Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Back to School Kids [PV : Purcell]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Back to School Kids [PV : Purcell] Empty
MessageSujet: Back to School Kids [PV : Purcell]   Back to School Kids [PV : Purcell] I_icon_minitimeSam 18 Oct - 3:08

BACK TO SCHOOL HELL KIDS

Back to School Kids [PV : Purcell] 0
Feat : Purcell/Green Requiem & Black Mask


Vers la fin d'une longue journée d'étude à la célèbre académie de Gotham. Le beau temps est au rendez-vous. Un soleil orangé se couche au loin dans la splendide forêt qui entoure le bâtiment baroque du collège. À l'arrière du campus, une grande tribune en bois surélevé de quelque mètres est installé par le staff. Elle est richement décorée du blason de l'enseigne et des hauts-parleur. Au bout du micro, il y a une séduisante institutrice blonde aux cheveux court qui porte des lunettes fashion. Cette femme d'une trentaine d'années est habillée d'une veste noire et d'une robe sobre.

Cet évènement spécial est une occasion aux centaine d'élèves présent dans les gradins de recevoir les anciens élèves qui ont fait des réussites dans la vie professionnelle. Il y avait bien entendu le célèbre Bruce Wayne, qui malheureusement ne s'est pas présenté, mais il y avait bien d'autre ancien élève. Des avocats, des diplomates, des marchands et bien entendu,  Sionis qui fut lui aussi convié à cet événement. Après tout, c'est un célèbre philanthrope qui a fait beaucoup de dons à l'université de Gotham afin de remplir le savoir de la futur élite de Gotham.

Chacun se présenta et fit un cours discourt. Certains parlent de leur expérience, d'autres des souvenirs de leur enfance ou encore de leur savoir. C'est alors, que vers la fin de l'après midi, l'institutrice, madame Vadelle, annonça le plus énigmatique des anciens étudiants, Roman Sionis. Des applaudissements se font entendre, quand soudain, un homme d'une carrure imposante aux épaules carrés dans un costume bon chic bon genre, se présente sur la tribune. Son visage carré, sa chevelure bien coiffée en arrière montre d'un coup d'oeil que c'est un homme charismatique. C'est ainsi qu'il prononça un petit discours de sa voix roque.

- Bonsoir chers élèves, je m'appelle Roman Sionis. Tout comme vous, j'ai été moi aussi un élève de cette célèbre université très réputé aux États Unis. J'ai fait fortune dans l'acier en créant une entreprise qui porte mon nom. Bien avant cela, j'étais dans la cosmétique et le maquillage....

L'homme d'affaires continue son discours durant une bonne quinzaine de minutes. Mais pendant ce temps, à l'écart de tous les regards, vers l'arrière de l'université. Une limousine noire aux vitres fumées macabres s'était garé discrètement dans le parking. Un autre homme sort de l'arrière du véhicule portant un masque en bois d'ébène et c'est le tristement célèbre Black Mask. Il y avait en effet deux hommes. L'un est le véritable Roman Sionis tandis que l'autre n'est qu'une ridicule doublure. Après tout le parrain de Gotham qui se fessait passé pour un homme bienveillant et un philanthrope, n'en avait rien à faire des gosses.

Néanmoins, il devait façonner son image publique afin de préserver les apparences. Le véritable Roman alla dans le bâtiment arrière pour rencontrer le directeur en toute discrétion sans que personne ne le voit. Il avait des affaires urgentes à régler, car il a investi beaucoup d'argent afin de fournir l'école en matériel. Il est donc venu, afin d'assurer ses profits. Le masque traverse le long couloir silencieux déserté par les élèves et monte les escaliers à bruit de pas jusqu'au bureau du directeur. Il ne prend absolument pas la peine de frapper à la porte et entre dans la pièce comme dans une descente du GCPD. En entrant, il ferme violemment la porte.

Un vieux bonhomme se tient là. Habillez d'un costume vintage brun à carreaux et d'une petite paire de lunette qui masque ses petits yeux et ses joues bouffies. Surpris de la présence de Black Mask; le directeur fait mine de l'accueillir comme un invité de marque en se frottant les mains.

- O bonjour Monsieur Sionis... Quelle surprise. Je... je croyais que vous étiez dans la cours sur les tribunes.

Back to School Kids [PV : Purcell] 46654926096661- Vous savez bien que j'en n'ai rien à foutre, Mister Gottshinger. Vous croyez que moi le masque, je vais perdre mon temps à raconter ma vie à des gosses qui en fin de compte n'en ont strictement rien à faire et dont la plupart seront des délinquants ? Tonna Black Mask.

- Heuu... bien sur que non monsieur. Mais alors, qui est la personne sur la tribune ?

- C'est juste l'une de mes doublures. il s'appelle Giovanni qui a la chance de me ressembler avant mon accident. Avec un peu de chirurgie, on peut faire bien des miracles cher directeur.

Black Mask prend la peine de s'asseoir en face du directeur et pose ses pieds sur le bureau fessant tomber quelques dossiers. Très intimidé par la présence du véritable parrain de la pègre. Le directeur racle de la gorge et desserre légèrement sa cravate pour reprendre son souffle.

- Que me vos les honneurs de votre visite ?

- Je viens jeter un oeil sur mes investissements. Je vous rappel que j'ai prêter 100 millions de dollars pour rénover votre gymnase avec mon acier et aussi la rénovation des anciennes bibliothèques de l'université.

- Mais je croyais que vous nous aviez fait un don. Black Mask retire ses pieds et fusil du regard le vieux bonhomme.

- Vous me connaissez depuis longtemps. Croyez-vous que je suis Jésus-Christ et que je fais des miracles en laissant tomber l'argent du ciel ?

- Non bien sûr que non, mais...

- Alors, je viens jeter un oeil sur mes investissements ! C'est-à-dire, que j'attends donc un service de votre établissement.

- Un... un service; quel genre de service, au juste?

- Un territoire libre, ou ma marchandise peut circuler librement dans le campus.

Le directeur a vite compris l'allusion de Black Mask. Le parrain veux le champ libre pour vendre sa terrible drogue.

- MONSIEUR SIONIS, nous avons des enfants !!!

- Ô ne vous inquiétez pas, cher directeur. Nous ne vendons pas aux enfants âgés de moins de 18 ans. J'ai une conscience après tout et ça serait dommage du privé l'avenir à de futurs clients potentiels.

- Mais vous êtes dingue Roman !!! Répliqua le directeur excédé par cette demande absurde.

Énervé qu'on le contre-dise, Black Mask se lève brusquement et sort un poignard caché dans son costume à rayure de couleur noire. Il la plante avec une extrême brutalité dans la main de son interlocuteur. Un cri et du sang se fait retentir, mais, le son n'est pas assez fort pour attirer l'attention de quelqu'un... Le directeur ne peut plus retirer sa main prise au piège et transpercée par la lame d'acier de Black Mask.

- Savez-vous pourquoi je porte un masque cher directeur ? Roman retire son masque et lui montre son effroyable visage.

Spoiler:
 
- OUUUAAAA.... Hurla le vieil homme horrifié par le visage d'un homme qui ressemble à un monstre avant de se faire étrangler jusqu'à qu'il n'y est plus aucun bruit. À la fin de son effroyable meurtre, le soleil se couche pour laisser place à la nuit noire et le silence macabre qui révèle le véritable visage de Gotham-City.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Back to School Kids [PV : Purcell] Empty
MessageSujet: Re: Back to School Kids [PV : Purcell]   Back to School Kids [PV : Purcell] I_icon_minitimeVen 24 Oct - 0:28



Back to School Kids

Roman Sionis/Black Mask & Purcell/Green Requiem



Une journée ennuyante parmi tant d'autre dans l'existence morne du jeune prodige de la musique. Le jeune garçon de quatorze ans jouait nonchalamment avec un crayon en le faisant tourner entre ses doigts, regardant physiquement la partition qu'il avait dessiné dans le coin d'une feuille, le menton appuyé dans son autre main, faisant basculer avec négligence sa chaise en équilibre. Purcell était seul au milieu d'une grande sale de classe alors que tous ses camarades avaient été conviés à l'importante, que dis-je, capitale conférence de ces abrutis de riches qui se pavanaient dans leurs costumes à plus de mille dollars. James eut un ricanement en songeant de nouveau au visage choquée de son institutrice quand il avait avoué devant toute la classe que ce genre de spectacle était digne d'un cirque et que si ils voulaient il pouvait aller chercher des bananes à la cantine pour les lancer à ces charmants élites. La jeune femme avait d'abord balbutié, son œil droit tiquant nerveusement avant d'hurler à Purcell de se rendre chez le proviseur pour recevoir des heures de retenues. Oh, le musicien n'était pas si en peine que cela, bien au contraire. Il avait trouvé la parfaite excuse pour ne pas avoir à supporter les blablas interminables de ces crétins nés avec une cuillère d'argent dans la bouche. Bon, certes, il se retrouvait avec un devoir à faire en attendant pendant que les autres pouvaient dormir tous leur soul, mais il trouvait toujours une certaine satisfaction quand il arrivait à en faire baver aux adultes. Ces grands crétins qui pensaient tout savoir sur la vie alors que la chose la plus effrayante qu'ils aient jamais vu était leur reflet dans le miroir un lundi matin.

C'était donc avec une certaine lassitude que le garçon se recula dans sa chaise, la faisant pencher en arrière tout en passant une main dans ses cheveux noirs, regardant fixement le plafond en plaçant ses mains derrière sa tête. Oui, il en avait vu des horreurs en errant dans les rues de Gotham pour survivre au milieu des rats et des criminels... même si ces derniers n'étaient pas si différent. Quoique, les rats avaient souvent meilleur humeur. Il se souvenait nettement des cadavres troués de balles dans un caniveau sale, des drogués aux yeux hagards en train de baver dissimulés entre deux poubelles, des chiens baveux de rage qui aboyait au moindre mouvement mais surtout des séances de tortures qui avaient lieu dans certains entrepôts. Non, les rues de Gotham ne montrait jamais cette violence qui pourtant était partout, rongeant chaque fibre de son corps. Et les gamins des rues eux étaient témoins de tout. Certains ne survivaient pas longtemps face à la cruauté d'un monde où la force primait, d'autres devenaient fou ou cruels à leur tour. Mais Purcell était un survivant et c'était grâce à sa jugeote qu'il avait monté son gang de gamin des rues et que grâce à l'entraide et à un ordre stricte ils avaient survécus. Enfin, la majeure partie. Depuis qu'il était devenu l'apprenti de Music Meister, il avait quelque peu quitté les rues sombres de la cité pour se dissimuler derrière le masque d'un petit fils de bonne famille comme tous les autres. Mais les adultes savaient. Ils voyaient bien le regard de Purcell. Il n'était pas comme les autres. Lui, il savait. Il connaissait le monde et la réalité. Pire, il l'avait embrassé.

Un bruit sourd fit tomber Purcell de sa chaise en sursaut, brisant un instant sa rêverie. Celui qui se faisait appeler James Wolfgang se releva en pestant tout en regardant dans la direction du bruit. Il était quasi sûr que cela venait de la pièce juxtaposée à la salle de classe où il avait été enfermé. Pourtant, c'était le bureau du proviseur. Qu'est-ce que ce vieux lard de Gottshinger avait encore fabriqué ? Avec un peu de chance, il s'était assommé en rangeant ses imposants bouquins qui étaient plus décoratifs qu'autre chose vu ce qu'il avait dans le crâne. Pourtant, la curiosité insatiable de Purcell s'en trouva attisée et il ne put s'empêcher de s'approcher du mur pour y coller son oreille. Il entendait des soupçons de voix et des bruits sourds. Étrange, vu que tout le monde était censé être à la conférence, même la majorité des professeurs s'y étaient rendus.
Purcell tourna son regard vers la porte de la salle de classe qu'il chercha à ouvrir sans succès. Evidemment, sans personne pour le surveiller, ils avaient préféré enfermer l’élève récalcitrant. Oh bien, il allait falloir ruser. Il haussa les épaules et récupéra un trombone dans le tiroir du bureau des professeurs qu'il tordit afin de s'en servir pour ouvrir la porte récalcitrante. Après quelques minutes, il entendit un déclic et la porte s'ouvrit. Oui, le jeune garçon était loin d'être dépourvu de réserves et avaient beaucoup appris dans son enfance. Purcell passa la tête par la porte pour vérifier qu'il n'y avait personne dans le couloir avant de se diriger vers l'entrée du bureau du proviseur. A présent, il entendait distinctement des paroles confuses et aperçu des silhouettes imposantes à travers la vitre trouble de la porte. Un cri déchirant retentit alors et James en sursauta. Non définitivement quelque chose de louche avait lieu dans ce bureau et celui qui gémissait à présent était pour sûr le directeur de l'academy. Ni une ni deux, le garçon ouvrit la porte du bureau d'un coup, faisant se tourner les regards vers lui. Il resta un instant interdit en analysant les hommes qui avaient investi la pièce. Le gang de Black Mask. Il les avaient déjà vu de loin mais tout le monde savait qu'il ne fallait pas se frotter à eux. Comment en était-il si sûr ? Et bah quand on a Black Mask sous les yeux, il est facile de faire le rapprochement. James tourna son regard sur le visage boursoufflé par la douleur du directeur de l'academy avant de regarder le couteau planté dans sa main. On pourrait croire qu'il serait terrifié ou au moins horrifié mais ce qui se lisait sur le visage du jeune homme était purement de la... surprise.

- Oh, pardonnez moi, messieurs. Je croyais que cet imbécile de dirlo s'était encore fait mal en se cognant le coin de l'orteil sur son bureau. Mais je vois que vous êtes rudement affairés alors je vais vous laisser à vos occupations...

Alors que Purcell commençait à s'en retourner et faisait mine de fermer la porte, la voix plaintive du directeur retenti, lui faisant esquisser un sourire.

- James ! Mon petit James, tu... tu ne vas pas les laisser...
- Et que puis-je faire, monsieur? Après tout, je ne suis qu'un enfant et délinquant...
répondit-il avec un large sourire sarcastique. Il adorait voir comme la situation pouvait se retourner aussi facilement et que quand cet imbécile d'adulte avait besoin de son aide, il était prêt à le supplier avec véhémence. Son expression était particulièrement alléchante d'ailleurs. Un mélange de détresse et d'incompréhension dont le jeune garçon se délectait. Mais, alors qu'il s'apprêtait à repartir, il entendit le directeur hurler de nouveau avant d'être étranglé par Black Mask. Il se retourna, regardant la scène avec perplexité jusqu'à ce que la pauvre victime cesse de se débattre, pâle et les yeux vides. Purcell eut un large sourire. Un emmerdeur de moins sur cette terre ! Le garçon qui aurait du fuir de terreur referma pourtant la porte derrière lui, toujours dans la pièce, avec un sourire satisfait.

- Oh. Finalement, non. Je crois que je vais rester. Ce serait dommage de pas profiter d'un tel spectacle. De plus, j'ai quelque chose à dire à monsieur Black Mask.

Toujours aussi bourré d'assurance, le gamin s'avança un peu et croisa les bras, déterminé et arborant un grand sourire goguenard à l'adresse de cette bande d'adultes violents et patibulaires. Mais il ne se souciait pas des sbires de Black Mask, il ne se souciait que de ce dernier car il savait très bien que le réel danger viendrait de lui.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Back to School Kids [PV : Purcell] Empty
MessageSujet: Re: Back to School Kids [PV : Purcell]   Back to School Kids [PV : Purcell] I_icon_minitimeMer 29 Oct - 13:53

[rpg abandonné, merci Purcell se fut un plaisir.
Même si se fut cours.
J'allais posté ma réponse aujourd'hui,
mais ce n'est plus nécessaire. ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Back to School Kids [PV : Purcell] Empty
MessageSujet: Re: Back to School Kids [PV : Purcell]   Back to School Kids [PV : Purcell] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Back to School Kids [PV : Purcell]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: