Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Don't Call The Batman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Don't Call The Batman   Mer 24 Sep - 11:58



DOSSIER N° : 2910 Elisabeth Kane 0604


Nom : Kate
Prénom : Elisabeth
Alias : Alice
Sexe : Féminin
Nationalité : Américaine
Base d'opération: Gotham City

Date de naissance: 26 Octobre
Lieu de naissance: Gotham City
Rhésus: 0+

Orientation sexuelle : Peu d'importance
Situation familiale: Célibataire
Autre information: Grande prétresse de la Religion du crime


Génétique du patient
Taille : 1m82
Poids : 73kg
Description physique du sujet : Elisabeth est initialement une belle jeune femme brune à la silhouette dont il n'y a pas à rougir. Elle avait les joues rôsées et les yeux plein de malice. C'était une jeune femme qui respirait la vie à plein nez. Et depuis ce fatal accident, il n'y a plus grand chose d'original, si je puis dire. Tout n'est que pièce rapportée. Un esprit fracturé n'a laissé qu'une froide impression dans son regard. Elle se farde le visage régulièrement et se maquille beaucoup plus qu'il n'y en aurait besoin. Ses cheveux ont perdu leur couleur, pour faire simple, Elizabeth a perdu ses couleurs. Son costume est blanc, ses cheveux sont blonds, son visage est blanc, tout en son costume évoque cette pureté qu'elle a définitivement perdue. Elle porte cependant des couleurs à la vie civile. Du noir, du gris, du beige. En règle générale que des couleurs froides. Ca pourrait peut être la trahir si on la regardait d'un peu plus près. Mais qui songerait à le faire, après tout, il faut en avoir du courage pour la regarder dans les yeux, ou s'en approcher un peu trop. Il émane de sa personne quelque chose de peu rassurant, un peu comme si on se trouvait à côté d'un animal inconnu et hostile. Après tout, peut être qu'il y a un peu de ça.
Évolution notable du sujet : Si sa santé mentale ne semble pas s'améliorer, on peut noter cependant que le sujet gagne lentement en diplomatie calculée. Elle semble adapter ses pathologies au service de sa cause et délaisser lentement son statut d'Alice au profit de celui de grade prêtresse d'un monde nouveau.



Profil psychologique
Elizabeth n'est plus ce qu'elle était. Aussi loin qu'on puisse s'en souvenir, elle avait toujours été quelqu'un de doux et de gentil et ce malgré la grande fortune des Kane. Elle avait su rester simple et ne portait au fond que peu d'importance aux choses matérielles bien qu'elle ait toujours avoué aimer les bals et autres petites soirées mondaines. Elle aimait le monde, et plus précisément le nouvel entourage qu'on pouvait lui proposer. Mais depuis l'enlèvement à Bruxelles et la mort touchée du bout des doigts elle a radicalement changé. On ne sait pas vraiment quelle partie du cerveau a été altérée durablement par le choc, mais à l'image de Phineas Gage, elle en aura été irrémédiablement transformée. Et pas nécessairement pour le mieux. Enfin. Pour le mieux du monde. Ca ne change plus grand chose à sa propre existence. Certains disent que c'est en voyant la lumière qu'elle en est devenue une illuminée. Pourquoi pas après tout. Mais concrètement il n'y a rien de divin là dedans. Certainement un gros problème au niveau de l'amygdale, régulant ainsi l'instinct de survie et la peur en général. Il n'y a que peu de choses qui comptent désormais dans sa vie, si ce n'est son œuvre. A l'image de son créateur, Alice veut devenir Lewis et plier le monde à sa vision novatrice. Peu importent les sacrifices, peu importent les courbettes et les faux semblants. Derrière chaque sourire se cache une lame dont la pointe s'enfonce de manière indolore contre votre peau, jusqu'à ce qu'il soit trop tard.



Antécédents et suivi du patient
« Elisabeth, tu n'es pas encore prête? »


Non Kate, Elisabeth n'est pas encore prête. Très jeune, elle était déjà souvent en retard .
Elle le serait toujours- se dit-elle en passant sur ses épaules une étole en lapin blanc qu'on lui avait offert pour ses 12 ans. Ce soir, la famille Kane donnait une petite réception, sur le conseil de Gabi qui ne manquait pas d'organiser une grande fête à chaque déménagement. C'était certainement une tactique habile pour faire oublier à ses deux filles qu'elles auraient de nouveau à partir de zéro. Elles en oubliaient presque parfois l'absence fréquente de leur père. Après tout, le train de vie qu'ils menaient était entièrement du au génie et au zèle de leurs parents. C'est pour toutes ces raisons que les deux filles ne lui en tenaient pas rigueur, ça leur forgeait le caractère et les rendraient plus tard bien plus intéressantes que leurs semblables. .La soirée fut on ne peut plus plaisante et les opportunités nombreuses. Elisabeth était une jeune femme charmante et adorait la compagnie de ses semblables. Qui plus est, le lien très fort l'unissant à sa sœur ajoutait du cachet aux deux personnalités contrastées et pourtant si jeunes.


Le temps passait, au fur et à mesure des déménagements, donc. De nouvelles têtes, de nouvelles rues à découvrir et surtout un seul et même repère, la famille si chère à son cœur. Ses parents avaient toujours été sévères mais justes, elles ne pouvaient donc pas leur en vouloir. Il n'y a aucune raison de désobéir lorsque tout est expliqué et tout à fait recevable. Et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'à ce que le travail amène la famille Kane à Bruxelles. Jolie ville en soi. Mais tout le monde ignorait à cet instant précis que ce qui les attendait n'était pas tant une nouvelle mission pour le NATO, mais bel et bien leur destin.


La journée était belle. Et bien commencée. Le temps parfait pour une promenade entre filles. Gabi les avait réveillées assez tôt pour aller prendre un petit déjeuner en ville. Les deux jumelles Kane avaient certes un peu pinaillé, mais elles s'étaient levées de bonne grâce et habillées en conséquence. Une blague et quelques boutons de veste plus tard, la rue accueillait la famille presque au complet. Rien ne laissait présager la suite funeste des événements. Un petit déjeuner plus tard, les trois femmes perdirent de leur superbe.


« Les filles, ne paniquez pas mais je crois qu'on nous suit. »
« Comm..Qui ? »
« Ne vous retournez pas, c'est une camionnette. »
Personne ne se retourna, personne n'en eût besoin en réalité puisque en moins de temps qu'il en faut pour cligner des deux yeux séparément, elles furent assommées, ligotées et jetées à l'intérieur d'un camion. Elles ne se réveillèrent successivement que quelques heures plus tard, attachées à la même chaise. Du haut de ses quatorze ans elle tremblait comme une feuille. Cette fois çi, elle n'avait pas de plaisanterie bien sentie à partager. Rien ne voudrait de toute façon sortir de sa bouche. Personne ne répondait aux questions de sa mère, personne ne parlait. Ils étaient trois à les regarder comme si elles avaient assassiné l'un des leurs . Peut être après tout. L'attente était insoutenable, et les trois avaient été attachées séparément, on les plaça chacune face à un mur de manière à les empêcher de se détacher.


Et c'est maintenant que tout se joue.


« AAAAAAA »
Le silence est brisé par un cri. Un cri lancinant. Un cri qui ne s'arrête pas. Vraiment ? Non, pas vraiment. Le cri s'est arrêté après un bruit sourd de poing qui s'enfonce dans un crâne. « Maman » voulut-elle crier. Mais le scotch sur sa bouche l'empêchait de produire tout autre son qu'un souffle désordonné.


« Ne bouge pas ma lapine. »
Qui sait si le point de départ de l'histoire n'est pas en réalité ici. Mais peu importe. Le cri reprit, plus lancinant encore. Et deux mains attrapèrent Elisabeth par les épaules pour la mettre face au spectacle macabre. Sa mère avait perdu quelques doigts, quelques lambeaux de peau largement bien répartis, ainsi qu'une touffe de cheveux.Elle était allongée au sol, dans un état lamentable. Elisabeth tremblait, et certainement touchés par son innocence, les ravisseurs décidèrent de la mettre à profit. Celui qui était derrière elle posa sa main sur sa tête et lui caressa les cheveux.


« Ta sœur dort encore, mais est ce que ça te dirait qu'on te libère ? »
Elisabeth hocha timidement la tête, retenant son sourcil gauche d'irriter l'homme en question en laissant transparaître son scepticisme.
« Bon, très bien, mais t'es sage, hein ma lapine ? »
Elle hocha de nouveau la tête, quelle idée saugrenue de poser une question à quelqu'un qui ne peut pas répondre. Un syndrome de dentiste. Il la fit se relever, détacha ses liens, enleva le scotch, non sans lui arracher un gémissement avec, et il posa de nouveau ses deux mains sur ses épaules.
« Approche toi, va lui dire à quel point tu l'aimes »
Elle jeta un regard à l'homme en question qui ôta ses mains. Elle courut à côté de sa mère en pleurant à chaudes larmes. La pauvre femme était courageuse, mais face à ce traitement, elle ne souhaitait qu'une seule chose : la délivrance. Et c'est précisément ce qui allait se passer. Katie était encore évanouie, et Elisabeth répétait sans cesse son amour à sa mère qui agonisait à ses pieds. Voilà qui semblait déjà intolérable. Mais ce le fut plus encore lorsque l'homme, toujours celui là. Toujours le même. Quand cet homme s'accroupit derrière elle, posa une main sur son épaule, et lui tendant un couteau de l'autre lui murmura au creux de l'oreille.


« Rends lui ce service. »


Interdite par la douleur, elle trembla plus encore, manquant de se couper elle même. L'homme en question poussa un peu plus avant le poignard dans sa main. Il referma celle d'Elisabeth sur l'arme et approcha le tout de la gorge de sa mère.
« Regarde comme elle souffre. »
Gabi lanca à cet instant précis le regard le plus insoutenable au monde pour un cœur d'enfant. En effet, elle semblait la supplier de le faire. D'avoir le courage de le faire. Elisabeth tremblait toujours.Et finalement. Résolue, poussée par l'environnement, et par cette main qui approchait encore la sienne du cou, elle ferma les yeux. Et.


Le silence. Un silence qui dura une éternité.


Lorsqu'elle revint à elle, l'odeur du sang de sa mère sur son visage et dans ses vêtements pour seul repère dans l'obscurité et le silence de cette salle déserte et emplie de cadavres réveilla toutes les douleurs passées. Tout lui revint en mémoire par flash succins. Elle devait se laver. Laver toute trace d'existence d'un passé trop douloureux. Le choc aurait sur sa psyché un effet comparable à celui d'une guerre au Viet Nam. Elle devait se purifier. Kate n'était plus, Gabi était morte de par sa faute, et ce « Lapine » tournait de manière vertigineuse dans son esprit. Le mal était fait, et il n'est nullement obligatoire de faire mention de ce qui s'ensuivit. Elle passa des années à se purifier. Se reconstruire était impossible, elle gomma alors lentement chaque élément, renia la couleur de ses cheveux, de ses vêtements, de son esprit. Elle devint unie. Elle se construisit une nouvelle identité. Elle vit plus grand. Elle se vit seule. Prit peur, embrassa une communauté bien rodée. Mais les vestiges de son enfance heureuse lui permirent rapidement de se faire un nom, voire deux. Et la voilà Grande Dame de nouveau. Poussée par des restes d'existence, elle purifiera le monde entier. Vous êtes tous sales, vous êtes impurs. Embrassez la lumière, mes enfants. Embrassez Alice et son amour. Embrassez notre cause.


« N'ayez pas peur mes lapins, Alice est là. »



Behind the screen
Information(s) importante(s) : Non, ce n'est pas Madame Propre :'(
Un surnom ? -
Nom de l’avatar : Bah, Alice hein:D
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : Yé choui toute seule :'(
Disponibilité pour poster ? Fréquente, si tant est que j'aie des partenaires motivants
Comment as-tu connu le forum ? Un gars avec des équerres et des idées farfelues a fait du rabattage de Morues bam
Code du Règlement :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Don't Call The Batman   Mer 24 Sep - 13:10

Hello et bienvenue sur le forum Univers Batman. Si tu as des questions, n'hésite pas à les poser au staff (Joker, Nigma, Scarecrow et Catwoman) ou bien à la modération (Music Meister et moi même).

Voici un petit rappel des topiques qu'il faut lire pour que la fiche ne comporte pas d'erreurs :

http://batmanlegacy.forumactif.org/f61-le-reglement

http://batmanlegacy.forumactif.org/f55-le-contexte
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Don't Call The Batman   Mer 24 Sep - 13:11

Une Très très belle présentation qui mérite un +1
Bon retour chez nous Lamasticot
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Don't Call The Batman   Mer 24 Sep - 13:12

Bienvenue rien à re dire Kane.

Tu es validée !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Don't Call The Batman   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't Call The Batman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: