Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tiger Lily à la rescousse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Tiger Lily à la rescousse.    Sam 11 Oct - 17:25










Tiger Lily à la rescousse.


Ne faisant pas spécialement attention à la bienséance, Rose se permit de lancer un baillement à s'en décrocher la mâchoire auprès du médecin en face d'elle. La journée avait été longue d'entrainement avec son père, et en pleine soirée, elle aurait pu songer à aller sagement bouquiner dans son lit, assommée par des anti douleurs. Mais voilà, son cancer se s'arrangeait pas, bien qu'on lui avait prévenu que si elle ne prenait pas des vraies décisions, avec l'accord de son tuteur, les maux de têtes se feront qu'aller de mal en pis, voir la fin la plus tragique et la plus solennel possible. Mais qu'importe, Rose n'avait toujours pas prit soin de préciser à son père l'état de sa condition. C'était pour cette raison qu'elle prenait toujours des rendez vous en pleine soirée, voir au milieu de la nuit, les séances étaient au prix de l'or, mais au moins elle savait que sa vie privée était respectée, bien que le médecin demandait encore et toujours à voir un responsable pour commencer une hospitalisation et une chimiothérapie. Mais que nenni. Jamais elle ne mettrait Slade Wilson au courant de son état pathologique. Si il ne l'avait pas remarqué, ce qu'elle espérait le plus ardemment, c'était qu'elle était assez forte pour passer outre, et dans le cas contraire, il estimait pas important et c'était signe qu'elle pouvait continuer. Elle sentait ses forces s’effriter jour après jour, mais n'avait pas trop perdu de poids, au contraire, voir ses muscles se dessiner de plus en plus au fil des entraînement était très satisfaisant, et ne la poussait qu'à continuer dans cette direction, faisant fi des conseils des médecins. Ces derniers ne cachaient pas leur pessimisme, et même avec une chimio, les chances de survi au long therme n'étaient pas nombreuses. Alors parfait, pourquoi tergiverser ? Autant ne rien faire. De toute façon, Slade ne comprendrait pas, il n'était jamais malade. C'était juste une preuve supplémentaire de la faiblesse de la chaire de sa chair, et d'une façon comme d'une autre, il se désintéresserait d'elle.

Mais ce n'était pas la raison pour laquelle elle avait expressement demandé un rendez vous à son médecin, ce n'était pas pour un constat, généralement elle n'allait pas aux séances. Elle avait besoin de nouveau médicaments.

« Vous n'etes pas sérieuse ? Un traitement plus fort avec votre jeune âge, c'est dévastateur. »

« C'est exactement le mot que vous avez utilisé pour ma propre condition y'a quelques semaines. Donc j'ai déjà touché le fond, je veux juste de quoi travailler en paix, vous pouvez bien me donner ça. »

Rose avait des dents qui rayaient le plancher, et ne lâchait jamais le morceau. Elle aurait son nouveau traitement.

« Certes mais sans l'accord de votre p... »

« Je paye. Ca suffit non ? On peut bien tout acheter avec l'argent dans ce pays il me semble, Dites moi combien et j'allonge les billets, c'est pourtant pas compliqué. »


Deathstroke l'avait toujours accordé une partie des rares missions qu'ils avaient déjà fait ensemble. Une petite partie vu le peu de choses qu'elle avaient fait, mais largement assez pour être richissime pour une gosse de son âge. En serrant les dents, le médecin n'ajouta rien et signa l'ordonnance. Rose se permit un sourire de triomphe. Avoir Deathstroke en père avaient des avantage, le premier était qu'il apprenait très bien la vie, et donc qu'une des premières choses enseignés à sa fille, mise à part de ravaler son égo devant lui, c'était surtout que tout était à vendre, quitte à y mettre le prix. Bien sur, elle voyait que sa condition inspirait beaucoup de questionnement à son médecin. Une jeune fille, propre, bien habillée dans une condition physique exemplaire, des cheveux blancs et avec assez d'argent pour payer sans problème absolument tout, il y avait largement de quoi hausser un sourcil et imaginer moult scénarios. Encore plus quand on voit qu'un cancer du cerveau est plus sensé toucher les gens âgés qu'une adolescente lambda. Si encore elle était arrivée en traînant la patte et portant des vêtements léger, le constat aurait été direct, et la raison pour laquelle elle refusait d'en parler à ses parents aussi. Mais là, c'était une énigme, et Rose comptait bien faire durer le mystère jusqu'à ce que mort s'en suive. Au premier sens du terme.

Sortie triomphante de cet entretien, quoiqu'allégée de quelques centaines de dollars, Rose retourna donc à l’accueil, prête à annoncer son départ, alors qu'un brouahaha sonna dans les couloirs. La jeune fille n'y fit pas attention, trop occupée à plisser les yeux pour comprendre un traître mot de ce qu'il y avait sur son ordonnance, quand elle senti quelque chose la heurter dans les reins. Elle se tourna vivement pour dévisager la personne, ou plutôt le gosse qui lui était rentré dedans.

« Hey ! Qu'est ce que tu fais là ?! »

Elle avait reconnu la bouille du gosse croisé quelques semaines plus tôt au zoo, lequel n'avait donné ni nom ni quoique ce soit, mais elle fut coupée dans son élan par des infirmiers qui arrivèrent après le gosse. Pas besoin d'être Einstein pour comprendre qu'il était poursuivit. Le planquant derrière elle par réflexe, elle leva la tête vers les deux hommes.

« Dites donc, c'est professionnel ça de courir après un gosse dans un hôpital ? » Elle rejeta un coup d'oeil au jeune garçon  « Et même avec une perfusion il est plus rapide que vous, je dis ça... »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiger Lily à la rescousse.    Dim 12 Oct - 21:53



Tiger Lily à la rescousse

Rose Wilson/Ravager & Purcell/Green Requiem



Une semaine s'étaient écoulé depuis que le petit James Leader était arrivé à l'hôpital en piteux état et le docteur Delambre avait rarement vu un cas similaire. Le bras droit lacéré profondément dans la largeur, des côtes fêlées et de multiples hématomes sur le corps et le visage, le petit garçon d'une dizaine d'année avait été amené en panique par un homme d'âge mûr qui disait être son père. Selon lui, le petit James avait traversé la vitre d'un magasin en faisant du vélo. Mais le docteur n'en croyait rien. Remettant ses lunettes sur son nez aquilin, il feuilleta à nouveau le dossier qu'il avait entre les mains. Il y avait quelque chose de louche derrière tout cela c'était certain. L'homme qui se présenta sous le nom de Patrick Leader avait été plus qu'évasif sur sa profession et avait été incapable de prouver qu'il était bien le père adoptif du gamin. Pour le docteur Delambre, c'était lui le responsable derrière ces commotions. L'entaille était trop nette pour qu'elle soit causé par une chute et les hématomes ressemblaient plus à des réminiscences de coup violent. Et ce dispositif qu'il avait sur l'oreille, d'où venait il ? Le docteur n'avait jamais vu quelque chose de semblable auparavant. Mais il avait eu beau essayer de faire parler le garçon victime d'une telle violence, ce dernier corroborait parfaitement la thèse de son paternel. Et ce n'était pas du tout comme dans les cas où les enfants mentent par peur. Non, le garçon semblait parfaitement sûr de lui, parfois même goguenard et se moquant ouvertement des infirmiers, une maturité rare dans ce genre de cas. Ils avaient fait venir un psychiatre pour faire un bilan, mais le constat fut le même. Le garnement refusait de coopérer et s'amusait même aux dépends de ces médecins. Ces derniers finirent par laisser tomber mais le docteur Delambre refusait de se plier. Il avait contacté la police et les services sociaux afin de mettre le jeune garçon sous bonne garde, et se dirigeait à présent avec ces derniers avec deux infirmiers vers la chambre du jeune James.
Quand ils ouvrirent la porte, ce dernier était assis dans son lit, en train de regarder un programme télévisé qui diffusait une représentation de Casse-noisette de Tchaikovsky. James portait des vêtements que lui avait prêté la clinique : une blouse et un pantalon blanc. Sur son bras droit mis en écharpe pour ménager ses muscles, on pouvait distinguer un bandage qui recouvrait son avant bras, et une perfusion qui avait été mis à son poignet gauche. Il leur lança un regard surpris, levant un sourcil en voyant autant de gens lui rendre visite. Était ce le début de la gloire ? Pas aujourd'hui en tout cas. Les policiers mirent la puce à l'oreille du jeune garçon qui fronça les sourcils suspicieusement. Il avait l'habitude des services sociaux, et il n'avait nullement envie de retourner dans un orphelinat putride.

- 'lut, doc' ! Y a un problème ? demanda le garçon avec une fausse naïveté.
- James, je te présente l'agent Stewart et l'agent Bower. Ils sont là pour t'aider et tu vas devoir leur dire toute la vérité, tu comprends..?

Purcell fit la grimace, détestant particulièrement quand on le prenait pour un crétin. Il éteignit le poste avec sa télécommande et passa ses jambes sur le bord du lit, tenant fermement sa perfusion.

- Ne joue pas au plus malin avec moi, doc'. On sait tous les deux pourquoi ces deux abrutis sont là. Vous voulez qu'on parle ENCORE de mon père, hein ? Bande de tarés, même pas capable d'avoir confiance en un être humain honnête... cracha-t-il d'un ton acerbe. Le médecin resta un instant perplexe face à cette attitude et les agents des services sociaux avancèrent avec les infirmiers vers lui. Le garçon leur offrit un large sourire, resserra sa poigne sur le manche en métal de sa perfusion et donna un grand coup de son bras valide sur les officiers. Ces derniers, plus surpris que réellement blessés, s'écartèrent et Purcell en profita pour sauter sur ses jambes et s'enfuir en traînant sa perfusion avec lui. Les infirmiers mirent un temps, surpris, avant de se ruer à sa poursuite sous les ordres du médecin. Ce pauvre enfant allait se faire mal si il ne se ménageait pas ! Déjà, Purcell sentait son souffle court et le coup de perfusion avait tiré sur son poignet douloureusement, sans parler de ses côtes douloureuses. Mais alors qu'il cherchait la sortie de l'hopital pour s'échapper, et se retournait pour vérifier que ses assaillants étaient hors de portée, il se heurta à quelque chose enfin, à quelqu'un. Quand il releva les yeux, il fut plus que surpris.

- Toi ?! s'exclama-t-il en reconnaissant le visage de la jeune fille guerrière qu'il avait vu dans le parc il y avait quelques mois. Elle n'avait pas changé et avait toujours des cheveux d'un blanc aussi étincelant que la lune. Il resta un instant en admiration avant d'entendre les appels des infirmiers et se réfugier derrière sa sauveuse.
Les infirmiers ne tardèrent pas à les rejoindre et s'arrêtèrent à quelques mètres de la jeune fille aux cheveux blancs, haletants.

- Nous devons interroger ce garçon, jeune fille.
- Ils veulent me faire du mal ! Ne les écoute pas ! Ils veulent m'envoyer dans un trou paumé où je serai vendu au plus offrant et traité comme un chien ! s'exclama le garçon avec toute la force de ses poumons. Si tu m'aide à sortir de cet hôpital, mon père te payera ! Juré !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiger Lily à la rescousse.    Sam 18 Oct - 0:38










Tiger Lily à la rescousse.


Ce gosse devait s’enthousiasmer pour un rien. La première fois qu'il l'avait vu, il y avait eu des étoiles dans ses yeux, et maintenant c'était exactement la même chose. Elle s'était demandé pourquoi il avait eu cette réaction, mais au final, elle comprit rapidement que c'était ses cheveux. Rose avait toujours eu cette couleur particulière, et depuis qu'elle était revenue dans la civilisation, sous réserve que Gotham était une civilisation, ses cheveux n'avaient reçus que des regards méprisants, ou bien juste indifférents. La plupart prenait ça comme une crise d'adolescence, un peu comme tout ceux des années 90 qui écoutaient du Kurt Cobain et trouaient leur jeans pour enrager leurs parents. Rose ne s'associait pas au grunge, d'ailleurs elle ne s'associait à rien. Si ce n'est que personne n'avait jamais eu cette réaction sur ces cheveux. Cela aurait été flatteur si ce gosse n'était pas aussi... bizarre.
Mais à peine qu'ils ait eut le temps de se reconnaître mutuellement qu'il se planqua dans ses jambes, et que les gorilles déboulèrent.

Ils parlèrent, et le gamin s'exprima. Un peu trop d'information d'un coup d'ailleurs. Un trou, une vente, un chien, un père avec du pognon... Cela n'avait guère de sens. Mais deux types qui veulent interroger un gosse, visiblement de force, quitte à le courser dans un hôpital, c'était pas mieux. Et quitte à prendre des risques ce soir, autant que ce soit pour une bonne cause. Enfin. Une cause. De toute façon ça ne remontera pas à son père...

« Interroger un garçon blessé en plein refus d'obtempérer. Nope, je vois vraiment pas ce que ça a de professionnel. Navrée messieurs. »

Le couloir était quasi désert, c'était le moment d'agir. Elle leur montra au loin quelque chose en feignant une surprise, la stratégie la plus stupide de l'histoire, et qui pourtant marchait toujours à merveille. Sans vraiment réfléchir, elle leur colla un coup sec derrière la nuque, et ils s’effondrèrent sans plus de cérémonie, elle fit volte face, poussant gentiment Purcell par les omoplates, mais néanmoins.

« Restons pas ici, mon p'tit. Tu peux bouger avec ce truc ? » Fit-elle en désignant la perfusion qu'il traîner avec lui. « T'inquiètes pas pour eux, on est dans un hôpital, ils risquent rien... »

Ils passèrent devant une infirmière, qui les regardèrent d'un air suspicieux, mais Rose répondit par un air parfaitement angélique, avec un fond d'angoisse au fond des yeux. Qu'est ce qu'une ado aurait pu faire à deux gros types baraqués de toute façon ?

« Mon petit frère et moi on a vu un type armé passer... il a assommé les deux policiers, mais on a pu se cacher dans la pièce juste ici. »

Pour appuyer sa plaidoirie, elle tapota maternellement  le crane de Purcell en ajoutant « Le pauvre chéri est très secoué, je l’emmène prendre l'air, on rentera vite. »

L'infirmière considéra la proposition un instant, peu amène à laisser deux enfants seuls dehors, surtout avec la présence d'un type armé, mais tant que c'était devant l'hopital, il y avait peu à craindre. Elle insista pour appeler la police sur le champ, ce qui poussa Rose à passer à la vitesse supérieur.

« Mais quelle abrutie... on va avoir des flics partout. » Elle baissa les yeux pour le fixer. « T'as une idée pour éviter à avoir à les croiser, p'tit malin ?  Tu voulais sortir de l’hôpital non ? Mais dans ton état, t’ira pas bien loin.»


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tiger Lily à la rescousse.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Tiger Lily à la rescousse.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciens RP's-
Sauter vers: