Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Empty
MessageSujet: Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée   Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée I_icon_minitimeVen 14 Nov - 23:30

L'ami qu'elle a connu
With. Le Chapelier Fou


Alice pianotait sur la machine à écrire appartenant aux Entreprises Wayne, où elle travaillait. Bien ancrée à son siège de bureau, elle complétait lignes après lignes dans un silence qui parfois était tranché par des appels téléphoniques. Jusqu'à ce que l'heure ne s'achève et qu'elle ne termine son quart de travail. La blondinette se leva alors, rabattant quelques mèches ondulées et blondes en arrière tandis qu'elle replaçait les plis de son tailleur. Elle couvrit sa chemise blanche d'un long trench coat gris sombre et quitta son bureau après s'être assuré que tout avait été fermé.

N'ayant pas de voiture - et voyant qu'aucun Taxi ne passait - elle fut contrainte de traverser les rues sombres et lugubres de Gotham. Traversant cimetières, quartiers pauvres comme riches et étroites ruelles pour finalement apparaître devant l'énorme pont qui reliait Gotham à Arkham. Elle n'avait jamais osé s'y rendre... Depuis quand prévoyait-elle y aller, et surtout combien de fois Billy lui avait interdit d'y mettre les pieds ? Alice connaissait le danger d'Arkham, ou alors croyait-elle le connaître. Elle se mettait surtout dans le crâne que les sécurités veillaient à ce que cet endroit ne laisse personne sortir, tout en permettant à d'autres d'y entrer. Elle était aussi convaincue qu'en aillant un ami à l'intérieur, elle n'avait pas besoin de craindre qui que ce soit. N'avait peut-être t-elle pas conscience qu'il était la personne qu'elle devait craindre le plus.

Après un moment d'hésitation, elle franchit courageusement le pont qui la fit rapidement joindre l'asile. Là bas, de longues et larges clôtures barrèrent sa route. Des hommes costauds qui faisaient au moins le double de sa taille gardaient l'entré rudement bien protégée. En voyant ceci, il était difficilement de croire que des criminels réussissaient à s'en sortir. Confrontée aux hommes de garde, Alice demanda à y entrer, montrant un papier qu'elle avait fait imprimé le jour où elle avait prit rendez-vous. Bien sûr, elle fut accompagnée dans sa promenade à l'Asile, rencontrant d'abord l'administration pour passer - avec un agent - jusqu'aux cellules des enfermés.  

Vous avez une heure.

La secrétaire fit quelques pas dans le long couloir, étourdie par les cris, pleurs et gémissements des prisonniers. Alice eut de la peine en sachant que Tetch était ici, ce si doux Tetch. Ils montèrent d'un étage, celui-là était plus calme, juste un peu. Ils s'enfoncèrent dans le fin fond et y découvrirent les toutes dernières cellules, les plus isolées pour les cas plus graves. Sachant ce que cela signifiait, Alice blêmit, anxieuse et à la fois excitée de revoir son ancien collègue, après tout ce temps...

Jervis, est-ce que c'est vous ?

Sa voix tinta à travers celle, mélancolique et nasillarde de Jervis Tetch, qu'elle dévisagea un moment avant de reconnaître. Ses vêtements avaient changés, ils étaient beaucoup plus... Colorés, ils définissaient bien le personnage qu'il voulait incarner, celui du Chapelier Fou. Les petites mains frêles et froides d'Alice se posèrent sur la vitre de la cellule de Tetch, elle lui envoya un regard triste, navré. Était-ce elle qui avait causé tout ça ?

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA



Dernière édition par Alice Pleasance le Sam 15 Nov - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Empty
MessageSujet: Re: Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée   Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée I_icon_minitimeSam 15 Nov - 14:21

Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Tumblr_static_whereismyalice-sidebar-1


L'ami qu'elle a connu
L'asile d'Arkham est une maison de poupées. Une petite maison dep oupées dociles, fragiles ou encore déchainées, monstrueuses. Chaque cellule était le reflet d'une poupée, la folie pour le Joker, la nostalgie et l'enfance pour le Chapelier Fou, la torture et la monstruosité pour Black Mask, mais tout ça n'était qu'une discussion philosophique de plus sur l'asile d'Arkham. Cet établissement savait bien briser les âmes et les torturer comme il se le fallait. Gotham City avait énormément souffert de ces quatre années passées. La criminalité venait de passer un cap dans l'horreur, beaucoup de monstres étaient enfermés à l'asile d'Arkham et bon nombre de patients continuaient à se faire connaitre pour leurs forfaits dans la ville. Monstruosité quand tu nous tiens.
Un seul criminel avait jugé bon de freiner ses activités criminelles, temporairement. A vrai dire, pendant ces quatre dernières années, le Chapelier Fou s'était calmé, et il avait même prit quelques traitements pour essayer de se soigner. Il eut de nombreuses, de nombreuses chutes et rechutes, de nombreuses tentatives de suicides, et un nombre incalculable de secondes dans les thérapies avec les docteurs de l'asile d'Arkham. Mais Jervis Tetch était-il sur la voie de la guérison ? Pas si sur.

C'était une journée grise et pluvieuse, délicieuse à vrai dire, mais triste quand même. Tetch se retrouvait une nouvelle fois de plus, en compagnie de ses peluches dans sa cellule. Les bons efforts de Jervis lui permirent de disposer d'un peu de mobilier et de thé. Il avait fait du bon travail, il avait fait une belle guérison. Il se sentait mieux ? Bonne question, ça n'était pas certain. Quelque part au fond de lui-même, quelque chose manquait à sa vie. Le grand amour. L'unique, le seul de sa vie, sa tendre et douce Alice. Si seulement elle savait, si seulement elle pouvait le voir qu'il souffrait à cause d'elle. Tout ça à cause de son amour aveugle pour un salopard qui ne la mérite pas.
Oh et puis est-ce que Tetch s'inventait ces idées ? Ce Billy, cet assommant fiancé, il la méritait, après tout, ils se connaissaient mieux et puis Jervis s'était longtemps dit qu'en bon gentleman, il devait laisser la place et puis, vu que Batman avait tout interrompu, il fallait l'oublier, la perdre de vue, même si cela brise le coeur et déchire l'âme de ce pauvre Jervis Tetch. Mad Hatter était là, toujours bien là, l'entité du Chapelier Fou avait prit la place de Jervis Tetch dans son subconscient. Il désirait toujours son Alice, sa seule et unique Alice, mais depuis qu'il est à Arkham, Mad Hatter n'a jamais revu cette tendre Alice, jamais.

Affairé à son thé et à la lecture de ses médicaments, Mad Hatter grommela quelques éructations. Prendre des médicaments l'ennuyait, mais la possibilité de sortir pour bonne conduite l'intéressait également. Les Dum-Dum étaient encore à Blackgate et n'arrivaient pas à s'évader d'eux-mêmes et Le Chapelier Fou devait compter sur son intelligence pour se sortir de ce lieu maudit par les malédictions du clan Arkham. Mais c'est alors qu'un garde arriva et gueula au Chapelier.


Boles - "De la visite, Tetch, et tiens-toi à carreaux."

Boles, une ordure de première, mais qui, selon certaines petites rumeurs, bossaient pour la Pègre et aurait quelques contacts avec les clowns du Joker. Peut-être que le Joker pourrait sortir le Chapelier Fou de l'asile ? Mais à quel prix ? Boles était plutôt réglo en matière de comportement avec les internés, il savait qu'il ne fallait pas trop les titiller sinon ça finissait très mal pour la famille des concernés. Jervis leva un sourcil. Qui viendrait voir le pauvre Chapelier dans sa cellule ?

C'est alors qu'un bruit de talons se fit entendre, puis une chevelure dorée et des yeux bleus apparurent à la vitre. Le visage doux, les lèvres aussi rouges que du grenat. C'était elle ... Ma tendre et douce Alice qui venait à moi. Tetch accusa le coup durement, une légère larme vint à ses yeux. Heureux ? L'était-il ? En cet instant, la vue d'Alice lui fit un bond au coeur, même si elle ne lui appartiendrait jamais, elle était là, pour lui, une nouvelle fois. Tetch laissa tomber sa tasse avant de dire d'une petite voix entrechoquée par quelques sanglots dans la voie.


- "A-A-A-Alice ? Est-ce bien toi ?"

Tetch était au bord des larmes. Pour lui, c'était le retour d'un amour brisé et de sentiments à jamais enfoui. Malgré les atrocités que le Chapelier avait commises à Gotham City, il avait toujours au fond de lui, une toute petite part de santé mentale où tout l'amour qu'il éprouvait pour son ancienne secrétaire était caché. Si Tetch l'avait put, il lui aurait crier qu'il était désolé, qu'il aimerait une seconde chance, de revenir aux moments les plus heureux de sa vie. Mais hélas, on a jamais de seconde chance. C'était comme si sa folie venait de disparaitre pour un bon moment, comme si la seule et unique présence d'Alice pouvait le soigner, mais cela pouvait aussi provoquer un choc qui se traduirait en un profond traumatisme. Qui sait ce qui allait se passer ?

Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Empty
MessageSujet: Re: Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée   Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée I_icon_minitimeSam 15 Nov - 17:49

L'ami qu'elle a connu
With. Le Chapelier Fou


Ses mains s'étaient posées sur la vitrine de la cellule de l'interné. Elle s'était accroupit pour se mettre à sa hauteur et fixa son regard dans le sien. Pendant combien de temps cet homme-là avait-il souffert ? Tout ce qu'avait vécu Tetch dans son enfance comme dans sa vie adulte se résumait à un cauchemar. Évidemment, Alice y avait donné son coup de pinceau. Elle avait peinturé sa vie plus noire qu'elle ne l'avait déjà été par le passé. Tetch était un personnage adorable, que la vie décida de piétiner, jusqu'à ce que la poupée soit entièrement craquée. Les fous, ces gens là souffraient, ils vivaient l'enfer et pour les sombrer d'avantage, on les enfermait comme de vulgaires animaux de laboratoire. On ne cherchaient ni à les aider, ni à apaiser leur souffrance. Soit, Alice trouva un moyen de libérer Tetch, même si elle doigt débourser les dernières années de salaire en thérapies pour son ami.

La main gantée du Chapelier s'était posé sur la vitrine, vis à vis de la sienne. Il avait beau être plus petit qu'elle de taille, ses doigts restaient ceux d'un homme, beaucoup plus longs et larges que ceux d'Alice. Ses yeux se promenèrent un moment sur la main recouverte de Jervis, avant de glisser sur son regard, luisant de larmes et aussi expressif que ceux d'un bébé lapin sous le canon du tireur. Ce moment de silence craquela le cœur sensible de la blondinette, qui lui envoya le sourire le plus triste de l'univers, mais que pouvait-elle faire ? Tout ce qu'attendait Jervis de sa part était tout bonnement impossible, Alice n'éprouvait que l'amitié pour lui, rien de plus.

Oh Jervis... Je suis si désolée.

Avait murmuré la belle, à travers la vitrine, pour ensuite se relever. Elle envoya un regard d'appel à l'aide au gardien qui les observait depuis bientôt cinq minutes.

Pouvons-nous le faire sortir quelques minutes ? Il ne fera de mal à personne s'il reste avec moi.

Boles avait secoué la tête, négatif. Alice échappa un soupire dévasté, mais Boles fit quelques pas en avant, empoignant la serrure avec fermeté.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Empty
MessageSujet: Re: Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée   Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée I_icon_minitimeDim 16 Nov - 17:50

Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Tumblr_static_whereismyalice-sidebar-1


L'ami qu'elle a connu

- "N'ouvrez pas Boles, ne lui ouvrez pas ..."

De sa main gantée, il venait de stopper net l'acte du garde. Malgré sa petite taille, Tetch avait quand même un peu de respect de la part des gardes pourris. Après tout, ils étaient plutôt bien payés, s'ils faisaient leur boulot. Mais pour cette fois, Tetch lui donna un ordre, comme si Boles était un ami de longue date, une espèce de geôlier amical.
Tetch était maintenant d'une posture presque sévère, presque autoritaire, comme si sa folie venait de disparaitre, doucement, oui, mais temporairement. Il ne pouvait pas, il ne pouvait pas la tenir dans ses bras, il avait déjà accompli tellement de choses. L'absence de l'être aimée, l'idée qu'il ne la reverrait jamais, l'idée qu'il ne serrerait jamais sa petite main dans la sienne. Tout ça l'avait quitté, un cœur de pierre, il était devenu. Mad Hatter l'aimait, oh que oui.
Mais elle, elle ne pourrait jamais l'aimer comme il l'aimait. Tetch avait les larmes qui coulaient de ses yeux. Malgré son apparence physique hideuse, Mad Hatter avait quand même un bon fond, bien dissimulé, mais un bon fond quand même. Tout ce qui avait été l'âme du Chapelier Fou s'était construite sur le départ et sur la peur. Tetch avait abusé d'Alice, il lui avait collé cette puce contre son crane et ...


- "Alice, je suis tellement désolé de t'avoir manipulé ma douce."

Tetch pleurait. Littéralement. C'était son Alice, son Alice à jamais. Et jamais plus il ne pourrait la serrer dans ses bras. Elle était derrière la vitre. Tetch posa sa main sur la vitre comme s'il voulait pénétrer de l'autre côté du Miroir. Comme dans le roman de Lewis Carroll, il rêvait d'être quelqu'un d'autre, quelqu'un d'heureux, et non pas de damné.

Boles, lui, n'avait aucune interaction, il obéissait simplement aux ordres, entre deux verres de bourbon. Tetch leva les yeux une nouvelle fois vers Alice, tenta de sourire, mais il ne le put. Elle était loin, très loin. Elle ne serait jamais à lui et c'était bien là la cruauté de ce monde.


- "Je m'en veux, je m'en veux terriblement. Je ... Je voulais tellement que tu sois à moi. Je voulais que tu sois mienne, que tu sois ma raison de vivre ... Je ... Je ..."

Les larmes coulèrent, les yeux du Chapelier Fou devinrent rouges et embrumées par les larmes. La tristesse se ressentait dans sa voix. S'il avait put, Jervis Tetch aurait surement remonté le temps pour essayer de la récupérer une nouvelle fois. D'une manière plus classique et plus en accord avec ses principes de gentleman. S'il ne voulait pas qu'elle entre dans la cellule, c'était pour ne pas que la folie reprenne le dessus, pour ne pas que le souvenir de la voir victime une nouvelle fois de sa folie hante ses souvenirs. Se connaissant, Mad Hatter pourrait très bien étrangler Alice et la tuer par la même occasion. Et cela, il s'en voudrait ...

Mais le rêve doit cesser pour ramener le pauvre Jervis à la triste réalité. Elle ne l'aimait pas, et elle ne l'aimerait jamais. Jamais. Jamais. Comment six petites lettres peuvent-elles briser un homme ? Les mots sont plus déchirants que mille poignards enfoncés dans un cœur. Et Alice avait déchiré le palpitant de ce pauvre Chapelier. Elle l'avait bercé d'espoirs, et pendant une soirée, une soirée magique. Mad Hatter fut heureux. Des moments à jamais gravés dans le marbre de son crane.

Tombant à genoux, Jervis en perdit son chapeau.


- "Ne veux, ne peut, ne veux, ne peut entrer dans la danse ..."

Univers-Batman


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Empty
MessageSujet: Re: Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée   Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée I_icon_minitimeDim 16 Nov - 21:29

L'ami qu'elle a connu
With. Le Chapelier Fou


Le regarde d'Alice s'était posé sur la main ferme de Boles qui se retira de la porte, laissant cette dernière fermée à clefs. Il se recula et regarda Alice durement. Les ordres étaient les ordres, il n'avait même pas le droit de lui ouvrir, de toutes façons. Stupéfaite, la blondinette jeta un regard expressif vers le chapelier, ce petit homme dévasté par la tempête. Ses airs se changèrent bientôt en une triste moue, elle s'était mise à genoux pour le regarder, cherchant le croisement entre leur deux regards, l'un aussi peiné que l'autre. Bientôt, des larmes inondèrent les yeux de Jervis, arrachant les dernières lueurs dans le cœur de la secrétaire. Un point s'était formé dans sa cage thoracique, une boule d'émotions qu'elle tentait bien que mal de cacher à travers ce regard bleu océan qu'était le sien. Sa main tremblante et froide s'était à nouveau posée sur la vitrine de la cellule, cherchant à toucher la chaleur de celle de Jervis qui, de l'autre côté, s'était appuyée. Un souffle entre-coupé s'échappa des lèvres d'Alice, qui cherchait difficilement ses mots, pour les ravaler avec autant de misère.

Jervis ne... Ne pleurez pas.

Un reniflement, jusqu'à ce que les traits autrefois impassibles de la secrétaire ne se changent en une grimace chagrinée. Étirant ses traits fins et pourtant subtils pour qu'elle ne jette à son tour quelques larmes salées et chaudes qui vinrent rouler sur ses joues teintées de rouges. Elle se recroquevilla un brin et colla son front contre la vitre, les yeux larmoyants. Se remémorant des bons moments passés entre elle et Tetch, ce si brillant scientifique. En cet instant précis, elle vit ce que jadis elle ne réussit pas à voir à travers son collègue. Pas qu'elle éprouvait quoique pour lui, si ce n'était de l'amitié, mais elle su ce qu'il avait fait pour elle et qu'en retour, ce qu'elle avait fait pour lui. Par son amour, il avait essayé de la rendre bien et en échange, elle avait brisé le fond de bonheur qu'il avait tenté tant bien que mal de conserver. Son menton se releva sur un Jervis malheureux, Alice secoua faiblement la tête, plongeant son regard sur le collègue qu'elle avait eut par le passé.

C'est moi qui est désolée Jervis.

Avait-elle chuchoté tandis qu'elle se relevait. Elle renifla et sécha ces dernières larmes. Replaçant son tailleur puis sa chemise d'un simple coup de main. Elle fouilla dans son sac à mains et y extirpa une rose. Une toute petite rose qu'elle avait conservé dans son sac. Elle était un brin abîmée, mais toujours regardable. Elle glissa la fleur dans un trou d’aération qui perçait la vitrine, que Tetch puisse la recueillir, et murmura à son intention.

Je reviendrai, Jervis.

Puis elle se tourna et s'éloigna graduellement de la prison, jusqu'à ce que le cliquetas de ses talons ne s'éteignent dans le fin fond couloir, en compagnie de Boles qui l'accompagna jusqu'à la sortie.


Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Empty
MessageSujet: Re: Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée   Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée I_icon_minitimeVen 21 Nov - 21:20

Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Tumblr_static_whereismyalice-sidebar-1


L'ami qu'elle a connu
Douce, douce et tendre Alice. Mon ange, ma déesse, mon éternelle Alice. Plus jamais je ne toucherais ta douce et chaude main, plus jamais je ne pourrais te serrer dans mes bras et t'emmener valser dans le Pays des Merveilles. Il était grillheure et les fluctuoves ondulaient ... Souviens-toi Alice, souvient-toi de notre soirée. Nous étions si heureux tous les deux, cette seule soirée, cette magnifique soirée où tu étais mienne, une seule fois. Une seule fois dans cette triste vie. Je ne pouvais pas être heureux, je ne t'aurais jamais. Seulement des ersatz d'Alice, des jeunes filles vides, qui ne me connaissent pas aussi bien que toi tu m'as connu.
Les dernières paroles de la jeune fille emplirent mon âme de tristesse et de regrets. Nous n'étions décidément pas destinés à être heureux ensemble. Dans la tête du Chapelier Fou, c'était un dédale de lubies, un endroit où le pauvre Jervis Tetch s'était perdu il y'a bien longtemps désormais. Alice n'existait plus, existait-elle réellement ? Ce monde n'était-il pas une illusion, qui sans cesse, vous fait croire que vos rêves les plus fous pouvaient exister ? Pourquoi Jervis ne peut-il pas se réveiller ? Pourquoi ne peut-il pas être heureux une bonne fois pour toute.

La triste réalité s'empara du Chapelier. Alice s'en allait, elle était venue, non pas pour se moquer de lui, mais pour le voir tel qu'il était désormais. Jervis Tetch était mort, ne restait que le Chapelier Fou. Son âme avait surement due mourir quelque part, dans une autre réalité. Le pauvre Tetch était hélas bien faible pour survivre à cette peine d'amour. Mais le Chapelier Fou ferait tout pour ramener une espèce de caractère fort et ambitieux. Sans Alice hélas, peut-être que ... Peut-être que l'on reprendrait un thé un jour avec Alice ? Non non non non ! Il ne faut pas y penser, il ne faut pas la tuer, il ne faut pas la perdre ! Alice était tout pour le Chapelier, il ne fallait pas qu'elle meurt. Pas la vraie du moins.

- "Alice ..."

Son regard était perdu, sans Alice, le monde s'arrêtait, et quand tout s'arrêtait, des spasmes commencèrent à apparaitre. Alors que sa main gauche commençait à trembler, le Chapelier serra sa main avec la main droite pour se calmer. Peine perdue, son cœur était mort, il pourrissait, brisé par la folie et corrompu par cet endroit. Tetch devait sortir à tout prix, il se devait de voir son Alice, son Alice et rien d'autre. Il devait quitter l'endroit, quitte à en simuler sa mort au préalable. C'était une idée intéressante d'ailleurs.

Regardant Boles, Tetch s'agenouilla contre sa vitre et minauda quelques mots, très faibles. Il ne se sentait pas bien. Revoir Alice avait été un tel bonheur, mais d'une telle tristesse qu'il en avait été touché, très profondément. Il avait senti une once de bonheur dans cette grisaille d'Arkham. Comme si on enlevait les rayons de soleil à une plante, là, c'était comme ramener quelque chose de mort à la vie et puis le re-tuer une nouvelle fois.


- "De l'aide ..."

Dit-il avant de s'écrouler à terre dans sa cellule. Boles contacta très rapidement l'équipe médicale grâce à un talkie walkie et une équipe d'infirmiers se dirigea vite vers la cellule de Jervis Tetch. Ils l'emmenèrent pour des examens, prendre sa température, son pouls et bien entendu voir s'il ne fait pas une maladie. Tetch avait été assez affaibli, assez mis à nu pour aujourd'hui et le choc l'avait bien frappé. Alors qu'on emmenait Tetch et qu'on lui fit les soins de premier secours, on retrouva dans sa main gantée un petit médaillon. Dedans, il y'avait une photo, une photo qui avait été prise dans ce restaurant français, quand il avait emmené Alice en soirée, le soir même où elle devait avoir quitté Billy. Ce restaurant où Jervis contrôlait toute l'équipe du soir pour passer un diner fabuleux. C'était cette photo, d'Alice et de Jervis, un des très rares moments de rêves et d'amour que Tetch gardait toujours près de lui. Un petit médaillon qu'il cachait dans ses poches, un cadeau, un souvenir, un rêve, une impossibilité.


Univers-Batman

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée Empty
MessageSujet: Re: Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée   Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Elle essaya d'imaginer à quoi ressemble la flamme d'une bougie après qu'on l'ait soufflée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: