service avait mené sa petite enquête afin de le boucler, là où personne n'avait assez d'audace pour intenter quoique ce soit à son encontre sous peine de représailles. Les indices et les pièces à convictions des innombrables scènes de crimes et affaires en tout genre, avaient mené le service de l'inspecteur à monter une opération coup de poing pour mettre un terme à ses agissements. Convié à participer à cette opération, ainsi que son partenaire,il avait été décidé qu'ils formeraient l'équipe de terrain en premier lieu. Leur mission était on ne peut plus simple, établir un périmètre, s'assurer de la présence du criminel. Pourtant, rien ne fonctionna comme prévu. Trop mal informé, et lui trop bien informé par un membre du service, celui que l'on surnommait Black Mask avait tout manigancé pour orchestrer la chute des policiers.


Amenés à se séparer dès leur arrivée à l'aciérie où l'on disait qu'il s’agissait de la planque de Black Mask, l'opération qui ne devait durer guère plus que quelques heures tourna au fiasco. Son  coéquipier censé s'infiltrer le premier dans les lieux, ne lui avait pas donné de nouvelles depuis pas mal de temps, l'inquiétude grandissante et malgré les recommandations de ses supérieurs, il décida d'entrer à son tour.


Dans cette usine gigantesque, lugubre, l'inspecteur avançait en terre conquise, il n'était pas chez lui et oser s'aventurer dans un tel lieu, sans appui et sans approbation était risqué, voir suicidaire. Pourtant, il ne pouvait se résoudre à laisser son coéquipier seul. Mais plus il avançait et plus il lui semblait qu'on lui mâchait le travail, tour à tour des indications lui indiquaient le chemin à suivre. Bientôt arrivé devant une porte métallique, il réfléchit à deux fois avant de l'ouvrir. Une fois à l'intérieur, jeté dans le noir le plus total, par instinct il sortit de son étui son pistolet. Une lumière tamisée vint toutefois éclairer quelque peu la pièce, dans laquelle en son centre et juste en dessous de l'ampoule, l’homme qu’il cherchait tant se trouvait face à lui. Gardant son sang-froid et son sérieux face à cet être qui ne pouvait le laisser pantois, en raison de son masque à vous glacer le sang, l'inspecteur le somma de lever les mains en l'air. Assis sur un fauteuil, il brandissait un pistolet lui aussi dans sa direction, mais ne semblait guère bavard. Puis le son de sa voix s'éleva, avant que l'inspecteur ne lui demande une seconde fois de poser cette arme à terre et de lever les mains en l'air. Mais toujours rien, il ne s'exécuta pas le moins du monde et même il semblait ne pas particulièrement préoccupé par l'arme pointée sur lui. Puis, l'homme masqué lui adressa ses dernières condoléances, avant que dans un cliquetis et dans un mécanisme ingénieux, le bruit d'un coup de fusil ne résonne et ne donne l'impression d'avoir été tiré en direction du représentant de la loi.


Par instinct, le policier avait lui aussi tiré, mais contrairement à ce qu'il s'était imaginé, il n'avait pas été touché, à l'inverse du criminel qu'il était censé arrêter. Le costume immaculé de sang, la tête du criminel en arrière le poussèrent à se rapprocher afin de vérifier s'il était encore en vie. Sans hésiter une seule seconde, il lui ôta avec vigueur le masque, avant d'apercevoir avec effroi le regard désemparé de son coéquipier bâillonné. Un haut le cœur spontané le prit, le poussant à détourner le regard quelques instants. Qu'avait-il fait? Son coéquipier, son ami, il venait de le tuer. En examinant son coéquipier avec un peu plus d'attention, c'est avec stupeur qu'il s'aperçut de la supercherie. Un micro était accroché sur sa veste, tandis qu'à cette distance on voyait clairement qu'il avait été attaché et bâillonné. Pourquoi eux? Ils n'étaient que des flics lambda, sans importance, alors pourquoi manigancer cette mascarade? À vrai dire, cette exécution n'avait été orchestrée qu'à titre d'exemple, sa vie n'avait pas plus d'importance que celle d'un autre, ils s'étaient juste retrouvés là au mauvais moment. Une manière aussi de dissuader les petits malins de tenter par la suite quoique ce soit d'insensé.


Bien entendu après un tel événement, l'enquête lui fut aussitôt retirée, en état de choc et émotionnellement trop instable, il aurait été trop risqué de lui confier la poursuite de cette affaire. La renommée du service auquel il était affecté en avait pris un sacré coup, faute aux directives des supérieurs hiérarchiques qui tentèrent tant bien que mal d'étouffer l'affaire. Ainsi on lui notifia une mise à pied provisoire en attendant l'engagement d'une procédure d'enquête interne afin de statuer sur les circonstances du drame. Lui soutenait la version de l'accident, mais pourtant tous les éléments de l'enquête démontraient en réalité un manque de lucidité, une absence de prise d'informations, l'ayant mené à commettre l'irréparable. Profondément affecté par cette décision qu'il déplorait, l'inspecteur sombra dans la folie. La seule image d'un squelette lui rappelait sans cesse le visage en larme de son compagnon mort de sa main. Un profond dégoût pour sa personne l'avait gagné, durant quelques mois il ne donna plus signe de vie, avant qu'il ne refasse reparler de lui quelques temps plus tard, mais sous l'identité d'un autre personnage.Obsédé par l'homme masqué, il en était venu à faire de sa traque et sa déchéance son unique but.


Seulement à force de vouer son existence à cet être dépravé, son psyché s'était complètement détérioré. Si en premier lieu la haine et la peur conditionnèrent chaque instant de son existence, le déni et l'adoration vinrent les supplanter. À croire que cette attirance pour ce personnage en était devenue presque maladive au point de lui faire apprécier les sévices qu'il avait pu orchestrer par le passé. Imitant le personnage jusque dans son apparence, c'est au détour d'un premier homicide, que l'idée de se détacher de l'influence son homologue germa dans son esprit. Alors qu'il s'en prenait à une victime sans défense, sans doute par plaisir et en guise d'expérience, le sang s'échappant de la gorge de sa victime vint l'éclabousser au niveau du masque. Cette couleur magnifique, cette pureté dans cette profusion d'hémoglobines, le poussèrent à se parer d'un masque de squelette à la teinte rouge. Ainsi était né le Barbier Sanglant. Des mois passèrent, Il n'en était peut-être qu'à ses débuts, néanmoins, après quelques énergumènes à son actif, des bruits couraient, comme quoi il exécutait ses victimes en opérant toujours par le même mode opératoire: une estafilade sous la gorge et un sourire dessiné avec le sang de la victime en guise de signature. Seul, il l'était pour le moment, mais fort d'une renommée qui commençait à s'étendre dans les recoins de la ville, il comptait bien monter son empire et faire de l'ombre à son principal ennemi.




Behind the screen
Information(s) importante(s) : Je suis l'invité nommé Rorschach
Un surnom ? /
Nom de l’avatar : Crane Rouge/Red Skull 
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : /
Disponibilité pour poster ? 2/3/7j
Comment as-tu connu le forum ? Partenaire
Avez-vous besoin d'un Parrain pour vous aider ? Non


Code du Règlement :





Avatar:
 



Dernière édition par Le Barbier Sanglant le Sam 22 Nov - 15:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]   Ven 21 Nov - 23:01

Hello et bienvenue sur le forum Univers Batman. Si tu as des questions, n'hésite pas à les poser au staff (Joker, Nigma, Scarecrow et Catwoman) ou bien à la modération (Music Meister et moi même).

Voici un petit rappel des topiques qu'il faut lire pour que la fiche ne comporte pas d'erreurs :

http://batmanlegacy.forumactif.org/f61-le-reglement

http://batmanlegacy.forumactif.org/f55-le-contexte
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]   Ven 21 Nov - 23:37

Bienvenue à toi !
Je suis content de te voir enfin parmi nous :D
Ta fiche est bonne, très bonne et pour moi tout me va.
Cependant, il ne te manque que le code et l'évolution notable du personnage à remplir ;) (C'est en une phrase, détailler l'évolution probable du personne en matière de psychologie ou physique)

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]   Sam 22 Nov - 10:11

LEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEROOOOOOOOOOOOY JENKINS !



Bienvenue l'ami !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]   Sam 22 Nov - 16:01

Talia Al Ghul → Merci 

Joker → Merci, c'est un honneur! Comme demandé, j'ai effectué les modifications nécessaires.

 Anthony Zucc→ Merci pour l'accueil ;)! 

















Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]   Sam 22 Nov - 16:08

Tu as mon blanc sein Hap
+1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]   Sam 22 Nov - 22:48

Ce code était vicieux n'est-ce pas ? :P

Tu as mon +1 également et je regarderais tes rps de près, c'est une chose certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leroy Patterson / Le barbier Sanglant [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: