Batman Legacy


 
AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ici Vicki Vale, en direct de East End (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Ici Vicki Vale, en direct de East End (Terminé)   Mar 23 Sep - 16:04



DOSSIER N° : 1068VALEVICKI9153


Nom : Vale
Prénom : Victoria
Alias : On lui donne différents surnoms dans le milieu, mais le surnom qui revient le plus souvent est Vicki
Sexe : Féminin
Nationalité : Américaine
Base d'opération: Gotham City

Date de naissance: 28 Juillet 1968 (date véritable jamais révélée)
Lieu de naissance: Inconnu, on suppose Gotham
Rhésus: B -

Orientation sexuelle : Hétéro
Situation familiale: Inconnue
Autre information: Vicki est l'une des journalistes les plus cotées de Gotham. Elle est en passe d'obtenir dans le futur son propre show. Cela grâce à son travail de fond sur Gotham et ses "mystères"


Génétique du patient
Taille : On suppose de vue 1m78
Poids : On suppose de vue 57 kg
Description physique du sujet : Charmante chevelure rousse. Senteur fleurie en soirée gala, senteur de boue et diesel en soirée d'immersion. Un diamant sanguinolent perdu au milieu de la mélasse qu'est Gotham. Mademoiselle Vale est réputée pour être raffinée. Ses manières, son corps gracieux et ses lèvres pulpeuses ont bien souvent fait des ravages. Mais qu'importe les regards libidineux quand le votre est tourné vers les horizons grisés de ces buildings. D'un œil vert vif, elle capture l'instant crucial, dans une ville ravagée par le crime. Elle se dévoue corps et âme pour que la vérité éclate. Charmante salope. Pour beaucoup, on pense qu'elle est passée sous le bureau du directeur du Gotham Globe.
Que voulez-vous, ce sont les clichés machos des années 90 qui le veulent. Une rousse, au sourire charmant, portant des tailleurs soulignant parfaitement son galbe, ça peut frustrer. Surtout quand elle est intelligente, avec un fessier et une poitrine à en faire rougir d'envie les photographes de charme. Vic' le sait mais elle s'en fiche. Seul le travail compte à ses yeux et ils peuvent bien se moquer d'elle, lorsqu'elle se retrouve à se mouiller au sens propre. Au moins, les photos auront été prises et la vérité aura été faite. Nez légèrement retroussé levé vers cette brume faite de poisse, doigts fins et bien limés posés sur son appareil, Vic' détruit les chaînes de la corruption via son flash et ses écrits.
Évolution notable du sujet : Victoria est promis à un grand avenir. Malheureusement, cet avenir est semé d'embuches nommées : Mafia, Joker, Ligue des ombres et déception amoureuse. A elle de voir comment elle prendra le tout, plus tard ...



Profil psychologique
Clic ! Le son d'un appareil retentit au moment où Falcone fils entre dans une baraque entre Park Row et East End. La rousse a rarement peur de mettre les mains dans les ordures. Même si souvent ce sont les ordures qui se font la main sur elle. Jusque là, elle réussit à s'en sortir, sans trop de casse. Jusqu'à quand ? Spontanée, impatiente, elle vit l’instant, le présent, du bout de son objectif. Vic' aime son job, elle vit pour lui. Mais depuis peu, son chemin a croisé celui du richissime et mystérieux Bruce Wayne. Elle ne fait pas de l'homme une icône attirante, un objet de pulsions assassines comme le font certains de ses rivaux. Non, Bruce l'attire autant qu'il la rebute. Elle se sent parfois en accord avec lui et parfois ils sont opposés. Il en va de même pour Batman. Attirant, mystérieux, fabuleux, sa curiosité est attisée par cet homme de la nuit, fondant sur les criminels tel le rapace sur sa proie. Ces deux sujets attisent sa curiosité et ses observations. Son instinct de journaliste quand à lui, l'alerte sur la possible proximité entre les deux hommes.
Elle l'a aimé mais ... Malheureusement, plus les jours ont passèrent, plus Vic' a perdit de l'intérêt pour cette idylle. Elle sentit au fur et à mesure que cette soif, qu'au départ Bruce étanchait, n'était qu'illusion. Elle aurait voulu être attentive et comprendre pourquoi une telle aura noire traînait autour de son ex. Mais d'autres choses la tracassaient et la tracassent encore. Les envieux crachent sur son visage, ils veulent l'étouffer lorsqu'elle aura mis genou à terre. Vicki rêve de moments tranquilles. Mais demander n'est-ce pas trop, lorsque l'on était censé représenter l'icône même de la femme indépendante ? Ah qu'il est parfois fatiguant de voir rivalités vous manger d'un côté et de l'autre, soutien affectif s'envoler toujours au moment où vous en avez besoin ... Elle tient, elle est souple et bien mature malgré ses airs de nympho (petit clin d’œil). Si elle avait voulu faire prostituée, elle l'aurait fait que croyez vous ! Alors qu'ils arrêtent de la souiller, eux les ignorants. Eux, qui ne savent en réalité que rapporter ce que la pègre veut lire !
Heureusement que son job fait d'elle la journaliste du moment, sinon il y aurait longtemps que les hauts du panier l'aurait virée. Et même faite disparaître. Consciencieuse, observatrice et organisée, Victoria Vale use de sa créativité et des mots justes pour que Gotham redevienne la ville qu'un jour, elle a aimé.



Antécédents et suivi du patient
"Vicki Vale, on la connaît, c'est cette journaliste qui colle au train des Falcone."
"Elle nous emmerde." / "Mais elle est quand même super sexy, donc on lui pardonne par moments." / "On a bien envie de se la faire tout de même."
"Ouais une rousse aussi bien fichue. Sûr que c'est une blonde en vrai qui s'est teinte."
"Elle est revenue d'une jungle pour s'embourber dans une autre. Plus moderne, moins ... végétale."
"Vale sait faire son job et j'adore ses articles."
"Cette rouquine est une texane. Il faut la suriner. Une texane, il y a que comme ça qu'on peut la faire taire."


Tout le monde peut entendre ce genre de conversations, au détour d'un bar ou restaurant de Gotham. Dans les rues aussi bien sûr, mais c'est plus rare. Personne n'aime que des opposants à leur opinion ourdissent leurs propos. Et pourtant, malgré leurs propos assassins, malgré leurs pulsions sales, ils n'osent. La raison ? Victoria Vale, journaliste à présent réputée de Gotham, n'a point peur de retourner en sa faveur les critiques de ces divins cracheurs de venin. Sous son long chapeau noir, mordillant son gant de cuir noir, la rousse écoute et observe. Non, elle n'est pas là pour se tourner les pouces, elle que l'on prend pour une simple diva pistonnée. Vicki n'est pas ce genre et voilà ce qu'elle vous dirait :

"Vous savez, quand un journaliste veut percer. Ce n'est pas une histoire de vol d'écoutes, de notes d'un collègue qui vous fera gagner. Les notes sont toujours fausses lorsque la scène d'un crime a été observée de loin. Il faut savoir s'avancer et prendre, manier les mots avec votre propre style, se mettre au contact de la population. Le simili ne reflète pas au lecteur son attente. Si vous mettez un simili, sans penser à la personne qui vous lit, vous êtes fini."

Maintenant, je la laisse parler, pour vous donner l'occasion de forger votre propre opinion ...
Voilà ce que je peux vous dire, à vous lecteurs. Mon envie est votre envie. Un seul mot glisse sur vos lèvres sèches : Vérité. Gotham est faux, Gotham suinte d'argent tâché de sang. Il est devenu un kyste prêt à exploser sur nos visages, prêt à lâcher sur nous son incurable infection. Non, aujourd'hui je ne suis pas ici pour m'amuser à mordiller le cuir de mes gants. Quelque chose retient mon attention et aussi me tourmente. Deux hommes, à trois tables sur le côté droit. Costumes noirs bien repassés, cigarette aux lèvres et lunettes sombres sur le nez. Peu commun, on aurait cru se retrouver plongé en seconde guerre mondiale. Les deux "Stasi" marmonnaient, lâchant quelques noms bien connus de la pègre. Bien, des potins, une adresse et une heure de rendez-vous. Tout est noté dans ce calepin caché par les pages de mon daily.

Contentée par la fin de cette traque à l'information fructueuse, je me détends, lèvres s'étirant de nouveau en un large sourire. Comme de par hasard, le serveur arrive pour me demander l'addition. Heureusement pour moi, le calepin était déjà caché par mon journal replié. J'oublie par moments que je suis à la frontière des territoires ennemis. Ah ... que Gotham la belle, la joyeuse ville était bien loin. Les seuls souvenirs de cette époque révolue sont nos photos sépia photocopiée sur les brochures touristiques ou bien les gravures et tableaux calés dans un coin des archives. Malgré les giclées de sang, effaçant par gouttes acides les vestiges de cet eden, j'espère encore. Peu d'entre nous, journalistes, peuvent encore prétendre à ce cachet, à cette envie de vérité et de retour de l'ancienne ville.

"L'addition madame ?"

Sa voix tremble. Elle tremble autant que le pot d'échappement d'une Ferrari prête à passer la seconde vitesse. Bon gré mal gré, je lève un peu mes lunettes de soleil pour fixer le drôle d'oiseau lancé dans mes bras. Fin, les joues rondes faites par les sourires de jeunesse, je vois un garçon brun en train de se triturer les doigts au sang. Il fait vraiment pitié, dans ce costume deux fois trop grand pour lui. Le tablier ballote, les ourlets du pantalon sont mal fixés et les boutons du col mal mis. Bon sang encore un gosse envoyé sur le tas ... Ils n'arrêteront jamais.  Un soupir filtre entre mes lèvres rosées et je m'amuse à triturer les cheveux de ma perruque brune, détendue et souriante :

"J'ai tout mon temps, ne vous inquiétez pas. Dites-moi ...quelle heure est-il ?
- Midi moins vingt, ma ... dame.
- Alors je vais prendre mon déjeuner ici. Je pourrai avoir le menu ?"

Ça y est, il se détend et je vois le regard des deux nazis de Gotham détourner le regard de notre position. Qu'il doit être éprouvant de sentir une cible grossir puis rétrécir à chaque regard d'un costume noir ... Mais n'ai-je pas le même problème ? N'est-ce pas la raison qui m'a poussée à me déguiser aujourd'hui ? A vrai dire, j'ai beau me poser ces questions, au fond ... je ne prendrai même pas le temps de chercher les réponses. Le serveur repart alors que je reste plongée dans mes pensées, sans jamais me départir de mon sourire. Ah sourire ! Ce verbe devrait avoir un diplôme crocheté à sa sainte définition. Les acteurs sont mauvais, ils ne savent pas étirer leurs zygomatiques, faire passer pour vrai, un sentiment faux. Wayne m'avait emmené, une fois, à une représentation. Electre de Jean Giraudoux. Aimante des lettres, sans doute était-ce un présent plaisant aux yeux de l'homme. Malheureusement, je déteste les représentations qui ne sont pas faites dans la langue originale. Perte d'attrait de la tragédie, l'Electre face à Egisthe ressemblait à une petite fille perdue au milieu d'un bac à sable. Je ne m'étais pas gênée pour faire la remarque suivante : "Ah ce fut une tragédie." Petite pointe d'humour, j'appréciais tout de même son effort. Après tout, je ne lui ai jamais vraiment dit qui j'étais réellement, quels sont mes goûts, où j'avais vécu, le pourquoi du comment sur mon arrivée à Gotham ... Non. Ouvrir mon cœur serait me montrer faible face aux potentiels ennemis.

"Voilà le menu."

La voix du jeune serveur me ramène à la réalité. Je me redresse et choisit mon plat avant de me replonger dans mes réflexions. Cette ville m'a permis de me propulser dans le domaine journalistique et avec le concours d'Alexander, mon ami, je suis en passe de tenir un show télévisé. Allie ... toujours là au besoin. Ça me fait sourire quand j'entends certains collègues l'appeler Comte Dracula. Il est vrai qu'il est capable de sucer le sang aux pires fripouilles. Quoi ? Vous voulez que je parle de mon ancienne relation, avec Bruce Wayne ? Oh c'est un sujet compliqué, dirons-nous. Laissez-moi juste le temps de me masser la tempe ... et voilà. Nombreuses ont été mes rencontres avec Bruce, que ce soit en soirée de gala ou lors d'interviews en pleine rue. Personne ne peut dire le contraire : Wayne est attirant. Mystérieux, cultivé et gentleman, il est le rêve de toute femme. Au début, ce fut par curiosité que je me suis approchée. Quelque chose me disait qu'il y avait une face cachée, derrière ce masque souriant et cette voix grave et profonde qui vous prend au cœur. Une chose bien douloureuse et sombre ... Sans doute m'a-t-il au départ prise pour une harceleuse du même type que ses fans ou anciennes conquêtes. Il est vrai que comme Knox, je ne lâche jamais le morceau. Ça me rappelle mes débuts et mes premiers bottages de fesses par les Maroni.

"Voilà votre brunch, madame
- Ah ... Merci beaucoup !"

Où en étais-je ... ah oui. J'essayais de fouiller le passé de Wayne, autant que je me concentrais sur le chevalier noir et les nouveaux criminels de Gotham. Trop de liens, trop d'événements faisaient que mes questions, mes suspicions devinrent dangereuses. C'est sans doute cela qui fait que, je suis sortie avec lui. Je ne cherche pourtant pas à être une menace, mais le boulot fait que vous êtes un intrus. La vérité n'est jamais plaisante à trouver certes, mais j'ai mes raisons, un passé qui font que. La population n'a pas à subir ce que j'ai pu vivre. Revenons-en à Wayne. Plus je l'ai côtoyé, plus mon intérêt se mit à grandir. Les gens cultivés, capables de vous sortir les plus belles tournures pour vous renvoyer vos propres paroles sont amusants. Il se montra attentionné, mais je me doutais que ce n'était qu'une façade. Les contacts se sont peu à peu étiolés. Je le sentais tourmenté par des choses plus importantes qu'une rouquine capable de lui mettre un micro devant la bouche, pour lui poser les questions qui fâchent. Plus j'essayais de comprendre, plus il se braquait. A vrai dire je n'ai pas vraiment regretté cette rupture. C'est un homme à femmes malgré lui, et les femmes se doivent de lui montrer un juste intérêt, si une autre voulait aussi se tailler la part du lion. Malheureusement, je n'aime pas ce genre de "jeux". Certes ils sont risibles, drôles à voir en soirée et au moins, les journaux à potins peuvent se frotter les mains.

"Miss Vale ! Que pensez-vous de la relation de Monsieur Wayne avec xxx ? Envieuse et dépressive ou bien revancharde prête à regagner sa place ?
- Ni l'un, ni l'autre. Indépendante et en quête de vérité"


Ces questions reviennent sans cesse et me font doucement rire ... Vraiment ? J'ai l'air d'une ex petite amie éplorée ? Non, je suis plutôt redevable à Bruce. Son interview a permis en partie de me propulser et de me libérer du joug de pas mal de journalistes véreux. Aussi, les récents événements avec le Joker, la mafia ou cette ligue secrète d'assassins m'ont rappelée à l'ordre. De nouveaux justiciers ont aussi fait leur apparition et cela m'oblige à garder le cap que je me suis toujours donné : être une journaliste accomplie, épanouie sur son lieu de travail et surtout indépendante. Dois-je me mettre en quête d'indices sur les récentes altercations où cette certaine Kate Kane s'est retrouvée ? Ou alors approfondir mes recherches sur l'ascension de Crane ? Ces questions restent en suspens un moment dans mon esprit, tandis que je me délecte d'un morceau d'omelette. Hm ... toujours aussi divines et cuites à point. Non, je ne vais pas l'appeler. Le travail m'attend ce soir. Gotham n'a pas fini de me livrer tout ses secrets. Une fois mon assiette terminée, je laisse le dû et sort repue, légère et prêt à partir de nouveau à l'aventure. Que ferais-je aujourd'hui ? Une filature de policiers corrompus ou bien me retrouverais-je non loin d'un projet machiavélique ? Journal sous le bras et calepin dans la poche de mon grand manteau, il ne me reste plus qu'à retirer la perruque. Ma chevelure flamboyante danse dans le Bowery.

L'inconnue brune laisse place de nouveau à Vicki Vale, célèbre journaliste en quête de vérité. Femme indépendante au passé mystérieux. Elle chuchote quelques paroles alors que devant elle, se matérialise le Hat Shop de monsieur Tetch :

"I heard from god today, and she sounded just like me.
What have I done, and who have I become.
I saw the devil today, and he looked a lot like me.
I looked away, I turned away ..."

Petit hymne charmant résumant autant les héros que les criminels. Pourquoi ne pas un jour en faire une chanson complète ? Oh et aussi l'utiliser pour dépeindre la situation déplorable de Gotham ! Tant d'idées fusaient dans la tête de l'ingénue rousse, rousse qui à présent prenait en catimini les photos de la boutique d'un homme au passé intéressant. Vic' a découvert son premier méfait, un méfait encore inconnu des familles de victimes.

"Tetch te souviens-tu de cette équipe de sportifs ? Tu les reverras bientôt en première page, et les familles sauront aussi la vérité. Le joueur qui les a tué sera aussi lavé de la souillure que tu lui as laissé en cadeau"

Ici Vicki Vale, et je suis ici pour que la vérité vous soit donnée, citoyens de Gotham.




Behind the screen
Information(s) importante(s) : Rien de plus que ce qui est écrit en haut et en bas ...
Un surnom ? Nope
Nom de l’avatar : Vicki Vale (je prends en base avatar réel Christina Hendricks dans ses années Mad Men, pour mieux l'illustrer)
Lien éventuel avec un joueur déjà présent : Bruce Wayne, Alexander Knox
Disponibilité pour poster ? Je vais me donner en fonction de mon emploi du temps à venir, deux jours, une semaine sur deux pour poster. Au pire j'emmènerai mon ordinateur si possible pour continuer via word.
Comment as-tu connu le forum ? Ancienne, revenue
Code du Règlement :


Dernière édition par Vicki Vale le Mer 24 Sep - 22:54, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ici Vicki Vale, en direct de East End (Terminé)   Mar 23 Sep - 18:49

Hello et bienvenue sur le forum Univers Batman. Si tu as des questions, n'hésite pas à les poser au staff (Joker, Nigma, Scarecrow et Catwoman) ou bien à la modération (Music Meister et moi même).

Voici un petit rappel des topiques qu'il faut lire pour que la fiche ne comporte pas d'erreurs :

http://batmanlegacy.forumactif.org/f61-le-reglement

http://batmanlegacy.forumactif.org/f55-le-contexte
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ici Vicki Vale, en direct de East End (Terminé)   Mer 24 Sep - 22:58

Bonsoir et merci bien !

Je n'ai eu aucun problème à faire la fiche demandée et j'espère qu'elle sera à votre goût. Je n'oublie pas la pertinence du personnage et le suivi du contexte, qui sont bien plus importants.
Vous vous en doutez donc, je signale que la fiche est terminée, en bonne et due forme.

Merci à vous pour votre future vérification !


Dernière édition par Vicki Vale le Mer 24 Sep - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ici Vicki Vale, en direct de East End (Terminé)   Mer 24 Sep - 23:04

Très très belle présentation Vicki.
Je donne sans férir mon +1 !
Et belle reprise des évènements de "Gotham Central", je sens que tu as aimé cette histoire :P
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ici Vicki Vale, en direct de East End (Terminé)   Jeu 25 Sep - 1:30

Bienvenue !
Excellente présentation. o/
Tu as sans problème mon +1 !

V pour Vicky Vale j'aime !!!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ici Vicki Vale, en direct de East End (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ici Vicki Vale, en direct de East End (Terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Batman Legacy :: Gotham City :: Archives du Forum :: Anciennes Présentations-
Sauter vers: